Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Médias et identités urbaines

La naissance de la télévision corse ou l’apprentissage de la démocratie audiovisuelle

Agnès Chauveau

Texte intégral

1La question de l’information en Corse a toujours occupé une place particulière dans les préoccupations des pouvoirs publics et des responsables de la radiotélévision publique. Si la nécessité de créer des médias locaux et un personnel propre à même de fabriquer un journal quotidien est très tôt évoquée, la réalisation n’en est que tardive puisqu’il faut attendre l’impulsion donnée par la politique de régionalisation de 1982. Mais la création de stations régionales de radio et de télévision et la production d’une information locale et autonome suscitent d’emblée des controverses, au point que la fermeture de ces centres est même envisagée, montrant en cela la divergence des attentes en matière d’information régionale.

L’apprentissage de la « démocratie audiovisuelle »

  • 1 Voir sur ce point Jérôme BOURDON et Cécile MÉADEL, Les Écrans de Méditerranée. Histoire d’une télé (...)

2Jusqu’en 1981 il n’existait pas dans l’île de station de télévision régionale et la radio locale de service public jouait un rôle très limité1. En effet, la Corse a pendant longtemps fait figure de parent pauvre de la politique de régionalisation de l’ORTF. Jusqu’en 1958, où la RTF construit les premiers émetteurs, l’île ne reçoit que des images de la télévision italienne. À partir de 1963, la Corse est équipée pour recevoir les décrochages de Marseille, en particulier le journal quotidien. En 1975, FR3 ne dispose toujours que d’une base légère à Bastia et de deux implantations à Ajaccio. Mais les services basés en Corse sont directement dépendants de l’ensemble Provence-Côte d’Azur de FR3. Un centre de diffusion et de production autonome est envisagé mais ne verra pas tout de suite le jour.

  • 2 Jean-Louis FABIANI, « La télé au pays. Production locale des images et représentation politique », (...)

3Ce n’est qu’à la fin des années 1970 qu’apparaît un journal radiodiffusé depuis la Corse : il succède à un bref bulletin de 2 ou 3 mn qui n’était guère écouté. Pour ce qui est de l’information télévisée, à défaut de journal propre, le journal de Marseille donne à la Corse une place grandissante à partir de 1975. Cependant, ces sujets, réalisés par des équipes locales, sont montés et diffusés (ou non) depuis Marseille et subissent le plus souvent de profondes modifications. Ainsi « l’information sur la Corse fabriquée à Marseille contribuait largement à nourrir une représentation très stéréotypée : l’île de Beauté, farniente, couchers de soleil, chanteurs de charme et culte de l’Empereur »2.

4Cela n’empêche pas les premières polémiques. En 1975, Sampiero Sanguinetti, fils de l’amiral, nommé depuis 1974 en Corse, couvre la prise d’otage d’Aléria pour la radio. Accusé par certains notables d’avoir donné trop de place à la revendication nationaliste, il est muté à Nice le 15 avril 1976. Les incidents se multiplient. Dès que les journalistes corses réalisent un reportage concernant un événement ayant trait aux autonomistes, le sujet est tronqué à Marseille ou plus encore jamais diffusé.

5Cette situation se trouve bouleversée par la création de nouvelles stations de service public en Corse. Cette initiative n’est pas fortuite et s’inscrit dans le cadre plus large de la décentralisation prévue par la loi du 29 juillet 1982. Au mois de décembre 1982, Radio France implante une station décentralisée en Corse : Radio Corse Frequenza Mora... Jean-Louis Eyssartel, ancien correspondant de l’Express pour la région Provence et Corse, puis du Nouvel économiste et collaborateur à Sud Radio depuis 1977, est nommé à la tête de cette nouvelle station. De même le Centre d’actualité télévisée régionale Corse de FR3 Corse est inauguré le 16 décembre 1982 et placé sous la responsabilité de Sampiero Sanguinetti... Avec le lancement du journal du soir Corsica Sera, les actualités télévisées deviennent spécifiquement insulaires et une nouvelle conception de l’information s’impose. D’une part, le journal télévisé est désormais bilingue (français/corse) la langue corse occupant environ 15 % du temps d’antenne. D’autre part, les journaux affichent volontiers une certaine distanciation vis-à-vis de la politique institutionnelle. Ainsi attache-t-on autant d’importance au berger, sinon plus, qu’aux notables locaux. De plus, les journalistes rendent désormais compte des prises de position des diverses associations culturelles et politiques qui se situent dans la mouvance autonomiste.

Un nouveau contexte politique

6Or le regain de la tension dans l’île ne va pas aider à l’appréhension de ces nouveaux instruments. La nouvelle télévision et la nouvelle radio vont très vite se heurter aux pouvoirs en place.

  • 3 Le Monde, 22 juillet 1981.

7Après l’élection de François Mitterrand, la suppression de la Cour de sûreté de l’État et la loi d’amnistie des prisonniers politiques, puis les propos très « ouverts » du ministre de l’Intérieur promettant un « statut particulier de la Corse » avec l’élection au suffrage universel d’une assemblée régionale Corse, permettent une certaine « décrispation » de la situation en Corse3. Le Front de libération nationale de la corse (FLNC) décide de prolonger sa trêve des attentats commencée le 3 avril 1981. Cette redéfinition politique se traduit aussi sur les ondes : le 6 juillet, un journal télévisé de FR3 diffuse une conférence de presse du FLNC.

8Cependant la décrispation allait être de courte durée. Alors que l’Assemblée nationale adopte le projet de loi portant statut particulier de la Corse (20 janvier 1982) et que le Conseil constitutionnel, saisi par les parlementaires du RPR et de l’UDF, donne son aval à la réforme du statut de la Corse (27 février 1982), l’agitation autonomiste en Corse reprend de plus belle : le 11 février 1982 une « nuit bleue », provoquée par le FLNC, se solde par le meurtre d’un légionnaire.

9À cette période de décrispation et d’ouverture, succède une politique de fermeté. Le 5 janvier 1983, alors même que débutent les premiers Corsica sera, le FLNC est dissous et l’on nomme l’ancien chef de la brigade antigang, Robert Broussard préfet délégué pour la police en Corse.

Des logiques antinomiques

10Cette nouvelle donne suscite, à mesure que la violence nationaliste redouble et que les organisations représentatives de ces mouvements sont successivement dissoutes, des réactions violentes tant des hommes politiques locaux que des pouvoirs publics. En effet, les uns comme les autres tolèrent de moins en moins que les stations régionales rendent compte des agissements de ces organisations désormais clandestines. Avec des nuances : sur le plan local, le président de l’Assemblée Corse, Prosper Alfonsi soutient le travail des rédactions corses tandis que le président du conseil régional, François Giaccobi y est extrêmement hostile. Le 19 janvier 1983 (soit 1 mois après l’inauguration de Corsica Sera), durant l’ouverture de la session budgétaire du conseil général de Haute-Corse, le président François Giacobbi (MRG) profite d’un débat de politique générale pour mettre en cause la couverture des événements corses de ces dernières semaines par certains journaux et par la chaîne régionale de FR3 :

« Est-ce au nom du pluralisme [dans l’information] que l’on peut privilégier du matin au soir à la radio comme à la télévision les indépendantistes et les ennemis de la Corse française ? Est-ce que les émissions en langue corse à la radio et à la télévision sont réservées à quelques-uns ? Y aurait-il deux vérités, l’une en français et l’autre en corse ? »
« Nous demandons une information beaucoup moins orientée, celle-là même à laquelle on a droit dans la République. »

11De leur côté, les rédactions estiment, au nom du droit à l’information, qu’elles doivent, à l’instar de la presse écrite, informer des agissements autonomistes. Les rapports se tendent également avec la justice et la police qui cherchent à instrumentaliser les médias locaux pour leur travail d’enquête. La marge de manœuvre des journalistes de la rédaction est étroite en raison des enjeux extrêmement politiques.

12L’équilibre à trouver entre les souhaits des jeunes journalistes de l’île, les vœux des notables, la surveillance de la direction parisienne, sans parler des pressions nationalistes, sera difficile à trouver.

De quelques affaires : les logiques mises à l’épreuve

  • 4 Cette action de la Haute Autorité est contestée par le directeur adjoint du Cabinet, Gilles Ménage (...)

13Au mois de février 1983, le préfet de police Robert Broussard décide de faire diffuser, avec l’accord du Parquet, des enregistrements téléphoniques faisant état de menaces à l’encontre d’un coiffeur d’Ajaccio, André Schoch, assassiné dans des circonstances non élucidées. Les journalistes de FR3 et de Radio Corse FM qui estiment que la diffusion de ces enregistrements est de nature à les rendre complices d’un appel à la délation, refusent d’obtempérer. Le juge d’instruction Robert Breton, renouvelle alors la demande par voie de commission rogatoire. L’affaire prend aussitôt une envergure nationale : les présidents de FR3 et de Radio France hésitent devant le risque que pourrait créer un tel précédent et saisissent alors la Haute Autorité qui, après avoir contacté officieusement le secrétaire d’État à la Sécurité publique Joseph Franceschi, reçu Robert Broussard, et pris contact avec la Chancellerie, propose un compromis, inspiré par l’exemple britannique (BBC)4. Un numéro de téléphone sera diffusé à l’antenne que le public pourra appeler pour entendre les voix enregistrées des racketteurs. Les sages ont donc pu concilier les deux logiques qui s’affrontent : d’un côté, les journalistes ne sont pas transformés en « auxiliaire de police » puisque leur responsabilité éditoriale n’est pas en cause ; de l’autre, juges et policiers ne peuvent se plaindre de voir leur travail d’enquête compromis.

14En dépit de cette médiation qui a pris soin de ménager toutes les susceptibilités en cause, une plaie reste ouverte. Les rapports entre les médias régionaux et les pouvoirs publics se tendent à l’extrême. L’affaire du coiffeur a renforcé la méfiance naturelle et réciproque des deux camps et crée un processus d’escalade dans le heurt de ces deux logiques. Désormais, la police et la justice, et dans une certaine mesure le gouvernement, considèrent la rédaction comme un repère d’autonomistes. Tous contacts établis avec les autonomistes sont assimilés à de la complicité, de la complaisance. Les pouvoirs publics qui tentent de lutter contre les provocations nationalistes, considèrent comme anormal que les médias locaux continuent, dans cette période troublée, de rendre compte des agissements des nationalistes. L’inquiétude gagne rapidement Paris. Le 14 juin, à la suite d’une visite présidentielle en Corse, le directeur de Cabinet du président de la République, Jean-Claude Colliard, saisit officiellement la Haute Autorité.

  • 5 Compte rendu de la séance plénière du 14 juin 1983, Archives HACA, F 41 bis 4066.890600/15.

« Il semblerait que cette station, de l’avis même de la police, soit un point de passage vers les autonomistes, ce que traduit, au niveau des reportages, une très grande importance donnée aux autonomistes. »5

15Aux déclarations tonitruantes des politiques, la Justice et la Police répondent par une attitude proche du harcèlement. Les saisies de documents après diffusion se multiplient, les journalistes qui restent en contact avec les nationalistes sont immédiatement convoqués, mis en garde à vue, inculpés pour divulgation de fausses nouvelles.

16De leur côté, les rédactions locales sont sur la défensive et leur incompréhension croît, d’autant qu’il leur est difficile de travailler la « tête froide », prises en étau entre les pressions et les menaces qui pour certains journalistes pèsent sur leur vie. Le contact avec les forces de l’ordre est compromis et ce déséquilibre des sources n’aide pas à l’équilibre de l’information. La Haute Autorité tente de demander en vain qu’un porte-parole soit nommé.

17Le traitement de la disparition de Guy Orsoni, (connu pour ses sympathies avec la CCN et l’Ex-FLNC) par la télévision provoque l’intervention du Premier ministre. Cette disparition sert de prétexte à une radicalisation de l’action séparatiste. La CCN dénonce l’enlèvement politique et accuse les services spéciaux français. La police émet, quant à elle, la thèse du règlement de compte entre truands tandis que le gouvernement ne dément que très mollement les accusations de « complot ».

18Aussi, devant la propagande des autonomistes, l’information semble vite déséquilibrée. D’autant plus que ces derniers redoublent de provocations en organisant, le 11 juillet, une cérémonie à la mémoire du disparu au cours de laquelle sept membres de l’Ex-FLNC, cagoulés, tirent des coups de feu, et dévoilent une plaque sur laquelle figure :

« À la mémoire de notre frère, Guy Orsoni, militant du FLNC, martyr de notre Cause, assassiné par l’État français. »

19Les sociétés de télévision, tout comme l’ensemble de la presse écrite, en rendent compte. Cette fois, les stations locales ne sont pas seules en cause. Les reportages ont été faits par une équipe d’Antenne 2 (FR3 Corse, en raison de ses moyens limités, ne tourne pas le dimanche et ne fera que reprendre les images). Mais qu’importent les nuances, ces retransmissions déclenchent aussitôt les foudres politiques.

  • 6 Lettre du Premier ministre à la HACA, 20 juillet 1983, Archives HACA, F 41 bis 4425.

20Le Premier ministre saisit la Haute Autorité pour lui rappeler que « le climat d’insécurité » ne peut être « qu’aggravé par certains commentaires qui présentent de façon complaisante, en raison de leur caractère sensationnel, des événements de nature séditieuse ». Faisant référence au reportage sur cette cérémonie, le Premier ministre estime qu’il « est tout-à-fait anormal qu’elle soit relayée longuement par la télévision » et demande donc aux neuf sages d’« examiner les circonstances dans lesquelles ce reportage a été réalisé » et de faire en sorte que les présidents des sociétés en cause prennent « les mesures qui s’imposent »6.

