Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Lyon aux xvii-xviiie siècles, la fabrique de la ville

Bernard Gauthiez et Olivier Zeller

Texte intégral

  • 1 Architecte-urbaniste de l’État.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Professeur à l’université Lyon-II.

2Note portant sur l’auteur2

PROBLÉMATIQUE

3L’examen du bâti existant montre une grande complexité des interventions dans l’espace : lotissements, constructions groupées et unitaires, surélévations, reprises de façades, réaménagement des baies, etc. La compréhension de la fabrique de la ville au grain le plus fin de ces interventions implique donc d’individualiser chacune d’entre elles, de les spatialiser, de les dater, et de comprendre leur contexte de production. Le paysage urbain est in fine largement la résultante de ces interventions d’échelles variées, dont le différentiel de nature et de répartition est à même de nous renseigner de façon détaillée sur des réalités sociales variables dans l’espace et leurs temporalités.

4C’est dans cette perspective que nous avons lancé une étude sur Lyon. Un autre objectif est la compréhension des milieux sociaux de la production du bâti et de leur fonctionnement, et, à plus long terme, une approche du rapport entre production et utilisation du bâti. Ces deux mondes semblent distincts et obéir à des logiques différentes. L’histoire de la ville est généralement écrite comme celle d’un contenu principalement social. C’est la ville comme contenant, et sa production physique, qui nous mobilisent ici.

MÉTHODOLOGIE ET TERRAIN

5Pour spatialiser les modifications de l’espace urbain et leur analyse, nous avons procédé au montage d’un SIG à partir du plan de Lyon vers 1750, élaboré précédemment, vectorisé (1 032 ha, 6 000 parcelles, 5 500 bâtiments), et au dépouillement des actes d’alignement entre la fin 1644 et 1763, réunis dans une base de données de 4 600 actes, extensible à la période 1617-1644. La source constituée par le bâti est ensuite confrontée aux autorisations de construire, de façon à préciser le sens du texte et à mieux lire l’espace construit.

6Du fait de la nature variable des autorisations d’alignement, il s’est avéré nécessaire de distribuer les interventions immobilières en plusieurs bases de données particulières et associées aux couches initiales du SIG ou à d’autres couches nouvellement créées. On a ainsi d’emblée une lecture géographique du changement urbain à l’échelle de finesse nécessaire.

7Les couches d’objets sont les suivantes :

  • constructions nouvelles, reconstructions et reprises de façades,
  • surélévations et refontes, première intervention sur un bâti préexistant,
  • surélévations et refontes, deuxième intervention sur un bâti préexistant,
  • petites modifications de façade,
  • modifications de voirie,
  • enseignes et éléments ponctuels,
  • création de caves.

8La base de données comporte :

  • 3 600 opérations de construction, parmi lesquels :
  • 1 750 constructions nouvelles, reconstructions et reprises de façade (ces catégories ne sont pas distinguées avant le début du xviiie siècle),
  • 680 surélévations,
  • 1 180 petites modifications (baies, entretien des façades, consolidations, etc).
  • 600 enseignes
  • 370 objets d’une nature autre : perrons, places de vente sur le pont de Saône, autorisation de placer des bateaux, travaux à ferrer, etc.

9À ce jour, environ 36 % du total de ces actes d’alignement sont localisés et intégrés aux bases de données du SIG, dont 47 % des constructions nouvelles ou des reconstructions ; 28 % des surélévations ; 33 % des petites modifications. Il paraît possible de localiser à terme plus de 80 % des actes. Pour ce faire, diverses sources écrites sont mobilisées au fur et à mesure des besoins.

10Ne subsiste qu’une part assez faible des immeubles concernés par les actes, seulement environ 20 % du bâti antérieur à 1763. D’où une incertitude qu’il sera possible de réduire en ayant recours à l’iconographie ancienne.

RÉSULTATS

11Le traitement des données ainsi recueillies et analysées a permis d’aboutir à différents résultats :

  • La courbe des constructions nouvelles suit une évolution sur la longue durée, parallèle à celle du nombre des naissances, et des cycles économiques de quelques années. La moyenne est d’environ 15 par an, soit un peu moins de 4 immeubles pour 1 000, mais avec une grande variation : 20 immeubles par an au milieu du xviie siècle puis 30 vers 1660-80, 5 à 10 entre 1690 et 1740, environ 15 au milieu du xviiie siècle. Au rythme le plus rapide, atteint lors des pics de 1646, 1667 et 1676, il faut moins d’un siècle pour que toute la ville soit reconstruite, à périmètre égal. On constate aussi un cycle économique d’en moyenne 7-8 ans. La fin du xviie siècle est le moment d’une rupture où l’on passe de 46 immeubles nouveaux en 1676 à 5 en 1696, sans qu’il y ait ensuite de reprise marquée avant le milieu des années 1740. Ces cinquante années ont contribué à une forte évolution du style architectural et de la pratique urbanistique de l’administration municipale
  • Le rapport du nombre des petites modifications ou des surélévations par rapport à celui des constructions ou des reconstructions varie peu sur la période, mais, si la surélévation reflète au xviie siècle la croissance démographique, sa justification au début du xviiie, période de forte décroissance sous cet aspect, tient dans la généralisation de l’habitat collectif. Les lotissements sont conduits selon des modalités variées.
  • La ville est l’agent de l’ordre spatial, pour les alignements, l’esthétique urbaine. Certaines pratiques, perceptibles sur le terrain, n’apparaissent pas dans les autorisations, ce qui laisse entrevoir une part négociée dans la mise en forme de la ville. L’élargissement des rues est fréquent dès le milieu du xviie siècle et conduit à un plan général d’alignement en 1680. On adapte l’espace public par la création de places, l’élargissement d’axes, de petites percées. Les autorités municipales agissent pour donner une forme unifiée et régularisée à l’espace urbain, comme au xviie siècle avec des bossages aux angles des rues et le marquage des entrées de rues nouvelles par des piles maçonnées.
  • L’investissement immobilier est localisé dans le temps et l’espace. Le renouvellement du bâti se fait de façon discontinue, selon quatre échelles distinctes : de la ville, du quartier (?), de la bouffée localisée sur une partie de front de rue, de l’intervention individuelle. Le remplacement d’un immeuble conduit souvent au remplacement de ses voisins. Les phénomènes sous-jacents restent à étudier plus finement.
  • La durée de construction est donnée par comparaison des dates d’autorisation des constructions nouvelles et des autorisations d’enseigne. Elle est de 8 à 20 mois, soit une saison, ou plus rarement deux. La demande d’autorisation de construire intervient généralement à la fin du printemps ou au début de l’été et se tarit nettement en septembre.
  • Il semble que la logique de l’investissement immobilier soit fortement individualisée. La part des acteurs de la construction et de l’aristocratie est très importante. Les architectes semblent être d’actifs investisseurs et d’actifs constructeurs.
  • La datation des immeubles, confirmée sur le terrain quand l’immeuble subsiste, trouve un prolongement dans les études en cours :
  • Monographies d’édifices, illustrées de relevés photogrammétriques.
  • Études sérielles sur des éléments de décor.
  • Études sur les filières économiques relatives à tel ou tel aspect de la construction.
  • Études socio-économiques.
  • Études sur les modes d’habiter et d’occuper les immeubles.

CONCLUSION

12Cette recherche est maintenant bien avancée. Les résultats obtenus sont significatifs et importants, nouveaux pour beaucoup d’entre eux, et répondent largement aux attentes.

VALORISATION

13Le système de données intégré dans un SIG constitue une base pour des développements variés. Il pourra être dans l’avenir enrichi par de nouvelles données et servir de ressource pour les chercheurs et les étudiants.

14L’avancement des travaux est présenté en séminaire de DEA, en 2001 et 2003 au Centre Pierre-Léon d’Histoire Économique et Sociale (ISH, Lyon), en 2004 au Centre d’Études Démographiques (ISH, Lyon).

15Une publication est en préparation.

16mailto:bernard.gauthiez@culture.gouv.fr
Ministère de la culture

Direction de l’architecture et du patrimoine
10, rue du Parc-Royal
75003 Paris
Tél. : 01 40 15 75 73

17mailto:olivier.zeller@ish-lyon.cnrs.fr
Institut des Sciences de l’Homme

Centre d’Études Démographiques
14, avenue Berthelot
69007 Lyon
Tél. : 04 72 72 65 43

Notes

1 Architecte-urbaniste de l’État.

2 Professeur à l’université Lyon-II.

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

Principaux partenaires : Bernard Duprat (professeur, Laboratoire d’Analyse des Formes, École d’Architecture de Lyon), Mariannick Chalabi (conservateur en chef du patrimoine, Service Régional de l’Inventaire, Lyon).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540