Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Médias et espaces urbains

Métropoles et presse quotidienne régionale dans les années 1880 : une assise urbaine suffisante ?

Michael Palmer

Texte intégral

  • 1 Articles cités dans A. CHATELAIN, « Le Monde » et ses lecteurs, Paris, Armand Colin, 1962.

1Au cours des années 1948-1962, Abel Chenebenoit publie plusieurs articles consacrés à l’aire de diffusion des journaux. L’auteur y évoque la « géographie sociologique de la presse » (1957), voire « le journal, facteur géographique du régionalisme » (1948). Ici, je souhaite aborder un thème évoqué dans l’étude intitulée « région parisienne et géographie sociologique de la presse » : sous la troisième république, réseau ferroviaire aidant, l’aire de rayonnement « naturel » de la presse quotidienne diffusée depuis Paris aurait été de quelques 350 à 400 kilomètres1. Selon nous, cela serait surtout vrai de la presse à un sou, de ces « petits quotidiens à grand tirage », voyageant la nuit depuis la capitale, par trains express, diffusés en province dès le début de la matinée à partir des réseaux grandes lignes, et empruntant, éventuellement, les petites lignes locales. Lancé dès février 1863, Le Petit Journal sera longtemps — jusque vers 1900 — le titre de référence, le titre-leader, à cet égard.

  • 2 P. ALBERT, dans HGPF, III, p. 403. Le géographe Vidal-Lablache, observe : « ce n’est qu’entre 60 e (...)

2Il s’agit ici, tout au plus, de déceler une tendance. Les rapports « titre/ société éditrice/capitaux et ressources/formule rédactionnelle/orientation politique (et autre)/forces et faiblesses de la concurrence/état des marchés et attentes des publics/... » sont à ce point complexes qu’on ne prétendra nullement énoncer des règles générales. Pour ne citer qu’une donnée socio-démographique évidente : regardant depuis Paris vers les quatre points cardinaux, le Nord, lui, fait plutôt exception au schéma de « l’aire de rayonnement de 400 kilomètres » : l’importance et la concentration de la population — Lille/Roubaix/Tourcoing, par exemple — servirait de marché, d’aire de rayonnement « naturel », de nombreux quotidiens à un sou lancés à, et depuis, Lille : il y eut 14 quotidiens à Lille en 1884, avec un titre leader dans la presse à un sou — Le Petit Écho du Nord, lancé dès 1870 comme satellite du grand Écho, cet « organe des milieux républicains patronaux du textile »2.

3Il n’empêche : partons de cette notion de l’aire de rayonnement « naturel » des quotidiens à un sou, diffusés par train express, voyageant la nuit depuis Paris — ancêtres, en quelque sorte, de la P(resse) Q(uotidienne) N(ationale). Au cours des années 1870-1880, et surtout au cours de la période 1878-1888, s’annoncent, se définissent, se jouent, les rapports de force entre deux acteurs. En effet, les républicains étant enfin « aux affaires » au cours de cette décennie, la loi sur la liberté de la presse (29 juillet 1881), elle, est synonyme d’une floraison de titres, mais aussi d’une vive concurrence lors du lancement et du développement de titres pensés en termes d’entreprises à la recherche de marchés : la presse quotidienne à un sou, surtout, exemplifie cette tendance. Les acteurs précités s’esquissent :

  • 3 F. Amaury démontre comment Le Petit Parisien (1876) s’implante en province. Cf. F. AMAURY, Histoir (...)

4d’une part, une presse à bon marché éditée à Paris et ayant des prétentions « nationales » — c’est-à-dire visant (et y parvenant, parfois) à diffuser près de 50 % de son tirage au-delà de Paris et de la proche banlieue ; et ce, notamment — mais non pas exclusivement — dans les grandes villes de province, les métropoles de province, accessibles rapidement par réseau ferroviaire3 ;

  • 4 A. LAJEUNE-VILAR, op. cit., aborde ce point.

