Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Les territoires politico-économiques face aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC)1

Mathieu Vidal

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat sous la direction d’Emmanuel Éveno, soutenue en décembre 2004.
  • 2 Docteur en géographie et ATER au département de géographie de l’Université de Toulouse II le Mirai (...)

1Note portant sur l’auteur2

2Ce travail de thèse s’intéresse à l’étude des modalités de l’introduction des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) et des conséquences de l’introduction de ces TIC (en tant qu’innovation, entre autres) dans certains territoires particuliers que l’on aurait aujourd’hui tendance à vouloir appeler « territoires numériques », par exemple, et qui sont notamment marqués par la proximité.

3Au-delà de cette introduction, l’enjeu est d’analyser le rôle des TIC dans les dynamiques territoriales de développement et de voir comment les activités liées aux TIC parviennent (ou non) à se structurer, sur le territoire pris en compte.

TIC, ACTEURS ET TERRITOIRES

4Le travail repose donc sur les interrelations entre trois notions essentielles que sont les TIC, les acteurs économiques et le territoire.

5Les TIC, dont le secteur est précisément défini par l’INSEE (codes NAF), regroupe trois grands secteurs industriels : l’informatique (ordinateurs et logiciels, notamment), les télécommunications (téléphonie, Internet, EDI, etc.) et le multimédia (création, stockage, télévision, vidéo, etc.). Cependant, même si les TIC sont ici surtout prises en compte en tant que secteur d’activité, leur rôle en tant qu’outil est également analysé, de façon ponctuelle, à l’intérieur des structures productives.

6Les acteurs économiques – au sens de « ceux qui agissent » – regroupent aussi bien les acteurs privés (qui « entreprennent », produisent, se structurent, etc., et profitent des réseaux présents ou essaient de se faire entendre pour améliorer leurs conditions de productivité) que les acteurs publics, qui vont impulser une politique de développement, par exemple.

7En effet, les stratégies économiques et territoriales de l’e-développement conduisent les acteurs publics à avoir une triple approche des TIC ; ceux-ci se donnent pour mission de soutenir et structurer le secteur des TIC en émergence, d’accompagner les entreprises traditionnelles du territoire dans leur appropriation des TIC, et d’attirer des activités et des emplois, en tentant de mettre à disposition des entreprises l’ensemble des réseaux (techniques, sociaux, etc.) et externalités (tissu d’entreprises, main d’œuvre, etc.).

8L’ensemble de ces éléments permet aux acteurs, notamment par le biais du marketing territorial, de se positionner dans le jeu de la concurrence des territoires.

9Enfin, le territoire est ici perçu à trois niveaux, qui s’interpénètrent.

10Il y a tout d’abord le territoire de l’élu et de la structure publique encadrant les projets en matière d’économie (que ce soit la commune, la Ville, la communauté d’agglomération, le département ou la région) ; il y a aussi – et c’est en rapport direct avec le précédent – le territoire du réseau à haut débit, qui permet le développement et la localisation des activités en question, mais qui, le plus souvent, chevauche plusieurs territoires administratifs, complexifiant ainsi parfois la donne ; il y a enfin un troisième type de territoire – plus incertain, moins délimité –, celui de l’entreprise.

11Ce territoire est d’une part de proximité, dans le rapport notamment établi avec les acteurs et les autres industriels du bassin économique, mais aussi, d’autre part, un territoire strictement économique – sous forme d’archipel, pour reprendre une expression fameuse – qui dépasse le local pour englober tous les tenants du processus de production de l’entreprise.

DYNAMIQUES DE PROXIMITÉ

12Ainsi, à l’intersection entre les théories de l’économie urbaine et des milieux innovateurs, se pose notamment la question des dynamiques de proximité (qu’elles soient institutionnelles et/ou organisationnelles) et de l’innovation (technique et/ou territoriale).

13À l’heure actuelle – et pour faire très rapide – deux discours s’opposent :

  • Celui, porté, entre autres, par Allen J. Scott ou Saskia Sassen, soutenant que l’économie trouve ses fondamentaux dans les grandes métropoles, et que le reste du territoire est négligeable ou presque.
  • Et le discours axé autour des districts, SPL et autres milieux innovateurs, mettant en avant la fameuse expression small is beautiful.

14Mais aujourd’hui, même si la concentration semble se poursuivre dans les grands centres, les deux discours semblent trouver assez rapidement des limites et se recouper, sur certaines entrées.

15Du coup, en prenant différents types de territoires, et en ayant comme porte d’entrée les aspects économiques, il semble intéressant d’étudier la mise en place de ces « territoires numériques », par le biais de questionnements complémentaires les uns des autres.

16On peut donc se demander notamment comment le secteur des TIC est devenu un secteur aujourd’hui incontournable ; quels sont les discours et les idées qui ont accompagné des notions directement liées aux TIC, depuis la Société de l’Information jusqu’aux territoires numériques ; comment les TIC ont-elles été introduites dans le territoire, et quels types d’innovations apportent- elles à leur tour ; comment les industriels et les acteurs publics appréhendent la question des TIC, et quelle place ils leur réservent ; comment les TIC sont-elles utilisées pour servir le territoire ; quels sont le rôle et la place de l’acteur public pour défendre l’économie de son espace, dans un climat de concurrence territoriale exacerbée ; comment se fait-il que des territoires qui sont sous l’influence directe de métropoles parviennent à tirer leur épingle du jeu ; quelle est la place de la proximité et de l’innovation territoriale, dans ces aspects ; enfin, quelle est la bonne échelle territoriale pour une bonne gouvernance ?

17Ces questionnements sur le développement territorial en rapport avec les TIC s’inscrivent autour de réflexions et d’analyses certes largement développées, mais qui semblent désormais connaître un intérêt durable et partagé aussi bien par le monde de la recherche que par celui (ceux ?) des acteurs précisés ci-dessus.

…ET INNOVATION

18Ainsi, passant de l’innovation technique à l’innovation politique, les TIC représentent désormais un « nouvel eldorado », un champ incontournable pour les acteurs politiques, qui « se doivent d’en être ». Par ailleurs, les TIC sont à la fois des outils de développement territorial tout en permettant (la plupart du temps) de fédérer les forces en présence autour de grands programmes.

19Le secteur des TIC a en outre ceci d’intéressant qu’on peut faire un parallèle (inversé ?) avec les Systèmes Productifs Locaux (SPL) dont s’est saisie (un temps) la DATAR.

20Certes, le « district industriel » développé par A. Marshall peut servir de base à l’étude de la structuration des différents secteurs d’activité, dans ces deux thématiques ; cependant, si les SPL sont extrêmement structurés en interne, ils doivent leur pérennité à leur positionnement dans des réseaux et des marchés souvent globaux ; les TIC en appellent quant à elles immédiatement à des notions de globalité, mais leur intégration peut conduire à une consolidation locale du tissu industriel et des différents types de proximité.

21Enfin, le mythe de la répartition homogène des activités grâce (et/ou liées) aux TIC semble avoir vécu ; au contraire, la métropolisation, dans ce secteur d’activité, est d’importance. Cependant, certains territoires semblent tirer leur épingle du jeu.

22L’objectif de développement territorial par les TIC semble s’inscrire dans une visée durable dès lors qu’une approche interactionniste est mise en place : les TIC ne se suffisent pas à elles-mêmes, mais ignorer cette thématique amène aujourd’hui à prendre du retard, en matière de compétitivité des territoires.

TERRAINS D’ÉTUDE

23Plusieurs types de territoires sont donc pris comme terrains d’étude et ce, à différentes échelles, afin de faire des parallèles et des comparaisons.

24Ainsi, on pourra prendre notamment en considération ce qui se passe dans le bassin de Castres-Mazamet, dans le Tarn ; c’est le terrain le plus largement développé. Ensuite, au Québec, il semble intéressant de se pencher sur les cas de Montréal, d’un côté, avec sa fameuse cité du Multimédia, et de Bromont, de l’autre, petite ville à une centaine de kilomètres, mais lieu d’initiatives innovantes et siège de la plus grande usine IBM du monde… Le rapport entre Bromont et Montréal est à mettre en parallèle avec la relation Castres-Mazamet/Toulouse.

25Enfin, par le biais d’études non exhaustives, mais dans le cadre d’expériences particulières, les trois principales métropoles du sud de la France – Marseille, Toulouse et Bordeaux – peuvent permettre de mettre en relief certains des enjeux liés aux interrogations faites ci-dessus, et d’amener leur part de réponses.

26Des entretiens ont également été faits à Barcelone, qui se positionne sur ce secteur des TIC ; ils pourront illustrer la réflexion avec d’autres expériences.

VALORISATION

Publications

27Audras S., Taulelle F., Vautier C., Vidal M., (2004), « La filière textile à Lavelanet et Castres-Mazamet », dans Guillaume R. (coord.), Les systèmes productifs locaux en Midi-Pyrénées : vers l’émergence de systèmes régionaux ?, Rapport final, Conseil Régional de Midi-Pyrénées, janvier 2004.

28Audras S., Taulelle F., Vautier C., Vidal M., (2004), « Les bassins de Castres-Mazamet et de Lavelanet : entre tradition textile et diversification », dans Guillaume R. (coord.), Systèmes productifs et dynamiques territoriales, regards croisés au Québec et dans le Sud-Ouest français, Paris, L’Harmattan, collection « Géographie et Liberté ».

29CIEU (collectif), (2002), Participation à l’article « L’explosion de l’usine AZF à Toulouse : une catastrophe inscrite dans la ville », Mappemonde, n° 1.

30Puel G., Vidal M., (2003), « Le bassin de Castres-Mazamet : d’un bassin traditionnel au développement par les TIC ? », RERU, n° 3.

31Taulelle F., Vidal M., (2003), « Les Systèmes Productifs Locaux : entre consensus et interrogations », Revue Pouvoirs Locaux, n° 3.

32Vidal M., (2003), « Marseille, future capitale méditerranéenne des TIC ? », Mappemonde, vol. 70, n° 2.

Communications

33Puel G., Vidal M., (2003), « The area of Castres-Mazamet and (Tele)Communication Networks », Fifth Biennial of European Urban Planners, Barcelone, 10-11 et 12 avril 2003.

34Taulelle F., Vidal M., (2001), « L’ouverture des Systèmes Productifs Locaux et la conséquence sur les acteurs publics locaux », Colloque International de Tarbes, 20 et 21 septembre 2001.

35Vidal M., (2000), « Les emboîtements d’échelles dans les systèmes productifs localisés, [écrit en collaboration avec François Taulelle], Université d’automne du GRECOS, Université délocalisée de Perpignan, novembre 2000.

36Vidal M., (2002), « TIC et ancrage territorial », Colloque International 2001 Bogues, Montréal, Québec, avril 2002.

37Vidal M., (2003), « La boucle de Castres-Mazamet : un projet de territoire. Quelle place pour les usages et usagers ? », Colloque CEN@, Castres, 21-22 mai 2003. Publication d’un ouvrage de diffusion.

38mailto:mtvidal@univ-tlse2.fr
CIRUS-CIEU (Centre Interdisciplinaire

de Recherches Urbaines et Sociologiques -
Centre Interdisciplinaire d’Études Urbaines) – UMR 5193
&
GRESOC (Groupe de Recherche Socio-économiques) – EA 804
Maison de la Recherche
Université de Toulouse II le Mirail
31058 Toulouse Cedex 9
Tél. : 05 61 50 42 71/37 02
http://www.univ-tlse2.fr/​cieu
http://www.univ-tlse2.fr/​gresoc

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction d’Emmanuel Éveno, soutenue en décembre 2004.

2 Docteur en géographie et ATER au département de géographie de l’Université de Toulouse II le Mirail. Membre du CIRUS-CIEU (http://www.univ-tlse2.fr/cieu) et du GRESOC (http://www.univ-tlse2.fr/gresoc).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 795k

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540