Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

TIC, individus et modes de vie urbains. Analyse critique de la place conférée à l’espace urbain dans les travaux sur les usages des TIC

Émilie Bajolet

Texte intégral

  • 1 Doctorante en ethnologie, EHESS.

1Note portant sur l’auteur1

L’ACI VILLE ET LES TIC

UNE SÉRIE D’INVENTAIRES

2Cette recherche s’intègre dans une série d’inventaires et de bilans scientifiques impulsée par l’ACI Ville, sur le thème des relations entre espaces, sociétés urbaines et technologies de l’information et de la communication (TIC).

3L’ACI Ville a en effet chargé trois jeunes chercheurs, moi-même (ethnologue), Boris Beaude (géographe) et Claire Brossaud (sociologue) d’établir un état des lieux des problématiques explorées, des méthodologies utilisées, des connaissances acquises, et de dessiner le panorama des institutions, des laboratoires, des équipes et des chercheurs impliqués dans ces thématiques à l’échelle francophone. Nous avons eu pour mission de mettre en lumière les champs d’investigation couverts par la recherche urbaine, à la fois en sociologie, en ethnologie et en géographie, et de façon moins systématique, dans d’autres disciplines scientifiques (sémiologie, sciences du langage, sciences de l’information, psychologie sociale…)

4Au terme d’une collaboration de près de deux ans, nous avons, chacun de notre côté, mais selon des orientations décidées collectivement, dressé des bilans quasi exhaustifs des productions scientifiques francophones dans nos domaines respectifs.

TIC, INDIVIDUS ET MODES DE VIE URBAINS

5Le bilan dont j’ai été chargé, intitulé « TIC, individus et modes de vie urbains » se penche sur les productions scientifiques questionnant les relations entre l’usage des TIC et l’évolution des modes de vie, des modes de perception et d’interaction. Celui-ci s’appuie sur un corpus de travaux scientifiques privilégiant une approche descriptive des pratiques individuelles ou interindividuelles des outils de communication. La perspective adoptée ici se situe donc autour d’une sélection thématique, paradigmatique et méthodologique plutôt que disciplinaire de la littérature existante.

  • 2 Le rapport de recherche final a été remis en avril 2005, cf. la rubrique Valorisation.

6Le travail effectué2 s’inscrit dans le double objectif de dresser un état des lieux des travaux dans ce domaine, et de mettre en perspective la place conférée au thème urbain au sein de ce corpus. Il est à la fois l’occasion d’offrir un balayage quasi exhaustif de la littérature grise francophone des dix dernières années dans ce champ de recherche (environ trois cents références) et d’émettre des hypothèses pouvant expliquer la rareté de la convergence entre ces études et la thématique urbaine ; avant de présenter ensuite en détail les travaux de recherche s’inscrivant dans cette double perspective, qui représentent dix pour cent à peine de l’ensemble considéré.

7À ce rapport s’ajoute une annexe regroupant une trentaine de fiches de lecture critiques, représentatives à la fois des travaux ayant fait date dans ce champ d’étude, mais aussi et surtout, des principales recherches liant l’étude des TIC au contexte urbain.

TIC ET ESPACE URBAIN

8La question problématique « Pourquoi y a-t-il si peu de convergence entre les études en sciences sociales sur les TIC et les études urbaines ? » trame l’ensemble de ce rapport. Étant donné l’importance de cette interrogation dans le travail effectué et le lien qu’elle présente avec le thème de ce volet du colloque, j’ai choisi ici de présenter en détail l’état de mes réflexions sur cette question, bien qu’elle ne représente qu’une partie seulement des points soulevés dans le rapport. Un des aspects à étudier pour répondre à cette question est la façon dont est traitée ou ignorée la question de l’espace en général et de l’espace urbain en particulier dans les travaux sur les TIC.

9Au regard de ce fil conducteur, il est possible de découper le corpus analysé en trois grandes familles : la première, numériquement dominante, se caractérise par l’absence totale de référence à l’espace urbain, voire à l’espace plus généralement ; la deuxième, mobilise la ville de façon détournée, soit de façon implicite, soit « en creux », soit sous forme de métaphore ; enfin, la troisième, marginale, offre une convergence, non sans contradiction, entre recherche sur les TIC et études urbaines.

