Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Médias et espaces urbains

Réseau de bibliothèques de gare et du métropolitain, et messageries Hachette dans l’aire parisienne (1870-1914)

Karine Taveaux

Texte intégral

1Les médias structurent la ville : l’existence de journaux, de radios, voire de chaînes télévisées urbains confère à une population un sentiment d’appartenance à une même communauté. Villes et médias sont liés par leur évolution ; les premières assurant aux seconds un public plus ou moins étendu permettant leur création et leur pérennité, les médias de leur côté instaurant une cohésion urbaine, englobant ville et banlieue. Nous nous pencherons sur la presse et la ville, et plus particulièrement sur la diffusion urbaine des journaux entre 1870 et 1914. Le choix de cette période nous permet d’étudier les moyens de distribution de la presse à grand tirage, qui connaît alors un véritable essor, car elle nécessite de nouveaux moyens de diffusion, dont la maison Hachette va tirer profit. Cette société détient un quasi monopole dans la diffusion dans les villes de journaux et de revues. La distribution de la presse par la maison Hachette s’organise autour de deux pôles : le réseau des bibliothèques de gare sur le chemin de fer et le métropolitain, et les messageries.

2Afin d’étudier le processus par lequel la presse parvient à son lectorat urbain nous nous appuierons essentiellement sur les fonds Hachette disponibles aux Archives nationales, ainsi que sur quelques documents émanant de contemporains, et d’études plus récentes. Pour disposer de quelques informations sur la diffusion dans la région parisienne, nous ferons référence à des indices trouvés dans les archives départementales des Yvelines. Ces différentes sources nous permettront de mettre en place le fonctionnement des bibliothèques de gare ; nous aborderons le recrutement et la vie des bibliothécaires, les différentes tâches qui leur incombent et le rôle des bibliothèques. Nous analyserons la diffusion de la presse par les messageries Hachette, de leur naissance aux liens avec les officines Hachette, en mettant en évidence leur rôle complémentaire par rapport au réseau des bibliothèques de gare et du métropolitain.

Les bibliothèques de gare et du métropolitain

3Les officines de la maison Hachette sont chargées de la vente aux particuliers du journal ; elles gèrent également des abonnements aux journaux et revues, elles assurent un contact direct et permanent avec le public. Créées dans des gares et des stations de métro, les bibliothèques recouvrent une grande partie du territoire français, elles permettent au lectorat des villes peu importantes d’obtenir des journaux rapidement et régulièrement.

Une naissance tumultueuse

  • 1 Cf. Charles WILSON, First with the news : the history of W. H. Smith 1792-1972, Londres, Jonathan C (...)

4Créées en 1854 par Louis Hachette, sur le modèle du réseau londonien de William Henry Smith1, les bibliothèques connaissent une naissance mouvementée sur les réseaux ferroviaires. Deux ans plus tard, en 1856, la vente de la presse y est autorisée, elle devient même la principale source de bénéfices des officines Hachette en 1859. Sur le réseau métropolitain, il faut attendre juillet 1900 avec la mise en place de la première ligne de métro (Maillot-Vincennes) pour que les premières bibliothèques n’apparaissent.

  • 2 Dans le « Rapport au Conseil d’administration du Cercle de la Librairie et de l’Imprimerie, par la (...)
  • 3 Cf. Archives nationales, F 17/2681, « Rapport au Conseil d’administration du Cercle de la Librairie (...)
  • 4 Cf. Archives nationales, F 17/2681, « Rapport au Conseil d’administration du Cercle de la Librairie (...)
  • 5 Le Cercle de la Librairie, créé en 1847 à l’initiative du libraire parisien Hébrard, afin de « réun (...)
  • 6 Cf. M. de JANZÉ, Le Monopole Hachette, Paris, Librairie Château, 1887.
  • 7 Cf. Jean MISTLER, Hachette année 150, Paris, Hachette, 1977, et l’éditorial du Petit Journal du 29 (...)

5Ayant signé avec les Compagnies de chemin de fer2 l’exclusivité de la vente sur leurs réseaux pour cinq ans, alors que Louis Hachette avait sollicité un accord sur dix-huit années, la maison Hachette s’arroge le droit « exclusif »3 d’instaurer des points de vente fixes, sous couvert de colportage, afin de vendre sa nouvelle collection « La Bibliothèque du Chemin de fer ». Dans les faits, Louis Hachette demande, le 17 mai 1853, l’autorisation du ministre secrétaire d’État au département de la Police générale, M. de Maupas, d’installer des officines pour vendre des livres sous son brevet de libraire, il lui est répondu qu’un brevet de librairie est personnel et ne peut concerner qu’une boutique. Louis Hachette doit modifier ses prétentions ; il sollicite l’autorisation « de laisser vendre dans le[ur]s stations tous les Ouvrages soumis au Colportage »4. Les bibliothèques vont devenir des lieux de colportage ; ce qui signifie, a priori, que les vendeurs doivent se déplacer, alors que Louis Hachette désire des emplacements stables. De là surgit une polémique avec le Cercle de la Librairie5, les maisons Chaix et Charpentier qui durera plusieurs décennies, et à laquelle participent le monde politique6 et la presse7. Il lui est reproché non seulement d’avoir usurpé le droit d’installer des bibliothèques fixes, de privilégier la vente de ses propres publications, mais également de censurer certains ouvrages, et de ne pas offrir assez de liberté aux journaux dans leur diffusion.

  • 8 Cf. Archives nationales, F 17/2681, « Réponse de M. Napoléon Chaix au mémoire de M. Hachette, publi (...)

6La maison Hachette profite des bouleversements politiques. En effet, un mois après avoir obtenu l’autorisation de colportage du ministère de la Police générale celui-ci est supprimé8, si bien que la question des bibliothèques de gare ne sera pas abordée rapidement par le nouveau gouvernement. Un autre de ses atouts est l’alphabétisation des classes populaires qui lui assure un nouveau public et un vivier, sans cesse renouvelé, d’employés ; afin de vendre ses livres, Hachette a besoin que son personnel sache lire, écrire et compter.

Le personnel

7À cette alphabétisation croissante de la population s’ajoutent des considérations qui ressortent de l’accord conclu avec les Compagnies de chemins de fer, portant sur le personnel.

  • 9 Cf. archives départementales des Yvelines, S 145, S 146, S 167, S 170.
  • 10 Cf. archives départementales des Yvelines, S 19 et S 43.

8Les employés Hachette, dans les bibliothèques, sont recrutés quasiment exclusivement parmi les membres féminins des familles du personnel du chemin de fer. En effet, les Compagnies de chemins de fer se gardent le droit de refuser la personne qui leur est proposée par la maison Hachette, si bien que, dans les faits, la demande provient des Compagnies puis est transmise à l’employeur9. La maison Hachette fait parvenir au préfet une attestation d’emploi, accompagnée de « 1° la déclaration de colportage en conformité de la dernière loi sur la presse, 2° la demande d’autorisation sur timbre pour l’exercice de son industrie dans la gare, autorisation exigée par l’article 70 de l’ordonnance du 15 novembre 1846 » puis par « l’article 66 du décret du 1er Mars 1901 »10. La dernière étape est l’accréditation du préfet du lieu d’affectation, qui donne lieu à une enquête de moralité réalisée par la police municipale (on trouve la trace de ces habilitations jusqu’en 1938).

  • 11 Cf. archives départementales des Yvelines, S 423.
  • 12 Cf. archives départementales des Yvelines, S 145,146.

9Le personnel Hachette est donc trié, et essentiellement féminin ; souvent les aides sont également des femmes, parfois de la même famille. Ainsi, le 10 février 1936 Mlle Krumm est engagée comme aide-vendeuse dans la bibliothèque de gare de Versailles Chantier (quai) de Mme Krumm11. Cela permet d’avoir des employées plus souples, souvent proches de leur lieu d’affectation, puisque parfois en tant que femmes ou filles d’agents des Compagnies, elles logent dans la gare12 où elles travaillent. Si dans les bibliothèques le personnel est féminin, par contre les messageries, que nous traiterons plus loin, sont un monde masculin, ce qui est justifié par un travail plus physique.

