Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche et développement régional durable

 | 
Corinne Larrue

Session 3. L'innovation institutionnelle pour le développement régional durable / Needs for social and institutional innovation in relation to spatial planning

L'écologie industrielle, une stratégie de développement

Suren Erkman

Texte intégral

  • 1 Institut pour la Communication et l'Analyse des Sciences et des Technologies, Genève (ICAST), Suis (...)

1Note portant sur l’auteur1

2Chaque année, au mois de septembre, le mensuel de vulgarisation Scientific American (Pour La Science, en version française) publie un numéro thématique. En septembre 1989, le numéro spécial est consacré à "la gestion de la planète Terre". On peut y lire un article intitulé "Des stratégies industrielles viables". Ses deux auteurs travaillent dans la plus grande entreprise industrielle du monde : Robert Frosch, vice-président de la recherche chez General Motors (aujourd'hui à l'Université de Harvard), et Nicholas Gallopoulos, responsable de la recherche sur les moteurs, également chez General Motors.

3Dans leur article, les deux auteurs développent l'idée qu'il devrait être possible de mettre au point des méthodes de production industrielle dont l'impact sur l'environnement serait considérablement réduit. Cette hypothèse les conduit à introduire la notion d'écosystème industriel :

4"Dans le système industriel traditionnel, chaque opération de transformation, indépendamment des autres, consomme des matières premières, fournit des produits que l'on vend et des déchets que l'on stocke ; on doit remplacer cette méthode simpliste par un modèle plus intégré : un écosystème industriel.

  • 2 Robert A. Frosch et Nicholas Ε. Gallopolous : « Des stratégies industrielles viables ». Pour La Sc (...)

5(...) Un écosystème industriel pourrait fonctionner comme un écosystème biologique : les végétaux synthétisent des substances qui alimentent les animaux herbivores, lesquels sont mangés par les animaux carnivores, dont les déchets et les cadavres servent de nourriture à d'autres organismes. On ne parviendra naturellement jamais à établir un écosystème industriel parfait, mais les industriels et les consommateurs devront changer leurs habitudes s'ils veulent conserver ou améliorer leur niveau de vie, sans souffrir de la dégradation de l'environnement"2.

6Ces lignes semblent avoir joué un rôle de catalyseur, comme si elles avaient cristallisé une intuition latente chez bon nombre de gens à la recherche d'un nouveau modèle de développement économique. Dès sa publication, l'article de Frosch et Gallopoulos a inspiré plusieurs auteurs, qui ont tous proposé leur interprétation, de sorte qu'il n'existe pas de définition standard de l'écologie industrielle. Mais, quelles que soient les définitions, tous les auteurs s'accordent pour reconnaître au moins trois éléments principaux dans le concept d'écologie industrielle :

  1. C'est une vision globale, intégrée, de tous les composants du système industriel et de leurs relations avec la Biosphère.
  2. Le substrat biophysique du système industriel, c'est-à-dire la totalité des flux et des stocks de matière et d'énergie liés aux activités humaines, constitue le domaine d'étude de l'écologie industrielle, par opposition aux approches usuelles, qui considèrent l'économie essentiellement en termes d'unités de valeur immatérielle.
  3. La dynamique technologique, c'est-à-dire l'évolution sur le long terme de grappes de technologies-clés, constitue un facteur crucial (mais pas exclusif) pour favoriser la transition du système industriel actuel vers un système viable, inspiré par le fonctionnement des écosystèmes biologiques.
  • 3 Robert U. Ayres and Udo E. Simonis (eds.) : Industrial Metabolism. Restructuring for Sustainable D (...)

7La méthodologie de base de l'écologie industrielle se nomme "métabolisme industriel". Il s'agit d'une méthodologie essentiellement analytique et descriptive, qui vise à comprendre la dynamique des flux et des stocks de matière et d'énergie liés aux activités humaines, depuis l'extraction et la production des ressources jusqu'à leur retour inévitable, tôt ou tard, dans les grands cycles de la Biosphère. En pratique, une étude de métabolisme industriel consiste à établir des bilans de masse et d'énergie. Les études de métabolisme industriel peuvent se faire à l'échelle d'une ville, d'une région, d'un pays, mais aussi d'un produit, d'un service, ou d'une filière3.

8L'écologie industrielle entend franchir une étape supplémentaire : en s'inspirant des connaissances sur les écosystèmes et la Biosphère, il s'agit de déterminer les transformations susceptibles de rendre le système industriel compatible avec un fonctionnement "normal" des écosystèmes biologiques. Une bonne compréhension du métabolisme industriel constitue donc un préalable indispensable à l'écologie industrielle.

9L'écologie industrielle diffère profondément de la conception traditionnelle, qui considère le système industriel et la Biosphère comme séparés : d'un côté, les usines, les villes ; de l'autre, la nature, "l'environnement". L'intuition de base de l'écologie industrielle explore l'hypothèse inverse : le système industriel peut être considéré comme une forme particulière d'écosystème. Après tout, les processus de fabrication et de consommation des biens et des services consistent en des flux de matière, d'énergie et d'information, tout comme dans les écosystèmes naturels. L'enjeu est de faire évoluer l'ensemble du système industriel vers un mode de fonctionnement viable, à l'image de la Biosphère actuelle, elle-même fruit d'une longue évolution.

  • 4 Robert A. Frosch and Nicholas Ε. Gallopoulos : “Towards An Industrial Ecology”. In: A.D. Bradshow (...)

10Naturellement, comme l'a bien précisé Robert Frosch lors d'une conférence prononcée en 1990 devant l'Association des Ingénieurs Britanniques, le concept d'écosystème industriel est une analogie qu'il ne faut pas prendre au pied de la lettre : "L'analogie entre le concept d'écosystème industriel et d'écosystème biologique n'est pas parfaite, mais on aurait beaucoup à gagner si le système industriel venait à imiter les meilleurs aspects de son analogue biologique."4.

LA SYMBIOSE DE KALUNDBORG

11Le concept d'écologie industrielle a-t-il une chance de dépasser le stade d'une belle idée abstraite ? La réponse est positive, pour preuve, la Symbiose industrielle de Kalunborg, exemple en vraie grandeur d'un écosystème industriel fonctionnant sur des bases économiques solides.

12Située au bord de la Mer du Nord, à une centaine de kilomètres à l'ouest de Copenhague, Kalundborg doit sa bonne fortune principalement à son fjord, l'un des principaux ports accessibles durant l'hiver à cette latitude dans l'hémisphère Nord. C'est précisément l'accessibilité de ce port tout au long de l'année qui se trouve à l'origine du développement industriel de Kalundborg à partir des années 50, qui a débuté par l'implantation d'une centrale électrique et d'une raffinerie de pétrole.

13Au fil des ans, les principales entreprises de Kalundborg ont commencé à échanger des « déchets » : de la vapeur, de l'eau (à différentes températures et différents degrés de pureté), ainsi que divers sous-produits. A la fin des années 80, les responsables du développement local ont réalisé qu'ils avaient progressivement et spontanément créé un système, qu'ils baptisèrent "Symbiose industrielle".

14La symbiose de Kalundborg comprend cinq partenaires principaux, distants les uns des autres de quelques centaines de mètres seulement, et reliés entre eux par un réseau de pipelines ad hoc. Ces cinq partenaires principaux sont Asnaesvaerket, la principale centrale électrique du Danemark ; Statoil, la plus importante raffinerie de pétrole du Danemark ; Novo Nordisk, la grande société danoise de biotechnologies ; Gyproc, société suédoise dont l'usine de Kalundborg produit des panneaux de construction en gypse ; et enfin, la municipalité de Kalundborg, qui utilise pour le chauffage à distance de toute la ville de la vapeur vendue par la centrale électrique.

15L'eau, sous forme de liquide ou de vapeur, constitue le « déchet » valorisé de la manière la plus systématique. Elle provient soit directement du lac Tisse, distant d'une quinzaine de kilomètres, soit du réseau de la municipalité de Kalundborg. La raffinerie Statoil fournit de l'eau usée pour refroidir la centrale électrique Asnaesvaerket. Cette dernière vend de la vapeur à la raffinerie Statoil, mais aussi à Novo Nordisk (pour ses tours de fermentation). La centrale électrique vend de la vapeur également à Gyproc, ainsi qu'à la municipalité de Kalundborg pour son réseau de chauffage urbain à distance. Elle fournit même de l'eau chaude à une ferme d'aquaculture qui élève des turbots.

16En 1990, la centrale électrique a mis en service sur l'une de ses unités une installation de désulfuration : le soufre des gaz de combustion réagit avec de la chaux, ce qui donne du gypse (sulfate de calcium). Asnaesvaerket produit ainsi plus de cent mille tonnes de gypse par an. Transporté par camion jusqu'à l'entreprise voisine, Gyproc, ce gypse est aujourd'hui utilisé comme matière première pour ses panneaux de construction. Gyproc a pu ainsi cesser d'importer du gypse naturel, jusqu'alors extrait de gisements en Espagne. Quant au gaz produit en excès par la raffinerie, il est utilisé comme combustible aussi bien par Asnaesvaerket que par Gyproc.

  • 5 John Ehrenfeld and Nicholas Gertler: “Industrial Ecology in practice : The Evolution of Interdepen (...)

17Il serait fastidieux d'énumérer dans le détail tous les échanges de déchets qui se sont progressivement mis en place au cours des années. De plus, il n'existe pas encore d'étude exhaustive sur la symbiose industrielle de Kalundborg, à l'exception de quelques publications préliminaires5. Les avantages économiques, qui se trouvent en réalité à l'origine de ces échanges, sont également substantiels. Selon les indications publiques dont on dispose, les investissements totaux sur une période de vingt ans (soit seize projets d'échanges de déchets) sont estimés à 60 millions de dollars. Les revenus annuels sont évalués à 10 millions de dollars (du fait de l'économie en ressources et de la vente des déchets), et les revenus cumulés jusqu'à aujourd'hui s'élèvent à environ 120 millions de dollars. Le temps moyen d'amortissement reste inférieur à cinq ans.

PARCS ET RESEAUX ECO-INDUSTRIELS

18On peut tirer trois conclusions majeures de la symbiose de Kalundborg.

19Premièrement, il s'agit d'un processus spontané, qui s'est progressivement mis en place sur des bases commerciales, où toutes les entreprises y trouvent leur compte. Chaque livraison de « déchets » entre les partenaires fait l'objet d'une négociation séparée et confidentielle. Les échanges obéissent aux lois du marché, selon plusieurs modalités : vente directe, troc, ou encore échange de bons procédés (par exemple, l'entreprise réceptrice construit à ses frais le pipe-line et reçoit en échange le déchet à un très bon prix).

20Deuxièmement, le succès du système repose largement sur la confiance existant entre les différents partenaires. Kalundborg est une petite ville où tout le monde se connaît, où la distance mentale et culturelle entre les habitants est réduite. Cette proximité facilite les contacts informels à tous les niveaux hiérarchiques entre les entreprises concernées.

21Troisièmement, la symbiose de Kalundborg se caractérise par la proximité de quelques grandes entreprises qui sont à la fois différentes et complémentaires. Pour reproduire ailleurs un tel système, il faudrait donc favoriser certains "panachages industriels" propices aux échanges de déchets et de ressources.

22Depuis quelques années, l'expérience de Kalundborg suscite une attention croissante. Toutefois, il vaut veiller à ne pas trop l'idéaliser, car le système présente aussi certains inconvénients (notamment la rigidité des échanges et le risque de perturbations du système en cas de défection de l'une des entreprises).

23Malgré ses limitations, la symbiose de Kalunborg a surtout valeur d'exemple : serait-il possible de reproduire ailleurs, voire de généraliser, ce succès ? D'abord, il faut remarquer que l'on rencontre un peu partout de nombreux proto-écosystèmes industriels similaires : dans des régions à forte tradition industrielle, comme la Ruhr, la Lorraine ou le Houston Channel, on pratique depuis longtemps des formes plus ou moins élaborées de symbioses entre différentes entreprises. La principale différence réside dans le fait qu'à Kalundborg les échanges symbiotiques se sont développés d'une manière consciente et systématique.

24En fait, lorsque l'on réfléchit au concept d'écosystème industriel, l'une des premières analogies qui vient à l'esprit est celle des « chaînes alimentaires industrielles ». De même que dans les écosystèmes naturels, certaines espèces se nourrissent des déchets ou des organismes d'autres espèces, on pourrait imaginer un processus similaire de valorisation des déchets entre différents agents économiques. C'est ainsi qu'est apparu au début des années 90 le concept de « parc éco-industriel » (en anglais: eco-industrial park, ou EIP), basé sur une généralisation de la Symbiose de Kalundborg. Il s'agit d'une zone où les entreprises coopèrent pour optimiser l'usage des ressources, notamment en valorisant mutuellement leurs déchets (les déchets d'une entreprise servant de matière première pour une autre).

25Toutefois, la notion de "parc" ne doit pas être comprise au sens d'une zone géographiquement confinée : un parc éco-industriel peut très bien inclure l'agglomération voisine, ou une entreprise située à grande distance, si celle-ci est la seule à pouvoir valoriser un déchet rare qu'il serait impossible de traiter sur place. Pour cette raison, on parle de plus en plus de "réseaux éco-industriels", dont les parcs représentent un cas particulier. L'idée des parcs (ou réseaux) éco-industriels se distingue des traditionnelles pratiques d'échanges de déchets, car elle vise une valorisation systématique de l'ensemble des ressources dans une région donnée, et ne se contente pas simplement de recycler des déchets au coup par coup.

  • 6 President's Council On Sustainable Development (PCSD) : Eco-Industrial Park Workshop Proceedings ( (...)

26En quelques mois, à partir de 1993, on a assisté à une floraison de projets de parcs éco-industriels, d'abord aux Etats-Unis et au Canada, puis en Europe (port de Rotterdam notamment), et depuis peu en Asie6. A certains égards, on peut considérer que l'idée des réseaux éco-industriels présente des similitudes avec des théories comme celle du milieu innovateur en géographie économique, ou des pratiques telles que les systèmes d'échange locaux. Dans ce contexte, l'écologie industrielle se caractérise par le fait qu'elle met particulièrement en lumière le substrat matériel des activités économiques.

  • 7 Suren Erkman et Jean-Claude Ray : Ecologie industrielle à Grande-Synthe. Première expérience franç (...)

27Il faut reconnaître que si l'idée des réseaux éco-industriels, dans son principe, est extrêmement simple, sa mise en œuvre n'a rien de trivial. Les réseaux éco-industriels ne vont donc pas surgir et devenir opérationnels du jour au lendemain, mais l'idée fait son chemin. En France, par exemple, des entreprises comme Gaz de France (qui a co-financé en 1999/2000 la première étude du genre en France, avec la municipalité de Grande Synthe, sur une zone industrielle près de Dunkerque), Electricité de France, Vivendi, Suez Lyonnaise, commencent à s'intéresser de près à l'écologie industrielle7.

28La raison de cet intérêt se comprend aisément: ces grandes entreprises fournissent déjà l'eau, l'énergie, et offrent des services de nature environnementale (traitement de déchets, etc.). L'étape suivante, en bonne logique, consistera à proposer aux entreprises et aux collectivités locales des services intégrés (« multi¬services, multi-énergies », selon le slogan actuellement en vigueur chez EDF): un seul opérateur pour fournir, traiter et gérer de manière optimale, à l'échelle d'une zone industrielle ou d'une ville, l'ensemble des flux de matière et d'énergie. Or, cette optimisation peut se faire précisément par le biais de réseaux éco-industriels. Dans un contexte de libéralisation des marchés, les fournisseurs d'énergie, notamment, y voient une manière de fidéliser la clientèle et d'assurer ainsi leur survie, tout en ménageant l'environnement.

ENJEUX POUR LA PLANIFICATION ET L'USAGE DU TERRITOIRE

  • 8 Sur le métabolisme régional comme outil de gestion des ressources pour les municipalités, voir not (...)

29Pour les collectivités locales, l'enjeu concerne également le développement économique : la valorisation de l'ensemble des flux de matière et d'énergie sur un territoire donné peut amener de nouvelles entreprises à venir s'installer pour traiter ou tirer profit de ressources jusqu'alors inutilisées (chaleur perdue, sous-produits divers, etc.). Dans cette optique, il est probable que les études de métabolisme régional vont connaître un intérêt croissant, car elles permettent non seulement d'optimiser l'usage des ressources existantes dans une région donnée, mais également de détecter des ressources non- ou sous-utilisées, qui pourraient devenir la source de nouvelles activités économiques. Autrement dit, l'approche du métabolisme régional (dans une perspective d'écologie industrielle) pourrait devenir un outil crucial pour planifier le développement régional (mais également local et national), et donc gérer le territoire à différentes échelles8.

  • 9 Jim Schwab : The Challenge of Industrial Ecology, Zoning News (American Planning Association), Jun (...)
  • 10 Peter Baccini und Franz Oswald (Herausgegeben von) : Netzstadt. Transdisziplinäre Methoden zum Umb (...)

30On peut également observer que des idées comme les réseaux éco-indsutriels et les biocénoses industrielles peuvent aboutir à une remise en cause de la philosophie traditionnelle du zonage, comme l'a fait remarquer l'American Planning Association dans un éditorial récent fort remarqué9. En effet, au lieu du zonage traditionnel séparant strictement les activités de production, d'habitation, de loisirs, etc., l'écologie industrielle suggère des panachages d'activités complémentaires permettant un meilleur usage des ressources, y compris des terrains. Un tel panachage, en principe, vise également à favoriser l'émergence d'un tissu urbain dématérialisé, la "ville-réseau", comme la nomme Peter Baccini, un pionnier du métabolisme régional10.

LES QUATRE AXES DE L'ECO-RESTRUCTURATION

31L'enjeu consiste donc à restructurer en profondeur le système industriel, ce que l'on nomme parfois « l'éco-restructuration », pour tenter de le faire évoluer vers un mode de fonctionnement viable à long terme, compatible avec la Biosphère.

32Concrètement, dans l'optique de l'écologie industrielle, il s'agit de relever un quadruple défi :

1) Valoriser systématiquement les déchets :

33A l'image des chaînes alimentaires dans les écosystèmes naturels, il faut créer des réseaux d'utilisation des ressources et des déchets dans les écosystèmes industriels, de sorte que tout résidu devienne une ressource pour une autre entreprise ou un autre agent économique (par exemple par le biais de réseaux éco-industriels). Le recyclage, au sens courant du terme, ne constitue donc qu'un aspect de cette stratégie de valorisation en cascade des flux de matière.

2) Minimiser les pertes par dissipation :

34Aujourd'hui, dans les pays industrialisés, la consommation et l'utilisation polluent souvent plus que la fabrication. Les engrais, les pesticides, les pneus, les vernis, les peintures, les solvants, etc., sont autant de produits totalement ou partiellement dissipés dans l'environnement lors de leur usage normal. Il s'agit de concevoir de nouveaux produits et de nouveaux services minimisant ou rendant inoffensive cette dissipation.

3) Dématérialiser l'économie :

  • 11 Sur la dématérialisation, voir :
    Robert Herman, Siamak A. Ardekani, and Jesse H. Ausubel : Demateri (...)

35Il s'agit de minimiser les flux totaux de matière (et d'énergie) tout en assurant des services au moins équivalents. Le progrès technique permet d'obtenir plus de services avec une quantité moindre de matière, notamment en fabriquant des objets plus légers ou en substituant les matériaux (par exemple, quelques kilos de fibre optique transmettent plus de télécommunications qu'une tonne de fil de cuivre). Mais la dématérialisation n'est pas une affaire aussi simple qu'elle en a l'air, car des produits moins massifs peuvent avoir une durée de vie réduite, et donc consommer en fin de compte plus de ressources et générer plus de déchets. L'eau est naturellement l'une des ressources les plus directement visées par la stratégie de la dématérialisation, ce qui aurait des incidences sur l'aménagement du territoire, compte tenu du rôle structurant joué par les systèmes d'adduction et de traitement des eaux11.

36Deux stratégies de dématérialisation font actuellement l'objet de débats nourris :

  • la dématérialisation relative, qui permet d'obtenir plus de services et de produits pour une quantité donnée de matière (ce que l'on nomme également l'accroissement de la productivité des ressources) ;
  • la dématérialisation absolue, qui cherche a diminuer, en valeur absolue, les flux de matière transitant dans le système industriel (ce dernier défi est bien plus redoutable que la dématérialisation relative).

4) Décarboniser l'énergie :

  • 12 Sur la décarbonisation, voir :
    Nebojsa Nakicenovic : “Freeing Energy from Carbon”. In : Jesse H. Au (...)

37Depuis les débuts de la Révolution industrielle, le carbone sous forme d'hydrocarbures d'origine fossile (charbon, pétrole, gaz) représente l'élément principal, la substance vitale irriguant toutes les économies industrielles. Or ce carbone fossile se trouve à la source de nombreux problèmes : intensification de l'effet de serre, smog, marées noires, pluies acides. Il faut donc rendre la consommation d'hydrocarbures moins dommageable (par exemple en récupérant le gaz carbonique issu de la combustion) et favoriser la transition vers une diète énergétique moins riche en carbone fossile (énergies renouvelables, économies d'énergie). En termes abstraits, il s'agit de séparer la fonction « énergie » de son substrat "carbone fossile"12.

“NOUVELLE ECONOMIE” ET EFFETS DE REBOND

38Le terme de « dématérialisation » a été récemment mis à la mode par les discussions sur l'impact des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC). Les thuriféraires de la « Nouvelle Economie » font ainsi valoir que ces technologies suscitent une croissance favorable à l'environnement, car elles génèrent plus de valeur en consommant proportionnellement moins d'énergie et de matières premières. Il faut d'abord observer que l'on parle, dans ce cas, de dématérialisation relative (une dématérialisation de la valeur ajoutée, pourait-on dire), et non pas de dématérialisation absolue. En effet, il ne fait guère de doute que les flux totaux de matière, à l'échelle globale, continuent à augmenter de plus belle (ce qui, en dernière analyse, importe le plus pour l'environnement).

  • 13 Peter Huber and Mark P. Mills : Dig more coal - the PCs are coming. Forbes, 31 May 1999. (http://f (...)
  • 14 Ryan Kim : “E-biz's hard drive. Online delivery trucks add to San Franciso street congestion”. San (...)

39Il convient également de tenir compte de phénomènes comme les "effets de rebond". Ainsi, dans un retentissant article polémique paru en mai 1999, le magazine économique américain Forbes affirmait que la prolifération d'ordinateurs et de dispositifs en tous genres nécessaires au stockage, au transport et au traitement d'un volume croissant de données, allait entraîner une forte augmentation de la consommation d'électricité, et donc de charbon (du moins aux Etats-Unis)13. Autre exemple : la vente de produits par le biais de l'Internet devrait en principe induire une diminution des surfaces commerciales. Toutefois, cette forme de vente entraîne une multiplication des transports routiers et aériens pour assurer une livraison rapide des produits. Le quotidien "San Francisco Examiner" faisait récemment état d'un accroissement des embouteillages à San Francisco, dû aux camions de courrier rapide chargés de livrer les produits commandés en ligne14.

  • 15 Dominique Foray : L'économie de la connaissance. Paris, La Découverte, 2000.
  • 16 Alain Raillet : Commerce électronique et réorganisation urbaine des activités commerciales. Contri (...)

40Concernant l'usage du territoire, il est certain que le développement d'une économie basée sur les connaissances (expression plus appropriée que celle de Nouvelle Economie) va entraîner des modifications de la distribution spatiale des activités économiques15. Mais ces effets restent difficiles à identifier, et on ne peut guère proposer plus que des scénarios hypothétiques pour l'instant Toutefois, une chose est sûre: contrairement à l'imagerie naïve souvent associée à la rhétorique de l'Internet, les infrastructures nécessaires aux échanges marchands (les centres commerciaux, notamment) sont très loin d'être en voie de disparition16.

  • 17 Un réseau de chercheurs récemment créé à l'Université de Berkely, le « Network for Energy, Environ (...)

41Il semble donc honnête d'admettre que personne ne possède, pour l'instant, de vision claire quant aux impacts environnementaux de la diffusion massive des NTIC. Mais il ne fait guère de doute que la Nouvelle Economie ne saurait se résumer à d'évanescents flux d'information...17.

UNE EVOLUTION A LONG TERME

42On le voit, l'écologie industrielle s'intéresse à l'évolution du système industriel dans sa globalité et à long terme. En tant que domaine explicitement constitué, l'écologie industrielle est jeune, à peine une dizaine d'années. Bien que l'idée en elle-même ne soit pas nouvelle, on peut dire que l'on assiste actuellement à la naissance d'un nouveau champ scientifique et technique, à la confluence de l'ingénierie, de l'écologie, de la bioéconomie et de nombreuses autres disciplines. Malgré sa jeunesse, l'écologie industrielle jouit déjà d'une reconnaissance académique certaine, comme en témoigne le lancement, au printemps 1997, du « Journal of Industrial Ecology » (MIT Press), la première revue scientifique consacrée à ce domaine en plein développement18. Le monde de l'économie n'est pas en reste : des entreprises comme AT&T, General Motors, Xerox, Dow, EDF, Gaz de France, parmi d'autres, intégrent désormais l'écologie industrielle dans leur réflexion stratégique.

  • 19 Pour une synthèse détaillée, voir : Suren Erkman : Vers une écologie industrielle, Editions Charle (...)

43Cette convergence d'intérêt entre les cercles académiques et les milieux d'affaires (suffisamment rare en ce domaine pour mériter d'être relevée), résulte sans doute du double projet de l'écologie industrielle, qui vise à mener de front une approche à la fois rigoureuse sur le plan théorique (l'écologie scientifique) et opérationnelle (en préconisant des actions concrètes, économiquement viables). Les problèmes d'environnement ne constituent donc qu'un aspect, parmi d'autres, de l'écologie industrielle, qui œuvre pour l'avènement d'un système industriel plus élégant, c'est-à-dire capable de générer plus de richesses et de bien-être avec moins d'impacts sur la Biosphère19.

Notes

1 Institut pour la Communication et l'Analyse des Sciences et des Technologies, Genève (ICAST), Suisse.

2 Robert A. Frosch et Nicholas Ε. Gallopolous : « Des stratégies industrielles viables ». Pour La Science, n° 145, Novembre 1989, p. 106-115.

3 Robert U. Ayres and Udo E. Simonis (eds.) : Industrial Metabolism. Restructuring for Sustainable Development. Tokyo, New York, United Nations University Press, 1994. - Peter Baccini and Paul Brunner: Metabolism of the Anthroposphere. Springer Verlag, Berlin, 1991.

4 Robert A. Frosch and Nicholas Ε. Gallopoulos : “Towards An Industrial Ecology”. In: A.D. Bradshow et al. (eds.) : The Treatment and Handling of Wastes, Chapman & Hall, London, 1992, p. 269-292.

5 John Ehrenfeld and Nicholas Gertler: “Industrial Ecology in practice : The Evolution of Interdependence at Kalundborg”. Journal of Industrial Ecology, Vol. 1, No. 1, 1997, p. 67-79. On peut consulter également le site web de l'Institut de la Symbiose : http://www.synibiosis.dk

6 President's Council On Sustainable Development (PCSD) : Eco-Industrial Park Workshop Proceedings (October 17-18, 1996, Cape Charles, Viginia). Washington, DC, February 1997. Les Actes de ce colloque sont disponibles sur le site web suivant : http://www.whitehouse.gov/PCSD/Publications/Eco_Workshop.html.

7 Suren Erkman et Jean-Claude Ray : Ecologie industrielle à Grande-Synthe. Première expérience française : pré-étude sur la zone industrielle des Deux-Synthe. Ville de Grande-Synthe, Mission pour un Développement durable, Rapport final, Mai 2000. (Mairie de Grande-Synthe, BP 149, 59760 Grande-Synthe. Contact : M. Daniel Truy, Tél. : 03 28 62 77 82).

8 Sur le métabolisme régional comme outil de gestion des ressources pour les municipalités, voir notamment deux publications suédoises récentes :
Annica Lindqvist- Ostblom : Flow-oriented studies for environmental management by local authorities - experiences from a regional substance flow analysis. Linköping Studies in Science and Technology, Licentiate Thesis N° 825, May 2000. (Linköping University, Environmental Technique and Management, Department of Physics and Measurement Technology, Suède, Tel. : +46 13 28 58 26)
Fredrik Burström : Environment and Municipalities. Towards a Theory on Municipal Environmental Management. Stockholm, Royal Institute of Technology, Division of Industrial Ecology, September 2000 (Tel. : +46 87 90 91 18).
Par ailleurs, les études de métabolisme régional revêtent une importance particulière pour la planification économique dans les pays en développement. Voir :
Suren Erkman and Ramesh Ramaswamy : Industrial Ecology as a Tool for Development Planning. Case Studies in India. New Delhi, Sterling Publishers, et Paris, Editions Charles Léopold Mayer, à paraître début 2001.

9 Jim Schwab : The Challenge of Industrial Ecology, Zoning News (American Planning Association), June 1998, p. 1-2.

10 Peter Baccini und Franz Oswald (Herausgegeben von) : Netzstadt. Transdisziplinäre Methoden zum Umbau urbaner Système, Zurich, vdf Hochschulverlag AG, 1998.
Peter Baccini und Hans-Peter Bader : Regionaler Stoffhaushalt, Heidelberg/Berlin, 1996 (à ce jour l'ouvrage le plus détaillé et complet sur la méthodologie du métabolisme régional).

11 Sur la dématérialisation, voir :
Robert Herman, Siamak A. Ardekani, and Jesse H. Ausubel : Dematerialization. In : Jesse H. Ausubel and Hedy E. Sladovich (eds.) : Technology and Environment. Washington, D.C., National Academy Press, 1989, p. 50-69.
Oliviero Bemardini and Riccardo Galli : Dematerialization : Long-Term Trends in the Intensity of use of Materials and Energy. Futures, May 1993, p. 431-448.
Cutler J. Cleveland and Matthias Ruth : Indicators of Dematerialization and the Materials Intensity of Use. Journal of Industrial Ecology, Vol. 2, N° 3, 1998,pp. 15-50.

12 Sur la décarbonisation, voir :
Nebojsa Nakicenovic : “Freeing Energy from Carbon”. In : Jesse H. Ausubel and H. Dale Langford (eds.) : Technological Trajectories and the Human Environment. Washington, D.C., National Academy Press, 1997, p. 74-88.
Robert Socolow (ed.) : Fuels Decolonization and Carbon Sequestration : Report of a Workshop. Princeton, NJ, The Center for Energy and Environmental Studies, Princeton University, PU/CEES Report N° 302, September 1997. (Egalement disponible sur le web : http://www.princeton.edu:80/~ceesdoe/).

13 Peter Huber and Mark P. Mills : Dig more coal - the PCs are coming. Forbes, 31 May 1999. (http://forbes.com/forbes/99/0531/6311070a.htm).

14 Ryan Kim : “E-biz's hard drive. Online delivery trucks add to San Franciso street congestion”. San Francisco Examiner, June 21, 2000, p.l.

15 Dominique Foray : L'économie de la connaissance. Paris, La Découverte, 2000.

16 Alain Raillet : Commerce électronique et réorganisation urbaine des activités commerciales. Contribution présentée au XXXV le Colloque de l'Associatgion de Science Régionale de langue française, Crans-Montana (Suisse), 6-9 septembre 2000 (http://www.asrdlf.org).

17 Un réseau de chercheurs récemment créé à l'Université de Berkely, le « Network for Energy, Environment, Efficiency, and the Information Economy », s'efforce de documenter et d'analyser les impacts de la Nouvelle Economie sur la consommation de ressources. Voir leur site web : http://n4e.lbl.gov/

18 Journal of Industrial Ecology, MIT Press (http://mitoress.rnit.edu/JIE).

19 Pour une synthèse détaillée, voir : Suren Erkman : Vers une écologie industrielle, Editions Charles Leopold Mayer, Paris, 1998.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540