Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche et développement régional durable

 | 
Corinne Larrue

Session 4. Les territoires du développement durable et le rôle du niveau régional / Territorial entities and sustainable development : the role of the regional level

Discussion session 4

Texte intégral

1La discussion a permis d'aborder les points suivants :

  • Les zones côtières et le tourisme : le problème des régions côtières en Europe est le tourisme. C'est une activité qui s'est accrue de plus de 72 % ces 12 dernières années et 2/3 de la population vit en bordure de la zone côtière. On a des problèmes de gouvernance considérables et les décideurs sont particulièrement aveugles dès qu'il s'agit de tourisme. Nous avons traité la zone côtière comme une zone de filtrage, c'est-à-dire, un filtre entre l'écologie marine et l'écologie terrestre. Nous planifions les choses au niveau terrestre sans jamais prendre en compte l'interrelation entre la terre et la mer. Il ne s'agit pas que de la pêche mais de toutes les activités qui se sont développées sur la zone côtière établissant une sorte de mur entre la mer et la terre. C'est une situation lamentable mais qui persiste. Personne ne dit vraiment ce qu'il faut faire et c'est vraiment ce qui fait défaut. Le tourisme est un élément de développement considérable pour les zones côtières et il faut essayer de traiter cela de façon efficace. Malheureusement, en Europe, le tourisme n'est pas toujours bien compris et nous avons tendance à tuer la poule aux œufs d'or. Nous avons perdu toutes sortes d'opportunités dans le domaine du développement économique grâce au tourisme. Nous avons cependant de bonnes lignes directrices en matière de tourisme, elles ont été développées en tirant des leçons de ces erreurs. Nous faisons maintenant une meilleure planification du territoire, une meilleure planification spatiale. Nous comprenons mieux ce que veut dire le tourisme non durable en Europe. Nous avons compris que le tourisme était un élément clé du développement économique et, avec l'aide de la communauté européenne, nous avons fondé un nouveau programme pour chercher à comprendre qu'est-ce qu'un tourisme durable, comment l'organiser, le gérer et comment en faire un suivi correct ? Il faut considérer le tourisme comme un secteur qui prend un grand tournant. Il y a de plus en plus de pression pour un tourisme dans d'autres zones géographiques. Nous pouvons anticiper ces pressions et les planifier.
  • Sur la notion de région : on a la sensation qu'il existe une certaine rupture entre les différentes entités territoriales. On parle de l'unité biophysique des écosystèmes côtiers qui guide l'unité de gestion des activités humaines et d'un autre côté de régions administratives. Parle-t-on d'un effort régional, d'une gouvernance régionale ? Si on parle de région biophysique, il y a un certain type d'orientation, et si on créé des systèmes administratifs pour le réglementer, il faut que cela corresponde. En revanche, si on veut une intégration des politiques, il faut les intégrer avec d'autres domaines politiques. Il faut peut-être réorganiser le découpage régional. Si nous parlons de gouvernance régionale, il faut reconnaître les différents niveaux et ne pas rechercher une correspondance spatiale exacte entre l'institution et la géographie.
  • Sur le principe pollueur payeur : on a parlé de la responsabilisation des acteurs. Est-ce que cela a été jusqu'à prôner le principe pollueur payeur dans la région Nord-pas-de-Calais ? Dans l'approche relative aux zones côtières, est-ce que le principe pollueur payeur a sa place ? Qui dit séquelles de l'activité minière et de l'activité industrielle dit responsable de ces séquelles. La région, le bassin minier en particulier, pâtit de la sortie des concessions minières. A ce jour on est loin d'une situation satisfaisante. Le principe du pollueur payeur a un rôle dans la gestion intégrée des territoires en général. C'est un des principes qui doit être déterminé avec d'autres principes tel que le principe de précaution et l'équité. Nous avons des lois, des principes à suivre, mais pour les mettre en œuvre, il faut travailler avec les parties prenantes, en expliquant ces principes et en obtenant un consensus sur leur mise en œuvre, plutôt que d'essayer de les imposer. Il existe plusieurs instruments possibles, il faut déterminer ensemble lesquels nous voulons utiliser. Nous avons effectivement besoin d'une diffusion ciblée et correcte des résultats de recherche. Le programme de démonstration a été une façon d'y parvenir avec les différents résultats des projets individuels. Il faut maintenant mettre en place un réseau de praticiens de manière à ce que l'information parvienne à ceux qui en ont besoin.
  • Sur le rôle des scientifiques : il a été question des problèmes d'information et de la façon dont on peut communiquer avec le public pour transmettre cette information ou avoir un échange entre les scientifiques et le public. Cela soulève le problème de faire de la science autrement, c'est à dire le problème de la gouvernance de la science. Que peut-on faire pour permettre cette communication entre les chercheurs et la société civile ? Quelle méthodologie peut-on proposer pour gérer les zones côtières ? Les scientifiques ont beaucoup à apprendre de ceux qui gèrent les ressources et les zones côtières. Il faut chercher la façon dont nous pouvons récompenser les scientifiques. Le problème est que les scientifiques écrivent dans des journaux que personne ne lit en dehors des chercheurs. Il faut changer le système de rémunération des scientifiques pour les impliquer. En ce qui concerne la Commission européenne, il y a un agenda de recherche qui établit clairement que les recherches scientifiques doivent être dirigées vers l'utilisation de la communauté des habitants. D faut tenter de rapprocher les scientifiques des utilisateurs de l'information.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540