Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

TIC, Sociétés et espaces urbains. Bilan et perspectives de la recherche francophone en sciences humaines et sociales (1996-2003)

Claire Brossaud

Texte intégral

  • 1 Docteure en sociologie, chercheure contractuelle.

1Note portant sur l’auteur1

2Le bilan scientifique « TIC, sociétés et espaces urbains » correspond à la volonté de mieux connaître comment les usages du numérique affectent toutes les organisations collectives au sens large qui inscrivent leurs pratiques dans la cité (En quoi les TIC modifient-elles les structures sociales ?).

3L’usage des dispositifs de communication s’appuyant sur les TIC favorise la constitution de modèles de collectifs, d’agrégats humains, voire de nouvelles formes de liens sociaux. Ainsi émergent d’autres types de conduites sociales, des formes inédites de création culturelle, de communication, de collaboration et de coopération, de production économique et politique et de diffusion des savoirs.

4L’inventaire critique s’inscrit dans une perspective sociologique forte et prend en compte un corpus documentaire pluridisciplinaire et multi-supports (littérature grise, veille sur Internet, entretiens et colloques).

ORGANISATION DU BILAN

5Le rapport est organisé en quatre grandes parties et deux annexes.

6Le premier volet s’intéresse à la problématique générale et distingue les postures technologiques dominantes des chercheurs (disciplines, courants, méthodologies et type d’outils numériques), leurs croyances collectives en termes de cohésion sociale ainsi qu’une cartographie de leurs affectations professionnelles (laboratoires, institutions, etc.) à l’échelle francophone.

7Les autres parties parcourent dans le détail trois grandes thématiques et s’attardent plus particulièrement sur les connaissances acquises par les chercheurs dans ces domaines.

8La deuxième s’intéresse tout d’abord aux rapports entre identités territoriales, communautés/réseaux d’appartenances et utilisation des outils informatisés à distance. Comment s’opèrent et se définissent les échanges entre membres d’un groupe virtuel ? Quelles ont été les communautés les plus étudiées ? Quels sont leurs fondements culturels autour de la mémoire ou de l’apprentissage des pratiques ? Ces mêmes fondements sont-ils à la source de nouvelles inégalités sociales ?

9La troisième partie de ce rapport renvoie à la façon dont les espaces publics sont appréhendés dans les études sur les TIC. Espaces de la civilité, espaces de la citoyenneté et du civisme sont passés au crible afin de mieux saisir des thèmes récurrents comme la socialité, la surveillance électronique, le militantisme via Internet, la e-démocratie, etc. Les pratiques des TIC influencent- elles les formes de participation ou de représentation politique ? Comment sont abordées les questions d’opacité et d’ubiquité des informations dans les travaux de recherches ?

10Enfin, la dernière partie met en exergue le rôle social des organisations productives de l’espace : celui des institutions comme les villes numériques ou les États, celui des nouveaux services urbains tels l’administration électronique ou les bornes d’accès public aux usagers, celui des réseaux économiques de biens matériels comme le e-commerce, etc. Quelles sont les formes de régulations de ces organisations ? Sont-elles à la base de hiérarchies et de modalités de pouvoir renouvelées ?

11En annexe 1, figure une quarantaine de fiches de lecture analytiques classées par ordre thématique et alphabétique. En annexe 2, se trouve, enfin, un index des références bibliographiques ayant fait l’objet d’une citation dans le rapport.

CONSTATS

12Il se dégage globalement de ce bilan un certain nombre de constats généraux que l’on peut répertorier de la façon suivante :

13Au sujet des problématiques, l’on a définitivement quitté une période mythique qui s’articulait autour d’essayistes foncièrement « technophiles » et « technophobes », ne s’embarrassant pas d’études empiriques. Dans cette optique, la vision dominante de l’urbanité perçue à travers le filtre des TIC se réduisait souvent à une société de flux, sans territoire, porteuse d’une idéologie réticulaire capable de diminuer les distances physiques comme les distances sociales. Aujourd’hui, toutes ces acceptions commencent à être remises en cause. Cependant, les postures scientifiques des chercheurs sont encore très dominées par un déterminisme technique malgré un engouement de plus en plus manifeste pour les usages des TIC. Hormis chez les canadiens, l’inscription des pratiques collectives autour du numérique s’inscrivent très peu dans le temps et dans l’espace sensible de la réalité sociale. Au plan théorique, les problématiques sont bien couvertes par l’interactionnisme, l’ethnométhodologie et les modèles cognitivistes anglo-saxons. Dès que la relation fonctionnelle à l’objet technique s’estompe, on retrouve les empreintes de B. Latour, L. Boltanski, et surtout M. Castells, qui reste une référence, certes contestée, mais néanmoins incontournable dans le champ considéré.

14Au sujet des disciplines, les sciences de l’information et de la communication et les sciences politiques se distinguent dans les parcours professionnels comme dans le choix des démarches analytiques. Les premières ont acquis une antériorité de fait dans l’étude des usages autour des outils via le téléphone fixe ou la télévision par exemple et les secondes sont très opérationnelles dès qu’il s’agit de prendre en compte la commande publique des collectivités territoriales et de l’État.

15L’éventail des outils de communication étudiés est largement tributaire du découpage disciplinaire et épistémologique précédent. Le téléphone portable a profité de l’existence d’un domaine scientifique déjà constitué depuis plus de vingt ans. Il est surtout estimé à partir d’usages domestiques. Un autre pan de recherche a vu se déplacer les intérêts de la télématique vers l’analyse des forums et des messageries électroniques, activité surtout investie par les linguistes et les politistes. Plus marginales sont les études axées sur la téléréalité via Internet ou sur la vidéo-surveillance dans l’espace public. L’enjeu aujourd’hui semble résider dans les pratiques multimodales de ces différents outils.

16Les thématiques s’organisent logiquement autour des pôles précités avec une forte poussée, certes très fragmentaire par rapport aux anglo-saxons, de sujets qui concernent la structuration des collectifs en ligne sur Internet (communautés de pratiques ou militantes notamment) et d’enjeux autour de la démocratie technique via le numérique. Le rapport à l’espace de ces collectifs est finalement très peu questionné chez les sociologues alors qu’il l’est davantage chez les géographes et les économistes. On notera toutefois quelques travaux intéressants se référant aux usages des TIC par les migrants et dans les espaces de circulation urbains (D. Diminescu, D. Boullier, F. Jaurreguiberry). De la même manière, toutes les interrogations qui alimentent le débat public dans la société civile (logiciels libres, surveillance électronique, fracture numérique, etc.) sont, à de rares exceptions près, très peu relayées par les scientifiques.

17En ce qui concerne l’objet « Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), sociétés et espaces urbains », les organisations et les publications de référence n’existent pas en tant que telles, ce qui témoigne d’une très grande dispersion des équipes de recherches ou de leur faiblesse à créer des synergies. Nous avons caractérisé cependant trois groupes distincts selon la qualité et la quantité de travaux produits, où l’on va retrouver en tête un pôle très structurant à l’Université de Québec à Montréal, à Toulouse, autour de France Télécom et du GDR « TIC et sociétés » du CNRS. Quant aux programmes spécifiquement français autour de cette thématique, ils sont portés par la DATAR, l’ACIV et le Ministère de l’écologie et du développement durable.

VALORISATION

18Brossaud Claire, (2003), « La recherche sur les TIC en sociologie urbaine », Atelier TIC et transformations urbaines, Semaine de la ville, Tours, 6 mars 2003.

19Brossaud Claire, (2004), « Ville et TIC », séminaire de DEA, Module Politiques urbaines, UFR de Sociologie, Université d’Évry, 5-13 janvier 2004.

20Brossaud Claire, (2004), « La fracture numérique dans la cité : état des lieux de la recherche francophone », Colloque international TICs et Inégalités : les Fractures Numériques, Paris, Université Paris Sud, 18 et 19 novembre 2004.

21mailto:claire.brossaud@noos.fr
24, rue Victor Massé

75009 Paris

Notes

1 Docteure en sociologie, chercheure contractuelle.

Auteur

Responsable scientifique

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable