Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle)

 | 
Christian Delporte

Présentation

Christian Delporte

Texte intégral

  • 1 Organisé les 5 et 6 décembre 1997.

1Nourrie depuis quelques années par des sources neuves (la radio, la télévision) et des objets nouveaux (les entreprises de presse, les hommes d’information, les publics), l’histoire de la presse est devenue histoire des médias. Champ immense en vérité qui, jusqu’à présent, a essentiellement suscité des études nationales, régionales ou locales. Le présent ouvrage, fruit du premier colloque du jeune Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine de l’université de Tours1, se propose de mener la réflexion à une autre échelle, paradoxalement délaissée par les historiens, celle de l’espace urbain. L’intérêt de la ville réside dans les nombreux aspects de son unité géopolitique et sociale, qui varie selon sa taille et son évolution. Nous disposons là d’un domaine d’observation original et cohérent pour analyser les mécanismes de construction de l’information : information dans la ville, car la ville constitue le lieu essentiel de la production des nouvelles ; information sur la ville, car la ville est la source première de l’actualité la plus variée.

2Bien sûr, dira-t-on, les spécialistes de la presse étudient depuis longtemps la ville, comme en témoignent les multiples monographies de journaux. Précisément, ces travaux, les plus intéressants soient-ils, ne prennent guère en compte la mesure urbaine du phénomène médiatique. On observe le journal d’une ville, parce que la ville en est le siège, et on le situe dans une logique traditionnelle qui différencie presse nationale et presse de province. Mais on s’interroge rarement sur le système d’information urbain, sur le rôle des médias dans la construction identitaire de la ville, sur les enjeux mêmes de l’information quotidiennement déversée par des modes opposés ou complémentaires.

3L’ouvrage, qui groupe les contributions de 17 chercheurs, se distingue par quatre caractéristiques. Sans prétendre à l’exhaustivité sur le sujet, il entend, d’abord, fixer les cadres de recherches futures, comme l’indiquait le sous-titre du colloque d’où il est issu : « territoires, méthodes, enjeux historiques ». S’efforçant, ensuite, de dégager des permanences, de saisir des ruptures, voire d’établir des cycles, il opte pour la longue durée et la perspective diachronique. Les premières études partent de la seconde moitié du xviiie siècle, époque où la presse moderne plonge ses racines, pour rejoindre le très contemporain. Ainsi sont mises à l’épreuve des problématiques générales et des grilles d’analyse confrontées à une évolution sur plus de deux siècles. Troisième caractéristique : même si, compte tenu de la période embrassée, la presse écrite tient un rôle fondamental, le livre varie les supports médiatiques de réflexion, en consacrant une place non négligeable à l’information radiophonique et télévisuelle. Enfin — et il s’agit là d’un choix fort qui commande l’ensemble du projet — l’ouvrage ne réunit pas seulement les contributions d’historiens, mais s’enrichit des interventions de spécialistes des médias venus d’autres disciplines.

4Les études ainsi réunies se répartissent en trois thèmes. Le premier est consacré aux mutations des supports d’information dans les espaces urbains, depuis la fin de l’époque moderne où se tisse, dans les cités, le maillage initial des journaux. Une place importante est accordée au temps de la « révolution de la presse », de la fin de xixe siècle à la Grande Guerre, qui est aussi celui de l’urbanisation. La petite presse urbaine, instrument indispensable des élus et des notables, est alors relayée par les quotidiens à un sou, dont les stratégies se traduisent en termes de politique éditoriale, de développement des éditions, mais aussi en modes de diffusion et de distribution (comme le montre le cas des messageries Hachette). À l’approche du xxe siècle et au-delà, le fonctionnement des systèmes d’information urbains devient plus complexe, d’abord sous l’effet de la concurrence, souvent rude, que se livrent les quotidiens cherchant à capter la même clientèle, puis à mesure que se diversifient les supports, avec la venue de la radio et, plus tard, de la télévision. S’agissant de la radio, on pense évidemment à une période assez récente, marquée par l’irruption des stations locales de Radio-France, avant celle des radios de la bande FM. Mais le monopole de la presse écrite se fendille dès l’entre-deux-guerres, grâce aux relais sur le territoire national des postes parisiens (plus influents, sans doute, que les quelques stations privées locales créées avant la loi de 1928) qui s’appliquent, par un discours personnalisé, à toucher les publics des villes de province. S’agissant de la télévision, on songe à l’installation progressive des émetteurs dans les années 1950 (Lille, Strasbourg, Marseille...), mais aussi à l’implantation des stations régionales publiques ou privées, avant les expériences locales de chaînes hertziennes ou câblées (TLT à Toulouse, TLM à Lyon, Image Plus à Épinal, etc.).

  • 2 Jean-Pierre FARKAS, « Les radios locales de Radio-France », dans Ursula E. KOCH et al. (dir.), La (...)

5Il est alors instructif de s’interroger sur les effets de l’émergence de nouveaux médias dans le paysage de l’information urbaine. Comment contribuent-ils à déstabiliser, mais aussi à redéfinir les systèmes d’information construits depuis les grandes métropoles (par exemple, on sait aujourd’hui que les grands régionaux s’efforcent de promouvoir un secteur audiovisuel en liaison avec les chaînes nationales de la télévision privée) ? Leur réussite ne varie-t-elle pas en fonction de la situation géographique ou de la taille même des ensembles urbains ? Dans un récent colloque, Jean-Pierre Farkas, directeur des radios locales de Radio-France, soulignait l’écart de succès de ces radios de proximité, entre les grandes villes, où elles pèsent relativement peu, et les villes petites ou moyennes, où l’implantation semble réelle2. Interrogations, en tout cas, qui justifient une étude sur la durée.

6La partie suivante de l’ouvrage s’intéresse aux hommes et aux forces qui participent à bâtir l’information : les journalistes, bien sûr, mais aussi leurs interlocuteurs. En se demandant qui a fait et qui fait aujourd’hui l’information dans et sur la ville, l’attention est aussitôt attirée sur trois types de questions fort imbriquées. La première est relative aux pratiques des journalistes, à leur travail de proximité, à leurs sources (ce qui suppose une interrogation sur le poids des sources institutionnelles, sur la part et la nature de l’investigation journalistique, sur le rôle des réseaux dans lesquels s’insèrent et sur lesquels s’appuient les journalistes professionnels).

7Une deuxième question a trait aux rapports — harmonieux ou conflictuels — des journalistes et des pouvoirs urbains, et à leur évolution. Quels sont, en effet, depuis la Révolution et l’affirmation du « quatrième pouvoir », les relations des médiateurs avec les pouvoirs urbains : pouvoirs politiques (qui ne se limitent pas à celui des édiles), pouvoirs économiques (souvent vitaux pour les médias), pouvoirs administratifs (policier et judiciaire, notamment), pouvoirs culturels (et il sera question, par exemple, des critiques parisiens) ? Dans ce contexte, des mots ou des notions, lourds d’arrière-pensées, charriant la polémique, fusent naturellement : connivence, pression, collusion, tutelle ou dépendance et, a contrario, conflit, indépendance, éthique ou déontologie. Sur un autre plan, il convient d’évoquer la dimension complexe des sociabilités urbaines, et la place qu’y occupent les journalistes.

  • 3 Voir Rémy RIEFFEL, L’élite des journalistes, Paris, PUF, 1984.
  • 4 Le Monde diplomatique, novembre 1996.

8Enfin, se distingue une troisième question sur la nature du journalisme tourné vers la ville et l’évolution vers la diversité des professionnels qui ont pour tâche de diffuser l’information. Un monde sépare les accrédités de l’Hôtel de Ville de Paris de la masse des correspondants, ou des journalistes territoriaux, dont l’irruption marque l’enracinement de la communication urbaine. La ville n’est-elle pas l’illustration de l’éclatement de la corporation journalistique, de la définition de nouvelles frontières professionnelles ou, au moins, d’une stratification des métiers du journalisme ? Ne retrouvons-nous pas localement l’opposition mise en évidence à l’échelle des grands médias nationaux, entre une « élite » journalistique sociologiquement proche du pouvoir et une masse de professionnels aux caractères complexes3 ? Quel crédit accorder aux assertions de Philippe Descamps qui, récemment, évoquait, dans un article du Monde diplomatique, la « misère du journalisme de province », et titrait avec provocation : « Une presse docile dans une France féodale »4 ?

9La troisième et dernière partie de l’ouvrage nous fait passer des modes de construction de l’information au produit fini — sur lequel pèsent, finalement, toutes les tensions —, à son audience, à sa réception, à son instrumentalisation. Ainsi sont mises en avant les différentes formes du discours médiatisé (l’écrit, la parole, l’image, qu’elle soit fixe ou animée) auquel l’opinion s’identifie ou ne s’identifie pas. Au-delà est posée la question centrale du rôle des médias, de la place de l’information et de la communication dans la constitution et l’évolution de l’imaginaire collectif des citadins, dans l’élaboration des identités urbaines.

10Les différentes contributions soulignent avec force les enjeux et les conflits de représentations, par exemple à propos de la question très controversée des banlieues, étudiées à partir de la presse écrite pour le xixe et le début du xxe siècle, ou des documents télévisés des années 1950-1990. Le cas singulier des banlieues permet, alors, de reconstituer le processus de construction d’une image, en insistant sur les deux extrémités du parcours : en amont, l’effort local pour bâtir l’identité (remarque valable, également, pour le cas de la télévision corse) ; en aval, l’image renvoyée par un média national.

11Enfin, l’interrogation porte sur les mécanismes concurrentiels (mais parfois, aussi, complémentaires) de l’information et de la communication — avatar de la propagande —, dans deux domaines bien différents : le politique et l’urbanisme. Ou comment les frontières entre information et communication se brouillent, au profit d’une ambition personnelle ou d’un projet collectif. Ainsi rejaillissent des considérations esquissées dans la deuxième partie, à propos de la fascination du pouvoir médiatique et de la tentation des élus (ceux qui souhaitent le devenir ou le rester) de créer et d’user des médias à leur propre service. Antique tradition de la presse écrite du xixe siècle qui trouve un écho dans certaines radios ou stations locales de télévision, ironiquement qualifiées de « radio » ou de « télévision M. le Maire ».

12Voici, à grands traits, dessinés les contours de deux jours de débats qui, à n’en pas douter, en appellent bien d’autres. Mais je ne voudrais pas conclure, sans avoir adressé plusieurs remerciements. D’abord à Christèle Hervé et Catherine Delacour, qui ont assuré l’organisation matérielle du colloque et la publication des actes. Ensuite à Jean-Pierre Bel, journaliste à La Nouvelle République, qui s’est aimablement joint à la table ronde tenue à la fin de la première journée, sur le thème « Construire l’information sur la ville : acteurs, pouvoirs, enjeux ». Enfin, aux présidents de séances et aux membres du conseil scientifique qui nous ont prêté leur précieux concours : Roger Chartier, Michèle Cointet, Jean-Nöel Jeanneney, Jean Mouchon, Claude Petitfrère, René Rémond, Rémy Rieffel et Daniel Roche.

Notes

1 Organisé les 5 et 6 décembre 1997.

2 Jean-Pierre FARKAS, « Les radios locales de Radio-France », dans Ursula E. KOCH et al. (dir.), La Radio en France et en Allemagne. Un dialogue entre journalistes et chercheurs, Munich, Verlag Reinhard Fischer, 1996, p. 195-204.

3 Voir Rémy RIEFFEL, L’élite des journalistes, Paris, PUF, 1984.

4 Le Monde diplomatique, novembre 1996.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable