Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Les auteurs

Texte intégral

1Fabrice d’ALMEIDA, ancien membre de l’École française de Rome, est actuellement maître de conférences à l’université de Paris X-Nanterre. Co-fondateur de la revue L’Image, il a notamment publié :

  • Images et propagande, Paris, Casterman, 1995,192 p.
  • La Question médiatique, ouvrage présenté par F. d’ALMEIDA, Paris, Seli Arslan, 1997, 224 p.

2Sandrine ANGLADE, doctorante à l’université de Paris III, a soutenu sa thèse en sciences de l’information et de la communication, sur Les journalistes de théâtre. Émergence et construction d’une identité professionnelle (1899-1937), en janvier 1998.

3Autour de cette question, elle a publié :

  • « Sur la constitution d’un groupe spécifique de journalistes : L’Association professionnelle et mutuelle de la critique dramatique et musicale (1899-1937) », dans Actes de la journée d’étude La presse selon le xixe siècle, Université de Paris III-Université de Paris XIII, 1997.
  • « Du littérateur au journaliste de théâtre, sur l’émergence d’une critique professionnelle », dans Les Cahiers de la Comédie Française, POL, automne 1998 (à paraître).

4Agnès CHAUVEAU, historienne, maître de conférences à l’université de Metz, a notamment publié L’audiovisuel en liberté ? Histoire de la Haute Autorité (Presses de Sciences Po, 1997).

5Gilles FEYEL est professeur à l’université Panthéon-Assas (Paris II), Institut français de presse. Il est agrégé d’histoire, docteur en sciences de l’information (La « Gazette » en province à travers ses réimpressions, 1631-1752, Amsterdam et Maarssen, APA, Holland University Press, 1982), docteur d’État ès-lettres et sciences humaines (L’Annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), 2 vol., Oxford, The Voltaire Foundation, à paraître en 1998). Spécialiste de l’histoire des médias, il oriente actuellement ses travaux sur le journalisme et les journalistes entre 1770 et 1880, la presse magazine du xixe siècle à nos jours, la diffusion et la distribution de la presse écrite, des origines à aujourd’hui.

6Florence HAEGEL est docteur en science politique, chargée de recherche au Centre d’études de la vie politique française (FNSP-CNRS) et enseigne à l’IEP de Paris. Son travail de thèse consacré à l’étude de la naissance du rôle de maire de Paris a été publié sous le titre Un maire à Paris. Mise en scène d’un nouveau rôle politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1994. Elle travaille actuellement sur les pratiques et représentations politiques en milieu urbain et, dans le domaine de la sociologie des partis politiques, sur le RPR.

7Dominique KALIFA, maître de conférences en histoire à l’université de Paris VII et chercheur associé à l’UMR Lire (CNRS/Lyon II), s’intéresse conjointement à l’histoire de la délinquance et à celle de la culture de masse. Il a publié L’Encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, co-dirigé Les Exclus en Europe (1830-1930), Paris, L’Atelier, 1998 et achève L’Oeil du Maître. Détectives et policiers privés en France, Paris, Pion, 1998.

8Philippe LE GUERN, enseignant-chercheur à l’université catholique de l’Ouest (Angers), et à l’université de Limoges, travaille actuellement sur les télévisions locales et les rhétoriques communautaires (sociologie des médias). Il est responsable de projet au programme « Communication et politique » du CNRS.

9Pierre LEROUX est docteur en science politique, maître de conférences au département information et communication de l’université catholique de l’Ouest (Angers), chargé de cours à l’Institut d’études politiques de Rennes, membre du Centre de recherches administratives et politiques (CNRS/université de Rennes I/Institut d’études politiques de Rennes) et co-responsable du projet Les frontières du local : rhétoriques communautaires et micro-espaces publics. Dernier article paru : « Les deux publics des Sept d’or. Principes de célébration et de consécration du journalisme télévisuel », dans Politix, n° 37, 1er trimestre 1997, p. 57-80. À paraître : en collaboration avec Philippe TEILLET, « Qui croire ? Journalisme et sondages d’opinion », dans Communication politique de l’Ouest à l’Est. Regards croisés, Paris, L’Harmattan, 1997.

10Guy LOCHARD est maître de conférences en sciences de l’information et communication à l’université de Paris III-Sorbonne nouvelle (UFR de Communication) où il enseigne principalement la sémiologie de la communication audiovisuelle. Il est également membre du Centre d’analyse du discours (université de Paris XIII). Il est l’auteur de : Apprendre avec l’information télévisée, Retz, 1989 ; en collaboration avec Henri BOYER, Notre écran quotidien. Radiographie du télévisuel, Dunod, 1995 ; en collaboration avec Henri BOYER, La communication médiatique, Paris, Mémo Seuil, janvier 1998 ; en collaboration avec Henri BOYER, La banlieue à la télévision française. Genèse et métamorphoses d’un traitement médiatique, Paris, L’Harmattan-INA (à paraître en 1998) ; en collaboration avec Jean-Claude SOULAGES, La communication télévisuelle, Paris, Armand Colin (à paraître en 1998).

11Marc MARTIN, maître de conférences en histoire à l’université de Paris X-Nanterre, spécialiste de la presse et de la publicité, a notamment publié Trois siècles de publicité en France (Odile Jacob, 1992), et Médias et journalistes de la République (Odile Jacob, 1997).

12Cécile MÉADEL, historienne, est chercheur au Centre de sociologie de l’innovation, École des mines. Spécialiste de l’histoire de la radio, elle a notamment publié La radio des années 30 (INA-Anthropos, 1993).

13Michael PALMER est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Paris III-Sorbonne nouvelle. Il est responsable du Centre de recherche sur l’information et sur la formation et l’éducation aux médias en Europe (Crifeme). Historien de formation, sa thèse porte sur le groupe de presse de Daniel Wilson (université d’Oxford, 1972). Son ouvrage le plus récent est J.-F. LACAN, M. PALMER, D. RUELLAN, Les journalistes, Paris, Syros, 1994. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et travaux sur les agences mondiales d’information.

14Christine PEYRARD, professeur d’histoire à l’université de Provence, a notamment édité les Mémoires de Levasseur de la Sarthe, ex-conventionnel, Paris, 1989, et publié Les jacobins de l’Ouest. Sociabilité révolutionnaire et formes de politisation dans le Maine et la Basse-Normandie (1789-1799), Paris, Publications de La Sorbonne, 1996.

15Sylvie RAB, docteur en histoire de l’Université de Paris VII, spécialiste d’histoire urbaine, est l’auteur d’une thèse sur les politiques culturelles en banlieue parisienne dans les années trente.

16Denis RUELLAN, socio-anthropologue, maître de conférences à l’université de Rennes I, a notamment publié Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français (Presses universitaires de Grenoble, 1993) et Les « pro » du journalisme. De l’état au statut, la construction d’un espace professionnel (Presses universitaires de Rennes, 1997).

17Pascal SANSON est maître de conférences à l’université de Paris III. Il est notamment l’auteur de :

  • Système d’information iconique des espaces habités, thèse HDR, Paris, EHESS, 1994 ;
  • Les langages de la ville (codirection B. LAMLZET), Marseille, Parenthèses, 1997 ;
  • « Information architecturale et urbaine », dans Les langages de la ville, Marseille, Parenthèses, 1997 ;
  • « Les données iconiques relatives à l’espace habité », dans SOLARIS, n° 4 (Internet), 1998 ;
  • « La représentation de l’espace dans les univers multimedia », dans Degrés (Penser le multimedia), numéro spécial, Bruxelle, 1998.

18Karine TAVEAUX, doctorante en sciences de l’information et de la communication à Paris III, travaille sur la diffusion de la presse parisienne à grand tirage sous la troisième République. Elle est également chargée de TD en sociologie et théories de l’information et de la communication à Paris III. Elle est l’auteur d’un article « Les bibliothèques de gare et du métropolitain : un monopole Hachette (1870-1901) », dans La presse selon le xixe siècle, Actes du colloque du 1er juin 1996, Paris III et Paris XIII.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540