Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche et développement régional durable

 | 
Corinne Larrue

Session 3. L'innovation institutionnelle pour le développement régional durable / Needs for social and institutional innovation in relation to spatial planning

Discussion session 3

Texte intégral

1Deux thèmes ont été abordés lors de la discussion.

  • Le premier traite de l'interface entre démocratie et développement durable : si l'on reprend la distinction entre le « survivre ensemble » et le « mieux vivre ensemble », on peut penser que le second relève de choix sociétaux, de valeurs que l'on choisit et donc de l'expression démocratique. Sur un territoire donnén on peut avoir différents points de vue quant à la gestion des particularismes culturels, on peut laisser plus ou moins d'avantages à la culture, etc. En revanche, le « survivre ensemble » renvoie à un noyau dur que l'on appelle la durabilité pure qui est liée effectivement à cette notion de survie par delà les générations de l'humanité. Quand des interdépendances globales sont en jeu, est-ce qu'on peut se satisfaire de jugements de valeur, d'opinions quand bien même elle serait assise sur des procédures démocratiques ? Il y a un discours qui réduit le développement durable à la démocratie participative, c'est la thèse des partisans du statu quo. C'est la démocratie « occupationnelle ». Il faut donc radicalement distinguer le problème de la démocratie de celui du processus, c'est-à-dire du comment on apprend à élaborer des fins en commun, ce qui est l'un des renouvellements majeurs de la démocratie. La démocratie peut échouer dans la prise en compte du long terme comme dans la prise en compte des échelles transnationales. La démocratie locale peut parfaitement aboutir à une logique de NIMBY qui vient complètement à rebours.
  • Le second point abordé est celui de l'interface entre protection de l'environnement et développement durable : s'agissant de la distinction entre une approche juridique de la planification spatiale et une approche plutôt constructive, en France actuellement il y a un débat important sur le recours aux zonages : faut-il ou non garder les zonages ? Qu'il s'agisse de zonages de type économique pour obtenir des financements ou de zonages de type écologique. Dans ce débat les environnementalistes sont plutôt pour le maintien des zonages, car ils sont en général assez sceptiques vis-à-vis du développement durable. C'est peut-être ceux qui ont tendance à résister le plus à cette idée parce que finalement ils préfèrent avoir un petit gain mais bien assuré. Avec le zonage écologique, on est sûr d'avoir quelque chose alors que les tenants du développement durable, qui sont des gens actifs, aimant bien les projets et cherchant l'optimisation pensent qu'on peut gagner beaucoup en mettant en synergie les initiatives. On a le choix entre un petit gain assuré et un grand gain mais incertain, qui peut se transformer en une grande perte. Il faut trouver une solution intermédiaire, avoir un filet de sécurité qui permette de ne pas avoir de grandes catastrophes tout en essayant de faire en sorte qu'au minimum on n'aille pas vers un développement non durable et en même temps qu'on ait des stratégies gagnantes vers le développement durable.

2Ce dilemme est important : certains écologistes disent qu'il vaut mieux prendre des précautions et arrêter le changement. C'est un peu la situation des espaces montagnards qui, ne pouvant pas rentrer dans les logiques verticales de production, n'ont pas pu se spécialiser comme les autres espaces. Cela a obligé à gérer le territoire dans une logique pluridisciplinaire en maîtrisant les différentes interdépendances et en prenant en compte l'environnement. Dans ces espaces, il est nécessaire de rester en harmonie avec l'environnement car c'est le fondement des productions labellisées. Les zones montagnardes se sont défendues en produisant plus de qualité, en vendant mieux. Aujourd'hui il y a deux grandes interrogations vis-à-vis de ces espaces : d'une part comment résister à cette hyper spécialisation de zones d'excellence touristique ? Et d'autre part, comment résister à une colonisation environnementaliste des espaces montagnards, comment bloquer toute capacité de développement pour résister à une forte pression urbaine ?

3Eviter toute évolution n'est pas une bonne méthode à suivre parce que le développement durable concerne le futur. On ne peut pas vouloir empêcher que les choses évoluent parce que l'avenir n'est pas seulement une continuation du présent. Ce que l'on veut faire c'est éviter les catastrophes. Si l'on prend l'exemple hollandais, l'application du principe de précaution aurait empêché la construction de beaucoup de digues dans la zone du delta, pourtant ceci s'est avéré une mesure utile, ce qui conduit à dire que le principe de précaution n'est pas forcément bon. Il faut imaginer des avenirs et savoir quels futurs nous voulons. Dans ce cadre, le rôle des experts est importants : il peuvent collecter des informations, construire de bonnes solutions, déterminer quelles sont les mauvaises. Ils peuvent définir des avenirs souhaitables et ceux dont nous ne voulons pas. Le rôle des experts est accru avec le nombre de personnes impliquées.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540