Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche et développement régional durable

 | 
Corinne Larrue

Session 5. La mesure du développement régional durable / Measuring Sustainable regional development

Le point de vue d'une administration régionale

Françoise Onclincx

Texte intégral

  • 1 Institut Bruxellois pour la Gestion de l'Environnement (IBGE), Bruxelles, Belgique.

1Note portant sur l’auteur1

INTRODUCTION

2La mesure du développement régional est un domaine très vaste. Parmi tous les sujets qui auraient pu être abordés, cette contribution présente trois points directement liés à la recherche appliquée :

  • L'organisation du questionnement, c'est à dire de la demande en information.
  • L'organisation de l'offre, c'est à dire la production de données documentées.
  • La formation des gestionnaires de données.

3Quelques précisions préalables :

  • la Région de Bruxelles-Capitale est une entité institutionnelle qui regroupe 19 municipalités ;
  • en Belgique, l'environnement est de compétence principalement régionale ;
  • l'IBGE est l'administration régionale bruxelloise de l'environnement qui, dans certains cas, développe des projets de recherche.

4L'exposé portera sur quelques constats réalisés sur la base des projets que nous avons lancés ou dont nous avons fait partie en matière de développement d'indicateurs depuis quelques années :

  1. le projet LIFE-Respect, une initiative française ;
  2. un projet pour l'Eurorégion que nous avons lancé ;
  3. le développement du panel bruxellois d'indicateurs environnementaux.

5Le développement durable est en effet aussi la gestion rationnelle des ressources en matière grise.

LA DEMANDE D'INFORMATION

6Au niveau régional, la demande d'information a une double origine :

  • Locale, pour le soutien aux politiques régionales et l'évaluation de leurs performances, pour la présentation et le suivi d'un état des lieux (par exemple l'état de l'environnement), pour l'alimentation de prospectives,…
  • Nationale et internationale, (dans le cas de la Belgique) pour la contribution aux réponses à fournir par le pays aux questionnaires internationaux.

7Cette double demande est à la fois incontournable, très lourde et parfois peu pertinente au niveau régional, comme le montre le projet "ROD – Reporting Obligation Database" réalisé par l'IBGE pour l'Agence Européenne de l'Environnement. Il s'agissait de faire l'inventaire des obligations légales en matière de fourniture de données concernant l'air, l'eau et les déchets. Une fois tous les questionnaires rassemblés et toutes les questions décortiquées, nous avons constaté que, pour ces trois thèmes uniquement, les Etats membres de l'Union Européenne, et, dans le cas de la Belgique, les Régions, doivent répondre à 25.000 questions tous les trois ans.

8Un des problèmes réside dans le fait que ces questionnaires ne sont quasiment pas coordonnés entre eux, et qu'il n'y a donc pas d'économie d'échelle possible, ou très peu.

9On peut également s'interroger sur la pertinence des questions posées : la Commission elle-même, dans ses conclusions sur l'évaluation de son 5e programme d'action en environnement, souligne que cette masse d'information ne lui permet pas de tirer des conclusions concrètes et pratiques sur les performances de ses propres politiques.

10Finalement, un grand nombre de questions ne présente qu'une faible pertinence pour la gestion locale.

11L'analyse des questionnaires a toutefois montré un certain début d'intégration entre compartiments environnementaux, par exemple des demandes de données à la fois liées à la qualité de l'eau et à la production de déchets, ou entre environnement et problématiques économiques : il ressort en effet de l'analyse que plus de 40% des questions lient des problèmes environnementaux à des secteurs de production.

12Un autre projet a consisté à construire un panel d'indicateurs d'environnement pour la Région de Bruxelles-Capitale. Comme le souhait de nos autorités locales était entre autres de pouvoir se situer par rapport à d'autres Régions, nous avons repris les listes d'indicateurs proposées au niveau international pour bénéficier de cette possibilité de comparaison. Cette analyse, qui a porté sur plus de 400 indicateurs environnementaux, a montré qu'il y a pléthore d'indicateurs sur des sujets bien connus, comme les collectes sélectives en matière de déchets, et un manque grave sur les sujets plus complexes, comme la prévention des nuisances.

13L'analyse de la demande d'information met donc en lumière un double problème : pertinence et charge de travail, à la fois en termes de quantité et de qualité. Il est clair qu'une rationalisation du questionnement s'impose, qui implique un important travail scientifique pour le "recyclage" des obligations légales actuelles.

L'OFFRE D'INFORMATION ET SON ORGANISATION

14Les Régions sont en général très riches d'information de terrain, d'information de base. C'est un niveau géographique encore relativement proche des personnes. Cependant, ces données ne sont pas toujours valorisées comme elles pourraient l'être, faute de ressources humaines et financières affectées à leur inventaire et à leur traitement, en un mot à leur documentation.

15Les données documentées, qui précisent en outre les limites d'utilisations des informations, sont comparables à des petits LEGO pour l'information, petits blocs génériques utilisables dans beaucoup de projets différents. Ces petites unités autonomes d'information sont utilisées aussi bien pour une description d'état que pour l'évaluation de performances ou encore pour ébaucher des prospectives. Ce sont des données multifonctionnelles, qui doivent permettre l'approche pluridisciplinaire.

16Le faible intérêt manifesté à l'égard de ces données par les décideurs s'explique peut-être par leur apparence tranquille. Même si on constate des accroissements non négligeables des concentrations de fond en terme de bruit ou de pollution de l'air, il s'agit d'évolutions lentes. Les tendances sont relativement prévisibles, sauf catastrophe.

17Les données documentées n'intéressent en outre pas un grand nombre de personnes : beaucoup de politiques, de journalistes et de particuliers préfèrent des données simples à comprendre, significatives et surtout peu nombreuses. Ils ne se rendent pas forcément compte non plus que les données "brutes", telles qu'elles sortent des laboratoires, appartiennent à un tout autre monde en terme de complexité. Finalement, il faut attendre des crises – on l'a vu avec la vache folle – pour qu'ils se rendent compte qu'il y a des manques dans l'information existante et/ou vulgarisée parce que les ressources humaines et financières affectées aux données sont insuffisantes.

18Dans ce cadre, la demande du gestionnaire auprès du scientifique porte à la fois sur le développement de méthodes et d'outils de classement de l'information relativement maniables, comme par exemple le modèle DPSIR, sur la valorisation de l'existant et enfin sur le développement d'une communication concrète, liée aux enjeux locaux pour rendre ces données documentées plus attrayantes. Il faut souligner ici qu'une vulgarisation de qualité est difficile à réaliser.

L'UTILITE DU DIALOGUE ENTRE CHERCHEURS ET GESTIONNAIRES REGIONAUX

19La mise en place d'un dialogue récurrent entre chercheurs et gestionnaires régionaux est fondamental, comme en témoignent tous les projets en matière d'indicateurs que nous avons suivis ou menés.

20Les panels d'indicateurs "clés en mains" ne sont pas très intéressants, parce qu'ils sont souvent perçus par les gestionnaires régionaux comme une charge supplémentaire, peu adaptée aux conditions locales et peu pertinente par rapport à leurs missions.

21Les panels d'indicateurs construits avec les futurs utilisateurs se révèlent efficaces à plusieurs points de vue : d'abord le questionnement est adapté aux réalités du terrain, à la fois en termes de spécificités régionales, de besoins et de ressources disponibles ; ensuite, l'utilité du tableau de bord est mieux perçue par le gestionnaire régional, et des concepts abstraits comme le développement durable ou la politique par objectifs se voient traduits concrètement dans les missions quotidiennes des gestionnaires, ce point étant peut-être un des résultats les plus intéressants des travaux liés aux indicateurs. Ce dialogue, se traduisant concrètement par la mise en place d'indicateurs, a en effet parfois permis la modification de la structure interne des administrations en favorisant le décloisonnement des services et l'approche pluridisciplinaire, même si beaucoup reste encore à faire en ce domaine.

22Pour toutes ces raisons, il me semble beaucoup plus rentable à long terme de développer une méthode de mesure commune plutôt que des indicateurs communs : les contextes changent, le développement durable est un processus évolutif, les phénomènes qu'on mesure maintenant ne seront sans doute plus aussi intéressants plus tard, alors que les outils intelligents peuvent se perfectionner sans se démoder.

Notes

1 Institut Bruxellois pour la Gestion de l'Environnement (IBGE), Bruxelles, Belgique.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable