Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Journalistes et pouvoirs urbains

Une rhétorique du consensus ? Journalisme et journalistes dans une télévision locale (TV10 Angers)

Philippe Le Guern et Pierre Leroux

Texte intégral

  • 1 F. SAWICKI, « Questions de recherche : pour une analyse locale des partis politiques », dans Polit (...)
  • 2 Ce programme de recherche est mené dans le cadre d’un contrat CNRS en association avec le laborato (...)

1Les oppositions entre études du local et du national, et les couples parallèles monographie/étude générale d’une part, études de terrain/ théorisation d’autre part, souvent présentés comme équivalent, tendent à relativiser l’intérêt des travaux consacrés à des « terrains » locaux1. Nous voudrions ici, à travers un programme de recherche réunissant plusieurs équipes sur des questions autour de l’information et du « local »2, étudier le local comme un espace relativement autonome — que l’on peut désigner par convention sous le terme d’« espace-public local » — dans lequel les médias locaux jouent un rôle prépondérant. À ce titre, l’étude présentée ici portera sur l’unique chaîne de télévision câblée locale angevine, TV10 Angers.

  • 3 Le budget de fonctionnement annuel de TV10 s’élève à 9 MF, financé à hauteur de 5,5 MF par une sub (...)

2Vingtième ville de France par son nombre d’habitants (146 000 hab.), Angers est reliée depuis 1988 au réseau câblé : financée à hauteur de 5,5 millions de francs par la municipalité3, la chaîne locale TV10 pourrait — comme bon nombre de ses consœurs fonctionnant sur le même modèle — susciter une série de critiques articulées autour du thème « classique » de la collusion entre les édiles et certains médias, et se voir soupçonnée a priori d’être la « télévision du maire ».

  • 4 P. DESCAMPS, « Une presse docile dans une France féodale. Misère du journalisme de province », dan (...)
  • 5 J. LE BOHEC, op. cit., p. 68-70.
  • 6 Ainsi en va-t-il de tel présentateur du journal de TV10, qui ponctue chaque fin d’intervention en (...)

3Si un ensemble de travaux récents diagnostique la « misère du journalisme de province »4, soit une tutelle politique forte et le déficit de débat politique local qui l’accompagne, il semble toutefois insuffisant de limiter une telle analyse à l’objectivation de l’influence directe du pouvoir local sur les médias. Pour dépasser la dialectique classique et peu pertinente que mobilisent, selon une logique d’imputation symétrique, agents journalistiques et politiques, — chaque camp créditant son vis-à-vis d’un « pouvoir »5—, nous nous proposons ici d’étudier la question de l’information et de son rapport au pouvoir local dans le cadre d’une socio-analyse des pratiques journalistiques : il s’agira, au sujet des journalistes locaux qui composent a priori la fraction la plus déclassée des agents participant à l’espace global du journalisme, de traduire la distance qui existe entre d’une part l’évidence doxique du discours de légitimation tenu par des journalistes localiers qui aspirent à la qualité de « professionnels de la profession » et, d’autre part, la réalité objective d’un habitus professionnel, c’est-à-dire d’un ensemble de pratiques qui révèlent l’intériorisation de contraintes symboliques et sociales liées à des facteurs aussi divers que la position statutaire des journalistes et leur mode de recrutement, leur origine native souvent locale ou encore, la soumission parfois explicitement affirmée à des modèles de journaux et de journalistes qui fournissent — jusque dans les signes les plus imperceptibles de l’hexis corporelle6 — un horizon référentiel dominant et plus ou moins habilement imité.

4En prenant pour objet d’étude les programmes de TV10, et en particulier le journal quotidien d’information, nous verrons comment la construction, le contenu et les dispositifs sont susceptibles de matérialiser la relation qui existe entre le journaliste et les différentes forces de pression qui s’exercent sur lui. Par là même, on relativisera, sans pour autant le nier, le paradigme de l’influence directe du pouvoir politique sur les médias et l’information au local.

L’espace public au local

  • 7 Sur ce point, voir A. MERCIER, Le journal télévisé, Presses de Sciences Po, 1996, ch. 4 : « Le jou (...)
  • 8 On oublie souvent que les représentations de « la province » présentées sur les médias nationaux s (...)

5L’approche ethnographique utilisée ici se justifie par la nécessité de dépasser le cadre traditionnel des analyses qui conduisent le plus souvent, d’une part à universaliser la notion d’« espace public » (empruntant au modèle habermassien d’un lieu privilégié de confrontation des opinions éclairées entre l’État et les individus ou les groupes sociaux), et d’autre part à réduire l’espace public non seulement à l’espace communicationnel mais encore et surtout à l’espace médiatico-télévisuel. C’est ainsi que la majorité des travaux sur la télévision focalisent leur attention sur les télévisions nationales pour construire des modèles très généralistes visant à rendre compte des interactions entre le champ journalistique et la sphère du politique, présupposant du même coup qu’un tel modèle peut s’appliquer au local par une simple transposition mécanique des échelles, et que les études locales des formes et des pratiques journalistiques privilégient l’étude de la presse écrite, délaissant télévisions et radios locales. Outre qu’il convient ici de s’interroger sur le principe de vision qui fonde la croyance en l’identité pure et simple de l’espace public et de l’espace communicationnel7, l’approche ethnographique que nous préconisons offre l’intérêt de rompre avec une vision déréalisante de l’espace public construite sur une acception essentialiste de « la télévision », du « peuple », du « politique » ou de « l’opinion publique ». Notre expérience ethnographique du local nous invite en effet à considérer avec circonspection certains usages heuristiques du concept d’espace public. Nous nous bornerons ici à en suggérer les principales raisons : en tout premier lieu, on ne saurait se contenter de souligner la position hégémonique de la télévision et du journal télévisé dans l’espace public à l’échelle nationale sans porter une égale attention à des formes moins parisianno-centristes de la télévision où celle-ci occupe une position moins dominante. À Angers, selon un sondage réalisé en 1996, plus de 26 000 foyers sont raccordés à la chaîne de télévision TV10 Angers, et l’audience potentielle est estimée à 70 000 personnes. Un tiers des téléspectateurs abonnés déclarent utiliser TV10 Angers comme média privilégié pour s’informer sur la vie locale (30,3 %) et l’actualité de leur ville, ce qui placerait la chaîne nettement derrière le journal Le Courrier de l’Ouest (53,4 %) mais largement devant France 3 (19 %). Il est vrai que la problématique de l’influence des médias a souvent trouvé par le passé à s’illustrer dans le rapport entre les « grands » médias et un public important en nombre, et que les médias locaux sont apparus, de ce point de vue, de faible intérêt. Les limites apparentes de leurs ambitions (territoriales, politiques, intellectuelles) souffrent de la comparaison avec les journaux parisiens aux ambitions nationales essentiellement destinés à un lectorat cultivé. La stigmatisation rituelle sous diverses formes de « la province » — fut elle déniée ou animée ostentatoirement des « meilleures » intentions — par les médias parisiens achève sur un mode symbolique de démontrer la domination du « centre » sur la « périphérie »8.

  • 9 Sur ce point, et plus généralement sur la « double routinisation » de la pensée d’Habermas et la n (...)
  • 10 J. LE BOHEC, Cf. cit., p. 58.

6De plus, certains des postulats qui fondent la théorie de l’espace public (libre accès de tous à la parole publique ; ligne de partage rigoureuse entre questions publiques et questions privées...) trouvent difficilement une transposition à l’échelle locale9. S’il n’est pas si sûr que tous les citoyens-spectateurs réclament de leur télévision qu’elle contribue à produire ou à mettre en scène les conditions du débat public pas plus qu’il n’est certain que les journalistes de télévisions (locales) cherchent nécessairement à se poser en détenteurs des clés d’accès à l’espace public, il semble avéré qu’une télévision locale (telle que celle que nous avons étudiée) n’offre pas nécessairement les conditions ou les occasions de débats publics que sa vocation a priori de média de proximité semble appeler. En outre, comme l’écrit Jacques Le Bohec, « les limites heuristiques du concept d’« espace public » ne sont pas non plus contournés par l’identification d’« espaces publics partiels et pluriels » au sein d’un « espace public central ». En fait, alors que chaque espace public partiel renvoie implicitement à un champ social particulier, il ne va pas de soi que les champs sociaux puissent être réduits à des espaces de prise de parole »10.

  • 11 Nous faisons allusion à une émission en plateau et en direct de 1 h 45 centrée sur la vie des quar (...)

7Ainsi, l’analyse du journal télévisé local tend à suggérer que le média local donne une représentation structurée de l’espace public en une sorte de cartographie sociale homogène et consensuelle. Plus largement, on remarque dans les dispositifs mis en œuvre que l’idéal d’une communication participative est largement mis à mal : les occasions « véritables » de prise de parole offertes au public sont rares, et la constitution des plateaux d’invités ainsi que la forme générale des débats se réalise sur le mode de l’échange « réglé »11 : à l’exception d’invités représentant la municipalité et d’un panel plus ou moins « folklorique » d’individus censés incarner une certaine idée de l’« angevinité » sociale ou culturelle, le public de l’émission est tenu à distance, la réduction de l’espace des prises de paroles possibles se renforçant même par les contraintes scénique de mise en scène. TV10 construit donc moins un espace de confrontation publique qu’un espace de parole hiérarchisé dominé par les diverses formes du pouvoir local. Les journalistes de la chaîne semblent d’ailleurs peu enclins à produire des signes visibles de leur autonomisation par rapport aux pouvoirs locaux pas plus qu’à se poser — concrètement ou symboliquement — en gestionnaires d’un hypothétique espace public. Ajoutons enfin que l’absence de sondages précis susceptibles de révéler les caractéristiques des publics de TV10 indique combien l’opinion publique locale a peu de prise sur cette forme classique d’accréditation de l’espace communicationnel qu’est par exemple l’audimat ou le taux d’écoute.

TV10 : la voix de son maire ?

8D’une manière générale, il apparaît tout d’abord que si le registre de l’information spectaculaire est nécessairement réduit, au moins par les limites géographiques de la couverture médiatique de TV10, le registre le plus utilisé est bien celui de l’information « de proximité » souvent réduite à de l’information « de service ». Quels que soient les sujets, le recours à un vocable emphatique contraste avec la relative « légèreté » des sujets traités et participe de leur euphémisation : par exemple, la forte croissance des demandes d’accès aux jardins familiaux — qu’on peut aussi interpréter comme l’indicateur d’une extension de la précarité — est traitée sous un angle assez peu polémique puisque le reportage consacré au sujet évoque essentiellement « des petites unités verdoyantes » ou encore « des lieux de solidarité et d’échange » (9 juin 1997).

9Pour illustrer plus précisément cette rhétorique du consensus, nous avons choisi d’analyser une séquence du journal du 13 juin 1997, consacrée à la fête de la musique, séquence exemplaire des procédés de mise en scène et de mise en récit habituels au journal de TV10 et qui constitue à cet égard un exemple très significatif de « déproblématisation ». À propos d’un événement national dont une des principales caractéristiques est bien l’absence de réglementation, la municipalité décide en 1997 d’imposer un arrêté municipal qui vise pour l’essentiel à limiter en centre ville les différentes nuisances, notamment sonores, attribuées à la fête. Pour autant, la justification avancée par les édiles est celle du principe de la liberté d’expression des différentes formes musicales, « pour que chacun puisse se faire entendre ». La réglementation est présentée ici comme un principe de liberté visant le bien public, à travers un lexique qui emprunte largement au fond commun de valeurs consensuelles (« donner libre cours à son inspiration » ; « spontanéité » ; « la grande liberté », etc.). La présentation et la voix off redoublent purement et simplement le contenu du discours tenu par l’unique interviewé — l’adjoint au maire chargé de la culture —, le commentaire de ce dernier n’étant d’ailleurs précédé d’aucune question. La dépolitisation du discours et sa mise à l’écart du débat local (marqué par l’absence de points de vue autres que celui du conseiller municipal), confèrent au reportage un caractère d’unanimisme et d’évidence que l’argument de « bon sens » (« Il faut faire cohabiter les musiques amplifiées et celles qui ne le sont pas. ») ne vient évidement pas contredire.

  • 12 Dès qu’on sort de la ville, les reportages ont coutume de présenter un monde où la politique est i (...)

10Pour résumer, il apparaît que tout problème local — du moins à l’échelle de la ville12 — devient automatiquement, par le traitement et la retraduction télévisuelle, un problème politiquement résolu. Ainsi, la prise de parole est rarement accordée aux simples citoyens mais le plus souvent confiée aux élus ou plus largement aux représentants d’institutions, et le discours propose soit une représentation bipolaire des problèmes locaux (dans le cas d’une question mettant au prise plus ou moins ouvertement majorité et opposition municipale) pour donner le dernier mot à la majorité, soit un ensemble informatif « neutre », où tout semble aller de soi (lorsqu’aucune opposition institutionnelle ne s’est fait jour, cf. l’exemple de la fête de la musique). Dans tous les cas, la possibilité d’un débat public est court-circuitée : il s’agit moins d’informer le téléspectateur sur la nature de questions que de souligner la réponse apportée par le pouvoir local à des situations résolues. Dans de telles conditions, — manque de temps pour que s’opère la construction véritable du débat, logique du problème politisé et de la réponse immédiatement apportée, absence d’autres formes d’opposition que celles institutionnelles —, on comprend que la chaîne contribue à déproblématiser les questions locales.

11Sachant que TV10 est dégagée des obligations liées à la nécessité de plaire au plus grand nombre, puisque aucun relevé audimétrique ne sanctionne les prestations de la chaîne, on peut chercher alors à expliquer le principe de la rhétorique du consensus dans la nécessité éprouvée par les journalistes d’éviter toute prise de position, et ce dans un contexte où chaque problème local est potentiellement un problème politique.

L’adéquation des professionnels au « terrain » local

  • 13 Les citations sont extraites des entretiens menés auprès du personnel de TV10. Nous remercions tou (...)

12Un regard rapide sur les programmes pourrait spontanément conduire à deux hypothèses. La première s’appuierait sur le rapport d’asservissement des journalistes au pouvoir municipal, qui contraindrait ces derniers à se mettre au service d’une forme particulière de « communication politique ». La seconde, à l’opposé, voudrait que les journalistes de TV10, choisis pour leurs sympathies idéologiques avec la majorité municipale, accomplissent — en toute bonne foi et/ou comme une mission politique — le travail de mise en récit de la geste du maire. De tels schémas explicatifs semblent extrêmement caricaturaux face aux réalités révélées par l’enquête de terrain. Les journalistes ne reçoivent jamais de la part de la municipalité de consignes explicites puisque « on leur fait confiance » — sentence à double tranchant — et les interventions prennent plus la forme de conseil (« ce n’est pas le moment de parler de tel dossier »13) ou de menaces a posteriori.

13L’interventionnisme municipal, quand il existe, opère donc plus souvent sous la forme d’une régulation (par l’intermédiaire notamment du directeur de la chaîne) que comme un ordre d’exécution d’un programme de communication venu d’en haut. De même, les sympathies idéologiques (quelles qu’elles soient) semblent jouer un rôle mineur dans le travail des journalistes. TV10 ne propose d’ailleurs jamais, à proprement parler, de lecture politique des événements mais semble mettre un point d’honneur, la plupart du temps, à présenter de manière apparemment équilibrée les points de vues de différentes parties, la vision consensuelle s’attachant en quelque sorte à « dépolitiser le politique ». Pour comprendre la « rhétorique du consensus » comme la valeur refuge du journalisme télévisuel angevin, il faut mettre en relation espace local et espace professionnel pour en décrire rapidement la structure, et examiner ensuite l’adéquation des professionnels à cet espace.

  • 14 Les hiérarchies apparentes entre les médias par rapport à leur degré de liberté sont moins marquée (...)

