Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Introduction

Marie-Christine Jaillet-Roman

Texte intégral

  • 1 Géographe, chercheuse au CNRS.

1Note portant sur l’auteur1

2Seize recherches dont trois thèses ont été présentées en trois demi-journées. C’est au final, peu de temps, mais un temps égal, consacré à chacune et un peu moins de temps encore disponible pour le débat, d’autant que l’éclatement de ces recherches, dont certaines abordaient des thématiques qui ne s’inscrivaient qu’à la marge du panoptique de l’atelier, n’a pas facilité les effets d’écho, les résonances et la cumulativité dans les échanges.

3Aussi le premier mérite de cet atelier a-t-il été de donner à voir et à entendre une succession de travaux intéressants, mais d’abord singuliers. Du fait de cette singularité, il est bien difficile d’identifier quelques interrogations communes qui tracent de l’une à l’autre de ces recherches quelques fils, hormis peut-être pour celles qui ont porté sur les techniques d’Information et de Communication. Mais cet atelier n’a pas eu le monopole des TICs, mis en jeu dans des travaux présentés dans d’autres ateliers.

PETIT PANORAMA COMMENTÉ DES RECHERCHES EXPOSÉES3

QUELLES DIVERSITÉS ?

4Si le corpus des recherches présentées est loin d’être homogène, la diversité s’y est exprimée sur plusieurs registres :

La nature des travaux

5Certains ont tenu à des exercices d’inventaire et d’état des lieux, par exemple sur les travaux réalisés en France à propos des TICs ; d’autres ont été de nature plus épistémologique, quand il s’est agi de discerner les modes de circulation de notions comme la « gouvernance » ou les « réseaux urbains », ou encore de nature exploratoire pour apprécier l’intérêt qu’il y aurait à mobiliser les méthodes de l’économie expérimentale afin de mieux analyser les comportements des agents dans leur choix de localisation résidentielle périurbaine. Enfin une recherche a consisté à construire un dispositif par la mise en réseau des chercheurs travaillant sur les TICs dans la perspective de faire dialoguer « monde anglophone » et « monde francophone ».

Les méthodologies déployées

6Elles ont mobilisé pour quelques-unes des Systèmes d’Informations Géographiques lourds et minutieux pour étudier la manière dont s’est fabriquée la ville de Lyon entre 1645 et 1763 à partir de l’exploitation des autorisations de construire, ou pour analyser les interactions entre déplacements piétons et potentiel piétonnier des lieux ; d’autres se sont appuyées sur des monographies thématiques de site, qu’il s’agisse de décrypter le fonctionnement des villes de l’aéronautique (Toulouse, Hambourg), ou de comprendre les modalités de la construction politique de villes moyennes (Carcassonne), de décrire le rapport au territoire des établissements qui traitent de l’information à Amiens ou à Lille, ou encore sur des dispositifs d’enquêtes qualitatives par entretiens semi-directifs et/ou questionnaires pour recueillir des discours sur les pratiques ou inventorier des pratiques à partir de panels dont l’amplitude numérique s’est avérée large : plus de cinq cents personnes interrogées à Besançon pour appréhender leurs déplacements pédestres, une vingtaine à Sidney, Bombay ou Paris pour dessiner les effets de l’usage des TICs sur les conduites urbaines et citadines.

7Cette diversité, toute classique, ne surprend pas, mais elle interroge doublement par l’absence de toute réflexion critique sur les limites des méthodologies déployées ou leurs effets. Les modes de constitution des corpus ne sont pourtant pas sans conséquence sur la nature du propos qui peut être tenu : si le faible nombre d’entretiens par exemple ne saurait disqualifier a priori une recherche, peut-il néanmoins autoriser, quand il s’agit de métropoles mondiales, un propos à portée d’emblée générale ?

Les disciplines mobilisées

8Certaines ont été fortement représentées comme la géographie, la sociologie ou encore l’anthropologie, d’autres ont été plus discrètes, comme l’histoire ou l’économie, et certaines absentes : aucun juriste par exemple. Si nombre de chercheurs revendiquent l’interdisciplinarité comme une sorte de principe, force est de constater soit qu’ils l’assument à eux seuls, soit que les recherches conduites ont plutôt juxtaposé dans une sorte de côte à côte les disciplines. L’addition ne vaut là ni pour dialogue entre les disciplines, ni pour confrontation d’hypothèses ou de méthodes.

Les échelles d’analyse

9Les recherches présentées ont mis en jeu toutes les échelles, depuis l’échelle mondiale, quand il s’agit d’analyser le mode d’organisation du système de production aéronautique, jusqu’à celle du trottoir en ville pour étudier à Besançon les déplacements piétonniers. La plupart analyse des phénomènes ou des processus qui jouent à plusieurs échelles : à la fois du local, voire du micro local, de la ville ou de l’agglomération, à celle de la région, du pays ou du continent. Ainsi en est-il de la recomposition « à toutes les échelles » des pratiques et des modes de vie des citadins de certaines métropoles mondiales sous l’effet de l’usage des TICs.

10Mais que faire du constat communément admis que dans des systèmes de plus en plus complexes, qu’il s’agisse d’observer des processus économiques ou des comportements individuels, les phénomènes analysés impliquent plusieurs échelles, sinon toutes ? Quasiment personne ne s’est risqué à avancer des hypothèses sur des modes d’emboîtement ou d’articulation entre les échelles, voire sur l’émergence d’un nouveau mode de hiérarchisation entre échelles, ou encore sur l’abolition de la pertinence discriminatoire des échelles, quand par exemple la vitesse abolit toute distance géographique.

11On pourrait également se demander s’il y a continuité des phénomènes d’une échelle à l’autre, à l’image souvent sollicitée du « battement de l’aile d’un papillon qui finirait par engendrer à l’autre bout de la planète un cyclone », ou plutôt rupture, discordance…

12Faire l’effort de s’interroger sur la généalogie des concepts ou des notions, leur mode de circulation et leurs effets est un exercice salutaire, en particulier quand il s’agit de termes largement utilisés par le politique. C’est ce que Jean-Pierre Gaudin et Denise Pumain se sont attachés à faire : Denise Pumain a souligné que l’usage du « réseau urbain » des géographes par la DATAR avait contribué à lui donner un autre contenu, conduisant en retour la géographie à inventer pour elle-même une nouvelle notion, celle de « système urbain ». Jean-Pierre Gaudin s’est livré quant à lui au même exercice à propos d’une autre notion, celle de la « gouvernance » pour en constater d’abord l’usage inflationniste et en souligner ensuite le caractère idéologique.

13La vigueur de l’altercation qui s’en est suivie sur son « degré de contamination » idéologique a contribué à en bannir l’usage pour le restant de l’atelier. Ainsi hissé au statut de « scientifiquement incorrect », le terme de gouvernance qui constituait pourtant un des items affichés au fronton de l’atelier a disparu de la scène sans plus d’instruction de son « procès ». Motvalise qui aurait été « légitimé » en France par la recherche, il lui a au moins été reconnu pour mérite opératoire d’être flou, sujet donc à adaptations dans sa définition.

14De telles explorations, tout à la fois généalogiques et épistémologiques sont sans aucun doute nécessaires, mais elles appellent au moins deux commentaires : d’une part les mots au contenu scientifique avéré, à l’exemple de l’expression « réseau urbain », sont-ils inévitablement voués à leur dégradation, soit par appauvrissement soit par corruption de leur sens, dès lors qu’ils pénètrent dans les sphères de l’action et/ou du politique ? Les chercheurs seraient alors en quelque sorte condamnés à lutter contre une diffusion qui les « pervertirait » et/ou à en inventer d’autres dans une course sans fin ? Par ailleurs, faut-il à ce point se défier de mots, tels celui de gouvernance, qui circulent au niveau mondial, dans les sphères scientifiques, politiques et techniques, au prétexte de leur ambiguïté ou de leur ambivalence, alors que dans le même temps, ils sont « internationalement » acceptés et autorisent l’échange ? Plus généralement, comment mettre en circulation des notions, des concepts, d’une part efficaces du point de vue scientifique, c’est-à-dire aptes à rendre compte de processus observables et à formaliser le réel, et d’autre part appropriables par les mondes de l’action et du politique, sans être sujets à trop grande déformation ? La question est d’autant plus importante que les Sciences Humaines et Sociales empruntent une part conséquente de leur vocabulaire à des mots ou des métaphores du langage commun.

