Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Médias et identités urbaines

De la naissance de la banlieue parisienne à l’émergence d’une identité banlieusarde : enjeux de la presse locale suburbaine (1830-1939)1

Sylvie Rab

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend sans modification la communication orale présentée lors du colloque.
  • 2 Concernant les rapports entre la banlieue et les médias audiovisuels, voir la communication de Guy (...)

1L’image essentiellement négative de la banlieue telle que nous la connaissons aujourd’hui est en grande partie construite par les médias, audiovisuels mais également écrits2. Au début du xxe siècle, la stigmatisation de l’espace suburbain se faisait déjà au travers de récits provenant d’observateurs qui décrivaient un espace les effrayant et dont ils ne percevaient jamais les richesses. La question contemporaine et l’histoire de la banlieue (parisienne) sont en fait étroitement liées à des enjeux de représentation. D’où une première interrogation de contenu concernant la presse locale suburbaine, afin de voir si elle constituait au xixe et dans la première moitié du xxe siècle, le vecteur d’un discours différent de celui dominant sur la banlieue.

  • 3 Histoire générale de la presse française.
  • 4 Sur l’histoire la presse de banlieue, peu de recherches ont été menées. Voir Jean-Paul BRUNET, « U (...)

2Un second aspect plus large (de contenant) me semble cependant lié à celui-ci. Alors que la banlieue parisienne se constitue progressivement comme espace urbain durant le xixe siècle, on observe parallèlement le développement d’une presse locale et régionale. Or, dans une histoire de la presse qui oppose généralement journaux nationaux de Paris et journaux locaux de province, on ne trouve pas trace de l’existence d’une presse de banlieue3 (également non isolée et très lacunaire dans les archives). Il paraît en effet étrange à première vue de constater que si près de la capitale qui regorge de titres, la nécessité se soit fait sentir de publier des journaux locaux. Les enjeux de cette presse sont pourtant multiples. En effet, la matérialité d’une presse locale en banlieue à la fois précède et façonne l’existence d’une certaine identité suburbaine. Dans la difficile histoire de l’affirmation du local en banlieue, la presse joue un rôle à la fois moteur et révélateur4.

3J’ai voulu voir ici dans quelle mesure et comment la presse locale développée précocement et massivement avait pu tenter de construire une identité de la banlieue ; et comprendre si l’existence d’une presse locale était en soi porteuse d’identité dans un espace suburbain en quête de statut.

4Ville et information. Est-ce que la banlieue est un ensemble de villes ? Il s’agit d’un premier enjeu de l’identité, dans la mesure où la banlieue est dans la longue durée presque toujours perçue comme entourant LA ville (Paris), SUBurbaine, mais non comme en soi porteuse d’urbanité. L’identification se fait-elle contre Paris ? Comme une entité globale unifiée (LA banlieue) ? Ou au contraire dans une référence à la localité, la ville, la municipalité ? Par ailleurs quelles informations la presse locale de banlieue apporte-t-elle sur la banlieue même ? Qui contrôle cette information et donc façonne l’image diffusée ?

5Ces questions ne prétendent pas être résolues au terme de cette communication, qui vise plus à ouvrir un chantier de recherches au sein d’une histoire culturelle de la banlieue qu’à offrir les conclusions d’un travail abouti.

  • 5 Toutes les données chiffrées contenues dans cette communication sont faites à partir du corpus non (...)
  • 6 Extra-Muros, journal de la Banlieue, Revue de la Banlieue, Mémorial de la Seine, Moniteur de la Ba (...)

6Vers 1830 paraissent les premiers journaux se réclamant de la banlieue. De 1830 à 1870, une quarantaine de titres sont successivement créés couvrant l’espace suburbain5. Dix-neuf comprennent dans leur titre le terme « banlieue » et six celui de « Seine » ; alors que sept seulement donnent le nom d’une localité des environs de la capitale6. Il s’agit ainsi avant tout d’affirmer une existence collective face à Paris. Pourtant, les adresses de ces premiers journaux de banlieue sont majoritairement situées à Paris même (vingt-cinq adresses parisiennes contre neuf en banlieue). On a donc un premier paradoxe entre une presse qui se veut de la banlieue, qui cherche à s’affirmer entre presse parisienne et presse de province (dans le titre mais également dans le contenu des articles), et des propriétaires, rédacteurs et imprimeurs majoritairement parisiens.