5d’autre part, des quotidiens à un sou, lancés dans des grandes villes de province — qu’il s’agisse de véritables métropoles régionales (Bordeaux, Lyon, Marseille et Toulouse, par exemple), ou alors, plutôt dans un deuxième temps, des villes telles que Tours, Dijon et Besançon : le marché de la grande ville-métropole les préoccupe tout d’abord ; mais, très vite, ils visent un public régional. Ce public-ci pourrait se montrer réticent envers les quotidiens régionaux naissants, ou plutôt, les « titres venus d’ailleurs », « implantés » — ou qui cherchent à le faire — depuis plusieurs années, disposent d’atouts certains, même si les titres régionaux comptent valoriser l’argument de leur « proximité », auprès du public recherché4.

  • 5 Cf. M. PALMER, art. cit.

6Pour examiner cette tension, nous nous référons principalement à deux sources. Nous étudions depuis longtemps — mais de manière épisodique — un « groupe de presse » créé par celui qui est élu député de Loches, de la troisième circonscription d’Indre-et-Loire, en 1869 : alors châtelain de Chenonceau (ou plutôt sa sœur en est châtelaine), il sera chassé du palais de l’Elysée en 1887 ; il s’agit de Daniel Wilson, le gendre de Jules Grévy, président de la République. Wilson finance et fait financer, rachète ou crée toute une série de journaux — en Touraine, en Franche-Comté, en Bourgogne et ailleurs, au cours des années 1868-1888 ; il devient dans les années 1870 un des principaux soutiens et inspirateurs de l’une de ces correspondances des groupes parlementaires d’alors, la Correspondance républicaine, dont la copie est largement reprise dans la presse de province du même bord politique. Le journal quotidien à prétentions régionales qu’il lance à Tours en 1882, La Petite France du Centre et de l’Ouest serait le prédécesseur de La Dépêche de Tours, et l’ancêtre de l’actuel grand régional, La Nouvelle République du Centre Ouest. Daniel Wilson : l’individu sera contesté, et honni — devenant un personnage emblématique de la corruption parlementaire et journalistique de la jeune République. Ceci est bien connu. Moins connus, éventuellement, seraient les rapports de force entre les titres qu’il lance en province, et dont certains ambitionnent une diffusion régionale, voire supra-régionale, et les quotidiens parisiens5.

7Wilson est l’instigateur de deux sociétés, créées en 1882 — la Petite France et la Petite France de l’Est. La P.F. du Centre et de l’Ouest sera le titre du quotidien à un sou qu’il fonde à Tours, et qui paraît en novembre 1882 ; La P.F. de l’Est, lancé en octobre 1883, concurrence et sa société éditrice rachète un titre dijonnais à un sou, lancé peu avant — Le Petit Bourguignon ; elle renforce, ensuite, son implantation en Franche-Comté ; il y rencontre un quotidien régional à un sou, lancé en août 1883, Le Petit Comtois. Plusieurs des sources citées ici proviennent du dépouillement des archives rédactionnelles et d’entreprise de ce Petit Comtois, trouvées auprès de la famille des imprimeurs du titre, qui allait en devenir les propriétaires. Figure en filigrane des divers point ici abordés l’interrogation sur la ville, sa force d’attraction en tant que métropole, le lieu d’où s’organisent les réseaux diffusant les journaux à travers la région qui en dépend, mais aussi la ville dont les informations, dont la force symbolique, n’étaient pas forcément aussi « attractives » auprès des habitants des bourgs, bourgades, hameaux et villages, que ne le désiraient certains thuriféraires — les politiques et les gestionnaires — des quotidiens à prétentions régionales.

8L’autre source principale provient du dépouillement des archives d’une de ces associations syndicales professionnelles de journalistes et d’éditeurs, de « patrons de presse », qui se développent alors : l’Association de la presse républicaine départementale (la PRD). Constituée en 1879, la PRD associe propriétaires, directeurs et rédacteurs de la presse républicaine de province. Elle milite en faveur du projet qui deviendra la loi sur la presse du 29 juillet 1881 ; elle entreprend une action en faveur du dégrèvement, voir de la suppression, de l’impôt sur le papier ; gagnée (avec d’autres « lobbies ») en 1886, cette victoire contribuera au lancement de nombreux nouveaux titres — parfois dans le contexte des élections législatives de 1885 —, et favorisera l’agrandissement du format des petits journaux à un sou qui existaient déjà.

9Or, en mars 1884, les commissions du papier, et des transports, de la PRD présentent chacun un rapport à l’assemblée générale de l’Association : Charles Simon, directeur du Petit Nord de Lille (quotidien à un sou), et Ferdinand Réal, directeur de L’Indépendant du Loir et Cher, à Blois (un tri-hebdomadaire) prennent tour à tour la parole. Relevons quelques points de leurs discours.

10Les journaux parisiens jouissent d’avantages, quant au transport par ballots collectifs, qui constituent — selon Réal — autant d’« entraves à la libre circulation de la Presse départementale ». Celle-ci est placée « dans des conditions d’infériorité matérielle qui ne lui permettent pas de soutenir, sur son propre terrain, la concurrence avec la Presse parisienne ». Pourquoi cela ?

« Les journaux de Paris sont livrés à des commissionnaires qui réunissent en un seul ballot, sans distinction de titres, tous les journaux destinés à un même vendeur, et arrivent ainsi à faire un poids dont le prix réparti sur un certain nombre d’éditeurs devient insignifiant pour chacun. »

11Ainsi, Réal milite pour que l’État et les compagnies ferroviaires accordent aux journaux de province un « abonnement mensuel avec 60 % de rabais sur le tarif ordinaire de l’expédition des petits paquets, quels qu’ils soient, jusqu’à la distance maximum de 150 kilomètres ». Charles Simon du Petit Nord ne partage pas en tous points l’analyse de Réal, mais observe que « la distance de cent kilomètres » constitue « le rayon moyen de l’action d’un journal de province ». Ferdinand Réal, lui, raisonne en patron d’un journal de province soucieux d’accéder le plus librement, le plus rapidement, et le plus économiquement possible, aux « marchés potentiels » de lecteurs : or, remarque-t-il, « les villages de 1 500 habitants et au-dessous sont plus nombreux que les bourgs de 4 à 5 000 habitants ». L’abonnement mensuel qu’il préconise permettrait d’atteindre ces villages de moins de 1 500 habitants : grâce à un tel abonnement, « les journaux s’empresseront d’envahir les nouveaux débouchés qui leur seront ouverts... ; un journal qui fait actuellement 50 expéditions quotidiennes par chemin de fer en aura[it] 300 par l’abonnement ».

12Apparaissent ainsi certaines des préoccupations des patrons de la presse républicaine de province qui se pensent en gestionnaires d’entreprises, soucieux de s’ouvrir et de capter des marchés, marchés où ils estiment la presse parisienne installée avec une longueur d’avance.

13Daniel Wilson, lui, est membre-fondateur de la PRD ; il est l’unique député à figurer sur la liste des 22 « membres fondateurs ». Il finance des journaux en province au long des années 1870 — notamment, à Tours, à Poitiers, au Mans, à Angoulême, et dans divers départements limitrophes d’Indre-et-Loire. Lancer un quotidien à un sou et à prétentions régionales depuis Tours en 1882 ne paraît point entreprise inconcevable, tout en étant hasardeuse, et requérant des capitaux considérables : le capital social de la société anonyme La Petite France du Centre et de l’Ouest constituée en 1882, est de 400 000 F. Il existait, pouvait-on penser, un marché potentiel, et les moyens pour l’atteindre.

