Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Mixité et ségrégation à l’école et dans la ville : le cas de la banlieue Ouest de Paris

Marco Oberti et Agnès Van Zanten

Texte intégral

  • 1 Sociologue, maître de conférences à Sciences Po Paris, chercheur à l’Observatoire Sociologique du (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Sociologue, directrice de recherche au CNRS, directrice du GDR Réseau d’Analyse Pluridisciplinaire (...)

2Note portant sur l’auteur2

3Cette recherche avait pour objectif d’analyser les liens entre la ségrégation urbaine et la ségrégation scolaire dans les grandes métropoles et, plus particulièrement, dans la région parisienne. Pour cela, le choix du terrain s’est porté sur un département, les Hauts-de-Seine, globalement très favorisé, mais néanmoins fort hétérogène, et sur deux communes aux profils contrastés : Nanterre et Rueil-Malmaison. Nous avons également souhaité privilégier le niveau « collège » au sein du système d’enseignement car il apparaît comme le plus pertinent du point de vue de l’étude des phénomènes de ségrégation.

HIÉRARCHISATION DES ESPACES URBAINS ET OFFRE SCOLAIRE

4Une première partie de l’analyse, à dominante statistique, menée à de multiples échelles territoriales (le département, le bassin scolaire, les deux communes, les quartiers, les sous-quartiers), montre que la hiérarchisation des espaces urbains se traduit par des configurations scolaires locales contrastées.

5À l’échelle du département, les différenciations les plus fortes renvoient à la distinction entre, d’une part, les communes les plus bourgeoises, qui sont aussi les mieux dotées en offre scolaire publique et privée, et, d’autre part, les communes les plus populaires, pour l’essentiel situées dans le croissant nord-est du département, avec une offre scolaire publique dévalorisée et une quasi-absence du secteur privé. Toutefois, seules quelques communes possèdent à la fois des établissements publics et privés reconnus qui, associés à un profil socio-résidentiel plutôt favorisé, réussissent à maintenir la quasi-totalité des collégiens appartenant aux couches supérieures dans leur commune. Dans tous les autres cas (communes populaires sans collège privé ou communes plus favorisées avec ou sans collège privé) la capacité à s’extraire du contexte local (et donc pour une part à contourner la carte scolaire) est étroitement associée à l’origine socio-professionnelle de la famille. En revanche, les enfants des familles populaires sont les moins mobiles et fréquentent en grande majorité le collège de leur secteur. On constate cependant que lorsqu’ils résident dans des communes où globalement les classes moyennes et supérieures sont bien représentées, leur propension à sortir de la commune pour la scolarité au collège est supérieure.

6L’étude des situations sociales et scolaires à des échelles infra-communales révèle cependant une plus grande complexité des dynamiques locales.

7Ainsi à Nanterre, les quartiers à plus forte présence de classes moyennes et supérieures se distinguent assez nettement des quartiers plus populaires d’habitat social par un plus grand évitement des collèges du secteur, et par une scolarisation hors commune plus fréquente étant donné l’absence de collèges privés. Tout autre est la situation de Rueil-Malmaison. S’il existe bien des micro-hiérarchies entre les établissements publics et privés, la scolarisation hors commune reste très modérée et ne varie que très peu selon la catégorie sociale des parents. L’analyse infra-communale permet néanmoins de faire ressortir la spécificité du quartier d’habitat social de la Fouilleuse et de ses établissements scolaires qui sont massivement évités par les enfants des ménages des secteurs favorisés.

STRATÉGIES PARENTALES, LOGIQUES DES ÉTABLISSEMENTS ET POLITIQUES SCOLAIRES

8Une deuxième partie de l’analyse, à dominante qualitative, a permis de mettre en évidence l’interrelation entre les stratégies parentales, les logiques d’action des établissements et les politiques scolaires.

9Les entretiens réalisés avec 106 familles appartenant pour la plupart aux classes moyennes et supérieures dans les deux communes ont permis de mettre en évidence trois dimensions qui orientent les choix des parents (le maintien ou l’amélioration du niveau scolaire de l’enfant, sa sécurité et son épanouissement, et son intégration dans l’espace local et national) et leurs interrelations.

10En effet, contrairement au discours de sens commun sur le « consumérisme parental », on observe des profils contrastés suivant l’importance accordée à chacun de ses facteurs, qui varie en fonction du cadre urbain et scolaire mais aussi du niveau d’enseignement. Ces orientations axiologiques influent à leur tour sur le type de stratégie adoptée, mais celle-ci est également conditionnée par les ressources financières, culturelles et sociales des parents, ainsi que par l’offre résidentielle et scolaire locale.

11Nous avons ainsi distingué quatre grands types de stratégies (le choix du secteur privé, le choix à l’intérieur du secteur public, le déménagement lié à la qualité attribuée aux établissements scolaires publics ou privés et la « colonisation » des établissements publics du secteur) qui sont inégalement utilisés par les parents des différents groupes sociaux à Nanterre et à Rueil- Malmaison.

12Notre enquête met aussi en évidence l’interdépendance entre les attentes des parents en matière d’encadrement du travail scolaire, de protection et de prise en compte de la personnalité de leur enfant et de l’acquisition de certaines valeurs liées à leur position sociale, et les logiques de promotion, de sélection et de fonctionnement interne des établissements privés.

13Elle montre également la relation entre la possibilité qu’ont les parents de faire défection vers d’autres établissements, publics ou privés, et leurs tentatives pour maîtriser le fonctionnement interne dès lors qu’ils restent – volontairement ou de façon contrainte – dans les établissements publics de leur secteur d’une part, et le développement d’options et de classes spécifiques qui regroupent le plus souvent les élèves de meilleur niveau académique et social dans ces mêmes établissements d’autre part.

14En effet, l’offre d’options comme les « classes européennes » ou les « classes musicales », qui ont connu un développement important ces dix dernières années dans les deux communes étudiées, mais aussi dans l’ensemble de la région parisienne, jouent davantage un rôle de signal, de tri interne et de classement que de diversification et d’enrichissement des contenus de formation.

15Enfin, une dernière partie de l’analyse concerne les effets des politiques urbaines et scolaires.

16Sur le plan communal, elle met en évidence l’existence de deux modèles très contrastés. À Nanterre, la politique urbaine et scolaire a longtemps été orientée par une logique « sociale » visant à améliorer la situation des couches populaires au niveau résidentiel et scolaire qui rencontre aujourd’hui de sérieuses limites en raison de multiples effets négatifs engendrés par la ségrégation à l’échelle des quartiers et des établissements. À Rueil-Malmaison, c’est en revanche une logique beaucoup plus « libérale » qui prédomine orientée vers l’attraction des cadres supérieurs par l’offre de logements et d’un certain type de cadre de vie, mais aussi par la mise en valeur des équipements scolaires.

17À l’échelle du département, on observe par ailleurs une interdépendance beaucoup plus forte qu’ailleurs entre l’intervention de l’Inspection Académique et celle d’un Conseil Général particulièrement dynamique en matière d’éducation qui favorise le développement et l’enrichissement de l’offre de formation, mais aussi le maintien, voire l’accroissement des hiérarchies, entre les établissements et entre les communes.

VALORISATION

Publications

18Oberti M., (1999), « Ségrégation dans l’école et dans la ville », Mouvements, Éditions La Découverte, n° 5, septembre-octobre 1999.

19Oberti M., (2002), « Choisir son quartier, choisir son école », dans Penven A., Bonny Y., Roncin C. (dir.), Au cœur de la cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 97-117.

20Oberti M., (2004), Table ronde avec Donzelot J. et al, « La mixité urbaine est-elle une politique ? », Esprit, mars-avril 2004.

21Van Zanten A., (2002), « Les classes moyennes et la mixité scolaire », Les Annales de la recherche urbaine, n° 93, pp. 131-140.

22Van Zanten A., (2003a), « La mobilisation stratégique et politique des savoirs sur le social : le cas des parents d’élèves des classes moyennes », Éducation et sociétés, n° 9, pp. 39-52.

23Van Zanten A., (2003b), « Middle-class Parents and Social Mix in French Urban Schools : reproduction and transformation of class relations in education », International Studies in Sociology of Education, vol. 13, n° 2, pp. 107- 123.

24Van Zanten A., (2003c), « La mixité scolaire à l’épreuve des attentes et des stratégies des parents des classes moyennes urbaines », Administration et Éducation, n° 3, pp. 37-61.

25Van Zanten A., (2004), « Education restructuring in France : Middle-class parents and educational policy in metropolitan contexts », dans Linblad S., Popkewitz T., Educational restructurinf : (Re)Thinking the Problematics of Reform, New York, New Age.

Communications

26Oberti M., (2001), « Ségrégation, mobilité et accès inégal à la ville et à l’école », Colloque Estra Mobilité et exclusion dans l’espace européen, organisé avec le soutien de la Commission Européenne, Bruxelles, 25-26 janvier 2001.

27Oberti M., (2002), « Urban and educational segregation in Paris area : Choosing the district, choosing the school », Research Committee on Regional and Urban Development de l’AIS (Session 10 : « Land use, segregation and urban policy »), Brisbane (Australie), juillet 2002.

28Oberti M., (2003), « Ségrégation et enjeux éducatifs », Rencontres annuelles des Agences d’Urbanisme, Paris, La Défense, 6-7 novembre 2003.

29Oberti M., avec Edmond Préteceille, (2004), « Les classes moyennes dans la ville : logiques sociales et logiques spatiales », RTF 9, Congrès de l’Association Française de Sociologie, Villetaneuse, 25-27 février 2004.

30Van Zanten A., Veleda C., (2001), « L’équité dans les logiques parentales : discours et pratiques autour du choix de l’établissement », Séminaire Équité du système éducatif, Dijon, Réseau d’analyse pluridisciplinaire des politiques éducatives, juin 2001.

31Van Zanten A., (2003), « Le repositionnement scolaire des familles des classes moyennes », Université d’Évry, Centre Pierre Naville, juin 2003.

32mailto:marco.oberti@sciences-po.fr
mailto:agnes.vanzanten@sciences-po.fr
Observatoire Sociologique du Changement (ESA 7049)

CNRS – Institut d’Études Politiques de Paris
11, rue de Grenelle
75007 Paris
Tél. : 01 45 49 54 50

Notes

1 Sociologue, maître de conférences à Sciences Po Paris, chercheur à l’Observatoire Sociologique du Changement (CNRS-FNSP).

2 Sociologue, directrice de recherche au CNRS, directrice du GDR Réseau d’Analyse Pluridisciplinaire des Politiques Éducatives, Observatoire Sociologique du Changement (CNRS/Institut d’Études Politiques de Paris).

Auteurs

Responsables scientifiques

Responsables scientifiques

Avec la collaboration de Catherine Barthon.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540