Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Journalistes et pouvoirs urbains

L’information locale sans journalistes ?

Denis Ruellan

Texte intégral

  • 1 - avec D. THIERRY, Productions en réseaux et mutations professionnelles du journalisme. Programme (...)

1L’objet de cette communication est moins d’apporter les résultats d’une recherche particulière que de placer dans une perspective prospective des travaux achevés et déjà présentés1.

2L’information locale constitue pour nous un objet multidimensionnel — technique et technologique, sociologique, politique — qui donne lieu à des études de terrain ponctuelles que nous tâchons de relier à une problématique centrale, que nous exprimons ici, pour les besoins de la rhétorique, de façon quelque peu provocatrice : vue du local, l’information a-t-elle besoin des journalistes ? Si oui, pourquoi faire ?

3Pour avancer une telle question, il convient de mettre en cause le sens commun qui tend à confondre activités d’information sociale et journalisme. Il nous faut considérer que journalisme et journaliste sont deux dimensions qui ne se recouvrent que partiellement. Ou que n’est pas seul journaliste celui que la loi désigne.

4La loi de 1935 définissant le statut professionnel des journalistes le laisse voir en creux : il est des journalistes autres que ceux qu’elle protège particulièrement.

5La loi a été faite pour protéger une catégorie de travailleurs et les contraindre à la vertu. La loi ne définit pas le journalisme, mais ceux qui ont droit d’être reconnus et protégés comme journalistes. La loi ne prétend pas contenir toute l’activité d’information ni même toute l’activité journalistique. L’usage de la loi a légitimé une pratique journalistique et en a exclu d’autres. Mais sans les empêcher d’exister, bien au contraire.

6Nous allons évaluer cette proposition d’une information locale sans journalistes en la déclinant en sept points, avant, en conclusion, d’en soulever les enjeux.

Le journal local est principalement écrit par des non journalistes

7Rappelons que, longtemps, la presse locale a été réalisée sans — ou si peu — journalistes. Un concours de compétences assurait la fabrication du journal : l’imprimeur-directeur et principal rédacteur, les ouvriers typographes dont le rôle ne se limitait pas à la fabrication et que la connaissance de lettres conduisait naturellement à l’écriture, des bénévoles (écrire conférait la notabilité), des reprises des autres journaux (quotidiens parisiens, revues spécialisées), des fonctionnaires (rédacteurs d’avis, annonces, comptes-rendus repris par la presse), des élus (les journaux locaux étant le plus souvent défenseurs d’une chapelle politique). Bref, des journaux sans journalistes au sens de la loi de 1935.

8Aujourd’hui, la situation est différente : un ou plusieurs journalistes sont devenus indispensables, tant les journaux locaux (hebdos et quotidiens) se sont étoffés en pages. Mais le journal demeure principalement écrit par des non-journalistes : ce sont les correspondants locaux, les communicants des institutions, les fonctionnaires territoriaux, les lecteurs, les élus, les représentants de la société civile qui alimentent les pages de comptes-rendus de réunion, de communiqués, de photos, de reportages, que la presse locale reprend, le plus souvent sans ou très peu de modifications.

9Les correspondants de la presse locale et régionale ont une place à part. Définis par une loi de 1993 comme travailleurs indépendants, ils ne sont pas journalistes au sens de la loi de 1935, mais libres collaborateurs payés (très peu) à l’acte. Issus des rangs des bénévoles et des fonctionnaires locaux, ils ont assuré l’essentiel de la densification du maillage et la multiplication des pages. Prenons par exemple l’hebdomadaire breton (région de Lannion) Le Trégor. Créé en 1970 (fusion de deux titres d’imprimeurs nés en 1848 et 1833), il ne compte que quatre pages. Une journaliste à mi-temps y travaille, elle est assistée de deux correspondants locaux ; les ventes s’établissent autour de 7 000 exemplaires. En 1997, ce sont soixante pages publiées en moyenne (ventes à 23 000). Cinq journalistes sont nécessaires, mais plus encore vingt-cinq correspondants locaux et thématiques (sport, culture). Ces correspondants assurent 60 % du volume de copie.

10Le phénomène est généralisé : dans les quotidiens régionaux, on compte en moyenne un journaliste pour quatre correspondants locaux rédacteurs (sans compter les informateurs, simples relais). 60 à 80 % de la copie est dépendante de ces collaborateurs non-journalistes. Le rapport est d’ailleurs évident : on estime à 33 000 les correspondants en France, pour 6 000 journalistes régionaux.

Les correspondants renouvellent le journalisme local

11Il s’est produit ces dernières années une professionnalisation des correspondants :

  • régularité des collaborations ;
  • exclusivité des revenus ;
  • équipement informatique ;
  • augmentation de la compétence (les correspondants ont un haut niveau d’étude et réalisent toutes les tâches journalistiques de reportage, réécriture, interview, portrait, information-service) ;
  • formation au journalisme (souvent assurée par les journaux) ;
  • incorporation dans la stratégie marketing des entreprises.

12Ironie de l’histoire : c’est entre autres raisons pour s’affranchir de la pression des correspondants sur le marché de l’emploi que les journalistes se sont battus, dans l’entre-deux-guerres, pour obtenir un statut exclusif. Les correspondants en ont été privés, et pourtant, aujourd’hui, la presse locale leur doit son succès — ou sa survie.

13La vente des journaux locaux et régionaux tient à leurs réseaux capillaires de correspondants : densité de la collecte et qualité d’information de l’hyper proximité, assurant la chronique méticuleuse de la vie locale, de tous ses faits et gestes, des plus simples aux exceptionnels « événements ».

14Les correspondants ne remplacent pas totalement les journalistes ; une subtile répartition des rôles permet de conserver au journal toute l’étendue de son savoir-faire. Très exposés en raison de l’hyper proximité, et dépendants de leurs sources côtoyées quotidiennement, y compris dans la vie personnelle (ce qui constitue une force et une faiblesse), les correspondants réalisent un « journalisme du coin du feu » qui prend la non distance pour vertu (en opposition avec « l’indépendance » revendiquée — à défaut d’être vérifiée — des journalistes du local). Quand survient un sujet délicat, les journalistes statutaires prennent la main (au grand dam parfois des lecteurs qui n’aiment pas qu’un étranger viennent traiter journalistiquement leurs affaires, le seul « journaliste » à leur yeux étant... le correspondant).

15Les correspondants ont fait pénétrer à un niveau jamais atteint la collecte de l’information. Ils renouvellent aussi le journalisme local par la position particulière qu’ils occupent, interface entre le journal et les lecteurs : ils sont les représentants du journal auprès du public (y compris au sens de vendeurs car ils assurent le contrôle et l’évolution des stratégies de vente dans leur zone ; ils vendent des abonnements) ; ils sont aussi les représentants de leur communauté locale dans le journal (ils renforcent le lien social, ils défendent les intérêts de leur zone, ils assurent une visibilité positive des initiatives de leur collectivité, ils font en sorte que le local existe au-delà de lui-même, qu’il soit porté à la conscience de l’étranger).

16Ainsi, le journal appartient à ses lecteurs, et le journalisme n’est pas seulement le fait de professionnels, mais aussi (et en local, avant tout), le fait des lecteurs eux-mêmes.

Les activités d’information, en fort développement dans le local comme ailleurs, se passent des journalistes

17Dans les campagnes (36 700 communes), les lieux de sociabilité (école, église, café, épicerie, association) demeurent des vecteurs d’information. L’affichage légal (mairie, écoles) n’est pas négligeable.

18Les communes les plus importantes (et les regroupements) développent des outils d’information sur les actions et les services proposés aux citoyens : journaux municipaux, brochures, annuaires. La diffusion se fait par portage à domicile et dépôt gratuit ; elle est très efficace. On commence aussi à proposer de l’information en ligne (Minitel, Internet, serveurs vocaux). Les sociétés de service, les associations, les équipements culturels et sportifs développent aussi des outils d’information spécifiques (journaux, brochures, serveurs...).

19L’efficacité de ces pratiques informationnelles tient à la nature de l’information proposée : pour l’essentiel, elle n’est pas de nature éditoriale (réflexive, politique) ; elle est pratique, elle rend des services concrets au lecteur.

20Les journalistes de la presse locale n’interviennent pas dans la fabrication de ces informations ; ils en sont les relais, mais ils ne sont pas seuls à le faire. Les producteurs et diffuseurs sont d’autres acteurs, professionnels de statuts différents, ou acteurs sociaux pour qui la diffusion de l’information est devenue un objectif (le plus souvent consubstantiel de la mission) et un outil indispensable à l’efficacité.

Le journalisme se reproduit hors des journalistes

21Les acteurs professionnels (correspondants locaux et rédacteurs de journaux municipaux, de revues associatives, de brochures d’information issues de services publics et de sociétés de service) et les acteurs sociaux bénévoles en charge de mission d’information, reproduisent les savoirs techniques (collecte, sélection, rédaction, mise en forme, incorporation) du journalisme. Ils maîtrisent les mêmes technologies.

22Ces acteurs reproduisent aussi les valeurs professionnelles du journalisme (précision, honnêteté, transparence, autonomie). Affranchis de l’auto-représentation, ils sont plus à l’aise que les journalistes pour exprimer les limites de ces valeurs (interdépendance à l’égard des sources, du public, du commanditaire).

23Ils font du journalisme sans les avantages du journaliste, mais aussi sans ses ambiguïtés. Ils pratiquent l’activité sans en assumer l’idéologie professionnelle et ses contradictions. La reproduction du journalisme se fait donc là, tout au moins partiellement ; elle contraint le groupe professionnel à réviser ses fondements identitaires, en terme d’appartenance d’une part, sur le plan des valeurs d’autre part.

L’information en croissance, attendue par le public, est celle qui exige le moins de médiation intellectuelle

24La fragmentation du social se traduit par un mouvement dual :

  • un éclatement physique des individus et des communautés compensé par des resserrements culturels (des diasporas) ;
  • une incorporation dans un espace de plus en plus mondialisé concomitante de la recomposition d’identités particulières, de particularismes culturels (locaux ou non).

25Dans le même temps, on observe que la démocratie s’exerce de façon de plus en plus directe, avec un minimum de médiation : la décentralisation politique, l’associativisme expriment la pratique d’une démocratie capillaire, plus immédiate que médiate, plus horizontale, dans laquelle les individus agissent sans intermédiaire, directement en prise avec les responsabilités qu’ils entendent exercer.

  • 2 À titre d’exemple : le quotidien Ouest-France délivre 160 lignes pour 1 000 habitants à Quimperlé (...)

26Ces modifications sociales et politiques entraînent des besoins différents et croissants d’information : celle-ci doit être précise, complète, plus « brute », dépourvue d’intervention journalistique. Le journal répond d’ailleurs à ces attentes. On y lit : des procès-verbaux de conseil municipaux, des comptes rendus de réunions associative, des relevés de décisions des services, des données pratiques sur ces services, des horaires et contenus culturels, des faits individuels (naissances, décès, mariages, nominations, sanctions). Dans tous ces cas, le journalisme est réduit à sa plus simple expression : transmettre, relayer, sans choix ni hiérarchie. La réalité est encore plus évidente en zones concurrentielles (rares, comme on le sait) : sous la pression des lecteurs, les journaux tâchent de faire la différence en fournissant toujours plus d’information, plus d’articles, plus de pages. Dans cette dérive concurrentielle, le ratissage devient total, l’information devient réellement exhaustive2.

La médiation attendue est de nature technique

27C’est pourquoi les médias papier ressemblent désormais à des dazibaos : des panneaux d’affichage remplis d’information produites par quantité d’acteurs autres que les journalistes. Les médias électroniques prennent le relais, augmentant cet effet dazibao (avec plus de précision, moins d’ergonomie).

28Quand la société locale attend du média qu’il capte et régule les flux d’information, et non qu’il les sélectionne ; quand en local, le public attend l’exhaustivité pour pouvoir faire lui-même ses choix, le média perd donc sa fonction de magistère (celui qui décide de l’information que le public doit avoir) ; il devient un technicien répondant à une commande (celui qui fournit l’information que le public veut avoir).

29Il assure une sorte de maintenance du réseau, garantissant aux usagers une bonne gestion (transparence des acteurs reliés, régularité des flux, normalisation des formes et contenus, ergonomie). Un journalisme régulateur, parfois animateur quand il incite les membres du réseau à se dépasser.