7Certains propriétaires de journaux cherchent à s’implanter dans un espace tôt perçu comme hostile au pouvoir, dangereux en ce qu’il encercle la capitale. M. Delarue, fondateur en 1846 d’un journal intitulé Courrier de la Seine. Écho de la banlieue, industriel et littéraire, écrit en mai 1851 au ministre de l’Intérieur, lui exposant sa vision de la banlieue. Lui qui se targue d’avoir été « en contact immédiat avec la population des environs de Paris et [de] possède[r] une connaissance intime de son esprit et de ses besoins, est profondément convaincu — et les événements récents n’ont fait qu’affermir encore cette position — de la nécessité de soutenir à la fois et le pouvoir et les hommes qui le représentent au milieu de cette agglomération d’hommes qui tendent sans cesse à devenir plus nombreux et plus importants et qui forment aux portes de Paris une ligne d’enceinte redoutable ». On trouve ici une figure précoce de l’image du Paris encerclé par la banlieue dangereuse.

8Les directeurs de journaux de banlieue sont alors pour une bonne part des hommes de lettres habitant à Paris et qui cherchent à mettre en avant une spécificité de la banlieue. Celle-ci peut être synonyme de quiétude des dimanches à la campagne, de villégiature ou au contraire de plus en plus de progrès industriels.

9Sous le Second Empire, la presse diffuse largement l’image positive d’une symbiose entre banlieue et progrès industriels. Henri Izambard, homme de lettres, propriétaire d’une douzaine de titres parisiens ou nationaux, crée en août 1854 Le Messager de la Banlieue. Commerce, industrie, littéraire, agriculture. Il explique dans le premier numéro qu’il souhaite « créer un nouvel organe de la banlieue, afin de vulgariser parmi les habitants des environs de Paris, les sciences industrielles qui éclosent [sic] dans la capitale, répandre les principes les plus modernes de l’instruction, du commerce et de l’agriculture, rendre un compte exact des innovations apportées dans chaque commune, placer sous les yeux de tous l’histoire complète, utile et attrayante de la banlieue ». De même, dans le premier numéro du Journal de la Banlieue qui paraît en octobre 1854, un article titré « Défense de la banlieue » brosse un portrait intéressant quant aux images véhiculées sur la banlieue sous le Second Empire. L’auteur (Edouard Le Roy) s’insurge contre un article paru dans le Constitutionnel :

« À entendre les Parisiens, hors Paris, plus de salut ! [...] Paris ne s’étend pour eux que jusqu’aux barrières, et dès lors si vous perchez hors barrière, vous n’êtes plus qu’un cerveau rétréci ».

10Il reproche à ce journaliste de raconter « les mœurs d’un pays où il n’avait jamais voyagé ». Il cherche pour sa part à la fois à montrer que la banlieue est comme la capitale tout en soulignant les différences.

« Dans la banlieue il y a des rentiers comme à Paris, des bureaucrates comme à Paris, des boutiquiers comme à Paris. Mais ce qu’il y a de plus qu’à Paris, ce sont ces vastes usines qui demandent de l’espace, les vastes ateliers, les gares de marchandises. Il y a là ces vastes docks que vous rêvez, cette vie industrielle, ce vacarme des machines, ce grincement de fer contre le fer, cette nuit de fumée noire qui tombe de ces cheminées qui semblent menacer le ciel, toutes ces marques en un mot, des conquêtes de l’homme et du progrès de l’esprit humain. »

11On trouve dans ce texte deux thèmes récurrents que la presse suburbaine inaugure ainsi : celui du voyage de l’homme de lettres parisien dans les espaces industriels qui le fascinent (que la littérature va dans une certaine mesure imiter) et celui de la défense de la banlieue (qui reste propre aux journaux sous cette forme).

