Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche et développement régional durable

 | 
Corinne Larrue

Session 3. L'innovation institutionnelle pour le développement régional durable / Needs for social and institutional innovation in relation to spatial planning

Combiner les approches passives et constructives d'aménagement du territoire

Résumé

Barrie Needham

Texte intégral

  • 1 Université de Nimègue, Pays-Bas.

1Note portant sur l’auteur1

2SPECTRA est un projet de recherche financé par l'Union européenne (programme environnement et climat) dont la coordination est assurée par l'Université de West England de Bristol. Ce projet traite des relations entre durabilité, développement et planification de l'espace dans six pays différents (Angleterre, Pays-Bas, Finlande, Irlande, Grèce et Italie).

3Le projet SPECTRA est partie de l'hypothèse que l'organisation spatiale influence le caractère plus ou moins durable des politiques. A partir de cette hypothèse, la question analysée dans le projet a été de voir comment la planification spatiale peut être utilisée pour orienter vers un développement durable.

4Notre attention a donc été portée sur le lien entre planification et localisation concrète des activités, partant du constat que la planification spatiale parvient difficilement à peser sur l'organisation concrète du territoire afin de contribuer au développement durable.

5En effet, même en partant du principe que nous savons quel genre de forme urbaine est plus favorable à un développement durable, il est difficile d'orienter concrètement l'utilisation des sols dans ce sens : on peut faire des plans, élaborer des politiques allant dans le sens de la forme souhaitable. Mais de multiples secteurs de l'administration publique sont concernés par l'utilisation des sols (planification spatiale, transport, habitat, agriculture, protection de la nature, etc.). Les politiques promues par ces différents secteurs sont menées à des niveaux différents de l'administration publique. On s'aperçoit que la planification spatiale seule n'est pas suffisante pour que ces différentes politiques soient transformées dans des actions concrètes allant dans le sens de la durabilité.

6Ce qui conduit à aborder la question du type de planification spatiale qui permettrait d'orienter vers un développement durable.

7Deux types de planification peuvent être proposés :

  • La planification réglementaire : dans ce cadre, on part du principe que les actions concrètes vont quasi-automatiquement respecter le plan élaboré préalablement. Or ce qui est apparu dans le cadre du projet SPECTRA, c'est que cela n'est pas le cas, et que ce n'est pas le bon moyen pour conduire à un développement durable.
  • La planification pro-active ou collaborative : dans ce cadre on essaye d'associer les différents acteurs dans un processus constructif d'interaction. Cette voie est apparue plus favorable à la construction d'un développement durable.

8Ces deux approches ont des avantages et des inconvénients : la planification réglementaire donne aux citoyens une visibilité et une certitude quand à l'affectation légale des sols. Elle est généralement réalisée en mettant en cohérence les différents usages du sol, ce qui peut aller dans le sens de la durabilité, et est une ressource importante pour imposer le respect des règles d'usage du sol. En revanche, elle n'est pas toujours suivie d'effet, ne permet pas une vision dynamique de l'organisation de l'espace, et produit des solutions uniformes sur l'ensemble du territoire sans tenir compte des spécificités locales. La planification collaborative contribue de manière plus évidente au développement durable, elle est généralement suivie d'effets concrets et permet de prendre en compte les évolutions temporelles et les spécificités locales. En revanche, elle ne permet pas de garantir une visibilité légale des décisions car elle autorise le traitement au cas par cas, et peut conduire à des décisions arbitraires.

9La combinaison des deux approches permettrait, de fait, de gagner sur les deux tableaux : avoir une meilleure efficacité concrète tout en gardant une certaine visibilité. Certains exemples analysés dans le projet SPECTRA sont à ce titre instructifs.

Notes

1 Université de Nimègue, Pays-Bas.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540