14En effet, en 1882, il ne s’imprimait aucun quotidien républicain à un sou dans les cinq départements contigus à l’Indre-et-Loire, à l’exception du Petit Patriote de l’Ouest, à Angers. Dans les Deux-Sèvres et en Vendée, aucun quotidien local n’était édité. Le réseau ferroviaire tissé depuis Tours semblait prometteur. De la capitale tourangelle partaient neuf lignes de chemin de fer ; à l’intérieur de l’Indre-et-Loire, 22 des 24 chefs-lieux de canton étaient reliés à Tours en 1885, et il fallait moins de 90 minutes pour y parvenir (selon le préfet d’Indre-et-Loire, dans un courrier au ministre de l’intérieur, en date du 13 novembre 1885). Au cours des vingt-cinq années précédentes — et en partie à cause de l’action de Wilson lui-même, partisan des lignes d’intérêt local ou secondaires —, Tours était reliée à Orléans, Blois, Angers, Saumur, Poitiers, le Mans, Vierzon, les Sables-d’Olonne (par la ligne qui passait par Chinon, Loudun, Thouars et Bressuire) et Châteauroux (par la ligne qui, achevée en 1880, raccordait Tours et Loches depuis 1878). Diffuser depuis Tours un quotidien à un sou, républicain, et « d’informations télégraphiques », dans les contrées relativement peu peuplées et où la conversion à la cause républicaine n’était pas toujours achevée, pouvait paraître entreprise hasardeuse, mais non impossible. Wilson utilisait ses contacts, sa position — il épouse Alice Grévy, fille du président de la République en octobre 1881 à l’Elysée, d’où son sobriquet, « le maire du Palais » — pour mobiliser les capitaux.

  • 6 J. Gros à A. Rambaud, 19 juillet 1881. Archives Millot, Besançon.

15Traversons la France et changeons de camp républicain. Alfred Rambaud, professeur à la Sorbonne, et directeur de cabinet de Jules Ferry, reçoit en juillet 1881, une lettre d’un autre franc-comtois, Jules Gros, alors sous-préfet à Montbéliard6. Gros préconise la création à Besançon d’un quotidien régional à un sou. De ces échanges naîtra, en effet, en août 1883, un quotidien régional à un sou destiné à la Franche-Comté, et propriété d’une société créée à cet effet, au capital de 100 000 francs. Jules Gros raisonne en entrepreneur : « ces journaux à un sou ont tous été des affaires financières ». Il va jusqu’à dire, dans cette lettre exploratoire adressée à Alfred Rambaud : mieux vaut créer « Le Petit Franc-Comtois » (titre initial), avec des financiers ; « les hommes politiques croiront d’abord à des rivalités » ; tel homme politique se ralliera ensuite au projet — « nous l’aurions avec nous par cela seul que la chose soit fondée ». Gros allie realpolitik et réalisme financier : « vous savez aussi bien que moi qu’en politique on n’a guère égard qu’aux gens que l’on craint. Or vous n’avez pas de journal... Fonder un journal à un sou... il y a de l’argent à gagner. On pourrait donc cueillir un dividende politique et un dividende argent ». D’où cette conclusion : « pour réussir comme journal, il faudrait se garder de faire trop de politique et se contenter d’être un journal de nouvelles. Il y a toujours le temps de se livrer aux polémiques aux moments décisifs ».

16Écrivant depuis Montbéliard, Gros envisage d’emblée un quotidien régional. Les trois départements franc-comtois constituent un marché de 900 000 personnes ; un journal empruntant les réseaux ferroviaires depuis Besançon devait pouvoir atteindre la plupart de cette population avant midi : « dans les trois départements, il y a une masse de 900 000 habitants à exploiter, étant ou à peu près pouvant être atteints par le journal avant midi ». Gros est convaincu que des places sont à prendre, et que d’autres sont en train de les prendre : en avril 1881, le titre leader de la presse quotidienne populaire de Lyon — Le Lyon Républicain — lance depuis Dijon une édition à l’intention des lecteurs bourguignons et franc-comtois ; les nouvelles télégraphiques — « dépêches de la nuit » — sont les mêmes que celles de l’édition de Lyon ; les nouvelles locales varient, en revanche, selon l’aire desservie ; dès septembre, à Montbéliard, où il est sous-préfet, Jules Gros relève une augmentation de la diffusion du Lyon Républicain.

17Ainsi, en août 1883, sera lancé, Le Petit Comtois, « journal républicain démocratique ». La concurrence entre titres de la presse quotidienne à un sou — venant de Paris, de Lyon et de Dijon, est déjà sévère (Le Petit journal et La Petite République, par exemple, ainsi que Le Lyon Républicain et La Petite France de l’Est). En voici quelques indices, qui témoignent du reste de l’importance des crieurs, des correspondants et dépositaires, pensés comme autant de « troupes » déployées par les divers titres dans ce climat de concurrence, voire de « guerre » entre les journaux (ces remarques s’inspirent de la lecture de rapports établis lors d’une tournée faite dans le Jura par un inspecteur de vente du Petit Comtois, Paul Trouvot).

18Tout d’abord, Le Petit Journal, titre créé depuis vingt ans, apparaît à la fois comme le quotidien à un sou ayant de loin le tirage le plus élevé, et le titre parisien dont la diffusion en province est de loin la plus grande ; il parvient à pénétrer dans les communes les plus reculées et parmi les populations dont le pouvoir d’achat est le plus modeste. En témoigne ce propos de P. Trouvot, rendant compte en juillet 1884 d’une tournée dans le Jura, afin d’observer comment implanter Le Petit Comtois, lancé à Besançon un an plus tôt : dans toute une série de communes dans le nord du Jura, de quelques 1 200 à 1 700 habitants, — telles que Ruffey (population 1 268) ; Arlay (1 238) ; Chapelle Voland (1 702) —, « même Le Petit Journal n’a pu s’établir ».

19Effectuant une tournée d’inspection à Salins, Arbois, Poligny et Lons-le-Saulnier, en juin 1884, Trouvot n’est en rien étonné par les ventes élevées du Petit Journal ; il attire l’attention de l’administration du Petit Comtois sur le zèle et le succès des titres régionaux, dont La Petite France, et Lyon Républicain. Un seul exemple : à Salins (population 6 400), — Le Petit Journal « vend 170 exemplaires par jour », avec des pics jusqu’à 500 ; « Lyon Républicain, très recherché, vend 100 exemplaires par jour » ; La Petite France en vend 70 ; Le Petit Comtois peine à en vendre 20 exemplaires.

20L’action des diffuseurs, colporteurs, dépositaires est évidemment d’importance, dans cette politique d’implantation des quotidiens à un sou. Les journaux parisiens, ainsi que les titres wilsoniens, accordent des indemnités importantes à des dépositaires situés parfois dans des gares loin du « centre-ville » : d’où cette remarque attristée de l’inspecteur Trouvot du Petit Comtois : « comme nous ne donnons rien, on nous met souvent de côté » (4 octobre 1884). Il arrive que Le Petit Comtois dénonce dans ses colonnes « le luxe des moyens » promotionnels déployés par La Petite France de l’Est. Mais il arrive aussi que le peu de zèle de son vendeur attitré paraisse consternant à Paul Trouvot. Le voici à Gray — alors sous-préfecture de Haute-Saône, de moins de 5 000 habitants — en décembre 1883 :

« Ce matin j’attendais sur le quai... Oriet. Malgré la pluie battante, ce vieux philosophe, ancien chantre, tambour de ville, s’arrêta dix minutes sur le pont à regarder couler l’eau. Arrivant en ville, il tira de sa corne un son mélancolique et se mit à servir sa clientèle d’abonnés. Il porte une casquette Petite République et Petite France, [et] ne crie pas du tout le journal ; conséquence la vente n’augmente pas. Il vend un n° de La Petite France et deux dans les bons jours. »

  • 7 P. Trouvot à T. Grand, président du conseil d’administration de la société anonyme du Petit Comtoi (...)

21Trouvot et Oriet examinent ensemble « les griefs » de ce vendeur, « déjà vieux » : il ne touche que 0.60 cmes « en plaçant 40 n°s, lui demandant 4 heures de travail » ; « je lui ai promis une subvention journalière de 0.60 cmes, qui cessera le jour où la vente atteindra 120 n°s »7.

22Quid de Besançon elle-même ? Besançon, tout comme Tours, a une population estimée à quelque 60 000 âmes. Des chiffres consignés dans les archives du Petit Comtois permettent de saisir l’évolution mensuelle du tirage. Ainsi, un an après son lancement, c’est-à-dire, en août 1884, le tirage moyen quotidien du Petit Comtois est de 8 395 exemplaires — dont 15 % restent invendus. Voyons cela de plus près. En juin 1883, Le Petit Comtois conclut un accord avec le libraire-papetier Alexandre, dépositaire central de la ville. Pendant trois mois, Alexandre a le monopole de la vente du titre en ville, à 3 F 75 les cent exemplaires, à charge pour le journal de reprendre les invendus. Sur ce prix, il donne aux crieurs-vendeurs, 25 %, aux dépôts 15 %. Les crieurs le vendent dès le matin et ce jusqu’à 15 heures, criant également Le Petit Bourguignon et Lyon Républicain dès leur arrivée depuis la gare centrale de Besançon. Pendant les trois mois du monopole d’Alexandre, la vente mensuelle en ville passe de 51 525 à 53 584 exemplaires. Ensuite, le journal est vendu en ville directement par ses propres crieurs et ses 39 dépositaires, la vente mensuelle passe de 61 964 à 98 383 ; ainsi, d’août 1883 à août 1884, elle double ou presque.

23Les recettes de vente au numéro, d’abonnement et de publicité enregistrées à Besançon et ailleurs ne peuvent suffir : la société le Petit Comtois « mange » son capital social de départ. L’observation formulée en juillet 1880, par un autre patron de la presse républicaine de province, Charles Lallemand, directeur de L’Avenir de la Vienne, à Poitiers, se révèle d’une cruelle pertinence : parlant au nom de la PRD devant la commission du budget de la Chambre des députés, il affirme : « partout où les journaux à cinq centimes ne trouv[ai]ent pas tout au moins un débit de 8 000 à 10 000 sur place [là où ils s’impriment] », « leur création est ruineuse ». Le Petit Comtois dépense beaucoup pour s’implanter au-delà de Besançon ; il engrange quelques succès, toujours dans le département du Doubs — département franc-comtois le plus peuplé, et où le pourcentage de la population urbaine est le plus élevé. L’importance des efforts déployés à travers cette région, perçue comme marché « naturel » de 900 000 âmes par Jules Gros en 1881, est certain : la vente mensuelle « à l’extérieur » (hors Besançon) double presque entre août 1883 et août 1884 ; le nombre de dépositaires passe de 146 à 216 entre septembre 1883 et septembre 1884. Cet effort ne suffit pas. D’autant qu’en février 1885, Wilson annonce son intention de transférer le siège de La Petite France de l’Est à Besançon, voire de fusionner les deux titres ; en novembre, la fusion est devenue rachat du titre Le Petit Comtois, par la société la Petite France de l’Est.

24En Franche-Comté et en Bourgogne, comme en Touraine et à travers le Centre-Ouest, les capitaux que requièrent le développement des titres régionaux s’avèrent tels que même un Wilson n’y parviendra pas. Régions à faible densité de population, souffrant d’un certain marasme économique, elles se révèlent alors d’autant moins susceptibles de soutenir les grands régionaux potentiels que des quotidiens parisiens à un sou, Le Petit Journal en tête, sont déjà bien implantés. En témoigne cette observation d’Alfred Griveau, un ancien collaborateur de La Petite France du Centre et de l’Ouest, devenu administrateur d’un titre rival, l’hebdomadaire La Touraine républicaine :

  • 8 Déposition d’A. Griveau devant la commission d’enquête parlementaire, 23 novembre 1887. Archives n (...)

« J’ai vu bien vite qu’un journal de cinq centimes, avec fil spécial etc. n’avait aucune chance de succès. Il aurait fallu tirer à 30 ou 40 mille pour que le journal fît ses frais. Or, il tirait à 8 ou 9 mille. Le matin, les journaux de Paris lui faisait concurrence ; il ne pouvait se répandre que dans le département d’Indre-et-Loire et dans deux ou trois départements voisins. Bref cette feuille ne pouvait faire ses frais. »8

25Et pourtant, à terme, des quotidiens régionaux, établis à Tours, à Dijon, et à Besançon, parviendront à s’imposer face aux titres de la PQN — face, ou plutôt, à côté de ces titres. Tours, à quelques 230 kilomètres de Paris, et Besançon à 406 kilomètres serviront de centres d’où rayonneront les titres de la PQR.

Bibliographie

Bibliographie succincte

C. BELLANGER er al., Histoire générale de la presse française (H.G.P.F), t. III, Paris, PUF, 1972.

F. CARON, Histoire des chemins de fer en France, t. I, Paris, Fayard, 1997.

A. DANSETTE, L’affaire Wilson et la chute du président Grévy, Paris, Librairie Académique Perrin, 1936.

A. DEMAISON, Les voix de la France. La presse de province au vingtième siècle, Paris, 1932.

A. LAJEUNE-VILAR, Les coulisses de la presse, Paris, A. Charles, 1895.

M. LAURENCIN, L’opinion publique en Indre-et-Loire dans les élections législatives de 1869 et le plébiscite de 1870, mémoire de D.E.S., université de Tours, 1966.

M. PALMER, « Aux origines d’un scandale », dans Cahiers de l’Institut d’Histoire de la Presse et de l’Opinion, n° 4, Université François-Rabelais, Tours, 1978 ; Some aspects of the French press during the rise of the popular daily (circa 1860 to 1890), thèse de doctorat (D. Phil.), Bodleian library, université d’Oxford, 1972.

Notes

1 Articles cités dans A. CHATELAIN, « Le Monde » et ses lecteurs, Paris, Armand Colin, 1962.

2 P. ALBERT, dans HGPF, III, p. 403. Le géographe Vidal-Lablache, observe : « ce n’est qu’entre 60 et 80 lieues de Paris que se montre un centre puissant de population (Lille-Roubaix-Tourcoing) et un demi-cercle de villes populeuses : Calais, Nancy, Dijon, Angers », dans « France septentrionale », Atlas général Vidal-Lablache, Paris, A. Colin, 1899.

3 F. Amaury démontre comment Le Petit Parisien (1876) s’implante en province. Cf. F. AMAURY, Histoire du plus grand quotidien de la troisième république, « Le Petit Parisien », (1876-1944), 2 vol., Paris, PUF, 1972.

4 A. LAJEUNE-VILAR, op. cit., aborde ce point.

5 Cf. M. PALMER, art. cit.

6 J. Gros à A. Rambaud, 19 juillet 1881. Archives Millot, Besançon.

7 P. Trouvot à T. Grand, président du conseil d’administration de la société anonyme du Petit Comtois, à Besançon, 13 et 17 décembre 1883. Archives Millot.

8 Déposition d’A. Griveau devant la commission d’enquête parlementaire, 23 novembre 1887. Archives nationales, Paris (Cote C 5396- 5403). Cité dans M. PALMER, art. cit.

Auteur

Michael PALMER est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Paris III-Sorbonne nouvelle. Il est responsable du Centre de recherche sur l’information et sur la formation et l’éducation aux médias en Europe (Crifeme). Historien de formation, sa thèse porte sur le groupe de presse de Daniel Wilson (université d’Oxford, 1972). Son ouvrage le plus récent est J.-F. LACAN, M. PALMER, D. RUELLAN, Les journalistes, Paris, Syros, 1994. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et travaux sur les agences mondiales d’information.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540