12La seconde génération de journaux suburbains est beaucoup plus massive, et les titres ont une durée de vie plus longue. Elle correspond à la fois à l’explosion démographique, industrielle et urbaine de la banlieue et à l’âge d’or de la presse. Plus de quatre cents nouveaux journaux locaux en banlieue ont ainsi été recensés entre 1870 et 1918.

13La simple analyse des titres montre qu’il s’agit de plus en plus d’affirmer non seulement l’identité de la banlieue dans son ensemble face à Paris, mais surtout de défendre des intérêts communaux, d’exister en tant que ville, commune et municipalités, bientôt régies par la loi municipale du 5 avril 1884. Si quarante-deux titres se revendiquent toujours de la banlieue dans son ensemble et vingt-six de la Seine, cent cinquante six se réfèrent à une commune, trente neuf à deux villes ou plus, et trente à un canton. Les adresses des journaux par ailleurs se sont déplacées hors les murs et pour cinquante parisiennes on trouve désormais deux cents adresses sises en banlieue.

14Les propriétaires de ces journaux sont à présent pour une grande part des habitants de la banlieue, avec une sur-représentation importante de l’Ouest parisien. Les classes moyennes caractéristiques de la proche banlieue ouest font ainsi une entrée remarquée parmi les propriétaires de journaux locaux. Ainsi La Banlieue. Journal des cantons de Neuilly et de Courbevoie, est créée en juin 1879 par Charles Mathieu, un employé comptable demeurant à Courbevoie. Dans le premier numéro, l’éditorial rend bien compte de la volonté de défendre les intérêts locaux, puisque Charles Mathieu entend « restituer aux mots Commune, Municipalité leur vrai sens, et travailler à rendre le peuple de plus en plus capable de s’administrer lui-même. [...] Comment décentraliser, sans rompre l’unité nationale, si ce n’est en restituant aux départements, aux communes, le gouvernement d’eux-mêmes ». On remarque au passage que le mot banlieue du titre n’est pas commenté, il s’agit davantage ici d’un cadre géographique que d’une question en soi. L’imprimerie du journal est sise à Levallois. Auguste Auriol, un négociant en vins habitant de Levallois en est quelque temps directeur-administrateur, avant de créer en octobre 1879 son propre titre : La Banlieue. Arrondissement de Saint-Denis.

  • 7 Jean-Paul BRUNET, « Un hebdomadaire politique de la région de Saint-Denis, L’Émancipation (1902-19 (...)

15La presse suburbaine de la fin du xixe siècle est fortement liée à la vie politique. Les élections locales constituent des moments favorables à la naissance de nouveaux titres. Les liens entre élus, candidats et journaux sont étroits. Tel candidat décide de faire paraître un organe de presse pour diffuser ses idées, parfois au lendemain d’une élection perdue. Ou au contraire, tel rédacteur de journal devient candidat. C’est le cas par exemple de Edouard Grauce, qui après avoir été rédacteur en chef et administrateur du Journal de Saint-Denis pendant plus de vingt ans se présente aux élections législatives de 1910 dans la 2e circonscription de Saint-Denis. La presse de banlieue est dans sa grande majorité une presse républicaine (dans la variété politique de ce que le terme recouvre). Comme l’a montré Jean-Paul Brunet, alors que les municipalités socialistes se multiplient en banlieue à la fin du xixe et au début du xxe siècle, la presse locale socialiste, si elle existe, est tardive et a du mal à se développer7.

16Le Journal de Saint-Denis (sous titré Moniteur général de la banlieue de Paris) constitue un bon exemple de cette presse républicaine de banlieue née à la fin du xixe siècle, et cherchant à créer une identité banlieusarde et locale à la fois. Le journal naît en 1876 et la rédaction est d’emblée sise à Saint-Denis. Il paraît sans interruption jusqu’en 1939.

