Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Territorialisation des pratiques et ville parcourue. Les habitants des grands ensembles et la mobilité spatiale à Marseille1

Nadine Roudil

Texte intégral

  • 1 Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 2 Sociologue, chargée de cours à l’Université de la Méditerranée et à l’Université de Nice Sophia-An (...)

1Note portant sur l’auteur2

2À travers cette communication, je vais présenter une étude de la mobilité non résidentielle des adolescents et des jeunes adultes habitant les quartiers populaires de la périphérie nord de Marseille.

3L’objectif était de réfléchir à la possibilité de poser la résidence comme une source de différenciation sociale et comme un espace de stigmatisation des habitants lorsqu’ils appartiennent aux classes populaires. Cependant, comme le souligne Yves Grafmeyer l’identification du domicile ne suffit pas pour interpréter les rapports sociaux dans lesquels les habitants des quartiers populaires sont engagés [Grafmeyer, 1996].

4Examiner comment la ville de Marseille peut être parcourue a permis de questionner la réalité de l’accès à l’espace urbain offert aux habitants des quartiers populaires. L’objet était alors de caractériser les articulations territoriales qui donnent son identité à l’espace urbain marseillais. Il s’agissait de l’interroger de manière « dynamique », au fil des parcours et des lieux fréquentés afin de mesurer l’existence d’une stigmatisation engendrée par la présence des jeunes des quartiers Nord populaires.

  • 3 Lors d’un entretien réalisé à l’ANPE de Bougainville (secteur nord de Marseille), il est ressorti (...)

5Ces quartiers constituent une zone géographique historiquement ouvrière et récemment identifiée aux grands ensembles qui y ont été implantés dès les années soixante. Les indices d’une précarité multiple, l’identification du nord de la ville comme source possible d’insécurité et de violence stigmatise l’habitat populaire qu’il soit constitué de cités ou de noyaux villageois. Habiter les quartiers Nord représente souvent un stigmate difficile à surmonter quant il s’agit de préciser son adresse3.

  • 4 Au nombre de trente-trois.
  • 5 Mon terrain de thèse étant dans les quartiers nord de Marseille et le temps de cette enquête m’ont (...)

6Ce travail répond à une démarche ethnographique. Des entretiens semi-directifs4 et le parcours de la ville de Marseille ont été réalisés en compagnie des jeunes habitants5 des quartiers Nord. La démarche a permis d’associer la production du discours d’un échantillon de jeunes habitants avec des phases d’observation, elles-mêmes productrices de données empiriques.

7Trois axes seront abordés dans ce propos : j’exposerai d’abord comment la ville de Marseille est un espace urbain où il est possible de se déplacer sans entrave. Ensuite, mon exposé s’intéressera aux caractéristiques des déplacements lorsque les jeunes habitants des quartiers nord parcourent la ville, seul ou en groupe. Enfin je terminerai en essayant de montrer combien la mobilité non résidentielle peut déboucher sur une territorialisation de l’espace urbain marseillais.

LES HABITANTS DE QUARTIERS POPULAIRES PARCOURENT LA VILLE

8Une des caractéristiques de la ville de Marseille est la revendication d’un attachement symbolique au quartier, qui trouve une expression originale dans le parcours sans retenue dans l’agglomération.

LE RÔLE DES POLITIQUES PUBLIQUES DANS L’EXISTENCE D’UNE VILLE PARCOURUE

9Dès 1977 et les premières mesures d’Habitat et Vie Sociale, la continuité territoriale est posée à Marseille comme un moyen de traiter socialement les quartiers les plus défavorisés. Les mesures de la politique de la ville apportent dès lors une caution au développement sans cesse croissant de l’intervention de l’État en matière de régulation de l’ordre public et privé. Parce qu’elles portent sur des territoires compris à l’intérieur des limites de l’agglomération, elles renforcent la réalité qu’évoque Émile Temime lorsqu’il avance que Marseille n’a pas de banlieue [Témime, 1991].

  • 6 Les GPU ont été imaginés par le conseil interministériel à la ville en février 1994 en même temps (...)

10Le cadre de la politique de la ville a ainsi soutenu la continuité territoriale entre le centre et la périphérie. Ainsi un grand Projet Urbain6 a contribué à l’édification du complexe commercial « Grand Littoral » qui contribue à rendre crédible la fréquentation de cette partie du Nord de la ville qui y paraît réhabilitée.

LE RÔLE DES TRANSPORTS EN COMMUN

11Les espaces urbains les plus à la périphérie, où ont été édifiée les cités, sont reliés entre eux mais également au centre ville marchand et administratif ainsi qu’aux espaces de loisirs situés en bord de mer par un réseau de transport en commun très dense qui permet aux habitants de parcourir quotidiennement la ville.

12Les grands ensembles ne sont pas isolés du reste de la ville même si entreprendre un trajet peut être long et fastidieux. Les habitants n’hésitent pas à mettre au point des systèmes qui leur permettent de voyager à moindre coup. La valeur horaire d’un ticket étant d’une heure, un billet acheté passe de main en main. À la sortie du métro, les adolescents cherchent à obtenir un ticket déjà oblitéré pour aller au centre ville ou pour rentrer chez eux.

13Si les habitants ont conscience de leurs difficultés économiques, ils refusent de voir dans la pauvreté le synonyme d’un enfermement. Ils combattent alors cette affirmation par un déplacement assidu en ville.

14L’achat des vêtements auquel il faut associer l’attrait de la mode permet aux adolescents de la cité de s’inscrire dans un parcours autonome de la ville. Il s’effectue selon un axe du nord vers le centre qui prend à la fois en compte la proximité des centres commerciaux et le centre de la ville de Marseille constitué des rues Saint-Féréol-Paradis-Rome, du Centre Bourse et du quartier Belsunce. Cet axe représente une réalité quasi stéréotypale de se déplacer dans la ville qui s’est retrouvée dans la totalité des entretiens réalisés auprès d’adolescents.

SE DÉPLACER SEULS OU EN GROUPE, QUEL USAGE DE LA VILLE ?

SOCIABILITÉ DE PAIRS ET VILLE PARCOURUE

15Les groupes de pairs, base des relations sociales entre jeunes, donnent toute sa particularité au vivre ensemble au cœur des grands ensembles. Il est alors intéressant de voir combien cette particularité se donne à voir lors de déplacements vers le centre-ville marchand ou vers les espaces de loisirs. Il est apparu que le regard des pairs permettait une « mise en valeur de soi ». Le déplacement et l’achat deviennent alors un rituel de reconnaissance sociale auquel des pairs doivent être associés.

16L’enquête a permis de souligner qu’à l’âge adulte, les parcours sont plus solitaires alors qu’adolescents sortir seul est improbable. Les groupes de pairs exercent un contrôle important sur ce qu’il convient d’acheter et sur les lieux à fréquenter. L’enquête a permis de montrer que cette population souvent désignée comme déviante se fait fort d’accéder aux critères de la société consumériste afin de ne pas apparaître comme à la marge de la société. Cette volonté les conduit à consommer de l’espace urbain ainsi que des biens.

MOBILITÉ NON RÉSIDENTIELLE ET TERRITORIALISATION DE L’ESPACE URBAIN : LA QUESTION DU DÉPLACEMENT DU STIGMATE

17Dans les déplacements des habitants se perçoit l’importance de ce qu’Erving Goffman désigne sous le nom « d’information sociale » [Goffman, 1975]. Les habitants des quartiers populaires en se déplaçant, diffusent des informations à propos d’eux-mêmes. La mise en scène est alors autant vestimentaire que comportementale, vêtus de ce qu’ils considèrent comme leurs plus beaux vêtements, ils se déplaçent en groupe, faisant du bruit, parlant volontairement fort, ils cherchent à faire la démonstration de leur adhésion aux catégories d’actions qu’ils pensent être les plus légitimes.

18Des lieux ont progressivement été étiquetés « quartiers nord » et sont définis par l’usage que les habitants des cités en font. Cependant, il a été très difficile de mesurer si cela avait pour conséquence de « fermer » ces espaces à d’autres populations et d’entraîner des modifications de l’aménagement de la ville.

19De l’avis des commerçants installés dans l’hyper-centre, les commerces se sont « paupérisés », les grandes enseignes laissant la place à de grandes chaînes. De tels commentaires doivent être recontextualisés. Des zones commerciales comme « Plan de campagne » ou « la Valentine » constituent autant de grandes surfaces aux abords de Marseille, faciles d’accès, qui représentent la véritable concurrence expliquant la baisse du chiffre d’affaire en centre ville. Par ailleurs, si on examine l’évolution de l’hyper-centre ville commerçant, il est apparu un seul cas de commerçant revendiquant le fait d’avoir déménagé à cause des nuisances et du « discrédit » que pouvait lui apporter la clientèle des jeunes des quartiers populaires. Si ce cas n’est pas représentatif d’un mouvement, il peut être mis en parallèle à la volonté des édiles municipaux de gentrifier l’hyper-centre ville de Marseille.

20Alors que les mesures de la politique de la ville font lien entre le centre et la périphérie, les choix politiques plus récents n’ont de cesse de faire peser sur les épaules des populations en situation de précarité endémique la responsabilité de la perte d’attrait de la ville de Marseille.

VALORISATION

21Roudil Nadine, (2002), « Territorialisation des pratiques et ville parcourue à Marseille », communication aux Journées d’études Territoires et territorialités, CRESSAC/CRH/LOUEST, École d’Architecture de Paris Val-de-Seine, 16 mai 2002.

22Participe depuis octobre 2003, au projet Pratiques spatiales non-résidentielles, mobilités et recompositions des territoires urbains lancé dans le cadre de l’ACI Espace et Territoires, CRESSAC/CRH/LOUEST/École d’Architecture de Paris Val-de-Seine, à l’initiative de Jean Pierre Lévy et Françoise Dureau.

23mailto:nadine.roudil@free.fr
S.H.A.D.Y.C

Sociologie, Histoire, Anthropologie des DYnamiques Culturelles
UMR EHESS-CNRS n° 8562
Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille
Tél. : 04 91 14 07 57

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Goffman Erving, (1975), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit.

Grafmeyer Yves, (1996), « La ségrégation spatiale », dans L’exclusion, L’état des savoirs, Paris, La découverte, pp. 209-217.

Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, (1997), Voyage en grande bourgeoisie. Journal d’enquête, Paris, PUF.

Témime Émile, (1991), Migrance. Histoire des migrations à Marseille, Aixen- Provence, Édisud, tome 4.

Notes

2 Sociologue, chargée de cours à l’Université de la Méditerranée et à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, chercheur-associée au SHADYC (EHESS-Marseille).

3 Lors d’un entretien réalisé à l’ANPE de Bougainville (secteur nord de Marseille), il est ressorti que l’adresse d’une cité était un gage de non recrutement. Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot ont souligné le caractère hautement symbolique de l’adresse [Pinçon et Pinçon- Charlot, 1997].

4 Au nombre de trente-trois.

5 Mon terrain de thèse étant dans les quartiers nord de Marseille et le temps de cette enquête m’ont permis de me déplacer dans l’ensemble de l’agglomération avec des groupes d’adolescents et de jeunes adultes entre 1996 et 2002.

6 Les GPU ont été imaginés par le conseil interministériel à la ville en février 1994 en même temps que la mise en place d’un plan « d’urgence pour la ville » dont le but premier était de réimplanter les services publics dans les quartiers qu’ils avaient quittés.

Notes de fin

1 Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Responsable scientifique

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540