Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Médias et espaces urbains

Ville de province et presse d’information locale en France, dans la seconde moitié du xviiie siècle

Gilles Feyel

Texte intégral

  • 1 G. FEYEL, « La Presse provinciale sous l’Ancien Régime », dans J. SGARD dir., La Presse provincial (...)

1Dans la seconde moitié du xviiie siècle, une nouvelle presse d’information locale — les Affiches, annonces et avis divers —, tout entière dévouée à l’utilité et aux échanges économiques, favorisée par la sensibilité et le discours optimiste des Lumières, s’installe dans quarante-sept villes de province1. Comment cette nouvelle presse, née d’abord dans les villes les plus actives, s’est-elle insérée dans ce monde urbain provincial, ses espaces et ses hommes ? La ville est-elle présente dans les titres de ces feuilles, dans leurs décors symboliques ? Peut-on la découvrir à travers leur système rubrical ? Peut-on aussi la découvrir à travers les attentes de leurs lecteurs, mais aussi les censures et les susceptibilités des autorités locales ? Entourées de ces contraintes et de ces pressions, quel discours ces feuilles ont-elles tenu sur la ville ?

Des villes peu présentes dans les titres et dans les décors

2D’abord Affiches, annonces et avis divers, long titre emprunté aux deux Affiches éditées à Paris depuis 1751 et 1752, communément surnommées Petites Affiches de Paris et Affiches de province, beaucoup de ces feuilles deviennent Journaux, à la suite des Petites Affiches de Paris, devenues journal général de France en décembre 1778 pour faire pièce à la concurrence du Journal de Paris, quotidien lancé en janvier 1777.

3Peu de titres sont limités à la seule ville d’édition. Par exemple les Annonces, affiches, nouvelles et avis divers pour la ville de Nantes (1757), ou bien les Annonces, affiches et avis divers [de ou] pour la ville de Bordeaux (1758). Beaucoup élargissent le territoire de diffusion de la feuille au-delà des murs de la ville, et lui veulent une vocation provinciale. Il en est ainsi des deux rivales, Reims et Troyes, qui ont bien du mal à se partager la Champagne : Affiches, annonces et avis divers de Reims et généralité de Champagne (1772), devenues Affiches de Reims et généralité de Champagne (1778), puis Journal de Champagne (1781) ; Annonces, affiches et avis divers de Troyes, capitale de la Champagne (1782), devenues Affiches de Troyes (1783), puis Journal de Troyes et de la Champagne méridionale (avril 1783).

  • 2 Voir aussi le cas de Grenoble, bien analysé par R. FAVIER, « Les « Affiches » et la diffusion de l (...)

4Les autres titres oublient la ville pour privilégier la province. À Rouen, les Annonces, affiches et avis divers de la Haute et Basse Normandie (1762), remplacées par le Journal de Normandie en 1785, installent tout un réseau de correspondants dans 16 grands et petits centres urbains de la province. Les Annonces, affiches, nouvelles et avis divers de l’Orléanois (1764), devenues Journal [général] de l’Orléanois, annonces, affiches et avis divers (1783) ont établi 11 bureaux où souscrire et déposer des annonces. Ces métropoles urbaines revendiquent la tête de la province, veulent mieux dominer le réseau des petites villes, et cette nouvelle presse d’information vient servir de telles ambitions2. Les feuilles de Nantes et de Bordeaux, elles aussi, finissent par affirmer leur vocation provinciale : en 1773, débutent les Affiches générales de la Bretagne, disposant de correspondants dans 11 cités ; en 1784, les Affiches bordelaises sont remplacées par le journal de Guienne, premier quotidien fondé en province.

5La moindre Affiche ambitionne de servir un « pays », voire quelques bailliages : ainsi à Montargis des Affiches, annonces et avis divers du Gâtinois (1780), devenues Affiches de Montargis, ou Journal du Gâtinois (1784), ainsi à Chartres des Annonces, affiches et avis divers du pays chartrain (1781). Un « pays chartrain » étendu à ses marges du Thimerais et du Drouais, du Mantois et du Hurepoix.

  • 3 B. GARNOT, Un déclin : Chartres au xviiie siècle, Paris, 1991 ; P. BOIS dir., Histoire de Nantes, (...)

6Cachée derrière la province, la généralité, le pays ou le bailliage, ou les accompagnant tout juste, la ville s’affirme donc assez peu dans les titres de toutes ces feuilles. Il arrive cependant qu’elle y soit presque « physiquement » présente à travers la représentation graphique. La plupart des Affiches ont le haut de leur première page orné d’un bandeau créé de toutes pièces par l’imprimeur à l’aide de filets, de guirlandes, de palmettes et de fleurons, ou bien gravé spécialement pour elles sur un bois d’un seul tenant. Exceptionnellement, la ville peut alors figurer. À Chartres, le graveur Sergent l’a représentée, symbolisée par ses murailles et la porte du Châtelet, par les toitures de ses maisons et par sa cathédrale ; ce paysage, inséré dans un médaillon ovale, est entouré de guirlandes florales (1783-1786). À Nantes, entre 1774 et 1784, chaque premier numéro de l’année est orné d’une « Vue de Nantes, prise du Quai de la Fosse, levée par M. Henon », gravure de 136 sur 56 mm. À gauche, au premier plan, une belle promenade ombrée par des arbres, est parcourue par quelques badauds en conversation. À droite, le port est symbolisé par des barques et des petits bateaux. Au fond, des immeubles représentent la richesse de la ville, et au-delà s’étend la campagne. Comme à Chartres, il ne s’agit pas tant de montrer la ville que d’en symboliser l’activité et les fonctions. Ville quelque peu somnolente en cette fin du xviiie siècle, la vieille cité religieuse et robine de Chartres est symbolisée par ses murs et sa cathédrale. Nantes et son port ne montrent ici ni murs, ni portes3. Le large panorama est là pour signifier que la ville est ouverte, projetée dans l’aventure océane du trafic triangulaire.

Un système rubrical dévoué au service de la ville, lieu de communication et d’échanges

7Quelle que soit la diversité des formats — 2 colonnes sur 4 pages in-4° ou 1 colonne sur 8 pages in-8° —, quelle que soit la périodicité — le plus souvent hebdomadaire, mais parfois plus courte (2 à 3 fois la semaine) ou plus longue (2 à 3 fois par mois) —, la plupart de ces Affiches ou Journaux proposent une succession de rubriques de mieux en mieux définies : des annonces de particulier à particulier — « Biens et effets à vendre ou à louer », « Demandes particulières » (offres de constitution de rentes et demandes d’emprunt, offres ou demandes d’emplois, objets perdus, etc.) —, une rubrique « Avis divers » où s’individualisent progressivement des avis publicitaires et des articles proprement rédactionnels, des rubriques de service — tout d’abord pour l’essentiel des mercuriales, puis surtout, à partir de 1771, la « Conservation des hypothèques » —, enfin quelques poèmes et jeux rimes. En dehors de la préséance généralement affirmée des « Annonces », la description morphologique montre bien des hésitations, bien des flottements de détail, selon les Affiches, selon aussi le moment. Progressivement se structure plus rigoureusement le système rubrical, progressivement s’individualise à partir des « Avis divers » une surface rédactionnelle qui obtient sa pleine autonomie dans les Affiches d’Orléans et de Metz au tout début des années 1780. Il s’agit donc de ce que nous appelons aujourd’hui un « support mixte », juxtaposant petites annonces, publicité, rubriques de service, surface rédactionnelle plus ou moins étendue.

8Ce système rubrical veut faciliter les échanges socio-économiques dans la ville, mais aussi favoriser l’emprise de la cité sur son environnement rural. Comme toute presse locale, les Affiches sont infiniment dépendantes du terreau social où elles sont implantées. Elles peuvent s’y épanouir ou au contraire y vivoter, selon que le rédacteur est plus ou moins bien inséré dans le milieu urbain. L’Affiche ou Journal provincial est, tout comme les académies ou autres sociétés littéraires de l’époque, un lieu de communication, c’est-à-dire de civilisation. Le journaliste est un maître de céans qui suscite et dirige la conversation, c’est-à-dire la correspondance de ses abonnés. En dehors des vers et autres bouts rimés, partout, la surface proprement rédactionnelle juxtapose deux types d’articles qui n’ont pas la même fonction dans la communication. Les unités au contenu « culturel » s’efforcent d’élargir les connaissances de chacun, de vulgariser le message des Lumières. Les autres unités concernent l’actualité, le narrateur s’y comporte en « reporter » de l’événement sur lequel il donne de l’information. Ainsi voisinent la « connaissance » et la « nouvelle ». La première écrase en général complètement la seconde. Les Affiches sont une presse utile et la politique leur est interdite. Aussi les meilleurs esprits des provinces se réfugient-ils dans l’étude et dans l’observation des phénomènes naturels, dans la littérature ou dans l’histoire. Lorsque la communication n’existe pas, lorsque manque la correspondance, le malheureux journaliste est réduit au rôle peu gratifiant de « bourreur de colonne », prenant un peu partout, dans les feuilles parisiennes ou chez ses concurrents provinciaux, de quoi compléter sa feuille.

Les attentes des lecteurs

9Au-delà de nombreux prospectus répétant à l’envi combien les Affiches désirent être utiles « au commerce et au public », désirent participer au progrès des Lumières, peut-on cerner les attentes réelles ou les refus des sociétés urbaines ? Un correspondant des Affiches du Dauphiné, le 10 mai 1776, désire une information plus localisée :

« Je lis vos feuilles avec plaisir, Monsieur ; je les trouve assez variées, assez intéressantes ; mais je désirerais y trouver plus de nouvelles de la province, plus de détails sur nos richesses naturelles, sur l’agriculture, les manufactures et les arts. »

10Il reproche au rédacteur grenoblois ses trop fréquents emprunts à d’autres feuilles. Au vrai, il lui demande moins des nouvelles que des connaissances sur la province :

« Invitez de nouveau vos concitoyens à vous faire part de leurs réflexions, de leurs pratiques, de leurs projets, de leurs succès. »

11Et de mentionner deux habitants de Crest, « le sage M. Rigault, auquel nous devons un traité sur les vers à soie » et « M. Menuret, médecin, dont les talents font honneur à la patrie ». L’un « donnerait des idées lumineuses » sur l’économie rurale, « l’histoire topographique et météorologique du pays qu’il habite ». L’autre s’interrogerait sur les brouillards qui « couvrent très souvent la plaine de Montélimar ». Ne serait-il pas essentiel « d’avoir l’exposé des maladies régnantes dans chaque canton, et des productions locales qu’on peut, dans le cas, opposer à leur férocité » ?

12À Metz, en 1779, les Affiches des Évêchés et Lorraine sont reprises par un avocat, dont on ignore le nom et qui garde la feuille pendant deux ans. Lors de sa prise de fonction, il publie, en manière de prospectus, la lettre d’un abonné, accompagnée de sa réponse. Une lettre remarquable, révélant ce que désirait trouver dans son Affiche un Messin cultivé :

« Qu’est ce qu’une Affiche de province ? quel doit être son but ? c’est si je ne me trompe 1° d’avertir ceux pour qui elle est faite de tous les objets qui peuvent les intéresser ; 2° d’être la chronique de la province. Ces deux branches embrassent tout, et le journaliste a rempli sa tâche.
Ainsi, Monsieur, dès qu’un fait quelconque peut être utile ou agréable à la plus petite classe des habitants de cette province, vous devez en rendre compte. Voilà votre première obligation. La seconde, c’est de rassembler avec soin tous les matériaux qui doivent servir à l’histoire de votre pays. Un événement a beau être public, paraître même minutieux pour le présent ; vous ne devez pas moins le consigner dans vos feuilles ; parce que c’est le dépôt, où dans la suite ceux qui l’auront oublié, le retrouveront, et où ceux qui l’ignoraient, pourront l’apprendre.
Tous les gens instruits conviennent que nous n’aurons jamais une véritable histoire générale de France, que l’on n’ait commencé par en faire une bonne pour chaque province en particulier. J’ai toujours pensé que l’établissement des Petites Affiches, était le moyen le plus simple d’y parvenir. Quelle ressource pour un historien, si au lieu de ces rapsodies compilées jadis dans la poussière des cloîtres, et devenues aujourd’hui si essentielles, il se trouvait dans les siècles passés, des Affiches rédigées suivant le plan que je vous propose ? » (Affiches, annonces et avis divers pour les Trois-Évêchés et la Lorraine, 31 décembre 1778)

13À côté du même désir d’information, on retrouve le même souci encyclopédique qu’à Grenoble, ici exprimé à propos de l’histoire locale. Mais, voici que notre abonné veut plus, voici qu’il dérive vers la politique, c’est-à-dire vers ce qui est interdit aux Affiches. Provincialisme, mais aussi ouverture au monde ! Au-delà du cercle étroit de la province, mais aussi à l’intérieur même de ce cercle, il veut être informé des grands débats du moment :

« Toute l’Europe, l’un et l’autre hémisphère sont embrasés ; cette guerre a la plus grande influence sur notre commerce, et vous n’en faites pas plus mention que si vous écriviez à Pékin. Pourquoi ne pas consacrer trois ou quatre paragraphes par semaine à nous mettre au courant, non pas de futilités, mais des faits les plus importants ? Pourquoi me forcer à acheter un autre journal ? Augmentez le vôtre de quelques pages : pensez-vous qu’un seul de vos souscripteurs hésite de vous en dédommager ? [...]
Les Trois Ordres de votre ville, sont vraiment les États du Pays messin. Pourquoi ne pas nous prévenir des jours où on en convoque l’assemblée ? Pourquoi, à l’instar de la Chambre des Communes de Londres, ne pas rendre compte des sujets qu’on y propose, des questions qu’on y discute ? Chacun de vos concitoyens n’a-t-il pas là son représentant, et n’est-il pas en droit de savoir ce qui se décide en son nom ? Si l’on y parle de nouveaux règlements, qui vous empêche de jeter un coup d’œil sur les anciens qui y ont rapport ? » (Ibid.)

