Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Métropolisation et systèmes de représentation des intérêts en Europe*

Bernard Jouve

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Géographe/urbaniste, titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les dynamiques territoriale (...)

1Note portant sur l’auteur1

MÉTROPOLISATION : NOTION ET RÉALITÉS

2Le développement du phénomène urbain, depuis ses origines au Proche et Moyen-Orient jusqu’à sa diffusion généralisée à l’échelle planétaire, est parfaitement connu. Si l’on se réfère aux statistiques des Nations Unies, actuellement près de 50 % de l’humanité vit dans des villes. Comparativement, en 1950, ce taux n’était que de 35 %. Sur la base de cette très forte progression, il est prévu qu’en 2050, 65 % de la population mondiale habitera les villes. La métropolisation constitue le stade le plus avancé, actuellement, du fait urbain. Mais de quoi parle-t-on exactement lorsque l’on évoque le terme de métropolisation ?

3Au-delà de l’approche proprement démographique, on sait par exemple que sur la base des travaux de G. Simmel, l’École de sociologie de Chicago accordait un statut particulier à la « Grande Ville » en tant que construit sociologique générant des modes de vie, des processus de socialisation différents de ceux observés dans les espaces moins urbanisés. Comment aborder cet espace social spécifique ?

4En la matière, l’un des premiers problèmes à résoudre est d’ordre méthodologique. Les indicateurs pour analyser l’évolution du fait urbain se sont adaptés pour rendre compte d’un processus qui revêt plusieurs dimensions. En effet, il s’agit à la fois d’un phénomène ayant des traductions physiques (étalement urbain, importance des flux matériels...), sociales (polarisation et spécialisation fonctionnelle renforcées), environnementales (prélèvements très forts sur les ressources naturelles, pollutions atmosphérique, sonore, des eaux...), économique (nouvelle organisation productive, centralisation des fonctions supérieures et d’intermédiation dans un petit nombre de villes globales...) et politiques (transformation des rapports entre les métropoles et les États, recomposition interne aux métropoles des relations entre la sphère du politique et la « société civile »...).

5Par rapport aux formes urbaines précédentes, la métropolisation pose à l’analyse scientifique, mais également à l’action publique, un certain nombre de difficultés qui résident dans le fait qu’il s’agit d’un processus agrégeant ces différentes dimensions. De plus, la quintuple dynamique spatiale, sociale, environnementale, économique et politique n’est pas encore stabilisé. Toute démarche scientifique empirique ne peut donc qu’offrir une photographie instantanée. À moins de se doter d’un cadre méthodologique permettant de resituer sur une période historique donnée les transformations accompagnant la métropolisation. C’est le choix opéré dans cette recherche qui vise à analyser, sur une période de quarante ans (des années 1960 à la fin des années 1990) les transformations qu’ont connues six métropoles européennes : Genève-Lausanne, Lyon, Marseille, Naples, Stuttgart et Zurich.

ÉVOLUTIONS DE LA GOUVERNANCE URBAINE EN EUROPE

6Il ne s’agit pas ici de dresser un tableau complet de l’évolution de toutes les dimensions caractérisant la métropolisation dans ces six ensembles territoriaux et lors de la période considérée. Cette démarche mériterait d’être menée mais elle nécessite des moyens très importants. Nous avons fait le choix de sérier notre objet et de situer notre démarche collective dans le cadre de l’ensemble des réflexions actuelles sur la transformation de la gouvernance urbaine en Europe.

7On ne reviendra pas sur l’ensemble de la littérature très volumineuse relative à cette notion, dont le statut scientifique même est controversé. Certains ouvrages récents font état des débats entourant le développement dans le champ académique de cet « outil » qui, selon les auteurs qui l’utilisent, est tantôt appréhendé comme une notion, tantôt comme un cadre de réflexion sur les transformations actuelles de la puissance publique.

8Cette recherche contribue à la réflexion générale sur la gouvernance des métropoles européennes en s’attachant à analyser la portée réelle des changements qui sont intervenus dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques urbaines dans les six villes du panel, en se focalisant sur « trois indicateurs » : d’une part, les relations intergouvernementales, d’autre part, les relations entre les élus politiques et la société civile et, enfin, le type de politique publique.

9Par rapport aux années 1960-1970, le véritable changement porte davantage sur le cadre opératoire des politiques urbaines (la nécessité de rendre les démarches inter-sectorielles, de les « territorialiser ») que sur le but ultime visé : il s’agit toujours de renforcer la centralité économique des métropoles dans un capitalisme en transformation. L’accent est mis sur une centralité à la fois à l’échelle régionale, nationale, puis plus récemment internationale. La problématique est d’autant plus épineuse que les métropoles constituent des territoires institutionnellement denses, voire saturés d’institutions publiques de tous ordres qui interviennent sur des territoires non emboîtés.

10Les métropoles européennes sont donc actuellement confrontées à une pluralité d’enjeux : l’obligation de se constituer en territoires pertinents en regard des transformations du capitalisme, la nécessité de mettre en place des mécanismes de régulation entre différents niveaux de décision, différents secteurs de politiques publiques, différents types d’acteurs porteurs d’intérêts contradictoires, voire divergents, mais qui se partagent les ressources et la légitimité nécessaires à la production de toute politique publique. En effet, on connaît maintenant assez bien les limites qui pèsent sur toute tentative de vouloir établir une régulation politique d’ensemble conférée à une institution métropolitaine unique : la dynamique territoriale des déplacements, des flux matériels et immatériels ainsi que les tensions internes aux systèmes sociopolitiques finissent très généralement par rendre caduque ce type de régulation institutionnelle et/ou l’empêchent de voir le jour. C’est cette activité de maïeutique qui distingue les métropoles actuelles d’autres formes urbaines contemporaines ou passées.

11L’accent est mis sur la diversité des trajectoires historiques dans lesquelles les métropoles européennes s’inscrivent et qui structurent fortement les types de configuration institutionnelle à l’intérieur desquelles ces métropoles sont gouvernées. Il n’existe donc pas un modèle univoque de gouvernance urbaine en Europe mais bien plutôt une pluralité de dispositifs formels et informels à l’intérieur d’un même État, selon les métropoles.

VALORISATION

12Les résultats de cette recherche ont été publiés sous le titre :
Jouve B., Lefèvre C., (2004), Horizons métropolitains. Politiques et projets urbains en Europe, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 288 p.

13mailto:jouve@videotron.ca
Laboratoire RIVES

École Nationale des Travaux Publics de l’État
3, rue Maurice Audin
69518 Vaulx-en-Velin
Tél. : 04 72 04 70 24

Notes

1 Géographe/urbaniste, titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les dynamiques territoriales, en poste au département de géographie de l’Université du Québec à Montréal.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Responsable scientifique

Chercheurs associés à la recherche : Rachel Linossier (Institut d’Urbanisme de Lyon, Université Lyon 2), Christian Lefèvre (Institut Français d’Urbanisme, Université Paris 8), Daniel Kübler (Institut d’Études Politiques, Université de Zurich), Brigitte Schwab (École Polytechnique Fédérale de Lausanne), Floridea Di Ciommo (Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés), David Guéranger (Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés), Marc Wolfram (Université de Stuttgart).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable