Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Journalistes et pouvoirs urbains

Journalistes du Mans et pouvoirs politiques : les campagnes électorales pendant la Révolution française et sous la Restauration

Christine Peyrard

Texte intégral

1Si la Révolution française n’a pas inventé la figure du médiateur, elle ne s’est pas contentée de panthéoniser Voltaire puisqu’elle a fait naître le journalisme dans les départements. Au Mans, chef-lieu de la Sarthe, une douzaine de journaux sont apparus pendant la décennie révolutionnaire. Parmi ces rédacteurs, plus ou moins occasionnels, un journaliste émerge plus particulièrement sous le Directoire, Rigomer Bazin, qui tente de perpétuer l’esprit du siècle des Lumières à Paris sous l’Empire et au Mans sous la Restauration. Lorsque l’homme de lettres disparaît prématurément en 1818, un ami, Charles Goyet, sort de l’ombre, prend sa place et entre dans l’Histoire avec le surnom de « Grand Électeur de la Sarthe » en organisant la campagne électorale des libéraux.

  • 1 Pour reprendre l’expression de Pierre RÉTAT, La révolution du journal (1788-1794), Paris, 1989.
  • 2 Monographie de la presse parisienne, Paris, 1843 (rééd. Honoré de BALZAC, Les journalistes, Paris, (...)

2Associer la période révolutionnaire à celle de la Restauration peut paraître incongru tant sont grandes les différences de régime politique, de type de suffrage, de délimitation du champ électoral et des formes d’expression, orales et écrites, de l’opinion publique. L’intérêt réside précisément dans le fait qu’une même génération d’acteurs de la vie politique a connu en province la « révolution du journal »1 avant d’être réduite au silence pendant les années napoléoniennes et à la portion congrue sous la Restauration. Au-delà du changement des conditions d’expression et d’action politiques, la génération de 1789 n’a pas connu le journalisme comme un métier, ni la presse comme une entreprise financière. Ce n’est qu’après la révolution de juillet 1830 que Balzac pourra brocarder le pouvoir des gens de lettres2 même si les contemporains d’un autre publiciste tourangeau, PB-LA. Courier, sont déjà solidement implantés dans le département voisin.

  • 3 Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque (...)
  • 4 Cf. notre article, « Le journalisme et la diffusion de l’idée républicaine dans la Sarthe de la Iè (...)

3La Sarthe, bien connue depuis les travaux de Paul Bois3, est un département qui présente une originalité certaine dans l’espace politique national, non seulement en perpétuant dans les scrutins électoraux du xixe et du xxe siècles une mémoire partisane issue de la Révolution française, mais aussi en offrant sous la monarchie parlementaire un ou plusieurs sièges dans la Chambre des députés aux principaux porte-parole de l’opposition de gauche, de La Fayette et Benjamin Constant sous la Restauration, à Garnier-Pagès et Ledru-Rollin sous la Monarchie de Juillet4.

4Ce colloque est l’occasion de nous pencher sur le rôle des médias et des médiateurs dans la construction d’une représentation politique à l’époque de la naissance tant du journalisme que de la vie politique contemporaine. Dans cette perspective, nous nous interrogerons d’abord sur les conditions d’émergence des premières couvertures journalistiques des campagnes électorales dans le chef-lieu de la Sarthe, puis nous étudierons plus précisément les deux campagnes électorales où le pouvoir de l’écrit — journal ou brochure — a joué un rôle majeur dans la communication politique, à savoir celle de 1798 sous le Directoire et celle de 1818 sous la Restauration.

5La publicité des campagnes électorales dans une ville de province comme Le Mans — ville moyenne de la France à la fin du xviiie et au début du xixe siècle, peuplée de quelques 20 000 habitants et chef-lieu du département de la Sarthe depuis 1790 — ne date que de la période directoriale. Il convient de présenter cet apparent paradoxe qu’est l’absence de campagnes de presse pendant les grandes années révolutionnaires alors que la ville dispose de journaux et que la Révolution a fait du vote la source de toutes les fonctions publiques.

  • 5 Nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage, Les Jacobins de l’Ouest, Paris, 1996.

6Le Mans qui dispose d’une feuille d’Affiches depuis 1771 connaît la révolution du journal sinon en 1789 comme à Paris, du moins en 1791, et la floraison de la presse révolutionnaire en 1792 et 17935, à la différence de la capitale. Au-delà de l’originalité de la chronologie de la presse mancelle qui montre tout l’intérêt de l’étude d’un microcosme, cette presse patriote ne consacre qu’une place infime aux élections alors même que la fonction électorale mobilise les citoyens dans les assemblées primaires, puis dans le collège électoral du département (où la première tâche est, à chaque instance, d’élire président, secrétaire et scrutateurs de l’assemblée), et que l’élection est le principe de toute désignation (députés, officiers municipaux, notables, administrateurs de département et de district, juges, officiers de la garde nationale, curés et évêques...).

7On ne peut comprendre cette discrète référence à l’enjeu électoral dans la presse mancelle sans rappeler, d’abord, que le vote n’est qu’une des pratiques politiques de la période révolutionnaire, que la nation dispose d’autres moyens d’expression que le suffrage (pétition, réunion, association, insurrection...) et que la succession tumultueuse des événements n’autorise guère l’organisation de campagnes électorales. Le journal n’est, ensuite, qu’un moyen d’information parmi d’autres et ne peut prétendre rivaliser, dès sa création, avec l’information orale qui vient de la chaire de l’église ou de la tribune de la société politique, sans parler de la rue ou du cabaret.

8Si la presse mancelle ne couvre pas les campagnes électorales, c’est d’abord que le temps fait défaut aux citoyens-journalistes. Prenons l’exemple des élections à la Convention où la quinzaine de jours qui séparent la convocation d’une Convention nationale (10 août 1792) et la réunion des assemblées électorales (2 septembre) ne permet guère d’élaborer une stratégie politique. Ensuite, les deux organes de la presse mancelle sont des hebdomadaires qui ne peuvent couvrir un événement « à chaud » : par exemple, les lecteurs du Défenseur de la Vérité ou l’Ami du Genre Humain doivent attendre le numéro du 23 août pour avoir l’analyse de Pierre Philippeaux sur « l’événement du 10 août », c’est-à-dire la chute de la royauté. Ces deux éléments ne suffisent pas à expliquer le faible nombre de lignes consacré à ces élections comme, d’ailleurs, à toutes les autres.

  • 6 À la différence de Paris, cf. E. DUCOUDRAY, « De la presse d’opinion aux groupes de pression : les (...)

9Les deux hebdomadaires paraissent depuis le mois de février 1792. L’avocat Pierre Philippeaux, futur conventionnel, est seul rédacteur du Défenseur de la Vérité tandis que trois professeurs du collège rédigent le Courier Patriote du département de la Sarthe. Cette presse jacobine ne publie ni liste de candidats, ni discours électoralistes6. Lorsque Philippeaux consacre un article favorable aux jacobins, c’est dans son numéro du 6 septembre. Or, à cette date, l’assemblée électorale qu’il préside l’a déjà élu député à la Convention. Même si son journal a contribué au rayonnement de l’homme politique, le journaliste n’a pas brigué les suffrages des électeurs.

10Quant au journal des clubistes manceaux, il est quasiment muet sur les élections. Seuls, les résultats électoraux ont droit à un bref compte-rendu de cinq lignes, le 9 septembre 1792, pour citer le nom des six premiers élus à la Convention nationale et exprimer sa satisfaction globale dans ce commentaire lapidaire : « les électeurs de la Sarthe se montrent dignes de la confiance de leurs concitoyens ». Toutefois, une semaine plus tôt, Le Courier Patriote s’était réjoui du choix des assemblées primaires du Mans, en approuvant la procédure de la nomination publique préférée par les Manceaux au vote secret. Malgré le laconisme républicain du journal sur la « méthode d’un peuple libre et franc », valorisant « ceux qui avaient la conscience pure » et que le vote à haute voix n’a pas gêné, au détriment de ceux qui « venaient dans les assemblées primaires avec l’envie de cabaler » et qui en ont été éloignés, on peut apercevoir un trait fondamental de la mentalité révolutionnaire : le refus des brigues, des cabales et des factions. Mise à part cette légitimation d’une procédure électorale — celle des électeurs manceaux, par ailleurs, minoritaires dans le corps électoral du département — qui intervient le 2 septembre, premier jour de la réunion de l’assemblée qui va élire les députés, il n’y a pas d’autre intervention de la presse jacobine dans les élections.