14Le micro-champ de production journalistique local se présente comme un espace autonome d’interactions entre différents types de professionnels (journalistes, attachés de presse, chargés de communication) collectivement dominés par les représentants de pouvoirs, spécifiquement locaux ou non (hommes politiques, représentants des administrations, de l’État, etc.). Comme le constate un journaliste parlant du quotidien local, « on ne peut pas accuser le Courrier de l’Ouest d’être proche de la mairie, [pourtant] le responsable éditorial est quand même obligé d’avoir une attitude transigeante avec le pouvoir politique... parce que sinon il a pas les infos... parce que sinon on le fout dehors... »14. La dépendance des sources est telle qu’il est quasiment impensable de travailler sans entretenir de bonnes relations avec les « partenaires » institutionnels, pour des raisons qui tiennent autant aux conditions matérielles d’exercice du métier (manque de moyens pour couvrir une actualité « chaude », très faible spécialisation des journalistes, volume de production conduisant à privilégier le compte-rendu à l’enquête), qu’aux limites géographiques imposées à l’actualité locale. Les sources institutionnelles, et tout particulièrement l’administration municipale, s’imposent comme des informateurs permanents et quasi uniques des journalistes sans que ceux-ci aient les moyens de faire jouer un rapport de force en leur faveur. Si les solidarités journalistiques comptent en effet beaucoup dans la pratique quotidienne à travers l’échange et la circulation des informations — imposant insidieusement l’homogénéisation des contenus —, elles laissent en revanche les journalistes démunis par rapport aux directions des entreprises dont ils dépendent. De plus, pour des entreprises de petite taille comme TV10 où travaillent seulement quatre journalistes, les solidarités internes sont d’un très faible poids par rapport aux logiques de la direction. Comme le résume un journaliste de TV10, « il ne faut pas voir l’opposition entre télé et pouvoir politique mais entre télé et actionnaire ».

15Compte tenu des liens quasi quotidiens entretenus professionnellement par les journalistes avec le pouvoir municipal, il n’est sans doute pas besoin que s’appliquent des directives explicites pour que le « message » municipal soit intériorisé, conditionnant le mode de traitement et le discours, amenant à éviter tout ce qui pourrait être interprété comme une mise en cause du pouvoir local : « la politique c’est polémique, mais on peut arriver à faire aussi du minimum basique » déclare un journaliste. Il ressort d’ailleurs des entretiens que la rhétorique identitaire du groupe journalistique comporte assez de variantes pour que les positions les plus dominées du champ journalistique (comme le sont les journalistes des télévisions locales) puissent user des discours qui leur permettent de s’illusionner sur leur rôle en conservant leur intégrité morale : séparer le fait du commentaire, être objectif en faisant parler des points de vue contraire, donner le même temps de parole à la majorité et à l’opposition, etc., formes professionnellement admises de censure d’acteurs ou de points de vue de « l’espace public local ».

16Autrement dit, le pouvoir municipal (tout comme les autres formes du pouvoir local) peut compter sur tous les dispositifs d’ajustement et de régulation (individuels et collectif, au niveau d’un média comme de l’espace local de production journalistique) pour que « l’information » soit conforme à ce qu’il en attend. Le contrat de travail de la télévision locale « signé par le Directeur Général sous couvert du Maire » (comme le rappelle un journaliste) sonne dès lors comme un premier rappel à l’ordre.

  • 15 Cela n’exclue pas que sur un mode humoristique et désabusé les journalistes locaux dévoilent une p (...)
  • 16 Les processus d’imprégnation fonctionnent aussi dans l’apprentissage formalisé que proposent les é (...)

17Même si on ne peut exclure les formes habituelles d’autocensure, il faut souligner qu’une telle formulation fait la part trop belle à la conscience des agents15. Le journaliste de TV10 n’est pas cet archétype journalistique quotidiennement tiraillé entre les directives de son employeur et un hypothétique « devoir démocratique » professionnel. De manière à la fois plus simple et plus complexe, les conduites professionnelles sont le résultat, pour une grande partie d’entre-elles, de processus d’intégration antérieurs de « l’espace local » et de ses contraintes, complétés par les formes spécifiques d’apprentissage du poste par imprégnation16. Ainsi, les conduites professionnelles en arrivent à être vécues sur le mode du « cela va de soi ».

  • 17 Trois des quatre journalistes de TV10 sont des angevins de longue date ; seul le pigiste « permane (...)

18La mise en relation des profils de postes et de leurs occupants montre que les journalistes de TV10 ont précocement intégré les principes de vision et de division de l’espace local et que le fait a joué pour leur embauche sur la chaîne locale17. C’est d’ailleurs moins un hypothétique « carnet d’adresses » de personnalités locales ou une bonne connaissance de réseaux (politiques culturels, associatifs) angevins qui parait avoir été un atout, que le simple fait d’être angevin. Il semble d’ailleurs que le capital social utilisable dans l’exercice professionnel compte peu pour des pratiques surtout basées sur des rencontres réglées (conférence de presse notamment) avec des partenaires institutionnels : « au bout de très peu de temps, on connaît tout le monde » rappelle un membre de TV10, mêlant dans un même ensemble confrères et représentants des sources institutionnelles habituelles.

  • 18 Dans le domaine culturel la légitimité de certaines formes d’expression artistique impose aux jour (...)

19La socialisation des journalistes à l’intérieur de l’espace local, comme espace clos d’interactions entre les différents pouvoirs locaux et leurs représentants (administratifs, politiques, culturels, associatifs, etc.), conduit à l’intériorisation d’une hiérarchisation (géographique, sociale, culturelle...) de l’espace local dans laquelle les habitants occupent une place marginale18.

