Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche et développement régional durable

 | 
Corinne Larrue

Session 1. Les problématiques du développement regional durable / The key-issues of sustainable regional development

Discussion Session 1

Texte intégral

1La discussion qui s’est ouverte à l’issue de la présentation des orateurs a notamment permis d’aborder les points suivants :

  • Les obstacles à la mise en œuvre d’un développement durable : on ne met pas assez l’accent sur les obstacles à la mise en œuvre et à la diffusion du développement durable. On peut envisager des avancées en terme méthodologique, en terme d’indicateur, en terme d’évaluation, ou de partenariat. Mais il semble y avoir un obstacle majeur, que l’on ne souligne pas assez, c’est l’éventuelle contradiction qui peut exister entre ce qu’on appelle la non durabilité et qu’on pourrait être tenté d’appeler plus simplement le système économique dominant. La problématique du développement durable nous vient d’une analyse qui met en évidence les effets pervers liés à la croissance et au renforcement des interdépendances économiques, écologiques. A partir du moment où il y a des traités, des cadres internationaux, des outils au niveau local, comme les agendas 21 locaux, on ne comprend pas pourquoi on ne s’oriente pas plus simplement vers la voie du développement durable : on comprend mal l’échec de La Haye; on comprend mal pourquoi on s’oriente vers une mobilité non durable et non pas vers une mobilité durable; on comprend mal encore la baisse de la biodiversité, l’insignifiance du commerce éthique... Il y a là un certain nombre de contradictions qui sont relativement évidentes et que l’on oublie. Un effort de recherche est nécessaire pour analyser ces contradictions.
  • L’application de bonnes pratiques vs l’identification de situations non durables : ceux qui ont pris en charge le développement durable actuellement sont des praticiens et ils le font sur le terrain beaucoup plus que tous les autres. Mais en même temps il faut s’interroger : il ne s’agit pas seulement d’appliquer de bonnes pratiques mais de savoir si elles nous rapprochent des objectifs principaux que l’on recherche. Il y a un principe de réalité qui doit nous amener à poser le problème de la hiérarchisation et de la dissymétrie entre des situations durables et non durables. Il faut aller vers ces situations plus durables et traiter des situations manifestement non-durables. Quand on fait appel à la bonne volonté, aux bons sentiments, à l’énergie des uns et des autres, les territoires et les communes qui ont relativement peu de problèmes vont avancer, alors que les autres restent derrière. Or il faut s’occuper de ces situations qui sont non durables. La question que l’on peut se poser est : Y a-t-il des situations non durables dans nos pays européens ? Oui, par exemple la création des ghettos dans les banlieues, ou le problème des traversées alpines, le problème d’effet de serre à long terme bien qu’il y ait plus d’incertitudes. Ce sont ces situations non durables qui méritent un traitement différent du traitement habituel. D’un côté les praticiens sont essentiels mais de l’autre il y a d’autres situations à traiter et il faut essayer de maintenir un certain équilibre entre les deux.
  • L’accent sur le partenariat et l’inadaptation des modes d’organisation actuels : pour que le développement durable puisse avancer concrètement, il faut organiser des partenariats et jouer sur les bonnes volontés. Différents types de partenariat ont été développés dans le cadre des 12 projets pilotes européens. II y a eu des partenariats verticaux (entre échelons territoriaux) et horizontaux (entre partenaires à un même échelon). Les partenariats horizontaux sont utiles pour définir des objectifs de développement durable pour une localité particulière en incluant le plus grand nombre de parties prenantes possibles. Mais les partenariats verticaux permettent également un débat intéressant, particulièrement dans les régions françaises, mais aussi pour d’autres régions. Cela permet d’assurer une certaine compatibilité entre les objectifs de développement durable aux niveaux européen, national ou régional. Il se peut que les découpages territoriaux ne soient pas adaptés aux problématiques du développement durable : lorsque les zones territoriales sur lesquelles il faudrait travailler ne correspondent pas au découpage classique de l’Europe, ou lorsque les régions sont en fait un assemblage hétéroclite de localités. Les partenariats verticaux sont aussi intéressants car ils donnent aux régions la possibilité de transmettre leurs plaintes, mais aussi leurs idées à des niveaux supérieurs. Ceci peut être une voie de promotion du développement durable. C’est la raison pour laquelle la nécessité de créer un lien entre les fonds structurels et les autres actions pour le développement durable est apparue importante même si elle n’a pas été véritablement traitée dans l’étude. Car il n’y a pas vraiment de ressources en faveur de la transversalité. Lorsqu’on regarde l’organisation aussi bien au niveau de la Commission que des régions, des villes etc.; on voit qu’il y a un obstacle très général lié à nos modes de d’organisation actuels qui ne sont absolument pas faits pour organiser cette transversalité

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540