Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche et développement régional durable

 | 
Corinne Larrue

Session 2. La précaution et le développement régional durable : l'exemple des risques naturels / The precautionory principle and Sustainable regional development: the example of naturel risk

La coopération entre régions frontalières pour la prévention des inondations et l’amélioration de l’environnement : le programme Interreg Rhin-Meuse

Résumé

Jacqueline Laman

Texte intégral

  • 1 Programme IRMA, Den Haag, Pays-Bas.

1Note portant sur l’auteur1

2Le programme IRMA (Interreg Rhin Meuse Activités) est l’un des nombreux programmes réalisés sous l’égide de la Communauté européenne dans le domaine de l’aménagement du territoire. La zone de coopération du programme IRMA, s’étend sur tout le bassin versant du Rhin et de la Meuse et concerne cinq états membres de la Commission européenne – la France, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne – et la Suisse qui participe également au programme. Ce programme a été initié à la suite des graves problèmes d’inondation de 1993 et 1995.

3Tous ces Etats membres ont décidé de mettre en place un programme commun dont le but est de financer des projets permettant de réduire les risques d’inondation dans ce bassin versant. 153 projets auront été financés à la fin 2001 lorsque le programme sera achevé pour un budget de 141 millions €.

4L’ensemble des projets retenus doivent répondre aux trois grands principes décidés à l’origine du programme : conserver l’eau au sein du bassin versant, donner de l’espace aux rivières en élargissant et en approfondissant leur lit et la zone de rétention, et enfin améliorer la prise de conscience des populations et développer des études pour améliorer la connaissance.

5Ce programme a nécessité une réelle coopération entre les Etats participants. Il s’applique à tous les espaces du bassin versant, en amont comme à l’aval, chacun devant se sentir responsable des effets de ses actions sur l’aval.

6Dans le domaine de l’aménagement spatial, l’objectif est d’arriver à une nouvelle approche et une nouvelle utilisation de l’espace dans le bassin versant de façon à ce qu’il remplisse pleinement sa fonction. Les différents types de projets menés à bien sont :

  • la restauration des zones inondées, la restauration des affluents des rivières ayant été coupés des cours principaux, les projets de reforestation et la constitution de réserves foncières, pour ce qui concerne les zones rurales ;
  • la création d’espace vert, la limitation de l’imperméabilisation des sols, la collecte séparative des eaux pluviales, pour ce qui concerne les zones urbaines.

7Dans le domaine de la rétention des eaux, les principales mesures sont l’élargissement des lits de rivières, la modification des digues de façon à donner plus d’espace au fleuve, et la création de zone de rétention.

8Dans le domaine de l’amélioration de la connaissance, un effort conséquent a été produit pour mieux définir les zones de danger, pour promouvoir de « bonnes pratiques », pour développer des systèmes d’information et d’alerte et pour améliorer la perception des problèmes par les populations.

9Ce programme a démontré qu’une approche intégrée permet d’arriver à une situation où tout le monde est gagnant car de nombreux projets ont des aspects positifs sur la conservation ou la préservation de l’environnement. Mais il s’agit d’un premier pas dans la bonne direction.

Notes

1 Programme IRMA, Den Haag, Pays-Bas.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540