Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Produire des lieux par la gestion. Gestion de site et renouvellement urbain1

Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre

Texte intégral

  • 1 Recherche financée par la Caisse des Dépôts et Consignations et le Ministère de la recherche (ACI (...)
  • 2 Sociologue, urbaniste, professeur à l’Université Paris VIII, directeur de l’Institut Français d’Ur (...)

1Note portant sur l’auteur2

  • 3 Sociologue, maître de conférences à l’Université Paris 12 Val-de-Marne.

2Note portant sur l’auteur3

INTRODUCTION

3La ville contemporaine a vu se développer un type d’objets urbains dont les lieux d’échange, en particulier les grands centres de commerce ou de loisir (parcs à thèmes notamment) et les grands lieux d’intermodalité (gares ou aéroports notamment) constituent le modèle. Mais certains espaces résidentiels, ceux de la résidentialisation ou certains produits offerts par la promotion privée (résidences sécurisées et surtout résidences à forte offre de services), certaines plates-formes logistiques ou encore des parcs naturels se rapprochent de ce modèle.

4Ces objets sont destinés à drainer des flux aussi importants que possible, ou, dans les cas limites à contrôler des flux. Ils constituent un univers organisé pour optimiser un nombre très limité de fonctions (commerce, transport…). Ils forment des espaces complexes en termes de responsabilité et de gestion de risque, avec des situations paradoxales : espaces de gestion privée largement ouverts au public par exemple.

5Ces caractéristiques sont habituellement associées à des investissements importants. Ceux-ci exigent:

  • Que l’on recherche une attractivité maximale et une ouverture aussi grande que possible vis-à-vis des publics concernés, tout en assurant le contrôle, l’orientation des flux et, éventuellement l’exclusion de certaines catégories d’usagers.
  • Que l’on développe une utilisation aussi fonctionnelle et efficace que possible des espaces concernés, ce qui donne naissance à un néofonctionnalisme radical.
  • Que l’on partage les risques, en multipliant les partenaires concernés. Tout cela est constitutif d’une logique de l’hyper-gestion qui appelle des instruments juridiques et financiers et qui exerce de fortes contraintes sur la définition des programmes et sur le design des lieux.

ÉTUDES DE CAS

6La recherche réalisée a porté plus particulièrement sur le Val d’Europe (résidentiel et commerce), la gare de Lyon, Cergy (résidentiel et gestion de proximité), et Roubaix (transports et commerce).

7Elle a permis de mettre en évidence ce qui est peut-être une spécificité du système français (encore que l’étude ultérieure d’exemples britanniques semble montrer que la situation n’y est pas si différente) : les dispositifs de gestion de site sont souvent l’objet de partenariats public/privé, qui, habituellement, affectent également la production de ces objets. Ces partenariats associent des institutions de nature juridique très différente (entreprises, collectivités, associations, etc.) dans des dispositifs contractuels complexes, fondés sur une analyse très précise du partage de risques et donc des anticipations fortes de l’usage et de ses problèmes.

8Une autre caractéristique est la centration sur la performance en faveur des usagers, donc l’offre de services et le développement d’instruments de mesure et d’évaluation. Il s’agit non seulement de savoir qui fait quoi, mais de suivre en temps réel le fonctionnement du lieu et d’intervenir immédiatement et de façon pertinente en matière de maintenance, de sécurité, de propreté, d’animation et de services à la clientèle.

9On voit également apparaître des équipes transversales, liées aux dispositifs contractuels de pilotage. Ces équipes fonctionnent à partir d’une culture de l’assemblage ou de la coordination proche de celle que l’on trouve chez les aménageurs, voire chez les promoteurs. Elles sont confrontées à la nécessité de construire une culture professionnelle du service, qui fait habituellement défaut. Dans le commerce, la référence à une lecture totalement marketing des lieux (il s’agit d’attirer des visiteurs, qu’ils se sentent chez eux et qu’ils restent) sert de base à cette culture. Ailleurs, notamment dans le résidentiel, les choses sont souvent plus difficiles.

10Le personnel de ces équipes est divisé en trois catégories : les gestionnaires de sites, dont le métier se rapproche de celui des chefs de projet, qui doivent être porteurs de cette culture et fortement « transversaux » ; les spécialistes (maintenance, sécurité, etc.) responsables ou exécutants spécialisés, dont le métier change peu dans son contenu mais qui sont (en particulier au niveau des cadres) confrontés à la collaboration permanente avec d’autres métiers ; les agents « d’ambiance », personnel chargé des relations avec le public, de l’assistance, de la médiation, etc. : avec des contrats aidés quand ils appartiennent au secteur public, et des emplois précaires dans le privé, ils posent un ensemble de problèmes que le rapport analyse.

11Sur un autre plan, la dimension de l’ambiance et le travail sur l’ambiance paraissent partout très importants et objets de gestion (pas seulement de conception). Partout également on constate que l’hyper-gestion produit des effets de concentration qui peuvent poser des problèmes aux territoires environnants.

12mailto:bourdin@msh-paris.fr
Laboratoire Théorie des Mutations Urbaines

Institut Français d’Urbanisme
4, rue Nobel
77420 Marne-la-Vallée
Tél. : 01 64 68 96 87

13mailto:lefeuvre@univ-paris12.fr
Laboratoire CRETEIL

Institut d’Urbanisme de Paris
Université Paris 12 Val-de-Marne
Site du Mail des Mèches
61, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil Cedex
Tél. : 01 41 78 48 05

Notes

1 Recherche financée par la Caisse des Dépôts et Consignations et le Ministère de la recherche (ACI Ville).

2 Sociologue, urbaniste, professeur à l’Université Paris VIII, directeur de l’Institut Français d’Urbanisme, directeur du Laboratoire Théorie des Mutations Urbaines (LTMU – UMR 7136 « Architecture, Urbanisme, Société »).

3 Sociologue, maître de conférences à l’Université Paris 12 Val-de-Marne.

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

Recherche menée avec la collaboration de Christine Lelévrier et de Laurent Pandolfi.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540