Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville, espace urbain et archéologie

 | 
Henri Galinié

II. La ville en soi

Texte intégral

CONSIDERER LA VILLE EN SOI

1La proposition avancée est d’entendre par ville en soi les rapports dialectiques qui unissent les habitants dans leur diversité et la matérialité de l’espace composite et unitaire, les modalités du fonctionnement et de la production de cet ensemble, à la fois matériel et abstrait.

2Les pratiques évoquées jusqu’ici ne considèrent la ville en soi qu’à la marge. Elles la prennent comme le support de phénomènes plus larges, plus diffus dont les manifestations en un lieu particulier sont étudiées en détail, en relation avec une conception finaliste du développement urbain.

3Je n’entends pas que seule la ville en soi est digne d’étude, mais que lorsque c’est l’objet qui s’impose - et j’ai la conviction qu’en archéologie urbaine cette ville en soi s’impose comme objet d’étude par la caractéristique des informations mises au jour dont le point commun est de renseigner les usages de l’espace -, l’objectif du continu chronologique n’est pas suffisant, comme n’est pas satisfaisante la juxtaposition d’études plus détaillées des fragments documentés de la réalité du développement urbain, addition censée rendre le meilleur compte possible des facteurs déterminants d’une réalité urbaine fuyante.

  • 1 Ces quelques exemples sont extraits d’une bibliographie récente où l’archéologie des villes de Fra (...)

4Dans l’étude des villes, la christianisation de l’espace, l’habitat domestique, le travail en ville, les vivants et leurs morts, la transition entre Antiquité et Moyen Age, les chanoines, les remparts du Bas Empire, l’espace religieux, l’espace civil, l’espace du pouvoir sont autant d’objets scientifiques élaborés, selon des problématiques plus ou moins complexes, mais adaptées à la question posée1. Simplement ils n’ont pas la ville en soi comme centre de préoccupation, ce que l’on ne saurait leur reprocher puisque leur objet déclaré est l’examen d’un facteur, d’un aspect particuliers. C’est en cela qu’ils ne répondent pas complètement à une problématique archéologique urbaine, à proprement parler. Ce qui doit d’emblée être souligné est que les résultats acquis dans ces études ne sont pas transférables à l’état brut, dans l’étude du particulier, pour cette seule raison de leur construction à d’autres fins, à d’autres échelles. Ils offrent un cadre de réflexion, mais pour autant pas de référent ou de modèle.

UN AUTRE OBJET

  • 2 Comme ceux faits et expliqués dans des ouvrages récents, par exemple, de J. Lévy, M. Roncayolo ou (...)

5Il convient donc d’élaborer un autre objet scientifique centré sur la ville. Cette construction demande des explications sur les partis adoptés et, autant que faire se peut, sur les choix effectués2. Adopter un parti de déconstruction pour réorganiser les assises de l’objet scientifique à redéfinir signifie que l’on n’hésite pas à rappeler des choses qui vont sans dire, paraît-il, mais dont il est utile de rappeler qu’elles fondent une démarche, alors que d’autres, tout aussi évidentes ne sont pas utiles à la démonstration et donc sont laissées à l’écart. Je propose donc de livrer à la critique une théorisation tempérée qui, en paraphrasant Berger et Luckmann, s’attache à la pratique empirique dans ses problèmes concrets et non à l’investigation philosophique de ses fondations.

COMME ARCHÉOLOGUE

6Etudier une ville peut être, on l’a vu, reconstituer son évolution à partir des aspects physiques restituables, décrire la mise en place des éléments générateurs, le rôle tenus par les uns et les autres dans ce processus. Ce peut être l’examen de tel ou tel aspect déterminant de la configuration urbaine, le rôle de telle composante de la société, à cet effet. A partir des informations archéologiques, ces deux façons de traiter la ville ont une tradition bien établie puisque l’archéologie, par la mise au jour de faits matériels et conjointement de faits nouveaux, alimente naturellement ce genre de discours.

7Reconstituer les faits avec la plus grande rigueur possible par une critique des sources aussi bien archéologiques qu’autres, partir de ces faits établis et indiscutables pour asseoir un discours explicatif est ainsi une pratique courante. Les informations matérielles par leur intangibilité donnent au récit un caractère indiscutable. Elles sont la réalité vraie. La prise qu’elles offrent est une base en même temps qu’une borne au discours. On raisonne sur ce qui existe ou est avéré avoir existé et tenu un rôle décisif.

8Ce peut être aussi, en choisissant un autre point de vue, examiner les raisons qui ont fait que telle ou telle partie de la population a joué un rôle décisif dans la fabrique urbaine. Le présupposé implicite est ici que l’action laisse toujours des traces, que n’a existé, ou au moins que n’a eu d’importance, que ce qui est perceptible. Ce peut être, à partir de la documentation existante, de mettre en lumière les événements majeurs, les forces en présence et leur rôle respectif. Ici, c’est plus la société dans ses manifestations qui est au centre de la réflexion. Si l’angle d’attaque est autre, le mode de raisonnement ne diffère pas foncièrement.

9Cette courte énumération ne se veut pas exhaustive parce que les déplacements du point de vue sont multipliables, elle rappelle simplement qu’à partir d’un ensemble documentaire, les angles de vues engendrent deux types d’études. Les unes sont vouées à la description du paysage urbain, soit global soit partiel (telle ville du 4e au 11e siècle, les remparts de telle ville au Moyen Age, la topographie religieuse, etc) où la description de la composition de l’espace, à partir des éléments de la topographie historique, est l’objet de l’attention principale, les facteurs d’explication venant en sus, ressortissant à un autre domaine de la connaissance. Les autres voient la ville comme un champ d’action de la société, une scène où se déroule l’action, la transcription spatiale de ces actions restant contingente. Il est tout à fait courant que des études urbaines de ce second type soient conduites en dehors de toute préoccupation d’ordre spatial, quand bien même elles sont consacrées à des sujets qui ont une forte implication spatiale.

10De plus, lorsque fusion il y a des différentes sources - écrites, archéologiques, planimétriques -, elle est subordonnée aux sources écrites dont le primat demeure indiscuté. L’archéologie se révèle incapable de s’affranchir des chronologies et des temporalités imposées par les sources écrites qui scandent son discours. L’établissement de chronologies fiables et de plus en plus fines est un objectif avoué, parce qu’il est censé garantir la comparabilité des différentes sources. De même la mise en œuvre conjointe de ces différentes sources, jugées complémentaires a priori, qui seule est jugée susceptible de permettre d’approcher au plus près le réel, demande qu’une partie considérable de notre énergie soit consacrée à faire coïncider des informations le plus souvent inconciliables.

11Mon objectif ici est quelque peu différent. Après avoir consacré des années à établir de nouveaux faits, à partir de l’archéologie et d’une relecture des textes, j’éprouve le sentiment d’aboutir dans une impasse, si le propos prétend dépasser l’enrichissement du corpus des villes étudiées, dépasser le stade descriptif et étroitement interprétatif et, de la sorte, déboucher sur de nouvelles pistes de recherches urbaines. Certes il m’est possible, sur un fonds documentaire plus étendu et mieux contrôlé, d’expliquer un certain nombre de phénomènes, de voir, ou d’entrevoir un certain nombre de facteurs déterminants, de voir à l’œuvre des composantes sociales dont les actions furent décisives, en un mot de saisir les changements intervenus à Tours pendant le premier millénaire, d’opposer quelques états distincts montrant que tout a changé, qu’il n’y a pas grand rapport entre le Tours du 2e, celui du 6e et celui du 10e siècle. Il m’est aussi possible, selon l’air du temps, les partis historiographiques, les sollicitations extérieures, d’alimenter divers discours, et en répondant à des invitations, de participer à divers débats par une lecture archéologique de la hiérarchie sociale, de la concurrence etc. Soit, mais la ville dans tout cela ? Elle a été le motif, l’instrument de la recherche mais pas le centre des préoccupations parce que l’outillage conceptuel mis en œuvre n’était pas opératoire à cette fin.

  • 3 J’ai, depuis longtemps défendu le point de vue selon lequel l’archéologie urbaine ne devait pas se (...)

12Ma conviction, par expérience, est qu’il faut changer de point de vue. Légèrement, mais assez. Il ne s’agit pas de rompre, mais de décaler, préciser, articuler différemment les questions pour élaborer une problématique mieux adaptée. J’entends par-là qu’il suffit à l’observateur d’accepter de se déplacer, pour regarder la ville de l’intérieur et non plus de l’extérieur, en soupesant les implications de ce changement de point de vue. Ce n’est pas toujours indispensable, mais ce l’est parfois3.

  • 4 Weber, Elias, Berthelot, Le Moigne, Pumain entre autres.

13Ne pas rompre signifie ne pas considérer hors de propos la recherche de l’explication causale ou fonctionnelle du résultat observable mais poser pour principe que l’activité des habitants n’avait pas nécessairement pour fin de produire ce résultat observable et que, donc, les fins qu’ils poursuivaient ont nécessairement tenu un rôle déterminant, quoique discret, dans le processus de constitution du résultat observable. C’est considérer que la mise au jour de ces fins est un élément déterminant de l’explication4.

14A quelles conditions est-il possible de mettre réellement la ville au centre de la réflexion ? Si une ville vaut d’être étudiée pour elle-même, que signifie ce présupposé ? En quoi se différencie-t-il des autres approches que je viens d’évoquer et qui ont historiquement fait leurs preuves ?

ENTRER EN VILLE PAR L’ACTIVITÉ SOCIALE

  • 5 Le terme est emprunté à M. Weber, tel que défini dans Economie et Société. Un glossaire, en fin d’ (...)
  • 6 Voir, par exemple, Bernard Lepetit 1995a.
  • 7 Bourdieu, Lévy.

15Utiliser l’activité sociale5 comme clef d’entrée dans la ville demande, pour un archéologue, de perdre en naïveté. C’est abandonner la si commode substance société. C’est faire le pari qu’existent, non pas des recettes, mais des démarches éprouvées dans des domaines proches par leur objet, la sociologie, la géographie, l’anthropologie sociale et que des enseignements sont à tirer des travaux de ceux qui traitent de questions semblables, dans d’autres sphères et à des moments autres. C’est aussi, dans l’éventail très ouvert des postures scientifiques offert devant soi, adopter un parti constructiviste. Cela signifie simplement une réserve à l’égard des théories explicatives de l’histoire, parallèlement la conviction que si la réalité existe, elle n’est pas un donné restituable dans son infinie complexité par l’addition, la juxtaposition des études ou des points de vue. Cela signifie donc adopter le parti que la cohérence d’une démarche est étroitement liée à la qualité de la construction de l’objet scientifique que l’on veut traiter, à la valeur heuristique, à la validité, historique en l’occurrence, de cet objet, à l’adéquation à la question posée des concepts mis en œuvre pour cerner la réalité6. Cela signifie aussi qu’au terme de la démonstration on rendra raison - ou que l’on approchera au plus près possible - de la réalité vraie de ce seul objet, susceptible de faire progresser la connaissance puis d’entrer, le cas échéant, comme base à déconstruire dans la construction d’un nouvel objet de recherche7. C’est aussi admettre que l’on doit réaliser la recherche de son temps, avec ses imperfections et ses biais, sans remettre à plus tard, au motif qu’il est déjà hasardeux de décrire, la résolution de questions qui, de toute façon, ne seront plus d’actualité.

16Dans une perspective totalisante à laquelle le choix de la ville conduit, prétendre entrer par l’activité sociale consiste à extraire des niveaux de réalité supposés identiques dans l’appréhension des phénomènes : la réalité économique, sociale, politique, culturelle, l’un deux, et encore de façon restrictive, et proposer de l’ériger en révélateur privilégié d’un aspect du réel.

17Social contre société, réel contre réalité ? Substantiver les deux adjectifs social et réel n’a pour objet que de permettre une distinction délibérée entre le processus, dont on admet qu’ils les représentent, et l’état que représentent les termes société et réalité. On est contraint à cette distinction artificielle, pour les besoins de l’expression.

  • 8 Weber, Elias, Bourdieu, Lepetit, Di Méo, Lévy.

18Utiliser l’activité sociale, comme moyen d’entrée, ne consiste pas, à proprement parler, à étudier les rapports sociaux ou à retracer l’histoire sociale de telle ou telle composante présente en ville. Dans la perspective retenue ici, il est question de l’interdépendance des rapports sociaux mais observés dans leur interaction avec l’espace urbain. C’est tenter de saisir les relations qui unissent ou opposent les habitants d’une ville dans leurs actions individuelles ou collectives, qui motivent ces actions, leur assignent des limites, les pérennisent ou les annulent, mais, toujours et seulement, dans un contexte lui aussi restreint, celui de la fabrique et du fonctionnement d’une ville8.

DEUX ORDRES DE QUESTIONS

19Dans une optique totalisante mais tempérée, la question essentielle que nous pouvons poser comme archéologues, à partir de nos sources, à l’échelle de la ville, s’énonce succinctement : Qu’est-ce qui constitue telle ville pendant tant de temps ?

  • 9 La question devrait être posée, par un archéologue, à la fin du Moyen Age ou même de l’Epoque mode (...)

20Rapportée localement, c’est par exemple : Qu’est-ce qui constitue Tours jusqu’en 11009 ?

21Cette question se distingue d’autres, posées dans des termes presque semblables :

  • qu’est-ce qui caractérise Tours, comparée à d’autres villes ?
  • ou qu’est-ce que Tours ?
  • ou quelle évolution (développement) connaît Tours ?
  • ou qu’est-ce que vivre à Tours ?
  • ou encore Tours est-il toujours une ville pendant tout un long millénaire, depuis les origines ?

22Elle doit être entendue de deux façons, elle est à double détente :

  1. Qu’est-ce qui constitue Tours à différents moments de l’Antiquité, du haut Moyen Age et vers 1100 ?
  2. De quoi résulte la configuration de Tours vers 1100, de quelles transformations par additions, effacements, substitutions ?

23Une ville, c’est à la fois ses habitants et la matérialité de son espace, indissolublement liés. Globalement, la première formulation renvoie au domaine de la compréhension, la seconde à celui de l’explication. Poser la question en ces termes consiste à admettre d’emblée une double lecture. La première est faite de successions, constituée de plusieurs plans horizontaux superposés, la seconde est verticale, faite d’une coupe à travers la durée, du bas vers le haut et inversement, dans la pratique. Cette question simple, qu’est-ce qui constitue Tours en 1100 ? En engendre d’autres, qui doivent être posées préalablement, pour apporter réponse à la question principale.

24Pour examiner le processus dont on connaît le résultat observable (question 2) :

  • De quel processus cette configuration résulte-t-elle ?
  • Ce processus est-il un mouvement régulier et uniforme ?
  • Ce processus trouve-t-il son énergie exclusive dans la société ?
  • La ville est-elle une scène où se déroule l’action, où la société est à l’œuvre ? La ville, dans sa matérialité, reflète-t-elle seulement l’œuvre de la société ou bien est-elle aussi partie prenante ? Comment, dans quelles conditions et jusqu’à quel point ?
  • Dans quelle mesure ceux que l’on voit à l’œuvre, par eux-mêmes ou au travers de leurs réalisations, sont-ils sujets ? Agents ?
  • Quelle sont les relations qu’entretiennent ainsi ville, espace urbain, et société à travers le temps ?
  • Partie d’un tout, la société globale, quel est le degré d’autonomie de la société urbaine à Tours ?
  • Quels sont les effets structurants ? Où trouvent-ils leur origine, comment se modifient-ils ?
  • Quelle est la part des structures de fond, d’ordre culturel ? Comment pèsent-elles dans le processus de production sociale de l’espace urbain ?

25Pour examiner le mode de fonctionnement à différents moments (question 1) :

26Certaines des questions ci-dessus, à chaque moment, mais mises dans la perspective de compréhension de la fin poursuivie, et d’autres, plus en prise sur le temps immédiat :

  • La ville est-elle une scène où se déroule l’action, où la société est à l’œuvre ? La ville, dans sa matérialité, reflète-t-elle seulement l’œuvre de la société ou bien est-elle aussi partie prenante ? Comment, dans quelles conditions et jusqu’à quel point ?
  • Dans quelle mesure ceux que l’on voit à l’œuvre, par eux-mêmes ou au travers de leurs réalisations, sont-ils sujets ? Agents ?
  • Quelle sont les relations qu’entretiennent ainsi ville, espace urbain, et société à tel moment ?
  • Partie d’un tout, la société globale, quel est le degré d’autonomie de la société urbaine à Tours ?
  • Quelle est la part des structures de fond, d’ordre culturel ? Comment pèsent-elles dans la pratique sociale de l’espace urbain ?

27D’autres questions qui, elles, ne se posent pas lorsque l’on examine le processus :

  • La ville est-elle une entité vécue comme telle ?
  • Qui sont les habitants ?
  • Que font-ils ? Comment vivent-ils ?
  • Quelles sont les conditions matérielles de leur existence ?
  • Quelles relations entretiennent-ils avec leur espace ?
  • Où inscrivent-ils leur action ? Dans quel champ social et dans quel espace ?
  • Comment s’organisent-ils ? A quelles fins ?
  • Quelles règles régissent leurs relations ?
  • Quelles sont les formes de leur interdépendance ?
  • Quelles configurations sociales faut-il reconstruire pour rendre compte de leurs actions ?

28Cette série de questions, qui n’est pas exhaustive, ne brille pas par son originalité. On observera que leur propos n’est pas toujours directement spatial. C’est une chose d’apporter des réponses individualisées, question par question, facteur par facteur, en se fondant sur la cohérence individuelle des démonstrations. C’en est une autre d’y répondre globalement et de substituer la recherche d’une logique, ou de logiques, d’ensemble à celle d’un ensemble de logiques. De centrer le propos sur l’objet étudié, par une analyse interne. L’explication ici se veut délibérément vue de l’intérieur, contrairement à ce qui a été exposé précédemment.

29Cette série de questions est elle-même sous-tendue par un certain nombre de présupposés, de postulats, perceptibles soit dans la façon de les poser ou de les articuler, soit par les réponses que leur sélection et leur formulation induisent. Ces présupposés servent d’appui ou de référence à la démonstration, à la mise en perspective des informations disponibles, en formant une première appréhension théorique et méthodologique.

Le résultat observable

30Si l’on regarde le cadastre ancien d’une ville d’origine antique, on réalise immédiatement que le relevé ne résulte pas de l’accumulation, de la juxtaposition de tout ce qui a été mis sur le sol par les sociétés successives pendant une vingtaine de siècles. Beaucoup de choses, même si l’on ignore combien, ont été supprimées ou remplacées par d’autres. Trois principes sont à l’œuvre : accumulation, substitution, suppression.

31Ce que l’on peut observer se caractérise comme le résultat, sous la forme de traces, de celles des actions qui ont été fixées, transcrites dans la structure urbaine, ce qui les rend perceptibles et analysables. Mais aussi échappe une partie inquantifiable d’éléments totalement absents, d’essais et d’erreurs, de tentatives avortées éradiquées par celle des actions qui se sont transformées en éléments stables. De plus, il ne faut pas exclure a priori qu’aient existé des modes de constitution de l’urbain qui n’ont laissé que des traces faibles, voire aucune trace. Donc, en conclure qu’il n’y a pas nécessairement de rapport direct entre effet et trace.

32C’est poser, en conséquence, pour hypothèse qu’il n’existe pas un mouvement continu et uniforme qui verrait les choses se mettre en place selon une logique de confortement visant à une fin, celle qui est inscrite dans la réalité spatiale perceptible, la morphologie, et qui manifeste le résultat de ces actions successives et plus ou moins coordonnées, pensées ou impensées. Que la lecture unidirectionnelle des sources n’est pas la seule mise en œuvre possible.

33Si l’on pose la ville comme produit de la relation qu’entretiennent la société et l’espace, cette relation est d’ordre dialectique, par définition. Si, par ailleurs, il n’y a pas de relation obligatoire entre effet et trace, donc pas de mouvement continu perceptible, cela signifie que l’on doit postuler, puisque l’on conçoit la ville comme expression de la relation de la société à l’espace qu’elle occupe, que la structuration de cet espace et sa transformation en ville résultent d’un processus complexe qui ne peut être apprécié et retracé au vu des seuls résultats observables, et par les seules validations factuelles.

  • 10 Voir, par exemple, G. Desmarais, La morphogenèse de Paris (Paris 1996), ou les actes du colloque A (...)

34Par exemple, pour le Bas Empire et le haut Moyen Age, il existe un inconsistant archéologique constitué par ce qu’il est convenu d’appeler les terres noires sur lesquelles je reviendrai à propos de la désinformation mais dont il convient de souligner ici qu’elles sont un exemple d’élément sous-évalué du processus de production de l’espace urbain, absent des sources écrites et du plan. Il en va de même pour les grandes nécropoles (alors) suburbaines de l’Antiquité et du haut Moyen Age : même si elles n’ont pas laissé de traces tangibles, on ne peut exclure a priori qu’elles aient joué un rôle dans l’organisation de l’espace, par le rapport qu’entretinrent les habitants avec elles pendant un millénaire10.

35Si tout n’est pas dans le plan, beaucoup y est qui relève de sociétés distinctes. A certains éléments du plan, on peut assigner une date de mise en place : Antiquité, haut Moyen Age etc. C’est de la persistance d’éléments anciens, à toute époque, que l’on peut postuler et la relation dialectique de la société urbaine à son espace et les limites techniques, culturelles et sociales de l’activité sociale. L’important ici n’est pas ce qui reste du passé à toute époque, mais ce qui fait qu’une société conserve des éléments antérieurs. C’est postuler que les usages sociaux des héritages du passé sont plus éloquents que les vestiges eux-mêmes. C’est considérer différemment la permanence, posant entre autres, la question de l’adaptabilité des vestiges, leur remploi à des fins autres que celles auxquelles ils sont primitivement voués.

36Les trois propositions : 1. l’absence de relation entre effet et trace, 2. l’absence de mouvement continu et uniforme, 3. la relation dialectique entre activité sociale et matérialité de la ville fondent un postulat de base à l’étude de la ville en soi : la ville que l’on peut observer ne rend pas compte pas de celle qui a été fabriquée et utilisée dans les conditions d’exercice d’une société.

Espace et temps

  • 11 Pumain, Lepetit, Lévy.

37Dans cette perspective, l’espace et le temps ne constituent pas des substances servant de support à la réalité urbaine. Leur valeur n’est pas constante. Ils sont substantiellement sociaux, étroitement liés à l’activité sociale. Une des propriétés de l’espace, comme du temps, est sociale. En regard de l’activité sociale, l’espace n’est pas l’étendue-support, le temps n’est pas le temps calendaire. C’est cette propriété qui est opératoire ici11.

38Cette perspective demande aussi de substituer l’activité sociale à la société. Introduire une différence de nature entre l’activité sociale, l’espace et le temps - au sens où l’on ne verrait que des cadres spatio-temporels à l’activité sociale - réduirait la considération du phénomène urbain à une vision spatio-temporelle de la société et renverrait à l’impasse évoquée précédemment, celle qui limite l’interprétation à l’observation des phénomènes marquants et à leurs causes simples, aux relations évidentes entre société, espace urbain et chronologie.

39En revanche considérer le temps et l’espace, en ce qu’il ont de social, donc de relatif, donc dans leurs multiples dimensions sociales, a pour effet d’autoriser la construction, à titre d’explication ou de compréhension, d’hypothèses dans lesquelles les limites documentaires sociales, spatiales et temporelles sont reléguées au niveau contingent. Il faut postuler, au départ, une subordination du temps et de l’espace aux temps sociaux, aux espaces sociaux.

40La réalité empirique n’est pas cernable, épuisable, pas plus la réalité urbaine qu’une autre. L’infinité virtuelle des situations demande que soit élaboré et délimité, empiriquement lui aussi, un objet d’étude dont il importe de connaître les propres contraintes. Si l’on accepte l’idée que la réalité empirique n’est pas cernable, donc pas restituable dans son intégralité, non pas exclusivement par lacune factuelle, mais par impossibilité de questionner intégralement le réel, il est nécessaire, sous le terme ville, de cerner un objet scientifique et de connaître les limites qu’on lui impose, donc celles qui s’imposeront dans la mise en œuvre et l’organisation de la documentation.

41Il a été proposé que la ville en soi constitue, en l’occurrence, cet objet à définir, à délimiter. Il ne se présente pas sous la forme d’un donné objectif sauf à être réduit à l’une de ses dimensions, physique ou chronologique par exemple.

42Quand l’objet de la recherche ville en soi est le processus de fabrique de la ville (question 2), ce processus doit être considéré d’une infinie complexité dont seuls quelques aspects, sélectionnés ou sélectionnables, donneront prise à l’analyse. C’est à ce seul niveau circonscrit que les limites documentaires pourront être considérées comme contingentes.

43Quand cet objet scientifique est aussi l’étude du mode de fonctionnement de la ville (question 1), écartant des préoccupations le processus dont le résultat est connu, pour examiner la réalité et tenter d’expliquer comment des actions aux finalités multiples finissent par produire, sous le poids de la loi sociale et de son insertion dans le processus de fabrique étranger aux composantes sociales, un résultat sans mesure avec chacune des actions, il faut à la fois se soumettre à la documentation et, de même qu’auparavant, s’en dégager là où il sera possible de considérer les limites imposées comme contingentes.

fabrique et fonctionnement

44Etudier une ville en soi pendant plus d’un millénaire consiste techniquement à procéder à une série de coupes transversales au travers de la société urbaine observée dans sa capacité à produire, par l’activité sociale, des formes de l’urbain, le réel en mouvement, dont les spécificités restent à établir, dans leurs correspondances et leurs différences, à des moments successifs eux-mêmes à définir.

  • 12 Godelier, Lévy.

45Ces spécificités relèvent, si le réel est bien à la fois une construction sociale et fondamentalement l’activité sociale, de la place relative que tiennent, dans le cours du temps, dans leur traduction sociale, un certain nombre de déterminants tels que les dimensions du politique, de l’économique, du religieux, du culturel, entre autres12. C’est autre chose d’étudier la traduction sociale de ces facteurs que de les étudier en eux-mêmes. Là encore, la proposition sera d’adopter point de vue particulier. C’est au travers des modalités du fonctionnement de la ville, du processus de fabrique qu’est observé le poids de chaque facteur dans sa relation avec les autres facteurs en jeu.

  • 13 Di Méo, Lévy.

46La voie principale d’accès à cette prise en considération, par l’archéologie, de la ville en soi est la matérialité de l’espace urbain. C’est dire que l’espace n’est pas considéré comme une réalité objective répondant à des règles qui lui seraient propres, que la société adapterait en même temps qu’elle s’y adapterait. L’espace urbain n’est qu’un produit social et est entièrement social, de part en part13. De la sorte le présupposé n’est pas celui d’une relation entre société et espace, mais autre. Est posée, comme hypothèse de travail, une équivalence entre ville, espace, activité sociale où la lecture, ou plutôt le déchiffrement, de l’un intègre la lecture des autres. L’activité sociale se lit dans l’espace comme la ville se lit dans l’activité sociale, et encore la ville dans l’espace et l’espace dans la ville, mais seulement en lecture simultanée. Déchiffrer l’un, ce serait pouvoir lire en même temps les autres. Les termes fabrique et fonctionnement sont censés rendre compte de la prise en considération des relations entre matérialité et activité sociale. Sur cette base, il reste à faire la part entre activité sociale et production urbaine, ce qui est l’objet central du débat. Se dégagent trois objets d’étude distincts et connectés : le fonctionnement, la fabrique et l’interaction entre fonctionnement et fabrique.

47Une appréhension archéologique de la ville ne se justifie méthodologiquement que si c’est le lieu qui est non seulement au centre, mais à l’origine et le motif de la recherche. Il y a là un déplacement du point de vue par rapport à l’appréhension historienne de la ville, adoptée par les archéologues, où ce sont les sources qui constituent le fondement d’une recherche. On fait de l’histoire avec des sources, on fait, ou devrait faire de l’archéologie avec un lieu. Une entrée archéologique par l’activité sociale n’est pas une utopie, une fois ce principe posé et mesurées les limites imposées. Il faut donc postuler qu’il existe une dimension archéologique de l’urbain comme il existe une dimension urbaine de l’archéologie qui, au demeurant, n’est qu’une des multiples façons de faire de l’histoire, d’interroger le passé.

PREFERER L’ESPACE

48Est-ce bien un choix ? Une finalité ou un passage obligé ?

49Pour les archéologues, la source première de l’histoire urbaine qu’ils peuvent écrire est constituée par la matérialité de ce qui a été ou est au sol. Les autres sources, écrites ou planimétriques, sont subordonnées à cette source majeure : ce qu’elles contiennent d’incidences matérielles les transforme en source utile.

L’ÉTAT DES LIEUX

50Les découvertes archéologiques de terrain gagnent en signification lorsqu’elles sont localisées dans le temps et l’espace. Une première nécessité se fait jour : savoir où l’on est, replacer les informations dans leur contexte spatio-temporel, tout archéologue en est convaincu. La matérialité des découvertes invite à prendre l’espace en considération puisque chaque information immobilière revêt le caractère d’élément constitutif de l’espace ou d’un espace à définir. Il est intéressant, enrichissant de savoir qu’une maison, qu’une église, qu’un château, qu’un cimetière appartiennent à un espace caractérisable, par exemple urbain. Cela fait participer chaque découverte à un processus de caractérisation de l’espace. Il y a donc un rapport de nature entre archéologie de terrain et espace. Dont acte.

51Dresser un état des lieux n’est pas une activité neutre, objective, d’autant que les sources n’en rendent pas compte intégralement. Grégoire, au 6e siècle, a sa façon d’interroger le réel, l’archéologue de la fin du 20e siècle, celle de sa pratique.

52Le choix s’exerce dans le statut que chacun réserve à l’espace dans sa recherche. Trois options principales peuvent être dégagées. Passage obligé, l’espace sert à étudier d’autres phénomènes dont il est accessoire, quoique utile, de connaître les implications spatiales. Finalité, l’espace est considéré comme expression des sociétés qui l’ont produit, et en cela éloquent sur ces mêmes sociétés avec lesquelles il entretient une relation réciproque. Révélateur, l’espace témoigne de l’activité sociale productrice à la fois de l’urbain et de la ville, mais aussi de cette même activité sociale dont les fins sont autres que la production de l’urbain. C’est choisir d’en faire à la fois la fin et un instrument de la recherche.

53Préférer l’espace est ainsi un choix qui postule à la fois son instrumentation et sa finalisation. Ce choix demande des explications.

L’ESPACE URBAIN

54Une première tentation est de substituer espace à ville, un indéterminé à un autre. Dans l’incapacité où l’on est de préciser l’objet ville, d’user d’un terme tout aussi imprécis et par-là de déplacer le problème avec l’apparente précision que lui confèrent et l’épithète d’urbain et la notion moins floue, moins historique attachée au terme d’espace. Aussi équivoque que ville, espace urbain affranchit néanmoins de la notion de seuil contenue dans ville, donc de toute notion de valeur. Cela affranchit aussi et surtout de l’idée de continuité, de permanence du fait urbain en un même lieu dans le temps long. Utiliser espace plutôt que ville signifie donc que l’on ne préjuge pas de l’usage qui est fait des lieux, que l’on s’assigne pour objectif de reconstituer les avatars identifiables, de qualifier cet espace, tour à tour dans le temps et au travers de ses composantes.

55Le besoin d’un référent spatial circonscrit, ne serait-ce que pour préciser le champ d’étude, faire comprendre ce sur quoi porte l’étude, conduit à circonscrire la zone étudiée de façon empirique, à la considérer comme potentiellement urbaine, à tout moment.

56En cela, l’effet positif de la substitution d’espace à ville est contrebalancé, en grande partie annulé par une autre tentation, celle de considérer l’espace urbain comme une catégorie de l’espace, par nature différente des autres, directement opposable à ce qui le circonscrit, dissociable du reste du monde environnant. Cet écueil est plus difficile à surmonter, le raisonnement facilement circulaire. Catégorie, l’espace urbain dispose de limites, matérialisées ou non, qui autorisent, d’emblée, sa distinction grâce à son contenu puisque c’est justement ce qui le différencie. Il existe des structures spécifiquement urbaines comme des associations de structures qui ne se trouvent qu’en milieu urbain. Elles autorisent, par le biais de l’examen de leur seule localisation, la délimitation d’un espace dit urbain, lequel se trouve ainsi doué de capacités de croissance et de rétraction. C’est au sein de cette catégorie espace urbain que se mesurent inconsciemment les progrès et les reculs, à partir d’informations positives, les faits observés.

  • 14 J’emploierai contemporain pour replacer les choses à leur place dans le passé, actuel pour les cho (...)

57Malgré tout, l’objet d’étude, ville ou espace urbain, doit connaître une délimitation spatiale. Empirique, cette délimitation résulte de l’observation d’une zone de plus forte densité de sources, ici pour le premier millénaire, associée à un autre phénomène, les perceptions contemporaines14 de la ville. Cela a des implications sur les phénomènes observables, même en tenant de côté les problèmes engendrés par les lacunes documentaires. Le choix de l’archéologie implique le travail à très grande échelle par les seules difficultés de constitution d’un fonds documentaire visant à la cohérence. Disposer d’informations comparables signifie l’entreprise d’un programme de recherche de terrain qui ne peut être étendu à l’infini, et doit concentré sur une zone réputée urbaine.

58En résulte que c’est l’urbain qui se dégage comme objet d’étude. Toute une série de phénomènes, s’ils n’échappent pas à l’observation, ne donnent pas prise à des tentatives d’explication parce qu’ils se situent à une échelle d’appréhension qui dépasse largement le cadre restreint imposé. Par exemple, dans les relations de la ville avec ses territoires d’approvisionnement, les flux ne peuvent être perçus que dans un sens, à l’entrée. Autre exemple, le rôle du milieu physique, les actions des habitants et les rétroactions du milieu, si elles peuvent être observées, ne peuvent être expliquées localement.

59Dans l’analyse archéologique de l’espace d’une ville se dégagent deux modes successifs de travail qui correspondent à deux temps de la pratique. Le premier, préalable, incontournable et essentiellement descriptif, factuel, consiste à établir les modalités perceptibles de la composition ou de la constitution de l’espace urbain considéré, au travers de la documentation disponible, sans lui faire dire plus qu’elle ne peut. Le deuxième, tout aussi indispensable quoique plus éloigné des faits, moins contingent, consiste à tenter de rendre raison du même espace. Ce deuxième mode demande la mise en œuvre de procédures distinctes, chacune soutenue par des concepts appropriés, dans la consultation d’un fonds documentaire qui, lui, reste stable. Démarche explicative dans l’examen du processus de fabrique, compréhensive dans l’examen du fonctionnement.

PRODUIT SOCIAL, CONSTRUIT SOCIAL

60Procéder de deux façons distinctes me paraît de bonne méthode, même si la sagesse nous a, depuis longtemps, affranchis de la naïveté, convaincus que tout est dans tout : entre temps court et temps long, entre dialectique et complexité, entre acteur et système, entre règle et habitus, entre autres. Ces deux volets de l’analyse urbaine, fabrique et fonctionnement, sont artificiellement séparés. Leur distinction ne saurait être que provisoire, au moment où il est nécessaire de séparer les arguments opératoires à l’une et l’autre fins dans les sources.

61L’examen de la fabrique est dominé par l’explication de la genèse de l’espace urbain. La société, au travers de ses composantes plus ou moins bien identifiées, nous apparaît à la fois agissante, présente et contingente. Agissante en ce qu’elle s’impose, dans la documentation, comme le moteur d’actions spécifiques ou se laisse percevoir, comme tel, derrière des réalisations anonymes ; présente en ce qu’elle donne sens à l’espace, sens parfois exprimé, parfois sensible, d’autres fois à peine supposé, voire supposable ; contingente en ce que ses fins sont détournées de leur but initial par les conditions matérielles et les tensions qui l’animent. Les sphères du politique, du culturel et de l’économique nous fournissent les ressorts qui sous-tendent ces actions en même temps que les cadres dans lesquels ces dernières s’inscrivent. Les multiples rythmes propres au politique, au culturel et à l’économique scandent ceux de l’analyse en même temps qu’ils en conditionnent le contenu, qu’enfin ils imposent une grille de lecture de l’espace urbain, comme produit de la société globale d’une époque. C’est parce que la “société médiévale” existe comme réalité politique, culturelle, économique que l’on peut reconnaître un type de ville, un type de vie urbaine qui lui sont propres.

62L’échelle de la société (urbaine) est à la fois le référent obligé et pourtant inadéquate pour la recherche, dans le processus de fabrique dont l’explication veut rendre compte. Puisque la fabrique tend à expliquer le résultat observable, elle met l’accent sur les composantes sociales stables, dont l’activité pérenne marque la ville. Communautés, institutions sont ici privilégiées et leur capacité d’action certainement surinterprétée, surévaluée.

63L’examen du fonctionnement est, lui, régi par des mouvements d’amplitudes très variées. La société n’y est, à proprement parler, ni agissante en soi, ni présente à des fins urbaines. Ici, la société ne s’entend qu’au travers de ses composantes sociales inscrites dans leurs espaces propres comme l’espace ne se lit que dans les composantes sociales qui le produisent. Les conditions de production de l’espace relèvent du non-dit, dans une oscillation permanente entre facteurs structurels, conjoncturels ou immédiats, à des échelles de temps et d’espace multiples. Des rythmes distincts doivent donc être recherchés, recréés qui sont intimement liés à des convictions, à des croyances, à l’idéologie et qui fondent les attitudes de la société, mais surtout engendrent la constitution de fragments de société (les composantes sociales) enchevêtrés, superposés, juxtaposés, sécants, dans une multiplicité de postures selon la question étudiée, le fragment de réalité pris en considération. L’espace, construit social, doit être lu comme tel.

  • 15 Le sens technique accordé à ces termes est précisé dans le glossaire.

64L’examen du fonctionnement, pour sa part, vise à identifier les fins poursuivies par les composantes sociales au moment des actions documentées, sans considérer comme allant de soi qu’une action en milieu urbain soit, par définition, destinée à produire de l’urbain. La continuité de l’urbain ne garantit pas le caractère urbain des fins visées. Ici, la société est dénuée de sens, comme substance. Elle n’est pas l’échelle opératoire. Il faut lui substituer, dans l’analyse, individus, communautés, sociations, institutions, agrégations15 et considérer que doivent avoir existé des formes de groupement provisoires organisées autrement que selon les composantes sociales stables reconnues à l’œuvre dans la fabrique.

65La réalité empirique serait-elle donc débitable, tronçonnable à merci ? Certes non mais inévitablement oui. Travailler sur des états disparus, éradiqués, oblitérés, tronqués impose de passer par une phase qui objective la ville, l’actualise en quelque sorte dans le passé au moment considéré, en autant d’objets sociaux que possible, les états dont il sera question. Si la coupe dans l’épaisseur, le continu chronologique reste hors de portée, rudimentaire dans la restitution que l’on peut en proposer, faute de preuves, on peut s’efforcer de le remplacer par des états, à différents moments, pour accentuer les effets de perspectives, jouer des contrastes. Approche simplificatrice sûrement mais à l’optimum documentaire actuel, lequel qui impose ses limites.

66La principale difficulté à laquelle on se trouve confronté est la mise à l’écart, dans la phase d’étude du fonctionnement, de la connaissance du résultat du processus de fabrique. Etudier la ville comme expression du réel et de l’activité sociale, les arrêter dans leur transformation permanente, demandent de réintroduire ici, de façon purement opératoire, réalité et société. Quiconque agit en ville au 7e siècle ignore les effets différés de son action au 8e siècle. Dans l’étude du fonctionnement, il n’existe pas de situation proto-quelque chose explicable par son résultat connu de façon différée.

67En traitant d’états de la ville qui ne sont pas immédiatement perceptibles, l’archéologue se trouve contraint de consacrer une part importante de son activité à reconstruire, par l’observation directe et la reconstitution, ces états de la ville qu’il étudie. Obsessionnelle, la passion chronologique accapare l’attention, la capte au point de faire souvent s’évanouir le reste, l’objet de la recherche. C’est que les difficultés sont si grandes à vouloir être précis, que le présupposé d’une comparabilité subordonnée à l’établissement de chronologie stricte si ancré dans nos pratiques, que le reste, l’interprétation, s’affirme secondaire, ou au moins ajournable.

68De plus, il y a une répugnance, en s’appuyant sur des faits avérés, dans leur matérialité et sur des états imprécis, à franchir le pas qui sépare le singulier du général, les faits des principes. Par la force des choses, le temps d’enquête, la recherche archéologique qui fait appel au terrain comme source première est, par nature, monographique, centrée sur un objet, une ville. Le temps du processus est absorbant, sauf à plaquer des schémas pré-établis, à faire entrer les informations mises au jour dans un cadre extérieur et général, celui de l’évolution du fait urbain que toute recherche monographique tend à épouser dans ses grandes lignes. La recherche locale soulignerait des expressions particulières, des spécificités, le plus souvent anecdotiques qui n’affecteraient pas le mouvement général.