  • 8 Le Journal de Saint-Denis, 14 mars 1889.

17Le Journal de Saint-Denis se veut le défenseur des intérêts d’ensemble de la banlieue face à Paris. Ainsi par exemple, en vue des élections sénatoriales du 12 mai 1889, le journal se démarque du conseil municipal de Paris, en signalant que « les édiles de notre omnipotente voisine sont peu sympathiques à la banlieue » et invite les délégués à voter pour « un candidat vraiment républicain et franchement banlieusard »8. Suit un article dans lequel le journal prend parti en faveur de la candidature de concentration républicaine de M. Poirrier, industriel à Saint-Denis et président de la chambre de commerce :

« La banlieue de Paris est industrielle, la faire représenter au Sénat par un industriel de la valeur de M. Poirrier serait logique et intelligent ».

18Le journal défend également la nécessité d’assurer à la banlieue une représentation politique en adéquation avec son poids démographique (ce qui n’est pas le cas au sein du conseil général de la Seine) :

  • 9 Le Journal de Saint-Denis, 28 avril 1889.

« Le sans-gêne avec lequel la métropole traite la banlieue continuera tant que nous n’aurons pas obtenu la séparation des deux conseils municipal et général. L’élection sénatoriale offre à la banlieue une occasion superbe d’affirmer ses droits. »9

  • 10 « Mais d’où viennent la plupart des misères qui sont à notre charge si ce n’est de Paris même ? Au (...)
  • 11 « Nouveau conflit entre Paris et la Banlieue », Le journal de Saint-Denis, 19 septembre 1909.

19Le journal saisit toutes les occasions de défendre les intérêts de la banlieue face à Paris. Ainsi par exemple en 1889 lorsque l’Assistance publique prétend multiplier par huit la redevance exigée aux communes de banlieue pour l’admission de leurs malades dans les hôpitaux parisiens10. Ou encore en 1909 au sujet de l’admission des élèves de banlieue dans les écoles primaires supérieures et professionnelles de la Ville de Paris11.

  • 12 Dans une même démarche et des termes voisins de ce que Daniel HALÉVY écrira dans Pays parisiens en (...)
  • 13 Le Journal de Saint-Denis, 12 juin 1889.

20Le journal publie en outre des articles dans lesquels on retrouve la figure du parisien qui se rend en banlieue12, comme dans cette « chronique parisienne. À travers la banlieue » qui raconte le voyage en train tramway d’un parisien des docks de Saint-Ouen à Pantin, dans des « pays inconnus », où il observe « un pays où il est vrai les usines dominent mais font sentir partout autour d’elles le bienfaisant effort du travail, et leurs émanations variées »13.

  • 14 Les publicités faites en dernière page concernent pour une majorité des établissements situés à Pa (...)

21Mais au-delà de la défense des intérêts et de l’identité d’une banlieue définie comme pauvre et industrielle dans des articles ponctuels (souvent des éditoriaux ou des articles situés en première page), le journal donne des informations sur certains aspects de la vie locale à Saint-Denis et dans les communes environnantes (Saint-Ouen, La Courneuve, Aubervilliers, Pantin, Pré-Saint-Gervais, Les Lilas... soit une ample banlieue nord, mais prise dans chaque singularité communale). Les informations vont de l’état civil à la vie des associations (activités, concerts, bals, banquets), aux programmes de divertissements (théâtre de Saint-Denis, cinémas, salles de spectacles...) en passant par la vie municipale et les réalisations édilitaires, sans oublier ce qui constitue finalement souvent l’essentiel (donc le cœur) de l’information locale : les faits divers. La banlieue industrielle est dès lors certes présente, mais de façon connexe, à travers les articles signalant accidents ou incendies dans les usines, ou encore les avis d’enquête avant ouverture d’un établissement dangereux, insalubre ou incommode. Mais on ne la trouve jamais par une illustration (textuelle ou visuelle) de la vie ouvrière au sein des usines. La vie suburbaine décrite en effet est avant tout celle de la vie hors travail14.