20Le phénomène est encore renforcé par la forme d’exercice du pouvoir et les rapports de force spécifiques à l’espace politique angevin (cf. annexe 1), mais aussi par le traitement de l’actualité imposé. Le pouvoir municipal comme force structurante de la ville dans bien des domaines impose sans résistance son hégémonie sur la vision télévisuelle de la ville proposée aux habitants par la chaîne locale. On notera par exemple que l’émission bimensuelle traitant « des quartiers » reprend une division de l’espace urbain mise en place en 1994 par la municipalité pour son action municipale (recueil d’informations sur la population, action sociale, urbanisme, etc.) et ne recouvre pas l’appréhension commune de la ville par ses habitants. On notera aussi qu’une telle approche privilégie comme intervenants pour l’émission les agents sociaux qui — comme les élus — ont une vision globale des quartiers ainsi découpés et se servent de cette division pour mener leur action.

  • 19 P. CHAMPAGNE, Faire l’opinion, Minuit, 1990, et « La construction médiatique des « malaises sociau (...)

21Ces dispositions sont complétées par un apprentissage professionnel qui tend à renforcer encore l’adéquation des journalistes au terrain local et aux « profils » des postes. Pour trois journalistes de TV10 sur quatre, la télévision locale a constitué une étape importante de passage au professionnalisme voire la première expérience réellement professionnelle complétant des expériences souvent exclusivement locales. On a donc affaire à une forme très particulière d’apprentissage particulièrement ajustée — mais aussi bornée — à l’horizon local des pratiques journalistiques et ce de manière d’autant plus marquée qu’à l’échelon local dans la pratique journalistique quotidienne la « logique circulaire19 » inspire autant le « choix » des nouvelles que les manières de les traiter.

  • 20 Claude F. POLIAK (La vocation d’autodidacte, Paris, L’Harmattan, 1992) montre, à propos d’individu (...)

22À cet égard, le discours du seul journaliste formé en premier lieu dans une école (et par ailleurs seul non-angevin de l’équipe) se distingue de manière nette de celui de ses confrères : il met en avant une réflexion sur ses pratiques professionnelles et revendique la référence à des acquis scolaires pour le guider quotidiennement. Ce qui s’impose chez ce journaliste comme un éthos professionnel avec lequel il doit composer par rapport aux « demandes » de la chaîne est absent chez les autres journalistes de l’équipe ayant construit la plupart de leurs repères souvent par la seule confrontation avec les réalités d’un poste local20. L’apprentissage « sur le tas » offre d’ailleurs cette particularité de produire — dans les premiers temps de la pratique professionnelle — une forme particulière d’incertitude quant aux conduites professionnelles à tenir. Le journaliste autodidacte se formera patiemment à partir d’observations personnelles et de conseils d’autant moins nombreux et formalisés que l’encadrement est réduit et souvent formé lui aussi « sur le tas », comprenant plus facilement ce qu’il ne faut pas faire que ce qu’il faut faire. Un journaliste raconte ainsi qu’il a « tout [appris] sur le tas [où] on vous dit pas grand chose en fait, c’est vraiment dans les gros coup qu’on vous dit « là tu aurais peut-être pu faire autrement ». Il y a des erreurs qu’on refait pas ».

23Il peut paraître étonnant que sur un marché du travail où les professionnels formés sont nombreux, qu’une chaîne de télévision ait majoritairement recours à des professionnels au départ peu expérimentés, mais on peut aussi remarquer que la direction de la chaîne se garantit ainsi une professionnalisation adaptée à ses postes, en même temps qu’elle s’évite la domestication d’habitus professionnels par trop en décalage avec ses besoins. Ainsi, aucun des journalistes « angevins » de TV10 n’avait réalisé de reportage en images avant son entrée sur la chaîne et beaucoup n’avaient qu’une expérience limitée du métier. Cette forme d’apprentissage se retrouve aussi chez d’autres salariés de la chaîne, qui se sont trouvés confrontés à des tâches pour lesquelles ils n’avaient au départ pas de formations spécifiques, et sont aujourd’hui partagés entre le sentiment de devoir beaucoup à la chaîne (qui leur a « donné leur chance », leur a permis une certaine ascension professionnelle, les a formé...), tout en ayant conscience en retour de lui avoir beaucoup donné (en acceptant une polyvalence permanente, des horaires élastiques, des salaires inférieurs à ceux des postes qu’ils occupent, etc.).

  • 21 Significativement on remarquera que l’expérience professionnelle acquise à TV10 peut permettre de (...)

24Pour les individus dotés d’une formation forcément lacunaire, le doute sur la légitimité des pratiques ne cesse pas à l’issue de la période d’essai dans l’entreprise, il est souvent renforcé par une perception plus ou moins nette de l’aspect symboliquement « dévalué » des postes qui limite les initiatives21. C’est ce qui peut expliquer que faute de pouvoir opposer (même tacitement) des valeurs professionnelles autonomes ou d’arguer d’un professionnalisme acquis ailleurs, les journalistes de TV10 sont disposés à donner au pouvoir municipal des gages symboliques de leur vassalité. On peut en voir un exemple dans le scrupule zélé qui construit quotidiennement toute question impliquant la municipalité comme une exposition d’un point de vue d’opposition auquel se doit de répondre la solution de la municipalité, ou encore lorsqu’à la suite de « ratés » dans la couverture d’un événement, les journalistes acceptent comme pour se faire pardonner de réaliser une émission sur une manifestation organisée par la mairie : « cette émission, elle n’avait pas d’intérêt, on pouvait en faire 10 minutes, c’était très bien et on en a fait une heure et demie avec des gros moyens tout le week-end. Ça méritait pas ça, mais c’était pour faire plaisir à la mairie ». Ce manque d’autonomie professionnelle conduit (notamment dans le traitement quotidien de questions politiques) à « informer » sans instaurer un espace de confrontation démocratique ni faciliter la compréhension des problèmes locaux.

  • 22 A. MERCIER, Le journal télévisé, op. cit., p. 255.

25Condamnée sans doute plus encore que les autres médias locaux à partager tous les présupposés dominants d’un « espace public local » réduit aux seuls échos de la « communication » des agents du pouvoir, la télévision locale ne fait que servir de miroir à ce pouvoir local, offrant le spectacle enchanté d’un espace déconflictualisé. Fondée sur une logique du consensus, la déférence marquée à l’égard des élus ne se double pas de ces formes de prises de position (humour, activité herméneutique, respect du principe d’équilibre des points de vue, etc.) qui permettent au journaliste de se situer comme médiateur dans l’espace public autant qu’elles le dédouanent de l’accusation de relayer les discours officiels22.

  • 23 D. OHAYON, « Le précaire équilibre des chaînes câblées locales », dans Le Monde Radio-Télévision , (...)

26« Cette télévision locale a quatre missions : combler une mauvaise couverture télévisuelle dans la région, animer la cité, créer la mémoire audiovisuelle de la ville et promouvoir Angers et l’Anjou. Pour installer un média, il faut exister, être reconnu et crédible. On ne peut certainement pas faire l’économie de la qualité pour le journal » explique Yves Bruezière, directeur des programmes sur TV1023. On peut cependant se demander si, pour une série de raisons objectives que nous avons commencé ici d’indiquer, une télévision comme TV10 n’est pas en réalité sensiblement éloignée du modèle idéalisé des « télévisions de contact » mobilisant les effets de proximité, de familiarité et d’innovation qu’une sociologie spontanée serait tentée de leur attribuer sut generis.

Annexe 1 : La vie politique angevine

27La vie politique municipale angevine est caractérisée par sa grande stabilité. Le maire Jean Monnier a en effet battu récemment le record de longévité établi sous Louis XI en entamant sa 20e année à la tête de la ville. Dans un département où la droite emportait régulièrement la quasi totalité des mandats législatifs et où les municipalités angevines successives de droite semblaient assurées de conserver le pouvoir, la victoire de Jean Monnier à la tête d’une liste d’union de la gauche en 1977 fut une relative surprise. En fait, les divisions de la droite locale ont constitué un facteur favorable dans un contexte où la montée en puissance de la gauche devait faire basculer plusieurs grande villes de l’Ouest de la France.

  • 24 Courrier de l’Ouest, 9 mars 1977.
  • 25 V. BENOIT, J.-C COURNE, D. SALLE, J. VIAUD, Angers, ma qualité, Angers, éd. Yvan Davy, 1995, p. 92
  • 26 Pour une analyse des interactions entre local et national et les spécificités du jeu politique sou (...)

28Relativement dépourvu de ce qui caractérise souvent les élus amenés à solliciter les suffrages dans les villes de cette importance (faibles appuis politiques locaux et nationaux, absence « d’envergure » nationale, faible capital scolaire, pas de position de « notable », absence de succès électoraux antérieurs et de prestige politique intellectuel ou social), cet ancien menuisier — comme il aime encore quelquefois se présenter — engagé très tôt à la JOC, puis devenu permanent à la CFTC puis à la CFDT, adhérent au parti socialiste en 1972, candidat PS battu aux législatives de 1973, a su faire de nécessité vertu en cantonnant toute sa carrière politique à un niveau local. Se définissant lors de sa première compétition municipale comme un « autodidacte » connaissant « [ses] insuffisances » mais ne les considérants pas comme « suffisantes pour [lui] donner des complexes ou des hésitations »24, Jean Monnier peut rétrospectivement apparaître comme « un maire qui a su gérer, organiser, et conquérir le territoire municipal en se plaçant résolument à l’échelle la plus proche des habitants, celle du local, avec un projet orienté sur le développement angevin »25 ou selon une lecture moins enchantée comme un élu replié sur son fief local, sans les atouts qui auraient pu lui permettre d’envisager une carrière politique au-delà de l’échelon municipal26. Si le jeux des alliances politiques et le « recentrage » ont amené le maire à abandonner les références au parti socialiste et les municipalités Monnier à rassembler successivement des étiquettes politiques diverses (communistes, écologistes autogestionnaires locaux, socialistes « encartés » et dissidents CDS), le personnel politique s’est en réalité peu renouvelé : les titulaires des postes les plus importants sont des fidèles de la première heure en poste depuis plusieurs mandats. Le surnom de « Roi Jean » qui lui est quelquefois donné par la presse résume assez bien les principaux aspects du rapport du maire à sa ville : le « règne » de Jean Monnier (24 ans à l’issue du mandat en cours) sur « sa » ville s’organise autour de la seule personne d’un maire dont la forme d’occupation du poste, personnalisée et autoritaire peut compter sur l’absence d’alternative politique crédible et de « personnalité » concurrente. Le surnom appelle aussi à analyser les limites d’une féodalité locale : la politique menée affichant les ambitions circonscrites à la « bonne gestion » de la ville est suffisamment consensuelle pour n’éveiller que des oppositions politiques minimes, elle reste en même temps très tributaire du bon vouloir d’un homme dont l’assise électorale locale cautionne et légitime aujourd’hui a priori l’ensemble des décisions.

