Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Mobilités et dynamiques urbaines : une application en intelligence artificielle distribuée*1

Françoise Dureau et Jean-Pierre Treuil

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Contrat de définition du programme, rédigé en mai 2000.
  • 2 Géographe et démographe, professeur au département de géographie de l’Université de Poitiers, memb (...)

1Note portant sur l’auteur2

  • 3 Ingénieur de recherche.

2Note portant sur l'auteur3

3À l’échelle planétaire, l’urbanisation se caractérise par l’émergence de métropoles multimillionnaires aux dynamiques singulières qui posent des problèmes aigus de gestion. La faillite des réponses institutionnelles adoptées dans les années 1980 ne rend que plus évidente la nécessité d’avancer dans la compréhension des dynamiques spatiales et sociales actuelles.

4Considérer la mobilité comme un mode de différenciation des groupes et des personnes, comme élément des dynamiques et des recompositions urbaines, étudier les « métropoles en mouvement », revient à se situer dans le débat scientifique sur l’avenir de la ville.

5Plutôt qu’une généralisation ou une accélération des mobilités spatiales, nous faisons l’hypothèse d’une complexification des usages de l’espace, associée à une disparité croissante des comportements de mobilité. Dans cette perspective, nous considérons qu’il importe de se donner les moyens d’un travail descriptif qui s’attache à repérer les différentes formes de mobilité, puis d’un travail analytique sur leurs relations avec les dynamiques urbaines.

6L’étude des mobilités des populations citadines dans leurs articulations avec les nouvelles formes d’organisation des territoires métropolitains pose un défi méthodologique qui explique en partie le déficit des études empiriques fiables, au Sud comme au Nord.

7Pour y répondre, plusieurs disciplines doivent être mises à contribution. La production de données, leur analyse, la simulation des comportements requièrent des méthodes et des outils particuliers. Certains ont fait l’objet ces dernières années d’avancées importantes (en particulier l’approche biographique des mobilités), d’autres sont à concevoir : c’est le cas des méthodes d’analyse et de simulation de processus imbriqués opérant à différentes échelles d’espace et de temps.

8Le projet a pour objectifs généraux :

  • L’étude des relations entre la dynamique des systèmes urbains et leur organisation spatiale.
  • Le développement de méthodes d’analyse de ces relations, avec un parti pris méthodologique d’association d’une modélisation dynamique informatique et d’une modélisation statistique.

9Ce projet représente un enjeu important pour la connaissance et la compréhension des dynamiques sociales et spatiales à l’œuvre dans les grandes métropoles, complétant l’analyse, notamment par des simulations, des rapports entre les pratiques de mobilité des population citadines et l’émergence de nouvelles organisations des territoires métropolitains.

MÉTHODOLOGIE ET TERRAIN

10À partir du terrain constitué par la ville de Bogota et son observation sur un quart de siècle, il s’agit de construire un modèle dynamique des interactions entre les pratiques de mobilité spatiale appréhendées dans une perspective biographique, et les transformations des configurations spatiales urbaines.

11Satisfaire cet objectif suppose :

  • D’asseoir les bases conceptuelles de cette approche, pour pouvoir la transposer à d’autres contextes.
  • De développer les méthodes de représentation informatiques et statistiques les plus adaptées.

12Le principal site sur lequel porte l’étude est Bogota (Colombie), qui offre de bonnes conditions à cette recherche : le corpus d’informations, les connaissances produites par des recherches antérieures, et les dynamiques à l’œuvre font de cette ville un laboratoire idéal pour aborder certaines hypothèses.

13L’opération se déroulera durant vingt-quatre mois selon quatre axes de travail :

  • Analyse des informations, construction d’indicateurs et formulation d’hypothèses ;
  • Spécification et réalisation d’un simulateur multi-agents ;
  • Articulation entre analyse des informations et modélisation dynamique ;
  • Suivi et supervision.

VALORISATION

14La déclaration d’intention déposée en juillet 1999 dans le cadre de l’ACIV a permis aux équipes proposantes de disposer des moyens nécessaires pour tirer les enseignements d’une première phase de la recherche.

15Elle s’est concrétisée par un séminaire de deux jours, qui s’est tenu à l’IRD les 12 et 13 janvier 2000, et par la rédaction du projet de recherche transmis à l’ACIV le 30 mars 2000.

16mailto:fdureau@regards.cnrs.fr
Unité de Recherche Mobilités et Recompositions Urbaines

UMR Regards CNRS-IRD
Maison des Suds
BP 200
33405 Talence Cedex
Tél. : 05 56 84 68 54

17mailto:treuil@bondy.ird.fr
Unité de Recherche GEODES – IRD

L.I.A.
32, avenue Henry Varagnat
93143 Bondy Cedex
Tél. : 01 48 02 55 25

Notes

1 Contrat de définition du programme, rédigé en mai 2000.

2 Géographe et démographe, professeur au département de géographie de l’Université de Poitiers, membre de Migrinter (UMR 6588).

3 Ingénieur de recherche.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

Équipes : Le projet est proposé par des chercheurs de deux équipes de l’IRD (l’une de sciences sociales : MRU ; l’autre spécialisée dans l’approche statistique et informatique des systèmes complexes : GEODES), et des chercheurs d’autres institutions partenaires (IIUN, Image et Ville, LIP6, Leibniz, Univ. de los Andes). Partenaires n’appartenant pas aux équipes IRD : Dominique Badariotti et Christiane Weber (Laboratoire Image et ville, Strasbourg), Alexis Drogoul (LIP6 – Laboratoire Informatique de Paris 6), German Bravo (Departamento de sistemas, Universidad de los Andes, Bogota, Colombie), Yves Demazeau et Hubert Fiorino (LEIBNIZ), Jean-Pierre Muller (IIUN – Institut Interfacultaire d’Informatique de l’Université de Neuchâtel, Suisse). Ce projet n’a finalement pas été financé par l’ACIV. Seule cette déclaration d’intention a reçu un financement. Néanmoins, la thèse de Diane Vanbergue (LIP6 – Laboratoire Informatique de Paris 6), dont les recherches sont liées à celles de cette équipe, a bénéficié d’une allocation de recherche pendant trois ans.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540