Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Évolution des formes urbaines de distribution des biens culturels et révolution numérique

Alain Rallet

Texte intégral

  • 1 Professeur d’économie, Université Paris-Sud.

1Note portant sur l’auteur1

OBJECTIF DE LA RECHERCHE

2Dans le cadre de l’organisation urbaine des activités commerciales, les commerces de biens culturels sont une composante essentielle de la vie des centres-villes. Des changements importants ont déjà eu lieu dans les années quatre-vingt-dix : la distribution des biens culturels a commencé à connaître un processus semblable à celui d’autres commerces spécialisés, à savoir un déport vers les zones commerciales périphériques.

3Ces changements s’inscrivent dans le débat sur l’évolution des villes : assiste-t-on à la formation de noyaux urbains centraux, voire à la formation de nouvelles villes (edge cities) à la périphérie, à l’éclatement de la centralité urbaine au profit de structures polycentriques ou encore à des aménagements restant dans le cadre d’un schéma centre/périphérie ?

4Ces questions sont aujourd’hui ravivées par le développement du commerce électronique des biens culturels. La numérisation de ces biens et l’avènement de réseaux hauts débits rendent possible la diffusion en ligne de ces biens. On peut donc s’attendre à des modifications importantes dans les formes de distribution urbaine des biens culturels à moyen terme.

MÉTHODOLOGIE

5La numérisation de la distribution des biens culturels étant un phénomène émergent, la méthode a consisté à élaborer des scénarios prospectifs dépendants des valeurs prises par un nombre limité de variables clés.

6Suite à une première analyse ayant fait l’objet d’une déclaration d’intention dans le cadre de l’ACI Ville, quatre types de variables ont été retenues : technologiques (accès au haut débit, sécurisation des transactions, technologies anti-copie...), sociologiques (évolution des modes de vie et de consommation), économiques (formes de concurrence dans la distribution des biens culturels), institutionnelles (droits de la propriété intellectuelle, politiques urbaines).

7Puis une analyse des secteurs du livre, du disque et du cinéma a été menée conjointement à une série d’entretiens et de séminaires avec des acteurs de la distribution des biens culturels, en particulier les acteurs développant un accès en ligne aux contenus culturels.

RÉSULTATS

81. Les trois secteurs du livre, du disque et du cinéma présentent des caractéristiques très différentes au regard des variables retenues.

9Sur le plan technologique, la numérisation du contenu s’est avérée être un échec dans le livre (échec du e-book). En revanche, la dématérialisation des contenus est un processus très avancé et irréversible dans les deux autres secteurs. La possibilité de dématérialiser les contenus audiovisuels est un point clé car, d’une part, elle tire la demande d’accès haut débit et, d’autre part, elle transforme les modes de consommation (décomposition de la consommation de l’œuvre) et les lieux de consommation (développement de la consommation à domicile et en situation de mobilité). Les variables institutionnelles sont également différentes : si la question des droits de propriété intellectuelle touche les trois secteurs, la réglementation ex-ante diffère. Dans le livre, la loi sur le prix unique contraint très fortement la structure urbaine de distribution (maintien des librairies de centre-ville) tandis que l’absence d’une telle réglementation dans le disque a quasiment fait disparaître tous les disquaires indépendants au profit de la grande distribution généraliste ou spécialisée. Dans le cinéma, la réglementation sur l’ouverture des multiplexes induit également un biais spécifique.

10Les structures urbaines de la distribution de ces trois types de biens culturels répondent ainsi à des logiques différentes.

112. Un premier scénario a été exploré : celui du dépérissement des centres-villes en raison de l’accélération donnée au déplacement périphérique des commerces culturels par la numérisation de leur distribution.

12Bien que protégée par la loi sur le prix unique, la distribution du livre par les librairies subit la concurrence de la commande en ligne (Amazon, Fnac, Alapage...). La diffusion de la musique en ligne a décollé au point d’affecter les ventes de CD par les structures classiques de distribution. Le téléchargement de films se développe également parallèlement à l’équipement des ménages en home cinema. On ne peut donc exclure un scénario selon lequel la distribution (ou la commande en ligne) ferait directement concurrence aux commerces culturels de centre-ville tandis que la grande distribution concentrerait de manière croissante le segment de marché de la culture de masse (tendance qui est déjà fort accentuée). On ne peut l’exclure car la clientèle des commerces culturels de centre-ville (niveaux de revenus et d’éducation plus élevés) est par ailleurs celle qui a déjà accès au haut débit. Dans ce schéma, les commerces culturels ne seraient plus un marqueur de la centralité urbaine mais une « fonction centrale de la périphérie » d’une part et un des principaux facteurs de développement d’un espace virtuel de consommation d’autre part.

133. L’analyse et les confrontations avec les acteurs de la distribution ont fait toutefois apparaître un second scénario plus complexe mais plus vraisemblable, celui d’un schéma plus diffus de localisation des commerces culturels dans la ville.

14Tout d’abord, la commande et la distribution en ligne rencontrent d’importants obstacles. Pour le livre, ce sont les coûts logistiques qui rendent l’activité de distribution directe structurellement déficitaire faute d’une propension des clients à payer les coûts réels. Pour le disque et le cinéma, ce sont les coûts induits par l’absence de garantie du respect des droits d’auteur dans l’actuelle forme de distribution en ligne. C’est aussi un obstacle structurel : dans le cadre de l’Internet actuel, réseau décentralisé où il est tout aussi difficile d’identifier les coupables que les responsables, les droits d’auteur auront du mal à être garantis en dépit des multiples solutions (concurrentes) aujourd’hui offertes de DRM (Digital Right Management). Il en irait tout autrement dans un réseau sécurisé. Dans ce cas, la diffusion marchande en ligne pourrait prendre son essor tout en transformant les modes de consommation des œuvres (fragmentation des œuvres : on achète un morceau de musique et non plus un CD). Les formes de distribution physique seraient alors confrontées à la nécessité de s’adapter à ces nouveaux modes de consommation alors qu’elles ont été formatées pour d’autres modes de consommation.

15Il y a ensuite des obstacles sociologiques, économiques et réglementaires au développement de la distribution en ligne. Sociologiques car subsiste le besoin de consommer les biens culturels dans des lieux collectifs physiques. Économiques car les distributeurs cherchent à capter la clientèle par des magasins physiques où il leur est plus facile de fidéliser les clients et de leur faire bénéficier d’externalités de consommation en leur offrant des bouquets de services autour du produit culturel. La stratégie des distributeurs est de faire de la distribution et de la consommation des biens culturels un facteur structurant de l’animation des centres commerciaux. Réglementaires car, en orientant les formes physiques de distribution des biens culturels, les politiques publiques (loi sur le prix du livre, réglementation de l’ouverture des multiplexes, réhabilitation des centre-villes...) favorisent le maintien de structures diversifiées susceptibles de capter des clientèles variées.

16Le scénario esquissé est celui non de la substitution de la distribution virtuelle à la distribution physique mais celui d’une multicanalisation croissante de la distribution des biens culturels. Comme le cinéma l’a déjà montré, les nouvelles technologies ajoutent de nouveaux supports à la consommation existante des biens culturels et favorisent ainsi des modes et des lieux de consommation plus diversifiés de ces biens. La conjecture conclusive est celle d’une saturation progressive de l’espace urbain par des structures de distribution plus diversifiées et plus éclatées des biens culturels (à domicile, en situation de mobilité, commerces culturels de centre-ville indispensables à l’animation des centres, centres commerciaux périphériques internalisant la fonction culturelle, boutiques de proximité pour certains services, lieux de divertissement...). Ce scénario ne peut toutefois être généralisé à tous les types d’espace urbains. Il nous semble propre aux villes européennes tandis que le premier scénario est plus probable dans les villes nord-américaines.

VALORISATION

Publications

17Charbit C., Rallet A., (2004), « Le commerce électronique entre mobilité et immobilité », Mobilités.net – « Ville, transports et technologies face aux nouvelles mobilités », FING/RATP.

18Rallet A., (2004), « Commerce électronique et mobilités urbaines », dans Moati P., NTIC et modes de vie, Éd. de l’Aube.

19Rallet A., (2004), « Commerce électronique et organisation urbaine », La Ville en Mouvement, Actes du Colloque de Cerisy.

Documents de travail

20Farchy J., (2003), Numérique et évolution des formes de distribution du cinéma, Document de travail, ADIS, http://www.adislab.net.

21Rochelandet F., (2003), L’impact de la dématérialisation sur la distribution des biens culturels, Document de travail, ADIS, http://www.adislab.net.

Communications

22Rallet A., (2002), « TIC et localisation des activités commerciales », Workshop TIC et réorganisation spatiale des activités économiques, ENST Bretagne, 21 et 22 novembre 2002.

23Rallet A., (2003), « Commerce électronique et renouvellement des comportements d’achat », Séminaire L’impact des NTIC sur les modes de vie, Université Paris 7, 26 février 2003.

24Rallet A., (2003), « Commerce électronique et mobilités urbaines », Colloque international Les sens du mouvement. Modernité et Mobilités dans les sociétés urbaines et contemporaines, Centre Culturel International de Cerisy, 13-19 juin 2003.

25Rallet A. (2003), « Électronisation du commerce et organisation urbaine », Entretiens Jacques Cartier, Lyon, 2 et 3 décembre 2003.

26Rallet A., (2003), « Le commerce électronique accroît-il les mobilités urbaines ? », Journée Villes, transports, technologies face aux nouvelles mobilités, FING/RATP, Maison de la RATP, Paris, 5 décembre 2003.

Prolongements

27Programme de recherche sur les marchés du multimédia en ligne, le téléchargement de musiques et de films. Cf. Lequeux F., Rallet A., (2004), « Un Internet peut en cacher un autre. Vers l’avènement des marchés du multimédia en ligne », Réseaux, n° 124, juin 2004.

28Animation d’un groupe de travail pluridisciplinaire du GDR CNRS TIC et Société sur le thème « TIC et dynamiques spatiales », http://www.tic-societe.org.

29mailto:alain.rallet@jm.u-psud.fr
ADIS

Université de Paris Sud
54, boulevard Desgranges
92331 Sceaux Cedex
Tél. : 01 40 91 17 93

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Rallet A., (2001), « Commerce électronique et localisation urbaine des activités commerciales », Revue Économique, n° 52, pp. 267-288.

Notes

1 Professeur d’économie, Université Paris-Sud.

Auteur

Responsable scientifique

Équipe : Alain Rallet (ADIS et Paris XI), Fabrice Rochelandet (ADIS et Paris XI) et Joëlle Farchy (MATISSE et Paris XI).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540