Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Médias et identités urbaines

La « question de la banlieue » à la télévision française. Mise en place et évolution d’un conflit de représentations

Guy Lochard

Texte intégral

1Parler aujourd’hui de « questions des banlieues » expose à toutes les équivoques. Analyser, comme nous le proposons, ce qu’ont été les modes de traitement télévisuels des phénomènes classés sous cette expression consacrée oblige donc d’emblée à se positionner sur la nature de cet objet fuyant.

Un complexe de représentations

2La « question des banlieues » n’est pas dans notre perpective un fait social homogène. Elle est un complexe de représentations et de discours dont les mécanismes de constitution et de gestion sont à rechercher pour une part déterminante dans les logiques du discours informatif contemporain. C’est là notre première hypothèse.

  • 1 On retient donc ici l’idée que, comme d’autres catégories d’acteurs sociaux, les habitants des mar (...)

3La seconde est que cette thématique est au centre d’un rapport de forces, d’un jeu de forces interactionnel mettant en présence les professionnels de l’information, les pouvoirs publics et les habitants des zones urbaines périphériques, développant des stratégies autonomes qui les opposent dans des conflits d’images et de discours1.

4L’option théorique adoptée ici revient donc à récuser deux visions courantes. La première qui tend à « naturaliser » les événements intervenant dans les marges urbaines face auxquels les médias ne se positionneraient que comme de simples « lieux d’enregistrement ». La seconde vision qui, sous l’égide des paradigmes de la « mésinformation » ou de la désinformation, invite au contraire à analyser la « question de banlieues » et la dramatisation dont elle est l’objet comme le produit d’une « manipulation » des médias, en proie à la seule logique du sensationnalisme.

  • 2 Daniel CEFAI, « La construction des problèmes publics. Définitions des situations dans les arènes (...)

5Se démarquant de ces deux perspectives, notre perspective d’analyse engage ainsi à considérer que les événements alimentant quotidiennement en France la rubrique « banlieues » dans les médias ne sont, conformément à la théorisation des « problèmes publics » de Daniel Cefai2, « ni [des] faits purs et durs, ni [des] inventions de l’esprit ». Mais qu’ils sont, comme nous y invite ce chercheur, les éléments constitutifs d’un « problème public construit et stabilisé, thématisé et interprété dans les cadres ou les trames de pertinence qui ont cours dans un horizon d’interactions et d’interlocutions ».

Trois périodes caractéristiques

  • 3 Dans le cadre d’une étude commanditée par le Service des Études de France Télévision mais qui a dé (...)

6C’est à la lumière de ces hypothèses que nous avons procédé, avec mon collègue Henri Boyer3, à l’examen diachronique d’un vaste corpus d’émissions consacrées directement ou indirectement à cette thématique télévisuelle.

7Cette observation permet de distinguer dans la période analysée trois périodes caractéristiques :

  1. 1950-1981, où l’on assiste à une montée progressive des interrogations sur ce territoire et les phénomènes dont il est le cadre ;
  2. 1981-1989 où dominent les stratégies de dramatisation ;
  3. 1989-1994, étape plus complexe, caractérisée par une tension dans le discours informatif entre un regard péjoratif et alarmiste et un projet affiché « d’expliquer » la banlieue en révélant certains de ses visages rassurants.

1950 -1981 : de l’émergence à la cristallisation

  • 4 Voir notamment dans la série « État d’urgence », Le problème des jeunes. Histoire de Bernard, réal (...)

8Si l’on observe les rares émissions disponibles de la période « pionnière » de la télévision, on peut certes relever quelques traces des interrogations que soulèvent à cette époque le déracinement et l’intégration dans les métropoles4. Mais à se référer à ces rares sources, la banlieue n’est ni identifiée ni décrite dans cette prime enfance du média comme un espace spécifique, intégrée qu’elle est dans un univers urbain indifférencié.

  • 5 Le média naissant y a sa part puisque son journal télévisé consacre plusieurs sujets à l’abbé Pier (...)
  • 6 Dans cette période, la Radiotélévision française se fait l’écho de l’élan général de construction. (...)

