Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Les établissements à traiter l’information. Un nouvel enjeu pour le développement des territoires

Michel Battiau

Texte intégral

  • 1 Professeur de géographie à l’Université des Sciences et Technologies de Lille.

1Note portant sur l’auteur1

2L’idée à la base de la recherche est la constatation que le développement des NTIC entraîne la multiplication d’un nouveau type d’établissements qui entretiennent avec les territoires des rapports originaux.

ESSAI DE DÉFINITION DES ÉTABLISSEMENTS À TRAITER L’INFORMATION

3Pour mériter le qualificatif d’établissement à traiter l’information, il convient de posséder simultanément les trois caractéristiques suivantes :

  • Les éléments utilisés pour réaliser le produit délivré au client sont uniquement des données de nature informationnelle.
  • Les établissements à traiter l’information ont recours à la division du travail. Ils rassemblent parfois plusieurs centaines de personnes en un même bâtiment.
  • Les établissements à traiter l’information élaborent leurs produits sans avoir besoin d’un face à face avec leurs clients.

4À l’intérieur de cet ensemble on observe une grande variété d’activité. Les « produits élaborés » sont de nature très différente puisqu’ils consistent aussi bien en une courte réponse téléphonique concernant une seule personne qu’en un logiciel très volumineux ou en un film d’animation de longue durée destiné à un vaste public. En d’autres termes il s’agit tantôt de fournir des « produits » simples, standardisés, de manière assez répétitive tandis que, dans d’autres cas, il faut élaborer des ensembles très complexes. Cette variété se traduit par l’emploi de personnels ayant des niveaux de qualification et de rémunération très variables.

LES MODALITÉS D’INSERTION DANS LES TERRITOIRES DES ÉTABLISSEMENTS À TRAITER L’INFORMATION

5À l’échelle internationale ou nationale, on observe de nombreuses analogies avec le secteur manufacturier. L’établissement tend à se localiser là où il rencontre la meilleure combinaison entre coûts de production, disponibilité de main-d’œuvre, mise à disposition de bâtiments et d’équipements de communication adaptés, etc.

6À l’échelle locale on observe des différences par rapport au secteur manufacturier car à l’intérieur d’une agglomération, les établissements à traiter l’information peuvent parfaitement s’insérer dans un tissu urbain dense constitué d’immeubles à plusieurs niveaux. À cette échelle géographique, leur mode d’inscription dans l’espace est tout à fait analogue à celui d’activités « de bureau » classiques.

7Les établissements à traiter l’information sont devenus un enjeu pour le développement des territoires.

8Ces établissements sont en croissance forte car les entreprises et les particuliers ont de plus en plus besoin de traiter des informations. La tendance à l’externalisation amène, par exemple, les entreprises à confier leurs campagnes de prospection téléphonique ou la gestion de la paie de leur personnel à des firmes spécialisées extérieures qui ne sont pas nécessairement situées à leur proximité immédiate. L’économie moderne consomme de plus en plus de produits « informationnels » nouveaux standardisés, qu’il s’agisse de jeux vidéo ou de progiciels de gestion.

MÉTHODE DE L’ÉTUDE

9La principale difficulté réside dans l’identification des établissements à traiter l’information car ils ne correspondent pas à une catégorie statistique officielle. Souvent ils se situent à l’intérieur d’entreprises dont l’activité principale est autre (banque, entreprise de vente par correspondance, etc.) Le cas des entreprises de services informatiques est particulièrement délicat car il faut pouvoir distinguer en leur sein les départements tournés directement vers la clientèle de ceux (les back offices) qui réalisent des opérations ne nécessitant pas un contact fréquent avec le client final. La méthode d’investigation a reposé essentiellement sur des enquêtes directes menées auprès des différents acteurs, avec les difficultés que cela comporte dans un secteur très hétérogène où les entreprises sont confrontées à des transformations incessantes et rapides.

10Les enquêtes ont été effectuées dans deux agglomérations où se posent des problèmes d’emplois et de rénovation urbaine, Amiens et Lille, et dont les responsables ont affirmé vouloir chercher dans ce gisement d’emplois un moyen de remédier à leurs difficultés.

L’EXEMPLE DE L’AGGLOMÉRATION D’AMIENS

11Amiens avait été l’une des grandes bénéficiaires de la vague de décentralisation industrielle des années 1960 qui lui avait apporté essentiellement des unités d’assemblage. Une partie de ces établissements a commencé à son tour à connaître des difficultés et à fermer ou à se délocaliser au cours des deux dernières décennies. L’agglomération était à la recherche d’un nouveau souffle qui pouvait difficilement être endogène en raison de la faiblesse du tissu entrepreneurial local. Les responsables politiques locaux, et notamment le nouveau maire élu en 1989, Gilles de Robien, ont souhaité faire de leur agglomération un pôle significatif à l’échelle nationale dans le domaine des « activités du savoir ».

12On peut dire que la stratégie mise en œuvre a été la transposition aux établissements à traiter l’information des mesures qui avaient été employées antérieurement pour attirer les usines manufacturières décentralisées : mises à disposition de locaux, développement de centres de formation, etc. À la fin de l’année 2002, les établissements créés étaient essentiellement des centres d’appels qui employaient alors environ 1 500 personnes. L’installation de ces centres d’appels a contribué à revitaliser le centre-ville dans la mesure où elle a permis la réutilisation de bâtiments désaffectés qui risquaient de constituer des « trous noirs » répulsifs qui en auraient déchiré la continuité.

L’EXEMPLE DE LA MÉTROPOLE LILLOISE

13La métropole lilloise a connu une forte désindustrialisation. Sa grande originalité est de posséder encore un tissu entrepreneurial où l’intérêt pour les nouvelles technologies de l’information s’est manifesté très précocement. Les entreprises de vente par correspondance ont, dès les années 1960, cherché dans la maîtrise de l’informatique le moyen de mieux gérer leurs fichiers clientèles, leurs entrepôts, leurs livraisons, etc. Elles furent ensuite parmi les premières en France à recourir massivement aux services du Minitel.

14Le développement des établissements à traiter l’information a été principalement endogène. Il a abouti à un essor différencié des différentes branches de ce secteur. La présence la plus notable s’observe dans le domaine des centres d’appels. Les résultats sont plus mesurés dans le domaine des logiciels de gestion, encore que la Métropole lilloise ait vu naître en son sein des groupes qui ont pris une envergure nationale comme SYLIS. L’imagerie numérique qui avait connu un certain essor en parvenant à rassembler entre 200 et 300 personnes a été durement éprouvée par la crise qui a touché ce secteur au cours des deux dernières années.

15L’insertion spatiale de ces établissements s’est faite conformément au schéma polycentrique de cette agglomération. On observe une concentration dans trois types principaux de sites : le centre-ville de Roubaix où l’on est à proximité des sociétés de vente par correspondance tout en pouvant bénéficier du statut de zone franche qui s’applique aussi, fait exceptionnel, à cette partie de la ville. Le second lieu attractif est de forme linéaire. Il s’agit du « grand boulevard », édifié au début du xxe siècle, qui à partir de Lille dessine un Y dont une branche se dirige vers Roubaix et l’autre vers Tourcoing en traversant notamment la commune de Marcq-en-Baroeul. Le troisième site privilégié est la ville nouvelle de Villeneuve d’Ascq qui offre des parcs d’activités récents, bien équipés, la proximité des universités et une bonne accessibilité pour le transport des personnes. Le centre de Lille a attiré quelques implantations notamment parmi les entreprises tournées vers les images numériques.

CONCLUSION

16Il est difficile d’évaluer les gains nets en termes d’emplois, car les centres d’appels internes aux entreprises, ont parfois été partiellement constitués par le regroupement de personnels déjà présents et disséminés dans d’autres services ou dans plusieurs établissements distincts situés dans la même agglomération. Cette incertitude concerne plus particulièrement la métropole lilloise où les centres intégrés au sein des entreprises de vente par correspondance sont particulièrement nombreux. Il n’en reste pas moins que le gain global est indiscutable et se monte selon toute vraisemblance à plusieurs milliers d’emplois.

17Il convient évidemment de s’interroger sur la qualité et la pérennité de ces emplois. Passer de la filature de la laine au centre d’appels téléphoniques constitue pour une ville un grand bouleversement en termes d’activité économique et de contenu des emplois. Il faut toutefois considérer que cela représente en fait une forme de conversion que l’on pourrait qualifier « d’horizontale » : on échange en quelque sorte des emplois industriels faiblement rémunérés contre des emplois offrant des niveaux de salaires comparables dans le secteur tertiaire. La grande difficulté est de réussir une conversion « verticale », c’est-à-dire d’acquérir les types d’établissements à traiter l’information qui offrent une forte proportion d’emplois qualifiés.

18À l’intérieur des agglomérations urbaines, le développement des établissements à traiter l’information s’est fait principalement en centre-ville et dans les quartiers ayant déjà une bonne image et une bonne accessibilité. Il a contribué à réanimer globalement l’économie des agglomérations étudiées, mais pas à rénover leurs quartiers en difficulté.

19mailto:michel.battiau@univ-lille1.fr
Laboratoire Hommes, Villes, Territoires. EA 1036

Université des Sciences et Technologies de Lille
UFR de Géographie et Aménagement.
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve d’Ascq Cedex
Tél. : 03 20 43 46 43

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Battiau Michel, (2000), « Les usines à traiter l’information : un nouvel enjeu pour le développement des territoires », Hommes et Terres du Nord, Lille, n° 1, pp. 17-23.

Coindeau Virginie, (2002), Allo, Amiens, cité des centres d’appels, j’écoute !, Université de Picardie, mémoire de maîtrise de géographie, 190 p.

Vande-Kerckhove Emmanuelle, (2003), Le rôle de l’implantation des établissements de traitement de l’information dans la redynamisation de la Métropole Lilloise, Université de Lille 1, mémoire de DEA, Hommes, Villes, Territoires, 2 tomes.

Notes

1 Professeur de géographie à l’Université des Sciences et Technologies de Lille.

Auteur

Responsable scientifique

Autres personnes ayant participé à cette recherche : Jacqueline Lieutaud (professeur à l’Université de Picardie), Virginie Coindeau (étudiante en maîtrise à l’Université de Picardie), Emmanuelle Vande-Kerckhove (étudiante en DEA, Université de Lille 1).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540