Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche et développement régional durable

 | 
Corinne Larrue

Session 6. Quelles recherches pour le développement régional durable / Research for sustainable regional development

Conclusion

Texte intégral

1Ce symposium a permis d’aborder la question de la dimension spatiale du développement durable. Les enjeux territoriaux sont de véritables révélateurs des difficultés de la mise en oeuvre du développement durable et plus particulièrement de la nécessité d’adapter les mécanismes institutionnels, économiques et sociaux à une échelle locale et régionale et d’assurer la cohérence avec les niveaux nationaux et européens.

2C’est en effet à une échelle locale et régionale que les contradictions et les effets d’un développement non durable sont les plus perceptibles. C’est à cette échelle que l’on doit pouvoir mesurer le changement, que la mobilisation des acteurs doit être effective, que les innovations institutionnelles et les leviers d’action peuvent être développés. Toutefois, cela reste difficile à réaliser comme en témoignent les expériences rapportées au cours de ce symposium.

3Au regard de ces questions, les présentations et discussions qui ont eu lieu mettent en évidence plusieurs enseignements :

4Le développement durable régional n’est pas un modèle mais une construction : les politiques d’aménagement du territoire devraient être à même de répondre aux enjeux du développement durable. Les présentations des dispositifs en place tout comme les réflexions plus générales présentées dans le symposium mettent en évidence les processus, les mécanismes et les procédures qui concourent à un développement régional durable. Toutefois, le développement durable régional ne se décrète pas. Il s’appuie sur une démarche volontaire, portée politiquement et mobilisant des outils spécifiques dont certains ont été présentés au cours du symposium de Tours : planification spatiale collaborative, indicateurs d’évaluation et de suivi, écologie industrielle, charte de développement durable liée à des territoires spécifiques notamment les territoires à risque, etc.

5Mais surtout il s’appuie sur une volonté politique et sur la mobilisation de l’ensemble des acteurs autour d’un projet communément partagé. C’est sans doute l’enseignement le plus pertinent tiré de l’expérience des projets pilotes de développement durable de la DG Regio, et conforté par l’expérience du Nord Pas de Calais : la nécessité de développer un langage commun, une acception commune du développement durable qui, au-delà des mots, permettent de définir des objectifs mais aussi des programmes et des actions concrètes partagés.

6Finalement, la confrontation du développement durable et du territoire met au premier plan l’effet d’organisation de l’action publique territoriale que produit cette problématique. Il ressort des expériences et réflexions présentées, que la mise en œuvre du développement durable à une échelle régionale et locale conduit à déplacer les enjeux et priorités de l’action publique. Ont ainsi été évoqué la capacité du développement durable à mettre sur le devant de la scène l’environnement, la gestion des risques et la démocratie participative, mais aussi les questions de la consommation d’espace et des échelles de solidarité territoriale. Ainsi, le développement durable apparaît surtout comme l’occasion nécessaire de repenser les modalités de l’action publique en y introduisant la perspective du temps long et de la transversalité.

7L’analyse des expériences européennes pilotes de développement durable présentée mettait en exergue que le développement durable n’est pas une destination mais un chemin. En d’autres termes, il s’agit avant tout de modes d’action, de financement, de pilotage, de participation, de sensibilisation, de formation et de recherche.

8Le rôle de la recherche est en effet important dans ce processus. Ici encore les résultats de recherche présentés pointent les thèmes abordés et les voies à approfondir.

9Tout d’abord en terme d’identification des contradictions entre les modes de développement actuels et les exigences d’un développement durable à l’échelle régionale et locale. La question des indicateurs est à ce titre clef, mais elle mérite encore des développements. Un travail important apparaît en effet nécessaire pour concevoir des indicateurs qui dépassent la juxtaposition des indicateurs existants dans le domaine de l’environnement, de l’économie et du social. La transversalité, l’interaction entre différents échelles territoriales et différents secteurs est encore difficile à concevoir en terme d’indicateurs. Il ressort tout de même des expériences menées que la définition des indicateurs de développement durable est un exercice à co-produire et non pas à plaquer à partir d’une vision sectorielle ou nationale voire internationale. Enfin, la priorité donnée à l’identification des modes de développement non durables apparaît une démarche pragmatique et pédagogique qui permet de faire adhérer progressivement l’ensemble des acteurs à un développement durable.

10D’autre part en terme de « règles opératoires ». La mise en oeuvre d’un développement durable à une échelle régionale et locale conduit nécessairement à la définition de règles opératoires. Mais celles ci apparaissent particulièrement difficiles à établir comme cela a été bien montré au cours du symposium. Il est ainsi nécessaire de faire un retour sur les traductions locales et régionales actuellement en cours afin d’en déterminer des permanences et éventuellement des recommandations. Toutefois plusieurs intervenants ont présenté quelques pistes lors du symposium : tout d’abord il apparaît important de favoriser le développement d’initiatives décentralisées, valorisant, aux échelles locales, les complémentarités entre objectifs économiques, sociaux et écologiques (subsidiarité active) ; ce renforcement de l’action locale et régionale doit cependant être accompagné d’une évaluation systématique des politiques et des actions de l’Etat et de l’Europe du point de vue du risque de développement non durable. La mise en œuvre d’un développement durable requiert également la mise en place d’un cadre juridique "constitutif, reposant sur des fondements juridiques solennels permettant d’inscrire les négociations entre acteurs dans un ensemble de règles du jeu claires et stables à long terme. Un tel cadre devant permettre le développement d’innovations institutionnelles d’une part à l’échelle locale et régionale, d’autre part au service d’une meilleure cohérence entre les différents niveaux d’action, du niveau local au niveau européen. Par ailleurs, le développement durable doit s’accompagner de processus d’évaluation ex ante et ex post des actions publiques, permettant de renforcer l’interactivité au sein comme entre les différentes institutions parties prenantes. Toutefois ces processus d’évaluation passent par un effort d’animation qui doit être adapté à la problématique du développement durable et à sa complexité. Enfin, les processus de planification spatiale peuvent être des outils pour une traduction concrète d’un développement durable, pour autant qu’ils ne se bornent pas, comme trop souvent par le passé, à consigner les compromis et les rapports de force concernant l’utilisation du territoire.

11Enfin en terme de transfert de connaissance. Les connaissances issues de la recherche scientifique, – voire les chercheurs eux-mêmes – contribuent de façon croissante à la "médiation" dans les processus de décision. Il est important de conforter cette évolution, en veillant toutefois à la spécificité des fonctions. La recherche, le transfert des connaissances, la vulgarisation, requièrent en effet des compétences, des modes d’actions et des rythmes différents. Les passerelles sont nécessaires mais elles ne doivent pas conduire à une trop grande dépendance de la recherche au service de l’action, au risque de se priver du recul nécessaire à un travail de recherche de qualité.

12Quoiqu’il en soit, il apparaît nécessaire d’améliorer la chaîne du transfert des connaissances des chercheurs vers les praticiens, et surtout de favoriser en retour l’identification des questions auxquelles sont confrontés les praticiens et leur traduction en terme de recherche.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540