Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Habitants des villes et de leur périphérie face à la démocratie de proximité. Les conditions d’émergence du sujet démocratique

Agnès Villechaise-Dupont et Sandrine Rui

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences au département de sociologie, Université de Bordeaux 2.

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Maître de conférences au département de sociologie, Université de Bordeaux 2.

2Note portant sur l’auteur2

3Les formes émergentes de participation sont-elles un facteur de démocratisation du gouvernement des villes ? La recherche interroge cette capacité démocratisante en s’intéressant précisément à la façon dont les individus construisent leur expérience participative, c’est-à-dire à la façon dont ils s’engagent, vivent, agissent et s’expriment comme citoyens et au sens que cela a pour eux. Il s’agit de déterminer dans quelle mesure les différentes formes de la démocratie de proximité favorisent ou enrayent la capacité d’action et la capacité réflexive des individus, reconnaissent ces individus comme des acteurs sociaux et, au final, fournissent les conditions d’émergence du sujet démocratique.

4Notre travail a cherché à repérer les représentations et les logiques d’action qui structurent l’entrée en concertation et la formation d’un espace public où se construit une parole politique. Il met surtout l’accent sur les processus de mésentente [Rancière, 1995] relatifs aux modalités et à la qualité des participants, et sur la façon dont ces processus font sens pour les individus, afin d’apprécier la capacité de la démocratie de proximité à renouveler les règles du jeu démocratique local.

5La démarche retenue a consisté à sortir d’une logique purement monographique en choisissant de travailler le questionnement dans le territoire de la Communauté urbaine de Bordeaux. Près de 160 entretiens ont été réalisés auprès des autorités instigatrices de la participation dans la quasi-totalité des 27 communes de la CUB ainsi qu’auprès des participants à des dispositifs divers (conseils de quartier, ateliers d’urbanisme, réunions de concertation/ PLU, conseil de sages, etc.).

SENS ET ENJEUX DE LA PARTICIPATION

6Pour les habitants, isolés ou en groupes organisés, la participation vise toujours à faire du quartier, de la ville, un territoire « bon à vivre ensemble… malgré les autres ». L’enjeu de la participation est alors fortement conflictuel non seulement entre les habitants et les autorités politico-administratives qui s’affrontent autour de définitions culturelles du changement divergentes (et notamment autour de la logique rationalisatrice des aménageurs), mais aussi entre les habitants eux-mêmes qui défendent de façon concurrentielle des projets urbains distincts et des conceptions différentes de l’ordre social. De ce point de vue, est bien en jeu dans les discussions le sens de la ville comme le sens de l’expérience urbaine, y compris derrière ce qui se donne à entendre comme des complaintes de pas de porte.

7Les dispositifs participatifs sont alors envisagés par les participants comme des outils d’accompagnement de la gouvernance des villes dont l’enjeu est bien de fournir les conditions d’une discussion publique sur les modalités du « bien vivre ensemble ». De façon générale, il est attendu que ces outils favorisent la communication publique locale selon deux axes : d’une part avec les autorités politiques et administratives, d’autre part avec les concitoyens. La dimension «  collective » de l’exercice participatif est ainsi déterminante : le dispositif est saisi tout autant pour dénoncer l’égoïsme et l’incivisme de ses voisins sans supporter le coût de l’affrontement direct, qu’il est une ressource pour faire la preuve de leur effectivité normative [Groux, 2003], notamment pour les groupes organisés. L’enjeu de sociabilité (ou encore de renforcement ou de production d’un lien social urbain) est par ailleurs tout aussi exprimé que celui d’un rapprochement de la décision.

ÉVALUATION DÉMOCRATIQUE DES DISPOSITIFS

8Toutefois, l’appréciation du caractère démocratique des dispositifs s’avère fortement différenciée. Les participants évaluent ainsi la capacité des formes émergentes de participation à l’aune de trois critères :

  • La qualité de la communication (selon qu’elle répond aux principes de publicité, de transparence et de liberté d’expression).
  • La qualité de la prise en compte des avis (selon le degré de partage du pouvoir de décider et le degré d’influence sur les choix collectifs).
  • Le degré de mésentente (selon la légitimité des objets de discussion et celle des participants).

9De ce point de vue, les participants d’un même dispositif peuvent en vanter les mérites comme en souligner avec force les limites, voire les entraves « scandaleuses » à la constitution d’un espace public démocratique. Si les formes les plus sophistiquées – généralement conçues en amont avec les habitants eux-mêmes – suscitent le moins de critiques, l’appropriation critique, la frustration, voire la défection, sont des postures que l’on retrouve d’un dispositif à l’autre, quelles que soient les modalités et les règles du jeu.

10En fait, les modalités participatives sont diversement appréciées selon les modes d’engagement pour lesquels optent les participants. Car l’entrée dans l’espace public recouvre quatre façons différentes d’envisager l’exercice démocratique, renvoyant à quatre langages distincts et autonomes, constitutifs du fait démocratique [Rui, 2004 ; Rui, dans Fourniau et al., 2004]. Chacun d’entre eux définit un mode concurrent de ce qu’il est légitime de faire et de dire dans l’espace public. Les tensions qui les relient structurent alors l’expérience des participants :

  • Selon le langage de la volonté, le dispositif est envisagé comme le lieu d’expression de la volonté des habitants, qu’il s’agit bien de faire apparaître dans l’espace public local afin de contribuer à légitimer les choix collectifs. Les participants s’envisagent comme des citoyens « actifs », qui trouvent dans l’offre de participation l’occasion d’instituer et de renouveler un corps collectif se percevant subjectivement comme producteur de la volonté générale.
  • Selon le langage de l’intérêt, le dispositif est envisagé comme le lieu d’expression et de défense des intérêts. Il doit permettre la construction de compromis entre des participants qui envisagent l’espace urbain comme socialement hiérarchisé et intégré par le conflit d’intérêts. Les habitants entrent en concertation comme citoyens « passifs », c’est-à-dire au nom de droits naturels (à la propriété, à la sécurité, à la tranquillité...) qu’ils entendent voir respecter.
  • Selon le langage de la connaissance, le dispositif est envisagé comme le lieu d’expression de compétences et de savoirs, afin que chacun puisse se construire un point de vue. Les participants s’envisagent comme des citoyens « capacitaires » qui entendent contribuer à la production de choix collectifs rationnels.

11En outre, un quatrième langage est systématiquement mobilisé : le langage de la reconnaissance, celui par lequel le participant cherche à être reconnu comme un sujet politique. Tout participant peut ainsi s’envisager comme un citoyen « dialogique » qui s’inscrit dans un travail d’identification et de désidentification vis-à-vis des figures de la citoyenneté, travail qu’il effectue de façon plus ou moins autonome selon les conditions de dialogue public. Le dispositif est alors diversement apprécié selon qu’il permet ou non au participant de s’identifier de façon subjective et maîtrisée à ces langages et de les combiner de façon satisfaisante pour donner sens à son expérience démocratique.

MODALITÉS DE L’EXPÉRIENCE PARTICIPATIVE

12Reste que cette capacité à maîtriser le sens de l’expérience démocratique apparaît dépendante de la nature de l’expérience urbaine (elle-même déterminée principalement par la position sociale, l’attachement au quartier, et le moment du cycle de vie) : la capacité de pouvoir traduire en langage politique ses demandes et ses plaintes, comme de façon plus générale son expérience, dépend de la façon dont l’individu s’envisage comme habitant (la ville est-elle faite pour nous ou pas ? l’environnement est-il vécu comme subi ou choisi ?, etc.). Elle dépend aussi de la nature du rapport au système politico-administratif local (et au-delà au politique) selon différentes dimensions, principalement du fait d’un sentiment de dépendance ou d’autonomie, d’un sentiment de connexion ou de déconnexion, d’affinité ou de distance partisanes.

13L’analyse permet alors de dégager trois modalités d’expérience participative selon le niveau d’intégration des langages démocratiques :

  • L’adhésion loyale est surtout le fait des « anciens », des « établis » [Bacqué, Sintomer, 1999], souvent retraités, que l’on trouve dans tous les types de quartiers.
  • L’adhésion critique concerne plutôt les acteurs des classes moyennes et supérieures du centre comme des banlieues pavillonnaires, qui entrent dans le jeu participatif généralement de façon organisée.
  • L’adhésion frustrée touche les acteurs des classes populaires, habitants des grands ensembles.

PROXIMITÉ PARADOXALE

14Enfin, notre analyse révèle que si la plupart des participants disent apprécier l’instauration d’une communication plus directe avec les autorités locales, la proximité ainsi favorisée est aussi pointée comme un obstacle pour la création d’un espace public démocratique.

15La personnalisation des relations, le poids du contrôle social comme du contrôle politique sont vécus comme des entraves, principalement par les acteurs des classes moyennes et supérieures. S’engageant sur le mode de l’adhésion critique, ces derniers ont beaucoup de mal à développer un débat sur le débat afin de faire évoluer les modalités de prise de parole et les règles du jeu : cette critique ne peut se dire que « sur les bords » des dispositifs participatifs, avec le risque de constituer des contre-espaces subalternes tournant à vide, parce que sans objet ni interlocuteur.

16Reste que ces acteurs conservent une capacité de construction d’espaces publics alternatifs quand les habitants des grands ensembles, plus prompts à la défection, peinent à produire des lieux d’échange autonomes : le retour sur le privé demeure chez eux la seule alternative aux frustrations démocratiques.

VALORISATION

17Rui S., (2004), « Les citoyens impertinents. Débat public, conflit et mésentente », dans Fourniau, Lepage, Simard, Gariépy, Gauthier (dir.), Le débat public en apprentissage. Regards croisés sur les expériences françaises et québécoises, L’Harmattan, collection « Villes et entreprise », Paris- Montréal.

18mailto:sandrine_rui@yahoo.fr
mailto:adupont@u-bordeaux2.fr
Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS)

Antenne de Bordeaux ESA 8039
Université Victor Segalen Bordeaux 2
3 ter, place de la Victoire
33076 Bordeaux Cedex
Tél. : 05 57 57 18 60

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bacqué M.-H., Sintomer Y., (1999), « L’espace public dans les quartiers populaires d’habitat social », dans Neveu C. (dir.), Espace public et engagement politique. Enjeux et logiques de la citoyenneté locale, Paris, L’Harmattan.

Groux G., (2003), « Crise de la médiation et mouvements sociaux : vers une démocratie de l’entre-deux ? », dans Perrineau P. (dir.), Le désenchantement démocratique, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Rancière J., (1995), La mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée.

Rui S., (2004), La démocratie en débat. Les citoyens face à l’action publique, Paris, Armand Colin, collection « Sociétales ».

Notes

1 Maître de conférences au département de sociologie, Université de Bordeaux 2.

2 Maître de conférences au département de sociologie, Université de Bordeaux 2.

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

Personnes ayant collaboré à la recherche : Laurence Bherer, Fabien Reix, Rozenn Ferrec, Marie Marche, Caroline Dupuis, Emmanuelle Levêque, Virginie Pauvif, Naïma Tachert.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540