Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche et développement régional durable

 | 
Corinne Larrue

Session 2. La précaution et le développement régional durable : l'exemple des risques naturels / The precautionory principle and Sustainable regional development: the example of naturel risk

Discussion session 2

Texte intégral

1La discussion qui s'est ouverte à l'issue de la présentation des orateurs a notamment permis d'aborder les points suivants :

  • L'intérêt écologique du programme IRMA : l'un des objectifs a été de mettre en œuvre des mesures de gestion permettant de laisser plus de place aux espaces naturels. Il y a des zones qui peuvent laisser une plus grande place à la nature. On s'est appliqué au cours des dernières années à redonner aux cours d'eau leur cours d'origine de manière à relaisser la nature prendre ses droits, ce qui n'était plus le cas depuis un moment. Sur d'autres parties du bassin versant on a des projets de modification des mécanismes d'infiltration qui permettent de palier les problèmes de sécheresse entre autres. En ce qui concerne les zones inondables, on s'est rendu compte qu'il pouvait y avoir un meilleur équilibre entre la nature, les zones inondables et les infiltrations naturelles, car l'eau est sur-ajoutée dans les systèmes inférieurs des systèmes hydrauliques. Mais il faut beaucoup de savoir-faire dans ce domaine, car ce n'est pas seulement lié au problème de la quantité mais aussi au problème de la qualité de l'eau.
  • L'implication de la population dans les risques naturels : quelle évaluation est faite de l'impact des campagnes de sensibilisation sur la population en général ? Est-ce qu'on peut imaginer d'autres formes d'implication de la population au sens large et est-ce qu'on peut imaginer d'autres formes de participation aux décisions ? C'est à l'heure actuelle une des principales préoccupations, car on sait que l'oubli est un facteur important. Actuellement le travail qui est fait dans le cadre de la charte de développement durable vise à trouver une forme de communication, d'information et d'appropriation du risque pour les habitants du val, afin que le risque soit pris en compte dans leur vie. Mais il faut savoir que le retour de crue peut intervenir à tout moment dans l'année puisque la Loire est un fleuve capricieux et qui n'a pas de saison. Le travail de communication réalisé est fait, pour l'instant, de manière modeste et à l'échelle des collectivités locales.
  • La question de l'évaluation des dommages : quelles sont les méthodes utilisées ou utilisables ? Va-t-on plus loin que la simple comptabilisation des montants indiqués dans la déclaration de sinistre et surtout y a-t-il des études concernant la France ? Nous avons actuellement des pratiques et des projets sur des bassins versants de différentes tailles au niveau européen et il y a beaucoup de leçons à tirer de ces expériences. La directive cadre européenne sur l'eau a déjà intégré un certain nombre des résultats de ces pratiques puisqu'elle met en avant la notion de gestion intégrée par bassin versant. La notion de district frontalier est également abordée par cette directive cadre.

2D'une manière générale la question des risques naturels a mis en exergue les difficultés d'une approche spatiale du développement durable qui requiert non seulement la coopération de tous les décideurs à l'échelle des pays connus des bassins versants, mais doit également reposer sur une mobilisation des populations concernées.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540