Rôle des bibliothèques de gare et du métropolitain au travers des tâches des bibliothécaires

10Les bibliothécaires peuvent donc effectuer des horaires particuliers, être de faction de bonne heure pour vendre dès les premiers trains des livres et la presse, ce jusque tard le soir. Leurs tâches sont diverses ; tout d’abord au niveau de la bibliothèque de gare ou de métropolitain, les employées sont chargées de la mise en place de la marchandise, les devantures doivent être renouvelées régulièrement selon les instructions Hachette. Elles sont tenues de placer en évidence les nouveautés et les articles les plus vendus, ce qui était relativement difficile compte tenu de l’étroitesse des lieux et de l’importance de la marchandise. Car en plus des imprimés les bibliothécaires peuvent être amenées à vendre des timbres, des cartes postales, des friandises, des babioles, si bien que les bibliothèques ressemblent souvent à de petits bazars.

11En plus de la vente, les employées sont chargées de la gestion des stocks : elles commandent des ouvrages ou des périodiques qu’elles n’ont pas ou plus en vente. En plus du vestibule de la gare, le commerce est également assuré le long des quais, par les bibliothécaires ou leurs aides ; elles doivent annoncer les catégories de journaux qu’elles vendent : « journaux de Paris, de Province, politiques,... », sans préciser leur titre, ce qui n’est pas sans rappeler le travail des colporteurs, qui vantent leurs marchandises sur leur passage.

  • 13 Cf. Archives nationales, 148 AQ 592, circulaire n° 17, du 30 mars 1883, note 8, cependant cette dir (...)
  • 14 Cf. éditorial du Petit Journal, du 29 octobre 1890.

12Afin d’assurer au mieux la gestion des demandes, la maison Hachette a mis en place des bulletins imprimés, que les employées doivent remplir. Il leur faut prévoir les ventes, en fonction éventuellement du calendrier, des fêtes, des foires, des événements nationaux, internationaux, etc. Cependant cette gestion est semble-t-il relativement lourde à gérer pour les bibliothécaires, car dans les circulaires administratives Hachette la mention de cette directive : « Lorsqu’il se présente des événements imprévus de nature à produire une augmentation considérable dans la vente des journaux les bibliothécaires doivent immédiatement faire connaître les modifications qu’ils désirent voir apporter au service, en désignant les journaux sur lesquels doivent porter les augmentations, ainsi que les nombres à expédier de chacun d’eux. Ils nous invitent également à les suspendre dès qu’il y a lieu »13 est régulièrement renouvelée et certains journaux se plaignent de ne pouvoir diffuser plus d’exemplaires lorsque l’actualité le permet, dans les bibliothèques de gare14. Cette administration est difficile, car les bibliothécaires doivent respecter un quota d’invendus, généralement entre 10 et 12 %. Chaque mois les employées passent commande, et peuvent entre temps demander des mesures exceptionnelles, dont les frais d’envoi leur sont remboursés.

13Le retour des invendus s’effectue tous les six mois dans la plupart des cas, si bien qu’il leur faut disposer d’une réserve relativement importante pour les stocker. Les consignes concernant les retours sont particulièrement strictes, les marchandises doivent être emballées différemment selon leur type, ainsi les journaux sont empaquetés par titre et par lots de cinquante, etc. Les bibliothécaires attendent l’autorisation d’effectuer des retours sous peine de ne pouvoir se faire rembourser leur expédition. Pour les ouvrages l’opération est plus complexe, le retrait de la vente des livres est annoncé dans une première circulaire, et une seconde autorise le retour, laquelle varie en fonction du réseau de chemin de fer concerné. Ce système de gestion sera plaqué sur les bibliothèques du métropolitain, qui profitent de l’expérience acquise avec leurs grandes sœurs du réseau ferroviaire.

14Les bibliothèques de gare et du métropolitain participent donc aux dispositifs de la circulation des informations, médium entre la capitale, sa banlieue et la province, ainsi qu’entre les hommes, en commercialisant au sein de la population d’une même ville les journaux locaux. Elles permettent la diffusion des idées, elles instaurent un lien social. Les classes populaires n’ayant pas les moyens de payer un abonnement, investissement trop lourd, les bibliothèques leur proposent donc des journaux qui correspondent à leurs attentes, financières et intellectuelles, de façon régulière.

15Mais qu’en est-il des messageries Hachette ?

Les messageries Hachette

16Les messageries dans les grandes villes et leurs banlieues jouent un rôle particulier en apportant aux abonnés leur journal ; cette distribution s’élabore à partir de dépôts, sans qu’il s’agisse de vente, et vient compléter les bibliothèques de gare qui ne proposent pas ce type de service. Hachette dispose d’un monopole sur la distribution de la presse, car la maison d’édition et de diffusion est la première à mettre en place un réseau de vente sur le chemin de fer, et elle bénéficie d’appuis et de relations qui lui permettent de le maintenir en absorbant et développant des activités annexes et complémentaires comme les messageries.

Le rachat des messageries des journaux et de la société Faivre et Cie

17De la même façon que Louis Hachette a su développer en France le concept de William Henry Smith pour les bibliothèques de gare, l’éditeur s’empare, moyennant finance, des messageries dites du « Figaro » et de la « Société des Messageries des journaux ».

  • 15 Jean MISTLER, La librairie Hachette de 1826 à nos jours, Paris, Hachette, 1964, p. 311.
  • 16 Archives des bibliothèques de gares. Traité avec le réseau de l’État du 5 novembre 1914. Cité dans (...)
  • 17 Cf. Archives nationales, 148 AQ 415, « État des ventes juillet 1900-avril 1903 ».

18Les attaques répétées contre l’empire Hachette provoquent quelques remous, notamment avec l’intervention du Baron de Janzé, si bien qu’à partir de 1896, les Compagnies de chemin de fer sont dans l’obligation de mettre en adjudication les bibliothèques de gare qui se situent sur leur réseau. En effet une circulaire du 12 septembre 1896, émanant du ministre des Travaux Publics Adolphe Turrel, demande aux Compagnies de chemin de fer de l’État et de la « Ceinture » ne pas renouveler leur traité de gré à gré avec Hachette. La teneur principale de cette circulaire était que « L’adjudication doit être la règle. Dans l’espèce, elle est commandée par l’intérêt des Compagnies et de l’État. Je vous invite donc à procéder à l’avenir par voie d’adjudication restreinte sur une liste que vous soumettrez, préalablement, à mon acceptation et dans laquelle pourra d’ailleurs figurer la Maison Hachette, au même titre que tous les autres, mais sans privilège exclusif »15. La société Hachette est alors mise en concurrence avec d’autres maisons d’édition, si bien qu’elle perd une partie de son réseau de vente, dont notamment le réseau Ouest, le réseau de la Ceinture et de l’État. Cependant en 1902 Hachette recouvre les réseaux de l’État et de la Ceinture, « Pour l’Ouest, nous savons qu’elle doit également obtenir l’adjudication pour 9 ans à partir du 1er octobre 1905 »16 mais dans les faits, le réseau lui est déjà revenu en décembre 190217.

  • 18 La librairie Hachette de 1826 à nos jours, op. cit., p. 303.
  • 19 Cf. Pierre ALBERT, Histoire de la presse nationale politique au début de la Troisième République (1 (...)

19La gestion était un des points forts d’Hachette, elle n’est sans doute pas étrangère au succès des bibliothèques de gare. Ce modèle n’a pu être maintenu par les sociétés Fasquelle et Flammarion, qui tentent de les reprendre à partir de 1896, avec le début des mises en adjudication. La maison Hachette met tout en œuvre pour recouvrer son monopole, lorsqu’elle perd une adjudication elle récupère tout le mobilier et rachète les contrats des messageries qui en assurent l’approvisionnement. En effet l’autre atout de taille, de la maison Hachette, son service de transport, lui permet dans un grand nombre de cas de délivrer les livres et la presse rapidement, elle se charge aussi bien du transport que de la vente, ce que ces concurrents ne sont pas, ou plus à même d’effectuer : « Jusqu’en 1870, la distribution et l’acheminement des quotidiens sont faits dans chacune des gares de Paris, où se trouvent des employés de la librairie chargés de recevoir les journaux, de faire les paquets et de les expédier. Les livres et les périodiques illustrés sont centralisés rue Pierre Sarrazin, d’où on les expédie une ou deux fois par semaine [...] Au bout d’un temps on décida de grouper dans les mêmes locaux les bureaux et les services d’expédition et des retours, et en 1882 de vastes magasins furent loués rue Hauteville »18, 10e arrondissement. Lors de la perte d’une partie de ses bibliothèques de gare Hachette développe son service de messagerie en se portant acquéreur, en 1897, de la Société des messageries des journaux et de la société Faivre et Cie, plus connue sous le nom de Messageries du Figaro19.

Lien avec l’approvisionnement des bibliothèques Hachette

20En reliant ses services d’approvisionnement des bibliothèques avec les messageries de journaux qu’elle vient d’acquérir, la maison Hachette devient de plus en plus indispensable à la presse et à son lectorat. Elle assure ainsi la vente dans des centres de vies sociale et privée. Hachette est incontournable ; grâce à elle on peut disposer de la presse aussi bien lors de ses trajets en trains et en métro, avec les bibliothèques de gare et du métropolitain, qu’à sa porte, avec le portage.

21La diffusion de la presse se prépare à partir du centre de Paris, qui assure la centralisation des journaux, qui sont pris directement aux imprimeries, comptés, répartis entre les différents points d’acheminement et dirigés vers les gares. Tout ce travail doit être effectué rapidement afin de respecter les horaires des premiers ou derniers trains. Les ballots sont remis à des dépôts, ou, lorsqu’il n’en n’existe pas dans certaines villes, directement aux bibliothécaires. À partir des dépôts, les marchandises sont réparties entre les sous-dépôts, les revendeurs et les porteurs.

  • 20 Cf. Archives nationales. 148 AO 1A2.

22Pour Paris et sa banlieue le fonctionnement est le même, le centre parisien effectue les répartitions entre ses porteurs et ses sous-dépôts de banlieue, lesquels réalisent à leur tour une distribution entre les bibliothèques et le portage. Ce dernier est effectué à l’aide de feuilles de liaison qui listent les clients, avec éventuellement l’endroit particulier où le journal doit être déposé. Quelques exemples : à Pantin pour la bibliothèque M. Boucher, gare de Pantin, 179 rue de Paris (« frapper fort »), à Bobigny, M. Dory, Emile, 9 place Carnot (« devant la porte »), à Drancy, M. Simon, 12 rue Sadi-Carnot (« dans les volets »)20. Le service est donc très personnalisé, il est assuré par des voitures à moteur ou à cheval, qui assurent le relais avec le chemin de fer.

23Les invendus sont acheminés par le réseau ferroviaire, mais ils ne sont pas centralisés dans les dépôts ou sous-dépôts, c’est-à-dire que chacun gère ses propres retours selon les instructions de la maison mère.

Le succès

  • 21 Cf. Archives nationales, 148 AQ 594.

24Les messageries Hachette prennent une part de plus en plus importante dans la diffusion de la presse, si bien que certains groupes lui font confiance. Ainsi tout d’abord le premier des « quatre grands » quotidiens de l’époque à lui remettre la diffusion de sa production est Le Petit Journal, en 1917, suivi par Le Matin, en 1919, puis par la société anonyme Le Petit Parisien en 1921, et celle du Journal ; ils confient, en 1925, « aux Messageries Hachette, pour l’approvisionnement de tous leurs dépositaires ou agents de banlieue parisienne, de province, des colonies françaises et de l’étranger, le transport et la vente »21 de toutes les publications actuelles et à venir.

  • 22 Cf. archives départementales des Yvelines, S 19.

25La maison Hachette est largement bénéficiaire de ces accords ; car par ce truchement elle peut récupérer les réseaux de revendeurs des journaux qui lui confient leur diffusion. Cela lui permet d’accroître rapidement le nombre de ses commerces, sans devoir effectuer des recrutements longs et hasardeux. D’autant que la maison Hachette doit faire confiance à ses dépositaires dont dépendent la vente et sa rétribution. Afin de pallier à ces problèmes de confiance, Hachette avait tenté, en 1889, d’automatiser la distribution des journaux22 mais ce projet ne devait pas aboutir.

  • 23 Cf. Archives nationales, 148 AQ 162.

26Les imbrications entre les messageries et les bibliothèques existent également au niveau des abonnements, les avantages consentis aux uns sont répercutés sur les autres afin de bénéficier d’une marge maximale, comme le justifie le tableau23 ci-dessous :

  • 24 Ce chiffre ne comprend que les mois de janvier à août 1914, si la progression était restée la même (...)
  • 25 Ce chiffre ne comprend que les mois de janvier à juillet, si la progression était restée la même on (...)
  • 26 Ce chiffre ne comprend que les mois de janvier à juin, si la progression était restée la même on pe (...)
  • 27 Ce chiffre ne comprend que les mois de janvier à juin, si la progression était restée la même on pe (...)

Note 2424
Note 2525
Note 2626
Note 2727

27Ces chiffres sont d’autant plus intéressants qu’ils correspondent à une période où la maison Hachette a récupéré l’ensemble du réseau des bibliothèques de gare, et qu’elle exploite depuis plusieurs années les messageries.

  • 28 Histoire de la presse nationale politique au début de la Troisième République (1871-1879), op. cit. (...)

28Entre 1870 et 1914 les méthodes de diffusion sont modifiées par l’énorme accroissement de la production et de la consommation des journaux. Le développement de la vente au numéro s’effectue aux dépens de l’abonnement : on considère qu’elle représente en 1870 « les 2/3 de la diffusion des quotidiens parisiens et près de la moitié de celles des journaux de province ; en 1880 ces pourcentages devaient passer à plus de 80 % des feuilles de Paris et à 60 % pour les feuilles de province »28. La maison Hachette profite de ce contexte favorable pour développer ses bibliothèques de gare et du métropolitain, et compléter son réseau par un service de messageries. Ces deux systèmes de diffusion de la presse travaillent de concert afin de transmettre le plus rapidement possible et à moindre coût les journaux aux lecteurs ; elles participent à la transformation des périodiques en bien de consommation courant. La presse devient accessible durant cette période aussi bien financièrement, avec les journaux à un sous, qu’intellectuellement, avec les journaux populaires, et que physiquement, avec la maison Hachette.

Notes

1 Cf. Charles WILSON, First with the news : the history of W. H. Smith 1792-1972, Londres, Jonathan Cape, 1985.

2 Dans le « Rapport au Conseil d’administration du Cercle de la Librairie et de l’Imprimerie, par la Commission nommée pour l’examen de la Question concernant l’Établissement de Magasins de Librairie dans les Gares », il est fait mention de « toutes les compagnies de Chemin de fer de la France », nous pouvons donc légitiment penser qu’il s’agit de : Orléans, Nord, Est, Paris-Lyon-Méditerranée (PLM), Ceinture, Midi, et État (Ouest, Sud-Ouest).

3 Cf. Archives nationales, F 17/2681, « Rapport au Conseil d’administration du Cercle de la Librairie et de l’Imprimerie, par la Commission nommée pour l’examen de la Question concernant l’Établissement de Magasins de Librairie dans les Gares ».

4 Cf. Archives nationales, F 17/2681, « Rapport au Conseil d’administration du Cercle de la Librairie et de l’Imprimerie, par la Commission nommée pour l’examen de la question concernant l’Établissement de Magasins de Librairie dans les Gares ».