15Autre interrogation de portée générale suscitée par le constat d’une circulation « problématique » des mots entre « monde de la recherche » et « monde de l’action » : comment faire communiquer ces deux univers qui ne sont pas forcément d’ailleurs toujours aussi étanches l’un à l’autre qu’ils ne pourraient le croire ?

DE LA GOUVERNANCE À DES MODES NOUVEAUX DE GOUVERNEMENT

  • 4 Recherche présentée par Alain Bourdin.

16L’interdit qui a frappé la gouvernance n’a pas empêché néanmoins l’exposé de travaux sur le gouvernement ou la gestion des villes dont certains ouvrent des pistes nouvelles ou se saisissent de phénomènes encore émergents : ainsi de la recherche4 sur l’apparition de nouvelles modalités de gestion de certains espaces urbains (à partir des exemples du centre-ville de Roubaix ou du Val d’Europe à Marne-la-Vallée ou encore de la gare de Lyon à Paris) qualifiées « d’hyper gestion ». Empruntant à la culture contractuelle, celle-ci crée de nouvelles polarisations, déplace la question de la centralité, aboutit à la contiguïté d’espaces hyper valorisés et d’espaces qui ne le sont pas, accroît la discontinuité des territoires. Comment gérer les effets d’inégalité, d’émiettement de territoires urbains induits par ces nouvelles manières de produire de la ville ?

17À de nouveaux processus de production de la ville répondent, en matière de nouveauté, de nouvelles injonctions politiques à faire la ville autrement, qui interrogent également sur leurs effets.

  • 5 Recherche présentée par Monique Zimmermann, Marcus Zepf et Sophie Vareilles.

18Ainsi de l’injonction à la faire « durable ». Gilles Novarina a montré que l’injonction au développement durable avait permis en Italie et en Angleterre de relégitimer ou de conforter l’effort de planification, à en renouveler aussi le contenu. Le travail comparatif a permis de mieux apprécier ce que produit une injonction qui au vu de ce qui se passe ici pourrait parfois apparaître comme un simple exercice de style ou de rhétorique. Une autre recherche5 a également utilisé l’instrument comparatif pour mieux mettre en évidence le poids des cultures politiques nationales sur les modes d’organisation de la concertation. Il en résulte un effet de décalage salutaire qui instruit sur le bon usage d’un comparatisme qui ne se contente pas d’identifier « ce qui est semblable et ce qui est différent », mais qui produit des effets de meilleure compréhension-appréciation de la situation française, outre l’effet premier de connaissance de l’ailleurs.

LA RECOMPOSITION DES SYSTÈMES TERRITORIAUX : INTERROGER LE PARADIGME DE LA NOUVEAUTÉ

  • 6 Recherche présentée par Alain Rallet et Fabrice Rochelandet.
  • 7 Recherche présentée par Guy Jalabert et Jean-Marc Zuliani.
  • 8 Recherche présentée par Michel Battiau.

19Un certain nombre de recherches se sont attachées à identifier de nouvelles « figures » territoriales : ainsi de l’analyse6 de l’impact du commerce électronique sur l’organisation spatiale de la distribution des biens culturels. Ce qui émerge tient moins à la figure du « tout en ligne et d’une cybergéographie », ou à celle « du tout en magasin » renforçant le modèle centre/ périphérie qu’à un modèle associant une segmentation-cohabitation entre des modes de distribution en fonction du profil de la demande et un maillage du territoire par des formes de magasins s’adaptant aux lieux et aux caractéristiques de la demande. Ainsi également de l’organisation territoriale du système productif « Airbus » qui, dans le cadre d’une division des tâches, met en réseau à l’échelle européenne des villes « aéronautiques »7. Mais ces figures que dessinent, dans leur rapport au territoire, de nouvelles firmes ou secteurs économiques ne sont peut-être pas aussi nouvelles qu’il ne le semble. Elles renoueraient pour certaines avec des figures plus anciennes. C’est à cette réflexion qu’a invité la recherche8 sur les rapports au territoire des établissements qui traitent de l’information. À l’échelle internationale leurs comportements ne diffèrent pas de celui des anciennes unités manufacturières : même mobilité, même volatilité. Il n’en est pas de même en revanche à l’échelle d’une ville. Il y a, dans ces différentes recherches, matière à interroger le paradigme de la nouveauté.

20Pour autant cela ne doit pas conduire à l’affirmation contraire d’une répétition « éternelle » des processus. Probablement est-on face à des processus d’hybridation qui conduisent à opter pour la notion de recomposition, à l’œuvre par exemple dans l’organisation territoriale de l’église catholique analysée par G.-H. Laffont dans le cadre de sa thèse à partir de l’exemple du diocèse de Saint-Étienne. À l’évidence la paroisse comme mode d’organisation d’une communauté sur un « territoire plan » n’est plus aussi adaptée que par le passé à l’état des sociétés contemporaines. La paroisse ne disparaît pas pour autant, elle est réinterprétée et ne constitue plus pour l’Église la seule référence institutionnelle.

21Si l’évolution des sociétés participe à produire de nouvelles références territoriales, on peut cependant s’interroger sur leur consistance, comme l’a fait dans le cadre de sa thèse Benoît Boussinesq à propos des modes de construction des agglomérations dans des villes moyennes. Ce nouvel échelon territorial n’est-il qu’une création institutionnelle ou a-t-il des effets malgré la résistance manifestée par les communes ? Devient-il le territoire de référence des projets urbains, voire de nouvelles pratiques démocratiques ? Si l’on se doit de questionner sans cesse le caractère novateur de ces constructions territoriales, ou sur leur consistance, on doit également s’interroger sur les formes territoriales qu’elles mettent en jeu : moins un espace plan ou une surface que des réseaux et des logiques réticulaires, inscrivant les dynamiques économiques et sociales dans d’autres figures spatiales.

LES TICS9 : UN OBJET INCERTAIN, DES LIEUX COMMUNS À DÉCONSTRUIRE, UNE DIVERSITÉ DES PRATIQUES QUI INTERROGE

  • 9 Plusieurs recherches sur « Ville et TIC » ont été présentées : celle conduite par Émilie Bajolet, (...)

22Beaucoup des chercheurs présents à cet atelier se sont accordés à reconnaître que les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) amalgament des activités composites, trop diverses même pour être traitées comme un secteur. En premier lieu, le procédé qui consiste à ainsi globaliser des « objets » hétérogènes n’en finit pas d’interroger sur la pertinence de la catégorisation. En second lieu, l’impression est largement partagée qu’il convient de poursuivre l’effort de déconstruction des lieux communs qui circulent à leur propos : « les TICs aboliraient le territoire, favoriseraient une communication ouverte et sans limite, mettraient en danger l’espace public ».

23Si de nombreux travaux ont participé de cet effort, la force du paradigme techniciste oblige à le poursuivre sans discontinuer. Le constat auquel parviennent de nombreuses recherches est que les TICs produisent moins une révolution ou un changement radical que, là encore, des effets de recomposition : ainsi de l’espace public où s’inventent de nouvelles règles de « savoir cohabiter » face à l’intrusion des TICs. Les travaux d’inventaire et d’état des lieux des recherches font quant à eux état d’un paradoxe : les recherches sur les pratiques générées par les TICs se sont très largement intéressées à d’autres environnements que celui de la ville, l’environnement familial et l’environnement professionnel en premier lieu, à l’exception de l’analyse des effets de l’usage du téléphone portable.

