Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Concerter, mobiliser, gouverner. Le projet urbain pour aménager la ville et ménager la cité

Monique Zimmermann

Texte intégral

  • 1 Professeure en aménagement et urbanisme à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Ly (...)

1Note portant sur l'auteur1

OBJETS, PROBLÉMATIQUES, MÉTHODES ET TERRAINS

2L’équipe de recherche s’est proposée de revenir sur l’expérience de l’agglomération lyonnaise du projet d’aménagement à travers l’expérience acquise en matière de production des espaces publics. Au début des années 1990, une nouvelle politique d’aménagement des espaces publics s’est mise en place au Grand Lyon. Elle s’est accompagnée d’une réorganisation des services de la collectivité locale, avec la création d’un service spécialement dédié à la production des espaces publics, et l’apparition de nouveaux acteurs dans le projet – artistes, chargés de communication, chefs de projet. Cette nouvelle politique trouve sa justification par la recherche d’une meilleure adéquation des espaces publics aux usages urbains. Les acteurs mobilisés dans le projet ont postulé que l’amélioration de la convivialité des aménagements dépendait de la connaissance des pratiques sociales des espaces et des publics qui en usent. C’est en ce sens qu’un effort important a été consenti pour disposer le plus en amont possible dans le projet de ces connaissances, voire de disposer des publics destinataires eux-mêmes. Cet effort se traduit sur le plan pratique par le développement de dispositifs et de politiques de « concertation ».

3Cette recherche s’intéresse à ces dispositifs de concertation : elle vise plus particulièrement l’analyse des modalités d’inscriptions de la demande sociale dans les projets d’espaces publics. Pour ce faire, elle s’oriente à partir de deux thèmes principaux :

  • le statut de la concertation : quelles pratiques recouvre ce vocable ?
  • les configurations d’acteurs que produit l’activité de concertation : la concertation comme pratique modifie-t-elle, et dans quels sens, les configurations d’acteurs du projet d’espaces publics ? Comment affecte-t-elle les modes de travail, les normes d’action des acteurs mobilisés dans le projet d’aménagement ?

4Dans le cadre de cette recherche, l’expérience lyonnaise de la concertation est observée sous l’angle du « faire », c’est-à-dire à la fois à travers les pratiques dites de concertation et les points de vue des praticiens de la ville qui, d’une certaine manière, se posent comme les incitateurs de ces pratiques dans le projet – élus, fonctionnaires des collectivités, concepteurs. Dans un second temps, cette expérience est confrontée à des expériences suisses, allemandes et anglaises de projet urbain afin d’être située dans le contexte européen. Cette confrontation vise à mesurer la singularité de l’expérience lyonnaise et à donner quelques indications sur les dimensions généralisables de cette expérience.

PRINCIPAUX RÉSULTATS

UNE TRENTAINE DE DISPOSITIFS DE CONCERTATION DANS L’AGGLOMÉRATION LYONNAISE

5La concertation – ou son équivalent suisse, allemand et anglais, la participation – s’avère être, dans tous les cas, un mot-éponge qui agglomère plusieurs perspectives, voire plusieurs réalités.

6L’expérience lyonnaise a permis de constituer une typologie des différentes significations attribuées au vocable « concertation ». Cette typologie se présente sous la forme d’un recensement quasi exhaustif des formes dites de concertation expérimentées au moins une fois à Lyon depuis une quinzaine d’années. Au cours de cette période, la méthode de concertation a évolué à la suite de nombreuses expérimentations d’une multitude de dispositifs. En tout, une trentaine de dispositifs de concertation a été à ce jour identifiée. Nous pouvons citer à titre d’exemple et en vrac l’enquête sociologique, le médiateur, les réunions publiques, les réunions de concertation, le groupe de travail, le local d’information, les journaux de chantier, les tracts, les missions, etc. Parmi ces dispositifs, une sélection s’est de fait opérée. Aujourd’hui les dispositifs de concertation les plus courants, exceptés les dispositifs obligatoires, sont : l’enquête sociologique, les réunions publiques et les expositions publiques. Cette politique de concertation est manifestement le fait du personnel politique ; sa mise en œuvre revient aux services techniques qui ont charge d’assurer les contenus et les formes de communication. En revanche les initiatives venant des habitants sont rares.

7L’analyse des différentes situations étrangères tendrait à montrer une certaine homogénéité des dispositifs utilisés et des pratiques en vigueur en Europe. Seule la situation anglaise semble faire exception dans la mesure où les « communautés » sont à l’initiative de dispositifs de concertation dans les projets urbains.

CONSULTER, CONCERTER, PARTICIPER : TROIS MODES DE CONCERTATION

8Les différents dispositifs de concertation expérimentés et ici recensés ont en commun de tenter d’une manière ou d’une autre de limiter la séparation entre les deux univers de la fabrication et de l’usage : ils fonctionnent en quelque sorte comme des ponts tendus entre ces deux univers. Pour chaque dispositif de concertation, le pont ne laisse pas passer l’information de la même manière ; il ne peut être emprunté librement par tous les acteurs ; son rôle varie dans la temporalité du projet. En cela, ces dispositifs tentent peu ou prou d’imposer ou de fixer les rapports entre « fabricants » des espaces publics et « destinataires » des aménagements ; la qualité du pont renseignant sur les formes de relations entre ces acteurs.

9Trois modes de relations des acteurs mobilisés par le projet – ou trois modes de concertation – sont ici identifiés : consulter, concerter et participer. Ces modes renvoient également à trois grandes pratiques de la démocratie : la démocratie représentative (consulter), la démocratie dialogique (concerter) et la démocratie participative (participer). Dans cette perspective, par delà le projet, se jouerait dans les questions relatives à la concertation l’institution des usages de la démocratie. C’est en cela aussi que l’on peut considérer l’aménagement comme la mise en œuvre – c’est-à-dire la mise en « objets » ou dispositifs techniques et spatiaux – de la démocratie.

LE PROJET COMME LIEU DE LA CONCERTATION OU L’EXERCICE CRITIQUE DE L’EXPERTISE

10L’orientation de la concertation comme ouverture du projet aux publics destinataires est concomitante à l’apparition de nouveaux acteurs dans le projet d’aménagement.

11Partant de la forme canonique du projet, nous discernons quatre catégories d’acteurs mobilisés par le projet : la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre, les destinataires des ouvrages et les médiateurs. Les deux premières grandes catégories forment l’essentiel des acteurs mobilisés dans le projet, les fabricants ; la troisième regroupe l’ensemble des publics concernés par les aménagements ; enfin la quatrième assure la médiation entre les trois précédents et relève des nouveaux acteurs précédemment évoqués. Sur le plan de l’activité, la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre et les entreprises de travaux ont recours aux mêmes expertises : les mêmes professionnels se retrouvent dans ces trois groupes d’acteurs.

12À Lyon, la conduite de projet de requalification des espaces publics pourrait se caractériser par les efforts visant à maintenir séparés les acteurs selon les modes de faire : il convient ainsi de séparer d’une part le monde des experts et le public et d’autre part, au sein des experts, celui qui « fait », la maîtrise d’œuvre, de celui qui exerce un contrôle, la maîtrise d’ouvrage. Cette séparation des experts a pour effet d’autoriser dans certaines conditions l’exercice de la critique des énoncés. Cette critique, formelle, sociale et technique, sert à révéler les potentialités des aménagements tout en vérifiant que la réponse apportée règle bien les problèmes qui ont été posés. C’est sur ce modèle des relations des acteurs mobilisés dans le projet que pourrait se définir à Lyon la concertation. La concertation serait alors l’institution de l’ensemble des relations établissant les conditions d’une critique raisonnée de l’action d’aménager. Cette définition implique la parité des expertises mobilisées dans la critique. En effet, la concertation s’avère difficile dès qu’il s’agit d’acteurs en relation asymétrique par rapport, d’une part, à une expertise (savoir-faire) et, d’autre part, à l’action (pouvoir faire).

13À Lyon, le développement actuel des dispositifs dits de concertation procède de l’extension de cet exercice critique aux publics destinataires. Mais les destinataires ne sont jamais situés dans la perspective d’une parité. Leur statut est insuffisant pour faire valoir leur expertise. Et les dispositifs de concertation mis en œuvre en l’état ne leur permettent pas d’orienter les aménagements. En conclusion, le projet ne s’ouvre pas aux publics, mais aux médiateurs.

VALORISATION

14Toussaint Jean-Yves, (2003), Projets et usages urbains. Fabriquer et utiliser les dispositifs techniques et spatiaux de l’urbain, Rapport de HDR, coordonné par Y. GRAFMEYER, ronéo, Lyon, 263 p.

15Toussaint J.-Y., Vareilles S., Zimmermann M., Zepf M., (2004), « La concertation dans l’aménagement. Le cas d’un projet d’espace public à Villeurbanne dans l’agglomération lyonnaise », dans Jouve B., Booth P., La concertation dans les politiques urbaines au Canada, en France et en Grande- Bretagne, Montréal, Presses de l’Université du Québec, collection « Géographie contemporaine ».

16Vareilles Sophie, (en cours), Les dispositifs de concertation dans les projets urbains. Le cas des espaces publics de Lyon, thèse de doctorat, sous la direction de M. Zimmermann en co-encadrement avec J.-Y. Toussaint, INSA.

17mailto:monique.botta-zimmermann@insa-lyon.fr
Équipe Développement Urbain (EDU)

UMR 5600 «Environnement Ville Société»
Institut National des Sciences Appliquées de Lyon
Bât. E. Freyssinet
8, rue des Sports
69621 Villeurbanne Cedex
Tél. : 04 72 43 84 71

Notes

1 Professeure en aménagement et urbanisme à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon, directrice de l’Équipe Développement Urbain, composante de l’UMR CNRS 5600.

Auteur

Responsable scientifique

Personnes ayant collaboré à la recherche : Virginie Jaton, Sarah Russeil, André Simon, Jean-Yves Toussaint, Sophie Vareilles, Marcus Zepf.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540