Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Ville et tic : les dynamiques de la coopétition

Jacques Lévy

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

LES ATTENDUS DU PROJET

  1. Intégrer les TIC dans la pensée de la ville, et de l’urbain d’une manière plus générale.

  2. S’intéresser aux pratiques de la ville et non, uniquement, à celle des TIC en ville.

  3. Valider le concept de « coopétition », décrivant l’articulation des télécommunications, de la mobilité et de la coprésence qui composent le système d’analyse de l’urbanité que l’on se propose de mettre en œuvre en ce qui concerne les pratiques des individus.

  4. Évaluer la pertinence de la notion de fracture numérique, et définir son éventuel champ d’application. S’il y a lieu, et donc bien sûr si la notion est viable, proposer des solutions pouvant la réduire. Proposer sinon des approches alternatives.

LE PROGRAMME DE RECHERCHE

1L’objet de ce programme de recherche fondamentale est principalement la validation d’un système théorique. Il ne s’agit pas d’une étude empirique menée à partir d’échantillons représentatifs de populations, et dont on tirerait une qualification des territoires. Le résultat relèverait plutôt, quant aux cas étudiés, d’une typologie, ou du moins des principes de sa construction.

2Le système théorique s’appuie sur l’idée que la ville, comme tout espace, résulte de la gestion de la distance par la combinaison de trois moyens : la coprésence, la mobilité et la télécommunication. Cette dernière prend en compte les TIC dans notre problématique, qui vise à comprendre les modalités de cette gestion combinée que nous nommons coopétition, faisant l’hypothèse qu’elle allie coopération et compétition entre les trois moyens de gérer la distance. En cela, si la ville résulte d’un arbitrage en la faveur de la coprésence, la mobilité et la télécommunication ne s’y opposent pas.

3Les terrains retenus sont Paris (France), Mumbai et la campagne du Tamil Nadu (Inde), et Sydney (Australie), dont les membres de l’équipe sont spécialistes. Leur choix relève d’une recherche de diversité à tous les niveaux : moyens d’accès à Internet, contexte socio-culturel, perspective historique des télécommunications, etc. Si la distinction de l’Inde dans l’ensemble paraît évidente, celle que l’on opère entre Sydney et Paris, si elle ne repose pas sur des questions de moyens, focalise la problématique sur des différences « comparables » d’urbanité, ainsi qu’un contexte culturel différent, notamment par le biais du rapport à la langue (fondamental pour les TIC comme Internet). De la même façon, l’échantillon des individus, sans chercher une représentativité statistique, a maximisé la diversité des situations sur la base des trois critères coprésence, mobilité et télécommunication.

4La méthode d’enquête est simple et ses ambitions, quoique restreintes, n’en sont pas moins précises. Il s’agissait, après avoir défini l’enquêté par rapport aux TIC (ce qui soulève en soi des questions méthodologiques importantes), de mener auprès de lui un entretien semi-directif dans lequel il lui était demandé de raconter dans le détail une journée récente (généralement la veille), en vue d’une analyse ultérieure en termes de modalité de gestion de la distance et de coopétition. Enfin, une question ouverte sur sa journée idéale lui était posée. L’approche n’a volontairement pas été fréquentative.

5Outre le matériau fort intéressant résultant de cette centaine d’entretiens (d’une durée d’une heure trente chacun), ceux-ci ont montré les difficultés d’approche et d’étude des pratiques des TIC. Entre les trois enquêtes de terrain, réparties dans le temps (dans l’ordre, Sydney, Inde, Paris), des ajustements du protocole ont dû être effectués, de façon à améliorer la qualité des résultats. Ces ajustements constituent en eux-mêmes un résultat méthodologique important de notre recherche.

LES RÉSULTATS2

  • 2 Suite à l’épidémie de SRAS intervenue au printemps 2003 et qui bouleversa le calendrier de travail (...)

61. Le résultat principal de notre travail est la validation du système théorique comme approche analytique de l’urbanité. En particulier, la notion de coopétition semble être une approche intéressante, qui permet de mieux saisir les enjeux des TIC dans la ville et d’éviter l’écueil d’approches qui opposent la ville à la mobilité et aux télécommunications.

7Plus généralement, si l’on s’intéresse à la distance produite par la coprésence lorsque la densité se fait sans diversité (cas le plus répandu), cette approche valorise la complémentarité de la substance des lieux et des moyens de la gérer. En cela, selon que les arbitrages qui s’opèrent entre la coprésence, la mobilité ou la télécommunication, allant de la cyberville (forte densité, grande diversité, faibles mobilités, importance de la télécommunication) à l’infra-urbain (potentiel d’interaction très faible quel que soit le moyen) en passant par le télé-urbain (faible densité, faible diversité, forte mobilité et importance de la télécommunication), le fonctionnement et la forme de l’espace urbain s’en trouvent profondément modifiés.

82. Le second résultat porte sur la qualification formelle des situations de coopétition. Le « triangle de la coopétition », formalisation graphique de notre approche théorique, s’avère être aussi un outil typologique pour à la fois mieux mesurer l’urbanité dont sont porteurs les individus, mais aussi mieux en distinguer les types et les variantes. Nous avons par exemple identifié différents types d’interactions entre mobilité, coprésence et télécommunication ; logiques substitutives quand par exemple le téléphone remplace un déplacement habituellement nécessaire à la rencontre directe ; logiques synergiques lorsque l’on observe une coopération simultanée d’au moins deux de ces modalités et logiques exclusives, lorsque l’une peut se passer totalement d’une autre.

9Il apparaît ainsi qu’à l’exception des mobilités périodiques liées à une activité professionnelle ou de loisir, une part importante des mobilités est initiée par un appel téléphonique, un courriel ou une lecture, c’est-à-dire des moyens de télécommunication. En cela, ces moyens sont indispensables à la mobilité qui valorise à son tour la coprésence en permettant l’interaction et ses réajustements. Le téléphone portable présente de ce point de vue une spécificité importante : il permet d’arbitrer plus librement entre les potentialités de l’altérité offertes par la ville en réduisant les discontinuités introduites par le réseau de télécommunication filaire.

103. La fracture numérique n’a rien d’évident. Elle défend plus une position et un rapport à la ville qu’une réalité. S’il y a une « fracture numérique », elle n’est pas plus importante que les autres fractures territorialisées. Ces fractures sont souvent le fait de la faible densité, qui limite structurellement la présence d’infrastructure collective. De plus, du point de vue de la mobilité, les espaces peu connectés aux réseaux de la télécommunication sont généralement peu connectés aux réseaux de la mobilité. Cette fracture existe pour d’autres télécommunications (la télévision ou la radio), et surtout du point de vue des mobilités (à la différence des télécommunications, il ne suffit pas d’être relié à une autoroute pour être proche). De plus, si l’on ne se limite pas aux accès et que l’on s’intéresse aussi aux pratiques, ces fractures révèlent plus encore des inégalités qui ne dépendent pas du fait d’être techniquement connecté, mais de pouvoir exploiter cette connexion. En cela, une fois qu’un espace est connecté, il faut aussi que ce dernier se connecte.

11Ainsi, vouloir réduire la fracture numérique par l’équipement des foyers (approche économique) ou par l’éducation (approche socio-culturelle) revient à réduire d’autres fractures et déborde largement la problématique de l’inégal accès territorial aux TIC. Les coûts impliqués peuvent être considérables et sans rapport avec le problème initial. Il semblerait que les leviers de la politique de la ville résident sans doute plus dans la mise en place d’infrastructures publiques de télécommunications à très haut débit (rendre accessible les contenus) et dans le développement de services publics en ligne (création de contenu par logique substitutive, synergique ou exclusive). En cela, il ne faut surtout pas perdre de vue que la réduction de la fracture numérique, si elle est souhaitable, n’est pas suffisante. Pouvant se substituer à une partie des mobilités, les TIC ne peuvent pas gérer toutes les distances et l’ensemble des liens qu’elles permettent d’établir peut rappeler régulièrement d’autres fractures, dont celle de l’accessibilité territoriale. Il convient donc de développer ce que l’on pourrait appeler une véritable « poliTIC de la ville », intégrant dans une même synergie action sectorielle, sur l’accès aux TIC, et action spatiale, sur l’urbanité.

PERSPECTIVES

12Ayant travaillé à partir des pratiques des individus, Urbatique gagnerait maintenant à étendre son objet aux lieux. Les lieux sont en effet le produit des pratiques individuelles. Si un individu ne caractérise pas un lieu, le lieu présente une singularité qui résulte des pratiques individuelles et réciproquement. Caractériser un centre-ville, un « village dortoir », une zone industrielle ou une « ville nouvelle » de ce point de vue permet de mettre en valeur les arbitrages qui ont été opérés entre les individus et ceux qui organisent l’aménagement de cet espace.

13Jacques.Levy@epfl.ch
École Polytechnique Fédérale de Lausanne
Faculté ENAC INTER LAC
BP2245 (Bâtiment BP)
Station 16
CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. : 00 44 12 16 93 72 96
&
Équipe d’Accueil Monde, Itinéraires, Territoires
MIT – EA 2373
Institut de Géographie
191, rue Saint-Jacques
75005 Paris

Notes

2 Suite à l’épidémie de SRAS intervenue au printemps 2003 et qui bouleversa le calendrier de travail de certains membres de l’équipe Urbatique, le programme de nos enquêtes a dû être modifié, retardant à la fin de l’année 2003 les enquêtes à Paris, prévues initialement au début de l’été 2003. Les résultats du programme Urbatique sont donc en cours de formulation, et ceux présentés ici demandent à être consolidés.

1 Géographe, professeur ordinaire de géographie et d’aménagement de l’espace à l’EPFL (Suisse).

Auteur

Membres de l’équipe : Boris Beaude, Patrick Poncet, Blandine Ripert.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540