ABSENCE DE RÉFÉRENCE À L’ESPACE URBAIN

10Tout d’abord, il m’a paru important de déceler certaines des raisons pouvant expliquer l’absence complète de référence aux espaces urbains dans la plus grande partie du corpus considéré.

D’autres environnements spatiaux pris en compte

11Dans les années quatre-vingt, domine dans les publications scientifiques, une sociologie des modes de vie qui tend à considérer l’individu soit comme un travailleur, soit comme un habitant, soit comme un consommateur, mais rarement comme un citadin. Ainsi, durant cette période, la description des usages et des pratiques des TIC reste presque exclusivement domiciliaire ou professionnelle [voir par exemple : Mercier, Scardigli et al., 1987 ; Gras, Joerges, Scardigli, 1992].

12Outre cette inclinaison paradigmatique, la nature de l’offre technique a largement contribué à privilégier l’étude de ces environnements d’usage : en effet, les outils de communication les plus répandus – le minitel, le téléphone fixe avec ou sans fil, ou l’ordinateur – ont plutôt été implantés dans des lieux « couverts ». Ainsi, les travaux scientifiques de cette époque ont eu tendance à prendre pour objet l’espace de la maison et l’espace du bureau plutôt que l’espace urbain.

13Durant cette période, seules quelques rares études ont entrepris de décrire l’implantation urbaine des outils de communication [cf. : Boullier, 1984 ; Boullier dans Marchand, Ancelin (dir.), 1984 ; Mercier, Scardigli, Tourreau, 1986 ; Gournay (de), Mustar, Méadel, 1988 ; Gournay (de), 1989].

14C’est avec l’apparition, d’abord marginale, mais très vite analysée, des outils de communication itinérants, au début des années quatre-vingt-dix, que la thématique urbaine entre véritablement en scène dans les études sur les usages des TIC [voir Réseaux, 1994, n° 65 « La communication itinérante », et plus particulièrement le très intéressant article de Marc Guillaume], même si ces analyses se cantonnent au départ très largement aux milieux professionnels spécifiques que sont les usagers pionniers.

15Toutefois, malgré l’évolution des usages, aujourd’hui encore, les pratiques domestiques, familiales ou professionnelles conservent une place importante dans le corpus analysé.

Analyse de la relation homme/machine et disparition des contextes d’usage

16Par ailleurs, une partie importante du corpus – caractéristique d’une certaine sociologie des usages ou de la science de la communication micro-centrée sur la pratique des outils de communication –, se consacre exclusivement à la description et à l’analyse des manipulations techniques, des interfaces hommes/machines, ou des contenus échangés. Dans ces travaux, où l’accent est mis sur les relations communicatives, peu d’intérêt est donné aux environnements d’usage, et on y constate une quasi-disparition de la dimension spatiale des pratiques de communication [voir par exemple : Akrich, 1993 ; Jouët, 1993 ; Chambat, 1994 ;Mallein, Toussaint, 1994].

Les publics plutôt que les environnements

17En outre, la diffusion sociale grandissante des outils de communication dans nos sociétés a conduit les chercheurs en sciences sociales à s’interroger sur les problèmes d’appropriation et d’usage spécifiques à certains publics, la famille, les personnes âgées et les jeunes notamment. Ces travaux, pour la plupart inscrits dans une sociologie des usages, ont donc privilégié une approche centrée sur les types de public, plutôt que sur les types d’environnements [on peut citer, à ce propos, la publication significative de deux numéros thématiques : Réseaux 1999, n° 92-93 « Les jeunes et l’écran » ; Réseaux 1999, n° 96 « Communication et personnes âgées »].

Paradigme ou idéologie techniciste contradictoire avec la réalité de l’espace urbain

18Enfin, l’absence de toute référence à l’espace urbain dans une partie importante des travaux sur les TIC peut aussi être comprise à la lumière de l’influence du mythe technicien postulant l’abolition des contingences de l’espace et du temps grâce au développement des TIC.

19Cette idéologie déterministe, portée par un certain volontarisme politique et appuyée sur des essais [je pense notamment aux travaux de Paul Virilio : Virilio, 1980 ; Virilio, 1990] plus que sur des recherches empiriques, a reçu un très fort écho dans les années quatre-vingt. Reposant sur l’idée de la création d’un espace virtuel abolissant l’espace réel, cette idéologie a contribué à instaurer durablement le mythe de la disparition de l’espace dans le monde de la recherche. Bien qu’elle ait été par la suite très critiquée par la communauté scientifique, cette littérature a exercé et exerce aujourd’hui encore une influence notable sur les productions en sciences sociales. Elle reste très caractéristique des études sur l’Internet [pour un exemple probant voir : Casalegno, 1996].

LA VILLE : UNE PRÉSENCE PARADOXALE

20Une seconde partie des productions scientifiques recensées semble faire un usage « paradoxal » ou tout au moins inattendu des références à la ville.

Une relation implicite, postulée a priori entre télécommunications et ville

21Dès 1993, Pierre Chambat et Yves Toussaint, s’appuyant sur des travaux antérieurs, soulignent que l’un des principaux résultats des recherches sur les TIC est d’avoir mis en lumière que les télécommunications étaient essentiellement citadines [Chambat, Toussaint, 1993, pp. 348-349].

22À la lumière de ce constat révélateur, on peut se demander finalement si l’absence de référence explicite à l’espace urbain dans la plupart des recherches analysées, ne peut pas s’expliquer par la présence d’un postulat, informel mais très puissant, associant d’emblée ville et télécommunications : cette relation, admise a priori comme une évidence ne serait donc plus à étayer. Ainsi, on peut faire l’hypothèse que la ville, plutôt qu’absente, est constamment présente dans les travaux de recherche, mais en arrière-plan, de façon implicite.

La thématique urbaine posée en creux

23On peut également isoler au sein du corpus, quelques travaux, principalement publiés à la fin des années quatre-vingt et au début des années quatre vingt- dix, abordant la question urbaine dans une perspective oppositionnelle, en miroir des pratiques de télécommunication. À cette époque, alors que les chercheurs assistent à l’apparition de l’offre des technologies numériques, la nouveauté des TIC génère deux types de discours, oscillant entre catastrophisme et utopie, donnant un nouveau souffle à la littérature annonçant la fin de la ville.

  • 3 Le dossier « La télématique ou les nouvelles frontières du privé et du public » publié en 1992 dan (...)

24On relève, d’une part, plusieurs travaux analysant le développement des TIC comme une réponse à la crise de la symbolique urbaine [voir Bonetti, Simon, dans Réseaux, 1986, pp. 16-17, citant les travaux de Chantal de Gournay]. D’autre part, quantité de discours sont portés par l’idée de « ville à domicile » [Ducrocq, 1985] : l’équipement des foyers en terminaux interactifs, permettant la transposition dans l’espace domiciliaire de pratiques traditionnellement effectuées à l’extérieur, est annoncé comme la possibilité de faire pénétrer l’espace public dans les foyers, et de remplacer ainsi la fonction politique de la ville. Cette potentialité technique nouvelle est accueillie avec des sentiments contrastés : alors que pour certains chercheurs, mais aussi pour les collectivités territoriales, elle annonce un renouveau démocratique possible, l’opportunité de dynamiser l’espace public en suscitant l’activisme des individus à partir de leur domicile [Chambat (dir.), 1992 ; Chambat, 1994] ; pour d’autres, ces nouvelles pratiques de communication font craindre un repli sur le domicile et une disparition des espaces publics urbains au profit d’un espace de communication virtuel3.

La métaphore de l’urbain

25Enfin, dans la série de recherches convoquant la ville indirectement, il faut aussi citer quelques travaux utilisant la ville comme une métaphore.