Annexe 2 : TV10 Angers (Journal du 13 juin 1997)

29« Décibels »

  • Présentateur. « Vous le savez, c’est le 21 juin prochain que se déroulera la traditionnelle fête de la musique. Pour que chacun puisse se faire entendre, la mairie d’Angers a délimité des zones réservées aux diverses productions musicales. »
  • Off : « Pour réussir une fête de la musique, la recette est finalement toute simple : il faut faire cohabiter les musiques amplifiées et celles qui ne le sont pas. Il est vrai qu’entre les décibels d’un groupe de rock et le délicat murmure d’une flûte à bec, le mélange des genres est impossible. Pour résoudre ce problème, la mairie d’Angers a donc décidé de délimiter des zones où chacun pourra donner libre cours à son inspiration. »
  • Interview adjoint chargé de la culture : « On a choisi cette année de réserver un petit périmètre à l’intérieur de l’ensemble de la ville où les musiques amplifiées seront interdites. Alors, ce petit périmètre, en gros c’est la rue Lenepveu, la rue salaud et puis les 2 rues qui encadrent ces deux rues, c’est à dire le haut de la rue de la Roe et la rue des Poëliers plus les petites rues qui sont entre la rue Lenepveu et la rue St-Laud. »
  • Off : « Cette année, le 21 juin tombe un samedi. Du coup, dès 14 heures les musiques non amplifiées seront autorisées à se produire dans les rues d’Angers. Pour les formations électrifiées, le début des festivités est programmé à 18 heures avec l’autorisation de jouer jusqu’à 3 heures du matin. Ce sont en fait les seules obligations fixées par la municipalité qui veut garder à cette fête toute sa spontanéité. »
  • Interview adjoint chargé de la culture : « L’idée des initiateurs de cette fête de la musique, Jack Lang il y a déjà 16 ans, c’était une fête où tout le monde s’exprimait de manière très libre, et au fond je trouve qu’il est bon que les collectivités territoriales laissent la grande liberté aux gens pour s’organiser comme ils le veulent, donc on intervient le moins possible, sauf je vous le dis pour faire en sorte que ceux qui jouent des musiques non amplifiées puissent être entendus par tout le monde, c’est tout. »
  • Off : « Retenez enfin que le Chabada prendra 24 heures d’avance sur le calendrier puisqu’il proposera le 20 juin une soirée spéciale consacrée à la fête de la musique. »

Notes

1 F. SAWICKI, « Questions de recherche : pour une analyse locale des partis politiques », dans Politix, n° 2,2e trimestre 1988, p. 2-17.

2 Ce programme de recherche est mené dans le cadre d’un contrat CNRS en association avec le laboratoire Communication et Politique sous l’intitulé « Les frontières du local : rhétoriques communautaires et micro-espaces publics ».

3 Le budget de fonctionnement annuel de TV10 s’élève à 9 MF, financé à hauteur de 5,5 MF par une subvention annuelle de la ville d’Angers, par une redevance audiovisuelle annuelle de France Télécom Câble de 1,5 MF et par plus de 2 MF de recettes propres.

4 P. DESCAMPS, « Une presse docile dans une France féodale. Misère du journalisme de province », dans Le Monde Diplomatique, novembre 1996, p. 28. Voir également A. ACCARDO, G. ABOU, G. BALBASTRE et D. MARINE, Journalistes au quotidien, outils pour une socioanalyse des pratiques journalistiques, Bordeaux, éd. Le Mascaret, 1995 ; J. LE BOHEC, Les rapports presse-politique, Paris, L’Harmattan, Coll. « Logiques sociales », 1997.

5 J. LE BOHEC, op. cit., p. 68-70.

6 Ainsi en va-t-il de tel présentateur du journal de TV10, qui ponctue chaque fin d’intervention en adressant au public un clin d’oeil « à la Claire Chazal ».

7 Sur ce point, voir A. MERCIER, Le journal télévisé, Presses de Sciences Po, 1996, ch. 4 : « Le journal télévisé dans l’espace public ».

8 On oublie souvent que les représentations de « la province » présentées sur les médias nationaux sont produites selon les schémas des journalistes parisiens. Ainsi le « provincialisme » des journaux de la mi-journée de TF1 et France 2 prend ses sources moins dans la remontée à Paris d’informations locales que dans l’exécution au niveau local des directives venues de la rédaction centrale. Cf. les exemples donnée par G. BALBASTRE (dans A. ACCARDO et al., Journalistes au quotidien. Outils pour une socio-analyse des pratiques journalistiques, Bordeaux, Le Mascaret, 1995, notamment p. 77,143 et suivantes), ou P. PEAN et C. NICK (TF1. Un pouvoir, Paris, Fayard, 1997, p. 417) sur la tonalité du journal de 13 heures. Pour une mise en scène caricaturale — et accessoirement empathique — des oppositions Paris/province cf. P. AMAR, Scènes de la vie de province, Paris, Flammarion, 1989.

9 Sur ce point, et plus généralement sur la « double routinisation » de la pensée d’Habermas et la nécessité d’un programme de recherches empiriques relatif aux manifestations contemporaines d’un espace public recomposé, voir E. NEVEU, « Les sciences sociales face à l’espace public, les sciences sociales dans l’espace public », dans I. PAILLART, L’espace public et l’emprise de la communication, ELLUG, 1995.

10 J. LE BOHEC, Cf. cit., p. 58.

11 Nous faisons allusion à une émission en plateau et en direct de 1 h 45 centrée sur la vie des quartiers à Angers, intitulée Bonjour chez vous.