69La tendance au conformisme, à l’idée que n’existe pas de raisonnement archéologique propre à l’échelle urbaine est lourde de conséquences. Au niveau élémentaire, les informations archéologiques sont considérées comme l’illustration des sources écrites, à un niveau légèrement supérieur, les voici complémentaires de l’écrit. Seules les phases sans histoire, entendons sans écrit, sont susceptibles d’une approche spécifiquement archéologique, vue comme un pis-aller.

70Les temporalités imposées sont en conséquence celles de l’écrit, dont la logique, les conditions d’émission, les préoccupations ont leur propre histoire, leur propre évolution sans correspondance nécessaire avec celle des informations du terrain. Ces dernières n’ont pas plus de cohérence de nature que les sources écrites. La recherche de cohérence est une précondition du raisonnement archéologique appliqué à la ville. Leur insertion trop rapide, trop approximative dans des cadres préréglés à partir des sources écrites constitue l’obstacle majeur à surmonter.

71En réponse, il me semble indispensable d’élaborer des cadres susceptibles de rendre compte d’histoires d’une ville, cadres utiles à la mise en œuvre conjointe des sources existantes en préservant leurs spécificités, donc en délimitant les domaines dans lesquelles les sources sont opérantes conjointement, ceux qu’elles documentent de façon indépendante, sans les soumettre à une périodisation unique.

72Distinguer des temporalités opératoires, adaptées à des objets de recherche distincts limite les champs d’étude possibles, s’oppose à la pratique d’embrasser large et de brosser un tableau qui replace la ville dans l’histoire générale du fait urbain, coûte que coûte, en palliant les impérities locales par des généralités. Si la monographie a une justification scientifique, elle est à trouver ailleurs, dans l’équilibre entre sources locales et règles ou régularités.

73Ces règles ou régularités ne sont pas les généralités d’une histoire urbaine vue de Sirius, où ce que l’on sait là et là n’a pas de raison d’être faux ici, où les silences locaux sont peuplés des bruits d’ailleurs, elles ressortissent à un autre ordre du discours qui fait appel à l’anthropologie sociale et aux temporalités multiples.

74Dans une démarche archéologique, si le terrain est privilégié, considéré comme source parmi d’autres, mais source première, le postulat implique un certain nombre de conséquences.

75La notion même d’état reconnaît implicitement l’incapacité dans laquelle on se trouve de reconstituer un continu urbain. La défaillance des sources, celle des chronologies archéologiques, obligent à rechercher la définition des moments où le seuil quantitatif d’informations est atteint, qui autorise à reconstituer des images de la ville puis à les comparer, les opposer les unes aux autres afin d’observer les changements intervenus. D’une ville à l’autre, ces moments, puisqu’ils sont dépendants des sources locales, ne peuvent être identiques a priori. La définition de ces moments est indispensable dans l’explication interne, elle est sans objet dans la compréhension.

76Eriger le terrain en source première ne signifie pas le promouvoir en source exclusive. Les sources écrites, administratives, narratives, pratiques forment d’autres fonds documentaires comme les architectures prégnantes en forment un autre, et l’éventuelle structuration ou planification, encore un autre.

L’ILLUSOIRE RECONSTITUTION

77Passage par Tours. En fonction de la documentation existante et du double questionnement auquel on veut la soumettre (voir supra), il est nécessaire, dans la recherche du sens, pour dresser l’état des lieux, d’opter pour ce qui souligne la fabrique ou le fonctionnement. Sur la base de ce qui a été proposé jusqu’ici pour la considération de la ville en soi, un parti s’impose dans la nécessaire, inévitable organisation des informations à une fin précise. Puisque l’on admet que la fabrique résulte d’un détournement des fins du fonctionnement, il faut procéder par ensembles documentant le fonctionnement, sans chercher une cohérence superficielle. Le but est ici de définir, dans un premier temps, ce que la documentation fait apparaître en matière topographique ou morphologique et chronologique, ainsi que les limites qu’elle impose à la connaissance. Ces limites peuvent être de différentes sortes. Parfois il apparaîtra que le seuil quantitatif d’informations n’est pas atteint et qu’aucun discours ne peut être fondé sur l’état des connaissances (c’est le cas pour le Haut Empire), parfois ce sont les imprécisions des emprises spatiales définissables qui interdiront d’établir une relation utile entre espace et composante sociale, parfois ce sont les fourchettes chronologiques trop ouvertes qui conduiront à conclure que le fonctionnement de telle composante n’est pas étudiable.

78Voici, à titre d’exemple jusqu’au 10e siècle, l’organisation des informations proposée :

  1. L’absence de traces pour l’époque gauloise
  2. L’implantation de la ville au début du 1er s.
  3. la situation aux environs de 50
  4. Le fleuve et la ville du Haut Empire
  5. Les varennes et l’implantation urbaine
  6. Les limites suggérées par les premières nécropoles
  7. Les deux nécropoles des ler-2e s.
  8. La trame viaire de la ville ouverte
  9. L’équipement public au 2e s.
  10. L’organisation interne des îlots d’habitation
  11. L’épaisseur de la stratification
  12. Des espaces nus intercalaires
  13. Les abords immédiats de la ville
  14. L’image élaborée du site primitif
  15. La part de l’inconnu
  16. Les rythmes de l’extension urbaine
  17. L’enceinte réduite du Bas Empire : le castrum
  18. L’occupation à l’intérieur du castrum aux 4e et 5e s.
  19. Les habitants du castrum au Bas Empire
  20. Le système défensif au 4e s.
  21. La datation du rempart, vers 380
  22. L’occupation hors du castrum
  23. Ecclesia et basilica aux 4e et 5e s.
  24. De l’ecclesia prima au groupe cathédral au 5e s.
  25. Les nécropoles en usage Bas Empire - haut Moyen Age
  26. la nécropole Saint-Lidoire, à partir du 4e s.
  27. La nécropole “Saint-Martin”, à partir du 3e s.
  28. Une nécropole au pied du castrum au sud
  29. Une nécropole au pied du castrum à l’ouest
  30. Le groupe basilical de Saint-Martin au 6e s.
  31. Le vicus christianorum de Grégoire
  32. Les usages du sol à proximité de la basilique Saint-Martin
  33. A Saint-Martin, nécropole, monastère, vicus 6e-7e s.
  34. Les monastères Saint-Julien et Saint-Vincent au 6e s.
  35. Les voies entre cité et Saint-Martin
  36. Un cadastre au 6e s.
  37. Saint-Pierre-le-Puellier, avant 791
  38. L’organisation spatiale du monastère Saint-Martin
  39. La voie de Tours à Poitiers
  40. Marmoutier et la domus ecclesiae sur la rive droite
  41. Quelques habitants de la cité aux 6e et 7e s.
  42. Urbs et vicus au 7e s.
  43. Les abords de Saint-Martin aux 7e et 8e s.
  44. Une nouvelle organisation funéraire au 8e s.
  45. Le monastère des deux cents moines de Saint-Martin vers 800
  46. Alcuin et le scriptorium de Saint-Martin
  47. Les édifices satellites de Saint-Martin au 9e s., avant 853
  48. Casa et burgus in suburbio civitatis aux 8e et 9e s.
  49. Les environs de Saint-Martin vers 845
  50. La relative désertion de Saint-Martin et du burgus 853-918
  51. La remise en défense de la cité 860-877
  52. Les chanoines de Saint-Martin dans la cité 877-918
  53. Les hommes du burgus en 878
  54. Le palais royal dans le monastère
  55. Septa et castrum sancti Martini
  56. La construction du castrum sancti Martini 903-918
  57. La bipartition interne du castrum en 918
  58. Les édifices satellites autour de Saint-Martin au 10e s.
  59. Le suburbium sancti Martini en 919
  60. Les échanges de terrain de 920
  61. Les églises neuves des textes du 10e s.
  62. L’usage du sol autour de Saint-Pierre-le-Puellier au 9e-10e s.
  63. Vignes et terres arables 9e et 10e s., entre cité et Saint-Martin
  64. Les souscripteurs d’actes au 10e s.
  65. Terres arables, prés et vignes de la varenne
  66. Le claustrum de la cathédrale
  67. La résidence comtale au 10e s.
  68. Les terrains libres de la cité au 10e s.
  69. Rues et lieux-dits de Châteauneuf au 10e s.

79etc.

80Ce choix dans l’organisation des informations, quelle que soit leur origine, répond à deux objectifs :

  • suivre, au fil du temps, l’apparition, dans les sources, d’ensembles documentés reconstituables aussi nombreux que possible et les replacer au mieux dans l’espace-support et la chronologie ;
  • pour autant, ne pas les organiser en un discours prématurément démonstratif.

81C’est la description de la réalité perceptible par observation et interprétation. Son objet méthodologique est de souligner les incompatibilités documentaires, liées aux différents niveaux de perception de la réalité et de mettre en évidence des lacunes spatiales comme temporelles. Cette forme d’organisation est dictée par les sources et par les questions qui leur sont posées. Elle ne cherche à restituer ni ensembles spatiaux ni ensembles temporels cohérents les uns par rapport aux autres. La documentation impose les échelles d’espace et de temps. Ainsi traitée, elle devient la source élaborée au minimum possible de regroupement des informations diverses, source par source, préalable au raisonnement sur la ville tel qu’évoqué ci-dessus. Une même information peut être utile à la constitution de plusieurs ensembles documentaires distincts, être mise en œuvre de façon partiellement redondante. L’objectif est de n’avoir plus à se référer à autre chose que ce fonds constitué pour raisonner. On est donc censé, à ce stade, avoir fait subir aux informations les manipulations qui leur donnent du sens et les rendent utilisables, dans l’optique retenue et celle-là seule. Ce sont des faits topographiques. Ils sont en attente d’être transformés en faits spatiaux. Le temps, la durée, à ce stade, ne sont pas pris en considération. C’est une chronique documentaire sans histoire.

82Les 68 ensembles documentaires montrent d’emblée la faible place tenue par la ville du Haut Empire, dans la documentation. Donc le danger à essayer de raisonner sur les trois premiers siècles. Ils soulignent la très forte disparité des ensembles documentaires et conduisent à renoncer à la chronique linéaire, au fil du temps.

LA HIERARCHISATION DES FAITS SPATIAUX

83Les trois qualificatifs élémentaire, constitutif et englobant correspondent à trois ordres d’échelles spatiales, empiriquement définies au cours de la fréquentation des sources. Ils sont adaptés aux situations rencontrées et opératoires dans la transformation des faits topographiques ou morphologiques en faits spatiaux, quelle que soit leur source d’origine, dans des jeux d’association des divers niveaux de pertinence des informations, à l’échelle du tout ou des parties d’une ville.

84Ces échelles sont qualitatives et non quantitatives. Elles sont censées être utiles à la confrontation d’informations aussi diverses qu’une mention dans une vie de saint, un vestige architectural, l’identification d’une structure morphologique sur un cadastre ancien, les vestiges d’une fouille archéologique. Elles ne sont pas définies par des seuils identifiables, mesurables mais par une appréciation de la portée spatiale des informations contenues dans les sources et déjà interprétées au niveau premier des faits topographiques identifiables.

85L’absence de seuils mesurables d’une part, la nécessité de confronter, dans un même ensemble analytique, des informations de provenance diverse, donc de qualité différente d’autre part, conduisent à ne pas multiplier les échelles, à restreindre leur nombre à trois qui ne sont pas toujours progressives, qui ont donc, chacune, leurs propres échelles internes.

86Est dit élémentaire, de premier degré, ce qui relève d’une unité d’observation, d’une unité fonctionnelle supposée. Maison des textes, de l’architecture, du terrain, propriété des textes, ou vigne, édifice cultuel, tombes d’une nécropole ou d’un cimetière révélées en fouille etc.

87Est dite constitutive toute association d’éléments du premier degré qui concourent à une même fin, ou sont désignés comme appartenant à un même ensemble comprenant plusieurs parties, ou forment une des parties identifiables composant l’espace urbain. Le monastère de Saint-Martin, la zone de vignes et de terres arables qui entourent l’abbaye de Saint-Julien, le paléochenal de l’Antiquité. C’est l’identité des composantes qui définit le niveau constitutif ; statut identique, fonction identique, ajoutés à la proximité.

88Est dite englobante toute association qui place dans un même ensemble des éléments de nature différente en même temps qu’elle définit un espace jouissant de caractéristiques propres. La cité, le suburbium, par exemple, ou des unités de plan dans la lecture morphologique.

  • 16 Voir la chorématique de Roger Brunet : point, ligne, surface.

89Les éléments qui ressortissent à la lecture topographique relèvent du premier degré, ceux qui ressortissent à la lecture morphologique relèvent des deux autres degrés. Points et lignes d’abord, surfaces ensuite16.

90A ce niveau d’analyse, on ne préjuge pas de l’effet structurant des choses dans le temps long. Ces niveaux ou échelles ont pour seul objet de rapprocher, au niveau jugé pertinent, des informations éparses et hétéroclites.

  • 17 Par exemple, la promotion de Tours comme capitale de la province de IIIe Lyonnaise au 4e siècle im (...)
  • 18 Les premiers auteurs chrétiens, de Sulpice Sévère à Fortunat, du 4e au 6e siècle, qui forment le c (...)
  • 19 Les actes des souverains réapparaissent en nombre restreint à la fin du 8e et pendant la première (...)

91Avant d’exposer quelques exemples concrets d’application, il faut dire un mot des sources, de leur efficacité dans la perspective d’une lecture à trois niveaux retenue. Jamais les sources écrites n’ont été rédigées pour répondre à nos questions. Nous les détournons donc de leur propos originel pour les soumettre à une lecture spatiale. L’échelle à laquelle elles sont efficientes varie dans une marge considérable. Les sources administratives qui définissent la place d’une ville dans des réseaux ou des dispositifs constitués, son statut, n’ont aucune incidence spatiale directe, au mieux en ont-elles au niveau topographique, en induisant l’existence de structures d’exercice de la puissance publique qui resteraient insoupçonnées sans elles17. Lorsque Grégoire, à la fin du 6e siècle, narrateur, évêque et historien, décrit incidemment ou volontairement sa ville, il le fait dans une perspective délibérée d’édification de ses lecteurs et les limites de l’utilité de son propos doivent être établies : c’est la cité chrétienne qu’il décrit, reconstruit et magnifie, et rien d’autre en même temps qu’autre chose, donc bien plus, mais bien moins aussi si l’on rapporte son propos à la réalité physique que nous le soupçonnons d’avoir eue sous les yeux et d’ignorer18. Les actes de la pratique, émis par les souverains carolingiens, dans un premier temps, reconnaissent des statuts, entérinent des situations acquises, étendent des privilèges, en localisent les effets au profit de bénéficiaires identifiés, ce en quoi réside leur intérêt mais aussi le biais qui les rend incomparables aux propos de Grégoire. Les actes d’origine privée qui prennent leur relais témoignent d’activités grossièrement localisables. Les uns et les autres comportent ainsi des notations d’ordre topographique et d’autres d’ordre juridique à incidence spatiale plus large, donc deux échelles de référence emboîtées19. Du fait de leurs contenus différents, de leur fins distinctes, ils ne sauraient être comparés directement, utilisés comme preuve d’absence ou d’apparition de pratiques particulières. Si les vignes apparaissent dans les textes du 10e siècle, c’est au statut privé des actes qu’elles le doivent. On ne saurait en conclure qu’il n’y en avait pas au 9e siècle, ignorées par les diplômes royaux.

  • 20 Exemples : l’ecclesia infra urbem, la basilica sancti Martini, le portus sancti Symphoriani, si l’ (...)
  • 21 Exemples : la rua saxonum, les différentes viae publicae, aussi le portus si l’on démontre que le (...)
  • 22 Exemples : suburbium civitatis, suburbium sancti Martini, mais aussi monasterium sancti Martini, c (...)

92Ces transferts d’émetteurs comme d’intérêt, du 4e au 11e siècle, invitent à ne pas considérer les sources écrites comme un ensemble homogène, dont les informations seraient comparables en lecture directe. Leurs échelles d’application ou de lecture, une fois saisi ou au moins souligné le prisme déformant qui a présidé à leur production, sont multiples ; élémentaire, comprise ici comme identifiante à un niveau individuel, celui de l’édifice ou de l’unité de base, élément de base donc, plus petite composante perceptible du découpage de l’espace-support20 ; constitutive, entendue ici comme ensemble d’éléments participant d’une même composition, terme qui ne préjuge pas d’action volontariste dans la composition lue comme articulation21 ; englobante, comprise ici comme référence à des éléments ou compositions tels que définis précédemment, ressortissant à un ensemble qualifié par son statut, sa spécificité22.

  • 23 Exemples : civitas, vicus, portus, suburbium, etc dans les notes ci-dessus.

93Les termes utilisés dans les sources écrites, pour nommer des lieux, parfois pour les qualifier, selon leur destination, leur propriétaire voire les droits qui leur sont attachés, connaissent une évolution en même temps qu’ils sont polysémiques au même moment. De sorte qu’un même terme peut relever des deux dernières catégories d’échelles, selon le contexte dans lequel il apparaît23.

94L’évidence est qu’il est impératif de traiter ces sources pour ce qu’elles sont, indépendamment les unes des autres. Leur signification dans la reconstitution de l’urbain ne saurait être identique, si bien qu’il est impossible de procéder par addition ou juxtaposition des informations qu’elles livrent. Il faut répartir et les informations et les sources selon l’échelle où l’on peut les situer préalablement à leur mise en œuvre, souligner leur éventuelle ambivalence.

  • 24 Parlant du premier millénaire de Tours, seules des enceintes répondent aux critères : celle de la (...)

95L’architecture prégnante est celle qui, par son caractère massif, la taille de son emprise et sa permanence oppose un obstacle aux initiatives, conforte et assure la pérennité de certains usages en leur sein, se révèle comme un héritage avec lequel il fallait composer. La satisfaction des trois critères de massivité, de superficie, de permanence limite considérablement les possibilités de rattachement à cette catégorie. Cela exclut les édifices individuels, y compris les plus célèbres et durables, pour ne comprendre que ce qui ressortit à l’échelle du constitutif définie ci-dessus24.

96Dans la reconstitution, l’analyse fonctionnelle a primé, le terme étant entendu dans au moins deux sens. Tantôt il s’agissait de saisir l’usage auquel étaient dévolus des terrains, secteurs, zones, parties de la ville, à quelle fonction ils étaient affectés, tantôt d’interpréter selon une typologie fonctionnelle construite la signification de ces usages, non plus à l’échelle du terrain, du secteur, de la zone, de la partie, mais à l’échelle de la ville dans son ensemble.

97Cette analyse fonctionnelle, dans l’exposé des faits me semble constituer, en l’état de la documentation, à la fois un passage obligé et l’outil le plus opératoire. Passage obligé pour soupeser la valeur des informations atomisées, en les ramenant, en les confrontant toutes, quelle que soit leur origine, à un système extérieur d’appréciation qui ne contient pas sa propre réponse. Outil le plus opératoire parce qu’il constitue un système de référence élémentaire dans lequel les informations prennent un sens, qui plus est un sens relatif. Ainsi, de ce premier niveau d’organisation sortent des faits spatiaux susceptibles d’être mis en perspective.

98Il faut alors écarter le risque de faire entrer, de façon exclusive, ces informations dans une analyse descriptive de l’urbain sous-tendue par une conception traditionnelle de la ville considérée sous trois aspects : politique, économique, démographique. Cet agencement, qui de fait fonctionne à deux niveaux, pour le millénaire qui nous intéresse ici, l’un du politique et de l’économique à peu près restituable, l’autre du démographique induit ou supposé à partir de l’économique, repose sur une conception de la ville qui considère comme invariante la valeur de ces trois critères et infinie les combinaisons de leur importance relative selon le temps et les situations considérées.

99Non-dite, cette conception de la ville subordonne l’interprétation au présupposé que la ville est vraiment ville lorsqu’elle remplit des fonctions centrales au niveau politique et économique, qu’elle est densément peuplée. Contournant la chimère de la définition de la ville, elle la réintroduit en postulant des seuils de satisfaction des trois critères de référence. Plus destinée à mesurer des poids relatifs dans l’étude de réseaux, d’organisations ou de dispositifs particuliers, à permettre des mises en perspective dans des études économiques fondées sur des informations quantifiées à l’échelle des macro-phénomènes, elle s’immisce insidieusement dans nos propos sur la ville antique et médiévale, est l’objet de peu de réflexion, et domine nos systèmes d’interprétation.

  • 25 Voir, pour les échelles spatiales, les travaux actuels sur l’auto-organisation (Pumain, Lepetit 19 (...)

100Il faut donc ramener l’utilisation de ces niveaux du politique et de l’économique aux fins, aux échelles où ils sont utiles, pour replacer une ville dans les différents réseaux et dispositifs auxquels elle est rattachée à certains moments, pour mettre le local en perspective à une échelle supra-locale25.

101En somme, dans le même temps que l’inadéquation de ces critères urbains à permettre d’épuiser les questions urbaines au niveau local est reconnue, leur utilité dans le travail descriptif, la phase d’organisation des informations, paraît fondée, pour autant que l’analyse s’appuie sur cette construction provisoire puis la tienne de côté, en réorganise, en reconsidère les éléments. Il est indispensable de mesurer les effets pervers de cette façon de procéder, quand elle est promue au statut de référent prioritaire, voire unique.

102Ainsi, il me paraît indispensable d’élaborer un autre objet d’étude et d’autres outils susceptibles de répondre à deux objectifs en relation constante : le fonctionnement et la fabrique de la ville.

FABRIQUE ET FONCTIONNEMENT

103Il me semble qu’une voie de recherche s’ouvre si l’on pousse à son terme cette logique, si l’on rétablit l’équilibre en faveur du fonctionnement urbain. Si l’on accepte le postulat selon lequel une ville est certes le produit de la société de son temps mais un produit soumis à des contraintes particulières fortes, spécifiques à chaque fois des conditions qui prévalent localement, alors il convient de se placer dans une posture de recherche autre.

104Il est vain de s’efforcer d’appliquer à une recherche monographique des cadres qui sont pertinents à une autre échelle, celle de l’urbanisation d’une région, d’un pays, de l’Europe. Il est tout aussi vain de placer la ville considérée en perspective par rapport à un archétype de la ville antique ou médiévale. Non que ces approches soient inutiles, mais elles traitent d’autre chose qui n’a pas sa place dans l’appréhension spatiale d’une ville.

  • 26 Lahire 1996.

105Ici, il faut s’efforcer de rendre aux habitants leur statut d’êtres sociaux concrets, qui “entrent dans des relations d’interdépendance spécifiques et non (les considérer comme) des variables ou des facteurs qui agissent dans la réalité sociale”26.

EXPLIQUER ET COMPRENDRE

106L’explication et la compréhension des phénomènes de fabrique et de fonctionnement d’une ville peuvent être scientifiquement considérés comme suffisants, c’est la proposition avancée ici. Il me semble aussi que, par la nature de ses sources, l’archéologie invite à privilégier ce mode d’approche, sans exclusive, mais en en soupesant les obligations.

107Il est nécessaire de procéder à un changement de perspectives dans la construction de l’objet scientifique que constitue la ville, du moins si l’on accepte l’idée selon laquelle c’est bien l’interrogation qui crée l’objet d’étude. Etudier une ville en soi demande que l’on considère le politique, l’économique, le culturel comme autant de dimensions de l’urbain qui, selon le mot de Jacques Lévy, le traversent de part en part, en constituent des mécanismes insérés dans la réalité et non des superstructures ou des invariants par rapport auxquels positionner la recherche.

108C’est considérer une ville comme un révélateur des sociétés et des mécanismes à l’œuvre. En aucun cas cela signifie rejeter le politique ou l’économique pour les remplacer par autre chose a priori, mais les mettre en position discutable, observable. C’est aussi poser une pierre dans un édifice où, de la confrontation des situations individuelles établies individuellement doit mieux se comprendre, à terme, la relation à la norme.

109Je pense opératoire la distinction wéberienne entre explication et compréhension, tout particulièrement quand l’objet d’étude porte sur la fabrique et le fonctionnement. Il existe bien une démarche explicative qui s’assigne pour objectif, connaissant le résultat, de reconstituer le processus qui a permis d’arriver à Z en étant parti de A. On peut s’assigner pour objectif d’expliquer de quelle façon s’est, par exemple, opéré le passage de la ville antique à la ville médiévale. Dans ce champ rationnel de l’explication, les phénomènes à l’œuvre sont mesurés à l’aune de leur impact sur la structure urbaine, dans le temps long, ce que l’on commence à appeler en français, la fabrique de la ville. Mais parallèlement, et indépendamment, doit être mise en œuvre une autre démarche, compréhensive celle-là, qui ignore le résultat évoqué plus haut - ce qui ne va pas de soi - et s’attache à reconstruire le fonctionnement de la ville, à reconstruire le réel relationnel des habitants, dans la perspective d’identification des contraintes que ce réel impose à la production de l’urbain. Cela ne signifie pas étudier les conditions de vie, mais tenter de comprendre le rapport des hommes à tel ou tel moment à leur ville, à leur idée de la ville, à mesurer l’état de pensé ou d’impensé de l’urbain des individus, des composantes sociales. La réalité, ici, est constituée de l’activité sociale confrontée à la perception de l’espace et à la matérialité de la ville.

110Dans l’explication, on se place d’un point de vue extérieur, en construisant un objet d’étude souvent totalement étranger aux hommes et aux sociétés de l’époque considérée. Dans la compréhension, on observe la ville de l’intérieur, les gens en action. Il a été proposé plus haut que la première correspondait à une coupe verticale dans la durée partant du haut, de l’actuel, la deuxième à une série de plans horizontaux.

111Il va sans dire que l’un et l’autre domaine, s’ils doivent, en bonne méthode, être étudiés parallèlement et individuellement, ont des effets conjoints, immédiats ou différés. L’effet attendu, au plan de la recherche, est de rompre avec le parti du volontarisme urbain systématique, en proposant de disjoindre l’étude du fonctionnement et celle de la fabrique, dans un premier temps. C’est accepter le postulat selon lequel toute société ne tend pas inévitablement vers un état de plénitude ou d’accomplissement que représenterait la ville.

  • 27 Elias.

112C’est aussi postuler que, s’il y a, en permanence dans une société particulière, à un moment précis, une multitude de finalités, il n’y a pas finalité unique. Ici, faire la ville, produire de l’urbain27. Une ville, par son apparente permanence, son apparente homogénéité spatiale, pose un problème particulier d’appréhension, semble rendre évidentes des questions sur la continuité, les ruptures, sous-tendues par l’idée que la ville est conçue et réalisée par ses habitants pour répondre à une série de besoins impérieux, consciemment organisés.

113De l’explication sort plutôt la structure, ce qui est le plus souvent à l’écart des projets des hommes mais qui résulte du poids de la loi sociale des sociétés considérées, pèse sur les projets multiples, se trouve à leur origine inconsciente, interagit avec les projets, les conditionne et les réoriente. De la compréhension sort plutôt l’activité sociale, la part des comportements individuels et collectifs, l’appréciation de l’acteur comme sujet ou comme agent, le poids que pèse l’état du monde.

114Est-ce bien un questionnement d’archéologue ? Les sources, telles que je les définissais d’entrée, ouvrent-elles la porte à de telles interrogations ? J’en ai la conviction, pour peu que l’on mette l’espace au centre des préoccupations, qu’on le transforme, de support en révélateur, mais aussi en acteur.

L’ESPACE URBAIN COMME PRODUIT SOCIAL

  • 28 C’est admettre le présupposé que l’étude d’une ville vaut pour l’étude de la ville, que le parti m (...)

115Trois présupposés fondent cette appréhension de la ville28 :

  1. une ville est un pur produit et un pur construit, elle n’existe pas en soi : chaque société la transforme selon ses besoins et la structure selon son organisation propre, sa loi sociale29 ;
  2. un espace urbain est apte à rendre compte des sociétés qui l’ont successivement occupé et transformé : derrière l’espace, les sociétés30;
  3. une société est dans l’incapacité de concevoir un projet à sa dimension, de s’assigner une fin collective telle qu’œuvrer à produire de l’urbain31.

116Ces trois présupposés contiennent, quand on rapproche leurs propositions, une contradiction qu’il faudra résoudre : les deux premiers posent la société comme une substance, comme un tout homogène, comme niveau opératoire d’analyse, le troisième récuse la société et comme tout, sujet ou agent, et comme concept opératoire.

117Cette contradiction est au cœur de la question urbaine et elle ne saurait être éludée parce que sa mise en évidence permet de distinguer des niveaux de pertinence des faits, des concepts fonctionnels utiles, donc d’élaborer une méthode de travail.

  • 32 Il s’agit d’une transcription des principes de Max Weber énoncés dans l’introduction de Economie e (...)

118C’est parce qu’est admis, comme ensemble de présupposés indissociables, qu’une société est à la fois un référent pertinent et un acteur récusé, que s’imposent l’adoption de la double démarche de l’explication et de la compréhension32, ainsi que la nécessité de construire des échelles d’analyse variées où l’on devra substituer l’activité sociale à la société, distinguer le réel de la réalité. L’explication s’entend comme une mise en ordre raisonnée de la réalité empirique dans une perspective orientée, et la compréhension comme l’interprétation du sens que les individus, sujets ou agents, assignent à leur activité pensée ou impensée, dans le contexte de la réalité empirique qui est le leur. Les temporalités sont très différentes dans l’explication, relèvent plutôt de rythmes longs. Elles sont plutôt portées sur le temps court dans la compréhension, sans que ce soit un impératif : une pratique vécue individuellement peut perdurer longtemps dans une société donnée.

119L’explication requiert souvent la construction d’un questionnement global entièrement artificiel, totalement extérieur aux préoccupations de ceux que l’on étudie, interrogations que l’on peut qualifier schématiquement d’étude des modalités du changement économique et social appliquée à la ville. Les questions sont simples : comment passe-t-on de la ville antique à la ville médiévale ? Qu’est-ce qui différencie l’une de l’autre ? Qu’est-ce qui caractérise, type l’une ? Et l’autre ?

120La compréhension requiert la construction d’une série de questionnements liés au changement, aux fins, à l’idée de ville, au comportement des individus, des groupes sociaux, sujets ou agents, aux règles qui fixent leur action, au réel comme relationnel. La question essentielle, ici, est de tenter d’identifier les fins poursuivies et leur éventuelle connotation urbaine, puisque cette préoccupation est au centre du débat choisi.

121Explication et compréhension nécessitent aussi de considérer la ville dans sa matérialité, comme un acteur, sans toutefois lui attribuer le statut d’organisme autonome.

122Pour l’appréhension que je cherche à définir, ma conviction est que les concepts que nous utilisons continûment ne sont pas les mieux adaptés. En revanche, les concepts de construction sociale de la réalité, de réel comme relationnel, de spatialisation de la réalité, de distinction méthodologique entre processus et vécu, de déconstruction de la société, d’échelles spatiales et temporelles constituent un ensemble de propositions qui autorise la construction d’une problématique propre à poser et à tenter de résoudre une question que la documentation, par sa nature, autorise.

123En poussant la logique de cette posture, qui vise à prendre en considération le fonctionnement, il me paraît que la problématique qu’il est possible d’élaborer importe plus que les réponses, quel que soit l’état des connaissances.

124Nous savons, d’entrée, les limites aux réponses qu’imposera la documentation. Pour autant, l’élaboration d’un questionnaire cohérent, même sans réponse globale attendue, constitue une avancée, à deux égards : elle évite de poser de faux problèmes au prétexte qu’ils sont documentés, comme la topographie historique, et elle oriente la recherche à venir. La qualité d’un questionnaire historique dépend de son adéquation à la situation examinée. Il ne porte pas sur les invariants de la nature de l’homme ou des sociétés, mais sur les questions à résoudre, dans l’état actuel des connaissances selon le problème examiné, pour progresser dans la connaissance, par explication ou compréhension. Ce n’est pas croire qu’une question bien posée soit à moitié résolue, mais mettre en perspective ce que l’on peut savoir par rapport à ce que l’on devrait savoir, donc prendre la mesure des lacunes.

125C’est une des justifications de l’établissement du rapport à l’état du monde.

L’ÉTAT DU MONDE

126L’effet de structure des phénomènes de longue durée, des déterminismes historiques sur la ville s’accompagnait d’un effet d’organisation de la documentation. Quand les fins étaient urbaines, les choses avaient un sens. Si, dorénavant, les cellulae ne sont pas appelées à devenir paroisses, les basiliques funéraires monastères, le praetorium palais comtal, le decumanus Grand’rue, les negotiatores marchands et bourgeois, la nécropole cimetière, l’échange économie, les serviteurs gens des villes, la cité ville, le suburbium bourgs, tous phénomènes que l’on peut pourtant observer, il apparaît une contradiction fondamentale entre les situations observables et la proposition des fins multiples et non orientées.

127L’objet de la recherche est précisément la résolution de cette contradiction. Si la ville que j’étudie était un cas unique, elle ne serait pas objet d’histoire. Sa représentativité pressentie, qui fonde l’approche monographique, qui montre que son cas n’est pas isolé, la structure fonctionnelle de “la” ville antique ou médiévale comparable du nord au sud, de l’est à l’ouest, sujette à d’infinies variations mais répondant à une expression perceptible de l’urbain, tout milite contre le hasard, plaide en faveur d’une nécessité supérieure, transcendante.

128Et cela, sans projet ? Sans intention ? Sans projet, sans intention. Il faut se donner les moyens de mettre cette proposition à l’épreuve.

129C’est pourquoi la mise en perspective permanente de la ville, son fonctionnement, sa fabrique, avec l’état du monde est indispensable. S’il faut considérer la ville en soi, il faut tout autant ne pas la traiter comme un isolat. Elle est dans le monde de son temps, la micro-société urbaine locale inscrite dans le mouvement de la macrosociété contemporaine. C’est autre chose de traiter la question ainsi que de mesurer comment une ville et ses habitants reflètent la structure dominante, l’idéologie dominante, que sais-je encore.

130C’est tenter de se donner les moyens, sachant qu’un chanoine de Saint-Martin du 10e siècle n’est plus un moine de Saint-Martin du 8e siècle ou un moine contemporain de Saint-Denis, de Cluny, ou de Saint-Julien tout proche, qu’un comte carolingien n’est pas un comte mérovingien, d’apprécier leur action comme sujet ou comme agent.

131Il y a un monde des clercs, un monde des moines, un monde de l’économie, un monde des villes, et tous sont interdépendants, constituant une multitude de configurations. L’état du monde ne doit donc pas être entendu comme systématiquement global. L’état du monde, comme le reste, a ses échelles. Il faut tenter de les établir au niveau pertinent de l’activité sociale, à l’échelle du problème examiné, dans la perspective d’un réel conçu comme essentiellement relationnel, configuration par configuration, mais aussi par configurations de plus en plus englobantes.

132C’est considérer que l’activité sociale est l’objet de déterminations, que la multitude des intentions subit des effets de structure, qu’à une société ne peut correspondre qu’une ville, et plus, que ces mécanismes sont déchiffrables.

UN CADRE THÉORIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE

  • 33 Voir les propositions de J. Lévy, dans L’espace légitime.

133Ce qui vient d’être exposé constitue les premiers éléments de définition d’un cadre de travail, une série de préalables à une problématique urbaine précise. Il est possible de résumer le discours ci-dessus, sur fabrique et fonctionnement, explication et compréhension, en une quarantaine de propositions soumises à la critique33.

A. Sont acceptées les prémisses suivantes34

  • 34 Par intuition rationnelle (Bachelard 1937, 1938).
  • 35 Variation d’après Lussault (1996) qui qualifie d’impensé l’espace.

134A1- la ville, comme tout, est un impensé35

135A2 - la ville est un produit social

136A3 - il n’existe pas de lois universelles qui régiraient de façon invariante le comportement humain en société

137A4 - il existe des déterminants sociaux

138A5 - des règles implicites, propres à chaque société, déterminent le comportement social des individus

139A6 - la réalité empirique n’est pas restituable dans son intégralité et son infinie complexité

140en conséquence

141A7 - la société n’est pas considérée comme une substance

142A8 - le changement résulte d’une pluralité de causes

143A9 - le temps n’est pas uniforme dans son déroulement, selon les fragments de la réalité empirique considérés

144on postule, à l’échelle de la ville

145A10 - qu’aucune société urbaine n’a pour projet conscient de “faire de la ville”, de produire l’urbain observable qui résulte de ses actions

146A11 - que la ville que nous percevons et reconstituons n’est qu’une approximation, dont il faut mesurer les limites, de parties de la réalité empirique

147A12 - que la ville, ne répondant à aucun déterminisme historique, n’est pas une composante obligée, permanente dans une société, au prétexte que des sociétés antérieures, au même endroit, ont préalablement produit de l’urbain

148A13 - que la ville ne constitue pas en soi un objet scientifique donné

149A14 - que l’activité sociale traduit les déterminants sociaux

150A15 - que l’économie ne se place pas au même niveau que le social : elle est une des dimensions contingentes de la ville au même titre que le politique ou le démographique

151A16 - que tout moment dispose d’une valeur double : phase dans l’explication, contexte dans la compréhension

B. Cela implique méthodologiquement

152B1 - de distinguer deux objets de recherche requérant chacun sa propre problématique, deux modes d’appréhension de la réalité : la fabrique de la ville, le fonctionnement de la ville

153B2 - d’expliquer rationnellement le processus de fabrique de la ville

154B3 - de comprendre, par interprétation ou spéculation, les fins des composantes sociales, le fonctionnement

155B4 - de mesurer les interactions entre les phénomènes relevant du fonctionnement et le processus de fabrique dont résulte la ville

156de considérer conjointement

157B5 - la fabrique qui est sous-tendue par le présupposé que société urbaine et espace urbain forment un ensemble indissoluble dans l’urbanisation entendue comme un processus discontinu

158B6 - le fonctionnement qui est sous-tendu par le présupposé que ville pensée ou impensée, société urbaine et espace urbain forment un ensemble indissoluble dans l’appréhension de la ville entendue comme cadre de vie

159d’adopter les définitions opératoires suivantes

160B7 - la fabrique résulte du rapport changeant qui s’institue entre une société urbaine, son espace et la matérialité de la ville

161B8 - le fonctionnement, rapporté à l’activité sociale, résulte de l’état des relations entretenues par les composantes sociales à un moment T en fonction des projets, de l’accomplissement des réalisations de ces acteurs en ville, et l’espace urbain, de la compréhension des mobiles qui guident leur action, des contraintes qui les détournent de leurs objectifs et de la relation entretenue ou inexistante à l’idée de ville pensée ou impensée

162B9 - la fabrique et le fonctionnement sont en partie subordonnés à des impératifs extérieurs qui reflètent l’état de la société à un moment T

163B10 - l’état de la société résulte des structures de fond, idéelles ou matérielles, de la vie sociale : état du rapport avec la nature ; structures politiques, religieuses, administratives ; développement de l’économie ; avancement des sciences et des techniques ; système social ; conception du monde. Cet état de la société constitue un référent à un moment T, par rapport auquel situer les phénomènes observés localement

164de postuler que

165B11 - la fabrique reflète la société en mouvement puisque l’on accepte le principe que son étude est régie par une explication qui tend à montrer quels mécanismes conduisent à tel résultat connu, par exemple le degré d’urbanisation. Il y a, à ce niveau, une étroite relation avec une conception globale de l’urbain et la référence à un modèle explicatif. L’objectif à atteindre consiste à s’efforcer d’analyser la situation locale sans inverser l’ordre des priorités. Concrètement, l’analyse fonctionnelle est considérée comme l’outil le plus adapté à décrire le processus de fabrique d’une ville avec, pour référence, des critères économiques et sociaux. Il convient, méthodologiquement, que ces critères restent des référentiels et ne soient pas subrepticement transformés en facteurs. C’est ce qu’est censée aider à accomplir la considération de l’économie, du politique, du religieux etc. comme des dimensions de l’urbain et non comme des superstructures ou des normes par rapport auxquelles juger de l’état d’urbanité de la ville considérée à tel ou tel moment

166B12 - le fonctionnement n’est pas conformable à une norme. La norme urbaine étant entendue comme l’état global estimé d’urbanisation ou d’urbanité des villes dans la société considérée à un moment précis, le fonctionnement ne relève pas de ce champ d’analyse. Il ne se réfère pas à la norme qu’est le degré d’urbanisation ou d’urbanité, étranger à cette société mais à un autre champ qui est celui de l’activité sociale, même si dans ce champ entre, comme composante, l’idée de ville qui prévaut dans telle ou telle sphère de la population, et que les sources documentent

167B13 - Dans la démonstration, une claire distinction entre les arguments de la fabrique et ceux du fonctionnement doit être maintenue, bien qu’il soit fait appel aux mêmes sources

C. Quelques réajustements sont nécessaires

  • 36 D’après Di Méo, Grenier, Lévy, Revel, Lepetit, Pumain.

168Considérer qu’une ville résulte des mécanismes conjoints de fabrique et de fonctionnement nécessite la mise en place d’échelles d’analyse spatiales et temporelles appropriées36

169C1 - l’espace est un des attributs de la réalité et non une substance indépendante. A chaque composante de la réalité spatialisée correspond une échelle d’analyse propre qu’il faut définir

170C2 - chaque composante de la réalité spatialisée est marquée par une temporalité qui lui est propre ; lui correspond une échelle de temps qu’il faut définir

171C3 - les temporalités urbaines sont marquées par des discontinuités décalées selon les échelles de temps considérées : au même moment, des phénomènes distincts sont l’objet d’accélération, de décélération, de stabilisation

172C4 - les temporalités des éléments constitutifs d’une phase urbaine peuvent être en décalage avec la phase elle-même

173C5 - toute composante de la réalité urbaine est susceptible d’être à la fois spatialisée et temporalisée. Même des éléments sans incidence spatiale directe sont susceptibles d’être soumis à une lecture spatiale

174Considérer que la société n’est pas une substance induit :

175C6 - qu’au terme de société correspond l’état du monde à un moment, superstructure extérieure à la ville, pesant sur la fabrique et le fonctionnement. Une ville, une société urbaine s’inscrivent dans une société qui les transcende, dont les règles fixent les normes de l’action, sans pour autant que des écarts à la norme soient exclus

176C7 - qu’à l’échelle de la ville correspond la société urbaine. L’état global d’une ville à un moment précis reflète l’organisation globale de la société urbaine, sa composition sociale

177C8 - que des configurations sociales doivent être reconstituées à l’échelle des phénomènes spatiaux et temporels considérés : ni société, ni société urbaine, ni classes, ni composantes fixes. Rien n’étant figé, il faut postuler que selon le phénomène examiné, des groupes composites doivent être circonscrits

178C9 - que ces configurations particulières correspondent à des composantes sociales dont on s’assigne de comprendre les liens. Ces composantes sociales peuvent apparaître homogènes ou hétérogènes selon les phénomènes étudiés : sociations, communautés, institutions, agrégation

179C10 - la conjonction entre un espace propre, une temporalité propre et une composante sociale propre définissent une configuration socio-spatiale. L’espace urbain à un moment précis résulte de l’agencement des différentes configurations socio-spatiales en usage et à l’œuvre et constitue en soi la configuration propre de la ville à ce moment

180C11 - le moment, par définition, n’a ni réalité ni échelle de temps prédéfinie. Il n’est ni le fil du temps, le continu chronologique, interrompu dans son déroulement, ni une phase du changement dans son intégralité. Il n’y a de moments que d’objets choisis, dans l’idéal, démonstratifs.

RETOUR AUX SOURCES

181Le projet d’étudier, à l’échelle d’une ville, les relations entre faits spatiaux, activité sociale, structure et intention résiste-t-il aux contraintes de cette autre dimension du réel qu’est la documentation ?

DÉCOMPOSER LA SOCIÉTÉ

182Substituer des composantes sociales (individus, agrégations, sociations, communautés ou organisations) à la société est conditionné par les configurations étudiées et par l’état de la documentation. Si ce n’est pas la société qui est à l’œuvre, si pour autant la ville est un produit entièrement social, c’est que le niveau pertinent d’interrogation se situe à une échelle plus basse que celui de la société urbaine, ce qui demande une décomposition de la société en éléments constituants perceptibles. Dans la compréhension, ce sont les fins discernables qui constituent la base sur laquelle former des composantes étudiables dans leur rapport à l’espace. Il faut donc partir des fins et non des “groupes sociaux“ ou des “classes sociales”.

183Il faut rechercher dans les sources les fins partagées ou pas, et la façon dont elles sont partagées et par qui. Parfois l’on est en mesure de suivre un individu de façon répétée et de s’interroger à son égard sur sa fonction d’agent ou de sujet, mais le plus souvent, ce sont des groupements que l’on voit à l’œuvre, dans les sources écrites. La capacité de décomposition de la substance société, à partir des sources écrites est intimement liée à l’état du fonds documentaire. On ne peut espérer soumettre à un traitement uniforme tous les habitants d’une ville. Les absents seront toujours infiniment plus nombreux que les présents. Dans nos raisonnements, au motif que ce qui est important laisse des traces, l’absence est absente. Il convient de souligner ici que ceux que l’on voit à l’œuvre ne forment que des parties d’un ensemble et que ce que l’on observe ne rendra pas compte de la réalité, mais d’aspects cernables de cette réalité. Il faut aussi se défaire de l’idée que ce qui est cernable correspond à l’essentiel. Communautés et institutions tiendront obligatoirement une place surévaluée à partir des sources écrites.

184Peut-on se fixer un objectif semblable vis-à-vis des sources archéologiques ? En d’autres termes, les fins sont-elles archéologiquement lisibles ? Nous raisonnons le plus souvent par niveaux sociaux. Certes nous voyons par l’archéologie des individus, mais des anonymes. Nous procédons par le déchiffrement d’associations entre structures et mobilier pour préciser ce que nous appelons le statut social des habitants, et les répartir entre riches ou pauvres, privilégiés ou défavorisés et les voyons répondre à des impératifs éternels, liés à la nature humaine : la protection individuelle ou collective, la satisfaction des besoins biologiques, les croyances, l’affirmation de soi.

185Ce ne sont pas ces fins qui sont utiles ici. Il faut s’assigner pour objectif de comprendre pourquoi telle chose (tombe, maison, rempart, église, atelier etc.) se trouve à tel endroit à tel moment, pourquoi cet usage du sol perdure pendant tant de temps et pourquoi un nouvel usage prend place, le cas échéant. Ici, la fin compréhensible et utile se trouve à ce niveau-là. Comme dans les sources écrites, elle n’est pas toujours accessible.

DÉMONSTRATION ET ACCUMULATION

186Quelle que soit son origine et sa fin, un écrit a valeur de démonstration de la part de son émetteur. Un fonds documentaire constitué, comme celui d’une abbaye ou d’un évêché, se présente sous la forme d’une histoire en regard de laquelle il est difficile de constituer un fonds archéologique répondant par une cohérence interne de même ordre, donc comparable. Par nature, les documents archéologiques sont épars, du fait de la distance entre les sites fouillés. Ils présentent une démonstration individuelle cohérente dans l’étude de la durée, mais en revanche une comparabilité faible, à l’échelle de la ville, dans le temps court, du fait de l’imprécision des fourchettes de datation. Les rythmes d’usage du sol varient d’un site archéologique à l’autre et c’est souvent par convention que l’on admet qu’une série d’événements de même nature sont contemporains, à des moments réputés de changement brusque, ce qui archéologiquement signifie une fourchette de datation de quelques décennies.

187Les fonds documentaires écrits touchent, de façon cohérente, des parties de la ville, ou des aspects spécifiques, selon leur émetteur. Ils appellent le récit. Les sources archéologiques, par l’architecture prégnante, documentent des ensembles cohérents eux aussi, mais sans histoire ou à histoire quasi immobile. Des points, des tracés, rarement des surfaces. Des contours qui enserrent des surfaces vides pour l’essentiel, documentées par quelques points de la topographie historique.

188Les deux types de sources sont irréductibles l’un à l’autre. Notre pratique usuelle consiste à utiliser les sources archéologiques en appui des sources écrites dans l’histoire d’une ville. Cette pratique est réductrice quand l’objet de l’étude est l’espace urbain en relation avec la société.

189Seule l’analyse morphologique est réellement susceptible de donner de la consistance à l’espace, de permettre de passer des points de la topographie à des superficies. Là, les échelles de temps sont autres encore, variables elles aussi, de la quasi immobilité des surfaces encloses à l’événement d’un lotissement. Et ce sont bien des superficies qui sont lisibles et interprétables, pas la superficie de la ville, à un moment donné.

TEMPS, ESPACE, SOURCES

Contemporanéité

190Les sources matérielles et écrites partagent d’être contemporaines des situations étudiées lorsque l’on peut attribuer une date précise aux informations. Dans les sources archéologiques, la mise en place d’une structure ; dans les sources écrites, la datation d’un acte établissant une forme inédite d’usage de l’espace.

191Elles partagent aussi la durée : l’usage d’une structure dure un certain temps, de quelques décennies à des siècles, la récurrence de termes dans les actes livre des référents valables pendant une durée à mesurer, qui peut couvrir des décennies ou des siècles.

192Les sources planimétriques sont, elles, très postérieures aux situations antiques ou médiévales étudiées. Elles documentent le résultat des transformations successives et accessoirement, par des traces résiduelles, le processus ainsi que des moments particuliers.

L’espace

193Les sources archéologiques ne peuvent être que ponctuelles. Dans le plan parce qu’aucune ville ne peut être soumise à fouille systématique, dans l’épaisseur parce que l’occupation du site urbain se marque par des éradications que la stratification révèle.

194Les sources écrites ne peuvent être que lacunaires, par leur objet, par leur conservation.

195Les sources planimétriques, elles, donnent, à un moment tardif, une vue globale de l’espace urbain, lequel comporte des éléments résiduels.

L’objectivité

196Les sources archéologiques sont objectives, au sens strict du terme. Elles n’existent pourtant qu’au travers de l’interprétation des archéologues. Elles entrent dans l’ordre du discours par le biais de nos interprétations, de nos descriptions. Ce ne sont jamais des données, toujours des construits sujets à révision.

197Les sources planimétriques, par leur apparente neutralité, accentuent le caractère unitaire de l’espace urbain, l’instituent, par opposition à ce qui l’entoure, en catégorie.

198Les sources écrites, de l’ordre du discours, sont subjectives, partielles, partiales et déformantes. Elles ont été élaborées à des fins autres que celles que nous poursuivons. Nous les soumettons à un traitement lui-même déformant.

Lacunes

199Elles sont spatiales et temporelles. Aucune source ne documente de façon continue le temps et l’espace urbain, même une partie du temps ou de l’espace, de façon uniforme. Chaque source, et non chaque type de source, donc chaque fouille ou chaque structure, chaque dossier cohérent de textes, chaque plan, est caractérisé par ses propres temporalités, ses propres emprises spatiales, ses propres silences, sa propre fin.

Contre le continu

200Ce simple constat milite contre une appréhension de la ville dans le temps long et continu, à un niveau égal d’analyse. Les formes de la documentation sont un obstacle insurmontable à la considération de la ville comme un tout. C’est un autre argument, concret cette fois, en faveur de l’idée avancée plus haut, pour d’autres raisons, que la ville n’est pas en soi un objet d’étude donné a priori. Même si on le veut, elle ne peut l’être.

Une appréhension archéologique des sources ?

201Déclarer que les sources archéologiques sont la source première dans l’étude de la fabrique et du fonctionnement de la ville antique et médiévale, que les autres sources lui sont subordonnées, si l’on accepte que cette proposition n’est pas d’ordre corporatiste, appelle une démonstration de l’intérêt de la proposition. Plusieurs points valent d’être soulignés, de valeur croissante :

  1. L’archéologie livre des faits d’observation inédits. Elle précise et augmente le fonds documentaire existant.
  2. Elle renouvelle et élargit ce fonds par des faits d’observation dans des domaines ignorés par les sources écrites.
  3. L’origine des sources écrites limite le champ social documenté à une portion très faible de la population, alors que l’archéologie est virtuellement en position de documenter la totalité de la population d’une ville.
  4. Les activités documentées par les sources écrites sont réduites en nombre alors que l’archéologie est virtuellement en position de documenter toutes celles qui laissent des traces mobilières ou immobilières.
  5. L’archéologie de terrain renseigne, site par site, l’usage qui est fait de l’espace, de façon moins lacunaire et plus objective que les sources écrites.
  6. L’archéologie de terrain documente les aspects les plus variés des conditions matérielles d’existence et d’action des populations.
  7. La lecture morphologique des plans renseigne les effets de structure, accessoirement les processus, accessoirement les opérations ponctuelles dans le temps et l’espace ; le plan est par ailleurs atemporel et hypothétique.
  8. Dans l’optique du fonctionnement et de la fabrique d’une ville, l’usage de l’espace et les conditions matérielles d’existence constituent les faits d’observation de base sur lequel fonder le raisonnement.

L’OBJECTIVITE RELATIVE

  • 37 Je considère ici, parce que ce n’est pas mon propos de traiter cette question, que l’établissement (...)

202Les faits d’observation archéologique présentent un caractère d’objectivité irréfutable, au niveau élémentaire de la matérialité des choses37. Ils offrent un éventail documentaire largement plus étendu que les autres types de sources. Ils sont caractérisés par des discontinuités, au sens de hiatus documentaire, à la fois identifiables comme telles et bien plus faibles que celles des autres sources.

203Pour autant leur objectivité est relative, et ne vaut qu’au niveau élémentaire de l’identification, de la caractérisation des structures, espaces, usages. Leur mise en perspective, leur confrontation avec les autres sources posent la question des logiques internes auxquelles elles sont soumises, et qui leur font perdre leur caractère objectif. De plus, il n’y a pas une seule logique des sources archéologiques, pas plus qu’une seule logique des sources écrites ou planimétriques.

204Contrairement à ce que l’on admet généralement, les sources archéologiques ne reflètent pas, par nature, que le temps long, le temps de la structure, ou, au contraire, les ruptures franches. L’imprécision des datations archéologiques n’est pas cet obstacle insurmontable qui les disqualifierait dans le domaine de la compréhension. C’est par une inversion de l’ordre de validité des différentes sources que l’on admet que les jalons chronologiques des sources écrites ont une valeur qui s’impose aux autres sources. L’examen, dans une ville quelconque, des occurrences d’actions datées avec précision, fait douter du bien-fondé qu’il y a à ériger ces dates en références.

205Quand les textes montrent l’émergence de termes comme burgus ou suburbium, quel rapport cela a-t-il avec la réalité matérielle ? il convient de chercher à remettre ces indications à la place qui leur revient, de révélateurs d’une des dimensions de l’urbain, juridique ou économique, pas de l’urbain en soi. Il s’agit d’un jargon technique. Il nous faut avoir conservé une foi incommensurable dans la perspicacité des élites pour croire qu’apparition dans les textes vaut apparition dans les faits. Il y a bien longtemps que les historiens du droit nous ont appelés à la prudence, en la matière.

206Rechercher sur le terrain la confirmation d’un burgus, dater des structures archéologiques en fonction d’une mention de ce genre, constituent une négation de la logique propre des sources. Les usages du sol sont astreints à d’autres logiques que celles des mots qui apparaissent pour préciser le statut de configurations spatiales compréhensibles par ceux qui manient le droit. On verrait un phénomène du même ordre dans le décalage entre pratiques de l’inhumation autour d’églises et statut paroissial de ces dernières dans les sources écrites.

207L’apparition de termes comme burgus ou suburbium doit être étudiée comme une réorientation de l’activité sociale des acteurs concernés et non comme l’apparition d’une forme nouvelle d’usage du sol a priori. Cette proposition consiste à les défaire de leur statut de référence pour les transformer en simple indicateur.

  • 38 La situation est plus compliquée que cette brève présentation ne le laisse entendre, mais ce n’est (...)

208Ici, les sources écrites ne sont lisibles, éloquentes que par rapport à l’espace. C’est donc réduire encore leur champ d’application. Malgré les apparences, ce ne sont pas les mentions topographiques qui importent. Elles présentent peu d’intérêt en elles-mêmes si l’on n’est pas en mesure de saisir ce que signifie la référence à telle chose à tel moment dans tel contexte, par référence à telle réalité spatiale. Si l’on postule que lire l’un c’est lire les autres, il faut que l’un comprenne les autres. L’emploi de suburbium ne prend de sens urbain à Tours que si l’on perçoit la distinction qui s’opère en 919. Jusque-là, c’est une référence floue, lue comme exclusivement territoriale, une question d’échelle et de lieux d’exercice de prérogatives. Il y a la civitas, derrière les murs, autour le suburbium civitatis, autour encore le pagus, figure de trois zones emboîtées. Suburbium implique, malgré le silence des sources, l’existence de statuts spatialisés distincts. En 919, les chanoines de Saint-Martin imposent un suburbium sancti Martini, enclave dans le suburbium civitatis. En traitant cette question (1981), je proposais de voir dans cette création les bases du développement médiéval. L’entrée était fonctionnelle entièrement, comme unidirectionnelle entièrement, en connaissance du résultat acquis au 12e-13e siècle. Je prêtais, au début du 10e siècle, des intentions aux chanoines de Saint-Martin, inscrites dans un projet de la société urbaine, de produire de l’urbain. Je pense aujourd’hui, sur la base de ce qui a été avancé précédemment, que l’analyse de ce cas relève d’abord de la compréhension, et accessoirement de l’explication. Même si l’on peut, en cumulant les informations des sources écrites, archéologiques et planimétriques, et surtout grâce à une lecture morphologique, montrer que le changement de statut s’accompagne d’une opération d’organisation de l’espace, pour autant, rien ne valide une connotation urbaine en 919. Ce n’est que parce que l’on accorde un primat au rythme de la structure, qu’en retour, par rétroaction donc, on charge d’une valeur excessive une action au résultat urbain différé. Si les chanoines organisent les lieux c’est aux fins de leur auto-fonctionnement, sans intention à l’échelle de la ville. Le retentissement urbain de leur décision, bien que réel, n’y change rien38. Entrer par l’activité sociale conduit à relativiser, à envisager un même phénomène selon plusieurs échelles de temps.

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SOURCES

209Il faut aussi accepter l’idée que les lacunes de la documentation et les conditions de production des sources forment un obstacle insurmontable à une histoire urbaine continue, examinant au fil du temps les mêmes questions. Le caractère ponctuel des sources archéologiques, à l’échelle de la ville, quel que soit le nombre des points d’observation, s’oppose irrémédiablement à la généralisation des phénomènes observés. Les sources écrites ne permettent pas, tant les conditions de leur production ont varié, de les comparer terme à terme. Les préoccupations et le mode de fonctionnement de la société du 9e siècle ne sont plus ceux du 6e. Les sources planimétriques, pour leur part, conservent figées des portions d’états de la ville qui n’en sont pas la mémoire globale, mais celle des moments particuliers de fixation.

210En conséquence, il ne peut y avoir de questionnement global, valable pour une même ville, à tous moments.

211Quels questionnaires peut-on élaborer ? Des registres différents valent d’être au moins rapidement examinés.

212L’imprécision des rythmes archéologiques donne l’impression qu’ils s’accordent bien au temps long, celui de la structure de l’espace urbain. Les rythmes multiséculaires des modalités d’usage du sol qui reflètent non pas les conditions d’usage dont les variations nous échappent, mais la réalité matérielle que nous pouvons percevoir nous font cet effet, sûrement souvent trompeur, que nous savons identifier des phases. L’anonymat de la source lui confère un caractère structurel et objectif trompeur.

213En fait, ce sont les modifications que nous voyons le mieux de prime abord, (qui nous aveuglent ?). Nous pouvons établir les changements d’affectation du sol. Nous savons quand commence l’occupation, quand elle se termine, quand elle change radicalement alors que nous percevons mal les modifications de détail, ce qui est relativement statique, au point d’en sous-estimer l’importance.

214Par exemple, nous savons établir que l’occupation d’un site commence vers le milieu du 1er siècle ap. J.-C, par une maison à architecture de terre et de bois remplacée au début du 2e siècle selon un alignement différent par une nouvelle habitation de pierre qui subit des modifications internes à plusieurs reprises jusqu’à son abandon au milieu du 3e siècle, qu’après une phase d’abandon le site accueille une nécropole qui elle-même connaît deux phases principales etc. A quelle échelle ces informations sont-elles valides ? A celle de la ville considérée globalement, de la fabrique. Elles renseignent des phases majeures de début de l’occupation du site urbain, d’affectation du secteur à de l’habitat domestique, de rétraction urbaine, dans le système d’interprétation en vigueur.

215Pour que la même fouille documente réellement le fonctionnement, il faudra, en plus, que les structures archéologiques présentent des unités d’usage complètes, à la fois dans le temps et dans l’espace. Il faudra que les habitats successifs, maison principale et annexes soient accessibles, que la totalité des modifications soient perceptibles et lisibles, marquant les changements de relation d’une unité d’habitation à son environnement immédiat. C’est parfois le cas, mais il faudrait que de telles observations puissent être multipliées, qu’un seuil documentaire soit atteint pour que les comparaisons fouille à fouille vaillent. Pour autant, des informations à la marge sont souvent accessibles qui touchent, par exemple, à la pression foncière que représente la densification du bâti, ou les changements d’occupants que dénotent le changement du faciès de l’équipement.

216Si, par exemple, on observe au 3e-4e siècle, l’apparition de mobilier de tradition étrangère (céramique non tournée, éléments de vêtement de tradition “germanique”) on verra que pendant un temps une réoccupation aura été faite par des populations allogènes. Au premier chef cela documente le fonctionnement. La ville connaît une rupture dans son mode de fonctionnement immédiat. L’effet n’est pas sensible sur la structure urbaine, directement, positivement, concrètement. Des populations exogènes s’installent pour un laps de temps court à l’échelle du temps urbain. Leur présence n’a pas de postérité tangible. Sauf qu’il faut considérer, retour à la structure, que leur présence peut s’expliquer à deux extrêmes de l’interprétation soit parce que le site est déjà périphérique, socialement dégradé, soit qu’au contraire, c’est leur présence, même brève, qui marque pour longtemps la dévolution du secteur et le marque du sceau de périphérique. Par conséquent, cela affecte aussi, sans intention discernable, la fabrique. Il sera souvent impossible de trancher, mais les questions valent d’être posées en ces termes, et la documentation soumise à une double épreuve.

217C’est parce qu’il existe des relations dialectiques entre la fabrique, le fonctionnement, la décision, l’intention, l’absence de décision ou l’absence de projection des conséquences des décisions, les pesanteurs de la ville matérialisée qu’il faut parler de fabrique et de fonctionnement et qu’il est indispensable de reconsidérer la documentation existante sous ces deux aspects, pour progresser.

218On reste cependant dans deux modes distincts de mise en œuvre de la même information. A partir du moment où la documentation n’est ni homogène ni continue, il convient de faire la part de ce qui affecte temps long ou temps immédiat. On doit, par l’archéologie pouvoir s’assigner l’objectif de faire une histoire du temps long, de la structure, l’explication.

219On doit aussi se soumettre à l’idée que l’on ne comprendra que des bribes de la réalité vécue, à des moments où les hasards de la documentation le permettent. Pour autant, il faut s’efforcer de soumettre les informations matérielles à une lecture compréhensive. Toute activité sociale, ce qui ne signifie pas toute action, répond à une fin poursuivie. S’assigner pour objectif de saisir l’activité sociale dans laquelle s’inscrit une réalisation matérielle à son origine conduit à la considérer autrement qu’au travers du filtre du résultat obtenu : il n’y a pas de filiation naturelle entre basilique funéraire, monastère suburbain et bourg. Chaque moment marque un changement dans la structure de l’activité sociale, souvent documenté par les sources du terrain (architecture, stratification, mobilier) avant que les sources écrites n’en rendent compte.

220Peut-on discerner l’intention dans les sources archéologiques ? Le pas chronologique des sources matérielles semble nous assurer du contraire mais parce qu’on les met en regard des sources écrites. L’interdépendance des réalisations matérielles est tout aussi révélatrice que l’interdépendance des relations révélées par les sources écrites et le rythme de leurs structures respectives ne sont ni plus ni moins rapides, d’autant qu’elles doivent être elles-mêmes interdépendantes.

221Quelques exemples :

222Au tournant du 1er siècle, on remplace l’architecture domestique à structure de bois par de l’architecture pérenne. Il s’ensuit archéologiquement une diminution de la production de sol. L’effet archéologique est le suivant : à un rythme rapide au 1er siècle, vers 50-100, succède un rythme lent aux 2e et 3e siècles. Illusion ? On sent bien le changement de pratique vers 100, dans le temps court, on est en mesure de rechercher la fin poursuivie. On ne l’est plus après ? L’entretien, le maintien en l’état sont aussi susceptibles de révéler d’autres fins.

223Que l’on se mette, au Bas Empire, à construire des castra urbains, à inhumer autour de basiliques funéraires, à réhabiliter des manières d’habiter absentes pendant trois siècles, est révélateur d’intentions diverses et contradictoires dont il n’est pas prioritaire, pour progresser dans la connaissance de l’intention, de savoir la date individuelle exacte, sauf à vouloir dresser une chronique. Ces événements se passent au 4e ou au 5e siècle. Les sources écrites n’en rendent pas compte, ou tardivement et partiellement (Grégoire).

224Transportons-nous quatre ou cinq cents ans plus tard. On se met à construire des castra suburbains, à inhumer au milieu des vivants, à utiliser de nouvelles façons de construire faisant de nouveau appel à la pierre, à échanger des terres, à battre monnaie, et les sources écrites réapparaissent, rendent compte de façon discursive ou allusive de certains de ces phénomènes, en passent d’autres sous silence. Existent des repères chronologiques répétés dans certains domaines, du fait de l’existence de fonds documentaires particuliers dont on sait qu’ils n’ont pas de valeur globale. A Tours le primat de Saint-Martin lié à l’action des Robertiens, puis de Saint-Julien lié à l’action d’un évêque, et en contrepoint le silence quasi absolu de l’évêque et du chapitre cathédral, posent un problème insoluble, tout comme l’apparition tardive (fin 11e-12e, quand ce n’est pas 13e s.) des paroisses dans les sources écrites.

225Que faire ? Reconnaître aux sources écrites une vertu révélatrice de l’activité sociale ? Présupposer, comme nous le faisons, qu’il n’y a pas de hasard et que, si l’évêché est muet, c’est qu’il est inerte ? Certes la réapparition des sources écrites est une dimension nouvelle de l’urbain. Ce n’en est qu’une des dimensions, parmi d’autres, et comme telle il faut lui trouver sa place, toute sa place et rien de plus, ce qui n’est pas chose aisée.

226Dans le cas précis de l’évêque et du chapitre canonial, on doit être placé devant une lacune documentaire. C’est donc reconnaître que l’on est dans l’impossibilité de travailler à l’échelle de la ville, quand on examine le rôle des communautés et des institutions, du 9e au 12e siècle. Dont acte.

227L’intention que l’on décèle, à Saint-Martin, à Saint-Julien, dans les textes, est-elle archéologiquement perceptible ? Là, sources écrites et planimétriques s’épaulent, les sources archéologiques sont utiles à la marge. Le cas est exceptionnel, il faut en tirer tout le parti possible, mais accepter aussi qu’il ne soit pas érigeable en modèle méthodologique. Ce n’est pas de la ville que l’on traite mais de Saint-Martin et de Saint-Julien, nuance.

228La norme documentaire, c’est celle du 4e-5e siècle évoquée ci-dessus. Les pas archéologiques, à leur échelle séculaire ou bi-séculaire, imposent à la fois des thèmes de recherche et une distance aux sources écrites. On doit pouvoir s’assigner pour objectif de comprendre ce que fut l’intention du constructeur d’une enceinte, d’une basilique funéraire, du choix du lieu de son inhumation par Martin ou par son entourage, de l’abandon de l’entretien du fossé défensif de la cité, ou de la voie qui mène de la cathédrale à Saint-Martin, pour peu que l’on tienne à l’écart ce que devinrent par la suite l’enceinte, la basilique, la tombe de Martin, le fossé, la voie et que l’on convienne que la datation est contingente, toutes proportions gardées.

229Nous ne sommes pas, comme archéologues, dans le flux de l’histoire économique et sociale urbaine. Nous sommes dans le flux d’une autre histoire qui est celle de la relation d’une société à son espace, laquelle est faite d’autres mouvements dont certains sont brefs, d’autres interminables. Les sources écrites doivent prendre toute leur place dans ce mouvement, pas lui en substituer ou lui en imposer un autre qui est celui de leur propre logique de production.

230Au départ de l’étude, il faut procéder à cette distinction. Plus tard, dans la confrontation de la réalité urbaine à l’état du monde, il sera nécessaire de considérer la logique propre des sources en elle-même, comme un des révélateurs de l’état du monde.

231Reconnaissons, par exemple, qu’il n’y a pas de contribution archéologique à la création de la paroisse urbaine, que c’est par un autre angle que l’on s’attaque archéologiquement à cette question : dans les modalités du passage de la nécropole au cimetière. La paroisse n’est pas une question archéologique, le cimetière, oui. Les études respectives ne sont pas cumulables. Elles traitent de choses trop différentes pour que l’on additionne une sépulture et une mention.

232S’il est imaginable, pour les 4e et 5e siècles, de constituer un mode de mise en œuvre de la documentation qui laisse les sources écrites à leur place, comment procéder de même aux 9e-10e siècles, par exemple, quand ces dernières se multiplient, attestent ce que l’on qualifie de reprise de l’activité ? Un exemple précis de désinformation archéologique éclairera le propos : A partir de la céramique, nul n’est en mesure de dire si telles structures d’un site archéologique sont datables d’avant ou d’après 853 (début des incursions normandes), d’avant ou d’après 903 (fin des susdites à Tours). Le pas archéologique aujourd’hui est 9e-10e, ou 10e-11e siècles. C’est dire que nous sommes dans l’incapacité d’établir si une occupation particulière observée archéologiquement précède de peu les incursions, leur est contemporaine ou encore postérieure. Nous sommes dans l’incapacité de nous positionner par rapport à cet événement majeur. Or, nous le faisons sans cesse, bien qu’il n’y ait pas de corrélation possible entre les sources écrites et les sources archéologiques. Au nom de la vraisemblance, le creusement d’un fossé défensif daté 9e-10e siècle par la céramique trouve “naturellement” sa place entre 866 et 877 puisque les annales de Saint-Bertin rapportent que Charles le Chauve ordonna en 866 que les fortifications de plusieurs cités, dont Tours, soient restaurées et qu’en 877 les chanoines de Saint-Martin intégrèrent le castrum avec le corps de leur patron. Or, rien ne permet d’assujettir les deux propositions, rien ne prouve que remise en défense signifie creusement immédiat d’un fossé etc.

233La recherche de l’intention s’en trouve-t-elle amoindrie ? Certainement si l’on s’assigne pour objectif de faire entrer dans la même boîte les informations d’origines diverses, au seul motif qu’il n’est pas invraisemblable qu’elles soient contemporaines. C’est en agissant de la sorte que l’on subordonne les informations archéologiques à celles de l’écrit, que l’on se donne l’illusion que les dernières guident les premières, et qu’enfin, en conséquence on détourne l’archéologie de son rôle.

234Si le creusement du fossé évoqué plus haut ne peut être attribué plus précisément qu’au 9e ou au 10e siècle, plusieurs hypothèses doivent être retenues : celle d’une réponse immédiate au danger, celle d’une réponse différée mais aussi une autre valeur qui a peu à voir avec le système défensif, par exemple à des fins d’assainissement.

235De quelque origine qu’elles soient, les sources écrites appliquées à l’espace urbain valent à des échelles différentes et incompatibles. Des termes génériques correspondent à l’échelle de la ville, dans son ensemble, comme tout ou parties. Aux 9e et 10e siècles, civitas, castrum, burgus, suburbium, désignent, de façon changeante, des entités constitutives ou englobantes. Une domus dans le suburbium, une arca dans la civitas relèvent d’une autre catégorie sans rapport avec la première à deux titres. Dans le premier cas, on est à peu près assuré, toutes sources confondues, de parvenir à faire le tour des réalités spatio-juridiques auxquelles se réfèrent les spécialistes contemporains du droit, et dans lesquelles il reste d’ailleurs à prouver que s’organise réellement la vie des habitants. Dans le deuxième, les mentions relèvent de l’anecdote par leur rareté, leur occurrence accidentelle dans la documentation. Les secondes sont utiles à un autre niveau qui est celui des pratiques urbaines. Pour autant, une maison ne vaut pas pour les maisons, une boutique pour les boutiques si leur signification ne réside pas dans leur présence mais dans leur interdépendance.

236L’émergence des termes qui marquent l’activité individuelle des habitants devient un révélateur générique du changement qui s’opère à un moment en ville quand, à côté des communautés et institutions traditionnelles, apparaissent quelques individualités. Pour autant, là encore, la lecture directe des sources, dans le temps long, est impossible. Au 6e siècle, les sources ne nous font pas connaître ces individus autrement que dans des récits à vertu pédagogique ; au 10e, ils apparaissent dans les actes de la pratique. Il faut résister à la tentation de considérer comme établie l’absence d’habitants aux 6e-9e siècles, postuler que les actes peuvent surtout refléter un changement dans les pratiques urbaines, ou dans l’expression des rapports sociaux. La conséquence est que ce type d’information vaut essentiellement pour la compréhension, que l’argument ex nihilo qui tendrait à accréditer des situations distinctes, entre une phase sans habitants actifs et celle avec des habitants actifs, n’est pas recevable. Sur la base de cet exemple, mon propos est de démontrer que les sources écrites, quand ramenées à l’urbain, doivent être soumises à une identification du domaine strict de leur pertinence avant d’être mises en œuvre.

237Ces habitants des siècles muets, si on les imagine en position intermédiaire dans la hiérarchie sociale, artisans ou petits marchands, appartenant à ce groupe qui n’existe pas dans les textes, peut-on attendre de l’archéologie qu’elle les révèle, donc qu’elle permette de poser le problème de la comparaison des deux modalités de l’activité individuelle que n’autorisent pas les sources écrites ?

238Oui et non. Les structures archéologiques, les découvertes mobilières peuvent attester la présence d’artisans, de marchands, peuvent même donner un aperçu de leur zone d’activité. Le volume de cette activité restera une inconnue parce que les rythmes distinguables archéologiquement ne permettent pas de mesurer une activité annuelle ou même décennale. On verra des modifications, par exemple, dans l’âge d’abattage des animaux et les conditions qui prévalaient pour l’approvisionnement en viande ovine. On pourra proposer des interprétations sur la relation entre la production de laine et celle de viande en fonction des âges d’abattage. Mais cela à un rythme au moins séculaire.

239On ne verra jamais archéologiquement si ces hommes, artisans ou marchands, sont attachés à un monastère ou s’ils sont libres, les conditions d’exercice de leur profession, si c’en est une. On ne verra jamais, à l’échelle de la ville, la zone qu’ils desservent.

240Y a-t-il une lecture archéologique des sources écrites ? une lecture d’archéologue ? l’idée de subordination des sources à une source première ne contient pas plus que ce que la réponse positive indique. Les questions posées n’ont pas à être strictement archéologiques, c’est-à-dire centrées sur les seuls vestiges meubles et immeubles, ce qui n’aurait pas grand sens.

241N’est pas postulée non plus une vérité du sol plus grande que celle de l’écrit ou de la morphologie. Un changement des relations, oui.

242Le parti d’accorder au sol la place privilégiée signifie que les autres sources ne sont sollicitées que lorsque leur propos s’accorde à celui que le sol permet de développer, ce qui ne signifie pas, pour les sources, être en accord mais être dans des logiques interdépendantes. Les contradictions sont faites pour être soulignées. J’ai essayé de montrer ailleurs comment au 6e siècle, l’archéologie, Grégoire et les sources administratives étaient inconciliables dans l’image que chaque source livre de Tours. Il n’y a pas lieu d’essayer de brosser une image globale puisque le réel est inépuisable. Il y a lieu de constater que différentes logiques sont à l’œuvre, tirer la conclusion méthodologique que l’une, qui est inopérante pour la question posée, doit à ce titre être écartée, là et alors : celle qui présente la ville comme un continu dans des cadres administratifs.

243Dans ce propos sur la ville et l’espace urbain, la vertu essentielle prêtée aux sources archéologiques est leur caractère ponctuel. C’est parce qu’elles sont locales et rien d’autre qu’elles donnent sa valeur à l’entrée par l’espace. De cela on est assuré. Ce doit être la seule chose irréfutable. Cette qualité permet de leur conférer le statut de pivot. Quand Grégoire, Alcuin, Téotolon ou Robert parlent de Tours, agissent à Tours, quand sont-ils sujets, quand sont-ils agents ? Où se situe la frontière entre l’évêque et l’historien, l’homme d’une famille de l’élite et l’historien chez Grégoire ? Entre le moine, l’abbé de Saint-Martin et l’homme de l’entourage de Charlemagne chez Alcuin ? Entre le Téotolon doyen de Saint-Martin et le même, de retour comme évêque après quelques années à Cluny, quelles transformations ? Entre Robert comte et Robert abbé laïc ?

244Malheureusement, il ne suffit pas de lire les historiens et d’importer leurs conclusions, comme facteur d’explication ou de compréhension. Il faut déconstruire leur discours et le biais introduit par leur problématique, reconstruire un autre discours et introduire le biais d’une autre problématique. Combien de discours archéologiques sont fondés sur des bases discutables au regard du problème posé ?

245Ce n’est pas une mince affaire que de rapporter l’action de Grégoire, d’Alcuin, de Téotolon ou de Robert à Tours, d’essayer de distinguer les influences locales - celles de l’interdépendance de leur action avec celles des actions conduites par leurs contemporains, des influences extérieures - l’influence de leur culture, celle de leur milieu, leur état du monde, et de postuler l’interaction de ces niveaux d’influence sur l’inscription de leur action dans la réalité, sur les conditions de leurs réalisations, pour espérer comprendre la signification de ces dernières.

  • 39 La topographie chrétienne des cités de la Gaule, des origines au milieu du Ville siècle. Série. 10 (...)

246Par exemple, pour comprendre Grégoire, les travaux de la Topographie chrétienn39 sont d’une aide sans égale, pour certaines questions. Pour toutes les cités de Gaule, elle offre un panorama de ce que Grégoire a pu connaître, de ce que ses pairs ont réalisé ailleurs, aide à comprendre en quoi il est agent, en quoi il est sujet. Les relatives imprécisions documentaires locales s’annulent devant le nombre. On peut en inférer, avec un risque d’erreur tolérable, le degré de déformation que son parti fait subir à la réalité, les préoccupations du milieu dans lequel il inscrit ses actes. La conclusion n’en demeure pas moins que sa contribution est réductrice et déformante, au regard de ce qui constitue Tours du 4e au 6e siècle. Son témoignage ne saurait constituer la base sur laquelle reconstituer la réalité de la ville du 6e siècle.

247Ainsi, le pèlerinage sur la tombe de Martin, comme phénomène mesurable, ne retient pas son attention toute concentrée sur la vertu du saint. Il n’empêche que Luce Pietri a pu évaluer l’importance de ce pèlerinage, montrer qu’il couvrait toute l’année, que l’on venait à Tours de loin. Dans une autre perspective, ce phénomène permet de construire une autre problématique, malgré l’absence totale de sources directes, laquelle concerne l’auto-fonctionnement de la promotion épiscopale du saint. Assurer l’accueil permanent de pèlerins, c’est se mettre en position de répondre douze mois par an aux nécessités de l’approvisionnement. C’est obligatoirement mettre sur pied un système de gestion des ressources qui les rend disponibles à tout moment. C’est obligatoirement dégager des surplus mais ce n’est pas, pour autant, entrer nécessairement dans une logique de gestion économique (financière et marchande) de ces surplus. C’est au dégagement de surplus que s’interrompt la chaîne d’inférences : il y a à Saint-Martin une population spécialisée qui est entretenue sur des revenus que l’évêque décide de lui affecter, relayé par des laïcs, et des pèlerins que l’on est en mesure de loger et de nourrir. Pour l’auto-fonctionnement martinien et sa place dans la fabrique de la ville, cette information sans source est prépondérante. La tentation infondée, jusqu’à plus ample informé, d’y voir, dans une perspective finaliste ou évolutionniste, le stade proto-quelque chose du développement urbain doit être combattue. Il est possible, vraisemblable même, que les conditions réunies là formèrent le socle d’un autre mode de fonctionnement quelques décennies, un siècle ou un siècle et demi plus tard. Il est préférable de postuler que Grégoire, pas plus que ses clercs, ne s’y préparaient : leur fin n’était pas là. En adoptant ce mode de raisonnement, les très faibles indications des sources écrites permettent de dresser des états de Saint-Martin et d’autres acteurs, à différents moments. Il est possible d’extrapoler, à partir des mentions qui attestent à plusieurs reprises la présence de deux cents chanoines à l’époque carolingienne, possible de prendre en considération et l’état du monde et l’état de la ville, de spatialiser ces informations et de travailler sur les relations à l’espace. Quelques précautions doivent être prises sur les échelles de temps pertinentes, les échelles spatiales adéquates, mais les conditions de fabrique et les modalités de fonctionnement de l’espace urbain s’en trouvent profondément modifiées, documentées à un degré insoupçonné lors de la mise en œuvre unilatérale des sources, exclusivement fonctionnelle et finaliste.

