Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

La mondialisation depuis sa périphérie : géographie de la rencontre local-mondial à Dar es Salaam, Tanzanie1

Cécile Roy

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de François Bart
  • 2 Doctorante en géographie au laboratoire ADES-DYMSET, ATER à Bordeaux III, UFR de géographie.

1Note portant sur l’auteur2

« Dar es Salaam semble avoir été oubliée du monde. Qui connaît Dar ? Ici, point de guerre, ni de dictature, les médias internationaux ne posent pas les yeux sur un “havre de paix”. Mais pour les habitants de ce vaste pays, l’un des plus pauvres du globe, Dar existe bien dans le bruit, la fureur… et la lumière. Une ville aux mille opportunités, où tout est possible (…). » [Noy, Mlenzi, 2001].

GÉOGRAPHIE ET MONDIALISATION

2Si beaucoup de personnes méconnaissent Dar es Salaam, tout le monde a entendu le fameux terme « mondialisation ». Oui, la mondialisation est un mot à la mode, mais comme l’explique J. A Scholte, « quand un mot devient populaire, c’est souvent parce qu’il capte la mise en place d’un important changement du monde » [Scholte, 1997, p. 14]. Ainsi, pouvons-nous encore travailler en géographie sans prendre en compte, de près ou de loin, les actions et les rétroactions de ce processus ? La géographie urbaine a fortiori, ne doit-elle pas intégrer la mondialisation dans ses études ?

3En tant que pôle centralisateur, localité qui réunit sur un faible espace, individus, actions et influences extérieures, la compréhension de la ville ne peut omettre ces changements contemporains. La mondialisation se définissant en géographie comme « le processus par lequel l’étendue planétaire devient un espace » ou « l’émergence du monde comme espace » [Lévy, Lussault, 2003], nous nous rendons bien compte que le quotidien urbain baigne littéralement dans ce phénomène.

4La sphère économique, fondement même de la mondialisation actuelle à travers la diffusion du capitalisme et de l’économie de marché, ne constitue pas l’élément clé de compréhension des processus en cours à Dar es Salaam. Me positionnant en géographe, je privilégie, outre l’analyse des pratiques et des représentations spatiales des habitants, des aspects de géographie culturelle et d’analyse paysagère.

5La première approche met en exergue les changements ou au contraire les permanences dans le vécu urbain des citadins (vécu au quotidien, « pratiques mondialisées » ou non). La seconde explore les principales dimensions de la culture, à savoir les dimensions sociales et symboliques. Elle permet de mettre en avant leur profondeur et leur portée, les modifications provoquées par la mondialisation (les sociétés en général et les habitants de Dar en particulier adaptent, adoptent, inventent ou hybrident). La dernière, enfin, expose les formes urbaines à la mondialisation pour mieux en comprendre les évolutions et les caractéristiques.

6La géographie de la mondialisation est abordée ici sous deux grands aspects :

  • La mondialisation comme une rencontre. Rencontre entre des éléments locaux, spatialisés, subjectivés, propres aux habitants de Dar es Salaam et des phénomènes d’influence mondiale, plus mouvants, spatialement moins circonscrits relevant de la sphère économique et socioculturelle. Des phénomènes qui se présentent souvent sous forme de flux, de va-et-vient incessants ayant pour but de s’immiscer, d’hybrider, voire de remplacer les composantes locales de Dar es Salaam.
  • La mondialisation comme un regard sur le monde, porté par des hommes et des sociétés différenciés : un processus relatif en fonction du point de vue. Ainsi, la mondialisation doit-elle être située dans le temps et l’espace (physique ou symbolique). « Du même coup, nous basculons de la mondialisation entendue comme modèle unique vers la diversité des pratiques locales qui viennent décoder tout modèle global intrus ». Cela permet de penser la mondialisation avant tout comme une logique d’acteurs (l’homo situs) et non comme un phénomène qui s’impose aux sociétés [Panhuis, Zaoual, 2000, p. 15].

7Il s’agit donc d’une lecture de la ville tropicale en développement et des pratiques des citadins à travers un prisme : la mondialisation ; de mettre en avant, d’expliquer et d’analyser les paradoxes et les composantes d’une « périphérie mondialisée ».

LA MONDIALISATION À DAR ES SALAAM

8Un travail de recherche qui s’attache dans un premier temps à cerner non seulement ce qu’est spécifiquement la mondialisation à Dar es Salaam, mais aussi quels sont les éléments à retenir pour illustrer au mieux mes propos. En ce sens, le contenu même du terme mondialisation est interrogé, de même que ses relations, très importantes dans un contexte de pays en voie de développement, avec des notions telles que modernisation et/ou occidentalisation.

9Dans une perspective plus spatiale, cette étude analyse également la pertinence ou non de l’emploi du terme « périphérie » ainsi que ce que j’appelle « périphérie mondialisée ». Une fois ce préalable établi, et dans un deuxième temps, l’analyse se penche sur la géographie de la rencontre local-mondial en partant d’abord à la recherche des espaces de la mondialisation : dans les paysages urbains, par les lieux, dans l’espace public. J’étudie également ce que je nomme la « mondialisation par procuration » à travers les espaces de rencontres et d’échanges en ville (tourisme ou média par exemple) et termine ce travail par une approche locale de la mondialisation : réinterprète t-elle l’organisation urbaine (selon les quartiers, les communautés) ? Quelle est la vision du monde propre aux exclus du système ? Quel est leur imaginaire collectif ? Comment se représentent-ils une société désireuse de modernité et en même temps enracinée dans ses cultures ? Du local exalté (ou mondialisation ignorée), à la mondialisation domestiquée (au sens de domus : habiter), les habitants de Dar es Salaam (du vendeur de rue à l’expatrié), s’approprient la mondialisation selon des modalités très différentes.

10Si nous avons choisi cette ville pour notre étude, c’est qu’elle présente des aspects intéressants à plusieurs points de vue :

  • D’un point de vue historique, en termes de rencontre. Très tôt, la côte est-africaine fut le théâtre d’échanges intenses avec l’Inde et le Moyen Orient notamment (cf. l’économie monde de l’océan Indien, pour reprendre un terme de F. Braudel, et de la civilisation swahili qui en est née).
  • D’un point de vue politique en termes d’ouverture au monde. L’influence du premier Président de la République Unie de Tanzanie, J. Nyerere, demeure encore aujourd’hui importante. Sa politique «Ujamaa » (de la djamaa arabe, qui évoque la communauté et la solidarité), que l’on traduit par « socialisme à l’africaine », a marqué non seulement les habitants, notamment dans leur conception du monde, mais aussi sur le territoire.
  • D’un point de vue géographique enfin. D’un côté Dar es Salaam appartient à une « périphérie du monde », de l’autre, on note des emboîtements d’échelles intéressants : la ville est en même temps un espace marginalisé à l’échelle mondiale et un pôle central à l’échelle nationale.

11Par ailleurs, pour compléter ce tableau, la Tanzanie est l’un des pays les plus pauvres du monde (il appartient au PMA selon la classification de la banque mondiale). Dans ce contexte, les effets de la mondialisation s’inscrivent en contraste avec l’économie, la culture et les modes de vie tanzaniens. En restant dans cette lecture en contraste, Dar es Salaam se présente comme la ville du pays : principal pôle économique, elle concentre les activités, propose l’accès facilité à l’information sous toutes ces formes et démultiplie les champs du possible. En ce sens, la population la considère comme un symbole de modernité et de potentialités. En étudiant l’image de la ville dans la presse et les discours, on se rend compte que c’est ici que les modes se dessinent et ce sont les habitants de Dar que l’on envie et que l’on imite, c’est également le lieu où l’on voudrait être. Aujourd’hui, la ville s’ouvre, voire même s’offre au monde, le chemin a été long et difficile.

12Le schéma qui se dessine est alors le suivant : une polarisation forte à l’échelle nationale, nous réalisons que Dar es Salaam est l’incarnation même de cette ouverture au monde. Pôle central du pays et capitale économique, son histoire, sa configuration même en font un espace privilégié où peut se lire la mondialisation. En même temps une position marginale dans un espace mondialisé, voilà la situation originale de Dar es Salaam qui revêt également mais à des échelles différentes deux rôles bien distincts voire contradictoires.

LOCALITÉ MARGINALISÉE ET PROCESSUS MONDIAL

13L’analyse offre donc une connaissance plus fine de cette partie du monde. La mise en abîme, le choix du point de vue, ne peut que renforcer les contrastes et mettre en avant les caractéristiques majeures de ce processus. Il s’agit d’une analyse géographique d’un espace urbain marginalisé dans un contexte de mondialisation. De ces agencements entre localité marginalisée et processus mondial se dégagent des phénomènes géographiques et sociaux originaux, qui peuvent faire écho à d’autres dynamiques mises en place par cette même mondialisation, mais dans d’autres périphéries du monde.

VALORISATION

Publications

14Rédaction de documents de synthèse dans le cadre de la semaine « Dynamiques des Afriques », Bordeaux du 19 au 23 novembre 2001.

15Roy Cécile, (2003), « Réseaux sociaux et mondialisation dans une périphérie du monde, exemple de Kiwalani, Dar es Salaam, Tanzanie », dans Bart F., Lenoble-Bart A. (dir.), Afrique des réseaux et mondialisation, Paris, Karthala- MSHA, 204 p.

16Roy Cécile, Cauna A. (DE), (2004), « Rencontres urbaines : les leçons de Port-Louis, St-Denis et Dar es Salaam », Cahier d’Outre-mer, Bordeaux, n° 255, pp. 33-52.

17Roy Cécile, (2005), « Étude socio-spatiale des écoles publiques à Dar es Salaam », dans Calas B. (dir.), Dar es Salaam, les territoires d’une agglomération portuaire, Paris, Karthala.

Communications

18Roy Cécile (2000), présentation des travaux de thèse, Colloque ACI Ville, Tours, novembre 2000.

19Roy Cécile, (2003), organisation et communication au Séminaire Rencontres urbaines, janvier 2003.

20Roy Cécile, (2003), « Le chercheur et son terrain », Journée de la géographie, Bordeaux (MSHA), avril 2003.

21Roy Cécile, (2004), organisation et participation au Colloque Frontières… frontière, Bordeaux, 26 et 27 février 2004.

22mailto:roycecile@hotmail.com
Laboratoire ADES-DYMSET

UMR 5185
Maison des Suds
12, esplanade des Antilles
33607 Pessac Cedex
Tél. : 05 56 84 82 21

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bart F., Lenoble-BART A. (dir.), (2003), Afrique des réseaux et mondialisation, Paris, Karthala-MSHA, 204 p.

Batibo H., Martin D. (dir.), (1989), Tanzanie, l’Ujamaa face aux réalités, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, collection « Mémoire » n° 80, 255 p.

Braudel F., (1979), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xv-xviiie siècle, t. 3 : Le temps du monde, Paris, Armand Colin, 922 p.

Cahier du GEMDEV, (1998), Cahier n° 26 « Regards croisés sur la mondialisation », Paris, 135 p.

Dollfus O., Grataloup C., LÉVY J., (1999), Mondialisation, les mots et les choses, Paris, Karthala, GEMDEV, 356 p.

Inades documentation, (1998), « La mondialisation, bibliographie commentée », 48 p.

Kimanbo I. N., Temu A. J. (Ed.), (1969), A History of Tanzania, Nairobi, East African Publishing House, 276 p.

Laïdi Z., (1998), Malaise dans la mondialisation, entretien avec Philippe Petit, Paris, Textuel, 135 p.

Lévy J., Lussault M. (dir.), (2003), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, 1 033 p.

Noy F., Mlenzi K., Simbaye F., (2001), Avoir 20 ans à Dar es Salaam, Paris, Éditions Alternatives, Charles Léopold Mayer, 95 p.

Panhuis H., Zaoual H., (2000), Diversité des cultures et mondialisation, Paris, L’Harmattan, 214 p.

Scholte J. A., (1997), « The Globalization of World Politics », dans Baylis J., Smith S. (Ed.), The Globalization of World Politics. An Introduction to International Relations, Oxford, Oxford University Press.

Sutton J.E.G (Ed.), (1969), Dar es Salaam, city, port and region, The Tanzanian Society, Tanzanian notes and records, n° 71, 213 p.

http://www.knowledge.worldbank.org – Base de données statistiques par pays

http://www.mshand.geog.gla.ac.uk

http://www.mondialisations.org – Site du GERM (Groupe d’Étude et de Recherche sur les Mondialisations).

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de François Bart

2 Doctorante en géographie au laboratoire ADES-DYMSET, ATER à Bordeaux III, UFR de géographie.

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540