  • 7 Un discrédit de longue durée que R. HUARD a souligné : « Il est peu de mots aussi malfamés que cel (...)

11Sans nier l’existence de groupes de pression, d’un bord politique comme de l’autre, ni le rôle majeur du club manceau dans la vie politique locale à cette date — lequel ne consacre aucune séance à débattre de questions électorales, mais il fait parvenir une adresse à l’assemblée électorale —, il convient d’insister sur le profond décri des partis politiques dans le mouvement patriote7. Un décri qui, pendant les années révolutionnaires, se nourrit autant à la philosophie des Lumières qu’à l’histoire de la Révolution. Le discours rousseauiste sur les conditions de formation de la volonté générale, excluant les associations partielles pour laisser l’homme libre face à sa seule conscience, rejoint l’aspiration unitaire de ceux qui ont reçu leur formation politique dans les luttes victorieuses du Tiers-État contre les privilégiés. Ainsi, peut-on mieux comprendre la réserve, sinon l’abstention, des journalistes manceaux — « Amis de la constitution » puis, après la révolution du 10 août 1792, « Amis de la Liberté et de l’Égalité » — devant toute élection. Celle-ci n’est que le résultat de l’acte individuel de citoyens dans une assemblée de patriotes dont la liberté, tant individuelle que collective, ne peut se former que loin des cabales et des affrontements. En d’autres termes, il est politiquement incorrect de briguer les suffrages de ses concitoyens, avant comme après la chute de la monarchie.

12Reste la possibilité d’« éclairer le corps électoral », comme le fait la société patriotique au moyen de son adresse qui est lue à l’assemblée électorale, mais qui n’a pas été publiée dans le journal du club. Cette tolérance de l’assemblée électorale vis-à-vis d’une médiation extérieure intervient après la formation de son bureau où sont portés à la présidence et au secrétariat deux jacobins manceaux. Ce compromis illustre la contradiction vécue par ceux qui se refusent à solliciter les voix des électeurs, tout en prenant acte de l’importance des élections.

  • 8 Cf. l’article de P. GUENIFFEY, « La Révolution ambiguë de l’an III : la Convention, l’élection dir (...)

13La culture politique des Français en révolution change sous le Directoire. La constitution de l’an III a fait du suffrage (censitaire) et de la presse les principaux moyens d’expression de l’opinion publique et a déligitimé les sociétés populaires et les manifestations de rue. Le nouveau régime représentatif fonde sa légitimité sur des élections annuelles que, certes, les coups d’état successifs rendront théorique, mais qui font apparaître de nouvelles pratiques politiques avec l’émergence du pluralisme de l’opinion et la reconnaissance du principe de candidatures publiques8. Désormais, la presse devient le vecteur des campagnes électorales.

14Les élections à la fois nationales et locales de 1797 et, plus encore, celles de 1798 l’illustrent bien dans la Sarthe. Si les divisions partisanes n’ont pas attendu cette époque pour pénétrer les organismes électoraux de base, c’est alors qu’on voit la presse mancelle couvrir les campagnes électorales, des journaux naître en fonction des échéances électorales et des feuilles royalistes apparaître au Mans et disputer le marché des lecteurs aux républicains. Car ce sont ces derniers qui ont devancé le comité royaliste dans la création d’un journal.

15La Chronique de la Sarthe a été lancée par J.-R. Bazin, le 20 septembre 1796,4 ans après la fondation de la République. La création de ce journal, paraissant tous les deux jours, a été un événement dans le département où aucun journal n’avait vu le jour depuis 1793. Son principal rédacteur est un jeune homme de 25 ans qui a déjà un long passé politique derrière lui. Bazin a dirigé le mouvement jacobin au Mans, a été emprisonné en 1794 et, à nouveau, pendant la réaction thermidorienne en 1795. Un an après sa sortie de prison, il fonde et fait vivre La Chronique de la Sarthe pendant une année et demie — ce qui est une longévité remarquable dans la presse révolutionnaire. À une époque où la République est dirigée par les « opportunistes », si l’on accepte ce vocable, son journal revendique la fidélité aux principes de 1789 et de 1793 et s’inscrit dans la tradition de la presse jacobine mancelle, avec le souci de consacrer de longs comptes-rendus aux séances du Corps Législatif, de restituer la multiplicité des prises de parole (proclamation officielle, discours politique, chanson patriotique...) et d’offrir un débat contradictoire sur des questions d’actualité ainsi que le point de vue de la rédaction.