Les moyens technologiques affranchissent sources et usagers

30Les systèmes d’information en ligne et la multiplication des supports (y compris sur papier) augmentent la capacité de l’usager à choisir lui-même ce dont il a besoin, à être un acteur plus important de son information. Les mêmes moyens affranchissent les sources de la tutelle des journalistes : elles peuvent (partiellement au moins) créer leurs propres moyens de diffusion.

31Le journal demeure l’outil le plus performant parce que le plus complet, le plus commun et disposant de la plus grande expérience. Le journal local demeurera l’outil commun entre les groupes fragmentés. Mais le développement des outils d’information fondés sur la technologie informatique en réseau peut engendrer une nouvelle répartition des rôles entre fournisseurs d’information :

  1. les médias et services en ligne seront mieux adaptés pour la fourniture de l’information-service (plus rapide, précis, frais). Les médias papier et audiovisuels conserveront les domaines plus éditoriaux : de l’actualité généraliste à la réflexion et aux débats ;
  2. consultable à distance, le journal sera aussi fabriqué à distance. Deux mouvements simultanés provoqués par la mise en réseau informatique des médias : décentralisation et intégration.

32Décentralisation : les réseaux informatiques permettent de déconcentrer les sites de production et de se rapprocher des sources/lecteurs. Le mode circulaire de l’information est mieux accompli.

33Intégration : la connexion des intranets des médias à l’Internet permet une captation directe de données auprès de sources médiatiques (agences) ou non (administrations, collectivités territoriales, associations, syndicats, bases de données diverses).

34Il y a derrière les évolutions — technologiques, mais c’est la partie émergée de l’iceberg, les mutations étant bien plus fondamentales — trois enjeux majeurs :

  • la répartition des coûts et bénéfices des informations. Aujourd’hui, les médias traditionnels sont encore en position de force grâce à leurs réseaux de collecte. Mais ceux-ci étant principalement externalises (les correspondants), ils peuvent être exploités par d’autres opérateurs (en particulier issus de l’informatique et des télécommunications en quête de consommateurs de tuyaux). La presse locale commence à peine à prendre conscience de ces hypothèses ;
  • l’activité et le statut des journalistes. Placés en position de gestionnaires de flux de données, les journalistes pratiquent désormais assis et assument des fonctions de cadres qui ne correspondent pas à leurs aspirations initiales. La professionnalisation des correspondants constitue aussi une menace ; l’inégalité de traitement crée des tensions, les journalistes doivent composer avec leur propre stratégie intégrative (pour réduire ces antagonismes) et les contraintes économiques des journaux (qui ouvrent la brèche dans le statut professionnel des journalistes en ayant recours à des journalistes de fait et non de droit) ;
  • la nature du journal. Plus il est exhaustif, moins le journal semble appartenir aux journalistes. Les lecteurs s’en font les maîtres, ils font du journal un miroir, évidemment complaisant, trop consensuel pour être honnête dans sa capacité à soulever les contradictions du social, les dysfonctionnements, les inégalités, les tensions. Dans cette nouvelle donne, que devient la capacité de recul, de travail critique, de pluralisme de la presse ? Le journalisme sans journaliste, n’est-ce pas un journal légitimiste, donc conservateur et finalement étriqué ? Le risque est là.

Notes

1 - avec D. THIERRY, Productions en réseaux et mutations professionnelles du journalisme. Programme de recherche financé par le conseil régional de Bretagne, IUT-ONTICM, août 1997,210 p.
- Les pro du journalisme. De l’état au statut, la construction d’un espace professionnel, Presses universitaires de Rennes, 1997,172 p.
- avec Y. ROCHARD, « Les correspondants de presse locale ». Étude du réseau d’un hebdomadaire d’information locale, IUT-ONTICM, octobre 1996,55 p.
- avec J.-F. LACAN et M. PALMER, Les journalistes - Stars, scribes et scribouillards, Syros, 1994,278 p.

2 À titre d’exemple : le quotidien Ouest-France délivre 160 lignes pour 1 000 habitants à Quimperlé (zone d’hyper concurrence avec le Télégramme de Brest), alors qu’il n’en donne que 30 à Rennes (où il est seul).

Auteur

Denis RUELLAN, socio-anthropologue, maître de conférences à l’université de Rennes I, a notamment publié Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français (Presses universitaires de Grenoble, 1993) et Les « pro » du journalisme. De l’état au statut, la construction d’un espace professionnel (Presses universitaires de Rennes, 1997).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540