248Ce serait donc un paradoxe de prétendre que les sources sont inconciliables ? Il y a une pratique archéologique des sources qui trouve son origine dans le primat accordé à la matérialité des informations et qui, donc, tend à leur spatialisation. Je me suis attaché à essayer de convaincre que des informations a priori sans incidence spatiale en avaient une. Ce principe de spatialisation des informations conduit à s’éloigner des temporalités des sources écrites, à considérer que leur mode de production les entache d’une actualité préjudiciable. En poussant cette logique à son terme et quelque excessive que soit cette distinction : les sources archéologiques sont en position de domination dans la fabrique, les sources écrites le sont dans le fonctionnement.

249Leur complémentarité reste pourtant souvent illusoire et sans objet réel, trop souvent illustrative dans un propos où une source n’a pas besoin de la présence de l’autre pour être démonstrative. La réalité matérielle des faits qui va si bien à l’archéologie est hors de propos, les historiens des phénomènes urbains l’ont depuis fort longtemps démontré dans leurs publications qui ne s’embarrassent pas de représentations matérielles. A ce niveau-là la complémentarité ne sert de rien que d’illustration.

250Complémentaires, elles le sont quand chaque source, vis-à-vis de ses voisines, joue un rôle de garde-fou. Il y a des raisonnement tentateurs en archéologie auxquels les sources écrites imposent une barrière et vice versa. Par exemple si l’on en revient à l’exemple du pèlerinage à Saint-Martin au 6e siècle, l’archéologie interdit de voir une agglomération dense auprès de la basilique. Quand les auteurs contemporains érigent Tours en ville sainte dans leur discours littéraire contemporain, ils ne se réfèrent pas à la matérialité de la ville, l’archéologie le démontre.

251Que dire d’un cas attesté par l’une, absent de l’autre, alors qu’il relève du domaine de compétence habituel de cette dernière ? Un exemple : par l’archéologie, on a démontré que le comte d’Anjou, entre 1044 et 1068, au moment de l’annexion de la Touraine à son comté, a construit dans la cité une résidence massive, considérable morceau d’architecture, d’où tout faisait savoir qu’il gouvernait la Touraine avec son prévôt, dont on connaît le nom des trois premiers titulaires de la charge. Voilà un lieu d’exercice du pouvoir comme on les apprécie : daté, identifié, représentatif, sans la moindre hésitation possible, d’un de ces détenteurs de la puissance publique dont les textes spécifient les prérogatives. Le terme aula, palatium, domus, domicilium, turris, que sais-je ? Qui attesterait l’exercice localisé du pouvoir dans les textes du 11e siècle ? Dans les actes de la pratique ? Jamais ! Dans les chroniques de la Maison d’Anjou ? Jamais ! Complémentaires, les sources ?

252Complémentaires, à coup sûr, lorsque que l’on a surmonté sans équivoque ce que leurs logiques respectives, et qui sont multiples, impliquent, que l’on a pu accorder leurs échelles de temps et d’espace. En deçà, on risque d’en rester au simple confortement documentaire, à l’addition des briques et des statuts.

253La lecture morphologique des sources planimétriques entretient des relations compliquées avec les sources précédentes, en ce qu’elle se fonde, presque toujours, sur une documentation que sa nature rend hypothétique. Si un four du terrain peut être interprété comme un atelier, un rempart un castrum, le castrum la civitas des sources dans une chaîne d’inférences directes, un trait sur un plan, lui, est un relevé du 17e, du 18e ou du 19e siècle, et le reste. Il y a entre cinq cents et quinze cents ans d’écart entre cette source-là et les phénomènes étudiés.

254Passé ce que le plan indique de la topographie classique (voirie, défenses, édifices publics, etc.), on peut attendre deux catégories principales d’informations de l’analyse morphologique. La première porte sur des opérations d’urbanisme ponctuelles, à la fois dans le temps et l’espace (lotissements, etc.) entrant comme éléments constitutifs dans la ville, ou sur des unités fonctionnelles liées à des usages spécifiques de l’espace, lisibles comme des unités de plan (quartiers canoniaux, aménagements de rives). La deuxième, à l’échelle de l’espace urbain entier, porte sur des lignes de forces qui peuvent être homogènes lorsqu’une orientation domine l’organisation du parcellaire, hétérogènes lorsque plusieurs orientations sont en concurrence, lisibles comme autant de trames qui renvoient à des organisations concurrentes ou successives, volontaires ou spontanées.

255Les unités de plan révèlent aussi bien des organisations de longue durée, par exemple un quartier canonial, un secteur artisanal, qu’une entreprise brève, d’ordre urbanistique accompagnée d’un plan pré-établi. D’une organisation de longue durée, la morphologie révèle le résultat du processus. D’une opération ponctuelle, elle tend à faire prendre le résultat pour l’origine : la lecture, sur un plan du 18e siècle, d’une opération du 12e siècle montre un découpage parcellaire dont il faut prouver qu’il correspond à un lotissement dès l’origine. L’existence d’un plan de voirie préétabli n’atteste pas que le mode d’occupation des îlots, que le plan révèle, ait accompagné la mise en place de la voirie. Les trames urbaines, traces fossilisées dans le découpage parcellaire, révèlent l’inertie opposée aux entreprises des habitants par l’existant ou par la structure urbaine.

  • 40 Ce qui est vrai de la plupart des archéologues l’est tout autant de la plupart des historiens dans (...)

256Le reproche majeur que nous pourrions nous adresser à nous-mêmes est de sous-estimer la logique des sources qui nous sont moins familières et de croire qu’il nous est loisible d’importer des informations brutes d’autres champs documentaires sans le soumettre à une critique préalable serrée dans le registre où elles nous sont utile, et celui-là seul.40

257Dans la pratique du terrain, on voit très bien, au fil du temps, des phases d’activité qui traduisent une dévolution incertaine de l’espace ou d’espaces particuliers. Par exemple, le 1er siècle ap. J.-C, comme les 10e- 11e siècles, ont en commun la mise en place d’architectures qui, archéologiquement, apparaissent provisoires, en ce qu’elles durent peu de temps à l’échelle du temps urbain, qu’elles sont remplacées par des constructions en dur qui, elles, fixent pour longtemps le paysage, souvent selon une organisation différente de celle qui prévalait au départ. Les activités constructrices premières s’accompagnent d’une production de sol importante dont rendent compte les stratifications. Les phases de fixation engendrent, au contraire, un ralentissement très marqué de la production de sol. L’exhaussement se ralentit alors considérablement. La documentation change de nature, l’architecture prend la place de la stratification.

258Dans le plan, pour l’essentiel le cadastre ancien, document fiscal que nous détournons de son objet pour lui donner le statut d’enregistreur, ces phases sont absentes. Le plan réifie la ville et la méthode régressive surévalue les éléments stables et récents, au détriment des phases discrètes ou anciennes.

DÉSINFORMATION

259Sources écrites, archéologiques, planimétriques sont utilisées de façon conjointe pour démontrer le “déclin urbain” du haut Moyen Age. Les sources écrites montrent la seule Eglise comme acteur ; les sources planimétriques, réduites à la topographie défensive et religieuse, confortent l’idée d’une ville siège des autorités civiles et ecclésiastiques ; l’archéologie emboîte le pas : entre la fin du Haut Empire et la reprise médiévale, mis à part les nécropoles, les monuments religieux, les remparts, le reste est abandon, vide marqué par des terres noires.

260Il y a là un système d’auto-alimentation et de confortement mutuel de la théorie officielle par les sources, où la contribution archéologique et morphologique est, d’emblée, subordonnée au vrai des sources écrites : puisque dans l’Antiquité et au Moyen Age les sources écrites documentent la ville, leur silence au haut Moyen Age signifie qu’il n’y a pas de ville. Par ailleurs puisque l’urbain véritable est complexe, et que l’on sait que la complexité nécessite de l’écrit, la preuve est administrée.

261Donc les archéologues se débarrassent de terres noires non stratifiées qui sont interprétées avant d’être fouillées : niveaux d’abandon, de mise en culture, elles révèlent la ruralisation du milieu urbain. Dans les comptes rendus de fouilles, on observe le linéaire suivant : une occupation complexe au Haut Empire se poursuivant plus ou moins au Bas Empire puis un abandon du site, où ne se trouvent que quelques fosses à déchets, jusqu’à une reprise de l’occupation complexe au Moyen Age. Le système interprétatif s’auto-alimente, se conforte fouille après fouille. Les quelques fosses livrent l’impression trompeuse d’une véritable appréhension archéologique des modalités de l’occupation, ce qui est faux.

262Les pratiques archéologiques télécommandées conduisent ainsi à une falsification de la documentation existante qui est négligée. Des expériences de fouille conduites en Angleterre et en France, il ressort que le mode de constitution des terres noires en milieu urbain est varié. Mise en culture, certes mais pas exclusivement. Des manières d’habiter, de construire qui font appel aux matériaux organiques, végétaux de toutes sortes, contribuent à produire de la terre noire. La faible durée des constructions à architecture de bois, l’utilisation du chaume ou de roseaux en couverture, les phénomènes post-dépositionnels engendrés par la décomposition de ces matériaux, dont des phénomènes de bioturbation largement sous-évalués, tout invite à prêter une attention particulière à ces terres noires qui échappent à notre appréhension, du fait de l’inadéquation de nos techniques de fouille et surtout de nos problématiques historiques.

263Or, plutôt que de changer nos questionnements, pour des raisons multiples, nous préférons coller au modèle interprétatif en vigueur. Il faut poser, comme hypothèse de travail, un changement culturel profond, la présence de populations extérieures, migrantes, que parfois les nécropoles révèlent et que les textes ignorent, ou encore une résurgence d’usages refoulés pendant la paix romaine. Une ville à population mixte gallo-romaine, puis gallo-franque dans ses élites mais aussi des petites gens, peut-être en nombre, dont la présence, l’installation ont pu avoir un impact réel sur le mode de fonctionnement de la ville et, à terme, sur sa fabrique. Des concepts exclusifs comme le déclin, la dégradation, la désurbanisation, la ruralisation ne sont pas de mise ici. Certains sont inadaptés, d’autres faux. Ils sont aussi paralysants.

264Dans cette société où de multiples composantes poursuivent leurs fins diverses, l’une parle, les autres pas. Il ne faut pas exclure que la composante qui s’exprime, par ses textes mais aussi par ses monuments, ne soit pas le seul acteur de l’urbain haut médiéval, que la réciprocité de l’acculturation soit plus marquée que ce que les sources disponibles laissent entendre.

265La véritable source de cette pratique de l’histoire, c’est l’espace, ce qui conduit à considérer les éléments d’information présents dans les diverses sources comme des attributs, des variables de la réalité spatialisée. Les notions de sources complémentaires, contradictoires, au niveau de la première confrontation des analyses internes importent peu puisque la reconstruction de la réalité se situe à un niveau qui, lui, doit prendre en considération les contradictions du réel. Que l’existence d’un pèlerinage, donc d’une population stable, soit établie par les sources écrites, que l’existence de cette population ne puisse être établie archéologiquement n’est contradictoire qu’au niveau immédiatement factuel mais est à relativiser aux différentes échelles d’analyse de l’espace urbain. C’est, à son tour, cet espace reconstruit, avec ses contradictions, qui devient le niveau de source utile pour étudier fabrique et fonctionnement.

CHOIX ET BIAIS

266Pour Tours, la majeure partie du raisonnement archéologique est fondé sur la documentation élaborée entre 1969 et 1988 dans le cadre d’un programme qui compte une douzaine de fouilles systématiques auxquelles s’ajoutent de nombreuses observations plus limitées. Cette documentation présente les garanties d’une constitution visant à sa cohérence interne, avec, d’un bout à l’autre du programme, des préoccupations constantes, sans remise en cause majeure. Les objectifs ont toujours été dans l’ordre décroissant d’attention : 1. la prise en considération de la totalité des phases d’occupation du site fouillé ; 2. la définition des dévolutions successives du site ; 3. la caractérisation des modalités successives d’utilisation du site ; 4. l’examen détaillé du fonctionnement des structures archéologiques.

267Ce qui a été déterminant est le choix d’implantation des fouilles, à l’échelle de la ville. Il a été marqué par l’option finaliste et évolutionniste qui prévalait au départ. En vue d’expliquer le résultat connu, celui que révèle le cadastre du 19e siècle, en connaissance des moteurs principaux censés animer l’évolution urbaine, il était possible de prêter à des sites l’une et/ou l’autre des qualités suivantes : représentativité ou rôle générateur. Représentatives de l’exercice de la puissance publique, du Bas Empire à l’époque moderne, la fouille de l’angle nord-ouest du castrum du Bas Empire avec la résidence des comtes d’Anjou et le château médiéval, la fouille du système défensif de la cité. Représentative du rôle d’une grande abbaye, la fouille de Saint-Martin, de celui d’églises paroissiales, les fouilles de Saint-Pierre-le-Puellier, Saint-Clément, Saint-Pierre-du-Chardonnet. En même temps, puisque l’objet principal de la recherche était l’explication de l’évolution de la ville depuis les origines, toutes périodes confondues, il était prêté à ces sites un statut d’estimateur du caractère générateur du type qu’ils représentaient individuellement, dans la formation de l’espace urbain, à tel ou tel moment. C’est pourquoi il importait moins de fouiller la basilique de Saint-Martin ou l’église Saint-Pierre-le-Puellier que leurs abords immédiats.

268Pour mieux mesurer l’effet structurant des éléments majeurs du développement urbain, fut introduite, à partir de 1975, la notion de site anonyme, destinée à dégager la documentation archéologique en cours de constitution du primat des sources écrites. Six fouilles furent implantées selon ce critère, en des lieux divers de la ville.

269La double position adoptée, l’une vers les sites considéré alors comme majeurs, l’autre vers les sites anonymes rend aujourd’hui la documentation susceptible de révision, à condition de relativiser leurs apports respectifs, de ne pas les considérer comme des échantillons.

LA DOUBLE ÉPREUVE

270Si l’on retient les deux questions du fonctionnement et de la fabrique, si l’on accepte les propositions ci-dessus selon lesquelles l’espace produit et modifié par une société ne résulte pas d’un projet cohérent et suivi de la part des individus qui constituent cet ensemble que l’on dénomme société, par commodité de langage mais qui ne fonctionne pas comme moteur pour les contemporains, il ressort que les questions que nous posons, les problèmes historiques que nous affrontons, les rythmes que nous adoptons ne correspondent qu’imparfaitement aux enjeux auxquels nous pouvons nous confronter comme archéologues.

271Il s’ensuit que la question essentielle à résoudre est celle de la relation, d’ordre dialectique, entre le processus à l’œuvre et les fins poursuivies, la façon dont l’activité sociale engendre de l’immédiat et de la structure, selon les règles de fonctionnement qui lui sont propres.

272Le statut des diverses sources, leur valeur informative donc, s’en trouvent légèrement modifiés. S’il est possible d’établir que les chanoines de Saint-Martin au début du 10e siècle ont une activité orientée de façon exclusive vers l’auto-fonctionnement de leur monastère, ce qui retentit au-delà des limites du claustrum, que leur activité pour être orientée économiquement n’en est pas pour autant une activité économique, au sens où le terme économique recouvrirait une activité orientée vers le dégagement de surplus commercialisables entrant dans un système marchand, alors s’impose et se justifie la nécessité de prendre en considération, dans le dossier de textes, la signification du non-dit. La faiblesse des préoccupations économiques directes, l’organisation des relations centre-périphérie montrent que cette composante de la société tourangelle, au moins, fonctionne dans un système d’auto-approvisionnement. Les notations incidentes dans les actes, mentionnant droit de battre monnaie, bateaux etc., généralement lues comme des estimateurs de l’activité économique sont détournées de leurs sens dans une telle interprétation. Elles ne forment pas un ensemble cohérent donnant prise à interprétation : souligner leur faiblesse, en termes économiques ou au contraire, insister sur leur apparition et conclure à une économie émergente constituent des contresens, des spéculations sans fondement, car c’est les utiliser à contre emploi. Ces informations n’ont pas de signification économique dans le domaine de la compréhension. Elles relèvent d’un autre registre, celui d’une activité sociale orientée de façon traditionnelle.

273Au même moment, le début du 10e siècle, en se référant à l’ensemble de la documentation archéologique, et toujours dans la même optique du fonctionnement, il sera vraisemblablement aisé, cela reste encore à prouver, de montrer que le mobilier livré par les fouilles ne révèle pas de spécificités dans l’approvisionnement, selon que l’on est ici où là à Tours, dans la cité, à Saint-Martin ou ailleurs dans la ville. Par exemple, il n’y a pas de production céramique propre au monastère de Saint-Martin destinée à couvrir les besoins en matière d’équipement domestique. Le ravitaillement se fait à une échelle autre, dans des conditions qui nous échappent. Que Saint-Martin s’approvisionne ailleurs qu’en son système ou qu’il approvisionne la ville, peu importe ici : on est là dans un système d’échange, peut-être même de commerce, existant simultanément avec l’auto-fonctionnement du monastère. Il est indispensable pour progresser, de faire la part de la dimension économique des activités, de comprendre ce système de ravitaillement. De confronter fonctionnement et auto-fonctionnement.

274Ces deux exemples contradictoires selon la source interrogée me semblent plaider en faveur de la nécessité d’une définition plus claire des questions que l’on pose. La question du fonctionnement n’est le propre ni de l’historien des textes, ni de l’archéologue. Sa base spatiale réduit le champ des informations utiles, tant dans les textes que dans les documents matériels. Dans l’analyse, il n’y a pas lieu de synthétiser les informations dans une confrontation artificielle, à partir de considérations externes à la situation examinée. L’objet de l’étude n’est ici ni Saint-Martin, ni l’approvisionnement céramique, ni le développement de l’économie urbaine. Dans la réalité empirique, les informations n’ont que peu de chances d’être convergentes. Que les chanoines de Saint-Martin déclarent et veuillent agir à une fin qui leur est propre ne les empêche pas d’entretenir, dans certains secteurs, des liens avec la société locale.

275La distance entre la pratique des chanoines et cette autre composante de la réalité qu’est l’approvisionnement est un des éléments qui définissent la configuration de l’interdépendance des fonctions chez les habitants de Tours au début du 10e siècle. Cette distance n’a d’intérêt qu’en ce qu’elle montre que le projet martinien, qui dépasse l’ordre du discours puisque l’on en voit la mise en application, n’est pas un projet global : ce dernier procure aux chanoines un territoire qui leur est propre, soustrait aux interventions extérieures, il conforte l’auto-fonctionnement de l’ensemble, mais ne le soustrait pas dans tous les domaines des préoccupations. Certaines sont partagées avec d’autres au même moment.

276Dans le fonctionnement urbain, c’est moins le degré absolu d’autarcie de Saint-Martin qui est en jeu que la connaissance de la position relative du monastère, appréhendable par les textes et par certains mobiliers archéologiques :

  • dans quels domaines, l’activité peut-elle être qualifiée d’autarcique ? Qui est en jeu : le chapitre seul ? Aussi la familia du monastère ? Encore les laïcs du castrum ? Et ceux du suburbium ? etc.
  • Quelle comparaison peut être faite avec les positions des autres communautés religieuses comme Saint-Julien ou le chapitre cathédral ?
  • Quels sont les domaines où Saint-Martin, puis Saint-Julien, etc., ne se distinguent pas du reste de la ville ?

277Si, au 10e siècle, on peut s’interroger sur le mode de fonctionnement des communautés de Saint-Martin et de Saint-Julien, qui semblent comparables, au 12e siècle, au vu du résultat observable, il apparaît indubitable que, dans l’intervalle, les deux communautés ont divergé dans leur relation au monde. C’est une question qui vaut d’être examinée dans le détail, parce qu’elle a influé de façon marquante sur la fabrique de la structure urbaine, jusqu’à nos jours. Parmi les raisons du phénomène, sont très vraisemblablement à comprendre les options distinctes entre moines et chanoines entre 950 et 1050.

278Si maintenant, l’on quitte le domaine du fonctionnement pour aborder celui de la fabrique, substituant explication à compréhension, la mise en œuvre des mêmes sources est autre, orientée différemment. Pour rendre raison de la configuration de Tours, par exemple au 12e siècle, il faut alors placer la documentation du 10e siècle en position dynamique.

279Le projet martinien du 10e siècle a des conséquences imprévues par ses promoteurs. Les gens de Saint-Martin ont créé, depuis longtemps, les conditions objectives d’un développement qui, en grande partie, leur échappe alors. Les luttes, pour leur émancipation, des quelques boni viri que l’on voit à l’œuvre au 12e siècle en témoignent. Cette nouvelle configuration, qui nécessite sa propre analyse compréhensive comme “sociation”, hors de propos ici, constitue aussi, dans le domaine de l’explication, le résultat d’un processus dont on peut, à titre d’exemple, relever les éléments d’appréciation dans les sources du 10e siècle. Ici, les éléments écartés ci-dessus, bateaux, monnaies etc., prennent leur sens. Ils témoignent, dans une perspective dynamique, des éléments objectifs sur lesquels se fonde la transformation de l’économie martinienne.

280C’est ce que l’on qualifie de stade proto-quelque chose. Cette protohistoire du développement économique, à laquelle nous sommes attachés, n’a, à la rigueur, de pertinence que dans le domaine de l’explication, par commodité. Pour ma part, je la considère réductrice, parce que finaliste et, quand exportée dans le domaine de la compréhension, inacceptable.

281Il faut, dans cette analyse, raisonner en termes de territoires plutôt que d’espaces ou de pratiques spatiales. Ce qui importe ici est la façon dont a été transformée, ou est en cours de transformation, la coupure bipartite de l’espace martinien tel qu’il avait été conçu au 10e siècle. Importent les réalités territoriales, donc des espaces objectivés, qui ont été substitués au suburbium du 10e siècle.

282Ce suburbium, d’une réalité juridique abstraite et controversée au 10e siècle, a été transformé en d’autres territoires (paroisses, bourgs) tangibles aux 11e et 12e siècles, créant de nouveaux espaces vécus qui nécessitent, par ailleurs, leur propre analyse compréhensive autonome. Par exemple, on observe dans les plans que le suburbium n’est pas isolé, qu’il est entouré d’autres composantes spatiales qui relèvent d’une dynamique semblable. On constate donc un effet de structure qu’il convient d’expliquer.

283La desserte viaire de l’ancien suburbium et de ses alentours, l’organisation, entièrement tournée vers le fleuve, sont des caractères spécifiques à l’échelle de la ville. Elles créent une nouvelle configuration spatiale, sont le témoignage le plus explicite de la transformation réalisée. C’est d’elles, desserte et organisation, qu’il faut partir comme ensemble documentaire cohérent. C’est sur elle qu’il faut s’appuyer pour articuler toute une série de questions susceptibles de rendre compte du processus qui s’est, semble-t-il, accéléré et dont une des manifestations spatiales sensibles dans les mentions topographiques des textes est le remplacement des terres arables par des bâtiments.

284Les sources directes, écrites ou archéologiques, sont ici contingentes ou autrement dit, subalternes, secondaires, confirmatives plutôt que démonstratives. Ce ne sont pas elles qui sont le moteur des questions utiles à l’explication, mais l’analyse de la morphologie. Ce que nous pouvons savoir en interrogeant les sources ne documente qu’une faible partie d’un phénomène dont les ressorts sont implicites. Une maison de marchand des environs de 1100, au bord du fleuve, nous confortera bien dans l’idée que les formes de l’activité ont changé du tout au tout, mais encore faut-il lui accorder une valeur typique pour la considérer comme preuve d’une forme spécifique de développement. Les démêlés de Nicolas Frémaud et autres marchands avec le chapitre de Saint-Martin me semblent devoir être considérés ici, non pas sous l’aspect d’une tentative d’émancipation, mais sous celui d’une des tensions constitutives de cet espace non encore territorialisé au moment considéré. C’est dire qu’elles relèvent de la compréhension et pas encore de l’explication. C’est dire que l’appréhension explicative de la structure urbaine de Tours au 12e siècle doit tenir de côté cette lutte qui relève de la seule compréhension. L’effet de structure, différé, n’est pas la loi sociale à l’œuvre au moment considéré.

285Mettre les sources à leur place respective est un préalable délicat à satisfaire qui conditionne la mise en œuvre de la documentation, invite en même temps à tenir à l’écart les amalgames entre activité et structure.

286Dans la relation constante et l’influence réciproque qu’entretiennent fonctionnement et fabrique, la fabrique détournant le fonctionnement de ses fins, par un mécanisme échappant à la volonté des acteurs individuels, des composantes sociales, on peut raisonnablement postuler que le mode d’auto-fonctionnement mis en place par Saint-Martin a situé la communauté, et ceux qui gravitent autour d’elle, en position dominante au moment où les conditions générales, le mécanisme résultant de facteurs conjoints aux temporalités distinctes, climatiques, techniques, démographiques etc., s’est déclenché, s’est traduit par un changement accéléré de l’état du monde.

287Considérée comme une activité sociale, la relation des vivants à leur propre mort, des vivants aux morts relève à la fois du fonctionnement et de la fabrique. Fabrique en ce que ces larges zones vouées aux défunts structurent l’espace urbain pendant un millénaire, dès le Haut Empire, le modifient, à partir du Bas Empire du fait des usages chrétiens des espaces urbains et suburbains. Ici, des pratiques multiséculaires finissent par être totalement effacés du paysage urbain. Fonctionnement en ce que le rapport à la mort et aux morts apparaît soumis à une règle non-dite dont la validité d’universelle devient singulière selon des groupes d’habitants dont les configurations ne s’accordent pas aux critères sociaux habituels.

288En effet, dans la relation aux défunts se créent des “agrégations” spécifiques, des classes qui ne sont opérantes que dans l’examen de ce phénomène. Il n’y a pas les clercs et les laïcs, les riches et les pauvres, les chrétiens et les autres, mais des rassemblements dont la composition évolue à des rythmes divers dans une tranche chronologique de plusieurs siècles, du 4e au 10e siècle, au moins. En même temps des espaces sont chargés de valeurs distinctes, par l’activité sociale qui interfère selon des règles autres. Les gens de Saint-Martin, clercs, laïcs, pauvres ou riches, maîtres ou serviteurs instaurent bien avant les autres un rapport de promiscuité au cadavre, dès le 6e siècle. Dans la cité, il faut attendre le 12e siècle. Pour autant, à Saint-Martin, le mouvement n’est pas continu puisque, semble-t-il au 8e siècle, les laïcs sont repoussés à l’extérieur, dans une nouvelle nécropole périphérique.

289Si dans la procédure de mise en œuvre des sources, il est proposé d’établir une distinction aussi claire que possible entre ce qui relève de la compréhension et ce qui relève de l’explication, en revanche, fonctionnement et fabrique ne constituent pas des compartiments étanches, comme on vient de le voir. On ne peut examiner l’un sans l’autre. De plus, on ne peut établir de parallèle, ou d’identité absolue, entre compréhension et fonctionnement d’un côté, explication et fabrique de l’autre.

290Rendre raison du fonctionnement et de la fabrique d’une ville demande que l’on résolve la question de la relation entre temps immédiat et temps long, entre finalités multiples et effets de structure. Le problème historique à résoudre tient en cette question simple : selon quelles modalités le fonctionnement et la fabrique sont-ils en interaction ?

  • 41 Voir, à ce sujet, l’ouvrage collectif publié par Denise Pumain et Bernard Lepetit Temporalités urb (...)

291Dans les mondes de la complexité et de l’analyse systémique, les théories de l’auto-organisation ont fourni, ces dernières années, une base de réflexion très utile en matière d’analyse urbaine. Je les retiens comme stimulus, dans leur traduction conceptuelle, mais mes compétences de chercheur en sciences humaines sont un premier frein à leur adoption, si elles ne rencontrent pas des concepts d’ordre sociologique ou anthropologique, comme l’est aussi l’incapacité dans laquelle je me trouve de formaliser le comportement social. L’apport me paraît surtout utile dans le domaine de l’explication mais moins directement en prise avec ce qui relève de la compréhension, de l’échelle locale et des individus concrets. Le processus et l’ordre, de façon presque exclusive41.

DE NÉCESSAIRES ÉTATS

292La notion d’état est contradictoire avec les propos de l’histoire urbaine, avec l’hypothèse qui fonde la fabrique, avec l’idée de processus qui la sous-tend. Elle est méthodologiquement indispensable pour l’établissement de situations comparables, pour l’étude du fonctionnement, qui, elle, est statique. Certes, tout change, sans cesse, une société n’arrête jamais de se transformer et de transformer son espace. Pour autant, il faut, pour analyser les modalités du fonctionnement, dresser des états successifs à des moments choisis, pour mesurer des différences, échapper à la description du continu, du fil du temps. Enfin, ce n’est pas un véritable choix puisque, techniquement, la documentation impose, par ses lacunes, de faire comme si la pendule s’arrêtait.

293La question n’est donc pas de savoir s’il faut procéder par comparaison d’états, mais de choisir le pas. Il me semble indispensable de s’obliger à choisir un pas arbitraire, sans tenir compte des sources.

294Les états imposés pour Tours, à partir de la documentation, seraient : vers 100-150 (données du terrain), fin du 4e siècle (achèvement du rempart, christianisation bipolaire, inhumation de Martin), fin du 6e siècle (Grégoire, topographie religieuse), milieu du 9e siècle (incursions normandes, actes de Charles le Chauve pour Saint-Martin), début du 10e siècle (construction du castrum de Saint-Martin), milieu du 10e siècle (relèvement de Saint-Julien), vers l’an Mil (par principe et goût de la commémoration), milieu du 11e siècle (arrivée des comtes d’Anjou), vers 1100 (date d’arrêt de l’étude).

295Le principe de l’accélération du temps est là imposé par la documentation. A partir de 850, on passe, sous l’effet de la répétition documentée des seuls événements réputés à répercussion urbaine, à un pas de cinquante ans, alors que l’on a eu respectivement un écart de 200 et 250 ans pour les pas antérieurs. On ne peut, de la sorte, que conclure à la reprise urbaine.

296L’examen du fonctionnement est étroitement subordonné à la base de faits, aux sources. On l’étudie quand il y a matière. Les moments s’imposent généralement d’eux-mêmes et couvrent des tranches chronologiques adaptées à chaque question. Un phénomène de longue durée, comme la relation aux morts, peut être débité en moments successifs, en fonction de différentes configurations sociales et spatiales.

297En revanche, je crois utile, pour redonner à l’espace sa juste place, de s’imposer un pas régulier, par exemple séculaire, dans l’examen de la fabrique. Ce n’est pas, ou pas seulement, un artifice de présentation. Dresser un bilan à intervalle régulier, par exemple au pas séculaire, consiste à mettre une première distance avec ce qui est documenté par l’écrit, mais aussi avec les logiques internes de production de l’écrit. C’est aussi mettre les sources archéologiques dans la même course. J’évoquais plus haut la difficulté de l’archéologie à saisir les états, soulignais son aptitude à amplifier les phases de changement (présence, absence, apparition, réapparition). On perçoit ainsi, en effet, aisément les apparitions, les disparitions, mal les maintiens. Souligner ces derniers, c’est aussi mieux s’interroger et d’une certaine façon, accroître le corpus. Imposer à la documentation un traitement à intervalle arbitrairement prédéfini présente un autre avantage majeur qui est de forcer à s’interroger sur l’absence, sur le non-dit, et en parallèle, sur le non-fait.

298Quelque réserve que l’on puisse entretenir à l’égard de l’absence de faits, de documentation, ma conviction est que dans l’explication des processus, dans la compréhension des actes, non-dit et non-fait sont déterminants quand établi (postulé ?) qu’il ne s’agit pas (obligatoirement) d’une lacune documentaire.

L’ESPACE COMME SOURCE

299Si c’est bien l’espace qui prime dans une appréhension archéologique de la ville, il ne peut être soumis à des questionnements partiels, thématiques par exemple, comme la topographie des lieux de pouvoir, des sites religieux etc. On ne peut attendre de l’accumulation des réponses partielles qu’elle rende raison d’une relation dialectique entre société et espace. Il faut soumettre les procédures de recherche à des espaces cohérents, multiples au même moment. Prendre en considération que ces espaces multiples, aux yeux des contemporains, ne forment pas un tout fonctionnel sur lequel ils ont prise. Considérer pourtant que ce tout existe, à l’écart de leur conscience, et qu’il pèse sur leurs actes.

300Donc, dans notre pratique, nous assigner pour objectif de comprendre et d’expliquer le fonctionnement et la fabrique de l’espace urbain nécessite d’affecter à ce dernier un statut particulier, celui de source et d’objet de recherche. Pour créer cette source, ou plus précisément cette méta-source, les informations existantes doivent être spatialisées, ce qui nous demande d’établir l’incidence spatiale d’activités ou de pratiques a priori étrangères à cette préoccupation. Des espaces multiples, aux emprises et aux temporalités diverses, conciliables ou pas, doivent être identifiés à ce stade. Ce sont eux qui constituent, ici, la véritable base de la recherche. C’est de leur étude que l’on peut attendre une meilleure connaissance des modalités de la formation, ou des transformations, d’une ville.

Notes

1 Ces quelques exemples sont extraits d’une bibliographie récente où l’archéologie des villes de France ou plus largement d’Europe du Nord-Ouest tient une place de choix.

2 Comme ceux faits et expliqués dans des ouvrages récents, par exemple, de J. Lévy, M. Roncayolo ou D. Pumain.

3 J’ai, depuis longtemps défendu le point de vue selon lequel l’archéologie urbaine ne devait pas se contenter d’être une archéologie dans la ville mais devait prétendre à être une archéologie de la ville. La première fois en 1979, dans le dossier “Archéologie urbaine” que j’ai coordonné pour le n° 0 des Nouvelles de l’Archéologie. Mais après d’autres, et je pense tout particulièrement à Martin Biddle. Il s’agit ici de mettre cette pétition de principe au défi de la démonstration de son intérêt pour une connaissance dépassant le cadre strict de la communauté des archéologues.

4 Weber, Elias, Berthelot, Le Moigne, Pumain entre autres.

5 Le terme est emprunté à M. Weber, tel que défini dans Economie et Société. Un glossaire, en fin d’ouvrage, précise le sens donné ici aux principaux termes techniques.

6 Voir, par exemple, Bernard Lepetit 1995a.

7 Bourdieu, Lévy.

8 Weber, Elias, Bourdieu, Lepetit, Di Méo, Lévy.

9 La question devrait être posée, par un archéologue, à la fin du Moyen Age ou même de l’Epoque moderne. Elle poserait différemment qu’ici la relation aux sources et nécessiterait, dans le détail, d’autres développements. J’ai préféré m’en tenir aux moments d’indigence documentaire, aux moments où l’idée même de ville et de réalité de la ville est discutée.

10 Voir, par exemple, G. Desmarais, La morphogenèse de Paris (Paris 1996), ou les actes du colloque Archéologie du cimetière chrétien (Tours 1996).

11 Pumain, Lepetit, Lévy.

12 Godelier, Lévy.

13 Di Méo, Lévy.

14 J’emploierai contemporain pour replacer les choses à leur place dans le passé, actuel pour les choses de notre temps.

15 Le sens technique accordé à ces termes est précisé dans le glossaire.

16 Voir la chorématique de Roger Brunet : point, ligne, surface.

17 Par exemple, la promotion de Tours comme capitale de la province de IIIe Lyonnaise au 4e siècle implique que se trouve là le gouverneur de la province, donc, selon toute vraisemblance, un praetorium. Savoir ce qu’est ce praetorium sur le terrain est autre chose.

18 Les premiers auteurs chrétiens, de Sulpice Sévère à Fortunat, du 4e au 6e siècle, qui forment le corps exclusif des sources disponibles avec les canons des conciles tenus à Tours, conduisent à surévaluer cet aspect des choses et à voir, si l’on n’y prend garde, une ville que seule son appartenance au monde chrétien rend pérenne. Les notations de Tours dans les vitae postérieures (7e et 8e s.), sont rares et participent du même registre.

19 Les actes des souverains réapparaissent en nombre restreint à la fin du 8e et pendant la première moitié du 9e siècle. Ils sont nombreux, éloquents entre c.850 et c.920, essentiellement émis en faveur de Saint-Martin. Les actes privés prennent leur relais, les remplacent à partir de cette date, concernent Saint-Martin encore une fois, mais surtout Saint-Julien.

20 Exemples : l’ecclesia infra urbem, la basilica sancti Martini, le portus sancti Symphoriani, si l’on pense que le terme se réfère à un appontement, un débarcadère et non à un port entendu comme secteur de la ville, les différentes areae, vineae, considérées individuellement.

21 Exemples : la rua saxonum, les différentes viae publicae, aussi le portus si l’on démontre que le terme s’applique à un secteur urbain et non à une simple structure, la civitas, le castrum sancti Martini, le vicus foris murus, le burgus sancti Martini, les quartiers canoniaux, etc.

22 Exemples : suburbium civitatis, suburbium sancti Martini, mais aussi monasterium sancti Martini, civitas, vicus, burgus.

23 Exemples : civitas, vicus, portus, suburbium, etc dans les notes ci-dessus.

24 Parlant du premier millénaire de Tours, seules des enceintes répondent aux critères : celle de la cité, érigée au 4e siècle est toujours en usage vers 1100 et celle, alors récente du castrum de Saint-Martin. Le reste a évolué, connu des modifications, ou a été effacé. Des structures portuaires ont peut-être existé dans l’Antiquité. Elles auraient pu entrer dans cette catégorie, mais rien n’assure vraiment leur caractère prégnant dans l’Antiquité et tout, au contraire, va contre leur pérennité.

25 Voir, pour les échelles spatiales, les travaux actuels sur l’auto-organisation (Pumain, Lepetit 1993; Archeomedes, chap. 1, 1998).

26 Lahire 1996.

27 Elias.

28 C’est admettre le présupposé que l’étude d’une ville vaut pour l’étude de la ville, que le parti monographique prend place dans une démarche comparative. Etudier une ville ne consiste pas seulement à décrire cette ville mais à constituer une base de faits cohérente en vue d’établir ce qu’elle a de représentatif d’un type de ville, consiste à chercher à déterminer ce en quoi son cas est de plus ample enseignement que son histoire propre, ce en quoi elle est caractéristique d’un fait urbain particulier.

29 C’est rejeter toute idée de nature, d’existence en soi de la ville. Une ville (très) fortement urbanisée peut être transformée en une ville (très) faiblement urbanisée.

30 C’est adopter le principe que l’espace conserve les traces des actions successives, mais aussi des pratiques, qui l’engendrent et le transforment concrètement et abstraitement.

31 C’est la thèse de Norbert Elias, dans La société des individus, qui est adoptée ici, transposée à l’échelle de la ville, thèse qu’il résume dans sa formule lapidaire de conclusion : “la société humaine dans son ensemble...née de multiples projets, mais sans projet, animée par de multiples finalités, mais sans finalité”.

32 Il s’agit d’une transcription des principes de Max Weber énoncés dans l’introduction de Economie et Société, comme dans les articles réunis sous le titre Essais sur la théorie de la Science. Sur l’explication et la compréhension, voir aussi Paul Veyne (1971), Paul Ricoeur (1975), Jean-Yves Grenier (1995), Bernard Lepetit (1995b).

33 Voir les propositions de J. Lévy, dans L’espace légitime.

34 Par intuition rationnelle (Bachelard 1937, 1938).

35 Variation d’après Lussault (1996) qui qualifie d’impensé l’espace.

36 D’après Di Méo, Grenier, Lévy, Revel, Lepetit, Pumain.

37 Je considère ici, parce que ce n’est pas mon propos de traiter cette question, que l’établissement des faits d’observation archéologique sur lequel on s’appuie, ou s’appuiera, présente les garanties de fiabilité nécessaires. Voir Gardin 1979, Gallay 1987.

38 La situation est plus compliquée que cette brève présentation ne le laisse entendre, mais ce n’est pas le lieu où l’exposer en détail.

39 La topographie chrétienne des cités de la Gaule, des origines au milieu du Ville siècle. Série. 10 fascicules parus, Paris, depuis 1986.

40 Ce qui est vrai de la plupart des archéologues l’est tout autant de la plupart des historiens dans leur maniement des sources archéologiques, ou encore des morphologues.

41 Voir, à ce sujet, l’ouvrage collectif publié par Denise Pumain et Bernard Lepetit Temporalités urbaines. J’y ai procédé, comme mentionné dans les notes précédentes, à de larges emprunts pour la définition de la fabrique. Dans un autre ordre d’idées, plus archéologique mais moins à l’échelle qui nous intéresse ici, voir Des Oppida aux métropoles.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540