22La période de l’entre-deux-guerres est moins fertile en nouveaux journaux en banlieue. Il est vrai que certains titres lancés à la fin du xixe siècle continuent alors de paraître. De 1919 à 1939, soixante treize journaux nouveaux voient le jour (la période est plus courte que la précédente, mais la moyenne de créations annuelle est de quelques titres seulement — un à sept, avec un maximum de onze en 1936 — contre dix à vingt la plupart des années entre 1880 et 1905). La tendance décrite précédemment concernant les titres se référant à l’entité locale au détriment de la banlieue dans son ensemble se maintien.

23Deux nouveautés caractérisent cette presse suburbaine notamment dans les années trente : l’émergence d’une presse communiste qui se veut fortement ancrée dans le local, et la multiplication des Bulletins municipaux.

  • 15 Cf. Annie FOURCAUT, Bobigny, banlieue rouge, 1986. Voir par exemple les caricatures de Paul VAILLA (...)

24La presse communiste entend lier identité locale suburbaine et identité politique. Elle se développe en réaction à l’obsession anticommuniste qui a envahit la presse républicaine de banlieue depuis les élections législatives de 192415. La Voix de l’Est est ainsi créée en octobre 1933 et le maire communiste de Bagnolet, Paul Couderc, en est le directeur. Daniel Renoult signe l’éditorial du premier numéro :

  • 16 La Voix de l’Est, n° 1, 7 octobre 1933. La rédaction et l’administration sont située 100, rue de P (...)

« Dans l’Est parisien. Il nous faut un grand journal local. »16

  • 17 1937-38. Du Congrès d’Arles à la Conférence de Gennevilliers. Une année de lutte pour le pain, la (...)
  • 18 Rapport mensuel du préfet de police au ministère de l’Intérieur, AN : F7 13017.

25Il y explique que de manière générale, la volonté du parti communiste est de chasser « la presse bourgeoise du foyer de l’ouvrier », car elle agit avec le temps comme « un poison d’un effet lent mais sûr ». Mais que l’effet pervers de la presse locale est plus fort encore. Du journal local « on se méfie encore moins que de son grand frère. On l’achète pour les faits locaux, pour l’état civil. Sa politique ? On n’y prête pas attention. On le croit du moins. En attendant, sa politique, il l’a fait » (suit une série de références à des journaux républicains de la banlieue est). D’où la volonté de créer un journal local différent, qui donne autrement aux travailleurs des nouvelles « de leur coin ». De fait, la banlieue qui se lit dans cette nouvelle presse locale n’est plus du tout la même que celle jusque-là couchée sur le papier des journaux républicains. Les informations concernent d’autres associations locales, d’autres fêtes, d’autres réalisations municipales. À la veille de la guerre, une douzaine de journaux locaux communistes sont publiés en banlieue, dont les tirages annoncés vont de 1 500 à plus de 10 000 exemplaires (La Voix de l’Est, deux éditions en 1938, 12 000 revendiqués en 1937)17. Cette presse remporte-t-elle davantage de succès auprès des militants que la presse nationale ? Touche-t-elle un lectorat plus large ? Lors d’une conférence du rayon d’Issy-les-Moulineaux en octobre 1936, on annonce que les ventes au numéro de l’Aube Nouvelle ont dépassé celles de L’Humanité (1 200 contre 1 000). En ce qui concerne les rapport de la presse à l’identité locale, il est surtout important de signaler que le financement de ces journaux locaux communistes est assuré au moyen de fêtes, bals ou goguettes, qui fournissent des fonds tout en contribuant à l’essor d’une sociabilité locale nouvelle mise sur pied par l’ensemble des organisations émanant du parti communiste en banlieue. La fête champêtre organisée à Montreuil (parc Montreau) par La Voix de l’Est le 22 septembre 1935 aurait ainsi rassemblé 2 500 personnes18.