14Tous les rédacteurs des Affiches auraient certainement aimé pouvoir publier les nouvelles réclamées par cet abonné. Mais à le lire, il apparaît qu’il désirait plus que des informations sur la guerre américaine. Il voulait être informé sur la vie politique locale. Et déjà est ici énoncé un véritable droit à l’information, dérivé du droit de citoyenneté. Déjà la Révolution est en marche dans la tête de cet abonné. C’était trop tôt, et la censure veillait.

15Tout en proposant un nouveau plan fort complet pour ses Affiches, le rédacteur se récrie. Il n’est pas question de parler politique, surtout de politique locale. Que de polémiques dans ce dernier cas !

« Le danger serait bien plus grand pour nous, si nouveaux Courriers de l’Europe, nous nous avisions de transformer l’assemblée de nos Trois Ordres en la Chambre des Communes de Londres. Quel vacarme, grand Dieu ! si nous allions divulguer les opinions, discuter les avis, publier les discours de MM. tels ou tels. » (Affiches des Evêchés et Lorraine, 7 janvier 1779)

16C’est qu’en effet, les susceptibilités des autorités et des élites locales étaient suffisamment affirmées pour rendre risquées de telles tentatives.

La censure et les susceptibilités des autorités locales

17Les Affiches sont insérées dans un système de contrôle et de censure tout autant national que local. Au niveau central, le directeur de la Gazette de France peut censurer toutes les feuilles qui dépendent de son privilège, propriété du ministère des Affaires étrangères — dont les Affiches ! — ou ordonner l’insertion de tout texte émanant de l’administration. Il dispose également d’un contrôle a posteriori, et peut suspendre la publication d’une Affiche, coupable d’articles ayant déplu. Au niveau local, de nombreuses Affiches sont soumises à l’examen d’un censeur royal — « Lu et approuvé », « Vu et approuvé » ou « Avec approbation » —, avant de recevoir le visa du lieutenant général de police — « Par permission de Monsieur le Lieutenant général de police », « Vu de Monsieur le Lieutenant général de police », « Permis d’imprimer et distribuer ». Le censeur peut être l’un des membres les plus en vue des élites culturelles de la cité. Par exemple, à Orléans, ce sont l’abbé de Reyrac, prieur-curé de Saint-Maclou, un ami de Condillac (à partir d’août 1781), puis Laurent-Pierre Bérenger, professeur de rhétorique au collège de la ville (avril 1783), enfin l’abbé Louis Genty, professeur de philosophie (mars 1785). Ce peut être tout aussi bien un inspecteur de la librairie lorsqu’il en existe un dans la ville où paraissent les Affiches. Il arrive, bien sûr, que le lieutenant général de police censure seul. Et parfois, le malheureux rédacteur pâtit de la guerre d’influence que ce magistrat livre aux autres autorités de la ville.

18Voici l’exemple du Journal de Touraine, censuré par le seul lieutenant général de police de Tours. Au printemps de 1789, son rédacteur-propriétaire, Bruslon du Boullay, fait les frais de la querelle qui oppose le lieutenant général Pradeau à l’intendance et à la municipalité. Tatillon, Pradeau ne lui passe rien. Il fait supprimer du Journal les « annonces », c’est-à-dire les communiqués insérés sur l’ordre des « chefs, ou de l’assemblée provinciale, ou de l’administration de l’hôtel de ville ». Il fait plus. Lors d’un nouveau conflit d’autorité à propos de l’enlèvement des boues de la ville, il ordonne l’insertion de quatre pages d’arrêt et ordonnance sur le sujet, le tout accompagné de notes de commentaire mettant en cause l’intendance et le corps municipal, ce dont se plaint le rédacteur auprès du garde des sceaux. Le conflit entre Bruslon du Boullay et le lieutenant de police dure depuis plusieurs années. Déjà, le rédacteur avait demandé un autre censeur au précédent directeur de la librairie. Avec l’approbation du garde des sceaux, le directeur de la librairie, de Maissemy, répond, le 25 mai, au rédacteur tourangeau :

  • 4 Archives nationales, V1 551, 23 mars 1789, supplique de Bruslon du Boullay au garde des sceaux ; r (...)

« Le chef de la magistrature a décidé que votre journal étant une division des Petites Affiches, et se trouvant de cette sorte annexé au Département des Affaires étrangères, le sujet de votre contestation devenait étranger à la Direction générale de la librairie. Vous savez que par ces mêmes motifs, vous n’avez point d’autres censeurs que MM. les Officiers de police. Et en effet, comment aurions-nous à faire exercer la censure de feuilles dont il est possible que nous ne connaissions pas l’existence ? »4

19Le garde des sceaux Hue de Miromesnil (juillet 1774-mai 1787) et les prédécesseurs de Maissemy en avaient jugé autrement, puisque de nombreuses Affiches provinciales étaient soumises, nous l’avons dit, à l’examen d’un censeur royal, avant de recevoir le visa du lieutenant de police.

  • 5 Bibliothèque municipale de Montargis, 4° L 467.

20Une petite Affiche de bailliage, les Affiches, annonces et avis divers du Gâtinois (1780), puis du Gâtinais (1781), devenues les Affiches de Montargis, ou Journal du Gâtinais (1784), subit elle aussi les foudres du lieutenant de police. Pendant ses trois premières années, elle paraît rédigée par un petit noyau d’amis : les avocats Hureau de Livoy, Ligier de Verdigny et Ricatte, le médecin Gastellier, correspondant de la Société royale de médecine, et son ami Delisle, directeur de la papeterie de Langlée. Elle obtient même la sympathie du lieutenant général de police, d’Aulmont, qui n’hésite pas à y publier quelques vers. Par la suite, elle pâtit de ses liens avec ce petit groupe fondateur. D’Aulmont a vendu sa charge de lieutenant général ; Gastellier devient maire de Montargis en 1783. Les rapports n’avaient jamais été très bons entre la municipalité et les gens du présidial. Un article louangeur sur le nouvel ouvrage de Gastellier, Des spécifiques en médecine, déclenche une polémique « avec une coterie de deux ou trois méchants » : le numéro du 5 avril 1783 est alors censuré par le lieutenant de police. Au début de l’année suivante, nouveau conflit : le compte rendu des fêtes pour la publication de la paix est censuré, le rôle de la municipalité ayant été valorisé au détriment de l’action de Messieurs du présidial. La collection contient deux éditions de ce n° 2 du 20 janvier 17845. La première avant censure, la seconde après. La cérémonie débutait ainsi :

« MM. Les Officiers municipaux de cette ville se sont empressés de publier, le 15 de ce mois, une paix aussi utile que glorieuse que Louis XVI, à l’âge de 26 ans, vient de procurer à ses peuples. Cette respectable cérémonie a été précédée de l’installation de M. Gastellier en la place de maire titulaire : heureuse époque ! qui semble recommander des devoirs et des obligations déjà gravés dans le cœur de ce Magistrat, dont le zèle pour la cause publique, le soulagement des malheureux n’a point été ralenti par des obstacles qui n’ont fait qu’augmenter le mérite de l’entreprise ; si on le considère comme médecin, son éloge est écrit dans les titres que lui ont déféré plusieurs académies et sociétés. »

21Tout ce passage en italiques a été supprimé de la seconde édition. Le lieutenant de police n’en est pas resté là. Il a aussi réformé la suite du texte où la municipalité avait encore un trop beau rôle. Voici la première mouture :

« Le dimance 18, M. Le Prieur-Curé a fait chanter un Te Deum en action de grâces dans l’église de Sainte-Marie-Madeleine, où les différents Corps de la ville ont été invités. Les Officiers de la milice bourgeoise et le Corps de ville, accompagnés du même cortège, se sont transportés sur la place où on a allumé un feu de joie qui a brûlé au son des tambours, de la musique et de plusieurs décharges de mousqueterie ; le soir, il y eut une illumination par toute la ville. Le tout a été terminé par un souper à l’Hôtel de ville, où plusieurs personnes de distinction, se sont trouvées. »

22Ces Messieurs du présidial avaient été oubliés. Les corrections leur redonnent la première place et un rôle actif dans la fête. Les premiers mots en italiques sont remplacés par la phrase : « où se sont trouvés MM. les Officiers du Présidial et des autres Juridictions de la ville qui y avaient été invités ». Les autres mots, par tout un passage :

« MM. les Officiers de Police voulant aussi participer à la joie publique, et donner des preuves de leur zèle, ont ordonné pour le soir, une illumination générale dans la ville et les faubourgs. »

  • 6 Archives communales de Chartres, C2, 38, fol. 34, 82, 92, 94 v°.

23Il est rare de prendre ainsi sur le fait ces Messieurs de la censure ! Les Affiches de Montargis vivent désormais sous une étroite surveillance. Aussi ne faut-il pas s’étonner si les collaborations locales deviennent plus rares : de plus en plus, le rédacteur remplit les colonnes en insérant des extraits d’autres feuilles, sans toujours en indiquer la provenance. Dans ces querelles d’autorité ou de préséance, si nombreuses sous l’Ancien Régime, le lieutenant général de police n’a pas toujours le dernier mot. À Chartres, au cours de l’été 1782 et dans la relation d’une distribution des prix, les Affiches avaient qualifié de magistrats les membres de la municipalité. Ces « Messieurs du Bailliage », appuyés par le lieutenant de police, avaient protesté et revendiqué pour eux seuls un tel caractère. Le 24 août, le Corps de ville en appelle à l’« autorité supérieure ». Le 11 octobre, le maire de Chartres annonce que le garde des sceaux Miromesnil l’a nommé censeur des Affiches6. Celles-ci sont désormais publiées avec l’approbation du maire et le visa du lieutenant général. Moyen élégant de résoudre le conflit.

  • 7 A. DUBUC, « Les premiers procès de presse au Parlement de Normandie », dans Annales de Normandie, (...)
  • 8 M. VOGNE, La Presse périodique en Franche-Comté, des origines à 1870, Besançon, 1977,1.1, p. 16.

24Outre les municipalités et la police, les Affiches doivent aussi tenir compte de l’avis de l’intendant, dans les chefs-lieux de généralité, et de la censure de certains parlements locaux. Tous ces pouvoirs estiment avoir leur mot à dire, car pour eux, l’information locale est, bien sûr, un enjeu d’autorité. À Rouen, le Parlement de Normandie, par son arrêt du 20 février 1769, impose à l’imprimeur-rédacteur « d’avoir à l’avenir et de tenir un registre coté et paraphé par le Lieutenant de police, des noms de ceux qui feront insérer dans lesdites feuilles périodiques et hebdomadaires, des ouvrages de littérature, jurisprudence et autres » ; il ne pourra publier d’articles sans l’examen préalable d’un censeur nommé à cet effet7. À Besançon, le Parlement de Franche-Comté revendique lui aussi la censure. Le 18 décembre 1765, il autorise la fondation des Affiches, tout en invitant leur directeur à « faire approuver, par Monsieur le Procureur général, les minutes de chaque feuille avant impression »8. Quelle que soit la qualité du censeur, les Affiches vivent toutes sous le regard des autorités locales.

Propositions d’améliorations du cadre urbain et fausse unanimité autour des autorités

25Dans de telles conditions, ces feuilles se doivent de garder une grande neutralité de ton et de fond. Le moindre petit événement de localité peut devenir un casus belli, pour des autorités soucieuses de leur image. Voici par exemple les récriminations de « Messieurs les préposés à la police de la ville du Buis », en Dauphiné, mécontents de quelques réflexions que s’étaient permises les Affiches du Dauphiné, sur leur manière de fixer le prix du pain :

« Le ton de franchise et de modération qui règne dans nos feuilles, semblait devoir nous mettre à l’abri de tout soupçon de personnalités calomnieuses. Nous apprenons cependant avec surprise, que Messieurs les préposés à la police de la ville du Buis ont été choqués de quelques réflexions générales que nous avons cru devoir nous permettre dans un article du Buis, n ° 17, où il est question de la taxe du pain. Ces Messieurs redoutent dans cet article une interprétation malicieuse ; mais pour notre justification, il suffit d’alléguer les bénédictions, les souhaits et les vœux dont leurs concitoyens ne cessent de les combler, relativement au zèle et à l’intégrité qu’ils s’empressent de montrer. » (Affiches, annonces et avis divers du Dauphiné, 27 octobre 1775)

26La ville, la vie de la cité sont souvent affaire d’administration. Aussi sont-elles peu présentes. Il ne faut pas « choquer » les autorités. On les découvre cependant lorsqu’il s’agit d’améliorer la sécurité et l’hygiène, questions souvent traitées dans les Affiches, ces feuilles qui se veulent utiles à leurs contemporains.

27Certaines proposent quelques améliorations aux édiles. À Chartres, un correspondant propose d’améliorer les moyens de lutte contre les incendies (31 octobre et 7 novembre 1781). Un curé applaudit à ces « judicieuses observations », dictées par « l’humanité et par le patriotisme ». Il propose en outre de doter d’un porte-voix le sonneur qui annonce les incendies du haut des tours de la cathédrale (5 décembre 1781). Un autre abonné veut donner à la ville une plus grande « sûreté » nocturne en installant des réverbères, en créant une garde de nuit, mais aussi en « détruisant les causes de la mendicité » (30 janvier et 6 février 1782). À Rennes, on veut dresser le plan des « principaux conduits souterrains qui servent à l’écoulement des eaux et des matières fétides », avec les embranchements des conduits particuliers. Faute d’un tel plan, les fouilles sont incertaines et dispendieuses.

« Un règlement de police bien entendu, prescrirait pour l’avenir la marche à observer dans tous les travaux de ce genre. » (11 août 1784)

28Il faut aussi curer les puits car l’eau est « assez mauvaise à boire », « surtout dans les temps de grande sécheresse ou de pluie d’orage », quand elle est « chargé de limon et d’autres parties hétérogènes ».

« Il ne faudrait pas sans doute que tous ces bureaux de distribution fussent fermés à la fois ; les habitants, surtout les pauvres, en souffriraient trop. » (13 octobre 1784)

29Ces quelques réflexions ont dû paraître bien téméraires. Ne mettaient-elles pas directement en cause l’administration de la ville ? Les rédacteurs des Affiches de Chartres et de Rennes, feuilles tout juste lancées les 3 octobre 1781 et 28 juillet 1784, étaient encore trop inexpérimentés pour bien connaître les limites qu’ils devaient s’imposer. Par la suite, on ne trouve plus rien de tel.

  • 9 G. FEYEL, « Médecins, empiriques et charlatans dans la presse provinciale à la fin du xviiie siècl (...)

30La plupart des autres feuilles provinciales sont fort prudentes, et il est rare d’y trouver de tels textes. Si ce n’est en cas d’accident. Un exemple parmi beaucoup d’autres. Les Affiches de Troyes, le 29 janvier 1783, rendent compte de la malheureuse aventure subie par « Antoinette Culot, âgée de 19 ans, lavant du linge sur le bras de la Seine qui borde les maisons aboutissantes au fauxbourg de Croncels », tombée dans l’eau avec le triolot, « caisse carrée, d’un pied de hauteur, dont la face antérieure et les côtés sont fermés, dans lequel, suivant l’usage, elle était à genoux ». Emportée par le courant, elle est sauvée par un ouvrier teinturier et un compagnon tondeur. Suit le récit de son rappel à la vie, un récit manifestement rédigé par un médecin ou un chirurgien éclairé, un récit semblable à tous ceux que l’on peut lire ailleurs dans d’autres Affiches9. Le rédacteur encourage les autorités à prendre des mesures pour que de tels accidents ne se reproduisent plus. Il suffirait de fixer un filet au « pont jeté sur ce canal », qui pourrait arrêter les malheureuses « lessiveuses » avant qu’elles passent « dessous les vannes du déversoir ».

« Plus haut, sur le même canal, sont établis beaucoup de blanchisseurs de toile. Ce filet recueillerait les pièces que les ouvriers, qui tiennent la planche, laissent échapper fréquemment, et que l’on a souvent beaucoup de peine à retrouver. »

31Le rédacteur croit s’être mis à couvert de toute susceptibilité mal placée en ajoutant :

« Nous laissons aux Magistrats et aux personnes préposées à l’administration de la ville le choix des moyens d’opérer ce bienfait, certains de leur zèle pour la conservation des citoyens et des sentiments d’humanité qui président à leur démarche. »

32C’est apparemment insuffisant pour le libraire Sainton, directeur de l’Affiche, qui croit bon d’ajouter, en note :

« Nous apprenons à l’instant que M. Le Lieutenant général de police vient de rendre, à cette occasion, samedi dernier, une ordonnance propre à remédier aux abus que nous observons. Nous en rendrons compte dans la première de nos feuilles. »

  • 10 J.-P. GUTTON, La Société et les pauvres : l’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, 19 (...)

33Il était impossible de critiquer l’action des autorités, mais on pouvait tout au moins les encourager à bien faire. On comprend la mode de la bienfaisance qui saisit alors tous les bons esprits à Paris comme en province10. Chaque cité peut refaire son unité autour du soulagement des classes les plus malheureuses, dans un commun enthousiasme des autorités municipales, des élites sociales et de la bourgeoisie moyenne. La cité célèbre alors sa bienfaisance, s’unit autour de sa municipalité et de sa police ou des autres autorités (intendance, parlement, etc.). C’est alors que l’on peut parler sans risque des nouveaux aménagements et de la transformation du paysage urbain. Les Affiches de Rennes du 17 mai 1786 célèbrent le nivellement de la Terrasse des champs de Montmorin (futur Champ-de-Mars), du nom du gouverneur de la province de Bretagne, qui s’était entendu avec la municipalité pour secourir les indigents en leur faisant exécuter ces travaux de terrassement :

« La disette que l’on a éprouvée, la cherté des vivres de toute espèce, la difficulté de subsister en général, plus grande en hiver que dans toute autre saison, ont porté MM. du Bureau de l’Administration Municipale, à entreprendre pendant l’hiver dernier des travaux où elle pût employer indistinctement toutes sortes d’ouvriers, et même les indigents de tous les âges et de toutes les conditions. Dans cette vue bienfaisante, l’Administration a fait démolir la portion des remparts qui s’étendait depuis la porte Blanche jusqu’au port Saint-Yves, pour en faire plusieurs rues, qui facilitent les communications aux voitures, qui donnent plus de salubrité à une partie de la ville, la lient avec ses fauxbourgs, lui donnent un aspect plus riant et plus agréable. Elle a agrandi le lieu de Beaumont, où se tiennent quelques-unes de nos foires ; et du champ qu’elle y a joint, qui était enfoncé, inégal, plein de trous, d’où l’on avait ôté du sable ou de la pierre, elle a fait une vaste promenade, belle, bien unie, qu’elle a jointe à la ville plus directement, en faisant élever un pont sur le bras de la rivière qui la séparait des remparts ; qu’elle a enfin ornée, dans son extrémité vers la campagne, d’une terrasse très étendue. Cette promenade, qu’elle se propose de faire planter d’arbres disposés avec symétrie et avec goût, sera le rendez-vous des personnes qui voudront prendre l’air, sans s’éloigner trop de la ville et sans la perdre de vue. Pour donner encore à ce lieu naturellement très agréable, un plus grand agrément, un attrait plus touchant, MM. les Administrateurs l’ont appelé d’un nom cher à la province, et qui rappelle à chaque citoyen des vertus et des bienfaits. » (Affiches de Rennes, 17 mai 1786)

34Les élites rennaises applaudissent si fort de tels travaux, qu’un « citoyen » anonyme « propose un prix à l’auteur du meilleur éloge de cet acte de bienfaisance éclairé ». La capitale bretonne ne possédant pas d’académie, le prix sera attribué par la Chambre littéraire. Le concours a peut-être eu du succès. L’Affiche n’en parle plus par la suite. En revanche, elle détaille longuement le projet bordelais d’une place Louis XVI établie sur le terrain de l’ancien château Trompette (11 avril 1787). Encouragement implicite aux édiles rennais à tenter le même type d’aménagement ? Comme ailleurs, les années 1787 et 1788 retentissent de nombreuses initiatives de bienfaisance pour soulager les pauvres des villes.

Le refus de dire les troubles politiques. Le culte de l’unanimité retrouvée

  • 11 C. et S. ALBERTAN, « Les silences de la presse provinciale en 1788 », dans P. RETAT dir., La Révol (...)
  • 12 J. SGARD, Les Trente récits de la journée des Tuiles, Grenoble, 1988.

35Il est interdit aux Affiches de se mêler de politique. Aussi ne doit-on pas s’attendre à y trouver un récit des troubles politiques survenus dans les villes de province en 1788 et au printemps de 178911. Lorsque Jean Sgard analyse les attitudes de la presse face à la journée des Tuiles, à Grenoble, le 7 juin 1788, où trouve-t-il les récits de son corpus12 ? Uniquement dans les gazettes étrangères, jamais dans la Gazette de France et dans les journaux politiques du libraire Panckoucke. Très timidement, les Affiches du Dauphiné publient, le 20 juin 1788, quelques lignes sur la journée du 7 juin. Deux semaines pour rendre compte d’un événement qui s’est passé tout près de la rédaction ! Un communiqué inséré pour apporter un démenti officiel au récit du Courrier d’Avignon, le 14 juin ! Les Affiches de Rennes font mieux — ou moins bien ! — que la feuille grenobloise. Elles ne disent strictement rien sur les troubles rennais de mai-juin 1788 qui se soldent par le renvoi du Parlement et l’occupation militaire du Palais. Cela ne les empêche pas, après le rappel de Necker et du Parlement, de décrire par le menu les fêtes qui réparent le tissu social rennais, déchiré au printemps. Le 24 septembre 1788, elles vivent à l’unisson du bonheur retrouvé dans l’unanimité citoyenne :

« Pendant trois jours et trois nuits on n’entendit que coups de canons, de fusils, de pistolets ; toute la ville fut illuminée durant ces trois nuits. L’affluence de monde dans les rues, sur les places publiques était prodigieuse ; les gens de la campagne vinrent se mêler à nos plaisirs. Il y eut un grand nombre de feux de joie : tout était dans le plus grand mouvement, et tout cependant fut paisible ; nul autre sentiment que celui de la joie ; plusieurs citoyens se distinguèrent par une illumination plus brillante, par des inscriptions adaptées à la fête et à la louange des généreux patriotes, dont le zèle avait le plus éclaté. M. de Botherel, Procureur-Syndic des États, ne pouvait pas être oublié dans ces témoignages d’une satisfaction particulière. On applaudit à toutes ces inscriptions ; mais on parut particulièrement satisfait de celle que l’on vit à une fenêtre d’une des maisons de la place du Calvaire. Dans un cartouche éclairé et accompagné d’une très belle illumination, on avait peint trois faisceaux de baguettes liées ensemble par un large ruban, mi-partie d’Hermine et de Dauphiné : du bout d’un de ces faisceaux sortaient une croix et une crosse, l’extrémité d’un autre portait une épée et un laurier ; celle du troisième faisceau offrait un rameau d’olivier, de pampres, de raisins, des épis de bled : ce cartouche était surmonté du Bonnet de la Liberté. Sur le ruban étaient écrits ces mots : Victrix Ordinum Concordia. Dans le cartouche on lisait un vers plus énergique, mais peu différent que celui-ci — Aux trois Ordres unis nous devons ce succès. On n’entendait partout que des cris de Vive le Roi, Vive le Parlement, Vivent les Lois. On ne voit encore de tous côtés, aux portes, aux fenêtres, que des affiches où sont écrits ces cris, ces témoignages de notre bonheur et de notre joie. Transports d’allégresse pareils dans toute la province ; et s’il fallait entrer dans des détails à ce sujet, ce serait à ne point finir. » (Ibid., 24 septembre 1788)

36Si les événements rennais de mai-juin 1788 ont été tus par les Affiches, ils sont cependant naturellement dans toutes les têtes, associés à ceux de Grenoble, ainsi que l’atteste le décor éminemment politique de la maison de la place du Calvaire. Le bonnet de la liberté, les faisceaux, voilà déjà des symboles révolutionnaires. Le rédacteur des Affiches adhère d’autant plus complètement à un tel discours, qu’il s’agit de magnifier la ville et son unanimité retrouvée, son bonheur de vivre à nouveau dans la liberté et la concorde. Une joie contagieuse et attirante, puisque l’on vient des campagnes pour jouir de la fête. Les Affiches du 15 octobre 1788 célèbrent la rentrée du Parlement, la semaine précédente. Le 12, la « Communauté de ville invita le Parlement et tous les Ordres dans la personne de leurs chefs, à un Te Deum ». À la fête populaire de septembre, succède donc la fête officielle. Après la cérémonie religieuse, la fête dura jusqu’à la nuit et s’acheva sur un bal impromptu. Et comme ailleurs, dans d’autres villes, la fête fut accompagnée d’un acte de bienfaisance, délibéré à l’Hôtel de ville, le 8 octobre, « dans une assemblée de plusieurs citoyens », où l’on décida d’une « souscription, dont le produit sera[it] employé aux frais nécessaires pour faire apprendre des métiers à un certain nombre d’enfants nés dans la ville de Rennes ».

37L’unanimité de l’automne 1788 ne résista pas à la préparation des États généraux. Les Affiches de Rennes prennent parti pour le tiers contre les deux autres ordres. Elles le font de manière très prudente, mais il est impossible à leurs lecteurs de s’y tromper. Alors que la politique leur est toujours interdite, elles parviennent à exprimer leur indignation lors des deux journées des 26 et 27 janvier 1789, quand la noblesse et la jeunesse estudiantines, ces anciens alliés du printemps de 1788, se heurtent violemment. Elles clament bien haut leur silence :

« Quoi ! pas un mot de ce qui s’est passé et se passe à Rennes !... Non, mes respectables lecteurs... Non, pas un mot... La douleur et la prudence ne nous permettent pas d’en faire le déplorable récit. » (4 février 1789)

  • 13 Voir J. SGARD dir., Dictionnaire des journaux, 1600-1789 , 2 vol., Paris, 1991, notices 55 (Affich (...)

38Les Affiches de Rennes s’engagent, résolument, dans le mouvement patriote. Au printemps de 1789, sans jamais parler de ce qui se passe à Rennes, mais en permettant à leurs lecteurs de faire d’intructives comparaisons avec ce qui se déroule ailleurs, dans les autres villes, les Affiches de Rennes ont joué leur rôle, à leur modeste place, dans la préparation des esprits aux bouleversements révolutionnaires. À l’unisson des patriotes bretons, elles sont plus enthousiastes que beaucoup d’autres feuilles de province, par exemple celles de Metz ou de Poitiers13.

Autres représentations de l’unité ou des divisions de la communauté citadine

39Si l’espace urbain et les institutions édilitaires de la cité apparaissent, somme toute, assez peu sur la surface rédactionnelle des Affiches, la communauté citadine est cependant bien présente, ne serait-ce que par les recensements de population dont on est friand, à la suite de l’abbé d’Expilly et des premiers démographes, par exemple, tous les ans, dans les Affiches/Journal de Troyes, ou bien, de temps en temps dans les Affiches de Bordeaux.

40Autre moyen de renforcer la communauté des habitants de la cité, la célébration des citoyens morts les plus importants, membres du clergé ou administrateurs. Le 21 novembre 1783, le Journal de l’Orléanais publie un long éloge funèbre du négociant Claude Vandeberghe. L’homme de la cité, l’échevin bienfaisant, le père de famille et l’ami, sa culture sont seuls loués. Les activités de sa famille dans les raffineries sucrières sont complètement oubliées. Avec cette sensiblerie si fréquente à la fin du xviiie siècle, la cité d’Orléans se célèbre elle-même en honorant l’un de ses meilleurs citoyens. Comme un tel pathos ne saurait apparemment suffire, le censeur royal lui-même, très exceptionnellement, renchérit à la fin de la feuille :

« J’ai lu et approuvé l’Éloge de M. Vandeberghe-Seurrat. Ce respectable citoyen joignait une âme honnête et pure, un cœur généreux et compatissant à un esprit aimable et orné. Il laisse à ses amis le souvenir le plus cher, à ses enfants, le plus digne modèle, à tous les gens de bien, les plus justes regrets. À Orléans, ce 20 novembre 1783, Bérenger, Censeur royal. »

41Plus rarement, il arrive que l’on célèbre les activités d’un citoyen encore bien vivant. Sous le titre Bienfaisance, les Affiches de Troyes du 15 janvier 1783 célèbrent Thomassin, un actif « fabricant » de la draperie troyenne, tout juste anobli par le roi. S’agit-il d’une adroite publicité, ou bien la cité champenoise chante-t-elle le dynamisme de ses élites industrieuses ? Cet utile citoyen « a fait instruire de la filature de la laine les habitants de différents villages circonvoisins de la ville, qui s’occupent de ce travail pendant l’hiver, et dans les moments où ils ne peuvent employer leurs bras aux ouvrages de l’agriculture. [...] Il offre aux différents ouvriers qui seront propres au travail de sa manufacture, et qui manqueraient d’occupation, des places dans ses ateliers où ils trouveront leur subsistance ; et ils peuvent s’adresser à lui avec confiance ».

  • 14 Bibliothèque nationale, 4° Z Payen 1389.

42L’histoire de la cité ou de ses hommes célèbres est un autre moyen de célébrer la ville, sans trop de risque pour le narrateur. Un moyen aussi de réunir la communauté urbaine dans le culte de son passé, la recherche de ses racines, le développement d’un véritable patriotisme local. Les Affiches de Bordeaux publient dans presque tous leurs numéros de 1759 et 1778 les « Recherches et Mémoires concernant la ville de Bordeaux et le pays bordelais » de l’abbé Baurein, articles ensuite réunis en partie dans un volume, Variétés bordelaises ou Essai critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux, Bordeaux, Labottière, 1784-1786. Ces chroniques furent si prisées qu’un abonné a cru bon de réunir en un seul et unique volume ces deux années 1759 et 177814, en indiquant en page de garde :

« N’ayant eu, en faisant relier ce volume, d’autre intention que de conserver les feuilles où se trouvent dispersées ces précieuses recherches de l’estimable abbé Baurein, et de les garantir du sort ordinairement réservé à ces sortes de feuilles, on ne devra pas être surpris de trouver dans ce recueil quelques vides entre les pages et les numéros. Ceux qui paraissent manquer, ne contenaient rien de relatif à ces Recherches. Tout ce que l’abbé Baurein avait fourni pour ces Affiches, dans ces deux années, se trouve ici complet. »

43À Clermont-Ferrand, la Feuille hebdomadaire pour la province d’Auvergne, donne pendant toute l’année 1782 une série de notices sur les célébrités qui illustrèrent Clermont ou l’Auvergne, depuis le Moyen Âge jusqu’au xviie siècle. En 1773, les Affiches de l’Orléanais publient une série de monographies, les « Tableaux historiques des grands hommes de l’Orléanais ».

44De tels articles historiques ne sont pas toujours favorables à l’unanimité de la cité. Nous savons déjà que les élites de Montargis ne s’entendent pas. Une polémique assez aigre oppose longuement deux historiens locaux à propos de l’attitude de Montargis pendant la Fronde : l’avocat montargois Hureau de Livoy conteste les conclusions de l’ouvrage L’Intrigue du cabinet sous Henri IV et Louis XIII terminée par la Fronde, publié par Anquetil, prieur de Château-Renard (Affiches de Montargis, 20 juillet, 5 et 20 août, 5 et 20 septembre 1781). Entre janvier 1785 et février 1787, paraît irrégulièrement une série d’articles intitulée « Époques du Gâtinais », où l’auteur, probablement ce même Hureau de Livoy, raconte la vie de telle ou telle ancienne célébrité locale, développe les circonstances de tel ou tel événement. En 1788, débute une intéressante « Description topographique de l’Élection de Montargis » ; le 5 février paraît la description de la paroisse d’Aillant-sur-Milleron, donnant des détails sur les possesseurs de fiefs, l’industrie, le commerce et les foires de la localité. Mais l’entreprise est abandonnée sans explication, et la « description » n’a pas de suite.

  • 15 Bibliothèque nationale, ms franc., 22073, pièce 157, arrêt du Conseil d’État, 16 décembre 1786. Vo (...)

45À Chartres, l’histoire est une arme de combat au service des Lumières locales. En 1785 et 1786, le Supplément aux Affiches du pays chartrain offre aux abonnés un « Essai historique sur l’origine des biens et droits de l’Église de Chartres ». À leur manière, ces Affiches participent à la mise en cause de l’Ancien Régime. L’auteur anonyme de cet « Essai », le notaire Vincent Chevard, futur maire de Chartres (novembre 1791), conteste violemment les prétentions et les privilèges de l’illustre et puissant Chapitre cathédral. L’« Essai » occupe 96 pages in-4°. Le 4 octobre 1786, le directeur des Affiches en propose une réimpression. C’est aller trop loin. Le Chapitre obtient la suppression du Supplément aux Affiches du pays chartrain ainsi que l’interdiction de la réimpression projetée15.

46Sans cesse en danger, la belle unanimité de la cité doit être sans cesse réaffirmée dans le discours des Affiches. Les villes et leur espace, les villes et leurs administrations, les villes et leurs habitants sont sujets à des conflits plus ou moins graves, gommés ou à peine suggérés par les Affiches et Journaux de la fin de l’Ancien Régime. Désireuse d’être utile, mais vivant sous une censure constante et efficace, optimiste et toute remplie du message généreux des Lumières, cette presse s’est moins intéressée à la ville et à ses enjeux de pouvoir, qu’au progrès des pratiques culturelles — instruction, amélioration des pratiques agricoles, combat contre la charlatanerie et promotion d’une nouvelle médecine et de l’hygiène, etc. Les « connaissances », brassées par les « remueurs d’idées », y sont plus répandues que les « nouvelles », c’est-à-dire l’information sur l’actualité du moment. L’événement y est rarement traité pour lui-même, pour sa singularité. Il y entre lorsqu’on en peut tirer une mise en garde pour éviter sa répétition dans l’avenir, ou bien quand on en peut éviter les funestes conséquences par une conduite de soin appropriée. À vrai dire, les Affiches et Journaux, édités dans les villes, ces foyers de civilisation, se sont plus préoccupés des campagnes, ces lieux de barbarie qu’il fallait civiliser, où il fallait faire pénétrer les lumières, que de la vie des cités. Tout simplement peut-être parce que les communautés citadines étaient déjà amplement servies par leurs rubriques d’annonces, d’avis et de services.

Fig. 1 : Nantes, une ville ouverte, projetée dans l’aventure océane du trafic triangulaire (Chambre de commerce et d’industrie de Nantes, Palais de la Bourse)

Fig. 2 : Chartres, une vieille cité religieuse et robine, symbolisée par ses murs et sa cathédrale (Bibliothèque municipale de Chartres)

Notes

1 G. FEYEL, « La Presse provinciale sous l’Ancien Régime », dans J. SGARD dir., La Presse provinciale au xviiie siècle, Grenoble, 1983, p. 3-47 ; « La Presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », dans Revue historique, oct.-déc. 1984, p. 353-374 ; étude également publiée sous le titre « La presse provinciale française dans la seconde moitié du xviiie siècle : géographie d’une nouvelle fonction urbaine », dans B. LEPETTT et J. HOOCK dir., La Ville et l’innovation. Relais et réseaux de diffusion en Europe, xive-xixe siècles, Paris, 1987, p. 89-111 ; « Négoce et presse provinciale au xviiie siècle : méthodes et perspectives de recherches », dans F. ANGIOLINI et D. ROCHE dir., Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, 1995, p. 439-511 ; L’Annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), 2 vol., Oxford, 1998, à paraître.

2 Voir aussi le cas de Grenoble, bien analysé par R. FAVIER, « Les « Affiches » et la diffusion de l’innovation en Dauphiné à la fin du xviiie siècle (1774-1788) », dans Annales du Midi, avril-juin 1985, p. 157-165.

3 B. GARNOT, Un déclin : Chartres au xviiie siècle, Paris, 1991 ; P. BOIS dir., Histoire de Nantes, Toulouse, 1977.

4 Archives nationales, V1 551, 23 mars 1789, supplique de Bruslon du Boullay au garde des sceaux ; rapport de la direction de la librairie au garde des sceaux, non daté, avec en apostille, « 17 may 1789. Rép. Regarde les Petites Affiches. » ; 25 mai 1789, lettre du directeur de la librairie à Bruslon du Boullay.

5 Bibliothèque municipale de Montargis, 4° L 467.

6 Archives communales de Chartres, C2, 38, fol. 34, 82, 92, 94 v°.

7 A. DUBUC, « Les premiers procès de presse au Parlement de Normandie », dans Annales de Normandie, mai 1953, p. 163-169.

8 M. VOGNE, La Presse périodique en Franche-Comté, des origines à 1870, Besançon, 1977,1.1, p. 16.

9 G. FEYEL, « Médecins, empiriques et charlatans dans la presse provinciale à la fin du xviiie siècle », dans .Actes du 110e Congrès national des sociétés savantes, Montpellier, 1985, Section d’histoire moderne et contemporaine, t. I, Le corps et la santé, Paris, 1985, p. 79-100.

10 J.-P. GUTTON, La Société et les pauvres : l’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, 1971 ; C. DUPRAT, « Pour l’amour de l’humanité » : le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne, des Lumières à la monarchie de Juillet, 2 vol., Paris, 1993.

11 C. et S. ALBERTAN, « Les silences de la presse provinciale en 1788 », dans P. RETAT dir., La Révolution du journal, 1788-1794, Paris, 1989, p. 25-36.

12 J. SGARD, Les Trente récits de la journée des Tuiles, Grenoble, 1988.

13 Voir J. SGARD dir., Dictionnaire des journaux, 1600-1789 , 2 vol., Paris, 1991, notices 55 (Affiches du Poitou) et 59 {Affiches de Rennes), rédigées par G. FEYEL ; La Presse départementale en Révolution (1789-1799). Bibliographie historique et critique, 1.1, Paris, 1992, notice Affiches/Journal des départements de la Mozelle, de la Meurthe, etc., rédigée par C. FORGET et G. FEYEL, p. 166-173. Lire aussi H. GOUGH, « Continuité ou rupture ? Les transformations structurelles de la presse provinciale. 1789-1799 », dans Annales historiques de la Révolution française, juillet-sept. 1988, p. 247-253, et du même « La Transformation de la presse provinciale en 1789 », dans La Révolution du Journal, op. cit., p. 101-108.

14 Bibliothèque nationale, 4° Z Payen 1389.

15 Bibliothèque nationale, ms franc., 22073, pièce 157, arrêt du Conseil d’État, 16 décembre 1786. Voir aussi M. VOVELLE, « Un des plus grands chapitres de France à la fin de l’Ancien Régime : le chapitre cathédral de Chartres », dans Actes du 85e Congrès national des sociétés savantes, Chambéry-Annecy, 1960, Paris, 1961, reproduit dans Ville et campagne au xviiie siècle (Chartres et la Beauce), Paris, 1980, p. 169-207.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Nantes, une ville ouverte, projetée dans l’aventure océane du trafic triangulaire (Chambre de commerce et d’industrie de Nantes, Palais de la Bourse)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Légende Fig. 2 : Chartres, une vieille cité religieuse et robine, symbolisée par ses murs et sa cathédrale (Bibliothèque municipale de Chartres)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 808k

Auteur

Gilles FEYEL est professeur à l’université Panthéon-Assas (Paris II), Institut français de presse. Il est agrégé d’histoire, docteur en sciences de l’information (La « Gazette » en province à travers ses réimpressions, 1631-1752, Amsterdam et Maarssen, APA, Holland University Press, 1982), docteur d’État ès-lettres et sciences humaines (L’Annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), 2 vol., Oxford, The Voltaire Foundation, à paraître en 1998). Spécialiste de l’histoire des médias, il oriente actuellement ses travaux sur le journalisme et les journalistes entre 1770 et 1880, la presse magazine du xixe siècle à nos jours, la diffusion et la distribution de la presse écrite, des origines à aujourd’hui.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540