Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

La mobilisation sociale des concepts : les exemples des systèmes de villes et de la gouvernance urbaine

Jean-Pierre Gaudin

Texte intégral

  • 1 Professeur, Institut d’Études Politiques, Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur1

2Dans cette recherche, nous avons conduit une enquête épistémologique concernant certains termes-clés appliqués à la ville contemporaine. À travers deux investigations détaillées nous avons cherché à reconstituer l’histoire de certains mots ou concepts pour interroger leur diffusion et leurs usages, en fonction de l’analyse de leurs contextes d’apparition et de circulation ainsi que des enjeux qui s’y rattachent.

LA HIÉRARCHIE URBAINE : DE LA PROMOTION À L’OUBLI

3D’une part, on s’est intéressé à la manière dont sont abordées et conceptualisées les relations entre les villes, et notamment les flux en cause, les phénomènes d’échange, de polarisation ou de contrôle territorial.

4Ces relations sont aujourd’hui généralement envisagées comme « faisant système » et présentées conceptuellement en termes de « réseaux de villes ». Néanmoins, notre enquête a montré qu’en réalité très peu de changements sont intervenus récemment dans les grandes caractéristiques de ces relations, relations qui avaient déjà précédemment été caractérisées et analysées synthétiquement dans le cadre d’une autre théorisation, celle des « hiérarchies urbaines ».

5Pourquoi donc ce changement actuel de concept ou de notions, alors même que les configurations des relations interurbaines sont restées les mêmes ? Et pourquoi cet « oubli » des constructions conceptuelles et des analyses préalables ?

6D’un certain point de vue, on peut admettre la préférence des décideurs pour la notion de « réseau », qui suggère des relations tout à la fois plus égalitaires et moins rigides que celle de « hiérarchie », supposée figée, sclérosante et inhibitrice des initiatives locales. L’intérêt pour les relations « montantes » et la méfiance à l’égard du top-down font partie de l’air du temps, tel qu’il s’exprime dans la formule prescriptive « Mettez du réseau dans vos pyramides ».

7Mais il est plus difficile de suivre les intellectuels et les spécialistes des questions urbaines qui remettent en cause les acquis de leurs savoirs et les observations empiriques.

LES BONNES FORTUNES DE LA GOUVERNANCE

8On s’est, d’autre part, attaché à faire le point sur les formes d’analyse actuelles du pouvoir local dans un cadre urbain, alors que leurs pouvoirs d’initiative et leurs compétences se sont récemment accrus, c’est-à-dire aussi leurs capacités locales d’intégration, tant économique ou sociale que politique. Car dans ce domaine particulier, il y a eu indéniablement d’importants changements depuis quelques décennies, tant du fait des processus nationaux de décentralisation-régionalisation que des nouvelles politiques régionales européennes, ou encore de la libéralisation générale des échanges qui a exacerbé les concurrences économiques interurbaines.

9Dans ce contexte, on parle beaucoup aujourd’hui de gouvernance, et notamment de gouvernance locale, territoriale et surtout urbaine. Mais s’agit-il d’un véritable concept d’analyse, ou plutôt d’une formule passe-partout ?

10Le terme dans ses usages actuels oscille plutôt entre simple description des configurations de négociation actuelles et formule normative, (la « bonne gouvernance ») liée au néo-libéralisme ambiant et à l’influence du management d’entreprise. Mais il y a là peu de construction conceptuelle réelle. En quoi cette notion remplace-t-elle en effet une analyse approfondie des asymétries de pouvoir, voire une théorie de la démocratie et du gouvernement ?

QUELLE VALORISATION SOCIALE DES CONCEPTS ?

11Dans les deux cas, on se trouvait donc, même si c’est par des voies très distinctes, affrontés au même problème, celui d’une circulation très accélérée des notions, mais devenue presque autonome et amnésique. Ce même phénomène concerne d’ailleurs, au-delà de l’urbanisme, de nombreux pans des disciplines scientifiques contemporaines.

12On en a proposé successivement plusieurs éléments d’interprétation, qui sont d’ailleurs plus complémentaires qu’opposés.

13On peut d’abord se limiter à constater qu’il y a dans cette circulation accélérée des notions des « effets de mode » évidents. Mais il est important d’aller plus loin, afin de mieux comprendre les raisons de ces engouements.

14Ils tiennent largement à la médiatisation croissante de la recherche et des travaux d’études dans le monde contemporain. Les médias ne sont pas pernicieux en soi ; ils diffusent des connaissances et font valoir des travaux. Mais l’envie d’aller vite et de faire simple conduit souvent plus à la vulgarisation (au mauvais sens du mot) qu’à la valorisation des recherches. Car cela amène en particulier à « dépayser » les analyses, c’est-à-dire à les couper de leur contexte d’élaboration et de questionnement. Et par là même, l’accumulation des connaissances et l’histoire des courants d’analyse se trouvent sous-estimées ou piétinées.

15On peut également diagnostiquer aisément un souci croissant chez nombre de chercheurs en quête de financements de convaincre ou de séduire les décideurs politiques et administratifs. Mais, là encore, il faut dépasser la simple dénonciation, ou le refuge dans la posture vertueuse.

16La chasse aux financements et à la reconnaissance ne sont en effet pas seuls en jeu. Sans doute doit-on y voir aussi le poids croissant des fonctions d’expertise et d’aide à la décision, qui conduit progressivement à l’adoption de valeurs partagées avec les décideurs ou d’un langage acceptable par les acteurs politiques.

17Le décideur, de son côté, a fonctionnellement besoin d’apparaître, sinon toujours comme l’homme providentiel (heureusement), du moins comme le détenteur des bonnes « solutions » aux problèmes. La connaissance réflexive sur la société (approfondie mais aussi éventuellement superficielle, apparente, rapide ou préfabriquée) est devenue un registre très important de la légitimation politique contemporaine.

18Si, avec les siècles, la politique s’est progressivement désacralisée et partiellement dégagée du religieux, il semble que la rationalité moderne de la compétence et du savoir reste habitée en profondeur par les dimensions archaïques du charisme, avec la figure du décideur qui sait donner un nom au changement, mobiliser des interprétations rassurantes de l’actualité et trouver des perspectives qui « réenchantent » le futur.

VALORISATION

19Gaudin J.-P., (2002), Pourquoi la gouvernance ?, Presses de Sciences Po.

20Gaudin J.-P., (2004), L’Action publique, sociologie et politique, Presses de Sciences Po.

21Pumain D., (2004), « L’invention permanente : la hiérarchie urbaine », dans Bridel P. (dir.), L’invention dans les sciences humaines, Hommage du Groupe Raison et Rationalités à Giovanni Busino, Genève, Labor et Fides, pp. 66-86.

22Pumain D. (Ed.), (2005), Hierarchy in natural and social sciences, Kluwer, collection « Methodos ».

23mailto:jean-pierre.gaudin@iep-aix.fr
IEP d’Aix-en-Provence

25, rue Gaston de Saporta
13100 Aix-en-Provence

Notes

1 Professeur, Institut d’Études Politiques, Aix-en-Provence.

Auteur

Responsable scientifique

Avec la collaboration de Denise Pumain, professeur à l’Université Paris I, UMR Géographie-cités.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540