26Les municipalités communistes (26 élues lors des élections municipales de mai 1935 dans la Seine suburbaine) se dotent rapidement de Bulletins municipaux. Ceux-ci constituent d’une part un vecteur puissant d’information sur l’activité des nouveaux élus et la vie locale ; d’autre part l’expression d’une autoreprésentation des édiles. L’utilisation intensive de la photographie, qui constitue une part essentielle de la mise en page, conduit à une nouvelle forme de représentation de la banlieue dans la presse locale. Alors que jusque-là (dans la presse républicaine notamment) figuraient essentiellement des portraits de personnalités locales ou des photos de groupes lors de banquets d’associations (presque toujours prises en en intérieur), les Bulletins municipaux mettent en image les bâtiments (mairie, poste, écoles, dispensaires, maisons du peuple) et espaces de la ville mais également ses habitants (population locale lors des fêtes, enfants de la commune dans les écoles ou durant les colonies de vacances...). On a ainsi un nouveau mode de représentation du local en banlieue, qui participe (à côté notamment des dénominations de voies ou des fêtes locales) à une politique plus large de construction de l’identité en banlieue.

27Le développement d’une presse locale en banlieue au xixe et au début du xxe siècle, a donc permis la construction et la diffusion d’une image moins négative que celle émise ailleurs sur l’espace suburbain. Au-delà de la banlieue décrite et représentée, écrite et souvent mise en poème, le fait même de créer des journaux locaux en banlieue a contribué à affirmer l’existence de véritables villes autour de Paris, communes aux identités marquées devenues entités municipales distinctes par la loi municipale de 1884.

  • 19 Louis-Ferdinand CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, 1986 (1ère édition 1932 ; pri (...)

28Alors que Céline dans son Voyage au bout de la nuit lance en 1932 le thème littéraire de la banlieue « grand abandon mou qui entoure la ville, là où le mensonge de son luxe vient suinter et finir en pourriture, la ville montre à qui veut le voir son grand derrière en boîtes à ordures »19, le journal de Saint-Denis lance en 1934 un concours pour trouver un autre nom (moins péjoratif) que celui de banlieusard aux habitants de la périphérie. Tandis que les Bulletins municipaux proposent à la fin des années trente dans le cadre d’une politique culturelle municipale nouvelle une image (textuelle et visuelle) faite de dignité à ceux qu’ils n’appellent plus du nom engobant de banlieusard mais de celui de colombiens, de montreuillois...

Notes

1 Ce texte reprend sans modification la communication orale présentée lors du colloque.

2 Concernant les rapports entre la banlieue et les médias audiovisuels, voir la communication de Guy LOCHARD dans ce volume et le numéro spécial Banlieues des Cahiers de la cinémathèque, n° 59-60, Perpignan, 1994.

3 Histoire générale de la presse française.

4 Sur l’histoire la presse de banlieue, peu de recherches ont été menées. Voir Jean-Paul BRUNET, « Un hebdomadaire politique de la région de Saint-Denis, L’Émancipation (1902-1939) », dans Actes du 95e Congrès national des Sociétés savantes, Section d’histoire moderne et contemporaine (Reims, 1970), Paris, 1974, p. 471-491. Et Claude PENNETIER, Nathalie VIET-DEPAULE, « Note sur la presse de banlieue (fin xixe siècle-1939), dans Annie FOURCAUT (dir.), Un siècle de banlieue parisienne (1859-1964), Paris, L’Harmattan, 1988, p. 263-266.

5 Toutes les données chiffrées contenues dans cette communication sont faites à partir du corpus non exhaustif constitué par le fichier de la salle des périodiques de la Bibliothèque nationale, rue de Richelieu. Ces chiffres doivent donc être considérés dans leur rapport les uns aux autres et non comme des données quantifiables en tant que telles.

6 Extra-Muros, journal de la Banlieue, Revue de la Banlieue, Mémorial de la Seine, Moniteur de la Banlieue, Archives de la Banlieue, Messager de la Banlieue.

7 Jean-Paul BRUNET, « Un hebdomadaire politique de la région de Saint-Denis, L’Émancipation (1902-1939) », dans Actes du 95e Congrès national des Sociétés savantes, Section d’histoire moderne et contemporaine (Reims, 1970), Paris, 1974, p. 471-491.

8 Le Journal de Saint-Denis, 14 mars 1889.

9 Le Journal de Saint-Denis, 28 avril 1889.

10 « Mais d’où viennent la plupart des misères qui sont à notre charge si ce n’est de Paris même ? Au fur et à mesure que la ville de Paris ouvre de grandes voies où s’élèvent des constructions luxueuses, elle chasse du centre à la périphérie les populations malheureuses qui passent les fortifications et viennent s’installer dans les communes autour de Paris. [...] Paris ne nous envoie pas seulement ses malheureux. Il infecte la Seine de ses eaux d’égouts. [...] Paris se débarrasse chez ses voisins de ses pauvres, de ses varioleux, de ses morts, de ses ordures ménagères, de ses boues, de ses eaux d’égouts, de ses dépotoirs, des industries malsaines qui traitent les divers résidus de la grande ville. Paris ne peut sans doute, faire autrement ; mais en revanche, ne doit-il aucun dédommagement à sa banlieue, aux voisins qu’il infecte de ses détritus végétaux et animaux ? », Le Journal de Saint-Denis, 18 août 1889.

11 « Nouveau conflit entre Paris et la Banlieue », Le journal de Saint-Denis, 19 septembre 1909.

12 Dans une même démarche et des termes voisins de ce que Daniel HALÉVY écrira dans Pays parisiens en 1923 ?

13 Le Journal de Saint-Denis, 12 juin 1889.

14 Les publicités faites en dernière page concernent pour une majorité des établissements situés à Paris dans le nord (et notamment autour de la gare du Nord). On peut émettre l’hypothèse que le journal s’adresse avant tout à la population qui vit en banlieue mais va travailler quotidiennement à Paris, dans ce mouvement pendulaire caractéristique de la vie banlieusarde. D’autant que le journal publie régulièrement les horaires des trains pour les lignes Saint-Denis-Paris et Pierrefitte-Paris (trains de banlieue comme moments de lecture de la presse locale, vendue dans les gares).

15 Cf. Annie FOURCAUT, Bobigny, banlieue rouge, 1986. Voir par exemple les caricatures de Paul VAILLANT-COUTURIER ou CLAMAMUS dans Le Journal de Saint-Denis de février à mai 1925. Ou encore au lendemain des élections de mai 1925 celle d’un homme décoiffé, une ceinture nouée autour de son gros ventre, avec pour tout commentaire — faisant bien sûr référence à la notion de ceinture rouge employée par Paul Vaillant-Couturier le 13 mai 1924 dans L’Humanité — « en fait de ceinture, c’est moi qui la boucle ! ! ! », Le Journal de Saint-Denis, 9 mai 1925.

16 La Voix de l’Est, n° 1, 7 octobre 1933. La rédaction et l’administration sont située 100, rue de Paris à Montreuil (Maison du Peuple).

17 1937-38. Du Congrès d’Arles à la Conférence de Gennevilliers. Une année de lutte pour le pain, la liberté et la paix, PCF Gennevilliers, 25-27 décembre 1938. T. Ferlé, dans Le communisme en France, parle pour La Voix de l’Est d’un tirage de 8 000 exemplaires en 1936.

18 Rapport mensuel du préfet de police au ministère de l’Intérieur, AN : F7 13017.

19 Louis-Ferdinand CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, 1986 (1ère édition 1932 ; prix Renaudot 1932), p. 124.

Auteur

Sylvie RAB, docteur en histoire de l’Université de Paris VII, spécialiste d’histoire urbaine, est l’auteur d’une thèse sur les politiques culturelles en banlieue parisienne dans les années trente.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540