Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

ADONIS : adoption des nouvelles informations spatialisées

Stéphane Roche

Texte intégral

  • 1 Ingénieur géomètre topographe de l’ESGT, docteur en géographie, professeur au département des scie (...)

1Note portant sur l’auteur1

PROBLÉMATIQUE ET OBJECTIFS INITIAUX

2La problématique de recherche initiale est centrée sur l’analyse des modes de participation publique en matière d’aménagement urbain et des formes d’appropriation sociale des TIC/TIG (Technologies de l’Information Géographique). La question des relations de cause à effet entre capacité différenciée d’appropriation des TIC/TIG et niveau de participation des citoyens est posée. Les effets de ces phénomènes dans le domaine des pratiques de l’aménagement et des différenciations socio-spatiales sont également au centre des réflexions proposées par ce projet rebaptisé ADONIS pour « ADOption des Nouvelles Informations Spatialisées ».

3Les objectifs scientifiques visés à l’origine s’articulent autour des quatre points suivants :

  • dresser une synthèse des expériences nord-américaines dans le domaine des Public Participation GIS ;
  • mieux comprendre pourquoi et comment certains individus et groupes sociaux s’approprient les TIG et pourquoi d’autres ne le font pas ;
  • mieux comprendre les effets de ces processus différenciés dans les villes considérées et leurs évolutions socio-spatiales ;
  • mieux comprendre, enfin, la spécificité des TIG comparées aux TIC dans leur ensemble, face à cette problématique.

NOUVELLES ORIENTATIONS PRISES AU COURS DE LA RECHERCHE

4Au cours des premiers mois de travail, quelques points furent modifiés, en comparaison des actions annoncées en juin 2001. Les premières analyses exploratoires réalisées ont mis en évidence que le recours aux TIG à des fins participatives était encore anecdotique au sein des villes françaises. Dans ce contexte, les contacts directs entre les citoyens et les TIG demeurent extrêmement rares. Aussi, avons-nous pris la décision de recentrer la problématique sur l’appropriation des TIC et le rôle plus spécifique de l’information géographique.

5Pour ces mêmes raisons, nous avons souhaité arrimer plus fermement le projet ACI-Ville avec une démarche de recherche-action. Pour ce faire, nous avons répondu en juin 2002 à l’appel à projet Géomatique, Territoires, Espaces et Mobilités, lancé par le département STIC du CNRS. Notre projet, intitulé SECOURS (Système Expérimental de Concertation Urbaine et Rurale Spatialisé), a été sélectionné. L’objectif, toujours en cours de réalisation, consiste à développer et à tester un prototype d’outil géomatique auprès d’un groupe de citoyens de référence dans le cadre de deux projets de référence : les Ateliers Urbains du contrat de Ville Angers-Trélazé et le programme ZIP (Zones d’Intérêt Prioritaire) du Plan d’action Saint-Laurent au Québec.

6Des difficultés d’ordre méthodologique (associées au non versement de la seconde tranche des crédits alloués) nous ont également contraints à revoir l’organisation et l’ampleur des études de cas initialement prévues aux USA et en Grande Bretagne. Il est particulièrement délicat de caler les missions avec les expériences pertinentes à analyser. Par ailleurs, pour réaliser des études de cas sérieuses, nous aurions dû investir beaucoup plus de temps et d’argent que ce que le cadre du projet nous autorisait à consentir.

7Nous avons donc pris la décision d’accentuer la coopération avec les collègues étrangers impliqués dans le projet. Rina Ghose, géographe à l’Université du Wisconsin à Milwaukee et Robin Smith du département d’aménagement et d’urbanisme de l’Université de Sheffield nous ont ainsi aidés à réaliser une mise en perspective de leurs propres études de cas dans le cadre du projet ADONIS. En outre, ces deux collègues ont participé au workshop SOS-IG organisé à Angers en juin 2003.

AXES STRUCTURANTS, MÉTHODOLOGIE ET TERRAINS

8Six actions structurantes nous ont occupés depuis le lancement du projet en mars 2002 :

  • la conceptualisation des cadres théoriques et opératoires de recherche : définition des concepts, état de l’art et réalisation des grilles d’entretien et d’enquête (réalisée au cours du printemps 2002) ; – la réalisation d’une enquête exploratoire menée auprès d’une cinquantaine de villes françaises portant sur le recours aux TIC/TIG dans les démarches de participation publique (automne et hiver 2002) ;
  • l’analyse et la construction d’une typologie des principales expériences de Public Participation GIS développées aux USA (réalisée durant l’année 2002) et l’approfondissement des cas de Minneapolis, Milwaukee et Chicago aux USA et de Londres et d’Edinburgh au Royaume-Uni (réalisé au printemps et à l’été 2003) ;
  • la réalisation d’études de cas dans des espaces laboratoires en France (Trélazé réalisé au printemps 2001, Parthenay à l’automne 2002, Issy-les- Moulineaux en 2004) et au Québec (Québec et Sherbrooke à l’automne 2002) ;
  • l’analyse comparative des sites web des villes françaises et québécoises grâce à la formalisation d’une matrice de classification des sites en fonction de la nature de l’information géographique diffusée et du niveau de transaction offert (réalisée durant l’hiver et le printemps 2003) ;
  • la réalisation d’une étude Delphi visant à identifier les liens entre niveau d’adoption des TIG et niveau de participation du public (lancée au printemps 2003, abandonnée pour des raisons techniques et relancée à l’hiver 2004).

9La méthodologie mobilisée au cours du projet repose donc sur les outils suivants : 1/ une enquête par questionnaire auprès d’une cinquantaine de villes françaises ; 2/ des études de cas in situ en France et au Québec et d’autres réalisées par les partenaires étrangers aux États-Unis et au Royaume Uni, remises en perspective dans le cadre du projet ADONIS ; 3/ une analyse des sites web (diffusion d’information géographique et services transactionnels offerts) des villes françaises et québécoises ; 4/ une étude Delphi auprès d’un panel d’experts internationaux.

10Pour appuyer ces actions, des travaux d’étudiants ont été réalisés dans le cadre du projet ADONIS : un DEA de géographie a ainsi été soutenu en juillet 2002, deux maîtrises de géographie ont été soutenues en juillet 2003, une M.Sc. de géographie est en cours de finalisation à l’UQAM au Québec et un DESS de sociologie a été soutenu en octobre 2003. Enfin, une thèse de géographie a par ailleurs débuté en septembre 2002, bénéficiant d’une allocation de recherche ministérielle fléchée par l’École Doctorale d’Angers sur le projet ADONIS.

RÉSULTATS OBTENUS ET ACTIONS DE VALORISATION

11Les principaux résultats, en réponse aux objectifs du projet peuvent être résumés ainsi :

12En ce qui concerne l’objectif n° 1, nous avons dressé une synthèse assez complète des expériences nord-américaines dans le domaine des Public Participation GIS, et montré combien le rôle des facteurs socio-spatiaux locaux (effet de lieu en particulier) est important dans la réussite de ce type d’initiative. En termes d’effets, des phénomènes croisés d’intégration et de marginalisation ont également été mis en évidence.

13En ce qui concerne l’objectif n° 2, nous avons identifié et formalisé les principales variables (cognitives, culturelles, organisationnelles en particulier) qui conditionnent l’adoption des TIG. Nous avons également mis en évidence l’importance des contradictions qui peuvent exister entre les technologies d’adhésion et les technologies d’usage.

14En ce qui concerne l’objectif n° 3, les résultats sont assez peu probants dans la mesure ou le recours aux TIG à des fins de participation est pour le moins récent. Reste que les études de cas laissent apparaître des transformations assez sensibles des pratiques d’acteurs (recomposition des rôles et des mandats, rôle accrus de ceux qui maîtrisent l’usage des technologies et/ou l’accès aux données…).

15En ce qui concerne l’objectif n° 4, les analyses réalisées dans le cadre du projet ADONIS mettent clairement en évidence la spécificité des TIG comparées aux TIC dans leur ensemble, face à cette problématique adoption/ participation. En particulier nous avons pu éclairer le rôle prépondérant joué par les représentations spatiales dans l’adoption des TIG. La dimension « cognition spatiale » est ici des plus importantes.

16Ces résultats ont été (ou sont en cours de développement et de formalisation) à travers les actions de valorisation suivantes :

17Des publications :

  • Deux articles publiés, trois soumis et trois autres en cours de finalisation dans des revues scientifiques de rang A (Environment and Planing B, URISA Journal, Canadian Geographer, Revue internationale de géomatique, Espace et sociétés, Computer Environment and Urban Systems, Geomatica, L’espace géographique) ;
  • Deux chapitres d’ouvrage (DATAR et Hermès).

18Trois présentations dans des conférences internationales (AGILE 2003/Lyon, PPGIS-2-2003/Portland, ACFAS-2004/Montréal) et trois autres soumises (PPGIS-3/Wisconsin, Géomatique 2004/Montréal et GISciences3/ Washington).

19L’organisation, en juin 2003, à Angers du Workshop SOS-IG (Sociétés, Organisations et SIG), lequel a regroupé pendant trois jours une quinzaine de chercheurs européens et nord-américains. Les résultats du workshop ont alimenté le contenu d’un ouvrage collectif (coordonné par Stéphane Roche et Claude Caron) consacré aux dimensions sociétales des TIG et inscrit dans le cadre du traité IGAT des éditions Hermès.

20mailto:stephane.roche@scg.ulaval.ca
Centre de Recherche en Géomatique

Université Laval, Pavillon Casault
Québec (Qc), G1K 7P4 Canada

Notes

1 Ingénieur géomètre topographe de l’ESGT, docteur en géographie, professeur au département des sciences géomatiques de l’Université de Laval, (Québec, Canada) et directeur adjoint du Centre de Recherche en Géomatique de cette même université.

Auteur

Responsable scientifique

Équipe impliquée : Claude Caron (Groupe de Géobusiness, Université de Sherbrooke, Canada), Rina Ghose (Geography Department, University of Wisconsin, Milwaukee, USA), Julien Larfouilloux (CARTA CNRS – UMR ESO, Université d’Angers, France), Arnaud Lecourt (RESO CNRS – UMR ESO, Université de Rennes, France), Guillaume Métais (CERIPSA, Université Catholique de l’Ouest, Angers, France), Carine Péribois (CARTA CNRS – UMR ESO, Université d’Angers, France),Stéphane ROCHE (Centre de Recherche en Géomatique, Université Laval, Québec, Canada), Benoît Raveleau (CERIPSA, Université Catholique de l’Ouest, Angers, France), Robin Smith (Department of Town and Regional Planning, University of Sheffield, UK), Jean Soumagne (CARTA CNRS – UMR ESO, Université d’Angers, France).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540