  • 7 Compte rendu de la séance plénière du 26 juillet 1983, Archives HACA, F 41 bis 4067.890600/17.

21La Haute Autorité enquête, visionne des bandes, reçoit les principaux protagonistes de l’affaire7. Les commentaires qui ont été faits lors de la retransmission de cette cérémonie lui paraissent en effet manquer de mesure. Alors qu’elle se pose la question de savoir comment intervenir, une nouvelle affaire rend la situation plus délicate encore.

22Jean-Louis Eyssartel, responsable de la station locale de Radio France, Radio Corse FM, est inculpé pour divulgation de fausses nouvelles. Il a rendu compte, à l’antenne, de la conférence de presse organisée par une association d’aide aux prisonniers Corses, « A Riscossa », faisant état de sévices pratiqués par la police sur deux hommes inculpés d’assassinat après l’attaque du camp de repos de la légion étrangère de Sorbo Ocognano en février 1982. Les rédactions ont le sentiment d’être victimes d’un véritable harcèlement. Sampiero Sanguinetti, rappelle, à cette date, que trente quatre journaux télévisés de FR3 ont été saisis après diffusion. Mais la nervosité s’accroît également du côté des pouvoirs publics.

  • 8 Compte rendu de la séance plénière du 20 septembre 1983, Archives HACA, F41 bis 4067. 890600/17.
  • 9 Compte rendu de la séance plénière du 23 septembre 1983, Archives HACA, F 41 bis 4067. 890600/17.

23Lors d’une réunion à la Haute Autorité, Sampiero Sanguinetti et Jean-Louis Eyssartel plaident leur cause8. Devant l’incompréhension mutuelle grandissante des parties concernées, les sages se décident à mener une mission de conciliation. Michèle Cotta rencontre le ministre de l’Intérieur, Gaston Defferre, pour lui expliquer la situation. Ce dernier reconnaît la nécessité de « calmer le jeu » en Corse et d’essayer d’améliorer les relations entre l’audiovisuel et les pouvoirs publics9. À cette fin, il approuve la proposition de la Haute Autorité d’organiser un rendez-vous de presse quotidien avec un porte-parole des pouvoirs publics. Cette solution devrait permettre de dissiper les malentendus en évitant que les propos des nationalistes ne soient l’unique source des informations en Corse.

24Cela n’empêche pas la Haute Autorité de rester très prudente dans la réponse qu’elle fait au Premier ministre tant elle estime qu’il revient à chacun de faire un effort :

  • 10 Lettre de la Haute Autorité au Premier ministre, 24 novembre 1983, Archives HACA, F 41 bis 4425.

« Les membres de la Haute Autorité ont constaté qu’il y avait eu en effet un déséquilibre en faveur des nationalistes, dont les thèses ont été exposées sans être suffisamment contrebalancées par celles, notamment, du Conseil Général de Haute Corse. De plus, ces événements ont fait apparaître une question qui dépasse la conjoncture corse et dont l’importance mérite réflexion : peut-on ignorer un événement sous prétexte qu’il est provoqué par des gens dont la volonté affirmée et les méthodes consistent à troubler l’ordre public ? En revanche, le rôle de l’information n’est-il pas de rendre compte des faits, et uniquement des faits ? À cet égard, il importe d’informer le public sur tout ce qui se passe dans notre pays. Toutefois, la gravité de la situation en Corse et sa complexité impliquent que les rédactions fassent un effort particulier d’explication et rendent compte équitablement des différentes thèses en présence. »10

25Indépendamment de ce rappel à la prudence, la médiation est efficace dans la mesure où, en suscitant le dialogue avec les responsables des rédactions, les sages ont joué en Corse un véritable rôle pédagogique sans pour autant avoir l’air de s’immiscer dans les problèmes de déontologie. En revanche, l’action vis-à-vis des pouvoirs publics est plus difficile. Le porte-parole ne sera jamais désigné. Malgré les contacts établis sur place entre les directeurs de l’information de Radio France et FR3 et le ministre de l’Intérieur lors d’une de ses visites en Corse et la médiation de la Haute Autorité avec les pouvoirs publics, la situation sur place ne s’améliore guère.

  • 11 Compte rendu de la séance plénière du 18 janvier 1984, Archives HACA, F 41 bis 4067. 890600/17.
  • 12 Le fil de ces événements est relaté par Sampiero Sanguinetti le 18 janvier à la Haute Autorité. On (...)
  • 13 Le Monde, 18 janvier 1984.
  • 14 Ibid.