9Elle accède pourtant au milieu des années 50 à une première forme d’existence télévisuelle à travers la « question du logement ». Au centre du débat public français depuis la fin de la guerre, ce problème connaît en 1954 une brusque promotion grâce à la stratégie de médiatisation mise en œuvre par le mouvement Emmaüs5. Dans un contexte marqué par une dramatique pénurie de logements sociaux6, la banlieue et ses vastes espaces disponibles pour des programmes immobiliers, peut ainsi apparaître dans quelques productions comme une forme de réponse aux difficultés rencontrées. Exemplaire de cette perception est la série d’émissions consacrées par Pierre Sabbagh au « problème du logement » qui sont centrées autour de la personnalité omniprésente de Pierre Sudreau. La construction industrielle et les grands ensembles qu’elle permet de réaliser nous y sont plusieurs fois très explicitement présentés comme des solutions d’avenir. Mais jusqu’à la fin des années 50, la banlieue ne semble toujours pas constituée en thématique autonome. Espace investi de valeurs contradictoires par une histoire culturelle, elle reste un simple cadre de phénomènes et d’événements autonomisés qui ne sont pas renvoyés à un système explicatif unifiant, pas plus qu’ils ne font l’objet d’une mise en débat.

  • 7 Quarante mille voisins ; réalisation : Pierre Tchierna, Cinq colonnes à la une ; producteurs : Pie (...)
  • 8 Il s’ouvre sur des vues d’hélicoptère donnant à voir la topographie de ce grand ensemble de la ban (...)
  • 9 Cet optimisme tempéré préside également à l’une des premières éditions de la série Faire face (29 (...)

10Ce territoire est l’objet d’une première forme de problématisation lorsque les « grands ensembles » commencent à se dessiner dans le paysage urbain français. L’installation des premiers résidents dans ces nouvelles formes d’habitat est à l’origine de quelques reportages qui permettent aux téléspectateurs d’en découvrir les atouts. Diffusé le 2 décembre 1960, un sujet7 de Cinq colonnes à la Une, consacré au grand ensemble de Sarcelles, insiste sur les progrès que recèle cette nouvelle conception du logement (le confort, l’hygiène, l’espace de ces appartements) et de l’organisation urbaine. Mais on peut noter que le commentaire n’est pas exempt d’une certaine perplexité. Prospectif8, le commentaire laisse en effet transparaître un dilemme entre les promesses d’un nouveau cadre de vie plus fonctionnel et les inconnues qu’il laisse en suspens. Une préoccupation effleure parfois : celle d’une possible propagation de la délinquance juvénile, facilitée par l’anonymat et le manque d’équipements. Le commentateur fait ainsi remarquer que « ce sont nos amis les sociologues qui vous diront que les grands ensembles favorisent la délinquance juvénile ». Prudent, son propos adopte en conclusion une tournure interrogative (« Les grands ensembles sont-ils un mal nécessaire ou un nouvel aspect du plaisir de vivre ? ») pour ne fournir qu’une réponse sibylline : « Ce sera à ces enfants, si vous le voulez bien, de répondre dans quelques années. »9

  • 10 Bâtir pour les nommes ; collection : Visa pour l’avenir ; réalisation : Jean Lallier ; producteurs (...)

11Ces inquiétudes tendent à s’accentuer dans les années suivantes. Un documentaire de Jean Lallier10 l’illustre à l’envi en convoquant, pour procéder à l’examen des enjeux du nouvel urbanisme, plusieurs scientifiques : des urbanistes, des sociologues et des biologistes. C’est un postulat ethnologique qui oriente l’analyse de ce film. Il s’ouvre sur une série de plans donnant à voir des colonies d’oiseaux tandis que le commentateur Roger Louis, tout en se défendant de trop rapides extrapolations, évoque le paramètre du « territoire » qui « conditionne la vie des hommes ». Cette hypothèse est accréditée par une assez longue séquence restituant une inquiétante expérience qui permet d’observer l’évolution du comportement d’un groupe de souris, obligées de cohabiter dans un espace réduit.