26Des auteurs comme Marc Guillaume, confrontent la structure des réseaux virtuels à celle des villes, postulant que toutes deux s’apparentent à un système complexe de commutation [Guillaume, Lesgards, dans Chambat (dir.), 1992]. Dans cette perspective, les TIC sont analysées comme une transposition dans un espace virtuel des caractéristiques classiquement attribuées à la ville, et la sociabilité des TIC analysée à l’aune des propriétés traditionnelles de la sociabilité urbaine [voir Réseaux 1986, n° 20 « Communication et dynamique urbaine », et notamment les articles de Boullier, et Bonetti, Simon], certains chercheurs allant même jusqu’à espérer/postuler que le réseau technologique réalise l’idéal de la ville ou de l’urbanité.

27La ville est ici convoquée comme grille de lecture servant de support à la comparaison, elle est mobilisée comme modèle théorique pour comprendre les réseaux et les sociabilités virtuelles.

TIC ET ESPACES URBAINS : LES TEMPS CONTRASTÉS D’UNE CONVERGENCE

28Enfin, le bilan scientifique engagé s’attache à dresser plus en détail la dynamique des questionnements urbains apparus explicitement dans les travaux sur les TIC au cours des quinze dernières années. Afin de brosser ici à gros traits les tendances dominantes au sein de cette troisième partie du corpus, on peut analyser le contenu des travaux de cette dernière famille comme une alternance de périodes discursives contrastées.

29Certaines de ces périodes correspondent à ce que l’on pourrait appeler une « prospective inquiète ». Elles coïncident en général avec l’apparition ou la diffusion nouvelle d’une technologie de communication, période durant laquelle les chercheurs annoncent de grands bouleversements à venir, dans les modes de vie et les modes de perception, prédisent la fin des anciens ancrages et l’avènement d’une nouvelle ère sociétale. D’autres, que l’on pourrait dénommer « réalistes », leur succèdent : après plusieurs années d’observation des mécanismes d’insertion sociale des TIC, les hypothèses du cycle précédent sont remises en cause. Durant ces périodes, les conclusions deviennent beaucoup plus réalistes, mitigées, modestes, quitte cette fois à minimiser les changements advenus, et à privilégier une analyse en termes de non changement, de permanence, voire de retour en arrière.

30Dans une perspective chronologique, on peut déceler, après analyse des travaux s’étalant de la fin des années quatre-vingt aux travaux les plus récents, deux grandes périodes d’envol théorique, contrebalancées par deux périodes d’analyse plus réalistes.

Crise des espaces urbains et mythe de la déréalisation

31Comme je l’ai dit précédemment, une partie du corpus étudié s’inscrit dans un discours soulignant la crise des espaces urbains, les TIC venant remplacer les anciennes sociabilités urbaines.

32Durant cette première période, que l’on peut situer à la fin des années quatre- vingt et au début des années quatre-vingt-dix, nombreux sont les travaux en sciences sociales annonçant la disparition prochaine des espaces réels au profit des espaces virtuels. On retrouve au cours de cette période les mythes de la « ville à domicile », de l’enfermement domiciliaire et de la désertion des espaces collectifs, précédemment évoqués. La diffusion généralisée des TIC est interprétée comme facteur d’abolition des contraintes spatiales, elle annonce la fin des déplacements, remplacés par les télé-déplacements. Le paradigme de la « société de l’information », la thématique du nomadisme et de la post-modernité, ainsi que celle de la redéfinition en profondeur des frontières public/privé dominent les écrits scientifiques.

Réalité des pratiques et permanence de la ville

33À partir de 1994-1995, on assiste à un retournement des discours.

34Après observation, les chercheurs montrent que le développement des outils de communication génère en fait plus de déplacements [Ascher, 1995 ; Guillaume, dans Obadia (coord.), 1997]. Contrairement à ce qui était précédemment annoncé, les chercheurs constatent que les conventions temporelles et à moindre mesure les conventions spatiales restent très fortes [Gournay (de), dans Obadia (coord.), 1997 ; Mercier, dans Obadia (coord.), 1997]. Les relations de co-présence n’ont pas été abolies, et certains auteurs (Francis Jauréguiberry notamment) soulignent au contraire l’apparition d’un processus paradoxal de survalorisation de la coprésence et de la localité, un retour des « pulsions mondaines » [Jaureguiberry, 1994 ; Gournay (de), dans Obadia (coord.), 1997].