24L’intérêt heuristique de ces recherches tient d’une part à leur contribution à la remise en question de catégories d’analyse plutôt fixées dans la pensée française, plus fixées peut-être que dans d’autres pensées, au premier rang desquels le diptyque « public/privé ». Il tient également à leur capacité à réinterroger une autre question qui occupe depuis longtemps les sciences humaines et sociales, celle de la distance et de la proximité, dans leur double acception géographique et sociale.

25Enfin, si nombre de travaux s’attachent à l’analyse des modes d’appropriation des TICs par leurs usagers quels qu’ils soient, individus, entreprises, collectivités, ils concluent souvent à une diversité des pratiques. Si cette diversité est sans doute irréductible et participe de la complexité, on peut néanmoins se demander qu’en faire ? Le risque n’est-il pas là d’une diversité qui épuise toute capacité à produire un autre degré d’intelligibilité du social qui nécessiterait d’identifier des récurrences dans les pratiques et pas seulement des différences ? Cela revient, en d’autres termes, à s’interroger sur le statut de la complexité et de la diversité, et l’usage systématique qui en est désormais fait dans nos disciplines ? Certes, le réel résiste à toute catégorisation…

DES RECHERCHES ORIGINALES, MAIS EN MARGE DE L’ATELIER, MOBILISANT D’AUTRES DISCIPLINES, D’AUTRES MÉTHODES

  • 10 Recherche présentée par Bernard Gauthiez.

26Ainsi de la recherche10 sur la manière dont la ville de Lyon s’est fabriquée au xviie siècle qui a conduit à un investissement méthodologique lourd : plus de quatre milles actes de construction ont ainsi été exploités et intégrés dans un SIG. Ce travail de fond, minutieux, de longue haleine contribue à éclairer les modes de production du cadre bâti. Comment ne pas regretter d’une part que cette recherche, sans apparente utilité sociale, qui ne porte pas sur un sujet d’actualité, mais relève d’un souci de connaissance, ne puisse être poursuivie, par manque de moyens ? Comment ne pas regretter également qu’elle reste circonscrite à un seul site, alors qu’on pourrait espérer que de telles investigations soient conduites ou tentées pour d’autres villes afin de disposer d’éléments de comparaison ? Celle-ci permettrait de sortir d’un principe monographique qui certes instruit, mais de manière singulière, sans pouvoir, a minima, apprécier les limites « contextuelles » de cette connaissance.

  • 11 Recherche présentée par Florence Gofette-Nagot.

27Autre recherche11 qui risque d’en rester au stade exploratoire, celle qui a consisté à évaluer l’intérêt que pouvait présenter la mobilisation des méthodologies de l’économie expérimentale pour mieux comprendre les comportements des individus dans leurs choix de localisation résidentielle. Cette évaluation conclue de manière positive. Mais pour l’expérimentation elle même, il faudra attendre un autre programme ou une autre opportunité !

  • 12 Recherche présentée par Jean-Christophe Foltête.

28Enfin, une recherche12 singulière sur la mobilité puisqu’elle s’est intéressée aux mobilités piétonnes dans la ville de Besançon, confrontant les pratiques individuelles à l’aptitude piétonne théorique des lieux. Dommage pour elle qu’elle se soit retrouvée isolée dans un atelier où aucun autre des travaux présentés n’abordait la question des déplacements et de leurs modes.

QUELQUES RÉFLEXIONS D’ORDRE PLUS GÉNÉRAL, NÉANMOINS INSPIRÉES PAR L’ATELIER

D’ABORD SUR CE COLLOQUE

29Il a répondu avec succès à sa fonction « exposé de recherches », permettant aux auditeurs et aux participants d’acquérir en peu de temps une vision panoptique de ce qu’a produit ces dernières années la recherche urbaine. Il ressort de ce temps d’exposition et de mise en scène des recherches une impression première de « grand foisonnement » des pistes explorées, une qualité des travaux pris un à un.

30En revanche, la fonction « débat » de ce colloque, du moins dans cet atelier, laisse plus songeur. Certaines attitudes qui s’apparentent à du « consumérisme scientifique » – grappiller de-ci de-là ou n’être que de passage, faire son exposé puis repartir – interrogent sur notre commune envie de débattre. Quant aux comportements qui consistent à occuper de son ego l’espace voué à l’échange en multipliant, non sans brio, références, citations et autocitations, s’ils sont consubstantiels de notre milieu, c’est peu dire qu’ils ne favorisent pas la discussion… Si j’en fais état, ce n’est pas pour les dénoncer, mais pour souligner qu’ils sont aussi autant de stratégies d’évitement de la discussion scientifique. Pour cela, ils méritent qu’on en comprenne les ressorts : soit il s’agit d’une simple expression de personnalités « fortes » faisant en quelque sorte « leur numéro », habitus commun au milieu professionnel que nous constituons, soit, à leur manière, elles révèlent que les conditions propices au débat n’ont pas été, ici, réunies. La première de ces conditions est sans doute que les chercheurs rassemblés aient constitué le débat scientifique en ce lieu comme un enjeu parce qu’il pourrait avoir des suites, engager les recherches dans un devenir. Or le sentiment partagé ici est plus probablement celui de la fin d’une histoire ou d’un dispositif sans avenir. Un colloque comme une petite mort sans perspective d’une relance possible. Sans enjeu scientifique, il ne reste que le je(u).

ENSUITE SUR L’ACIV

31Elle a réussi au moins sur deux plans :

  • Celui de permettre le développement de nombreuses recherches sans contrainte thématique, librement. Il est difficile d’apprécier sur ce seul atelier en quoi elles ont été innovantes et ont participé au renouvellement des problématiques, mais le colloque atteste une vitalité de la recherche urbaine et même une certaine luxuriance.
  • Celui d’avoir soutenu des thèses et favorisé ainsi « l’éclosion » de jeunes chercheurs et chercheuses susceptibles de renouveler le milieu. L’incitation a été là efficace. Mais on peut craindre que cet effort ne reste à plus long terme vain, au regard de l’état de l’emploi scientifique tant dans les universités que dans les établissements publics de recherche. Ceci est un autre combat, encore qu’il s’agisse de cohérence dans les politiques publiques : à quoi sert-il de former des chercheur(e)s d’un côté, si de l’autre on organise dans le même temps le tarissement du flux d’entrée au CNRS ou dans les universités. Il va de soi que de cela l’ACIV n’est pas responsable.

32En revanche son fonctionnement soulève au moins deux problèmes :

  • À quelques exceptions près (dont on a bien perçu les effets dans les dynamiques d’échanges qui ont eu lieu dans certains ateliers), l’ACIV n’a ni pensé ni organisé (ou n’a pas eu les moyens de le faire) les conditions de la cumulativité de ce qui a été produit. Or, en d’autres lieux d’incitation et de commande de la recherche urbaine, cela se fait et plutôt bien. Et c’est tout à la fois dommage et dommageable. Nul doute qu’à titre individuel, les chercheurs ont su « accumuler » et sauront valoriser, mais collectivement, au-delà de l’effet panoptique déjà mentionné, quelle visibilité ont et auront ces travaux, quel usage collectif pourra-t-il en être fait ? Pas de lecture synthétique, pas d’évaluation des avancées, pas de capitalisation. Certes, chacun ou chacune aura toute liberté de s’y référer, mais un champ de recherche ne se réduit pas à l’addition de travaux individuels, fussent-ils brillants.
  • Elle n’a pas davantage pensé la pérennisation des recherches dont elle permettait l’engagement, risquant de rendre vains un certain nombre de travaux et de soumettre leur poursuite au bon vouloir de financeurs qu’il faudra d’abord trouver puis convaincre : ainsi des travaux sur les modes de fabrication de la ville ou du passage à l’acte de l’expérimentation pour le travail mobilisant les méthodes de l’économie expérimentale.

33Il est bien question ici de stratégie publique de recherche : pour le moins un certain nombre d’institutions, qui avaient fait de la recherche urbaine un enjeu et une priorité, CNRS mais aussi IRD pour la recherche sur les pays du « Sud » et plus largement Ministère de la Recherche, semblent manifester aujourd’hui un certain retrait, ou du moins un moindre intérêt. Heureusement d’autres instances, comme le Plan Urbanisme Construction et Architecture (PUCA) du Ministère de l’équipement, semblent, en la matière, « d’humeur plus égale ». Mais il est difficile d’accepter que la « ville » puisse être abandonnée ou délaissée à l’heure où elle prend toujours plus d’importance à l’échelle planétaire, devenant, certes dans des configurations morphologiques renouvelées, le cadre de vie, de travail, de plaisir et de souffrance d’un nombre toujours plus grand d’individus. Que ce fait là, bien prosaïque au demeurant, puisse ne pas susciter un effort continu de recherche ne manque pas d’interroger sur l’exigence bien souvent formulée d’une « recherche » utile socialement !

34Autre responsabilité qui incombe à la recherche publique et à ses commanditaires, celle qui consiste à construire et entretenir un milieu de recherche, condition indispensable à la qualité des recherches mais également à leur cumulativité et leur contextualisation. Un milieu ce n’est donc pas qu’une somme de chercheur(e)s, c’est aussi une histoire, une mémoire, une culture commune, des références, des rites également. Les programmes et les stratégies développées par le passé par divers organismes ont largement contribué à sécréter un effet de milieu. Il conviendrait qu’il ne s’atrophie pas par absence d’entretien, de renouvellement ou sous l’effet d’un détournement des institutions de ce champ de recherche.

35Pour en terminer tout à fait, je voudrais livrer deux interrogations plus personnelles après deux journées d’écoute attentive :

  • La première quant au statut de la ville dans les recherches qui ont été présentées. La ville y est rarement sujet de l’effort de recherche, elle est le plus souvent un terrain, un cadre… C’est sans doute à la fois ce qui fait sa fragilité, n’être que rarement un objet de recherche, et ce qui fait sa force, constituer à elle seule un champ de recherche transdisciplinaire.
  • La seconde, quant à la nature des discours qui se sont tenus, de l’ordre de la rhétorique ou de l’essai pour certains. Elle oblige à s’interroger sur la consistance du discours qu’autorise et produit l’exercice particulier qu’est une recherche : rigueur de l’exposé de résultats, posture plus interprétative, prétention à la généralisation…

36mailto:jaillet@mail.univ-tlse2.fr
CIRUS – CIEU (UMR 5193)

Maison de la Recherche
Université de Toulouse le Mirail
5, allées A. Machado
31058 Toulouse Cedex

Notes

1 Géographe, chercheuse au CNRS.

3 Le choix a été fait de ne mentionner que le nom des chercheur(e)s sans l’intitulé de leurs travaux, dans la mesure où la présentation de leur recherche constitue la suite du présent chapitre.

4 Recherche présentée par Alain Bourdin.

5 Recherche présentée par Monique Zimmermann, Marcus Zepf et Sophie Vareilles.

6 Recherche présentée par Alain Rallet et Fabrice Rochelandet.

7 Recherche présentée par Guy Jalabert et Jean-Marc Zuliani.

8 Recherche présentée par Michel Battiau.

9 Plusieurs recherches sur « Ville et TIC » ont été présentées : celle conduite par Émilie Bajolet, Boris Beaude et Claire Brossaud, par Patrice Poncet, Boris Beaude et Blandine Ripert, par Emmanuel Éveno, par Mathieu Vidal (dans le cadre de sa thèse).

10 Recherche présentée par Bernard Gauthiez.

11 Recherche présentée par Florence Gofette-Nagot.

12 Recherche présentée par Jean-Christophe Foltête.

Auteur

Rapporteur

Tout comme Marie-Christine Jaillet-Roman, Rémi Prud’Homme a assuré les fonctions de rapporteur lors du colloque.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540