12La réflexion sur l’avenir de nouveau type d’habitat recueille encore à cette époque des réponses plus rassurantes, comme dans ce documentaire de Pierre Boursaus (Une banlieue en extension, L’avenir est à vous, 1966) consacré aux transformations d’une commune maraîchère de la banlieue nord. Mais l’inquiétude tend à gagner du terrain à travers des questionnements, de plus en plus présents au cours des années 60, sur l’affaiblissement des formes traditionnelles de contrôle social. Cette réflexion se structure au plan médiatique autour du thème en gestation de la « délinquance juvénile ». De façon plus ou moins directe, celle-ci sert de trame narrative ou de toile de fond à quelques téléfilms. L’apparition de magazines spécialisés tels que Seize millions de jeunes permet cependant d’appréhender cette réalité sur un mode plus « compréhensif ». Exemplaire est à ce titre un documentaire de Bernard Bouthier La bécane (1966) décrivant la vie de plusieurs jeunes habitants de cités sortis du système scolaire et en butte à plusieurs formes de rejet et d’incompréhension qui les placent en permanence aux limites de la légalité.

  • 11 Un parmi des milliers ; collection : Verdict ; réalisation : Jacques Cornu ; producteurs : Pierre (...)
  • 12 Dimanche volé ; réalisation : Gérard Chouchan, scénario : Serge Ganzl ; diffusé le 19 mai 1972.

13Source de tensions entre générations, la délinquance juvénile est à l’origine d’une autre thématique qui va s’amplifier à la télévision dans les années 70 : celle de l’autodéfense. Dès 1966, un numéro de la série Verdict11 invite les téléspectateurs à donner leur avis, à l’issue de la projection d’un téléfilm sur l’attitude d’un homme ayant abattu un jeune homme coupable d’une tentative hold-up. De cette tension grandissante entre les générations, les fictions télévisuelles se font aussi l’écho. Dimanche volé, un téléfilm de Gérard Chouchan12 (1972) analyse par exemple sur un mode rétrospectif les mécanismes qui ont conduit un habitant excédé d’un grand ensemble à provoquer involontairement la mort du père d’un jeune voisin fauteur de bruit.

  • 13 Pour un habitat nouveau ; collection : La France défigurée ; production : O.R.T.F ; journalistes : (...)
  • 14 Significatif est par exemple un sujet du Journal télévisé de la 1ère chaîne (5 juillet 1973) consa (...)
  • 15 Les petits enfants du siècle ; réalisation : Michel Favart, auteur : Christiane de Rochefort, adap (...)

14Très irréguliers et portés à l’euphémisation jusqu’au début des années 70, les sujets évoquant ou prenant pour cadre l’univers banlieusard semblent alors prendre une place grandissante dans les programmes de la télévision française. Relayant des préoccupations et des mesures gouvernementales, des sujets spéciaux au Journal télévisé mais aussi des émissions spéciales comme La France défigurée13 exposent, à partir de 1973, les réflexions institutionnelles sur les carences des grands ensembles et les nouvelles mesures pour « un habitat nouveau ». Ils relatent aussi l’émotion que peut faire naître, dans certaines banlieues pavillonnaires, la création de grands ensembles et l’arrivée de nouvelles populations14. Cette perception assombrie des cités périphériques n’épargne pas les programmes de fiction. C’est le moment où Michel Favart15 porte à l’écran Les petits enfants du siècle, le roman de Christiane de Rochefort, qui fait partager l’adolescence chaotique d’une adolescente de cité.

  • 16 En témoigne une autre émission de la série La France défigurée, centrée sur des programmes immobil (...)
  • 17 Deux productions significatives : Le bruit chez soi, Le bruit dans la vie quotidienne, dans la sér (...)
  • 18 Un premier numéro de la série Aujourd’hui Madame est consacré à la violence à l’école le 21 mai 19 (...)
  • 19 Symptomatique est à cet égard la production de deux documentaires donnant à entendre des habitants (...)

15La programmation de la fin des années 70 est marquée par les mêmes préoccupations : les dérives d’un urbanisme destructeur de l’environnement16, les effets psychosociologiques d’un habitat désocialisant17, l’exigence de sa rénovation ainsi que l’émergence de phénomènes de violence dans les enceintes scolaires18 tandis que commence à se dessiner un besoin de mémoire par rapport à des sites et des modes de vie progressivement recouverts par deux ou trois décennies de transformations urbaines19.

1981-1989 : de la cristallisation à la stigmatisation

  • 20 C’est ce dont témoigne Mogniss Abdallah : « Ces rodéos qui furent initialement une forme de révolt (...)

16Ces interrogations sur le « problème urbain », qui sont au centre du débat politique français depuis le début des années 70, ne se cristallisent cependant sur la scène télévisuelle que durant l’été 1981 avec le spectacle des « rodéos » de voitures dans plusieurs cités de la périphérie de Lyon. Les équipes de télévision et les journalistes des autres médias informatifs se précipitent alors dans la banlieue lyonnaise pour rendre compte d’événements qu’ils contribuent plus ou moins sciemment à susciter par leur seule présence20.

  • 21 Mogniss Abdallah évoque cet épisode : « À Vitry-sur-Seine, les jeunes s’opposent à l’équipe d’Ante (...)

17Ce mouvement est activé, comme l’ont fait remarquer plusieurs observateurs par les « mises en scène de soi » de jeunes habitants de ces banlieues qui cèdent dans leur recherche de reconnaissance aux pièges des images médiatiques les plus alarmistes. Très tôt cependant, des leaders de cette génération prennent conscience des effets pervers de ces attitudes qu’ils dénoncent publiquement. Ils mettent en œuvre des stratégies à l’égard des médias grâce notamment à la création d’une agence (Im’média) qui met en œuvre des stratégies de contre-information21.

  • 22 Voir à ce propos l’analyse de Gérard LEBLANC, Treize heures / vingt heures. Le monde en suspens, M (...)

18Un jeu « d’instrumentalisation réciproque » se met ainsi en place dès 1981 entre ces nouveaux acteurs sociaux et les professionnels de l’information. Préparé par un mouvement souterrain de mobilisation sociale, il oscille en fonction des conjonctures entre les alliances « objectives » et l’affrontement comme en octobre 1981 où une équipe d’Antenne 2 Midi se fait évincer avec ses invités (le maire, le préfet, et l’auteur Tahar Ben Jelloun22 d’une cité de Vénissieux). De leur côté, les pouvoirs publics ne sont pas indifférents au rôle des médias et plus spécialement de la télévision. Ceux-ci deviennent pour les édiles mais aussi plus largement pour tous les responsables institutionnels et gouvernementaux des relais indispensables pour réaliser l’ardente obligation d’une bonne communication médiatique qui s’impose à cette époque comme une préoccupation prioritaire de tout acteur public.

  • 23 La lecture des titres retenus dans les conducteurs de certains journaux télévisés est éloquente à (...)

19Une observation des sujets télévisuels en nombre croissant consacrés à la banlieue révèle ce jeu interactionnel qui s’établit ainsi, dans les années 80, entre les institutions publiques et le média télévisuel. Dès la fin de l’été 82, de nombreux sujets de journaux télévisés ou de magazines soulignent la réussite des dispositifs « anti-été chauds » non sans céder au niveau du lexique employé aux expressions les plus stéréotypées23. Les spectacles des premières « implosions » de tours apparaissent sur nos écran tandis que se multiplient les échos des initiatives de la Mission « Banlieues 89 » et de ses très médiatiques animateurs.

20La programmation de la fin des années 80 atteste bien en ce sens le rapport de forces triangulaire qui s’établit dès cette époque entre les pouvoirs publics, les acteurs sociaux des banlieues et les professionnels de l’information télévisée. Mais ce qui prédomine durant cette période, c’est malgré tout une tonalité pessimiste et dramatisante à travers une prédilection pour des sujets aux titres alarmistes accréditant la vision d’une banlieue en proie à toutes les dérives (La guerre des banlieues, TF1,13 heures, 31 octobre 1982, Mal vivre en banlieue, Midi 2, 30 décembre 1982), mal rééquilibrés par de plus rares sujets réhabilitant la sociabilité des cités ou mettant l’accent sur la volonté d’intégration de certains jeunes entreprenants (La rage de vaincre, Aujourd’hui la vie, 30 mai 1983).

1989-1994 : de l’amalgame à l’expiation

  • 24 Symptomatique est par exemple le 9 avril 1989, cette édition de Sept sur sept qui s’interroge sur (...)
  • 25 Direct consacrera ainsi, quelques semaines plus tard (21 novembre), une édition à la « Génération (...)

21Sous les effets conjugués de plusieurs événements qui ont pour site les périphéries urbaines ou qui leur sont associés, la « question des banlieues » va se tailler à partir de 1989 une place croissante dans l’agenda télévisuel. Cette focalisation trouve pour une large part son origine dans la corrélation de la thématique des banlieues avec celle de « l’intégrisme musulman » dont les banlieues sont de plus en plus désignées comme le siège et le principal foyer de propagation24. Elle est alimentée d’autre part par le surgissement d’événements fortement spectacularisés à la télévision (les « émeutes » de Vaulx-en-Velin d’octobre 1990) qui remettent à l’ordre du jour dans les rédactions le thème de la « violence urbaine ». Elle est accentuée enfin par le développement des manifestations lycéennes de novembre 1990 qui sont à l’origine d’une autre mise en relation du thème de la banlieue avec celui de la « jeunesse » : une jeunesse décrite comme violente mais aussi comme sacrifiée25 suivant un vieux topoi qui a lui aussi une tradition médiatique.

  • 26 Cette mise en cause du média (qui semble donc assumée par les professionnels qui font alors état d (...)

22Cette période est très éclairante. Elle souligne bien en quoi la thématique de la banlieue est bien une résultante, un « condensé » de phénomènes sociaux plus généraux et distincts mais qui sont amalgamés et rabattus par la logique du discours informatif sur un lieu symbolique chargé de tous les maux. Mais elle est intéressante à un autre titre. Elle constitue en effet un moment-charnière, caractérisée qu’elle est par une accentuation de la mise en cause de la télévision qui est désignée de plus en plus ouvertement comme la principale responsable de la stigmatisation dont sont victimes les ressortissants de certains quartiers étiquetés de façon négative26.

Le temps de l’expiation

23Ce moment intermédiaire ouvre ainsi une nouvelle étape qui est caractérisée :

  1. d’une part par une forme de « désinstitutionnalisation » du traitement de cette question sociale par la télévision française. On peut noter en effet dans la plupart des émissions un glissement vers un mode d’examen plus concret, plus « appliqué », plus « localiste » qui se traduit par une sollicitation de plus en plus accentuée d’acteurs politiques « de terrain » et « d’anonymes » au détriment des personnalités politiques et des experts ;
  2. d’autre part par la mise en œuvre d’un processus de réparation voire « d’expiation » par le média qui, de plus en plus mis en cause, se propose de réhabiliter voire de totalement « retourner » les images pénalisantes des banlieues et de leurs habitants qu’il a lui même contribué à installer27.

24Complexe, cette nouvelle attitude débouche sur une dernière étape (toujours d’actualité en 1997 semble-t-il) marquée quant à elle par une forme de clivage du discours télévisuel lorsqu’il se porte sur ce type de problématique sociale. Ce clivage se manifeste par une forme de « blocage argumentatif » et donc d’impuissance explicative, observables à un premier niveau dans une série d’émissions (La marche du siècle par exemple) qui peut offrir des cités une vision catastrophiste dans une édition et une vision contradictoire dans une édition suivante (en faisant état le plus souvent d’initiatives positives surgissant dans un quartier « exemplaire »). Mais ce clivage se traduit aussi par un autre type de contradiction, interne quant à elle au discours des reportages ou des documentaires qui sont de plus en plus orientés par un regard indécis et expectatif, successivement alarmiste puis lénifiant quant à l’état des banlieues.

25On retrouve donc là une forme bien connue de balancement rhétorique (pour/contre, aspects positifs/aspects négatifs) qui est la marque même du sens commun. Présidant de plus en plus au discours informatif qui a cours dans les émissions à prétention explicative sur les banlieues, cette dernière figure mérite attention. Elle met en bien en lumière que la télévision informative est le plus souvent condamnée, lorsqu’elle aborde les questions sociales, à une posture discursive marquée par l’ambivalence qui vaut comme un renoncement à affronter la complexité des situations et des êtres. Et ce essentiellement, parce que ce type de production médiatique est en proie à une situation de « double contrainte » qui s’impose aux producteurs d’information, en quête d’une crédibilité intellectuelle mais aussi toujours soumis à un impératif de séduction spectaculaire dont les effets sont les recours systématiques aux figures stéréotypiques et les retours, malgré les expériences passées, à des traitements hâtifs et dramatisants, pénalisants pour ceux qui en sont les objets.

26Une telle étude permet ainsi d’avancer que si l’information télévisée échoue le plus souvent à expliquer les phénomènes sociaux, ce n’est pas, comme on le dit trop souvent, du fait de son « langage » qui la condamnerait par nature à la superficialité. Mais c’est aussi, et surtout, du fait des contraintes d’un type de discours dont le coût est ce refus de choisir, sous couvert d’objectivité et pour fédérer le public visé, un « point de vue », autrement dit une perspective d’analyse, le plus souvent refusée pour ses possibles effets de division. Mais qui est pourtant un passage obligé pour interpréter la réalité sociale et en fournir peut-être quelques clés de compréhension.

Notes

1 On retient donc ici l’idée que, comme d’autres catégories d’acteurs sociaux, les habitants des marges citadines ne doivent pas être considérés seulement comme les objets passifs des processus de médiatisation. Téléspectateurs attentifs et parfois actifs, ils ne se contentent pas de subir les images que ce média offre de leur Être et de leur Faire. Parfois pris au piège de certaines images, ils peuvent aussi développer, dans certaines conjonctures, des stratégies autonomes de mise à profit ou de mise en cause des effets de la télévision. De leur côté, les professionnels de l’information télévisée ne doivent pas être considérés comme totalement prisonniers des contraintes et routines professionnelles. En proie à des logiques qui les dépassent ils ne restent pas indifférents à la réception de leur discours dont ils subissent parfois sur le terrain les effets directs. Les pouvoirs publics quant à eux ne restent pas à l’extérieur du jeu médiatique. Ils s’y engagent résolument par le biais de l’action de dircoms, et attachés de presse qui mettent en œuvre de savantes stratégies pour promouvoir différentes initiatives.

2 Daniel CEFAI, « La construction des problèmes publics. Définitions des situations dans les arènes publiques », dans Réseaux n° 75, Le temps de l’événement I, Paris, CNET, janvier-février 1996, p. 43-67.

3 Dans le cadre d’une étude commanditée par le Service des Études de France Télévision mais qui a débouché sur un ouvrage à paraître en 1998, La banlieue à la télévision française. Genèse et métamorphoses d’un traitement médiatique, Paris, L’Harmattan-INA, Collection « Mémoires de télévision », 1998.

4 Voir notamment dans la série « État d’urgence », Le problème des jeunes. Histoire de Bernard, réalisation : Marcel Bluwal, 24 mars 1954.

5 Le média naissant y a sa part puisque son journal télévisé consacre plusieurs sujets à l’abbé Pierre, lors du tragique mois de février 1954 : L’abbé Pierre et les déshérités (2 février 1954), Les cités d’urgence de l’abbé Pierre (20 février 1954), Les collectes et quêtes pour l’abbé Pierre (23 février 1954), La visite des chantiers de l’abbé Pierre au Plessis-Trevise (11 mars 1954).
Collection « Voir et savoir », Images du temps présent à la télévision, INA, 1996.

6 Dans cette période, la Radiotélévision française se fait l’écho de l’élan général de construction. En témoignent des sujets sur le phénomène d’auto-construction comme ces deux reportages consacrés à des chantiers de Castors (23 avril 1953, Les castors de Thiais, et Le chantier des castors de Montreuil, 27 septembre 1956).
Cassette Ina actualités n° 8.

7 Quarante mille voisins ; réalisation : Pierre Tchierna, Cinq colonnes à la une ; producteurs : Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet, Igor Barrère, Pierre Lazareff ; production : ORTF, 1960 ; 14 mn, noir et blanc ; diffusé le 2 décembre 1960.

8 Il s’ouvre sur des vues d’hélicoptère donnant à voir la topographie de ce grand ensemble de la banlieue nord de Paris tandis que la voix du commentateur avance que « dans quelques années, quand vous traverserez la région parisienne, c’est en hélicoptère sans doute que vous irez, et partout vous survolerez des villes dans le genre de celle-ci ».

9 Cet optimisme tempéré préside également à l’une des premières éditions de la série Faire face (29 septembre 1961) consacrée au problème du logement. Le ministre Pierre Sudreau y est confronté à plusieurs représentants de la population française. En dépit d’une attitude assez rigide face à ses interlocuteurs, ce représentant de l’état ne peut masquer ses interrogations. Dans une harangue terminale, il se demande en effet « si nos villes modernes dont nous sommes si fiers en ce moment, nos quartiers nouveaux ne seront pas démodés dans vingt ans ». Il conclut l’émission en lançant un appel pour que « les techniciens, les urbanistes qui ont pensé ces problèmes fassent comme les savants qui envoient les fusées dans le cosmos, fassent leurs corrections et qu’ils conçoivent nos villes en fonction de l’avenir et non pas en fonction du passé ».

10 Bâtir pour les nommes ; collection : Visa pour l’avenir ; réalisation : Jean Lallier ; producteurs : Roger Louis, Robert Clarke, Jean Lallier, Nicolas Skrotsky ; 59 minutes, 1963 ; 16 mm, noir et blanc ; collection : Vidéothèque de Paris.

11 Un parmi des milliers ; collection : Verdict ; réalisation : Jacques Cornu ; producteurs : Pierre Desgraupes, Armand Jammot ; production : ORTF ; diffusion : 23 novembre 1966 ; durée : 48 minutes.

12 Dimanche volé ; réalisation : Gérard Chouchan, scénario : Serge Ganzl ; diffusé le 19 mai 1972.

13 Pour un habitat nouveau ; collection : La France défigurée ; production : O.R.T.F ; journalistes : Michel Péricard, Louis Bériot ; diffusion : 21 janvier 1973 ; durée : 29 minutes.

14 Significatif est par exemple un sujet du Journal télévisé de la 1ère chaîne (5 juillet 1973) consacré à l’édification de la cité des Daurades à Chanteloup-les-Vignes. On peut y entendre un propriétaire de pavillon protester contre « l’encerclement » dont il se sent victime.

15 Les petits enfants du siècle ; réalisation : Michel Favart, auteur : Christiane de Rochefort, adaptation : Françoise Vemy ; diffusion : 24 mai 1974 ; durée : 1 h 25 minutes.

16 En témoigne une autre émission de la série La France défigurée, centrée sur des programmes immobiliers à Charenton (diffusion : Ière chaîne, 18 septembre 1976).

17 Deux productions significatives : Le bruit chez soi, Le bruit dans la vie quotidienne, dans la série À la bonne heure, 1èrechaîne (24 et 25 novembre 1977).

18 Un premier numéro de la série Aujourd’hui Madame est consacré à la violence à l’école le 21 mai 1979.

19 Symptomatique est à cet égard la production de deux documentaires donnant à entendre des habitants âgés de communes périphériques évoquant sur un mode nostalgique la vie dans des villages proches de Paris au début du siècle.
Dans l’eau de la claire fontaine ; collection : D’hier et d’aujourd’hui, cet héritage qui est le nôtre ; 1ere chaîne ; diffusion : 17 septembre 1979 ; durée : 2 h 40 minutes. La mémoire de Rosny-sous-Bois, dans la série Quatre saisons ; 2e chaîne ; diffusion : 30 novembre 1979.

20 C’est ce dont témoigne Mogniss Abdallah : « Ces rodéos qui furent initialement une forme de révolte courante consistant à voler des BMW et autres voitures de luxe dans le centre-ville, puis de venir les brûler dans les cités H.L.M. après avoir joué au stock-car avec la police sont alors devenues des mises en scène. Des journalistes, dans la plus pure tradition du scoop bidon payaient des gamins pour obtenir leurs clichés choc. »
Mogniss H. ABDALLAH, dans Claire FRACHON et Marion VARGAFTIG dir., L’agence Im’média met les pieds dans le paysage de l’immigration en Europe, Télévisions d’Europe et immigration, Paris, INA-Association Dialogue entre les cultures, 1993, p. 82.

21 Mogniss Abdallah évoque cet épisode : « À Vitry-sur-Seine, les jeunes s’opposent à l’équipe d’Antenne 2 venue filmer la cité après la mort de Kader, un gamin de quinze ans tué par le gardien.... Mais plutôt que de dénoncer une énième fois les médias, ils proposent aux journalistes de faire passer leur vision des choses en diffusant des extraits de leurs propres films « Zone immigrée » et « Ils ont tué Kader », tournés en super 8 et acceptent de témoigner à une seule condition : de passer en direct. C’est à prendre ou à laisser. Antenne 2 accédera à ces demandes, achètera plusieurs minutes de ces films et organisera un débat sur le plateau. Par la suite, les jeunes du collectif Mohamed seront sollicités à plusieurs reprises par la presse écrite et audiovisuelle. Ils deviennent peu à peu des spécialistes, interlocuteurs obligés des aventuriers de l’information qui osent traverser le périphérique parisien pour affronter la jungle urbaine. »

22 Voir à ce propos l’analyse de Gérard LEBLANC, Treize heures / vingt heures. Le monde en suspens, Marburg, Hitzeroth, 1987, p. 137-139.

23 La lecture des titres retenus dans les conducteurs de certains journaux télévisés est éloquente à cet égard : Éducation loubards banlieue, Midi 2, 10 juillet 1987, Bilan colonie loubards, 20 heures Antenne 2, 3 septembre 1982, Grandes vacances pour gentils loubards, Les mercredis de l’information, TF1,22 septembre 1982.

24 Symptomatique est par exemple le 9 avril 1989, cette édition de Sept sur sept qui s’interroge sur « Les beurs et l’Islam ». Posés par les médias au milieu des années 80 comme « les pionniers d’un avenir multiculturel de la société française », les « beurs » apparaissent ainsi de plus en plus gagnés par un mouvement plus général de repli identitaire en réaction à un écart, donné comme infranchissable, entre la culture musulmane et la culture d’accueil. Le service public fait écho à cette perception en s’interrogeant dès le début de l’année sur « Le choc des cultures » (Apostrophes, 24 février 1989). Il remet à l’ordre du jour plus largement, quelques mois plus tard, la « question des immigrés » (Stars à la barre, 24 juin 1989) mais sur un mode dédramatisant, en prenant à rebours l’idée d’une impossible intégration de certaines catégories d’immigrés.

25 Direct consacrera ainsi, quelques semaines plus tard (21 novembre), une édition à la « Génération malaise ».

26 Cette mise en cause du média (qui semble donc assumée par les professionnels qui font alors état de ces critiques) se fait jour par exemple dans une édition des Carnets de route du 3 décembre où un trajet dans la cité des Bosquets de l’équipe de Christine Ockrent en compagnie d’un éducateur se voit perturbé par un jet de bouteille. Une réunion entre jeunes, pour la plupart immigrés, et des responsables de la RATP est aussi l’occasion de plusieurs adresses agressives à la caméra.

27 Très significatif de cette attitude est une édition de Bas les masques (Touche pas à ma banlieue, 24 novembre 1992), tout son dispositif visant à opérer un retournement du regard sur ces zones urbaines à travers les témoignages de plusieurs habitants qui affirment leur bonheur de vivre dans ces zones urbaines.

Auteur

Guy LOCHARD est maître de conférences en sciences de l’information et communication à l’université de Paris III-Sorbonne nouvelle (UFR de Communication) où il enseigne principalement la sémiologie de la communication audiovisuelle. Il est également membre du Centre d’analyse du discours (université de Paris XIII). Il est l’auteur de : Apprendre avec l’information télévisée, Retz, 1989 ; en collaboration avec Henri BOYER, Notre écran quotidien. Radiographie du télévisuel, Dunod, 1995 ; en collaboration avec Henri BOYER, La communication médiatique, Paris, Mémo Seuil, janvier 1998 ; en collaboration avec Henri BOYER, La banlieue à la télévision française. Genèse et métamorphoses d’un traitement médiatique, Paris, L’Harmattan-INA (à paraître en 1998) ; en collaboration avec Jean-Claude SOULAGES, La communication télévisuelle, Paris, Armand Colin (à paraître en 1998).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540