Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Programme CITÉ. Formes et symptômes de la métropolisation. Le Caire, Istanbul et Téhéran*

Éric Denis

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Géographe, chargé de recherche au CNRS, laboratoire SEDET (Sociétés en Développement dans l’Espace (...)

1Note portant sur l’auteur1

FORME ET OBJET DU PROGRAMME CITÉ

2Ce programme comparatif a regroupé des chercheurs associés de trois centres de recherche du Ministère des Affaires Étrangères, du Centre d’Études et de Documentation Économiques Juridiques et Sociales (CEDEJ, URACNRS), de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (FRE-CNRS), de l’Institut Français de Recherches en Iran (IFRI) et de l’équipe Monde Iranien (UMR-CNRS – Paris). Il s’est appuyé sur le réseau des Observatoires Urbains, services du CEDEJ et de l’IFEA. Il a en outre permis, avec l’appui de l’équipe Monde Iranien, l’émergence et la structuration d’un axe de recherche urbaine au sein de l’IFRI à Téhéran et l’attribution de locaux.

3Le programme CITÉ avait pour objet d’engager des recherches comparatives sur l’actualité de la métropolisation ; c’est-à-dire sur la polarisation accrue de l’activité et des fonctions de commandement par les plus grandes métropoles et l’étalement des aires concernées. Deux dimensions saillantes, partagées par les plus grandes métropoles, visibles et globalement quantifiables, qui engagent une foule de transformations des communautés urbaines concernées, des inégalités ou des mobilités, comme des dynamiques foncières et des modes de gouvernement ou encore des modalités d’internationalisation des économies et des réseaux décisionnels.

4Notre souci était de dépasser le rapprochement de monographies qui juxtaposent de possibles ressemblances et tentent d’identifier des spécificités mais qui ne sont absolument pas fondées sur des comparaisons. Par « comparaison » nous entendons la définition préalable et commune des objets de recherche, la mise en place de protocoles d’études communs et la conduite des enquêtes par des équipes qui pratiquent les différents terrains sélectionnés. Il s’est agi de rompre avec des pratiques de recherches qui ont simplement pour objet de réunir des spécialistes et de produire une publication composée d’une série de monographies dont des synthèses introductives et conclusives sont supposées montrer l’intérêt, sans être sûr pour autant que les chercheurs parlent de la même chose... Nous pensons, à l’inverse, qu’il est possible de promouvoir d’autres formes de pratiques de recherche en offrant la possibilité à des chercheurs d’enrichir leurs compétences et leurs connaissances approfondies d’un terrain, d’une métropole, en travaillant sur une autre métropole, de façon ponctuelle sur la base d’une entrée précise, accompagné d’un spécialiste. Nous avons ainsi mis en place des équipes thématiques en mesure de définir, documenter et analyser un symptôme précis de la métropolisation.

5Ce programme, outre ce point méthodologique, avait pour objet de documenter l’actualité de dynamiques métropolitaines encore mal connues et paradoxales au regard de leur insertion dans l’économie en réseau des grandes métropoles. Nous avons notamment pu souligner l’importance d’articuler les transformations locales ayant une visibilité morphologique, mesurable au sol, avec les mutations associées à la nouvelle métropolisation donc au processus de libéralisation économique et au couple privatisation – ajustement. Le contexte de la privatisation et de l’ajustement est pour nous essentiel comme marqueur d’une transformation des manières de faire métropole ayant des conséquences tangibles. Nos travaux proposent à ce titre des pistes de recherche à approfondir de façon systématique, notamment en s’intéressant aux mutations du foncier. Par ailleurs, ils insistent aussi sur le caractère non-univoque de l’internationalisation de nos métropoles où la globalisation ne se confond absolument pas avec l’occidentalisation, voire offre le cadre d’un refus relatif et en tout cas d’une alternative économique avec, entres autres horizons, l’Asie, (Chine ou Malaisie dans le cas de Téhéran voire du Caire ou de l’Asie centrale dans le cas d’Istanbul).

RÉSULTATS

MÉTROPOLES POLITIQUES

6Nos métropoles sont avant tout des « métropoles politiques » où s’affirment des tensions et des expériences politiques contestant le pouvoir des États, notamment dans leur positionnement respectif et divergeant à l’égard des alternatives à référent islamique à l’expression métropolitaine affirmée. C’est pourquoi nous avons attaché une attention particulière aux rapports aux États-Nations auxquels elles se rattachent, considérant que ces métropoles sont les foyers du changement et d’alternatives politiques et culturelles dans leur pays respectif.

7Elles sont aussi la cible privilégiée d’une approche sécuritaire globale s’appuyant sur l’actualité médiatisée du risque terroriste métropolitain comme de l’insurrection potentielle « de la rue » ; ce qui ne manque pas d’affecter les manières d’intervenir et contribue à l’émergence de nouvelles formes urbaines défensives et au renforcement de tous les instruments favorables au contrôle policier – dispositifs, architectures, aménagements et politiques sécuritaires devraient faire à l’avenir l’objet d’une réflexion plus aboutie qui autoriserait une reformulation du complexe des questions relatives aux rapports aux institutions internationales, aux politiques d’aménagement, aux formes défensives telles que les gated communities et aux dispositifs de contrôle de la rue…

8Autant de mutations qu’il conviendrait d’articuler davantage au processus lourd de libéralisation économique qui s’accompagne d’une délibéralisation politique et de dispositifs de gestion de la pauvreté.

SYMPTÔMES DE LA MÉTROPOLISATION

9Toutefois, même si des publications et des participations collectives à des colloques ont permis d’affiner ces analyses globales, notre ambition comparative nous a conduit à définir des symptômes précis de la métropolisation qui se sont imposés comme des axes de recherche approfondie. En effet, pour répondre à nos intentions de rendre possible une réelle comparaison, et donc de conduire des terrains croisés dans les trois métropoles retenues, il était impossible de rester à une échelle globale d’appréhension de la métropolisation. Des thèmes symptomatiques ont donc été dégagés et documentés par des équipes avant de faire l’objet de mise en commun durant des séminaires propres ou des rencontres plus larges permettant de nous réunir.

10Nos réseaux et les thèses en cours nous ont permis de dégager quatre axes qui ont fait l’objet d’ateliers et de publications spécifiques :

  • L’un a porté sur les transformations des mobilités quotidiennes et de l’offre de transports accompagnant le changement d’échelle des métropoles avec une attention particulière pour la mobilité des femmes.
  • Le second, s’est attaché à l’analyse de la privatisation foncière, à la redéfinition par projet des politiques d’aménagement et à l’émergence brutale des résidences privées, tout en retenant la spécificité du statut et de l’importance des patrimoines publics dans nos trois métropoles (plus de 50 % du foncier) – ces travaux seront relancés fin 2004.
  • Le troisième, moins abouti dans cette première phase, a porté sur la légitimité urbaine, l’habitat illégal, les politiques de légalisation et les grands chantiers comme révélateurs de nouvelles approches de la totalité métropolitaine.
  • Le quatrième, qui accompagne les productions en cours ou réalisées d’atlas, porte sur l’analyse des représentations des aires métropolisées et de leurs composantes.

11Ces ateliers, outre qu’ils ont ouvert la voie à des développements spécifiques qui connaissent ou vont connaître des prolongations spécifiques, ont permis d’avancer notamment sur la question des mutations associées à la tendance générale à la privatisation et à l’ajustement des dépenses publiques, comme sur les transformations liées à la redéfinition de la totalité, de son écologie et des risques associés. À ce titre nous avons encore avancé une esquisse de ce que pourrait apporter une entrée par le risque sismique – gestion du péril et modes d’intervention...

VALORISATION

Ouvrages

12Coanus T., Bartement D. (dir.), (2004), Risques Urbains, Actes des séminaires d’Istanbul, Paris, Anthropos.

13Pérouse J.-F., (2001), Turquie : l’après-séismes, Istanbul, « Les dossiers de l’IFEA », août 2001, 52 p.

14Pérouse J.-F. (dir.), (2003), Représenter Istanbul, Actes du colloque de mai 2000, Istanbul, IFEA (Institut Français d’Études Anatoliennes), site Internet : http://www.ifea-istanbul.net.

Numéro spécial de revue

15Bazin M. (dir.), (2004), « Le Caire – Istanbul – Téhéran ; les formes contrastées d’une métropolisation paradoxale », Cahier du TIGR, Université de Reims, Département de géographie.

Articles

16Denis É., Séjourné M., (2003), « Le Caire métropole privatisée et maîtrisée ? », Urbanisme, janvier 2003.

17Pérouse J.-F., (2002), « Les cités privées d’Istanbul », Urbanisme, mars 2002.

Séminaires et colloques associés au programme

18Séminaire de lancement, 22 janvier 2000, Censier, Paris.

19Représenter Istanbul, Colloque 16-17 mai 2000 (Contribution du programme CITÉ), organisation J.-F. Pérouse, participation de É. Denis et B. Hourcade – publié.

20Colloque de Nice La Nouvelle métropolisation dans le Monde arabe, Université de Nice, responsable R. Escallier, participation du groupe CITÉ avec J.- F. Pérouse et É. Denis – publié.

21Séminaire Risques Urbains, « Le phénomène des résidences privées. Contre quels risques ? », Istanbul, 10 mai et 27 novembre 2001, organisation de J.-F. Pérouse, participation de É. Denis – publication en cours.

22Les journées Diversités citadines du 27 et 28 juin 2001, à la Grande Arche (organisation, P. Haeringer). « La refondation mégapolitaine dans l’Orient méditerranéen et persique ».

23Dynamiques sociales et métropolisation, Téhéran, 17 et 18 janvier 2002, rencontre CITÉ, organisation B. Hourcade, participation de J.-F. Pérouse, M. Bazin, C. Barge, M. Saïdi et C. Borgel.

24Séminaire Mobilités quotidiennes et transports (Istanbul, du 1er au 3 mars 2002) ; organisation J.-F. Pérouse, C. Borgel et C. Barge, participation de É. Denis, J.-C. Depaule, M. Saïdi et P. Tastevin.

25Séminaire de bilan, 19 et 20 novembre 2002 à Paris/CNRS – Paris A, Ivry, équipe Monde iranien.

26mailto:eridenis@ccr.jussieu.fr
SEDET – CNRS /Paris 7

Université de Paris VII, Site « Montréal », UFR GHSS,
105, rue de Tolbiac, Dalle « Les Olympiades »
75221 Paris Cedex 05
Tél. : 01 44 27 47 01/86 30

Notes

1 Géographe, chargé de recherche au CNRS, laboratoire SEDET (Sociétés en Développement dans l’Espace et dans le Temps) UMR 7135 – CNRS/Université Paris VII.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteur

Responsable scientifique

Chercheurs associés : Bernard Hourcade (Monde Iranien, Paris), Jean-François Pérouse (IFEA, Istanbul).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540