Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville, espace urbain et archéologie

 | 
Henri Galinié

I. Pratiques archéologiques de la ville

Texte intégral

ESPACE ET SOCIETE

1Les archéologues ont deux façons d’entrer en ville, par l’espace ou par la société, par les structures archéologiques ou par ceux qui les ont faites. Quelle que soit la pénétrante retenue, ils s’attachent à saisir, à reconstituer et à décrire les relations entre espace et société, entre fragments d’espaces urbains et composantes sociales avec, en arrière-plan, comme but ultime, l’explication de la genèse de l’espace urbain et celle de son mode de fonctionnement. Le travail se déroule nécessairement en plusieurs phases plus ou moins simultanées dont l’une accapare les énergies, celle sur quoi reposent les autres, l’acquisition des informations et leur description.

2La restitution de la réalité physique d’une ville au travers du temps, pendant un à deux millénaires, nécessite une énergie considérable dispensée sur le terrain, dans la reconstitution de la chronologie et la caractérisation des lieux, dans la confrontation des sources pour, simplement pourrait-on souligner, dire, avec un degré d’incertitude tolérable, ce qu’il y avait à tel endroit à tel moment.

3Cette phase préalable est renouvelée à chaque enquête de terrain, chaque fouille donc, venant confirmer, infirmer, élargir les connaissances déjà acquises et ayant servi à l’interprétation des relations entre la société et l’espace. Il y a là une spécificité de la démarche archéologique, dans le renouvellement permanent des preuves, et depuis quelques années, dans leur accumulation rapide. De sorte que l’on éprouve le sentiment que, les lacunes étant appelées à être comblées, il est toujours trop tôt pour interpréter, qu’il est indispensable d’attendre, de ne proposer que des amorces de solutions. Ce qui importe est la description minutieuse, objective et vraie, donc définitive, de ce qu’il y avait à tel endroit à tel moment. Le rôle de l’archéologue tiendrait dans l’établissement de ces fragments de vérité qui prennent place dans la constitution lente et progressive d’une documentation dont l’accumulation permettra dans un avenir plus ou moins proche, une fois le seuil quantitatif atteint, de raisonner en meilleure connaissance de cause.

4Dans l’attente, il est recommandé de s’en tenir à des recherches sur ce qui est suffisamment documenté, des aspects de la réalité urbaine, dans le même temps que l’on ne peut se soustraire aux généralisations. Cette double postulation simultanée, l’une vers l’hypercritique, l’autre vers la mise en perspective historique, conduit à des mélanges d’échelles d’analyses que justifient les lacunes documentaires.

5Travailler sur une ville, c’est d’abord travailler à micro-échelle en postulant que le singulier n’est pas que le particulier. C’est entrer autrement, ce qui ne signifie pas n’importe comment, dans l’histoire globale des sociétés. C’est faire le pari, bien peu risqué, qu’une société locale reflète la société globale. C’est aussi accepter un certain nombre de contraintes qui pèsent sur la façon de travailler et qu’avant d’examiner, je dénommerai contraintes d’échelle.

ARCHÉOLOGIE ET VILLE

6Aujourd’hui, la pratique de l’archéologie urbaine métropolitaine se déroule sans référence commune, hormis celle d’une prise en considération de toutes les périodes de l’histoire de la ville, sans préférence déclarée. Elle s’est inscrite dans cette histoire en miettes, pour reprendre le mot de François Dosse, dont la mainmise sur la pratique historique correspond chronologiquement à son émergence. Dans ce mouvement où tout est objet d’histoire, où prime l’être-au-monde, l’archéologie a trouvé sa place, à peu de frais théoriques. La connaissance du vivre-en-ville, de la culture urbaine, de l’air de la ville, des manières d’habiter, de consommer, de faire, par la multiplication des découvertes de terrain, a connu depuis deux décennies une croissance exponentielle. La longue tradition archéologique qui considère la ville comme un marché où chacun, au gré de ses intérêts, vient faire ses emplettes de faits inédits s’en est trouvée confortée et justifiée, jusqu’à être érigée parfois au rang de discipline neuve.

7Tout à sa pratique, l’archéologie urbaine vit dans un monde à part. La résolution de ses propres difficultés - qui sont immenses - la tient à l’écart de la réflexion sur la pratique scientifique. Entièrement tendue vers un objectif lointain, soutenue par une idée forte - d’ordre patrimonial, elle progresse à pas rapides dans l’accumulation systématique des faits inédits. C’est de l’infinie variété des situations qu’elle a pour mission de révéler que sortira, un jour, une meilleure compréhension de l’infinie complexité de l’urbain. On en serait aujourd’hui au stade de la connaissance qui précède celui de l’explication. La priorité, donc, doit être donnée à la mise au jour d’une documentation aussi vaste que possible dont chaque bribe vaut par son unicité. Rien ne saurait justifier la perte d’une information inédite. L’élargissement du corpus des preuves est en soi une pratique scientifique auto-suffisante puisque les explications ne peuvent être que partielles.

8Ainsi, un urbain indifférencié est la référence commune. Elle se suffit en elle-même. La reconstitution aussi précise que possible de ce qui s’est passé en ville est un préalable à l’élaboration d’un discours descriptif qui rendra compte de la réalité objective. On est parallèlement soumis à deux tensions contradictoires, l’une qui concerne la société urbaine, l’autre la ville. D’une part les habitants, leur être-en-ville, de l’autre la ville dans son être propre, les uns et l’autre menant une existence commune, couple dissociable, appréhendable distinctement et de multiples façons, sans qu’il soit besoin de comprendre ce qui fonde leur relation, pour progresser. La relation de la société à la ville, qui est un prérequis reconnu pour qu’il y ait ville, prend l’allure d’un donné allant de soi dont les modalités valent d’être observées.

9L’idée que l’archéologie est une discipline, que l’archéologie urbaine est une branche de cette discipline, que comme telle elle définit un champ qui lui est propre n’est pas fait pour clarifier la situation. J’adopterai une autre position : les archives du sol constituent une source qui peut être érigée en source principale, la lecture de cette source nécessite la mise en œuvre de techniques spécifiques, et tout particulièrement en milieu urbain, mais pour autant il n’y a pas de champ archéologique propre délimité par des méthodes spécifiques. Les méthodes opératoires relèvent des sciences sociales. C’est une pratique de l’histoire, au même titre que d’autres, qui peut être théorisée, mais qui reste une pratique, avec des problématiques et des méthodes qui la dépassent. Mais les sources archéologiques, par leurs spécificités, imposent, ou au moins privilégient certains champs d’étude, en ferment d’autres, et nécessitent l’élaboration de problématiques particulières qui tiennent compte de leur relation particulière au temps et à l’espace. Il y a, pourrait y avoir, devrait y avoir une manière archéologique, d’interroger le réel.

10Les sources ont leurs logiques propres. Un fossé les sépare que ne comble pas la construction d’un objet scientifique, quelconque soit-il. Qu’elles soient archéologiques, planimétriques ou écrites - ce sont les trois grandes catégories que je retiendrai -, elles sont, chacune dans son propre domaine, hétérogènes et demandent à être soumises à une critique interne préalable, mais aussi à être soumises à un examen des conditions de leur complémentarité qui ne va pas de soi, malgré l’opinion répandue.

11Eriger l’archéologie en source première consiste à s’imposer un passage obligé par la matérialité des choses, à faire des transcriptions spatiales, de l’espace lui-même, les révélateurs des faits urbains -comme on dit les faits sociaux - à quelque échelle que l’on se place. C’est évidemment postuler qu’il existe une relation entre espace et société et que l’espace rend compte de cette relation même quand la société n’en dit rien. C’est encore privilégier la lecture spatiale des sources archéologiques et écrites et postuler que l’intelligibilité de la société va de pair avec celle de l’espace. Espace et société : il n’y a rien de bien nouveau dans cette proposition.

ARCHÉOLOGIE ET HISTOIRE URBAINE

12Pour l’étude d’une ville antique et médiévale au travers de son espace, un large éventail de possibilités s’offre à l’observateur archéologue. Au premier rang de ces choix évidents se propose la monographie urbaine linéaire, la ville-objet suivie et décrite au cours du temps, vaille que vaille, en faisant feu de tout bois, en juxtaposant les informations de toutes origines, les briques et les statuts, selon un schéma pré-établi de l’évolution urbaine. Il s’agit de bien placer cette ville pour dresser le bilan des correspondances et des discordances avec ce schéma général, selon des rythmes imposés par les théories en vigueur et tempérées par la documentation locale. Ensuite, dans cette optique, sous forme de commentaire, il convient d’expliquer en quoi cette ville est parfois conforme au modèle, parfois originale.