26Au mois de janvier 1984, la saisie de cassettes avant diffusion par les forces de police relance la polémique. Il s’agit d’un reportage « couvrant » les obsèques d’Etienne Cardi, militant nationaliste. Sampiero Sanguinetti négocie avec Robert Broussard et promet, en cas d’incident, de lui remettre la cassette en main propre pour qu’il y ait une séquence au journal du soir11. Mais la cérémonie donne lieu à des heurts entre les forces de l’ordre et les séparatistes. Un journaliste refuse de remettre une cassette à un gendarme prétextant que celle-ci ne contient pas la scène de l’incident. La police pense aussitôt que FR3 ne respecte pas ses engagements et intercepte à 20 Km d’Ajaccio le reste de l’équipe qui refuse d’obtempérer en l’absence de commission rogatoire. Un dispositif policier est immédiatement mis en place autour de FR3 pour que les cassettes ne parviennent pas à la rédaction. Sampiero Sanguinetti s’engage à remettre le film des incidents pour que le dispositif soit levé. La cassette est saisie et aucune image des incidents ne pourra être diffusée au journal du soir12. Rendu le lendemain, le reportage ne sera pas diffusé, Sampiero Sanguinetti jugeant qu’il n’a plus sa place dans l’information13. Cette saisie avant diffusion pose le problème de la violation du secret des sources et, de façon encore plus accrue que d’habitude, celui de la liberté d’information. Elle provoque aussitôt le tollé des organisations syndicales qui déposent des préavis de grève, saisissent la direction nationale de FR3 et la Haute Autorité « afin qu’elles prennent une position claire assurant, dans des conditions normales, l’exercice de la profession de journaliste dans l’île »14.

  • 15 Délibération du 17 janvier 1984.
  • 16 Compte rendu de la séance plénière du 18 janvier 1984, Archives HACA, F 41 bis 4067. 890600/17.

27Tandis que le conseil d’administration de FR3, réuni le 17 janvier, vote à l’unanimité une délibération faisant état de « sa solidarité » avec la rédaction du journal régional15, les neuf sages convoquent de nouveau André Holleaux, Sampiero Sanguinetti, Edouard Guibert et Serge Moati16. Sanguinetti raconte le détail des événements. La situation devient impossible et la police n’est pas seule en cause. Le problème est davantage politique. La CFR harcèle la rédaction de coups de téléphone indignés. François Giacobbi, président MRG du conseil général de Haute-Corse, redouble les déclarations tonitruantes à l’égard de ce qu’il considère comme un « nid de nationalistes ». En outre, régulièrement, certains journalistes reçoivent des menaces de mort anonymes. La fermeture du journal est envisagée mais serait trop assimilée à un constat d’échec. Finalement, la Haute Autorité ne peut s’en tenir qu’à un vœu pieux. Cependant, elle s’engage, cette fois sans ambiguïté, du côté de la rédaction de Corsica Sera. Le communiqué qu’elle publie à l’issue de la réunion en témoigne clairement :

« La liberté de l’information s’applique de façon identique et avec les mêmes garanties sur l’ensemble du territoire de la République. »

  • 17 Le Monde, 20 janvier 1984.

28La Haute Autorité « regrette d’autant plus les incidents survenus que, compte tenu des conditions difficiles qui prévalent actuellement en Corse, [elle] avait recommandé et obtenu que tous les responsables de l’information s’astreignent à une discipline rigoureuse en matière d’honnêteté, d’équilibre et de pluralisme, et cela en maintenant un contact étroit avec les autorités responsables de l’ordre public ». « Tout cela doit être fait » poursuit-elle, « pour continuer à sauvegarder les règles essentielles qui permettent une information libre dans les pays démocratiques et pour que la sécurité des personnes qui en ont la charge soit assurée »17

  • 18 Note du conseiller technique, Jean-Pierre Paoli, au secrétaire d’État chargé des Techniques de la (...)
  • 19 Ibid.

29Au sein du gouvernement, les avis sont partagés. Le ministère de l’Intérieur estime « qu’en période exceptionnelle, les mesures exceptionnelles sont justifiées, notamment la saisie des bandes », que le FLNC est un mouvement dissous qui ne doit pas bénéficier de l’accès à l’antenne et que la rédaction de FR3 Ajaccio est infiltrée par les éléments indépendantistes et ne rend pas compte objectivement des événements18. Ce n’est toutefois pas l’avis du garde des sceaux qui juge que « les saisies préalables s’apparentent à un acte de censure que seul l’état d’urgence pourrait éventuellement justifier »19.

Une affaire nationale

  • 20 Rapport d’information fait au nom de la commission des Affaires culturelles (...), op. cit., Sénat (...)

30Le rôle de FR3 Corse devient une affaire de politique nationale de grande ampleur avec la publication d’un rapport sénatorial. La commission des Affaires culturelles du Sénat décide de confier à Charles Pasqua, la mission de vérifier sur pièce et sur place les conditions dans lesquelles l’information diffusée par les sociétés de programme de radio et de télévision en Corse rendent compte de l’activité des mouvements séparatistes20.

  • 21 Ibid., p. 14.
  • 22 Rapport d’information fait au nom de la commission des Affaires culturelles (...), op. cit., p. 17

31Après trois mois d’enquête, le Sénat arrive à la conclusion que « FR3 Corse et Radio Corse FM sont devenues les porte-parole des mouvements séparatistes et, de façon plus générale, de la cause autonomiste »21. À partir de ce postulat, les sénateurs égrènent toute une série d’exemples « consternants de propagande insidieuse pour la cause séparatiste, résultant de l’inexpérience ou de l’irresponsabilité ou des deux à la fois »22.

  • 23 Ibid., p. 17.
  • 24 Ibid., p. 11.
  • 25 Ibid., p. 26 et 28.
  • 26 Ibid., p. 18.
  • 27 Ibid., p. 30.

32Les rapporteurs contestent aux journalistes de FR3 Corse et de RFCM « le droit de se prévaloir de la qualité de journalistes »23, les accusent « d’improvisation et d’amateurisme »24, de « manque de rigueur, de complaisance, d’exploitation de situations pénibles et douloureuses »25, de « dévoiement du Service Public »26, « d’inexpérience, de faiblesses professionnelles et idéologiques »27. Le rapport s’appuie, en seconde partie, sur une comptabilisation des temps d’antenne qui repose sur les informations fournies, d’une part par les deux stations régionales, et d’autre part par les services du conseil régional de Haute-Corse qui avaient constitué une cellule d’observation à cet effet. On dénonce la propension des stations à minorer le temps qu’elles accordent aux mouvements séparatistes et, de façon plus générale, le fait même d’accorder une place, aussi minime soit-elle, à des mouvements dissous.

  • 28 Ibid., p. 30.

33L’objectif du rapport apparaît clairement dans la conclusion. Les sénateurs souhaitent une restructuration notamment en reconsidérant rapidement « l’encadrement des deux équipes » ainsi que « les fonctions de certains éléments qui ont commis les fautes les plus lourdes »28.

34Les conclusions de Charles Pasqua laissent entrevoir des intentions plus larges. En demandant la révision de la loi sur les mouvements dissous, il souhaite limiter le droit d’informer pour l’ensemble des radios et télévisions du service public.

  • 29 Compte rendu de la séance plénière du 22 juin 1984, F 41 bis 4067.890600/17.
  • 30 Lettre de la HACA à Charles Pasqua, 11 juillet 1984, 2e Rapport annuel de la HACA, septembre 1983- (...)
  • 31 Voir notamment le document élaboré par FR3 Corse : « Analyse du rapport d’information présenté par (...)

35Les neuf sages trouvent que le ton adopté dans le rapport est « difficilement acceptable » d’autant qu’il contient un certain nombre d’erreurs et que la méthode employée manque de rigueur29. Pour autant la Haute Autorité ne veut engager ni polémiques ni conflits avec le Sénat. Elle se contente donc de rappeler à Charles Pasqua qu’elle n’a pas attendu les conclusions de son rapport et lui signale les diverses actions qu’elle a menées à cet égard30. Par ailleurs, les neuf sages demandent aux présidents de Radio France et de FR3 d’élaborer des réponses circonstanciées. Un certain nombre d’erreurs sont alors relevées notamment dans un contre rapport élaboré par Sampiero Sanguinetti31. Les sénateurs omettent de mentionner le non-lieu dont a bénéficié Jean-Louis Eyssartel lorsqu’ils évoquent son inculpation à propos de l’affaire du communiqué « A Riscossa ». De même, sur l’affaire Orsoni, le rapport oublie que FR3 Corse n’a pas fait de reportage ce jour-là mais a retransmis celui d’Antenne 2. Le rapport insiste sur la déclaration de la CCN retransmise au journal télévisé de FR3 Corse suite à la visite du président de la République en Corse sans faire état des trois heures consacrées à cette visite. La façon dont ont été comptabilisés les temps d’antenne, en intégrant dans le temps d’antenne des séparatistes le compte-rendu des actes de violence, est aussi dénoncée : les sénateurs se sont directement inspirés des chiffres du rapport du conseil général.

36Mais les arguments rationnels pèsent peu en définitive. Le succès de la médiation entreprise par la Haute Autorité n’est donc pas entier dans la mesure où la mise en cause sénatoriale montre qu’elle n’est pas arrivée à convaincre toutes les parties concernées. Si elle n’a pu persuader les politiques, convaincus sur le fond que les médias régionaux devraient davantage « collaborer » à la lutte contre le terrorisme, son action paraît en revanche plus déterminante à l’égard des rédactions où elle parvient à convaincre de l’utilité de son rôle tout en aidant celles-ci à lutter contre leur « péché de jeunesse ». Quelles que soient les attaques ultérieures, elle parvient, en dédramatisant au coup par coup la situation, à maintenir ouvertes les deux stations régionales sans qu’il y ait de restructurations au sein des équipes existantes.

37La Haute Autorité ne peut pas entamer de polémiques avec le Sénat dont les conclusions sont partagées, malgré quelques nuances, par une majeure partie du personnel politique. Elle décide alors de « déplacer le projecteur sur l’avenir » en proposant d’organiser officiellement la campagne pour les élections à l’Assemblée Corse. La perspective de cette élection a en effet considérablement échaudé les esprits. L’idée d’une présence neutre qui puisse veiller au bon déroulement de la campagne, calme le jeu et fait retomber la tension, preuve au fond que l’institution remplit bien son rôle.

38Pour autant, la situation n’est pas totalement pacifiée. Le 19 mai 1986 dans une interview au Point, François Léotard ministre de la Communication du nouveau gouvernement de Jacques Chirac porte une grave accusation contre des journalistes du service public en déclarant « qu’en Nouvelle Calédonie, aux Antilles ou en Corse, des journalistes entre autres, ont joué, contre la France, la collusion avec des puissances étrangères ». Vingt membres de la rédaction de FR3 Corse poursuivent François Léotard en diffamation mais le TGI d’Ajaccio se déclare incompétent, estimant qu’un ministre, protégé par sa qualité, ne peut être condamné par une juridiction de droit commun.

39Peu de temps après, en février 1987, Sampiero Sanguinetti est muté à Marseille. D’autres journalistes le suivent (Jean-Marc Leccia et Danielle Jammet). La diffusion depuis Marseille, et non plus d’Ajaccio, des programmes corses est envisagée par René Han, nouveau président de FR3. Les grèves se multiplient. Le CSA, à la demande de François Giacobbi, intervient estimant que le temps de parole alloué à des personnalités locales ayant des convictions indépendantistes au sein du journal télévisé est trop important. Le mode d’appréciation des temps de parole est contesté.

Vers l’autonomie

40Pourtant, parmi les cahots, France 3 Corse devient une « direction territoriale » totalement autonome par rapport à Marseille en juin 1993. La nomination de Jacques Pantallaci à la tête de la nouvelle station, ancien directeur de Radio Corse Frequenza Mora depuis juin 1984, semble clore cette difficile période de mise en place.

41S’il a suscité bien des controverses, le journal Corsica Sera a su trouver un public et s’enraciner dans le paysage médiatique corse. Une enquête de l’INSEE de 1987 montrait que le journal télévisé corse était suivi régulièrement par 48 % de la population et 67 % des personnes interrogées déclaraient que le journal leur manquerait s’il n’existait pas. Au-delà des polémiques locales, des réactions passionnelles, l’île est attachée à ses informations.

Bibliographie

Bibliographie

Jérôme BOURDON et Cécile MÉADEL, Les Ecrans de Méditerranée. Histoire d’une télévision régionale, Marseille, Jeanne Laffitte/INA, 1994.

Agnès CHAUVEAU, L’audiovisuel en liberté ? Histoire de la Haute Autorité, Paris, Presses de Science Po, 1997.

Notes

1 Voir sur ce point Jérôme BOURDON et Cécile MÉADEL, Les Écrans de Méditerranée. Histoire d’une télévision régionale, Marseille, Jeanne Laffitte/INA, 1994.

2 Jean-Louis FABIANI, « La télé au pays. Production locale des images et représentation politique », dans Actes de la Recherche en sciences sociales (résultat d’une enquête menée en mai 1986 auprès de la rédaction de FR3 Corse).

3 Le Monde, 22 juillet 1981.

4 Cette action de la Haute Autorité est contestée par le directeur adjoint du Cabinet, Gilles Ménage, qui, dans une note du 3 mars 1983 qu’il adresse au président de la République avance une autre argumentation : « Le problème n’est donc pas, comme cela a été soutenu par les journalistes, de savoir si pression est faite sur eux pour collaborer à une œuvre de délation, mais si un service public national a la possibilité de refuser de déférer à une demande émanant de l’autorité judiciaire dont les fondements juridiques ne sont pas contestables. De surcroît, la réponse n’appartient pas aux journalistes qui ne sauraient être propriétaires de l’antenne ni du contenu qui est diffusé, mais à la direction de FR3 et des autres radios sollicitées. Si l’on retient l’analyse précédente, la question n’est donc pas celle de l’application de la déontologie propre aux journalistes. En conséquence, on n’aperçoit pas sur quel fondement la Haute Autorité est autorisée à intervenir dans ce domaine qui ne ressortit pas de sa compétence. De surcroît, il convient de remarquer — et ceci est sans doute une erreur de procédure — que le dialogue s’est engagé directement entre la Haute Autorité et le secrétariat d’État à la Sécurité publique, sans que ni le ministère de la Communication ni le Cabinet du Premier ministre ni la présidence de la République aient été informés de ces démarches. Enfin l’ensemble des considérations qui précèdent conduit à souligner qu’il serait dommageable d’accepter désormais qu’une décision judiciaire puisse être mise en échec par un groupe de journalistes s’appuyant sur l’autorité morale de la Haute Autorité. » (Archives Clément, 88053/22)

5 Compte rendu de la séance plénière du 14 juin 1983, Archives HACA, F 41 bis 4066.890600/15.

6 Lettre du Premier ministre à la HACA, 20 juillet 1983, Archives HACA, F 41 bis 4425.

7 Compte rendu de la séance plénière du 26 juillet 1983, Archives HACA, F 41 bis 4067.890600/17.

8 Compte rendu de la séance plénière du 20 septembre 1983, Archives HACA, F41 bis 4067. 890600/17.

9 Compte rendu de la séance plénière du 23 septembre 1983, Archives HACA, F 41 bis 4067. 890600/17.

10 Lettre de la Haute Autorité au Premier ministre, 24 novembre 1983, Archives HACA, F 41 bis 4425.

11 Compte rendu de la séance plénière du 18 janvier 1984, Archives HACA, F 41 bis 4067. 890600/17.

12 Le fil de ces événements est relaté par Sampiero Sanguinetti le 18 janvier à la Haute Autorité. On peut le retrouver également dans l’intervention d’André Holleaux au conseil d’administration de FR3 du 17 janvier 1984 (Archives Fillioud, 920052/5).

13 Le Monde, 18 janvier 1984.

14 Ibid.

15 Délibération du 17 janvier 1984.

16 Compte rendu de la séance plénière du 18 janvier 1984, Archives HACA, F 41 bis 4067. 890600/17.

17 Le Monde, 20 janvier 1984.

18 Note du conseiller technique, Jean-Pierre Paoli, au secrétaire d’État chargé des Techniques de la communication à propos d’une réunion à Matignon, le 19 janvier, sous la présidence de Michel Delebarre en présence des représentants de l’Intérieur (Maurice Grimaud), de la Justice et de l’Elysée (Gilles Ménage) et consacrée aux événements qui ont suivi les incidents de Serriera (non datée, Archives Fillioud, 920052/5).

19 Ibid.

20 Rapport d’information fait au nom de la commission des Affaires culturelles (...), op. cit., Sénat, seconde session ordinaire de 1983-1984, n° 385,117 p.

21 Ibid., p. 14.

22 Rapport d’information fait au nom de la commission des Affaires culturelles (...), op. cit., p. 17.

23 Ibid., p. 17.

24 Ibid., p. 11.

25 Ibid., p. 26 et 28.

26 Ibid., p. 18.

27 Ibid., p. 30.

28 Ibid., p. 30.

29 Compte rendu de la séance plénière du 22 juin 1984, F 41 bis 4067.890600/17.

30 Lettre de la HACA à Charles Pasqua, 11 juillet 1984, 2e Rapport annuel de la HACA, septembre 1983-septembre 1984, Annexe 34, p. 136.

31 Voir notamment le document élaboré par FR3 Corse : « Analyse du rapport d’information présenté par Messieurs Charles Pasqua, Roger Boileau et Jules Faigth, au nom de la commission des Affaires culturelles du Sénat, au sujet des conditions dans lesquelles l’information diffusée par les sociétés de programme de radio et de télévision en Corse rend compte de l’activité des mouvements séparatistes. » Ce document, élaboré par Sampiero Sanguinetti, répond de façon très précise à toutes les accusations portées par le rapport du Sénat ainsi que celles présentes dans le rapport du conseil général de Haute-Corse. Le document montre d’ailleurs que les sénateurs se sont directement inspirés de ce rapport du conseil général. Document transmis par S. Sanguinetti.

Auteur

Agnès CHAUVEAU, historienne, maître de conférences à l’université de Metz, a notamment publié L’audiovisuel en liberté ? Histoire de la Haute Autorité (Presses de Sciences Po, 1997).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable