Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Acteurs économiques organisés, entreprises de réseaux et gouvernement des territoires. Le cas de l’Île-de-France dans une perspective européenne*

Olivier Coutard et Christian Lefèvre

Texte intégral

  • * Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.
  • 1 Socio-économiste, chargé de recherche au CNRS, membre du LATTS (École Nationale des Ponts et Chaus (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Professeur des Universités en aménagement et urbanisme, Institut Français d’Urbanisme (IFU), Unive (...)

2Note portant sur l’auteur2

OBJET ET PROBLÉMATIQUE

3La problématique initiale de ce projet de recherche était de comprendre le rôle et le comportement des acteurs économiques ainsi que des entreprises de réseau dans les processus en cours visant un changement d’échelle des formes de gouvernement.

4Pour ce faire, nous avons fait l’hypothèse que ce changement d’échelle se manifestait principalement de deux façons. D’une part par la création institutionnelle, c’est-à-dire par la constitution d’institutions (essentiellement des collectivités territoriales) nouvelles recouvrant des territoires plus vastes et/ou en décalage avec les échelons politico-administratifs traditionnels. D’autre part par l’établissement de nouveaux territoires d’action publique qui peuvent selon les cas épouser les institutions nouvelles ou recouvrir des territoires ad hoc dans la mesure où les politiques publiques qui s’effectuent sur ces territoires ne sont pas que la reproduction des politiques sectorielles traditionnelles.

5Il s’agissait donc d’ouvrir la boite noire de la participation et de l’intervention des acteurs économiques dans la fabrication de nouveaux territoires de l’action publique, c’est-à-dire de comprendre leurs motivations à s’impliquer dans des actions qui au premier abord ne paraissent pas toujours directement liées à leurs intérêts, tout au moins immédiats.

6Très vite, il nous est apparu réducteur et largement erroné de nous centrer uniquement sur les acteurs économiques comme si ces derniers étaient coupés du reste du monde et notamment comme s’ils n’entretenaient pas de relations fortes avec les acteurs politiques.

7Le cadre de la recherche s’est donc fort justement déplacé vers l’analyse de l’évolution des relations entre les acteurs économiques et les acteurs politiques, en gardant la compréhension de l’implication des acteurs économiques dans les nouveaux territoires de l’action publique comme une entrée privilégiée pour étudier cette évolution.

8Pour des raisons à la fois théoriques et de faisabilité, nous avons choisi de nous intéresser à certains acteurs économiques bien particuliers : les organisations de représentation des entreprises et les associations d’entreprises.

9Notre horizon en termes de nouveaux territoires d’action publique s’est porté sur deux espaces : celui de la région Île-de-France elle-même et celui d’une communauté d’agglomération, la « Plaine Commune », située dans le département de Seine-Saint-Denis.

10Nous avons donc cherché à comprendre les raisons et les modalités de l’implication des acteurs économiques dans la constitution de ces deux territoires et plus généralement à comprendre l’évolution des relations entre acteurs économiques et acteurs politiques dans ce double processus régional-métropolitain et infra-métropolitain.

11La question des entreprises de réseau, de par le choix même des dossiers que nous avons choisi de traiter (la question de l’agrément et la réforme du Syndicat des Transports Parisiens), s’est concentrée sur leur implication dans la constitution de la région Île-de-France comme à la fois nouveau territoire politique et nouveau territoire d’action publique.

PRINCIPAUX RÉSULTATS DE LA RECHERCHE

RELATIONS ENTRE ACTEURS ÉCONOMIQUES ET ACTEURS POLITIQUES DE LA MÉTROPOLE FRANCILIENNE ET GOUVERNABILITÉ DE CE TERRITOIRE

12Le système des acteurs franciliens est de plus en plus fragmenté et de plus en plus conflictuel. Ceci est dû au processus d’internationalisation de l’économie et de la société francilienne et aux formes prises par la décentralisation.

13Pour le moment l’État reste seul légitime pour assurer la coordination du système d’acteurs publics car la collectivité régionale demeure encore contestée. Le problème est que l’État ne dispose pas aujourd’hui des ressources politiques, juridiques et financières pour remplir ce rôle.

14En même temps, la montée en puissance du fait régional remet en question le front uni des acteurs économiques. Si certaines structures représentatives du monde économique se montrent résolument favorables à l’émergence d’un pouvoir régional, qu’il soit conféré à un seul acteur ou à plusieurs d’entre eux, d’autres, comme les chambres de commerce, ont intérêt à ce que la fragmentation institutionnelle perdure car elle est le gage du maintien de leur pouvoir.

15Par ailleurs, on assiste à des mises en relations entre acteurs économiques et politiques sur des territoires infra-régionaux comme dans le cas de la Communauté d’Agglomération de Plaine Commune. Ici, la structuration des relations entre acteurs s’effectue par un rapprochement des points de vue, une évolution idéologique des élites politiques et économiques et une confiance des acteurs économiques envers les acteurs politiques résultat d’actions de fiabilité de ces derniers.

ENTREPRISES DE RÉSEAUX ET DOSSIERS D’INTÉRÊT COLLECTIF

16Trois « dossiers » d’intérêt régional ont été analysés pour éclairer la nature des relations entre acteurs économiques, administrations et acteurs publics en Île-de-France en matière d’équipements collectifs, d’infrastructures et de services publics : les vicissitudes de la procédure d’agrément, la réforme du syndicat des transports parisiens et le projet de troisième aéroport « parisien ».

17Trois conclusions ressortent de ces analyses.

18D’abord, les dossiers d’intérêt collectif tendent à être traités de manière autonome par la sphère publique ; le poids tant formel qu’informel des acteurs économiques – y compris les entreprises de réseaux concernées au premier chef – dans la genèse des décisions paraît faible.

19Ensuite, ce primat du politique semble être admis sans état d’âme particulier par les acteurs économiques.

20Enfin, la stratégie d’alliance politique des acteurs économiques, lorsqu’ils en ont une et qu’ils l’expriment, semble être de conforter la Région, au nom d’une plus grande convergence d’intérêt avec la Région qu’avec l’État.

21Cette stratégie des acteurs économiques, si elle était confirmée au plan général, conforterait les évolutions socio-politiques qui tendent à renforcer le rôle des collectivités locales (et notamment des régions et des communautés d’agglomérations) dans le dispositif politico-institutionnel national.

22Mais les implications en termes de gouvernabilité de ce renforcement de la Région d’Île-de-France au détriment de l’État dans le gouvernement régional sont incertaines.

PISTES DE RECHERCHE

ACTEURS ÉCONOMIQUES ET GOUVERNABILITÉ DES MÉTROPOLES

23Pour les acteurs économiques, la question demeure de la montée en puissance de la territorialisation des nouvelles organisations vis-à-vis des structures traditionnelles fondées plutôt sur une sectorisation ou la taille des entreprises.

24Avons-nous affaire à une concurrence ou au contraire à une complémentarité entre les deux types de structurations des firmes ? La première va-t-elle avoir tendance à primer sur la seconde, indiquant en cela l’importance renforcée de la logique territoriale pour les entreprises ?

25Le second point relatif à la gouvernabilité des métropoles représente un travail de plus longue haleine.

26Tout d’abord, en ce qui concerne le rôle de l’État, en Île-de-France, la question se pose de l’évolution de son rôle et notamment de sa capacité à réguler le système fragmenté de la gouvernance francilienne.

27En second lieu, en ce qui concerne le Conseil régional d’Île-de-France, quelle est sa capacité à produire ou non un système de type néo-corporatiste tel qu’on peut le voir se constituer ailleurs en Europe ?

28Enfin, en ce qui concerne le rapport local-régional dans ses dimensions territoriales, comment vont s’articuler les dimensions spatiales du local et du régional (par exemple dans le processus de planification en cours) ? Dans ses dimensions politiques et économiques, comment vont s’articuler la logique de décentralisation avec celle de la globalisation ?

CONDITIONS DE MISE À DISPOSITION D’INFRASTRUCTURES ET SERVICES COLLECTIFS

29Il apparaît utile de poursuivre l’étude de grands dossiers d’intérêt régional sous l’angle non plus seulement de leur genèse et des jeux d’acteurs qui ont présidé à leurs réformes successives mais, à une échelle temporelle plus courte, en examinant les jeux d’acteurs à cadre institutionnel donné.

30En effet, la question de la gouvernabilité renvoie bien à ces deux registres d’action, qui sont aussi deux registres temporels distincts : le temps long des réformes institutionnelles et le temps court de l’action quotidienne.

31L’analyse historique permet de comprendre le cadre d’action des acteurs et les constantes ou les inflexions dans leurs stratégies ; elle doit donc précéder les études sur les jeux d’acteurs au jour le jour, mais ne saurait en occulter la nécessité.

32En second lieu, la question de la spécificité des entreprises de réseaux dans le dispositif institutionnel régional reste largement ouverte, au-delà de leur rôle, d’ailleurs formellement faible, dans la genèse de grands dossiers d’intérêt collectif régional.

33La meilleure compréhension des dynamiques locales acquise à l’occasion de la présente recherche doit ouvrir la voie à une étude systématique des relations formelles et informelles entre ces entreprises et les décideurs publics à tous les niveaux institutionnels (national, régional, supra-local et local).

VALORISATION

34Jouve B., Lefèvre C., (2002), Métropoles ingouvernables : les villes européennes entre globalisation et décentralisation, Paris, Elsevier.

35Lefèvre C., (2002), « Paris/Île-de-France region », dans Salet W. et al., Metropolitan governance and spatial planning : comparative case studies of European City Regions, Londres, Spon Press.

36mailto:coutard@enpc.fr
mailto:lefevre@enpc.fr
Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés (LATTS)

UMR CNRS 8134 (ENPC/Université Paris-XII Val-de-Marne)
6-8, avenue Blaise Pascal
Cité Descartes
77455 Marne-la-Vallée Cedex 2
Tél. : 01 64 15 30 00

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Béhar D., (2001), « Vers la région urbaine de Paris ? », Urbanisme, n° 318.

Béhar D., Estèbe Ph., (1999), « L’Île-de-France, laboratoire ou exception ? », Pouvoirs Locaux, n° 40, Boulogne-Billancourt, Institut de la Décentralisation.

Cox K., Mair A., (1988), « Locality and community in the Politics of Local Economic Development », Annals of the Association of the American Geographers, vol. 78, n° 2, pp. 307-325.

Wright V., Cassese S., (1996), La recomposition de l’État en Europe, Paris, La Découverte.

Notes

1 Socio-économiste, chargé de recherche au CNRS, membre du LATTS (École Nationale des Ponts et Chaussées).

2 Professeur des Universités en aménagement et urbanisme, Institut Français d’Urbanisme (IFU), Université Paris VIII.

Notes de fin

* Recherche n’ayant pas fait l’objet d’une présentation lors du colloque.

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

Équipe : Floridea Di Ciommo (doctorante), Abigail Rezelman (doctorante).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540