13Cette façon de traiter les informations conduit inévitablement, tant elle est subordonnée à l’état des connaissances et à leur modélisation, à opter pour un découpage qui oppose des restitutions typées. A la ville antique s’oppose la ville médiévale que sépare un long temps de stagnation, de désurbanisation de la ville, caractéristique du haut Moyen Age. On ne peut que trouver l’une et l’autre fondamentalement différentes dans ce mode de raisonnement qui repose sur une typologie pré-construite, et sur des types aux caractéristiques forcées. Connaissant par avance ce qui caractérise la ville antique, la ville médiévale, l’archéologue documente, apporte sa pierre à l’édifice du savoir, fouille après fouille. Entre les deux se discute une ville du haut Moyen Age, interminable fin de l’Antiquité, lente maturation de la ville médiévale dont la religiosité est un trait dominant.

14Dans le cas de Tours, un découpage plus fin, fondé sur la documentation récente issue de l’archéologie comme d’une relecture des sources, là comme dans d’autres villes, conduirait aujourd’hui à voir une première ville au Haut Empire, puis une autre ville au Bas Empire, du 4e siècle jusqu’à la fin du 6e siècle, sorte d’antiquité tardive, puis les âges sombres des 7e et 8e siècles, au mutisme jugé éloquent sauf si l’on veut à tout prix s’inscrire dans le mouvement de reprise du 7e siècle, puis une autre reprise carolingienne avortée sous les coups des incursions Scandinaves, de 850 à une date discutée selon que l’on accorde un rôle plus ou moins moteur au 10e siècle, et enfin une reprise indiscutable peu après l’an Mil, la formation de la ville médiévale et moderne. Il faut certainement s’efforcer de voir cela, mais il faut aussi essayer de voir autre chose, et selon d’autres rythmes.

15En effet, cette forme d’organisation des informations peut se révéler nécessaire, dans la considération de la ville à partir de critères qui lui sont extérieurs, sous réserve qu’on considère une telle mise en ordre non comme une fin en soi mais au contraire comme le révélateur de questions en suspens. Oublier l’histoire urbaine, ne pas la considérer comme un préalable.

16Dans nos pratiques, la juxtaposition, l’addition des informations disponibles, quelle que soit leur origine, offrent un terrain stable où se fonde l’alternative : il y a / il n’y a pas matière à aller plus loin. Ce sont les faits établis qui guident et bornent notre discours dans cette façon d’appréhender la ville. J’essaierai de montrer en quoi cette posture est discutable.

17Si l’on énumère succinctement les faits que les sources nous permettent d’établir pour Tours pendant un long millénaire, qu’observe-t-on ?

A partir des sources écrites

  • un continu documentaire suffisant qui atteste que Tours a tenu un rôle administratif, civil et/ou religieux, à l’échelle locale ou régionale, pendant tout ce millénaire : chef-lieu de cité, siège épiscopal, capitale provinciale, métropole religieuse
  • un premier accaparement des sources par Grégoire qui accentue le caractère chrétien de la ville du 4e au 6e siècle
  • un autre accaparement, par les actes de la pratique cette fois, à partir du milieu du 9e siècle, et pour quelques décennies, pour le monastère de Saint-Martin, dans ses relations avec les souverains carolingiens. Il souligne le rôle d’une des grandes abbayes royales carolingiennes, éclipse le reste
  • un quasi mutisme concernant la cité, qu’il s’agisse des autorités civiles qui y siègent ou de l’évêque et du chapitre cathédral, à peine entrevus
  • une reprise de l’activité, surtout à Saint-Martin, parce que les actes privés du 10e siècle y sont mieux conservés qu’ailleurs dans les archives et que le seul pendant qui existe concerne le rétablissement du monastère de Saint-Julien au milieu du siècle
  • ce que signifient localement civitas, castrum, vicus, burgus, suburbium, les réalités physiques et institutionnelles que recouvrent ces termes
  • un relatif rééquilibrage à partir de la fin du 11e siècle, quand les actes de la pratique se multiplient et qu’ils constituent un ensemble plus varié permettant de mieux mesurer les secteurs d’activité des différents intervenants.

A partir des sources archéologiques

  • une faible présence au sol de la ville du Haut Empire
  • un retrait important de l’espace urbanisé à partir du 2e-3e siècle
  • la bipartition de cet espace à compter du 5e siècle sur la base d’éléments religieux dont le caractère urbain est discuté pendant le haut Moyen Age
  • d’introuvables traces d’activités suivies du Bas Empire au 9e-10e siècle, hors de la cité
  • une problématique et contradictoire transformation de zones étendues à un usage funéraire du Bas Empire au 10e-11e siècle
  • une réoccupation d’espaces abandonnés à partir du 9e-10e siècle
  • un changement dans les manières d’habiter et de vivre à partir du Bas Empire
  • un rattachement des traditions matérielles qui passe du sud vers le nord au cours du haut Moyen Age.

A partir des sources planimétriques

  • une invisible structure de la ville du Haut Empire, sans postérité
  • la marque prégnante du rempart du Bas Empire
  • la coupure entre dedans-dehors, entre cité et abords
  • la trace des enclos canoniaux médiévaux du chapitre de la cathédrale et de celui de Saint-Martin
  • des gains sur la rive de la Loire
  • le rôle d’un bras fossile de la Loire dans la délimitation de l’espace urbanisé
  • une tripartition de l’espace urbain selon un découpage cité à l’est / centre flou autour de Saint-Julien / castrum de Saint-Martin et ses abords à l’ouest
  • de vraisemblables opérations d’organisation, voire de planification de l’espace
  • d’énigmatiques anomalies résiduelles dans le plan.

18Une première remarque s’impose :

sources écrites

19Au discours cohérent et finalisé de Grégoire, aux corpus d’actes de la pratique émis pour Saint-Martin, puis pour Saint-Julien, cohérents et finalisés eux aussi, correspondent trois logiques de construction différentes.

20Les autres mentions dans les sources écrites sont allusives et ne peuvent donc présenter ce caractère cohérent et finalisé.

21A Grégoire, aux chanoines de Saint-Martin, aux moines de Saint-Julien ne répond donc aucun autre fonds documentaire contemporain comparable à l’échelle de la ville.

22Plans et données archéologiques sont d’un autre ordre que les sources écrites contemporaines.

sources planimétriques

23Le dossier des plans géométraux, lui, au degré de précision parcellaire requis est très postérieur aux faits examinés. Il n’est en effet pas antérieur au 18e siècle et, de plus, répond à des préoccupations d’ordre fiscal qui tolèrent une marge d’erreur dans le relevé et la représentation.

sources archéologiques

  • 1 Même quand une fouille est réalisée pour examiner une question précise : établissement et fonction (...)

24Les corpus archéologiques, pour leur part, sont des bases de connaissances contemporaines, constituées selon des préoccupations actuelles. Ce dernier ensemble est caractérisé par son hétérogénéité -toute fouille produit une documentation diversifiée dans la longue durée, quel que soit le motif de sa réalisation1, le dossier de plans est caractérisé par une surévaluation des effets de trace transcrivant les effets de structure.

25Or, c’est avec cette documentation ternaire, hétérogène et lacunaire, qu’il faut travailler. En elle-même, par ses propriétés intrinsèques, la documentation constitue donc un premier obstacle au traitement continu.

26Dans le domaine du possible, en partant des faits établis, s’imposent un certain nombre de thèmes traitables avec un degré de précision acceptable, en cumulant lorsque nécessaire et possible, les sources de diverses origines :

  • à titre d’hypothèse, l’échec urbain relatif du Haut Empire
  • la rétraction urbaine du Bas Empire et du haut Moyen Age
  • la christianisation de l’espace urbain au haut Moyen Age
  • le rôle du monastère de Saint-Martin dans le développement de la ville
  • la renaissance carolingienne et son arrêt consécutif aux incursions Scandinaves
  • la reprise urbaine au 10e-11e siècle
  • la prééminence permanente du rôle de chef-lieu administratif, aux plans civil et ecclésiastique

27D’autres préoccupations, d’ordre plus anthropologique, peuvent être développées :

  • l’effet structurant de la relation des vivants à leurs morts, à l’échelle de la ville
  • la relation dedans-dehors
  • manières de vivre, manières d’habiter
  • les formes de l’investissement, les rôles sociaux.

28L’explication de ces phénomènes peut être recherchée dans le mouvement général d’une histoire qui mène de l’Antiquité au Moyen Age, en insistant sur l’inscription de Tours dans le cadre géographique d’une France de l’Ouest réputée pour sa relative léthargie, à l’écart des grands courants d’échanges qui, sous l’Empire romain, emploient une voie beaucoup plus orientale, qui au haut Moyen Age se situent autour d’un axe qu’animent la Manche et la Mer du Nord. Deux formes contradictoires de stabilité se dégagent, l’une en faveur du politique et du religieux, l’autre en défaveur de l’économique, ce qui permet de proposer pour raison dernière à l’existence de Tours, à son maintien au haut Moyen Age, deux causes liées : son rôle de place centrale au niveau politique et celui de centre religieux en liaison avec le culte de saint Martin.

29Une formule traduit cet état de Tours, du Bas Empire à l’an Mil : une ville sans vie urbaine.

FIL DU TEMPS ET STRUCTURE

30Nous avons été éduqués dans l’idée que les sources sont complémentaires, qu’il n’est de bon archéologue (médiéviste) qui ne domine les sources écrites et, depuis peu, le nouveau champ que les représentations graphiques nous ont ouvert.

  • 2 Epigraphie, itinéraires, histoires, vies, actes de la pratique, diplômes royaux... contemporains d (...)
  • 3 Exceptionnels “plans” du 15e siècle, vues de villes à partir du 16e siècle, plans et censives des (...)
  • 4 En élévation, ou à l'état de trace, le bâti a la même valeur informative.

31Grossièrement, nous sommes à la tête de trois types principaux de sources : l’écrit sous toutes ses formes2, les représentations cartographiques dans leurs diverses expressions3, le sol et le bâti dans leur diversité4.

32Nous travaillons à partir d’un certain nombre d’idées simples que résume l’axiome : la ville est le lieu de concentration des activités, des actions humaines. Une ville est d’autant plus ville qu’elle concentre d’activités variées. Elle est le lieu d’action privilégié des hommes et des institutions. Dans une relation réciproque, les habitants modèlent la ville qui les modèle en retour. Les activités urbaines, au sens où elles se déroulent en ville, relèvent des domaines du politique et de l’économie.

33Puisqu’il est acquis, connu, que les lieux d’exercice du pouvoir sont à l’origine de bien des villes, que les vraies villes en comportent, que c’est en ville que l’Eglise a commencé de s’implanter, que les grandes villes médiévales jouent un rôle économique majeur, alors ces éléments d’explication sont des moteurs urbains dont il importe de retracer l’histoire et discuter la place relative dans l’évolution d’une ville particulière.

34On postule que ces activités laissent des traces dans le sol et au sol, lesquelles forment la base de données spécifiques à l’archéologie, à intégrer dans un modèle de raisonnement préétabli.

35C’est un mouvement de fond, pluri-séculaire, au résultat identifié, qu’il s’agit d’étudier. Comme on sait qu’un mouvement n’est jamais uniforme, la discussion porte sur les variations par rapport à la norme, les oscillations qui n’altèrent pas le développement structurel. Le résultat observable est inconsciemment considéré comme un but poursuivi depuis l’origine, de façon réfléchie ou inéluctable. Le chemin nous est tout tracé, il faut nous efforcer de reconstituer les conditions qui ont permis d’atteindre ce but, la vraie ville.

DÉCRIRE, C’EST RENDRE COMPTE ET RENDRE RAISON

36Sur la base des traces, la restitution du plan, pour la ville antique ou médiévale, apparaît comme l’objectif prioritaire à atteindre. Plus que les historiens, nous accordons à la ville physique une attention soutenue. A nos yeux, le plan restitué, reconstruit à partir des informations disponibles de toute nature, est l’expression condensée de notre savoir. Plus, il porte en soi sa vérité. Il a pour vertu d’être l’expression objective de la réalité connaissable, incomplète certes mais néanmoins vraie, concrète, palpable, irréfutable.

  • 5 C'est ce qui m'a conduit à conclure, dans le cas de Tours, que la ville préindustrielle devait peu (...)

37La mesure des lacunes n’est pas un réel sujet de préoccupation, au motif que ce qui est important laisse toujours des traces, d’une façon ou d’une autre5.

38Certes, le plan restitué doit aussi devenir le point de départ d’études autres, mais une fois atteint un seuil documentaire qui en fera une base solide, dans un avenir lointain. De là notre habitude de cumuler les informations, aussi notre justification à rechercher toujours de nouveaux faits destinés à augmenter le corpus des preuves.

39De là aussi un premier élément d’explication de la mise sur un pied d’égalité des sources disponibles. Encore que si toutes les sources sont égales, certaines sont plus égales que d’autres. Un vestige de l’église consacrée à saint Machin, daté au pas au mieux séculaire des critères de datation archéologiques, pèse peu au regard d’une allusion au même (?) édifice dans la vita du susdit, aux occurrences du vocable dans des actes des 9e, 10e et 11e siècles qui attestent le maintien de l’édifice, laissent deviner sa fonction. Le “vrai” historique des archéologues est moins, malgré les apparences, le vrai en dur du terrain identifié au terme de déductions plus ou moins hasardeuses que le vrai abstrait et intemporel de l’écrit. Peut-être parce que les conditions de production des sources écrites sont plus étrangères aux archéologues que la façon dont eux-mêmes élaborent la documentation archéologique.

LA TOPOGRAPHIE HISTORIQUE, TOUTES SOURCES CONFONDUES

40A nous lire, il y aurait donc un premier niveau, celui de la recension des faits connaissables, où les sources pourraient être mises à profit de façon convergente dès lors qu’elles comporteraient des mentions utiles à la première étape du travail que serait l’établissement d’une topographie descriptive objective.

  • 6 Quand, à partir d'objets, il est possible de prouver l'existence de productions locales : émission (...)
  • 7 Des entreprises historiques et archéologiques, plus ou moins critiques, aux objectifs divers se tr (...)

41Mention directe ou indirecte d’édifices religieux ou civils, trace de rempart dans le parcellaire d’un plan moderne, découverte archéologique immobilière, mais aussi mobilière6, concourraient à l’établissement de l’état des lieux, ou plutôt des états successifs des lieux, ce que l’on dénomme topographie historique. Là, au niveau factuel, les trois sources seraient complémentaires. L’inventaire est dressé en mettant en œuvre de façon critique l’information disponible7. Encore faudrait-il se défaire de l’idée que cette étape de la recherche présente un caractère d’objectivité. Comme plane un vrai de l’écrit sur nos travaux, pèse une valeur d’échantillon attribuée aux informations du sol. Puisqu’elles sont inconnues d’avance, incontrôlable a priori, les archives du sol auraient une valeur intrinsèque, un caractère objectif qui les rendraient représentatives. C’est sous-estimer ce que le choix d’implantation des fouilles, le caractère fortuit des découvertes, les interprétations au travers desquelles elles sont rendues accessibles font peser sur la documentation élaborée et méconnaître les critères auxquels la partie d’un tout doit répondre pour prendre valeur d’échantillon.

42Il ne faut pas sous-estimer que les sources écrites conservées dans les institutions religieuses orientent l’activité archéologique. La méthode régressive fondée sur l’utilisation des plans modernes tend à conforter le présupposé d’une composition du paysage urbain autour d’éléments qualifiés de générateurs dont la stabilité est gage de l’éminence du rôle. L’usage du plan insiste sur les effets de structure, la longue durée, souligne des phases.

L’ÉTAT DES CONNAISSANCES

est souvent une fin en soi

43Soi-disant purement descriptif, il montre selon des découpages chronologiques traditionnels ce que l’on appellerait la mémoire de la ville antique ou médiévale. Plus élaboré mais toujours principalement descriptif, il découpe la topographie historique en aménageant les tranches chronologiques pré-établies selon l’idée générale que l’on se fait de l’évolution urbaine des villes d’origine antique ou médiévale.

44L’affinement de la périodisation de l’évolution urbaine procède de l’accumulation des connaissances. Pour les villes d’origine antique, presque toujours les chefs-lieux de cités : la ville ouverte du Haut Empire, la ville close du Bas Empire et du haut Moyen Age avec son suburbium, la ville médiévale et moderne au rythme de l’extension des remparts. Pour les villes d’origine médiévale, un état proto-urbain autour d’un élément générateur (château, monastère le plus souvent) puis la ville médiévale et moderne au même rythme que celui des cités.

est au mieux un révélateur

45Il existe, par convention, des moments forts et des thèmes récurrents dans la topographie historique. La mise en place du système viaire et du centre civique du Haut Empire, la topographie religieuse, les enceintes, les lieux de pouvoir. Pour l’essentiel, ces moments forts sont induits par la documentation constituée. Ils acquièrent leur force dans la répétition. Ce sont en fait des repères descriptifs, spatiaux et temporels, auxquels on accorde une valeur excessive de révélateurs du réel.

46Quelques exemples :

  • C’est parce que nous avons hérité de la réflexion sur la ville grecque et romaine, méditerranéenne donc, que la tradition archéologique métropolitaine a porté pendant des décennies son intérêt sur les centres civiques, et qu’en conséquence ceux-ci se sont retrouvés pendant longtemps seuls à être documentés. Polis et démocratie.
  • C’est parce qu’il n’y a pas de ville antique digne de ce nom sans plan pré-établi, sans fondation donc, que des trésors d’ingéniosité ont été développés, et continuent parfois de l’être, pour en trouver là où rien n’en assure l’existence. L’ordre romain. Les plans orthonormés pullulent.
  • C’est parce que les remparts sont immédiatement perceptibles, qu’ils sont des marqueurs commodes, que les sources écrites les rend omniprésents, qu’ils instaurent une ségrégation dans des domaines documentés qu’ils fixent notre attention. Leur vertu est d’inscrire la ville dans l’espace. Toute ville antique et médiévale est montrée dans ses remparts.
  • C’est parce que la topographie religieuse est documentée par l’écrit du haut Moyen Age, de façon récurrente sinon continue, qu’elle s’impose comme l’élément essentiel de la topographie entre le 4e et le 10e-11e siècle. La continuité des cités, c’est l’Eglise.

47Se forgent ainsi des images urbaines dont on se convainc peu à peu qu’elles sont conformes à la réalité spatiale des villes antiques et médiévales.

48Dans nos pratiques, nous acceptons sans réelle critique que documentation vaille histoire. On a là deux modes de surévaluation de la valeur informative des sources, liés aux conditions de production de la documentation disponible. Le premier est lié aux conditions de la pratique archéologique, le second au statut des émetteurs de l’écrit comme les historiens l’ont établi depuis longtemps.

49Ce soi-disant état des connaissances est fondé sur une sélection des informations qui prennent sens par référence aux domaines documentés d’une façon générale dans la connaissance que nous avons d’un urbain antique, haut médiéval ou médiéval. Cet urbain, connu ou pressenti, se dresse comme un obstacle devant les informations qui n’entrent pas dans un cadre d’interprétation pré-établi. Pour le Bas Empire et le haut Moyen Age, sont doués de sens le rempart du Bas Empire, les nécropoles, les édifices religieux aux fonctions diverses. Le premier est dans le plan, les secondes dans l’archéologie, les troisièmes dans les sources écrites, parfois dans l’archéologie, parfois dans le plan.

  • 8 Même un peu schématique et excessive dans sa présentation, cette vision prévaut largement dans les (...)

50Il en ressort que la ville du haut Moyen Age (la cité) est le lieu d’exercice du Pouvoir et que l’Eglise est le moteur du maintien des villes de l’Antiquité au Moyen Age8. Ce topos est indestructible. Indubitablement vrai, mais seulement partiellement vrai, puisqu’il répond à une problématique posée en termes de continuité et de ruptures, d’essor et de déclin, de mesure du degré du caractère urbain de la ville, ou dit autrement, de phases dans un processus discontinu dont on connaît le résultat - la ville moderne - il constitue l’axe au long duquel agréger toute nouvelle information.

L’ÉVOLUTION DE LA VILLE AU FIL DU TEMPS

51Les informations se lisent, se comprennent comme des éléments constitutifs de l’espace urbain. Un dallage est une rue, un sol mosaïqué une domus, un mur épais un rempart, un fossé un système défensif, un matricule un établissement d’accueil, une ecclesia on ne sait quoi puis une église paroissiale, une aula une salle publique, etc.

52Ces éléments constitutifs de l’espace urbain, à des échelles diverses, révèlent ceux qui les ont mis en place : derrière les choses, les hommes. Les informations sont dotées d’une valeur de représentation, d’une signification qui les dépassent individuellement : la maison est l’habitant, l’atelier l’artisan, la cathédrale l’Eglise, le monastère le monachisme, le port le commerce, le cimetière la population, le château le seigneur, l’enceinte le pouvoir central, local ou municipal selon les époques, etc.

53Les acteurs antiques ou médiévaux sont rarement identifiables individuellement : tel évêque, tel comte, tel propriétaire, tel agent seigneurial ou royal. Ils le sont parfois collectivement : un chapitre, des bourgeois, le corps de ville, l’Etat. Le plus souvent, ils ne sont identifiables que par le biais des ressorts dont on considère qu’ils les ont fait agir et qui relèvent de divers registres : la religion, le pouvoir, le commerce, l’artisanat, les croyances etc.

  • 9 Pour l'utilité de tels concepts, voir P. Veyne 1971.

54L’espace urbain se trouve ainsi constitué de lieux et d’espaces à la fois distincts et emboîtés dont rendent compte la topographie religieuse, les lieux de pouvoir, les quartiers artisanaux, les lieux d’inhumation... Le renvoi à des concepts tels que le religieux, l’autorité, l’élite, l’économique, le culturel s’imposent9.

55On voit aussi de quel poids pèsent les sources écrites pour le haut Moyen Age. Depuis longtemps exploitées par les historiens, à des fins diverses, elles ont été mises en œuvre dans des systèmes d’explication qui constituent autant de repères cohérents et convaincants par rapport auxquels se situer quand on est archéologue. Le religieux est hissé au niveau de concept opératoire pour rendre compte de l’urbain au titre de sa présence récurrente dans les sources écrites, voire archéologiques. On l’institue comme catégorie de fait, à laquelle on fait répondre, comme pendant ou comme symétrique, une catégorie beaucoup moins bien documentée, celle des laïcs, par vraisemblance. Comme les sources concernant les laïcs sont numériquement faibles, émanent presque exclusivement des détenteurs de la puissance publique, sont issues pour l’essentiel des actes royaux puis seigneuriaux, s’impose, de fait là encore, la réalité d’un pouvoir laïc et de ses détenteurs, la présence de l’aristocratie ou de l’élite. De plus, la distinction entre hommes d’Eglise et laïcs est renforcée par les écrits d’origine ecclésiastique. Ces grands laïcs sont documentés de trois façons : par les textes, par les structures archéologiques, par le mobilier. Ils sont les seuls acteurs urbains révélés au côté de l’Eglise. Deux groupes sociaux identifiés donc, plus des anonymes qui, eux, ne pèsent rien. C’est l’économie qui parle pour eux. La ville est bien le lieu d’exercice du pouvoir, elle procède de l’enjeu que son contrôle engendre. Scène, elle peut être subdivisée en catégories spatiales : les lieux du pouvoir laïc, la topographie religieuse, les quartiers industrieux. Castrum, ecclesia / monasterium / claustra, portus / burgus ou civitas / suburbium sont ainsi autant de catégories d’un espace urbain composite.

TROIS CRITÈRES URBAINS

56Les catégories du “religieux”, ou des activités “religieuses”, du pouvoir, de l’économie appellent quelques commentaires.

57Dans l’analyse de l’urbain, le “religieux” n’est certainement pas une catégorie opératoire. Commode mais artificiellement générique, elle nous conduit à mettre dans un même ensemble, cathédrale, monastère suburbain, église paroissiale, voire cimetière, etc.

58Ces éléments constitutifs relèvent d’un même corpus qui a fait ses preuves dans d’autres domaines de la connaissance, comme la christianisation de l’espace urbain à laquelle ils concourent. Pour autant, ce corpus n’est pas plaquable comme tel si l’objet de recherche est changé, si l’on substitue l’objet ville à l’objet topographie religieuse. Le risque sinon est de s’engager dans une voie sans issue au bout de laquelle on se heurtera à l’impossibilité d’aller plus loin que l’inventaire et la description de ces composantes. Le fonctionnement d’une ville n’est pas liée au décompte 1 cathédrale + 12 églises paroissiales + 3 monastères d’hommes et 2 de femmes.

59Le critère religieux brut est inopérant comme tel. Le siège épiscopal est significatif à l’échelle de l’analyse de la place de la ville dans un réseau d’autorité particulier, celui de l’Eglise où la ville étudiée est mise en position de subordination, réelle ou virtuelle est un autre problème, par rapport à une métropole ecclésiastique, en position de domination par rapport à des archidiaconés, à des paroisses, etc.

60Les monastères d’hommes ou de femmes ont plus de signification dans la compréhension des modes d’investissement des laïcs ou de l’évêque que dans la mesure du pouvoir d’attraction de la ville, considéré comme un tout, ou dans la mesure de la christianisation de l’espace, aux 6e et 7e siècles. Ils ne ressortissent pas, dans un premier temps, à un nouveau mode d’urbanisation ou d’encadrement des populations mais peut-être plutôt, pour ceux situés extra muros, à la vertu d’un saint et à son pouvoir personnel d’attraction, pour ceux situés intra muros, à la mise à l’abri de communautés féminines, à l’initiative de l’évêque. Ces distinctions, établies par les historiens, devraient nous épargner de considérer l’équipement religieux comme un tout, une catégorie.

61Dans un ordre d’idées voisin, que le siège épiscopal engendre le développement d’un quartier canonial ressortit à d’autres critères utiles que celui du “religieux”. Puisque, par définition, toute cathédrale, depuis l’époque carolingienne, est dotée d’un chapitre, celui-ci n’a pas valeur de critère urbain en soi. Peuvent avoir une incidence urbaine son emprise au sol, son nombre de chanoines dans un autre registre qui est celui de la fabrique, du fonctionnement de la ville. Encore faut-il pouvoir restituer le quartier canonial, connaître le nombre des chanoines pour espérer être en mesure de saisir le rôle générateur du siège épiscopal. Il n’y a pas de commune mesure entre le chapitre qui compte huit chanoines et celui qui en compte quarante.

62Pas plus que les paroisses, par leur nombre, ne mesurent la religiosité des habitants, elles ne servent d’estimateur démographique direct de la population. Cela n’est envisageable qu’une fois établi le transfert des prérogatives de l’évêque, qu’une fois établi en quoi le patrimoine de l’Eglise fait subir une distorsion aux informations élémentaires, objectives en apparence. S’il y a toujours beaucoup plus d’églises paroissiales dans les cités que dans les villes neuves du Moyen Age dans une même région, est-ce vraiment parce que les cités sont plus populeuses (et pourquoi pas plus pieuses ?), ou parce que, par exemple, l’évêque, à la tête d’un patrimoine, administre ce fonds, assigne de nouvelles fonctions aux anciens oratoires, petits monastères privés et autres édicules dont il a la charge ?

63A l’échelle de la ville, ce qui relève du religieux ne constitue pas une catégorie homogène. Cette catégorie résulte, dans nos pratiques, d’une subordination aux sources écrites dont on considère les émetteurs comme appartenant à un groupe social mû par des préoccupations et des intérêts convergents, ceux de l’Eglise à la fois dominante et distincte du reste de la population, catégorie dont le caractère opératoire dans la description du développement urbain se justifierait au vu du résultat observable dans la topographie religieuse.

64La notion, plutôt que le concept, tant elle est floue, de pouvoir est ancrée dans nos référents comme un invariant de l’urbain. Sans autorité reconnue, acceptée ou subie, pas de ville. Qu’est-ce donc que ce pouvoir qui s’exerce en ville et sur la ville ? Il est central, par les agents qui représentent une autorité siégeant ailleurs, Etat, roi ou princes territoriaux. L’on se retrouve ici dans le cas de figure de l’évêché, où l’échelle pertinente n’est pas locale. Seigneurial, il est laïc aussi bien qu’ecclésiastique. Enfin, il est collectif quand apparaissent les corps de Ville, à différents moments du Moyen Age, selon les lieux. Là encore, on doit s’interroger sur le caractère opératoire de ces catégories. Les formes d’exercice de l’autorité sont multiples chez les uns et les autres, enchevêtrées, évolutives. Le pouvoir qu’exerce l’évêque n’est pas celui qu’exerce l’abbé d’un grand monastère. Ni les uns ni les autres ne l’exercent de la même façon au même moment. La ville parfois jouit de droits spécifiques, parfois relève du droit commun, parfois est divisée en espaces de droit particulier. Est-ce le pouvoir tel que nous le réifions qui est une notion utile, ou les formes de l’exercice du droit, les modalités d’extension de leurs prérogatives par les uns ou les autres, les tentatives d’entrée dans le jeu de ceux qui en sont exclus, la norme et les pratiques, les conflits et ce qu’ils révèlent des oppositions rencontrées par les uns et les autres dans le jeu social ?

65L’économie est aussi présente, “par nature”. Pour les archéologues, elle se lit selon que les activités peuvent être liées à la production, à la transformation, aux services, au commerce. Activités de production ou de transformation posent la question largement débattue de leur cadre d’exercice : domestique ou artisanal ? L’appréciation du volume d’activité, étant entendu sa nécessaire existence dans un système ouvert ou fermé, se mesure aux attestations d’échange à plus ou moins longue distance, aux créations de marchés et de foires, au droit de battre monnaie, aux relations avec le plat pays, aux vestiges archéologiques : ateliers, scories, ossements d’animaux, boutiques etc. Sans activité économique forte et diversifiée, pas de vraie ville. Lorsque les textes sont muets de même que la morphologie, ou que les premiers demeurent trop allusifs (vicus, portus, burgus), l’archéologie doit prendre le relais. Ateliers, entrepôts et mobilier témoignent et de la présence d’activités et de la nature des échanges ou du commerce.

66Le présupposé de base, selon lequel le fait urbain est nécessairement marqué par la centralité simultanée des fonctions liées au politique (dont procède le “religieux”) et à l’économique en ville, est présent à toutes les étapes de la réflexion. Il fournit un cadre de référence qui donne un sens à toute information et permet de mettre le corpus en perspective par rapport à une question-clé : est-ce plus ou moins urbain ? Il existerait donc un idéal urbain invariant vers quoi tendraient toutes les sociétés qui, selon leur structure et leur état de développement, engendreraient des villes plus ou moins marquées par le pouvoir, par l’économie.

67Cette vision de la ville justifie la description globalisante qui ne considère une ville que comme un tout. Décrire, ce serait dupliquer le réel. Ce serait aussi expliquer par rapport à des référents implicites, définir la place d’une ville dans une hiérarchie convenue, fondée sur la complexité, et donc sur la croissance permanente et nécessaire. C’est en cela que la topographie historique se révèle une fin en soi. Elle incorpore le principe d’évolution et de croissance.

DES BRIQUES ET DES STATUTS

68Dans cette optique, la procédure archéologique fait appel alors une myriade d’attributs tous placés au même niveau : tout concourt, sans grand discernement, à mesurer le degré urbain d’une ville. Un carrefour routier, un franchissement, un atelier monétaire, des scories, des monnaies, une attestation de marché, un droit de battre monnaie, une église, un monastère, un siège d’évêché, de vicaria, de pagus, etc.

69Dans la démonstration archéologique, il est admis qu’une ville est constituée de secteurs d’activité relevant de types pré-établis attestant le caractère plus ou moins urbain d’une localité. Secteurs publics, religieux, habitat privé, structures artisanales, lieux funéraires. L’objet de la discussion porte sur leur articulation et sur la place relative que chacun occupe, ce qui caractérise le type de ville. Dans la longue durée, les glissements fonctionnels restituent l’histoire urbaine : selon les époques, la ville tient une place plus ou moins centrale aux plans politique, religieux, économique. La relation entre le statut et la réalité physique doit être établie. Les contradictions ne peuvent provenir que de lacunes factuelles. Leur résolution viendra de l’élargissement du corpus des preuves.

  • 10 A propos de vacance conceptuelle dans l'étude de l'urbain, voir M. Cosinshi et J.-B. Racine, artic (...)

70Le nombre des occurrences fait la ville10.

L’EXPLICATION FONCTIONNELLE ET LES EFFETS STRUCTURANTS

  • 11 Par exemple, Beaujeu-Garnier, Géographie urbaine 1980, G. Sjoberg 1960.

71Une option plus organisationnelle est fondée sur une analyse plus fine des fonctions urbaines, en s’efforçant de mieux saisir l’échelle de pertinence des informations disponibles. Importée de la géographie classique, parfois modernisée par la sociologie historique structuralo-fonctionnaliste11, elle présente, à nos yeux, pour principal avantage de permettre d’ordonner des informations qui, considérées individuellement, sont insignifiantes.

72Au-delà de l’analyse des fonctions et la fondant se trouve toujours le même référent urbain implicite de la ville comme lieu du politique, de l’économique, voire du culturel mais ici la concentration de population, la démographie n’est plus considérée comme un facteur discriminant de l’urbain, un référent de base ou un prérequis, mais comme la conséquence du développement urbain. Là sont les critères de l’urbain. La ville est plus active que ce qui l’entoure. Plus elle concentre d’activités politiques, économiques, culturelles plus elle est urbaine. Une hiérarchie des villes (qui ne nous occupe pas ici mais est partout présente insidieusement) est rendue possible sur ces bases. Ce que l’on mesure le mieux est le développement urbain, les gains fonctionnels.

73Dans la procédure, les preuves sont donc à chercher dans les fonctions remplies par une ville particulière. Or l’archéologie documente ces fonctions de la façon suivante : l’interprétation des informations élémentaires, la valeur de marqueur urbain qui leur est prêtée, la fonction satisfaite dont elles attestent la présence. Le système d’interprétation compte trois étages :

741. le fait élémentaire interprété comme élément constitutif de l’espace urbain :

une domus, un atelier de potier, une basilique civile, une nécropole publique, une résidence princière, un aménagement de berge par exemple.

752. la valeur de marqueur urbain qu’il représente :

Certains marqueurs ont une valeur chronologique limitée, sont considérés comme stables dans toute la tranche chronologique considérée : une domus ne vaut que pour l’Antiquité ; une église paroissiale vaut de son origine à sa suppression, du haut Moyen Age aux Temps modernes. Les domus sont urbaines, les églises paroissiales, par leur nombre et leur proximité, sont un indicateur de la concentration de population. Leur création et leur nombre constituent un estimateur du caractère urbain d’une agglomération.
D’autres marqueurs ont une valeur qui évolue : un même monastère, ou un atelier monétaire, ont une valeur d’indicateur urbain variable selon les époques. Un monastère suburbain du haut Moyen Age se voit attribuer une vertu de révélateur urbain plus forte qu’un monastère médiéval ou moderne. Un atelier monétaire du haut Moyen Age est censé plaider en faveur de l’existence d’activités économiques qu’il faut attester à cette époque alors qu’elles vont de soi au Moyen Age.

  • 12 Parfois sont utilisées les fonctions primaires, secondaires, tertiaires. Adaptées à la macro-écono (...)

763. la fonction induite12 :

  • 13 On peut les reconstituer comme telles dans la bibliographie, sans qu'elles soient organisées de ce (...)

77les fonctions sont de trois ordres : banales, développées, statutaires13 :

- banales, celles qui sont nécessaires au fonctionnement d’une ville et à la satisfaction des besoins quotidiens de la population
- développées, celles qui sont fondées sur l’exploitation d’une ressource locale, la mise à profit d’une localisation avantageuse et entraînent la multiplication d’activités de production, de transformation, d’échange.
- statutaires, celles qui découlent du choix d’implantation de ses représentants dans la ville considérée par une autorité extérieure.

78En référent permanent, dans ce système d’organisation de l’information, se trouvent les critères de l’urbain dont chaque information contribue, avec d’autres, à montrer la satisfaction : politique, économique, culturel, démographique (par exemple).

79Dans le raisonnement archéologique, selon que l’on se place dans la perspective d’une étude limitée dans le temps, ou au contraire diachronique, le processus d’interprétation n’est pas identique.

Etude dans le temps court

80Marque le temps court une durée qui s’inscrit dans une période reconnue homogène X au Haut Empire, Y aux 9e-10e siècles, Z au Moyen Age.

81Deux étages sont alors utiles. Par un raccourci fondé sur l’usage, on passe de l’information interprétée à la fonction qu’elle représente. La valeur urbaine d’un élément particulier est reconnue par la communauté scientifique. Les critères urbains ont, eux, une valeur d’axiome. Ils n’ont donc pas lieu d’être discutés et forment le noyau autour duquel gravitent les interprétations selon des pondérations, des combinaisons toujours plus raffinées, à l’infini...

82Des types, des profils se définissent : ville de pouvoir, ville/agglomération marchande, ville religieuse, port, etc. Une grande ville cumule les types individualisés. La question porte souvent sur les seuils à définir : à partir de quelle masse de maisons, d’ateliers, de quel équipement public ou religieux une agglomération peut-elle vraiment être qualifiée d’urbaine ?

Etude dans le temps long

83Marque le temps long, un changement d’état reconnu de la société compris dans la fourchette chronologique. X antique (de la Tène finale au 6e siècle après J.-C), Y antique et médiévale, etc.

84Cette fois, l’accent sera mis sur la phase deux du traitement qui consiste à repérer les changements de valeur des marqueurs urbains, l’apparition de nouveaux marqueurs, toujours en référence à nos critères urbains. Par exemple, la permanence de l’exercice du pouvoir, la position administrative centrale seraient traduits par certains des éléments suivants attestés dans les sources écrites ou archéologiques :

basilique romaine, praetorium, palais comtal mérovingien et/ou carolingien, atelier monétaire seigneurial, château seigneurial, château royal, prison de l’évêque, de l’abbé X, seigneuriale, hôtel des monnaies, grenier à sel, hôtel de ville, halle, remparts particuliers, remparts de ville.

85Tous ces éléments participent, parmi d’autres, de l’exercice du pouvoir, de différents pouvoirs, en ville. Il existe une équivalence de nature entre le mot ou le vestige et la fonction, voire le sens.

86Ces éléments se répartissent donc fonctionnellement aux trois niveaux énoncé plus haut, banal, développé, statutaire selon l’analyse conduite :

  • Fonctions banales : château, atelier monétaire, marché et prisons seigneuriaux, remparts particuliers, hôtel de ville, halle etc.
  • Fonctions développées ; les remparts de ville successifs, industrie particulière, aménagements portuaires massifs, mais à nouveau, éventuellement, atelier monétaire, marché etc.
  • Fonctions statutaires : palais comtal mérovingien si représentant du roi, atelier monétaire quand royal, grenier à sel parce que... etc.

87Il en va de même dans l’analyse des éléments de la topographie religieuse qui sont répartis selon qu’ils sont représentatifs de fonctions banales : les églises paroissiales desservent la population, l’encadrent ; ou indicateurs indirects de fonctions développées : une abbaye, par sa capacité à concentrer et à engendrer des surplus, plus tard les ordres mendiants qui marquent l’importance démographique de la ville ; ou représentatifs d’une fonction statutaire, comme l’évêché.

88Existe une série d’automatismes qui associent le mot ou la chose à une fonction, ou à un sens. Pour l’essentiel ils relèvent de l’exercice de l’autorité dont ils surévaluent la présence, par le croisement des sources redondantes.

89Enfin, les informations qui relèvent des activités économiques se répartissent à différents niveaux. Elles sont plus difficiles à interpréter, lorsque exclusivement archéologiques. Il faut alors leur prêter une valeur générique. L’activité marchande et artisanale peut aussi bien avoir pour objet l’approvisionnement de la ville, concourir à son fonctionnement et être ainsi du ressort des fonctions banales que liée à des fonctions développées, inscrites dans le commerce à longue distance. L’atelier monétaire, le marché sont dans ce cas, comme les produits céramiques ou les denrées alimentaires, les ressources locales selon le rayon de leur diffusion.

DES ÉCHELLES MULTIPLES

90Fonctions développées et fonctions statutaires se mesurent selon le territoire concerné par leur exercice. Les réseaux d’approvisionnement ou d’échange peuvent mettre une ville dans une position centrale à l’échelle locale, régionale, supra-régionale, internationale. La plus grande malléabilité du système de mise en œuvre des informations permet de créer des échelle distinctes selon, par exemple, le produit concerné, les besoins que les habitants cherchent à satisfaire. Pour les denrées ou les produits de l’artisanat, les concepts d’approvisionnement et de diffusion précisent ceux d’échange et de commerce.

91Ils ont pour intérêt de permettre d’entrer dans des domaines très mal documentés. Tout à l’heure, on aurait fait l’amalgame entre une mention de marchand dans une vie de saint, un droit de marché dans un diplôme royal, une boutique du terrain et des objets importés de loin pour inscrire la ville dans le grand commerce, conclure à l’éminence de son rôle commercial. Maintenant, on se place en meilleure position pour distinguer que le marché a une valeur locale, que les quelques objets qui viennent de loin témoignent plutôt d’une logique du don que d’une logique commerciale, que le marchand l’est de produits de grand luxe sans commune mesure avec le marché, que la boutique est liée à une activité de pèlerinage, etc. On s’approche de l’analyse des modalités de fonctionnement de l’urbain.

92L’interaction entre fonctions banales et développées ressort plus clairement de la distinction que l’on s’efforce d’opérer. Le retentissement des fonctions développées sur les fonctions banales est un moyen de mieux approcher la réalité démographique. L’accroissement des fonctions développées engendre automatiquement, en retour, l’accroissement des fonctions banales selon une loi qui veut que plus grande est la part de la population spécialisée, plus grande est, en conséquence, la part de la population se livrant à des activités de service.

93Dans cette optique, les églises paroissiales, témoignent aussi du service offert aux habitants et comme leur nombre est un élément inféré du développement économique, il témoigne, à son tour, de l’accroissement démographique. Ainsi, les variables sont lisibles à plusieurs fins, toutes ne sont pas univoques.

94On abandonne ici la lecture directe des sources écrites, l’addition des briques et des statuts pour répartir les informations disponibles dans des ensembles fonctionnels. La distance aux sources est mieux marquée que dans le système purement descriptif au fil du temps. Les conditions d’émission des sources écrites passées au filtre d’un système interprétatif plus élaboré, quoique toujours sous-tendu par l’idée de ville. Il y a bien un objet scientifique élaboré qui fait changer les informations de statut. Elles deviennent éléments constitutifs de plusieurs logiques identifiées simultanément à l’œuvre : celles du politique, de l’économie dont la démographie sert d’estimateur du succès.

95Le modèle descriptif est donc plus complexe qu’auparavant, mais le système explicatif fait appel aux mêmes ressorts qui relèvent de la macro-échelle. C’est l’état général de la société, le système économique et social dominant qui expliquent la structure urbaine et les rôles attribués à chacun. Quel que soit le terme que nous employons (urbanisation, croissance, densification, etc.) nous y considérons la ville comme un processus qui tend vers une complexité toujours croissante. Le développement est inscrit comme moteur implicite de l’urbain.

96Ce modèle partage avec le précédent de sélectionner celles des informations qui expliquent le développement, quoique de façon plus cohérente et démonstrative. Il reste orienté exclusivement vers la mise en évidence des causes qui permettent de rendre compte du résultat observé.

LA TENTATION ORGANICISTE

LA LOGIQUE DU VIVANT

97La littérature des archéologues, comme celle des historiens d’ailleurs, pullule de métaphores organicistes. Schématiquement, chez les historiens, c’est le corps social qui fonctionne comme un organisme, alors que chez les archéologues, c’est l’espace urbain. Vieille comme le monde (la ville), la conception organique de la société (urbaine) domine nos travaux.

98De la cellule familiale aux élus à la tête de l’organisme urbain, en passant par le poumon économique, les principales artères, le tissu urbain ou social, je n’en finirais pas d’énumérer les métaphores que nous utilisons, par commodité ? par conviction ? La ville agit : elle naît, grandit, se développe, se rétracte, décline, meurt parfois, le plus souvent prend un nouveau départ ou renaît de ses cendres après sêtre assoupie, avoir survécu. Le principal problème réside en ce que la différence entre discours par analogie et concept d’identité de nature est rarement consciente. Il me paraît d’autant plus préjudiciable lorsque l’approche est archéologique, lorsque l’étude porte sur la ville comme objet fabriqué par ses habitants. Si, dans l’examen des entreprises des habitants, nous faisons appel, par analogie, pour préciser la place que chacun occupe dans la société, individu ou groupe, à des images, en étant conscient que ce n’est pas une identité de nature que nous établissons, la conséquence est négligeable. Or cet appel n’est pas occasionnel, il est constant et, sinon inconscient, nulle part justifié : il va de soi. Et non seulement lorsqu’il s’agit de traiter des actions des sociétés urbaines, mais aussi de la ville, entendue ici, non comme les représentants de la communauté des habitants (municipalité, corps de Ville), les groupes qui l’occupent, mais bien l’espace physique.

99Ainsi, une ville devient un organisme qui relève de la logique du vivant, son destin est de naître, croître, souffrir et mourir, sans se reproduire toutefois. Sa génération doit être spontanée.

100Derrière les facilités de langage qu’autorise la personnification de la ville se trouve une commodité : les phénomènes inexplicables n’ont pas à être traités, une allusion suffit. Pour une part, c’est l’indigence de la documentation qui engendre cette attitude. A partir du Haut Empire, la ville se développe : nous sommes dans l’incapacité d’en dire plus, des conditions de création, des modalités d’organisation de l’espace ; cette formule vague est à la mesure de notre connaissance. Soit. Il n’empêche qu’insidieusement se met en place l’idée qu’une ville a sa propre logique, indépendante de celle des sociétés successives qui l’ont mise en place.

101Les conséquences ne sont pas à la seule échelle du descriptif, c’est la conception du fait urbain, de l’action des hommes et des sociétés qui en est sous-estimée. Si la ville a son autonomie, alors elle existe en dehors des sociétés. Peut-on exclure que l’intérêt d’étude de l’objet urbain soit la relation avec les hommes, les sociétés qui ont produit la ville ?

102Or, une ville - l’espace urbain - ne fait rien, directement. Elle est le produit des sociétés qui se sont succédé et l’ont faite telle qu’elle est observable aujourd’hui. Même si nos talents littéraires en souffrent, la voie adaptée pour parler de la ville est le passif ! La ville ne s’étend pas : l’adjonction de tel ou tel élément, le développement de telle activité engendrent l’annexion de tels nouveaux secteurs, leur urbanisation. Le constat d’une rétraction ne constitue pas son analyse, a fortiori son explication. Que telle ville traverse la période incertaine du haut Moyen Age, puisqu’elle existait dans l’Antiquité et quelle renaît après l’an Mil, dispense de s’interroger sur les modalités et les causes de son maintien. Elle a survécu, c’est tout !

103Le regard de l’archéologue se porte sur les états successifs de l’espace urbain. L’état de ville, les états successifs, malgré le paradoxe, devraient guider sa recherche, en être l’objet, ou la construction provisoire par laquelle passe son étude. Les sociétés changent, pas les villes. Ces dernières subissent, de façon différée, la transformation des sociétés urbaines, même si indirectement elles pèsent lourdement, par leur organisation héritée, sur l’action des hommes, même si, dans ce sens, elles sont acteur du changement. Un des rôles de l’archéologue est de mesurer ce temps de latence, les modalités de l’interaction entre la société et la matérialité de l’espace urbain. Sous réserve que le postulat ne soit pas faussé. Les rythmes de transformation de l’espace urbain sont à une échelle qui est celle des sociétés. Aménagements, modifications ne signifient pas évolution. Mesurer la différence entre changement et évolution nécessite que l’on ne replace pas les observations dans une perspective vitaliste. Rendre la ville autonome conduit à mésestimer des phénomènes importants dans l’histoire des villes.

104Or, considérer la ville comme un être vivant revient à postuler son existence autonome, individuelle, et à minimiser la nécessité de l’intervention permanente et impérative de la société, à expliquer par une sorte de logique du vivant, un élan vital, un déterminisme biologique, le maintien des villes aux moments où la documentation est défaillante.

L’ESPACE COMME DONNÉ

105Euclidien, il est ici neutre, préexistant et éternel. Il s’arpente, se mesure, se parcourt, se délimite, se découpe. Support des activités humaines, il est le lieu des réalisations, des actions, des enjeux, des rivalités. Sous-jacent, il est insensible à l’agitation, aux modifications. Son éternité lui assure, au-delà des atteintes de l’Homme ou de la Nature, de conserver sa substance.

106Objectif, normable et normé, il nous assure un référent inusable par sa stabilité. Sa pérennité le mue en invariant auquel rapporter d’autres mesures, celles de phénomènes évolutifs, pour lesquelles il offre un étalon indiscutable.

107Qualifié d’urbain, réduit donc à une de ses catégories sensibles, l’espace reste objectif, perd en invariance. Le référent qui s’impose alors, conceptualisé ou pas, est celui du plus haut degré d’urbanisation de l’espace-neutre, selon un rapport étendue/densité. L’espace-le-plus-urbanisé constitue le repère tangible. S’impose un espace urbain-référence. C’est alors que la ville peut croître et se rétracter, conquérir et aménager. Elle est agissante sur son support. C’est alors aussi que l’impact des réalisations peut être au moins évalué, au mieux mesuré, le degré de précision étant redevable de la qualité des sources disponibles. C’est dans l’espace préalablement défini que, de façon relative, se jauge la capacité d’action des sociétés successives.

108Il existerait ainsi un espace urbain des villes, dans lequel et sur lequel ont agi les sociétés. S’il offre, s’il constitue bien un référent invariant, son degré d’organisation reflète le degré de capacité organisatrice des sociétés qui l’ont occupé. La mesure de l’espace urbanisé engendre la mesure de l’urbanité de la société. L’une et l’autre vont de pair.

109Lorsque prévaut cette acception du terme espace, perçu d’abord comme une étendue, une surface, puis comme une zone, la chaîne opératoire qui s’impose consiste à qualifier les éléments constitutifs de cet espace, les sous-ensembles qui le composent selon des catégories qui soulignent leur caractère essentiel. Invariant et objectif, l’espace urbain-référence est composite. Les sources, et surtout leurs lacunes, pèsent si lourdement sur les conditions d’appréhension de l’espace, de ce à quoi il est soumis par les uns et les autres, par la nature, qu’une phase de restitution, de reconstruction de l’espace urbain comme objet neutre est inévitable, dans un premier temps, au niveau descriptif. Avant l’apparition des premières représentations, généralement au 16e siècle, des premiers plans au 17e siècle, la délimitation de la zone urbanisée ne peut procéder que d’une restitution.

110La limite à imposer à l’analyse, en ces termes, consiste en deux garanties à prendre. Exclure la notion subreptice, avec tout ce qu’elle comporte de jugements de valeur, d’espace urbain-référence, et donc respecter dans l’énoncé des faits la neutralité qui s’accorde avec celle de l’objet décrit et du système de référence adopté. De même, ne pas considérer la ville comme agissante en soi dans une vision organiciste qui transfère du corps social à la ville comme espace une vie dont elle n’est pas dotée. La ville ne vit ni n’agit. L’étendue n’est pas synonyme d’activité.

***

111Schématiquement, ces façons de pratiquer, qui sont aussi les miennes, se caractérisent par une tendance à réifier les phénomènes observés, à mettre en présence des substances dont on observe les relations : la Société, la Ville, l’Espace, l’Eglise, le Pouvoir, l’Economie, la Structure, etc.

112Evolutionniste et finaliste, cette appréhension est sous-tendue par une conception réductrice de la complexité et par celle d’un idéal urbain vers quoi tendraient toutes les sociétés. Ici, la complexité justifie la réduction de l’étude de l’urbain à celle des facteurs marquants, donc à l’étude individuelle de facteurs explicatifs. Cette appréhension ouvre la voie à des positionnements qui recherchent une raison dernière : la ville, c’est le politique, la ville, c’est l’économique. Selon l’état des rapports entre les substances, à tel moment, l’un l’emporte, puis l’autre. Le vrai succès urbain, c’est le nombre. La vraie ville, c’est le nombre et la variété.

  • 14 Dans la seconde partie, qui va suivre, pour les concepts empruntés, je renverrai en note à leurs a (...)

113Existe bien une connaissance statistique de la ville médiévale, qui la résume, étroitement dépendante de questions élaborées à macroé-chelle. Cette connaissance statistique, utilisée comme référent, met les êtres concrets14 qui constituent une société urbaine particulière en position de variables désincarnées, élimine les logiques propres à chaque ville, pour fondre l’ensemble ville et société dans un modèle explicatif global, d’expression typique.

Notes

1 Même quand une fouille est réalisée pour examiner une question précise : établissement et fonctionnement d'une structure particulière antique ou médiévale, elle apporte pour les autres périodes des informations sur les changements des modalités d'utilisation du sol. La dévolution d'un site à une fonction précise et documentée préalablement à la fouille ne concerne jamais qu'une partie de l'histoire de ce site.

2 Epigraphie, itinéraires, histoires, vies, actes de la pratique, diplômes royaux... contemporains des époques étudiées.

3 Exceptionnels “plans” du 15e siècle, vues de villes à partir du 16e siècle, plans et censives des 17e et 18e siècles, cadastre “ancien” du 19e siècle, tous documents très postérieurs à l'Antiquité ou au Moyen Age.

4 En élévation, ou à l'état de trace, le bâti a la même valeur informative.

5 C'est ce qui m'a conduit à conclure, dans le cas de Tours, que la ville préindustrielle devait peu à la ville antique, tout ou presque au haut Moyen Age (par ex. 1985, 1988).

6 Quand, à partir d'objets, il est possible de prouver l'existence de productions locales : émissions de monnaies, de poteries, travail de l'os, des métaux etc.

7 Des entreprises historiques et archéologiques, plus ou moins critiques, aux objectifs divers se traduisent par des séries de publications à l'utilité incontestable. Par exemple, pour la France, des séries consacrées au seul état antique de villes ; à la topographie chrétienne des cités de la Gaule jusqu'au milieu du 8e siècle. L'entreprise engagée au ministère de la Culture par le Centre National d'Archéologie Urbaine s'inscrit dans la perspective d'un bilan raisonné des connaissances en matière de topographie historique depuis les origines de chaque ville traitée, avec, pour objectif, la mise en place d'un outil de réflexion destiné à permettre une meilleure prise en considération du potentiel archéologique du sol. Des expériences similaires existent en Europe (recensions par : H. Galinié, Potentiel archéologique urbain et évaluation, Nouvelles de l'archéologie, 55, 1994 et F. Verhaeghe, Documents d'évaluation du patrimoine archéologique urbain, compte rendu, Archéologie Médiévale 22, 1992).

8 Même un peu schématique et excessive dans sa présentation, cette vision prévaut largement dans les études qui portent sur une ville dans son ensemble.

9 Pour l'utilité de tels concepts, voir P. Veyne 1971.

10 A propos de vacance conceptuelle dans l'étude de l'urbain, voir M. Cosinshi et J.-B. Racine, article Géographie urbaine dans A. Bailly et al., Les concepts de la géographie humaine 1984, 1995.

11 Par exemple, Beaujeu-Garnier, Géographie urbaine 1980, G. Sjoberg 1960.

12 Parfois sont utilisées les fonctions primaires, secondaires, tertiaires. Adaptées à la macro-économie, elles sont ici hors d'échelle et anachroniques.

13 On peut les reconstituer comme telles dans la bibliographie, sans qu'elles soient organisées de cette façon, ce qui conduit souvent à des confusions de niveau de pertinence des informations. Par exemple, C. Heighway The Erosion of History, Londres 1972, Van Es et al. 1982, Het bodemarchief bedreigd. Pour une réflexion sur les niveaux de pertinence des fonctions urbaines, B. Lepetit 1988.

14 Dans la seconde partie, qui va suivre, pour les concepts empruntés, je renverrai en note à leurs auteurs, cités en bibliographie générale. Ici, Bachelard 1938, Lahire 1996.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540