Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville, espace urbain et archéologie

 | 
Henri Galinié

Ouvertures

Texte intégral

1Les développements ci-dessus mettent en évidence les constats et propositions suivants, soumis à la critique.

2Il n’y a pas d’histoire continue possible de l’espace urbain. Tout récit est illusoire et trompeur. A ce titre, les deux centres d’intérêt autour desquels tourne une bonne partie de la recherche archéologique entre Antiquité et Moyen Age, la ville et sa continuité, au travers de l’espace urbain, ne constituent pas un objet de recherche approprié.

3Espace urbain et ville ne sont pas réductibles à un même objet. Une ville est toujours une ville, quoi qu’il s’y passe, dès lors que ses contemporains ont conscience qu’elle a été telle et que ce qu’ils ont sous les yeux est une forme de l’urbain, parce que la ville, en dernier ressort, est un impensé. Le terme ville ressortit à l’ordre des représentations et non à celui des réalités matérielles.

4La ville, comme tout, n’est pas l’échelle adéquate pour évaluer les actions des habitants dont les fins ne sont pas nécessairement urbaines. De plus, le résultat observable des interventions sur l’espace urbain a toujours subi l’action déformante du temps.

5La mesure du degré d’urbanité ou d’urbanisation est dès lors un débat sans issue à l’échelle retenue, sans cesse renouvelable par la substitution de nouvelles combinaisons de critères de références et de variables d’estimation. S’il occupe les populations d’archéologues, il ne fait pas progresser grand chose. De même, la question subsidiaire de la continuité de l’urbain, selon des critères politico-économiques, se révèle peu rentable pour la recherche.

6Archéologiquement parlant, les problèmes gagnent à être posés autrement.

7La capacité, scientifiquement inépuisable, de l’espace urbain à révéler la société, à faire apprécier l’impensé urbain, engendre une problématique propre à expliquer et à comprendre que, devant des possibilités virtuellement infinies, les marges de choix sont socialement étroites. La ville manifeste matériellement les limites auxquelles se heurte l’expérience sociale des individus.

8L’analyse de l’espace urbain doit se donner pour objet de révéler les pratiques spatiales des habitants, la relation entre pratiques et délimitation de territoires, la transformation de territoires par les pratiques, dans une double perspective de temps court et de temps long.

9Le nombre ne fait rien à l’affaire. Il n’y a pas de relation de nature entre taille de la ville et complexité du jeu social. Parce que la ville n’est un tout que de façon contingente, pour ses contemporains, et utilitaire, pour nous qui l’étudions. Vu de l’intérieur, le tout ne l’emporte jamais sur les parties, il est accessoire ; vu de l’extérieur, ce tout est commode dans sa simplicité opératoire, il est utilitaire.

10On ne peut que garder son sens équivoque au terme de ville qui rend parfaitement compte du degré d’impensé et du caractère artificiel du tout. Pour ne pas prendre l’accessoire et l’utilitaire comme valeurs de références dans l’étude de l’urbain, et leur réserver la place contingente qui est la leur.

11Dans la pratique archéologique, cela demande de mobiliser les informations disponibles jusqu’à ériger l’espace, au sens morphologique du terme et pas seulement topographique, en source. Cela demande de considérer les informations comme des attributs de l’espace et non comme les sources à partir desquelles qualifier des espaces.

12Enfin, il est proposé de considérer les deux couples compréhension-explication et fonctionnement-fabrique comme un outil adapté à l’examen de la relation dialectique qui unit une société à son espace.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540