Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Approche anthropologique des effets de la participation de villes à des réseaux et des programmes européens : articulation des échelles, participation des citoyens et sentiments d’appartenance

Catherine Neveu

Texte intégral

  • 1 Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre du Laboratoire d’Anthropologie des Institution (...)

1Note portant sur l’auteur1

2Les réflexions sur les formes et les conséquences de la citoyenneté européenne en restent le plus souvent au niveau théorique ou normatif ; l’ambition de cette recherche était de partir à l’inverse du postulat qu’existaient déjà des espaces où celle-ci était mise en œuvre, et qu’il était possible de comprendre comment l’émergence de ce nouveau niveau de pratiques venait s’insérer dans, et le cas échéant modifier, les « niveaux de citoyenneté » déjà existants.

3Diverses difficultés, ajoutées aux problèmes de définition tant de l’objet « citoyenneté européenne » lui-même que de méthodologies adaptées à sa saisie, n’ont pas permis d’explorer avec suffisamment de précision un certain nombre des hypothèses formulées en amont. Mais l’observation, entre 1999 et 2002, de réseaux européens (Groupe de Travail sur la Régénération Urbaine ; Habitants Citoyens d’Europe en Réseau ; Conférences sur la participation des citoyens en Europe), croisée à une analyse de représentations et des pratiques institutionnelles (rapports d’évaluation de programmes d’échanges européens notamment) a néanmoins permis de mettre en lumière un certain nombre de processus pertinents au regard des objectifs de départ.

PARTICIPATION AUX RÉSEAUX ET SENTIMENT EUROPÉEN

4L’observation des réseaux permet de confirmer leur rôle dans l’émergence d’un « sentiment européen ». Mais ce constat doit être modéré par le fait qu’à de rares exceptions près, l’ensemble des personnes incluses dans ces réseaux semblent avoir été dotées d’un tel « sentiment » avant même d’y participer. Mais la capacité de ces espaces à être les supports d’une telle « ouverture internationale » pour de « simples citoyens » paraît plus difficile à évaluer, tant ces instances tendent à regrouper soit des militants déjà largement engagés à différentes échelles, soit des techniciens salariés de diverses institutions. Une fois de plus, à l’exception de rencontres comme celle du FSE, la question de la « participation des habitants » serait donc débattue en l’absence de ces derniers ; mais sans doute n’est-ce pas là un trait particulièrement « européen ».

5Si la rémanence des « cultures nationales », même sous la forme spécifique du recours à des stéréotypes, laisse mal augurer de l’émergence d’un tel « sentiment européen », il faut cependant noter la possibilité très réelle qu’offre la participation à ces réseaux de se défaire d’un certain nombre de certitudes quant à la valeur intrinsèque de son propre « modèle national », et le développement de capacités à entendre et s’approprier d’autres manières de faire. Le sentiment assez largement partagé qu’il faut parvenir à une forme d’imprégnation culturelle, permettant de saisir « l’état d’esprit » dans lequel telle ou telle pratique s’inscrit, paraît une constante de ces réseaux. Mais la question des transferts des connaissances acquises à l’échelle européenne vers d’autres échelles paraît plus problématique. Cette dimension n’a pu être explorée suffisamment dans la recherche menée, mais quelques matériaux épars permettent de penser que rares sont les éléments issus de cette expérience européenne qui parviennent à percoler jusqu’à l’échelle locale.

TERRAINS D’OBSERVATION

6Fondé au départ sur l’idée d’observer le fonctionnement de réseaux, en optant pour l’observation de réseaux rassemblant des « citoyens ordinaires », se situant hors du champ des réseaux institutionnels européens, ou de celui, déjà balisé des réseaux des élites ou de lobbying, y compris sur des questions sociales [Weisbein, 2001], ce type de « terrain » paraît difficile à constituer. Les difficultés rencontrées pour le définir reflètent également la diversité avec laquelle la citoyenneté elle-même, en tant que notion, peut être définie : statut, sentiment de partager un espace commun, activité politique… [Neveu, 2003] ; elle serait alors observable soit dans les pratiques électorales, des réseaux de villes, ou des événements comme le FSE.

7En revanche, le parcours réalisé, du GTRU à Hacer en passant par la Conférence sur la participation des citoyens de Bruxelles en 2001, permet de reconstituer une évolution intéressante des débats sur la citoyenneté, non pas tant « européenne », que « en Europe ». En effet, la question du développement de nouvelles formes politiques, plus participatives, comme enjeu central de l’avenir de l’Europe elle-même semble, au fil des années, s’être imposée avec force. Dans le bref laps de temps considéré, une réelle ouverture s’est faite, qui permettait de constituer autrement les débats quant aux relations entre citoyenneté et identité européennes. En lieu et place des interrogations abstraites des théoriciens, ou des considérations normatives, on a pu alors observer l’émergence de représentations qui se formulaient mieux en termes de « citoyenneté à dimension européenne », ou de « citoyenneté en Europe ». La conférence organisée par la présidence belge de l’Union exprimait clairement le souci de développer la « démocratie participative » comme remède non seulement au fameux « déficit démocratique » dont souffriraient les institutions européennes, mais aussi à la crise généralisée de la démocratie représentative classique dans l’ensemble des sociétés européennes. « Gouverner autrement » était alors présenté comme une nécessité absolue pour l’Europe, mais aussi pour chacune de ses sociétés constitutives. Du même coup, les enjeux d’identité occupent nettement moins de place. Il est remarquable d’observer que cette question a aussi constitué un axe important du travail du GTRU, alors qu’a priori, ses caractéristiques propres n’en faisaient pas un espace privilégié de discussions pour ce type d’enjeu.

ARTICULATION DES ENJEUX DE CITOYENNETÉ

8La question que soulève donc, malgré ses multiples imperfections, cette recherche, est donc celle, centrale, des « échelles de la démocratie » et de la citoyenneté. Les enjeux, politiques, culturels et sociaux de ces notions, se déclinent-ils différemment selon l’échelle à laquelle ils sont considérés ? Y a-t-il des particularités de la citoyenneté, selon qu’elle soit « locale », « nationale » ou « européenne » ? Ou les questions soulevées sont-elles de nature identique (modifications des rapports entre démocraties représentative et participative ; constitution de véritables espaces publics de co-détermination des choix de société versus constitution d’espaces de gestion partagée des contraintes) ? Ne faut-il pas mieux repenser alors les enjeux de citoyenneté comme relevant de l’articulation, parfois contradictoire, de multiples appartenances, plutôt que comme univoque et donc différente selon les échelles ?

VALORISATION

9Neveu C., (2000), « European Citizenship, Citizens of Europe and European Citizens », dans Bellier I., Wilson T.M. (Ed.), An Anthropology of the European Union : Building, Imagining and Experiencing the New Europe, Oxford, Berg Publications, pp. 119-136.

10Neveu C., (2001), « European citizenship, between politics and identity », communication au 100ème Congrès Annuel de l’American Anthropological Association, Washington, 28 novembre-2 décembre.

11Neveu C., (2002), « “Devenir Européen”, entre individuation et emprise des cadres nationaux », Anthropologie et Sociétés (Québec), vol. 26, n° 1 « Politiques jeux d’espaces », pp. 127-138.

12Neveu C., (2002), « Ricerche sul campo, reti e anonimato. Essere “partner antropologico” nelle relatiozioni sul terreno » dans Abélès M., Pandolfi M. (dir.), Lieux et enjeux du politique : l’anthropologie face à la globalisation, Rome, Meltemi Editore.

13Neveu C., (2002), « Partenaires et “informateurs”. Accès au terrain et anonymat dans le travail anthropologique », dans Charlier J.-E., Moens F. (dir.), Observer, décrire, interpréter ?, Paris, L’Harmattan, collection « Logiques Sociales ».

14Neveu C., (2002), « Un regard anthropologique », Urbanisme, Hors-Série n° 16 « Régénération urbaine en Europe ».

15Neveu C., (2003), « Les enjeux d’une approche anthropologique de la citoyenneté » (titre français), Sociologitcheski Problemi, numéro spécial « Villes, frontières, citoyenneté », n° 2.

16Neveu C., (2005), Article « Espace public européen », dans Déloye Y. (dir.), Dictionnaire des élections européennes.

17mailto:catneveu@wanadoo.fr
LAIOS UPR 9037-CNRS

Maison des Sciences de l’Homme
54, boulevard Raspail
75270 Paris Cedex 06

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Abélès M., (1997), « De l’Europe politique en particulier et de l’anthropologie en général », dans Lequesne C., Smith A. (dir.), Cultures et Conflits, n° 28 « Interpréter l’Europe ».

Balibar É., (2001), « L’Europe des citoyens », dans Balibar É., Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris, La Découverte.

Howe P., (1995), « A Community of Europeans. The requisite underpinnings », Journal of Common Market Studies, vol. 33, n° 1, pp. 27-46.

Kofman E., (1995), « Citizenship for some but not for others : spaces of citizenship in contemporary Europe », Political Geography, vol. 14, n° 2, pp. 121-137.

Meehan E., (1996), « European integration and citizens’ rights : a comparative perspective », Publius, vol. 26, n° 4, pp. 99-121.

Schnapper D., (1997), « The European debate on citizenship », Daedalus, vol. 126, n° 3, pp. 199-222.

Shore C., Black A., (1994), « Citizens’ Europe and the construction of European Identity », dans Goddard V. A., Llobera J. R., Shore C. (Ed.), The Anthropology of Europe, Identities and Boundaries in Conflict, Oxford, Berg.

Tassin É., (1994), « Identités nationales et citoyenneté politique », Esprit, janvier, pp. 97-111.

Weisbein J., (2001), Associations en Europe. Genèse de la « société civile européenne » ?, thèse de Science Politique (sous la direction de P. Perrineau), IEP de Paris.

Notes

1 Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre du Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et Organisations Sociales (LAIOS CNRS-EHESS).

Auteur

Responsable scientifique

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540