16Par ailleurs, Bazin se fait aussi l’imprimeur de son journal et crée un cabinet de lecture où les abonnés peuvent consulter la presse nationale et les livres de sa bibliothèque. La maison du journaliste, située près du siège de l’administration centrale du département, devient le môle de l’activisme républicain dans la Sarthe. Les polémiques avec le journal royaliste, Le Préservatif de l’Anarchie ou l’Espion constitutionnel de la Sarthe, qui paraît au Mans deux mois après la création de La Chronique, animent alors la vie politique locale.

17En dépit de la précocité de l’engagement idéologique de Rigomer Bazin et de ses amis, la campagne électorale des royalistes a été un triomphe dans la Sarthe comme dans le reste de la France. Toutefois, celle-ci n’utilise localement la presse que comme un moyen parmi d’autres pour propager une idéologie favorable à la religion et hostile à la République. Si les rédacteurs du Préservatif de l’Anarchie, Tréton et l’imprimeur Maudet, font partie du comité royaliste du Mans, ils ne disposent ni d’envergure politique personnelle, ni de tradition journalistique locale. Les royalistes ont tenté, d’ailleurs, de publier un autre journal, Le Conciliateur ou Annales des Assemblées primaires, à la veille des élections.

  • 9 Cf. Le département de la Sarthe sous le régime directorial, Saint-Brieuc, 1935, p. 237-255.

18Alors qu’au plan national la presse royaliste ou crypto-royaliste tira profit de la liberté thermidorienne, localement elle se heurta à une résistance républicaine. Par ailleurs, la conversion des chefs chouans à l’action légale pour la conquête du pouvoir était récente. M. Reinhard a bien montré que l’Agence royaliste de Paris, dirigée par l’abbé Brottier, préconisa le ralliement au jeu politique républicain tout en préparant un complot pour s’emparer du pouvoir dans lequel Rochecot, le chef des royalistes sarthois dans la Sarthe, fut compromis9. Très bien organisée, leur campagne électorale fut davantage clandestine que publique. Alors que la législation électorale organisait, pour la première fois, la publicité des candidatures et prévoyait l’ouverture d’un registre à cet effet dans chaque municipalité cantonale, seuls les républicains sont allés inscrire le nom de leurs candidats. Malgré la pacification de l’Ouest en 1796, les royalistes sarthois ont surtout travaillé dans l’ombre. Leur organe public, Le Préservatif de l’Anarchie, ne se contente pas de faire le silence sur les fameuses campagnes du général Bonaparte en Italie qui sont suivies, au contraire, avec enthousiasme dans La Chronique de la Sarthe. Il ne donne aucune information sur les listes de candidats, les correspondances établies dans le département, les réunions dans les châteaux ou les cultes des prêtres réfractaires qui, de clandestins et nocturnes, commencent à se tenir en plein jour. Bref, on ne peut pas suivre dans ce journal l’organisation de leur campagne électorale.

19Il en va tout autrement après le coup d’État du Directoire en fructidor an V (septembre 1797) qui casse les élections de 1797. L’opinion royaliste n’a plus pignon sur rue et La Chronique de la Sarthe jouit, de fait, d’un monopole même si subsiste toujours la vieille feuille des Affiches du Mans et de la Sarthe (1771-1862). La position de Rigomer Bazin change dans la ville : les idées de défense républicaine qu’il préconisaient contre les chouans sont devenues celles du gouvernement, soucieux désormais de s’assurer une majorité républicaine dans les Conseils. Le journaliste a le soutien des autorités politiques locales, tant civiles que militaires, et peut organiser la campagne électorale de mars 1798 (ou germinal an VI).

  • 10 L’Anti-Royaliste ou le Républicain du Midi, du 19 pluviôse an VI (7 février 1798).

20La campagne menée dans la Sarthe par les républicains-démocrates est unique en France par sa durée comme par son ampleur. Connue jusque dans le Midi de la France, elle y fait l’admiration des rédacteurs du journal républicain marseillais10. La Chronique a organisé le mouvement républicain au cours des six mois précédant les élections en définissant une stratégie politique unitaire et en établissant un rapport étroit avec les citoyens des campagnes. Le journal de Bazin conseille l’oubli des divisions politiques passées à tous les membres des Cercles constitutionnels que les républicains sont autorisés à créer dans les villes. Au prosélytisme des prêtres réfractaires de l’année précédente, les républicains-démocrates du Mans opposent les missions apostoliques républicaines dans tout le département. Profitant de la tolérance gouvernementale vis à vis de la réunion publique et de l’association politique, ils mettent sur pied une organisation nouvelle : le Cercle constitutionnel ambulant qui, chaque décade, se déplace dans une ville et réunit au Mans, chaque mois, tous les commissaires cantonaux. Le journal sert de bulletin de liaison, annonce les tournées du Cercle constitutionnel ambulant et rend compte de l’accueil des municipalités, de la teneur des discours politiques, de l’organisation des banquets républicains et autres festivités organisées avec le concours des autorités locales. Parfois, certains cercles organisent des réunions électorales à l’intérieur de leur canton.

21Incontestablement, c’est la première campagne électorale de type moderne : tous les éléments d’organisation et de publicité ont été réunies grâce au journal. Son évident succès dans la Sarthe provoque l’inquiétude du gouvernement qui décide de fermer le cercle manceau, d’interdire le journal, de révoquer certains fonctionnaires et de décréter l’arrestation du journaliste manceau. Ces mesures d’intimidation du pouvoir directorial au moment des élections n’étant pas suffisantes, celles-ci vont être invalidées en mai 1798.

22La Restauration prolonge l’Empire, avec le contrôle de la presse (soumise à l’autorisation préalable), les nominations aux charges locales et le rôle du préfet (établissant la liste des électeurs), mais renoue avec la monarchie constitutionnelle et la république directoriale par sa volonté d’établir un régime représentatif basé sur l’argent. Après la dissolution de la Chambre introuvable, la tribune parlementaire est le lieu d’expression des opinions hostiles au gouvernement. A la faveur de la loi électorale de 1817, les Indépendants de gauche se distinguent des Doctrinaires à la Chambre des députés. Les campagnes électorales peuvent exister même si la loi interdit les réunions électorales comme les professions de foi, assure au parti ministériel la maîtrise des listes électorales comme la nomination du président du collège électoral, et prive la très grande majorité des Français du droit de vote en ne l’accordant qu’à un millier d’électeurs dans la Sarthe.

  • 11 Ces expressions sont celles de G. de BERTIER DE SAUVIGNY, La Restauration, Paris, rééd. 1974, p. 1 (...)
  • 12 Archives départementales de la Sarthe, M 61/4, Rapport du sous-préfet de Mamers, le 20 novembre 18 (...)

23L’étude des campagnes électorales permet de comprendre pourquoi ce département a fait élire deux des chefs de la gauche, La Fayette ou « le drapeau du parti » en octobre 1818 et Benjamin Constant ou « le cerveau du parti »11 à une élection partielle de 1819. Les rapports préfectoraux l’affirment : « Ce sont des journalistes et, surtout, un folliculaire de la Sarthe, qui ont tout fait. »12

24La tradition révolutionnaire s’est, en effet, maintenue dans la ville du Mans où les jacobins de 1793 ont fait la campagne des libéraux. Munis de la Charte, qui accorde à tous les Français le droit de publier librement leurs opinions (art. 8), Rigomer Bazin d’abord, puis Charles Goyet, après la mort de son ami tué en duel par un royaliste en janvier 1818, publient des brochures pour rappeler les acquis sociaux et les grands principes politiques de la Révolution. En dépit de toutes les tracasseries policières et condamnations judiciaires, Bazin publiait depuis 1816 au Mans des brochures colportées partout et lues dans les cabarets. Sans avoir son talent de pamphlétaire, Charles Goyet décide de continuer son combat. De février 1818 à août 1819, Le Propagateur paraît au Mans sous forme de livraisons à dates irrégulières pour braver la censure, comme le fait La Minerve à Paris. Tiré à un millier d’exemplaires, vendu au numéro ou par souscription, distribué parfois gratuitement (comme le 39e numéro), Le Propagateur de la Sarthe organise la campagne électorale du général La Fayette et de Benjamin Constant.

  • 13 Voir nos Jacobins de l’Ouest, p. 257-268.

25Cette campagne d’opinion menée, sous la Restauration par les anciens leaders de la société populaire du Mans en 179413, présente une originalité certaine. Non seulement Bazin et Goyet assument leur passé révolutionnaire — d’autant plus facilement, certes, qu’ils ont été traduits devant le fameux Tribunal révolutionnaire en l’an II —, mais ils ont le souci de construire un récit historique qui justifie leur engagement présent. Loin d’être un sujet tabou, la Révolution est le point de départ d’une histoire toujours continuée. D’une part, les arrestations et condamnations de 1815 et 1816 au Mans, les actes arbitraires du préfet de la Sarthe et la force des ultras-royalistes relèguent dans un souvenir contrasté les années révolutionnaires et napoléoniennes et, d’autre part, l’arrogance des nobles et l’intolérance du clergé missionnaire contribuent à rendre actuelles les questions de la dîme, des droits féodaux et des biens nationaux. Opposants à tous les régimes qui se sont succédé, les pamphlétaires manceaux peuvent valoriser auprès des acquéreurs des biens nationaux les conquêtes sociales de la Révolution et promouvoir l’idée d’une libéralisation du régime monarchique dans un sens constitutionnel.

26La culture politique acquise dans les sociétés populaires et les cercles républicains comme dans le journalisme révolutionnaire permet de conduire la campagne électorale d’octobre 1818. Le succès politique est dû à la conception comme à la diffusion du Propagateur. Goyet veut faire de son périodique l’organe de la classe moyenne, notamment dans les campagnes. Ses lecteurs ne se réduisent pas aux citoyens pourvus de droits politiques sous la monarchie censitaire. La simplicité du style journalistique, les nouvelles exclusivement sarthoises, la vente (30 centimes) au numéro, le réseau de diffuseurs dans les hameaux les plus isolés, la lecture en comités dans plusieurs cafés du Mans, la distribution gratuite sur les marchés en période électorale grâce au soutien des souscripteurs font du Propagateur un média particulier.

  • 14 Lettre du 13 novembre 1818 au ministre de l’Intérieur.

27Notons que Charles Goyet, surnommé « le Grand Électeur du département », ne fait pas partie du corps électoral sarthois, en raison de la médiocrité de sa fortune et de l’activisme préfectoral. Dès le mois de juin, le Propagateur présente au public les candidats qui vont tous être élus en octobre. Parmi eux, La Fayette que les électeurs ruraux considèrent être le « protecteur des intérêts du peuple » et « le conservateur des biens nationaux » dans un département où les biens du clergé et des nobles émigrés ont été particulièrement nombreux et morcelés14.

  • 15 Notes ou rapport sur les élections de 1818 dans la Sarthe.
  • 16 Lettre du 19 novembre 1818 au ministre de l’Intérieur.
  • 17 Archives départementales de la Sarthe, Lettre du préfet de la Sarthe, le 17 décembre 1818.

28Le succès de « la gauche » — que les rapports préfectoraux appellent aussi les « jacobins déguisés » ou les « ultra-libéraux » — invite le gouvernement à utiliser sinon les « moyens de la Terreur et de l’Anarchie »15, du moins des méthodes similaires tant au niveau des candidats que de la propagande. Le préfet de la Sarthe se plaint de la « disette de sujets à mettre sur les rangs », capables d’être opposés à Benjamin Constant, « dans cette province qui offre tant de gros propriétaires »16. Il juge également « indispensable d’avoir un rédacteur qui put entreprendre la réfutation des écrits du sieur Goyet, mais on n’a pu m’en indiquer un dans toute la ville du Mans ». Bien que Le Journal politique et littéraire soit le seul hebdomadaire manceau, il est jugé « au dessous du médiocre » alors qu’« avec un rédacteur capable, nous ferions de cette feuille un anti-Propagateur qu’on pourrait, dès l’occasion, adresser à tous les électeurs ; les 395 communes s’y abonneraient »17. La solution réside dans la recherche d’un écrivain à Paris, à qui serait adressé « chaque écrit de Goyet » pour être aussitôt réfuté, et dans la mise en place d’une « organisation comparable, avec un comité directeur par arrondissement et des agents secondaires dans toutes les communes », sans oublier les méthodes traditionnelles du pouvoir sous la Restauration, à savoir la refonte de la liste des électeurs et quelques suspensions de fonctionnaires. Dès le 10 janvier 1819, une chose est sûre, c’est que le nom de Benjamin Constant est dans « toutes les bouches et déjà les campagnes ont appris son nom comme elles avaient appris celui de La Fayette ».

29Même si la législation française mettra beaucoup de temps à reconnaître le principe de la candidature publique, de la liberté d’expression et de réunion, et donc la légitimité des campagnes électorales, les Manceaux ont montré l’exemple, par leurs pratiques politiques, sous la République directoriale comme sous la Restauration. Les dispositions institutionnelles ne sont pas suffisantes, à elles-seules, pour rendre compte des couvertures journalistiques des campagnes électorales. Il y a aussi un processus historique de construction du champ journalistique dont la ville du Mans offre un laboratoire singulier. Sous deux régimes bien différents, la République et la Monarchie, des publicistes ont joué dans la Sarthe un rôle majeur, notamment, en 1798 et en 1818. Bon représentant de cette génération de 1789, réduite quasiment au silence pendant les années napoléoniennes, le publiciste provincial est une des figures historiques de l’intellectuel intervenant dans le champ politique, faisant de ce département, avec le soutien des pouvoirs locaux ou contre ceux-ci, un lieu de résistance à l’idéologie dominante et assurant la transition de la gauche française, du jacobinisme de 1793 au libéralisme de 1818, en attendant la possibilité de revendiquer « le vote universel » et la République démocratique et sociale.

Notes

1 Pour reprendre l’expression de Pierre RÉTAT, La révolution du journal (1788-1794), Paris, 1989.

2 Monographie de la presse parisienne, Paris, 1843 (rééd. Honoré de BALZAC, Les journalistes, Paris, 1991).

3 Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, Paris, 1960, rééd. 1984.

4 Cf. notre article, « Le journalisme et la diffusion de l’idée républicaine dans la Sarthe de la Ière à la Seconde République », dans M. VOVELLE dir., Révolution et République. L’exception française, Paris, 1994, p. 511-522.

5 Nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage, Les Jacobins de l’Ouest, Paris, 1996.

6 À la différence de Paris, cf. E. DUCOUDRAY, « De la presse d’opinion aux groupes de pression : les clubs électoraux parisiens en 1791-1792 », dans The press in the Trench Révolution, Oxford, 1991, p. 293-301.

7 Un discrédit de longue durée que R. HUARD a souligné : « Il est peu de mots aussi malfamés que celui de « parti », dans La naissance du parti politique en France, Paris, 1996, p. 13.

8 Cf. l’article de P. GUENIFFEY, « La Révolution ambiguë de l’an III : la Convention, l’élection directe et le problème des candidatures », dans R. DUPUY et M. MORABITO dir., 1795. Pour une République sans Révolution, Rennes, 1996, p. 49-78.

9 Cf. Le département de la Sarthe sous le régime directorial, Saint-Brieuc, 1935, p. 237-255.

10 L’Anti-Royaliste ou le Républicain du Midi, du 19 pluviôse an VI (7 février 1798).

11 Ces expressions sont celles de G. de BERTIER DE SAUVIGNY, La Restauration, Paris, rééd. 1974, p. 145.

12 Archives départementales de la Sarthe, M 61/4, Rapport du sous-préfet de Mamers, le 20 novembre 1818. Il ajoute : « Les bons journaux restent dans les chefs-lieux de département et d’arrondissement, tandis que la Minerve arrive dans tous les villages où il y a un notaire, un chirurgien, un prêtre marié ou un acquéreur aisé de domaines nationaux, tandis que les feuilles de Goyet se distribuent dans tous les marchés et se trouvent entre les mains de tous les paysans qui savent lire. »

13 Voir nos Jacobins de l’Ouest, p. 257-268.

14 Lettre du 13 novembre 1818 au ministre de l’Intérieur.

15 Notes ou rapport sur les élections de 1818 dans la Sarthe.

16 Lettre du 19 novembre 1818 au ministre de l’Intérieur.

17 Archives départementales de la Sarthe, Lettre du préfet de la Sarthe, le 17 décembre 1818.

Auteur

Christine PEYRARD, professeur d’histoire à l’université de Provence, a notamment édité les Mémoires de Levasseur de la Sarthe, ex-conventionnel, Paris, 1989, et publié Les jacobins de l’Ouest. Sociabilité révolutionnaire et formes de politisation dans le Maine et la Basse-Normandie (1789-1799), Paris, Publications de La Sorbonne, 1996.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable