Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Médias et espaces urbains

Espace et temps de l’information du quotidien de province : la naissance des éditions locales (fin du xixe siècle-début du xxe siècle)

Marc Martin

Texte intégral

  • 1 Sur La Dépêche, cf. Henri LERNER, « La Dépêche », journal de la démocratie, Toulouse, publication (...)

1À l’extrême fin du xixe siècle, apparaît dans la presse quotidienne de province une innovation capitale : l’édition locale, qui permet de multiplier les informations en provenance d’une partie de l’aire de diffusion, généralement un arrondissement ou un département, parfois plus, parfois seulement la ville où est imprimé le journal et ses environs. Dès lors le contenu des nouvelles dispensées par le journal, notamment aux lecteurs des campagnes et des petites villes, et le rôle du quotidien de ce centre urbain dans le processus d’information est modifié. La formule était destinée à un bel avenir, puisqu’elle survit encore, à peine aménagée, et que c’est aujourd’hui celle de tous les quotidiens de province, à l’exception des rares quotidiens locaux qui survivent. De cette transformation majeure, on sait pourtant peu de choses, excepté que La Dépêche, de Toulouse, et son voisin, Le Petit Méridional, de Montpellier, ont fait partie des précurseurs1. Mais y-en-a-t-il eu d’autres ? Quels cheminements a suivi cette innovation et quels facteurs peuvent expliquer qu’elle ait surgi là et à cet instant, et qu’elle ait réussi ? Combien de temps enfin a-t-il fallu pour qu’elle se généralise ? Nous ignorons presque tout des réponses à ces questions. Nous voudrions, sans prétendre dissiper toutes ces zones d’ombre, planter quelques jalons sur ce domaine inexploré.

Espace et temps de l’information dans le quotidien de province jusque vers 1880

  • 2 Sur les correspondances parisiennes de la première moitié du xixe siècle, Gilles FEYEL, « Les Corr (...)

2Depuis les débuts du xixe siècle, les quotidiens provinciaux sont en priorité tournés vers l’information nationale. Non que les nouvelles de la région soient absentes, mais elles sont secondes. Elles n’occupent qu’une place réduite et ne viennent qu’à la fin du journal, après tout ce qui traite de la vie politique du pays, des décisions du gouvernement, des comptes rendus des séances des assemblées parlementaires et de leurs votes, des nouvelles diplomatiques et de l’étranger, parfois même après des articles qui rendent compte de la vie théâtrale ou littéraire des parisiens. L’information est d’abord politique, mais elle est avant tout parisienne, du moins par son origine. Même sous la rubrique « faits divers », paraissent des récits de crimes, d’arrestations ou de procès qui viennent de Paris. L’information du journal de province est pour l’essentiel celle d’un pays centralisé qui a les yeux tournés vers la capitale où tout se décide. Jusqu’au milieu du siècle au moins, les rédactions prennent du reste une grande partie de leurs nouvelles dans les quotidiens nationaux. Le Moniteur Universel a été sous le premier Empire la providence des rédacteurs de province. À partir de la Restauration, et jusque dans les débuts du second Empire, chaque journal s’alimente en nouvelles dans une Correspondance de Paris à laquelle il s’abonne, et dont la couleur correspond à celle du parti qu’il soutient2. Les feuilles les moins riches se contentent de s’inspirer d’un titre de Paris dont elles se sentent proches, Le National, Les Débats, Le Constitutionnel ou La Gazette de France. On sait qu’à partir de la fin des années 1860, Le Temps, créé en 1861, devient pour l’ensemble de la presse départementale, le journal où tout le monde puise. À cause de l’abondance de son contenu, mais tout autant du ton neutre qui le caractérise et permet d’assaisonner aisément les emprunts qu’on lui fait aux différentes sauces, monarchiste, impérialiste ou républicaine. Le quotidien fondé par Nefftzer va conserver ce rôle longtemps, jusque dans l’entre-deux-guerres, même si d’autres sources le supplantent largement.

  • 3 Non seulement le format réduit permettait des économies de papier, de composition, de rédaction et (...)

3La conséquence de ce mode d’alimentation des rédactions de province est le retard avec lequel elles font connaître les nouvelles nationales : elles les écrivent dans leurs journaux au moment où les abonnés aux titres de Paris les lisent. On a là l’explication principale de la préférence, pendant longtemps, des notables de province pour la presse parisienne qui les informait plus vite et mieux. Le journal local, incapable de lutter sur le plan de la qualité et de la rapidité de l’information, se défendait par le prix : il était beaucoup moins cher que ses grands frères de la capitale. À l’origine, sans doute y-avait-il souvent, ce qu’il nous est impossible de démontrer, des conditions de fabrication plus économiques, mais il y avait, de façon certaine, les tarifs postaux institués une première fois au début du Directoire, mais très temporairement, puis définitivement par la loi du 15 mars 1827, qui étaient inférieurs de moitié pour les journaux imprimés dans le département. Ces conditions de la concurrence expliquent la préférence longtemps marquée des fondateurs de journaux de province pour les hebdomadaires, bi ou tri-hebdomadaires, qui permettaient de tirer le parti maximum d’un abonnement bon marché. Elles rendent compte également du retard des titres de province à agrandir, pendant longtemps, leurs formats à l’imitation de leurs confrères parisiens3 : le lecteur du journal provincial cherchait l’économie, pour le garder il fallait réduire les coûts et se vendre moins cher.

  • 4 Sur l’évolution du prix des journaux sous l’influence des titres populaires, Marc MARTIN, Médias e (...)

4Or, cet avantage, sur un marché devenu désormais national, les feuilles de province le perdent avec l’arrivée des quotidiens à 5 centimes, surtout à partir des années 1870 et 1880, quand la politique y entre et que Le Petit Journal et ses émules réussissent leur percée dans les départements. La création de journaux de ce type dans de grandes villes provinciales manifeste clairement la perte de cet avantage. Bientôt, en face de la concurrence, tous les quotidiens des départements, à grand ou petit format, plus ou moins vite, vont être contraints de passer à 5 centimes et à 18, 20 ou 22 francs l’abonnement annuel et de s’aligner sur la presse populaire de Paris4.

  • 5 Ernest MERSON, Confessions d’un journaliste, Paris, A. Savine, 1890,324 p., p. 208-213.

5Les éditeurs de province font alors porter leur effort sur la qualité et sur l’amélioration des délais de fourniture des nouvelles. À l’origine de la réussite, il y a l’apparition, dans la seconde moitié du second Empire et dans les débuts de la IIIe République, de véritables entreprises de presse, dont l’objet principal est la publication de quotidiens. Le succès de ce patronat provincial repose sur l’élargissement du public, qui ouvre la voie à l’essor des journaux déjà existants et à des créations : Le Journal de Rouen est un de ces titres anciens revigorés, Le Progrès de Lyon et La Dépêche de Toulouse, créés le premier en 1859, la seconde à la fin de 1870, appartiennent à la génération nouvelle ; à Bordeaux, le même propriétaire publie à la fois La Gironde, un titre ancien, et La Petite Gironde, à 5 centimes, créée en avril 1872. Toutes ces entreprises demeurent des affaires familiales, de taille moyenne en comparaison des grandes qui se fondent dans d’autres secteurs d’activité sous le second Empire. Mais elles ne sont plus seulement, comme celles qui publiaient des journaux en province vingt ou trente ans plus tôt, des imprimeries ajoutant cette activité à d’autres. Les patrons dynamiques qui sont à leur tête sont de véritables hommes de presse : Léon Brière, pour Le Journal de Rouen, Léon Delaroche pour Le Progrès, Gustave Gounouilhou pour La Gironde et La Petite Gironde. Avec leurs confrères, ils prennent conscience qu’ils ont des intérêts communs, et fondent pour les défendre, en 1879, l’Association de la Presse républicaine départementale ; celle-ci, d’ailleurs, prend la suite d’un premier groupement apparu en 1867 pour prendre en main devant l’administration les intérêts des journaux des départements en face de ceux de Paris5. Il n’y a pas, dans la presse, de réussite durable en dehors de véritables entrepreneurs, et la presse quotidienne régionale n’aurait probablement pas engendré les nouveautés dont nous allons parler, sans la présence de ce nouveau patronat.

  • 6 Gilles FEYEL, « Les correspondances de presse... », op. cit.
  • 7 Marc MARTIN, Trois siècles de publicité en France, Paris, Odile Jacob, 1992, 430 p., p. 99-103, et (...)

6Celui-ci bénéficie, pour fournir une information qui puisse rivaliser avec celle des journaux parisiens, de la réussite de l’agence Havas. Cette dernière achève de se transformer en grande agence internationale et triomphe des diverses correspondances qui alimentaient les publications de province dans la première moitié du second Empire : en 1856, de toutes ces dernières, il ne subsiste plus que le Bulletin de Paris qu’Havas contrôle6. En outre la grande agence d’information joint à son activité originelle celle de régisseur des annonces, ce qui lui permet, en se payant en espace publicitaire, de devenir le fournisseur de nouvelles de la quasi-totalité des journaux de province7. Ceux-ci disposent donc désormais de la même information que leurs confrères de Paris. Plus que jamais, les quotidiens des départements distribuent une vision parisienne de l’actualité, homogène malgré les diversités d’éclairage et d’appréciation. Ils sont des relais entre Paris et la France provinciale dans l’élaboration de représentations unificatrices. D’une certaine façon, ils sont des auxiliaires de la centralisation française, et pas seulement parce qu’ils contribuent à généraliser l’usage de la langue.

7Mais ils seraient encore restés en retard sur l’actualité si, en même temps, n’était pas apparu le télégraphe électrique. En 1850, il a été ouvert au public. En 1855, la dernière préfecture a été reliée à Paris : dès lors, les titres provinciaux disposent du moyen d’être approvisionnés par Havas aussi rapidement que ceux de la capitale, avec toutefois les limitations liées au prix et à l’encombrement de lignes publiques. Le 19 juillet 1880, l’attribution par le ministre des Postes Georges Cochery, pour la première fois semble-t-il, d’un fil télégraphique spécial reliant Paris à une entreprise de presse de province, celle de Gustave Gounouilhou, éditeur de La Gironde et de La Petite Gironde, représente donc un tournant important ; la concession est accordée moyennant la somme de 72 000 francs. Dès lors, en plus de la disponibilité de leur ligne, les journaux de Gounouilhou bénéficient de tarifs avantageux qui leur permettent un usage plus intensif du télégraphe.

  • 8 Pierre ALBERT, « La presse française de 1870 à 1940 », dans Histoire générale de la presse françai (...)

8Après cette date, les fils télégraphiques spéciaux se sont multipliés, bien que plus lentement qu’on pourrait le penser. Havas avait aussi les siens. En 1895, d’après l’Annuaire de la presse, un quotidien de province sur quatre seulement avance avoir un fil télégraphique le liant à Paris et lui appartenant en propre, mais ce sont les principaux : parmi eux, Le Petit Marseillais, Le Petit Var, La Dépêche, L’Express du Midi et Le Télégramme de Toulouse, Le Petit Méridional de Montpellier, La Dépêche du Centre de Tours, Le Mémorial de la Loire de Saint-Étienne, Le Nouvelliste et Le Progrès de Lyon, Le Phare de la Loire de Nantes, La Dépêche de l’Est de Reims, La Dépêche de Lille. Les autres sont seulement alimentés par un fil d’Havas ou par une agence particulière créée par un groupement de titres pour leur fournir les comptes rendus des chambres, comme l’Agence républicaine qui sert une demi-douzaine de grands régionaux vers 19008. Dans tous les cas, les titres de province sont désormais en état de publier les nouvelles des Chambres, les décisions du gouvernement, et les nouvelles du monde — dont on sait qu’en dehors de celles qui concernaient la politique coloniale elles n’avaient qu’une place réduite dans la presse française — en même temps que les journaux parisiens.

  • 9 Annuaire de la Presse française, 1895.
  • 10 Ibidem, 1885.

9Vers la fin des années 80 et au début des années 90 de nombreux quotidiens provinciaux se prévalent de l’avance que leur donne sur leurs rivaux de la capitale ces nouvelles conditions de communication. D’après l’Annuaire de la presse, vers la fin du siècle, Le Petit Comtois paraît à Besançon 12 heures avant l’arrivée des feuilles parisiennes, L’Indépendant Rémois est « en avance [sur elles] de plusieurs heures », Le Petit Centre de Limoges donne les nouvelles 12 heures, et La France de Bordeaux, 24 heures plus tôt9. L’avantage, plus ou moins marqué, est devenu général. Pour en tirer un meilleur parti, la plupart des titres de province établissent ou choisissent des correspondants à Paris, ce qui les valorise auprès du public. Les principaux ouvrent même des bureaux avec une antenne de leur rédaction : Le Petit Méridional de Montpellier en signale l’existence dès 188510 ; les bureaux de La Dépêche, qui seront ensuite groupés avec ceux de La Petite Gironde, du Petit Marseillais, du Lyon Républicain et de L’Écho du Nord, sont connus pour abriter une des grandes rédactions de Paris, que fréquentent de nombreuses vedettes du Parlement ; ceux du Progrès ont pour rédacteur en chef au début du siècle suivant Élie Bois, le futur rédacteur en chef du Petit Parisien, qui y fait entrer un débutant, son compatriote vichyssois, Albert Londres.

Des éditions multiples aux éditions locales

  • 11 Si l’on excepte « l’édition spéciale pour Roubaix », mentionnée par La Croix du Nord, qui disparai (...)

10Tout confirme que, vers les dernières années du siècle encore, l’information d’origine parisienne, nationale et politique essentiellement, demeure la priorité pour la presse de province et que celle-ci compte d’abord sur sa qualité pour satisfaire ses lecteurs. Déjà pourtant sont apparues, dans quelques titres, les premières éditions multiples, pas toutes liées cependant à une zone de diffusion. Les mentions initiales dans l’Annuaire de la Presse datent de la fin des années 80 et du début des années 90. En 1895, on en relève neuf : celles du Télégramme (Toulouse, nombre non précisé), du Petit Méridional et de La République du Midi (Montpellier, respectivement 6 et 5), du Petit Var (3), de La France et du Nouvelliste de Bordeaux (4 et « plusieurs »), de L’Express de Lyon (« multiples éditions »), de La Dépêche de l’Est (Reims, 2) et de L’Est Républicain (Nancy, 3 éditions)11. En 1900, quatre nouveaux titres mentionnent plusieurs éditions, Le Phare Littoral (Nice, 2 éditions), La Dépêche (Toulouse, 12 éditions), Le Progrès de Lyon et Le Progrès de l’Est (Nancy) (respectivement 6 et 3 éditions). En 1914, les quotidiens de province qui se prévalent de publier plusieures éditions ne sont pas encore plus d’une vingtaine, soit moins d’un sur dix parmi les titres existants. Sans doute, quelques-uns ne le déclarent-ils pas dans leur annonce de l’Annuaire de la Presse, néanmoins on peut estimer qu’une telle discrétion doit être assez rare, les éditions multiples étant devenues un label de prestige, susceptible de séduire les annonceurs à qui est notamment destinée cette publication.

  • 12 Annuaire de la Presse, 1893 ; pour tous les autres titres la source est l’année correspondante à l (...)

11Géographiquement, la pratique a trouvé son lieu d’élection dans la France du Sud, plus particulièrement au contact du Midi méditerranéen et du Midi atlantique : sur les neuf quotidiens cités qui annoncent plusieurs éditions en 1895, deux sont de Montpellier, un de Toulouse, deux de Bordeaux. Parmi ceux-ci, les trois qui s’en réclament les premiers dans l’Annuaire de la Presse : Le Télégramme, Le Petit Méridional et La République du Midi. Quant au Nouvelliste de Bordeaux, il « publie chaque jour deux et même trois éditions » dès sa création en 1885, de même que son concurrent, La France de Bordeaux en 1887 et en 1888 « quatre et quelquefois cinq ». Les quotidiens des autres régions sont sensiblement en retard : La Dépêche de l’Est a créé ses deux éditions en octobre 189112, L’Express de Lyon n’évoque ses « multiples éditions » qu’en 1892, et L’Est Républicain ne mentionne les siennes qu’en 1894. Il est vrai, on l’a dit, que toutes ces éditions multiples ne sont pas forcément des éditions exclusivement réservées à une région et donnant des nouvelles qui en viennent.

  • 13 Henri LERNER, La Dépêche, journal de la démocratie, 2 vol., Toulouse, publications de l’université (...)
  • 14 Annuaire de la Presse française, 1914. À en juger par l’encart qui les annonce, 15 de ces éditions (...)

12C’est précisément parmi ces titres du Sud-Ouest que se trouvent ceux qui ont entrepris de réserver chacune de ces multiples éditions à une zone particulière de diffusion et ainsi imaginé les éditions locales. La Dépêche de Toulouse est généralement considérée comme ayant été à l’avant-garde. Henri Lerner a surtout étudié les pages d’information générale de ce quotidien. Il ressort cependant de son ouvrage que La Dépêche a commencé de s’attacher à l’information locale surtout à partir de 1882, alors qu’elle est entre les mains des frères Sarraut qui entreprennent de mettre en place un grand nombre de correspondants locaux à travers les départements que couvre le journal. Mais ce réseau, en raison de l’étendue de la zone de diffusion, ne sera pas définitivement constitué avant les premières années du xxe siècle. Les nouvelles locales ont d’abord été regroupées par proximité géographique, puis des rubriques particulières sont créées vers 1885 pour les départements de la Haute-Garonne, de l’Aude, du Tarn et de l’Ariège, et une chronique de Toulouse apparaît en 1887. Mais tous ces contenus tiennent dans un même journal de quatre pages, ce qui montre combien ils sont encore peu développés. Des éditions distinctes, comportant chacune les nouvelles locales d’une aire géographique particulière, apparaissent en 1892-1894 seulement13. Dès lors, le journal radical va exploiter la formule et multiplier les éditions au fur et à mesure de son expansion : de 1900 à 1914, il passe de 10 à 17, qui desservent 27 départements, avec un tirage total annoncé de 215 000 exemplaires14.

  • 15 Le Petit Méridional, 11 janvier 1882.

13Si l’on s’en tient à cette chronologie, il apparaît cependant que La Dépêche n’a pas été tout à fait parmi les pionniers. Un quotidien de Montpellier, Le Petit Méridional semble bien être le véritable précurseur en ce domaine. Il se prévaut en effet d’éditions régionales à partir de 1886, mais l’examen de ses collections montre que l’innovation remonte en réalité à la fin de 1883 et permet d’observer les étapes et les modalités du passage à la formule des éditions régionales. On est ainsi conduit à aménager le schéma précédemment avancé à propos de La Dépêche. Fondé en 1876, le journal de Montpellier est, comme son voisin de Toulouse, orienté à gauche, proche des Gambettistes et des radicaux. Une rubrique intitulée « Chronique locale » existait déjà avant d’être réorganisée, en janvier 1882, en y incorporant des avis et renseignements divers, comme les informations sur les spectacles, qui se trouvaient jusque-là dispersés. L’objectif est d’étoffer cette information locale, ce qui sous-entend qu’on lui accorde une valeur plus grande qu’auparavant15. Effectivement, la chronique double puis triple rapidement de volume : elle passe en quelques mois d’une à deux colonnes sur quatre, en troisième page, à une page en moyenne, en rapport sans doute avec un effort de recrutement de correspondants. Elle est groupée par départements, Hérault, Gard, Aude, Arpège, Pyrénées-Orientales, Aveyron, Vaucluse, Drôme, Bouches-du-Rhône, mais inégalement abondante, l’Hérault et le Gard fournissant l’essentiel.

  • 16 Revue des Arts graphiques, 1er avril 1893, p. 3-4.

14À la fin de 1883, la direction décide de tirer plusieurs éditions, « chacune d’elles étant spéciale à une région déterminée ». Mais la composition géographique n’est pas stable. Certains jours la rubrique de l’édition conservée à la Bibliothèque nationale ne comprend que l’Hérault, d’autres fois l’Hérault et le Gard ou l’Hérault et l’Aude. Il arrive qu’on y trouve tous les départements de l’aire de diffusion. Le nombre d’éditions varie donc journellement et parfois la totalité du tirage a le même contenu régional. En 1889, d’après la collection de la Bibliothèque nationale, une édition au moins est à peu près stabilisée, celle de l’arrondissement de Montpellier. Les autres zones continuent d’être regroupées différemment selon les jours. Dans tous les cas, à la différence d’aujourd’hui où l’édition locale est encartée dans le journal général, la chronique locale est imbriquée dans le texte commun. Faire tenir ces contenus différents dans quatre pages exige donc un habile découpage ; c’est ce qui explique la présence fréquente de petits textes tampons, avant ou après la chronique locale, petites histoires ou anecdotes sans intérêt. Soulignons que cette pratique, appelée des « combinaisons », s’est largement répandue, à partir de la fin des années 1870 et de l’essor de la presse, dans les imprimeries parisiennes spécialisées dans la fabrication de petits journaux d’opinion, au point qu’il y existait un typographe spécialisé dans ce montage : elle permettait en effet de réduire les frais en utilisant dans plusieurs titres le même ensemble de faits divers et de variétés16. Nous voyons qu’elle s’est introduite, quelques années plus tard, dans certains grands quotidiens de province, avec les éditions régionales. C’est seulement en 1892 que le nombre d’éditions et la zone couverte par chacune d’elles se stabilise. Il en existe alors six couvrant onze départements.

15À ce moment-là encore, Le Petit Méridional a conservé une petite avance sur La Dépêche. Le grand quotidien populaire républicain de Bordeaux, La Petite Gironde a connu une évolution semblable à celle de son confrère de l’Hérault, un peu plus tardive seulement, car en 1885, il n’a encore que deux éditions, dont l’une, « la première », contient parfois seule une « Chronique régionale », à vrai dire encore peu fournie. Au début de la décennie suivante, la pratique des éditions multiples dans les titres du Sud-Ouest est déjà suffisamment enracinée pour que le concurrent montpelliérain du Petit Méridional, La République du Midi, l’adopte dès sa création en février 1892, tout comme le fera à sa fondation Le Télégramme de Toulouse, en janvier 1895. Quant à La France de Bordeaux, entre sa naissance, en 1887, et 1890, elle passe de deux éditions à trois ou quatre, dont l’une est devenue stable, celle de Bordeaux-Gironde et de l’arrondissement de Bergerac, en Dordogne.

  • 17 Sondages effectués dans les collections du Moniteur du Puy-de-Dôme, en janvier et avril 1895.

16De quoi est composée cette information locale ? Elle concerne avant tout les villes, notamment les chefs-lieux des départements. La mieux servie est la capitale régionale où le quotidien est imprimé : Montpellier, dans Le Petit Méridional, occupe les deux tiers de la chronique de l’Hérault, le reste est en grande partie consacré aux correspondances de Béziers et de Sète, à quoi s’ajoutent parfois quelques lignes venant d’une petite localité du département. On peut faire la même observation pour La Dépêche et Le Télégramme, de Toulouse. Les bourgades sont cependant plus présentes en avançant dans le temps. Cette place des villes n’est pas propre au Midi d’habitat groupé, mais paraît très générale. En 1895, dans l’unique édition des quotidiens de Clermont-Ferrand, L’Avenir et Le Moniteur du Puy-de-Dôme, l’information locale est également très largement urbaine : dans Le Moniteur un tiers des nouvelles concerne Clermont, un autre tiers les autres villes de la région, et le dernier tiers seulement les communes rurales ; toutefois dans la moyenne montagne d’habitat plus dispersé, les campagnes sont un peu mieux représentées17. Il a donc fallu du temps pour que prennent de l’importance dans les rédactions les correspondants des zones rurales et ces dernières ne sont entrées dans le journal que lentement : il serait intéressant d’en découvrir les étapes, car, en l’absence d’archives d’entreprises, on pourrait ainsi préciser la pénétration du journal dans les campagnes.

17La prépondérance des villes est à rapprocher de la place que tiennent les informations d’origine administrative, venues de la Préfecture, de l’administration fiscale, à quoi s’ajoutent les sessions des tribunaux. Les avis de la tenue des conseils de révision, de la mutation du percepteur ou du receveur des postes font souvent la chronique locale des petits bourgs dans les quotidiens clermontois. Ceux du Midi, pionniers des éditions locales, ont un contenu plus varié et plus proche de la vie locale, témoignant de la présence d’un réseau plus étendu et plus actif de correspondants. On y trouve en particulier de fréquentes traces de la vie politique locale : réunions politiques, activités de comités électoraux, et surtout comptes rendus des séances des conseils municipaux, aussi bien dans Le Petit Méridional, radical, que dans Le Télégramme, modéré. L’information locale fait une place aux faits divers. Mais celle-ci est relativement réduite, et l’est d’autant plus que l’engagement politique est affirmé : la politique locale chasse le fait divers dans Le Petit Méridional, alors que c’est l’inverse dans Le Moniteur du Puy-de-Dôme où les accidents météorologiques, les orages, la chaleur, le froid et la neige tiennent une place non négligeable. Remarquons pour terminer que dans le premier, où prime le politique, les nouvelles locales des campagnes électorales ne sont pas dans la chronique régionale, mais insérées dans les informations générales, sous le titre « Tribune électorale républicaine » ; dans le second, modéré et beaucoup moins engagé, tous les faits divers importants sont traités dans une rubrique particulière, alimentée de Paris par Havas, qui attire rapidement ceux de la région sortant de l’ordinaire. Peut-on trouver meilleure illustration de la primauté que l’on reconnaît encore dans les dernières années du siècle à l’information nationale sur l’information locale, dans les quotidiens qui ont déjà des éditions locales comme dans ceux qui n’en ont pas encore ?

À la recherche des explications

  • 18 Marc MARTIN, Médias et journalistes...., op. cit., p. 87-92.

18Bien que cela soit seulement implicite, la création des éditions régionales a été jusque-là envisagée comme le résultat de l’esprit d’invention de quelques patrons de presse. Faut-il donc admettre que celui-ci était beaucoup plus vif au soleil du Midi ? Et pourquoi a-t-on dû attendre 1890 pour qu’il se manifeste ? Sans tomber dans un déterminisme étroit et sans nier le mérite de quelques entrepreneurs, n’y aurait-il pas eu des conditions favorables à l’apparition, à cette date et en ces régions, de la formule ? La chronologie de sa mise au point, que nous avons précisée, conduit d’abord à écarter, comme explication de sa naissance, l’adoption de la composition mécanique. Les premières éditions régionales apparaissent une demi-douzaine d’années avant cette dernière, puisque les premières linotypes ne sont installées dans les imprimeries de presse de province qu’à partir de 1898-1899, et que leur usage ne se généralise qu’au cours de la décennie suivante. Du reste, l’imprimeur Gabriel Montlouis, propriétaire du Moniteur du Puy-de-Dôme, a été l’un des premiers, sinon le premier à utiliser des linotypes, mais en 1914, bien que son journal se vante de rayonner sur cinq départements, il n’a pas encore d’éditions locales18. Tout au plus, la révolution de la composition a-t-elle favorisé plus tard la multiplication des éditions et l’adoption de la formule par de nouveaux titres.

  • 19 Notamment grâce aux chapitres de Catherine BERTHO et Patrice A. CARRE dans C. BERTHO dir., Histoir (...)
  • 20 Voir par exemple Le Moniteur du Puy-de-Dôme, avril 1895.
  • 21 Les premiers réseaux ont été des réseaux urbains, notamment à Paris et à Lyon.
  • 22 Catherine BERTHO dir., Histoire des Télécommunications..., op. cit., p. 59-68.
  • 23 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 16 avril 1895 ; ce financement est assuré par une souscription ouverte (...)
  • 24 En 1895, les nouvelles des communes rurales de montagne publiées dans Le Moniteur du Puy-de-Dôme d (...)

19Vers 1885-1890, toutes les communes sont encore loin d’être dotées d’un bureau de poste. Le télégraphe, même après l’installation du réseau cantonal, à la fin du second Empire et dans les années 70, n’a jamais desservi les communes modestes, en dehors de certaines situées le long des voies ferrées. Mais c’est le moment où se produit une véritable révolution dans les communications locales, malheureusement, si l’on en connaît les grandes lignes, on en ignore en grande partie les aspects régionaux19. L’installation de bureaux de poste dans les campagnes s’achève vers la fin du siècle et au début du siècle suivant dans les régions en retard. Dans le Puy-de-Dôme, vers 1895, chaque session du Conseil Général est l’occasion d’annoncer une ou plusieurs nouvelles créations20. Surtout, en attendant l’automobile qui permettra l’acheminement des lettres des plus petits villages vers le chef-lieu de département en un jour, c’est l’arrivée du téléphone. Ses débuts en France datent de 1879, mais les premières lignes interurbaines ne sont mises en service qu’après 188421. Il faudra une bonne douzaine d’années pour que l’ensemble des villes de quelque importance soient reliées à Paris : c’est seulement en 1895 que cela se produit pour Poitiers22 ; pour Clermont-Ferrand, le financement de la liaison avec la capitale ne s’organise qu’en 189523. Mais à cette date, des réseaux départementaux sont déjà en place, et nombre de villes, même de bourgades rurales, sont reliées au chef-lieu. Le raccordement à Paris signifie, en fait, pour un quotidien provincial, la connexion de toutes ces pièces du puzzle et l’extension des possibilités de communication téléphonique à l’ensemble de sa zone de diffusion. Le téléphone va apporter à la collecte de l’information locale la souplesse que n’offrait pas le télégraphe et la rapidité que n’apportait pas la poste ; il va permettre d’étendre et de densifier les équipes de correspondants. Dans la naissance des éditions locales, il faut prendre en compte cette mutation des communications à distance24. Ce n’est pourtant pas une explication suffisante, sans quoi la formule serait apparue dans les régions urbaines du Nord où l’équipement a été plus rapide.

  • 25 Colette HIRTZ, « L’Est Républicain », 1889-1914, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 197 (...)
  • 26 Dans la collection, alternent une « Première édition » et une « Édition du matin ».

20Les journaux de province qui publiaient vers 1885-1890 plusieurs éditions le faisaient d’abord pour servir plus rapidement et mieux leur clientèle, c’est-à-dire pour faire pièce à la presse de Paris, c’est pourquoi ils se vantaient tous d’être en avance sur elle de plusieurs heures. Certains en sont restés là assez longtemps : c’est le cas de La Dépêche de l’Est, qui est assez proche de la capitale, tout comme de L’Est Républicain : ils annoncent plusieurs éditions, une du matin et une du soir, ce qui est un moyen de conserver leur avantage sur toute la presse parisienne, qu’elle soit du matin ou du soir. Mais pour aucun des deux, il ne s’agit de véritable édition locale. Selon Colette Hirtz, le quotidien de Nancy, qui tirait pourtant 3 éditions dès 1895, n’a mis en place ses premières éditions régionales qu’en 190825. Dans le Sud-Ouest au contraire, l’examen attentif de la collection de La Petite Gironde, conservée à la Bibliothèque nationale, révèle comment ces éditions multiples ont ouvert la voie aux éditions régionales. En 1885, le quotidien populaire de Gustave Gounouilhou a deux tirages successifs, l’un intitulé « Première édition », l’autre « Édition du matin »26. Il y existe une « Chronique régionale », qui touche une dizaine de départements mais qui est squelettique. La collection conserve les deux éditions du 26 avril : la première seule contient cette chronique, de quelques dizaines de lignes seulement, portant sur plusieurs départements autres que la Gironde ; dans la seconde, elle est remplacée par une « Dernière heure ». Nous voyons ici comment la volonté de servir rapidement les départements éloignés a conduit à sélectionner spatialement les éditions successives, de façon à conserver à la périphérie de la zone de diffusion l’avance sur la presse parisienne, avant même qu’existe une véritable information régionale.

  • 27 Toujours dans les notices ou les encarts de l’Annuaire de la Presse.

21Par la suite, lorsque les éditions locales ont été mises en place, les indications que nous possédons sur leur ordre de sortie, pour plusieurs titres, indiquent toutes que la première est celle des départements les plus éloignés : pour Le Petit Var, il s’agit des Hautes-Alpes, des Basses-Alpes et des Alpes-Maritimes, pour Le Petit Méridional, du Vaucluse, du Gard, des Bouches-du-Rhône, de l’Ardèche, de la Drôme et de la Lozère27. Un peu plus tard, quand La Dépêche fait connaître la succession de ses éditions, la première est celle de la Haute-Vienne, de la Dordogne, de la Creuse, de l’Indre et de l’Allier. La dernière au contraire est toujours celle de la ville où est imprimé le journal.

  • 28 À Albi Le Nouvelliste du Tarn, « monarchiste et catholique », Le Patriote Albigeois, « républicain (...)

22Ainsi apparaît-il que la quête de l’information locale a été, non pas provoquée, mais stimulée par les conditions de la diffusion dans cette région du Sud-Ouest. La presse de ces provinces éloignées, conduite par la concurrence avec celle de Paris à tirer des éditions aux premières heures de la nuit pour les départements lointains de zones de diffusion étendues, se trouvait ainsi encouragée à développer des contenus régionaux spécifiques et à étoffer les correspondances locales. La création des éditions locales n’a donc pas été le début d’une lutte entre la presse de province et les quotidiens parisiens, elle n’en a été qu’une étape nouvelle. Un autre aiguillon poussait dans le même sens : la politique d’expansion de certains titres provinciaux, l’extension de leur zone de diffusion. La naissance des éditions locales apparaît à cet égard comme inséparable du déclin et de l’élimination d’une foule de petites feuilles, quotidiens, tri ou bi-hebdomadaires, hebdomadaires, qui avaient éclos avant et après 1881 dans des centres secondaires. Le cas du département du Tarn est particulièrement instructif. En 1895, il s’y imprime 5 quotidiens, dont 4 républicains, 2 à Albi et 2 à Carmaux, ainsi que 14 bi ou tri-hebdomadaires28. La concurrence des grands régionaux de Montpellier et de Toulouse, de La Dépêche en particulier, fait disparaître d’abord les quotidiens, puis la plupart des hebdomadaires : en 1900, un seul quotidien subsiste, Le Patriote albigeois, républicain modéré qui devient ensuite tri-hebdomadaire ; les autres survivants sont les anciens titres monarchistes. Pour conquérir la clientèle de ces feuilles proches des lecteurs, les grands régionaux allogènes ont besoin de se naturaliser en constituant un réseau de correspondants et de dépositaires et en incorporant à leur contenu une information régionale plus abondante.

  • 29 Parmi les seules collections que nous avons pu consulter à la Bibliothèque nationale (plusieurs au (...)
  • 30 D’après l’Annuaire de la Presse et la collection du Télégramme de 1895.
  • 31 Annuaire de la Presse, 1895.
  • 32 Marc MARTIN, Médias et journalistes..., op. cit., p. 84-92.

23Cela leur est d’autant plus nécessaire qu’à la compétition avec les petits journaux locaux s’ajoute celle qui les oppose entre eux. Cette dernière est intense : ainsi, dans les départements de l’Aude et du Lot-et-Garonne, s’affrontent les journaux de Toulouse, de Montpellier et de Bordeaux29. La naissance et le succès des éditions locales est donc inséparable de la politique menée par les directions de ces quotidiens du Midi au cours des quinze dernières années du xixe siècle pour constituer de véritables empires régionaux. Les grands quotidiens de cette région ont en effet tous une aire de diffusion vaste : « toute la région du Sud-Ouest » pour Le Nouvelliste de Bordeaux, 20 départements pour La France, 12 pour Le Petit Méridional, 10 pour Le Télégramme30, et, à la veille de la Grande Guerre, 27 pour La Dépêche. C’est aussi vrai pour Le Petit Var, qui, de Toulon, se diffuse sur 8 départements31. L’invention de la formule des éditions régionales s’inscrit donc, après la bataille pour le prix de vente et un peu avant celle de la pagination, dans l’histoire de cette formidable concurrence qui a dominé l’histoire de la presse française entre 1880 et 191432.

  • 33 Gutenberg-Journal, 15 avril 1878.

24Dans son affrontement avec les quotidiens nationaux comme avec la presse locale, les grands régionaux bénéficiaient de conditions exceptionnellement favorables que les Républicains leur ont assurées au lendemain de leur victoire sur Mac-Manon, en votant la loi du 6 avril 1878, sur les tarifs d’expédition des journaux par la poste. La loi les abaissait en effet, ceux des quotidiens de province étant trois fois moins élevés dans leur département d’impression et dans les départements limitrophes que ceux accordés aux journaux parisiens pour la province, au lieu de deux fois auparavant, et deux fois moins dans les autres départements, privilège qui n’existait pas jusque-là33. La progression de la presse des départements avait certes commencé depuis le début du siècle, et des tarifs postaux préférentiels lui avaient été accordés depuis longtemps, comme nous le disions en commençant. Mais la loi de 1878, dont on n’a jamais souligné l’importance — l’on a toujours sous-estimé, voire négligé, l’influence des tarifs postaux sur l’évolution de la presse française, ainsi que son utilisation dans les politiques de rigueur ou de soutien à l’égard de la presse —, améliorait considérablement ces avantages, notamment par rapport à la dernière votée sur ce sujet, celle du 25 juin 1856. Les véritables privilèges ainsi attribués à la presse de province allaient lui donner un élan considérable en lui assurant des conditions de diffusion par l’abonnement exceptionnellement favorables, notamment en stimulant la politique d’expansion des grands régionaux et en favorisant, par ricochet, l’apparition des éditions locales.

  • 34 La première feuille provinciale a été, en 1748, les Affiches de Lyon ; puis ce furent les Affiches (...)

25Restent à évoquer quelques éléments complémentaires pour expliquer le rôle d’avant-garde de ces quotidiens du Sud-Ouest. Celui-ci a été favorisé par la présence de centres de presse peu nombreux mais depuis longtemps dynamiques : Montpellier, surtout Toulouse et Bordeaux qui ont été parmi les premières villes du royaume à disposer au milieu du xviiie siècle d’une « feuille d’avis »34 ; à Bordeaux, existe en outre un capitalisme régional vigoureux. Dans l’intervalle de ces capitales provinciales, il n’y a que des villes modestes, ce qui incite les entreprises de presse à une politique d’expansion. Peut-être faut-il faire intervenir également les survivances d’un esprit communal, longtemps vivace, qui a peut-être suscité une demande du public, mais ici l’absence de témoignages de gens de la presse ne nous permet pas de l’affirmer sans réserves. Cette région, à l’exception des Landes et de quelques zones du sud du Massif-Central, est encore densément peuplée vers la fin du xixe siècle, et elle appartient à cette France du Sud plus alphabétisée, et depuis plus longtemps, que la France du Nord. Sans doute faut-il faire enfin une place particulière à la vivacité des affrontements politiques, dans des provinces où les monarchistes étaient restés longtemps influents, où le fédéralisme avait laissé des traces, et où s’implantait alors le radicalisme.

26Ce coup de projecteur sur les circonstances et les conditions de la naissance des éditions locales, et sur les rapports entre la grande ville et son environnement géographique au travers de l’information, laisse assurément subsister bien des zones d’ombre. Pour que la question soit entièrement claire, il faudrait explorer les collections de dizaines de quotidiens provinciaux, dont beaucoup ne sont plus consultables à la Bibliothèque nationale, et en explorer le recoin, généralement négligé, que l’on appelait alors la « Chronique régionale ». Il serait ainsi possible d’établir une géographie et une chronologie détaillées de l’apparition de cette innovation qui a fait la fortune de la presse quotidienne régionale pendant un siècle.

27Mais déjà quelques conclusions partielles sont assurées. En premier lieu, le Languedoc et le Sud-Ouest ont été les berceaux de cette formule, plus précisément les trois centres de presse de Bordeaux, Toulouse et Montpellier : ici, l’édition régionale est devenue la règle, même s’il existe encore des exceptions, dès 1895. Ce n’est pas La Dépêche de Toulouse qui a la première éclairé le chemin, mais bien, semble-t-il, son confrère de Montpellier, Le Petit Méridional. Toutefois, La Dépêche le suivait de près, tout comme leurs principaux rivaux locaux et les grands titres de Bordeaux. L’intensité de la concurrence qui les oppose tous, leur volonté de supplanter les hebdomadaires locaux de la première génération de titres républicains, l’avantage que l’éloignement leur donne sur les quotidiens de la capitale, incitent au développement de ces « Chroniques régionales », dont l’étoffement conduit aux éditions locales. Il convient pourtant de souligner aussi l’esprit d’entreprise de ce patronat de presse du Midi : son dynamisme est à l’origine de leur politique d’expansion de leurs zones de diffusion, sans laquelle la formule n’aurait pas eu de raison d’être. Quant à la généralisation de cette dernière, elle a demandé du temps et ne s’est achevée qu’après 1920, au fur et à mesure des progrès de la concentration au sein de cette presse provinciale.

28Il est clair en tout cas que l’information locale que promeuvent les éditions régionales n’a rien d’une information régionaliste. Son cadre est la commune, la plus petite unité administrative de la République. C’est une information éclatée, éparpillée. Le seul cadre géographique plus large qui y soit représenté est le département, et il l’est par les hommes qui l’ont en charge au travers des institutions de la République, les conseillers généraux, le préfet. En pulvérisant ainsi la région par le biais d’une information étroitement locale, de clocher, des villes et des gros bourgs plus que des villages, ces quotidiens du Midi se font les agents, consciemment ou non, du centralisme républicain triomphant dont ils accentuent ainsi la pénétration, en profondeur, et à partir de quelques capitales régionales, dans des pays qui avaient été parmi les derniers à lui résister.

Notes

1 Sur La Dépêche, cf. Henri LERNER, « La Dépêche », journal de la démocratie, Toulouse, publication de l’université de Toulouse-Le Mirail, 1978, 2 vol., 1012 p. J’évoque le rôle du Petit Méridional dans Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997,494 p., p. 93.

2 Sur les correspondances parisiennes de la première moitié du xixe siècle, Gilles FEYEL, « Les Correspondances de presse parisiennes des journaux départementaux (1828-1856) », dans Documents pour l’histoire de la presse nationale aux xixe et xxe siècles, Paris, éd. du CNRS, s. d., 341 p., p. 87-339.

3 Non seulement le format réduit permettait des économies de papier, de composition, de rédaction et de frais d’expédition, mais, jusque vers la fin du second Empire, il diminuait les frais de timbre, fonction de la dimension, depuis les lois du 9 et 13 vendémiaire an VI, et du poids, depuis celle du 25 juin 1856.

4 Sur l’évolution du prix des journaux sous l’influence des titres populaires, Marc MARTIN, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997,494 p., p. 84-86.

5 Ernest MERSON, Confessions d’un journaliste, Paris, A. Savine, 1890,324 p., p. 208-213.

6 Gilles FEYEL, « Les correspondances de presse... », op. cit.

7 Marc MARTIN, Trois siècles de publicité en France, Paris, Odile Jacob, 1992, 430 p., p. 99-103, et Antoine LEFEBURE, Havas. Les arcanes du pouvoir, Paris, Grasset, 1992, 406 p., p. 103.

8 Pierre ALBERT, « La presse française de 1870 à 1940 », dans Histoire générale de la presse française, t. m, Paris, PUF, 1972,688 p., p. 397-398.

9 Annuaire de la Presse française, 1895.

10 Ibidem, 1885.

11 Si l’on excepte « l’édition spéciale pour Roubaix », mentionnée par La Croix du Nord, qui disparait dans les années suivantes.

12 Annuaire de la Presse, 1893 ; pour tous les autres titres la source est l’année correspondante à la date mentionnant l’apparition des éditions multiples.

13 Henri LERNER, La Dépêche, journal de la démocratie, 2 vol., Toulouse, publications de l’université de Toulouse-Le Mirail, 1978,1012 p.

14 Annuaire de la Presse française, 1914. À en juger par l’encart qui les annonce, 15 de ces éditions couvrent un ou deux départements, sauf celles de la Haute-Vienne-Dordogne-Creuse-Indre-Allier, de l’Aveyron-Cantal-Lozère et de Toulouse-Ville, et semblent régulières. Deux autres ne sont sans doute tirées que certains jours, celles de la Gironde et du Vaucluse-Bouches-du-Rhône.

15 Le Petit Méridional, 11 janvier 1882.

16 Revue des Arts graphiques, 1er avril 1893, p. 3-4.

17 Sondages effectués dans les collections du Moniteur du Puy-de-Dôme, en janvier et avril 1895.

18 Marc MARTIN, Médias et journalistes...., op. cit., p. 87-92.

19 Notamment grâce aux chapitres de Catherine BERTHO et Patrice A. CARRE dans C. BERTHO dir., Histoire des Télécommunications en France, Paris, Érès, 1984,267 p., p. 51-92.

20 Voir par exemple Le Moniteur du Puy-de-Dôme, avril 1895.

21 Les premiers réseaux ont été des réseaux urbains, notamment à Paris et à Lyon.

22 Catherine BERTHO dir., Histoire des Télécommunications..., op. cit., p. 59-68.

23 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 16 avril 1895 ; ce financement est assuré par une souscription ouverte par la chambre de commerce.

24 En 1895, les nouvelles des communes rurales de montagne publiées dans Le Moniteur du Puy-de-Dôme datent de plusieurs jours, parfois d’une semaine.

25 Colette HIRTZ, « L’Est Républicain », 1889-1914, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1973,176 p.

26 Dans la collection, alternent une « Première édition » et une « Édition du matin ».

27 Toujours dans les notices ou les encarts de l’Annuaire de la Presse.

28 À Albi Le Nouvelliste du Tarn, « monarchiste et catholique », Le Patriote Albigeois, « républicain », et L’Union Républicaine du Tarn, « républicain progressiste » ; à Carmaux, L’Avenir du Tarn, « républicain progressiste » et L’Éclaireur du Midi, « républicain ».

29 Parmi les seules collections que nous avons pu consulter à la Bibliothèque nationale (plusieurs autres, non microfilmées, sont hors d’état d’être communiquées), en 1895, l’Aude entre dans la chronique régionale du Petit Méridional, de La Dépêche, du Télégramme, de La France de Bordeaux, et de La petite Gironde.

30 D’après l’Annuaire de la Presse et la collection du Télégramme de 1895.

31 Annuaire de la Presse, 1895.

32 Marc MARTIN, Médias et journalistes..., op. cit., p. 84-92.

33 Gutenberg-Journal, 15 avril 1878.

34 La première feuille provinciale a été, en 1748, les Affiches de Lyon ; puis ce furent les Affiches de Toulouse, en 1759. Celles de Bordeaux apparurent peu après, en 1762.

Auteur

Marc MARTIN, maître de conférences en histoire à l’université de Paris X-Nanterre, spécialiste de la presse et de la publicité, a notamment publié Trois siècles de publicité en France (Odile Jacob, 1992), et Médias et journalistes de la République (Odile Jacob, 1997).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable