Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

L’adaptation des services au renouvellement urbain. Le service de l’Église catholique à Saint-Étienne1

Georges Henry Laffont

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de Marc Bonneville et Franck Scherrer, soutenue le 14 mars 200 (...)
  • 2 Docteur en géographie, urbanisme et aménagement, Institut d’Urbanisme de Lyon (Université Lumière (...)

1Note portant sur l’auteur2

2Dans une société en perpétuel bouleversement et face à la baisse sensible de la pratique religieuse, l’Église se trouve face au défi de sa visibilité : entre tradition et innovation, entre reproduire et traduire, elle doit choisir.

3Il sera question dans cette thèse de rendre compte des changements structurels liés aux comportements sociaux et religieux, à leur traduction géographique – les formes de territorialisation – tout en construisant une réflexion sur le rôle et la place de l’Église dans cette société en mouvement en l’abordant sous l’angle des représentations.

4Le fondement de cette étude est une réponse sur l’interrogation autour de l’ajustement des structures religieuses à la nouvelle géographie sociale.

INDIVIDUALISME ET APPARTENANCE COMMUNAUTAIRE : LES DEUX VISAGES DE LA SOCIABILITÉ RELIGIEUSE

5Depuis trente ans, l’institution paroissiale vacille, se trouve remise en question et redéfinie. Ces recompositions paroissiales se produisent dans des sociétés où la pratique et la fréquentation des institutions ecclésiales se font plus rares, plus espacées. Elles traduisent également la diffusion de modes de vie chrétiens qui se passent de plus en plus des assemblées dominicales, jusqu’ici figures dominantes et d’expression de l’« être chrétien ».

6Les analyses du changement social concluent à l’effritement des liens communautaires ou à une moindre visibilité des communautés face à la prégnance des comportements individualistes : une distension des liens de proximité, une mise en valeur de l’élargissement considérable d’horizons de choix, et la richesse des socialisations affinitaires, choisies et flexibles des individus. Les recompositions actuelles ne font qu’accélérer un mouvement profond de redéfinition des rapports entre l’Église et les sociétés locales : une distorsion des liens de proximité. C’est ainsi que la nature du lien d’attachement territorial tend à s’effacer au profit d’une appartenance communautaire.

7La réflexion s’appuie sur les questions suivantes : Comment l’Église assume cette situation nouvelle, et s’inscrit dans cette mutation ? Entre les modèles dont elle a hérité et la nouveauté qu’elle affronte, entre enracinement et itinérance, comment prendre corps ? C’est donc à partir du diocèse de Saint-Étienne qu’il s’agira d’analyser les nouvelles formes de territorialisation du religieux et de montrer si oui ou non, elles dépassent les formes traditionnelles, les paroisses. L’idée étant le passage d’un modèle universel, ancestral et territorialisé à une diversité de modèles, mais aussi à la création de réseaux très ciblés spatialement et religieusement se faisant les échos des réalités locales.

8C’est un christianisme para-ecclésiastique que l’érosion générale des institutions a contribué à faire sortir de l’ombre. Être catholique, c’est décliner une identité culturelle ou religieuse bien plus que montrer une appartenance à une Église institutionnelle. L’affaiblissement des Églises, le rétrécissement de leurs zones d’influence, la réduction de leurs effectifs et de leurs personnels les rend à la fois moins visibles dans la société et moins présentes ou pesantes dans la vie personnelle et familiale.

LA NOTION DE RÉSEAU DANS LE SYSTÈME PAROISSIAL

9C’est une conception d’assemblée et une stratégie de rassemblement qui ont donné aux chrétiens la possibilité d’appartenir à une communauté locale ainsi que la conscience de participer à une communion plus vaste. Le système paroissial a donné de l’Église une image en cercles, plus ou moins juxtaposés ou imbriqués.

10Ils communiquent non sans peine entre eux. Ils définissent ou circonscrivent des solidarités qui ne tiennent plus assez compte de la diversité et de la dispersion des chrétiens sur un même territoire petit ou grand. Aussi se constituent, entre les cercles, dans l’inter-paroissial et dans l’inter-ecclésiastique, des groupes, des communautés en tout genres qui entendent restaurer des rapports personnels. Leur bonne santé dépend de leur capacité à s’insérer dans un réseau de relations où trouver à la fois des partenaires et une communication avec d’autres réseaux. Faire place dans l’Église, à des réseaux, n’est pas une idée neuve mais elle paraît à beaucoup plus perturbatrice que créatrice de renouvellement. Elle suggère la mobilité et le franchissement des frontières, l’existence de relais et de ministères itinérants, la dynamique d’un projet commun. Le réseau met l’accent sur une autre proximité que celle de la géographie. Il évolue dans un espace où l’importance des quadrillages territoriaux dessinés par les grandes institutions est relativisée.

11L’enjeu de la paroisse était d’inscrire dans l’espace et le temps la permanence de l’Église. Celui des recompositions paroissiales était de répondre à la question suivante : Comment, prises dans une société mobile, des communautés chrétiennes peuvent-elles s’édifier dans la dispersion ?

LA PAROISSE NOUVELLE OU LA REVANCHE DU TERRITOIRE

12Le premier élément de réponse est que face à ce redéploiement comportemental du fait religieux, apparaissent de nouvelles formes de participation dépassant les cadres territoriaux traditionnels. Un nouveau mode de territorialisation s’instaure, plus polarisé, et disséminé plus que dense et maillé où le lien d’attachement s’efface au profit de l’accessibilité. Un effacement de la conception territoriale au profit d’une dimension communautaire moins enracinée dans le local, plus orientée vers les réseaux ou des modèles déterritorialisés.

13Cependant, le territoire reste l’enjeu majeur et l’outil privilégié dans les recompositions paroissiales. L’Église s’organise aux échelles supranationales et infranationales. En procédant de manière volontariste et brutale dans un premier temps en recomposant ses territoires, l’institution complète son action par des ajustements, des réagencements, des modifications. La paroisse nouvelle revêt donc trois caractères : une matrice institutionnelle, le cadre de la socialisation et un objet social à part entière. La prise en compte des logiques sociales sous-jacentes et des dynamiques locales sont autant de stratégies organisationnelles que des programmes d’action. De cadre, le territoire devient un véritable objet. Autrefois dans le domaine de la représentation, il s’inscrit aujourd’hui dans le vécu. C’est l’enseignement que le travail réalisé à Saint-Étienne a permis de tirer.

14On assiste au passage d’une religion du temps ordinaire à une religion des « temps forts » qui localise différemment et induit un changement fondamental du mode de présence de l’Église. Dans cette recomposition, la mobilité est un facteur de dissolution de la paroisse comme cadre et un facteur de l’édification de la paroisse nouvelle comme objet. La sociabilité religieuse n’est plus rituelle mais de l’intériorité, sa territorialisation n’est plus d’encadrement mais d’accompagnement.

15Dans ce « grand écart » que tente l’institution en voulant à la fois conserver une certaine tradition et accompagner la pluralité des comportements religieux actuels, n’y a t-il pas le risque d’un conflit entre les pratiquants classiques et ceux de cette majorité floue ? Cette recomposition n’est qu’une étape vers une plus grande concentration dont on peut pointer les enjeux : Les modèles communautaires déterritorialisés s’imposeront-ils en se substituant aux formes paroissiales ? Quel sera le modèle de regroupement territorial qui prévaudra ? Vers les lieux les plus accessibles, les plus centraux ou les plus emblématiques ? Plus encore, la question du renouvellement des liens entre l’Église et les sociétés dont les repères culturels et sociaux ont changé reste entière.

VALORISATION

16Participation au groupe de travail Production et reproduction des espaces publics, sous la direction de François Tomas, avec le concours de Jean-Noël BLANC et Christian Devillers, Université Jean Monnet, École d’Architecture de Saint-Étienne.
Ce programme a été engagé en 1997, d’abord dans le cadre d’une collaboration entre l’Université Jean Monnet (CRENAM et CEF), les écoles d’architecture de Saint-Étienne et de Lyon, les Universités de Valladolid et de Montréal (cf. colloque de Chambéry dont les actes ont été publiés en janvier 2002). Il se poursuit dans le cadre du GRAL par une étude sur les espaces publics en Amérique latine (Mexique et Brésil surtout).
Il sera marqué en décembre 2002 par la publication (Éditions du CERTU, Ministère de l’Équipement) d’un ouvrage en forme de manuel sur L’espace public.

17mailto:georgeshenry.laffont@wanadoo.fr
UMR 5600 – Environnement Ville Société

18, rue Chevreul
69632 Lyon Cedex 07
Tél. : 04 78 72 44 58
http://www.univ-lyon3.fr/​umr5600
&

Institut d’Urbanisme de Lyon
Université Lyon II
14, avenue Berthelot
69007 Lyon
Tél. : 04 78 58 65 51
http://nte.univ-lyon2.fr/​iul/​

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Ascher F., (1995), Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Éditions Odile Jacob.

Bonneville M., (2001), « Les paroisses entre ancienne et nouvelle figures de la proximité », Les Annales de la recherche urbaine, n° 90.

Castells M., (2001), La société en réseaux, Paris, Éd. Fayard, 3 tomes.

Certeau J. (DE), Domenach J.-M., (1974), Le Christianisme éclaté, Paris, Éd. du Seuil.

Delteil G., Keller P., (1995), L’Église disséminée, Paris, CERF.

Giddens A., (1987), La constitution de la société, Paris, PUF.

Hervieu-Léger D., (1986), Vers un nouveau christianisme ?, Éd. du Cerf, Paris.

Mercator P., (1997), La fin des paroisses ? Recompositions des communautés, aménagements des espaces, Paris, Desclée de Brouwer.

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de Marc Bonneville et Franck Scherrer, soutenue le 14 mars 2005 sous l’intitulé L’adaptation des services de l’Église catholique à la recomposition du territoire de l’agglomération stéphanoise, mention très honorable avec les félicitations du jury.

2 Docteur en géographie, urbanisme et aménagement, Institut d’Urbanisme de Lyon (Université Lumière Lyon 2).

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540