Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville, espace urbain et archéologie

 | 
Henri Galinié

Avant-propos

Texte intégral

1Cet essai trouve sa source dans une pratique de l’archéologie urbaine dans une ville à laquelle je me réfèrerai souvent, Tours. Non parce qu’elle vaut pour toutes les villes, mais parce qu’elle est celle dont la connaissance des sources m’est familière et que, par expérience, j’ai acquis la conviction qu’existe une échelle imposée et univoque de l’archéologie urbaine, stricto sensu, qui est locale. Maints phénomènes s’examinent à d’autres échelles, la fabrique d’une ville, elle, s’élabore sur place. La mesure des phénomènes de plus large ampleur, leur impact local, doivent être pris en considération, ce sont des facteurs déterminants, mais parmi d’autres qui sont appréhendables, interprétables en un lieu, qui font que ce lieu est ce qu’il est, à tel moment.

2C’est bien sûr prôner les vertus de la méthode comparative. C’est aussi considérer que la forme d’histoire que l’on peut écrire dépasse les seuls intérêts locaux, que le singulier ne l’est que partiellement, qu’il existe un lien fort entre micro et macro sociétés. C’est indirectement plaider pour l’adoption d’une démarche dont on espère qu’elle convaincra d’autres de l’adopter, sinon le pari est perdu. Je ne connais pas dix villes en Europe qui soient l’objet d’un traitement systématique de leurs sources pour le premier millénaire. C’est bien insuffisant pour progresser. Si cet essai ouvre la porte à un débat sur le traitement des sources, s’il est remis en cause, il aura atteint son objectif.

3Lorsque nous découvrons un plan restitué antique ou médiéval de ville européenne, ou un levé cadastral du 18e ou du 19e siècle, nous nous sentons en terre connue. Le plan nous parle, évoque des similitudes, du déjà vu. Des particularités peuvent surprendre, réponse locale à une situation spécifique, mais les éléments individuels qui composent le plan, leur distribution, leur organisation parcellaire, le système de voirie, celui de défense, tout - ce que nous appelons la structure urbaine - y présente des caractéristiques communes avec celles d’autres villes qui nous sont plus familières, ce qui autorise une première compréhension intuitive.

4Ce sentiment, fondé sur une connaissance plus ou moins approfondie, est renforcé par un autre, de terre étrangère, devant un plan identique de ville arabe ou chinoise, ou encore pré-colombienne. Si l’on y reconnaît bien des éléments qui ressortissent à la ville, à l’idée que l’on s’en fait, passé le niveau de l’impression d’ensemble, les différences s’accusent, les repères manquent. Ce qui était partagé ne l’est plus, ou ne l’est plus au même niveau. Certes il y a des rues, des îlots, des places, des lieux publics, des défenses, mais la place respective des uns et des autres - défenses mises à part peut-être - est si distincte que l’on sait d’emblée être dans un autre monde urbain.

5Ce sentiment d’être dans une forme de l’urbain partagée en Europe, connaissant certes des expressions variées liées aux conditions historiques, à l’ancienneté du fait urbain, aux particularités régionales, à une multitude de facteurs d’ampleur diverse, qui ne sont pour autant pas un obstacle à la réalisation de villes d’un type identique, est un défi à l’analyse et justifie, dans nos systèmes d’interprétation, le recours à des théories explicatives dépassant largement le champ urbain.

6Quelles sont les forces en jeu pour que, de Milan à Dublin, de Bordeaux à Cologne, ce qui rapproche soit plus prégnant que ce qui sépare ? Le hasard ? Une série cumulative de hasards ? ou de nécessités ? Quels déterminismes ? Quelle volonté humaine ou supérieure ? Quel architecte ?

7La réponse, on le sait, comme la question, est vaine, posée en ces termes. Le constat autorise simplement, dans nos pratiques, la conviction que parler de l’une de ces villes, c’est aussi parler un peu des autres, que les phénomènes à l’œuvre sont multiples et complexes, mais comparables plus qu’opposables. Si l’une des questions est toujours de saisir la part de l’initiative individuelle, du sujet ou de l’agent, et celle du poids des sociétés, la balance penche dès l’origine en faveur des secondes, sauf à ériger le hasard en structure codifiée, uniforme et organisatrice.

8Un pré-requis au discours scientifique est de préciser les choix auxquels on procède dans la mise en œuvre de cet acteur urbain aux dimensions variables que constitue l’individu tantôt sujet tantôt agent d’un groupe social, d’une communauté, d’une organisation, de la société, la validité opératoire que représente sa mise en situation par rapport à l’espace urbain, à la ville.

9Rapportée à des périodes mal documentées, il conviendra de s’interroger sur la validité de l’inversion de la procédure qui souvent consiste à créer, à partir de la société un homme-type du haut Moyen Age, d’une organisation un représentant-type du pouvoir central, d’une communauté un moine ou un chanoine-type, d’un groupe social un artisan ou un marchand-type, etc. Le même niveau de typification est sensible en archéologie, à partir des structures du terrain où la maison crée l’habitant, l’atelier l’artisan, la parure le riche ou l’arme le soldat.

10Entrer en ville par l’archéologie n’est qu’une des façons, technique celle-là, de restreindre le champ du réel accessible. C’est convenir des limites de la connaissance possible et tirer les enseignements de cette conscience. Mais ce n’est pas pour autant restreindre le champ à la seule matérialité des choses. C’est tenter de saisir la totalité de la réalité appréhendable par ce biais. Cela demande l’instauration de relations adaptées avec les autres sources, différentes de celles entretenues aujourd’hui. Si la démarche passe bien, à l’origine, des sources archéologiques à l’espace, puis de l’espace aux composantes sociales, c’est pour mettre ensuite en marche un mouvement permanent d’aller et retour. Il va de soi que les sources archéologiques seules, les sources écrites seules, les sources planimétriques seules, autrement dit les champs disciplinaires existants, interdisent de poser la question urbaine dans les termes où elle a été posée ici.

11Il faut donc entendre archéologique non comme une réduction du champ par une limitation disciplinaire - les réalisations matérielles, la ville comme ensemble de réalisations - mais comme une réduction de l’angle d’appréhension d’un champ lui-même sans limites -l’interdépendance, l’interaction entre composantes sociales et espace où les réalisations matérielles revêtent une double signification symétrique : la fin identifiable qui les inspira, le résultat observable qu’elles fixent. La mobilisation des différentes sources vise à prendre en considération ce double objectif d’identification des fins par compréhension, d’explication de la complexité des facteurs conduisant au résultat observable, le processus.

12On voit ici que compréhension et explication ne se situent pas au même niveau dans la procédure, ne remplissent pas des rôles symétriques ou complémentaires. La compréhension est un moyen, un outil qui vise à l’identification des fins poursuivies, alors que l’explication est un but recherché qui, lui, fait appel à ses propres outils. Saisir cette différence entre compréhension et explication dans la démarche demande que l’on prenne la mesure du double statut de l’explication, interne et externe. Interne, l’explication vise à rendre raison des modalités qui expliquent le processus local dans un contexte plus large que celui de la seule ville considérée. Externe, l’explication vise à mettre une ville en position de comparaison par rapport à d’autres villes en se fondant sur l’observation de régularités. Ici, seule l’explication interne est pertinente, à l’échelle retenue.

13La première certitude acquise est que la forme d’histoire qui en résulte est en retrait par rapport au récit urbain de la topographie historique auquel nous sommes accoutumés. Ce n’est pas la société dans son espace qui est au centre des préoccupations mais la nature de la relation qui lie espace et société, dont il apparaît bien vite que seuls des moments peuvent être saisis, en fonction de la documentation existante.

14De la sorte, on ne se trouve tout à fait ni dans l’archéologie urbaine, ni dans l’histoire urbaine, ni dans l’analyse des formes urbaines. C’est une situation inconfortable que la recherche de délimitation d’un objet scientifique aux contours mal arrêtés où personne, selon les disciplines reconnues, ne se sent à son aise, parce que chaque chose n’existe que par rapport à l’espace en permanente transformation.

15Ainsi la tentative de positionnement de l’espace au centre des préoccupations engendre des modifications de pratique dont j’ai le sentiment de n’avoir qu’entrevu l’ampleur. Loin de souhaiter clore la question en proposant solutions ou recettes, cet essai a pour ambition de contribuer au débat sur les modalités d’étude de l’espace et des sociétés urbaines antiques et médiévales.

16Il doit beaucoup à des échanges informels, au fil du temps, avec des archéologues et des historiens. Il doit, bien sûr, à mes collègues de l’UMR 6575 Archéologie et Territoires. Tel qu’il est, il doit encore au petit groupe qui, constitué de chercheurs de secteurs divers des sciences humaines ou sociales, fonctionne au sein de la Maison des Sciences de la Ville de l’Université de Tours, dans des séminaires ou des discussions libres, partage une passion commune pour la fabrique sociale de la ville. Sans le besoin réciproque de connaître les pratiques disciplinaires de chacun, je n’aurais pas tenté de faire le tour des miennes, remis en cause et infléchi ma démarche.

17Les uns et les autres, par ce qu’ils m’ont appris et fait découvrir, souvent sans le savoir, sont à l’origine de cet essai. Je les en remercie.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540