Intrusion des TIC dans la ville, idéalisation des espaces publics urbains et mise en danger de l’urbanité

35On peut ensuite découper, entre 1996 et 1999, une nouvelle période de prospective inquiète dans la recherche en sciences sociales. On peut faire l’hypothèse que cette séquence discursive a été générée, d’une part, par la multiplication des automates (entraînant un discours sur le thème de la ville déshumanisée) et, d’autre part, par la diffusion des téléphones portables (favorisant toute une littérature sur la mise en danger des règles implicites de respect mutuel dans les espaces publics).

36Durant cette période, les chercheurs évoquent l’« intrusion » des TIC dans les espaces publics de la ville, qu’ils analysent en termes de « confrontation ». Leurs écrits développent une vision très négative des outils de communication qui iraient à l’encontre de la bienséance publique, et signeraient la fin des sociabilités urbaines potentielles. La plupart des analyses de cette période se fondent sur une relecture de la sociologie simmelienne, avec une tendance forte à l’idéalisation des espaces publics et de leur capacité à générer du lien, de la sociabilité. Dans cette partie du corpus, les TIC, et plus particulièrement le téléphone portable, sont analysées comme un danger : elles opéreraient une rupture dans les règles implicites de civilité et d’urbanité, et génèreraient la fin de l’inattention civile, principe fondateur de l’urbanité occidentale [voir en particulier Réseaux, 1998, n° 90 « Quelques aperçus sur le téléphone mobile », et notamment les articles de J.-P. Heurtin, F. Jauréguiberry, R. S. Ling et L. Fortunati].

Adaptation des pratiques de télécommunication, banalisation et analyses urbaines dépassionnées

37Enfin, dans la quatrième et dernière période, qui débute approximativement autour de l’année 2000, on rencontre cette fois des travaux plus modérés, correspondant à la généralisation de l’usage des téléphones portables, à leur acceptation collective, et à l’adaptation des pratiques aux règles implicites de bienséance. L’insistance se fait, non plus sur l’« intrusion », mais sur l’« adaptation » réciproque des pratiques et des milieux.

38Cette période est aussi celle de la remise en cause des analyses en termes d’abolition des sociabilités urbaines : les TIC semblent au contraire rendre les temps de transport, les temps d’attente plus supportables, voire génèrent des interactions nouvelles entre inconnus [Morel, dans Réseaux, 2002] ; celle de la remise en cause des analyses en termes d’intrusion du privé dans le public. Au contraire, les recherches les plus récentes mettent en avant la capacité de la société urbaine à générer de nouvelles règles de savoir-vivre adaptées aux pratiques de télécommunication : les TIC semblent permettre une nouvelle pratique de la ville, plus improvisée, plus opportuniste, et générer un nouveau souffle urbain [Gournay (de), Smoreda, 2001 ; Réseaux 2002, n° 112-113 « Mobiles », et notamment les articles de J. Morel et de C.- A. Rivière].

CONCLUSION

39On perçoit, à la lumière de ces brèves remarques, la complexité du rapport entre les TIC et les espaces urbains dans les recherches en sciences sociales francophones. Le rapprochement de ces deux champs d’études, traditionnellement non convergents, semble poser problème. À la lumière de ce corpus, on constate une grande rareté des analyses dépassionnées : les ruptures ou les oppositions implicites entre TIC et ville semblent très fortes, et le clivage entre chercheurs technophiles et chercheurs technophobes relativement marqué, malgré les mises en garde régulières de la communauté scientifique.

40Par ailleurs, on peut faire état de nombreuses apories dans ce champ. Rares, par exemple, sont les études consacrées aux automates, à la billetique, aux serveurs publics numériques (nouveau rapport aux services urbains), au GPS (nouveau rapport aux espaces), et plus généralement à l’ensemble des outils et des terminaux qui peuplent aujourd’hui le quotidien du citadin, à l’exception notable de quelques travaux [Gueissaz, dans Chambat (dir.), 1992 ; Boullier, 1996 ; Souchier, Jeanneret, 1999].

41Dans cette perspective, il convient de saluer les travaux incités par l’ACI Ville. Tout d’abord le supplément intitulé « Ville.com » de La Recherche, mais aussi des travaux plus récents : la recherche de Christine Delpal sur l’implantation urbaine des cybercafés reste inédite, les travaux anthropologiques de Samuel Bordreuil et Dominique Boullier, relativisant les changements induits par les nouveaux outils de communication, sont salutaires [voir les articles inclus dans ce volume].

VALORISATION

42Bajolet E., (2003), « TIC, ville et modes de vie. Panorama des orientations de la recherche », Communication au Forum Technologies de l’information et de la communication (TIC) et transformation urbaine, Semaine de la Ville, Maison des Sciences de la Ville, Tours, 6 mars 2003.

43Bajolet E., (2005), Technologies d’Information et de Communication, quotidien et modes de vie (urbains) : contours et résultats de la recherche scientifique francophone 1992-2002, Rapport de recherche, Action Concertée Incitative Ville – Ministère de la Recherche, 399 p.

44mailto:emiliebajolet@tele2.fr
51, rue Sauffroy

75017 Paris
Tél. : 01 53 31 12 85

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Akrich Madeleine, (1993), « Les objets techniques et leurs utilisateurs, de la conception à l’action », Raisons pratiques, n° 4 « Les objets dans l’action », pp. 35-57.

Ascher François, (1995), Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob, 346 p.

Boullier Dominique, (1984), Propositions de recherche autour de « sociabilité urbaine et nouvelles technologies de communication », Paris, Plan Urbain, rapport, 37 p.

Boullier Dominique, (1984), « Autres outils, autres communications. À propos de Télem Nantes. Les usagers parlent... », dans Marchand Marie, Ancelin Claire (dir.), Télématique : promenade dans les usages, Paris, La Documentation Française.

Boullier Dominique, (1996), « Les automates de Montparnasse. Les transactions, les agents… et les usagers ? », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 71, pp. 100-111.

Casalegno Federico, (1996), « Cyberespace : un nouveau territoire pour interagir dans un temps magique », Sociétés, vol. 1, n° 51 « Technosocialités ».

Chambat Pierre (dir.), (1992), Communication et lien social : usages des machines à communiquer, [Actes du Colloque Machines à communiquer, Paris – La Villette, 1991], Paris, Éditions Descartes, 289 p.

Chambat Pierre, (1994), « Usages des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) : évolution des problématiques », Technologies de l’information et société, vol. 6, n° 3, pp. 249-270.

Chambat Pierre, Toussaint Yves, (1993), « Maisons, immeubles, villes “intelligents” », dans Sfez Lucien (dir.), Dictionnaire de la communication, Paris, PUF, pp. 346-349.

Ducroq Albert, (1985), 1985-2000, Le futur aujourd’hui : les quinze années qui vont changer votre vie quotidienne, Paris, Marabout, 380 p.

Esprit, (1992), n° 186 « La télématique ou les nouvelles frontières du privé et du public » (Articles de Pierre Chambat, Chantal de Gournay et Yves Toussaint).

Gournay C. (de), Smoreda Z., (2001), « Technologies de communication et relations de proximité », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 90, pp. 67- 76.

Gournay Chantal (de), (1989), L’errance communicationnelle. Ville, mobilité et communication, Paris, Plan Urbain, 36 p.

Gournay Chantal (de), Mustar Philippe, Méadel Cécile, (1988), Les télécommunications à la recherche de l’habitat. La maison et la ville au temps des médias, Créteil, Institut d’Urbanisme et d’Architecture, 226 p.

Gras A., Joerges B., Scardigli V. (dir.), (1992), Sociologie des techniques de la vie quotidienne, Paris, L’Harmattan.

Jauréguiberry Francis, (1994), « De l’appel au local comme effet inattendu de l’ubiquité médiatique », Espaces et Sociétés, n° 74-75 « Les nouveaux territoires de la prospective ».

Jouët Josiane, (1993), « Pratiques de communication : figures de la médiation », Réseaux, n° 60 « Les médiations ».

La Recherche, (2000), Supplément au n° 337 « Ville.com ».

Mallein Philippe, Toussaint Yves, (1994), « L’intégration sociale des technologies d’information et de communication : une sociologie des usages », Technologies de l’information et société, vol. 6, n° 4 « Technologies de l’information et modes de vie », pp. 315-335.

Mercier Pierre-Alain, Scardigli Victor, Tourreau Roland (dir.), Mongin Chantal (coord.), (1987), Technologie et mode de vie, Actes du séminaire 1985/1986, Paris, IRESCO-CNRS, 106 p.

Mercier Pierre-Alain, Scardigli Victor, Tourreau Roland et al., (1986), Télématique et vie locale : l’expérience ASPADIE à Marne-la-Vallée, Rapport CNRS-MCD, 382 p.

Obadia Alain (coord.), (1997), Entreprendre la ville [Actes du Colloque de Cerisy], Éd. de l’Aube (Cf. notamment les articles de Chantal De Gournay, Marc Guillaume et Pierre-Alain Mercier).

Réseaux, (1986), n° 20 « Communication et dynamique urbaine » (Cf. notamment les articles de Dominique Boullier, et de Michel Bonetti et Jean-Paul Simon).

Réseaux, (1994), n° 65 « La communication itinérante » (Cf. notamment l’article de Guillaume Marc).

Réseaux, (1998), n° 90 « Quelques aperçus sur le téléphone mobile » (Cf. notamment les articles de Leopoldina Fortunati, Jean-Pierre Heurtin, Francis Jauréguiberry, et Richard S. LING). Réseaux, (1999), n° 92-93 « Les jeunes et l’écran ».

Réseaux, (1999), n° 96 « Communication et personnes âgées ».

Réseaux, (2002), n° 112-113 « Mobiles » (Cf. notamment les articles de Julien Morel et Carole-Anne Rivière).

Souchier E., Jeanneret Y., (1999), « L’automate bancaire : un multimédia très ordinaire », Communication et langage, n° 122, pp. 86-102.

Virilio Paul, (1980), Esthétique de la disparition, Paris, Balland, 137 p.

Virilio Paul, (1990), L’inertie polaire, Paris, Christian Bourgois Éditeur, 168 p.

Notes

1 Doctorante en ethnologie, EHESS.

2 Le rapport de recherche final a été remis en avril 2005, cf. la rubrique Valorisation.

3 Le dossier « La télématique ou les nouvelles frontières du privé et du public » publié en 1992 dans la revue Esprit (trois articles de Pierre Chambat, Chantal de Gournay et Yves Toussaint), est tout à fait représentatif de cette façon d’opposer la ville aux télécommunications : ce dossier fait le point sur les enjeux liés à la diffusion des TIC (minitel, domotique et communication mobile) au travers d’une triple réflexion sur les pratiques de communication domiciliaires, sur la disparition des espaces publics et de la matérialité des lieux, et sur les espaces urbains. La façon dont la ville est convoquée dans cette publication montre à quel point les réflexions sur les TIC se sont développées en creux des réflexions sur la ville, répondant ou redoublant les discours sur la fin de la ville. Les NTIC apparaissent à la fois comme solution ou comme problème surajouté aux problèmes proprement urbains, elles sont pensées comme pouvant à la fois pallier la ville, car elles remplacent ses fonctions (grâce aux services, rencontres et relations anonymes désormais possibles à partir du domicile) et comme agent dévastateur de la matérialité des espaces (négation du déplacement et de l’errance, ubiquité…) [Esprit, 1992].

Auteur

Responsable scientifique

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540