5 Le Cercle de la Librairie, créé en 1847 à l’initiative du libraire parisien Hébrard, afin de « réunir tous les professionnels du livre », il regroupait des libraires, des imprimeurs-typographes, des imprimeurs en taille-douce, des fabricants de papier, des fondeurs de caractères, des fabricants d’encre, des brocheurs, des agents de publicité. Parmi les imprimeurs parisiens on trouvait : Jules Delalain (président du Cercle), Henri Pion (vice-président), Victor Masson (vice-président), Napoléon Chaix, Gervais Charpentier, Michel Levy, Morizot, Louis Hachette, Ernest Flammarion, etc. Cf. Histoire de l’Édition Française, tome 3, Le temps des éditeurs (1830-1900), Paris, Fayard, 1985, p. 52.

6 Cf. M. de JANZÉ, Le Monopole Hachette, Paris, Librairie Château, 1887.

7 Cf. Jean MISTLER, Hachette année 150, Paris, Hachette, 1977, et l’éditorial du Petit Journal du 29 octobre 1890 « La fin d’un monopole ».

8 Cf. Archives nationales, F 17/2681, « Réponse de M. Napoléon Chaix au mémoire de M. Hachette, publié à l’occasion de l’Enquête faite par la Commission du Colportage sur les Bibliothèques des Chemins de fer ».

9 Cf. archives départementales des Yvelines, S 145, S 146, S 167, S 170.

10 Cf. archives départementales des Yvelines, S 19 et S 43.

11 Cf. archives départementales des Yvelines, S 423.

12 Cf. archives départementales des Yvelines, S 145,146.

13 Cf. Archives nationales, 148 AQ 592, circulaire n° 17, du 30 mars 1883, note 8, cependant cette directive devait également exister dans les « Instructions à l’usage des bibliothécaires ».

14 Cf. éditorial du Petit Journal, du 29 octobre 1890.

15 Jean MISTLER, La librairie Hachette de 1826 à nos jours, Paris, Hachette, 1964, p. 311.

16 Archives des bibliothèques de gares. Traité avec le réseau de l’État du 5 novembre 1914. Cité dans Ibid. ,p. 320.

17 Cf. Archives nationales, 148 AQ 415, « État des ventes juillet 1900-avril 1903 ».

18 La librairie Hachette de 1826 à nos jours, op. cit., p. 303.

19 Cf. Pierre ALBERT, Histoire de la presse nationale politique au début de la Troisième République (1871-1879), Lille, Atelier reproduction des thèses, université de Lille III, 1980, p. 314-315.

20 Cf. Archives nationales. 148 AO 1A2.

21 Cf. Archives nationales, 148 AQ 594.

22 Cf. archives départementales des Yvelines, S 19.

23 Cf. Archives nationales, 148 AQ 162.

24 Ce chiffre ne comprend que les mois de janvier à août 1914, si la progression était restée la même on peut penser que le montant total aurait été 38 712 francs.

25 Ce chiffre ne comprend que les mois de janvier à juillet, si la progression était restée la même on peut penser que le montant total aurait été de 3 135 francs.

26 Ce chiffre ne comprend que les mois de janvier à juin, si la progression était restée la même on peut penser que le montant total aurait été de 5 678 francs.

27 Ce chiffre ne comprend que les mois de janvier à juin, si la progression était restée la même on peut penser que le montant total aurait été 23 554 francs.

28 Histoire de la presse nationale politique au début de la Troisième République (1871-1879), op. cit., p. 220.

Table des illustrations

Légende Note 2424Note 2525Note 2626Note 2727
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 491k

Auteur

Karine TAVEAUX, doctorante en sciences de l’information et de la communication à Paris III, travaille sur la diffusion de la presse parisienne à grand tirage sous la troisième République. Elle est également chargée de TD en sociologie et théories de l’information et de la communication à Paris III. Elle est l’auteur d’un article « Les bibliothèques de gare et du métropolitain : un monopole Hachette (1870-1901) », dans La presse selon le xixe siècle, Actes du colloque du 1er juin 1996, Paris III et Paris XIII.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540