12 Dès qu’on sort de la ville, les reportages ont coutume de présenter un monde où la politique est inexistante, et où il est le plus souvent question de petites écoles de campagne ou de vignobles, etc., proposés comme autant de descriptions d’un Anjou pittoresque

13 Les citations sont extraites des entretiens menés auprès du personnel de TV10. Nous remercions tous nos interlocuteurs ainsi que les principaux responsables de la chaîne de leur disponibilité et de leur aide.

14 Les hiérarchies apparentes entre les médias par rapport à leur degré de liberté sont moins marquées à l’intérieur du champ professionnel local qu’on ne pourrait le croire de l’extérieur. Ainsi des journalistes de quotidiens considèrent qu’ils font — au moins en partie — le même métier que leurs collègues des bulletins municipaux. De la même façon que ces derniers évoquent la liberté relative (par rapport à la leur) de leurs collègues des quotidiens locaux. Cf. sur ce dernier point D. RUELLAN, M. GRIMAULT, Y. ROCHARD, « Le journalisme territorial », dans Médiaspouvoirs, n° 35,3e trim. 1994, p. 43-18.

15 Cela n’exclue pas que sur un mode humoristique et désabusé les journalistes locaux dévoilent une part des réalités de leur position. Ainsi, lors d’une de ces rencontres informelles qui ont lieu lors des reportages, un localier conseille, à son collègue préparant le vin d’honneur qu’il compte offrir pour son départ en retraite, de demander de se faire prêter gracieusement par le maire « après tout ce qu’[il] a fait pour lui », une des plus prestigieuses salles de la ville, servant habituellement aux réceptions municipales.

16 Les processus d’imprégnation fonctionnent aussi dans l’apprentissage formalisé que proposent les écoles de journalisme comme le montre l’analyse de Johanna SIMEANT (« Déontologie et crédibilité. Le réglage des relations professionnelles au sein du CFJ », dans Politix, n° 19, 3e trim. 1992, p. 37-55).

17 Trois des quatre journalistes de TV10 sont des angevins de longue date ; seul le pigiste « permanent » qui renforce l’équipe n’est pas originaire de la région. Son retour sur la chaîne depuis quelque mois (après des expériences dans d’autres télévisions locales) a cependant été facilité par une expérience antérieure à TV10.

18 Dans le domaine culturel la légitimité de certaines formes d’expression artistique impose aux journalistes un suivi circonstancié des spectacles alors que leurs goûts personnels ne les amènent pas à fréquenter ces manifestations. C’est le cas pour certaines expositions de tissage ou de danse contemporaine, deux domaines ou l’avant-garde est présente à Angers à travers le musée de la Tapisserie et le Centre national de danse contemporaine. A contrario, la télévision locale se fait plus rarement l’écho de manifestations ou de spectacles dans des domaines artistiques plus dévalués.

19 P. CHAMPAGNE, Faire l’opinion, Minuit, 1990, et « La construction médiatique des « malaises sociaux », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 90, décembre 1991, p. 64-75.

20 Claude F. POLIAK (La vocation d’autodidacte, Paris, L’Harmattan, 1992) montre, à propos d’individus ayant repris des études après un long arrêt que l’appropriation de la culture lettrée est liée à un « lent travail de reconstruction identitaire » ; il en est de même pour ces journalistes autodidactes chez qui la professionnalisation s’est réalisée très progressivement donnant le sentiment à certains qu’il ont encore beaucoup à apprendre dans un poste qu’ils occupent pourtant depuis plusieurs années.

21 Significativement on remarquera que l’expérience professionnelle acquise à TV10 peut permettre de poursuivre ailleurs la carrière professionnelle, mais seulement au prix d’un reniement comme le montre l’« ommission » de cette expérience de télévision locale dans les biographies publiques de journalistes travaillant aujourd’hui pour des chaînes nationales.

22 A. MERCIER, Le journal télévisé, op. cit., p. 255.

23 D. OHAYON, « Le précaire équilibre des chaînes câblées locales », dans Le Monde Radio-Télévision , 5-6 juin 1994.

24 Courrier de l’Ouest, 9 mars 1977.

25 V. BENOIT, J.-C COURNE, D. SALLE, J. VIAUD, Angers, ma qualité, Angers, éd. Yvan Davy, 1995, p. 92.

26 Pour une analyse des interactions entre local et national et les spécificités du jeu politique sous la Ve République, cf. « Les structures politiques des institutions. L’exemple de la IVe République », dans Politix, n° 20, 1992, p. 72-98.

Auteurs

Philippe LE GUERN, enseignant-chercheur à l’université catholique de l’Ouest (Angers), et à l’université de Limoges, travaille actuellement sur les télévisions locales et les rhétoriques communautaires (sociologie des médias). Il est responsable de projet au programme « Communication et politique » du CNRS.

Pierre LEROUX est docteur en science politique, maître de conférences au département information et communication de l’université catholique de l’Ouest (Angers), chargé de cours à l’Institut d’études politiques de Rennes, membre du Centre de recherches administratives et politiques (CNRS/université de Rennes I/Institut d’études politiques de Rennes) et co-responsable du projet Les frontières du local : rhétoriques communautaires et micro-espaces publics. Dernier article paru : « Les deux publics des Sept d’or. Principes de célébration et de consécration du journalisme télévisuel », dans Politix, n° 37, 1er trimestre 1997, p. 57-80. À paraître : en collaboration avec Philippe TEILLET, « Qui croire ? Journalisme et sondages d’opinion », dans Communication politique de l’Ouest à l’Est. Regards croisés, Paris, L’Harmattan, 1997.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable