Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Procédures de renouvellement urbain et participation citoyenne. Études de Marseille et Sheffield1

Sandrine Mercier

Texte intégral

  • 1 Thèse de doctorat sous la direction de Daniel Pinson, soutenance prévue pour l’automne 2005.
  • 2 Doctorante (4ème année) en urbanisme à Aix-en-Provence, IAR, Centre Interdisciplinaire sur les Ter (...)

1Note portant sur l’auteur2

HABITANTS DES GRANDS ENSEMBLES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

2Au milieu du xxe siècle, l’expert a mis au service de l’habitant son savoir, matérialisé ensuite grâce aux grandes industries. Cela a donné les grands ensembles, destinés, pour une grande part, à fournir des logements sociaux. Ces anciens symboles de modernité sont aujourd’hui un habitat remis en question pour avoir entraîné son cortège de problèmes.

3L’exigence de développement durable fait du logement une des conditions de l’épanouissement des Hommes contemporains ou à venir. Elle intègre une pratique de renouvellement, destinée à transformer radicalement l’urbain s’il le faut, prioritairement là où se présentent les pires difficultés.

4Les habitants sont invités, dans ce cadre, à participer aux réflexions menées en tant que premiers intéressés et utilisateurs avertis. Intégrer les habitants des grands ensembles à la prise de décision semble d’autant plus tentant qu’ils sont souvent locataires, précarisés et relégués. La participation deviendrait un moyen de les réintroduire dans un jeu normalisé d’acteurs, dont ils semblent exclus depuis environ trois décennies. Nous en venons à la question de départ de notre travail de recherche : quelle est la place de l’habitant dans le renouvellement urbain appliqué aux grands ensembles ? Nous nous sommes attachés à la question de la démolition qui modifie fondamentalement le paysage mais également le rapport des hommes à leur lieu d’existence.

5Les grands ensembles sont des laboratoires privilégiés pour expérimenter le renouvellement urbain qui se présente comme une ambition partagée par de nombreux pays et visant le long terme. Cela nous amène à nous poser une première série de questions. Qu’appelle-t-on renouvellement urbain ? Y a-t-il un mode idéal de requalification de ces éléments particuliers du tissu urbain ? Dans les grands ensembles, est-il aisé de cumuler les deux exigences urbanistique et humaine ? À cette dernière question, la concertation devrait apporter un début de réponse, mais elle n’y parvient pas toujours. Ne serait-ce que parce que l’avis des habitants est suivi seulement dans la mesure où les contraintes le permettent. Pour reprendre une notion crozérienne, la structuration des champs de l’action conditionne la place des habitants dans la production de leur habitat et selon leur comportement plus ou moins actif, leur marge de manœuvre sera très variable. Quelle est alors leur place dans le renouvellement urbain ? Qu’est-ce qui peut la restreindre ou bien l’accroître ?

TERRAINS D’ÉTUDE

6Les deux grands ensembles choisis sont pour l’un situé à Marseille et pour l’autre, à Sheffield. Ils nous permettront d’effectuer une présentation en miroir. Puis des rapprochements seront faits, en s’appuyant sur les clivages qui traversent notamment les différents échelons de décision locale.

7En Angleterre, certains de ces produits urbains sont classés en raison de la plus grande rareté de cette forme d’habitat, ce qui est majoritairement considéré en France comme une aberration urbanistique potentiellement destructible peut donc devenir une œuvre architecturale protégée ; cependant, dans l’Hexagone, des voix s’élèvent pour la protection des grands ensembles, alors qu’Outre-Manche, on entend des critiques virulentes et des exemples de démolition, en particulier quand il s’agit de tours.

  • 3 Ces derniers étant traversés, par ailleurs, des mêmes clivages qui recoupent les autres échelons d (...)

8Quant à la concertation, nous constatons des freins à cette pratique sur les deux territoires ; pourtant, l’Angleterre semblait disposer d’une certaine avance dans ce domaine, alors que la France en serait à ses débuts, excepté quelques cas tels que l’Alma Gare ou Bobigny. Notre choix permettra de questionner différemment les pratiques de renouvellement et de concertation menées dans ces secteurs3. Quel est leur intérêt respectif ? Quelles sont leurs limites intrinsèques ou extrinsèques ? Quelle est la place laissée aux gens dans les choix effectués ? Nous ne nous poserons pas seulement la question de la démolition des grands ensembles, mais celle de leur conservation, pas seulement la question de la mise en place, plus ou moins difficile, de la parole habitante, mais aussi celle de sa remise en cause là où elle semblait prégnante. Pour quelles raisons la concertation rencontre-t-elle ces difficultés, malgré l’enjeu fondamental que constitue la transformation de ces ensembles pour les habitants ? La réponse nous permettra de trouver, a contrario, des éléments de solution.

MARSEILLE

9À Marseille, la cité étudiée entrait dans une année marquant la possibilité de discussion avec les habitants avant le démarrage des chantiers. La concertation commence par la présentation de plans et de dessins d’un projet déjà élaboré sur papier et sur le point d’être accepté par les partenaires financeurs.

10Il y a plusieurs raisons à cela :

  • Lorsque l’appel à projet a été lancé, la concertation n’était pas encore une obligation légale. Auparavant, jamais les locataires ne sont allés jusqu’à co-produire un projet
  • Le projet est enserré dans des contraintes administratives et financières rigides. Il n’est validé et donc financé par les collectivités locales et l’Europe, que s’il est « ficelé » (GPV) et parfois des dates limites de dépôt de dossiers sont imposées (FEDER).
  • La restructuration doit répondre à l’idée que les collectivités se font du renouvellement. Si, par exemple, 200 000 logements doivent être démolis4, dont la grande majorité se trouve dans le parc social, une orientation est donnée pour les gestionnaires de ce secteur en difficulté.

11L’organisme, considérant ce projet comme une dernière chance, tient surtout à informer les habitants et à les convaincre. Même pour cela, le manque d’interlocuteurs volontaires a poussé les gestionnaires à encourager les locataires à se monter en association. Dans ce jeu d’acteurs, la démolition constitue un thème à part. Elle est la seule option qui n’est pas vraiment discutable aux yeux des concepteurs du projet et constitue pourtant le vrai motif d’inquiétude pour les habitants concernés : auront-ils une place dans la nouvelle cité ? Si oui, laquelle ? Les ateliers de relogement sont, sûrement pour cette raison, vus par une représentante de la maîtrise d’œuvre comme le principal outil de concertation.

SHEFFIELD

  • 5 Les habitants de Park Hill ont ouvert plusieurs forums Internet.

12Le deuxième cas d’étude se situe à Sheffield. L’Angleterre connaît aussi le renouvellement urbain sous le nom de regeneration et pratique la démolition. Pourtant, l’ensemble étudié risque d’y échapper car il a été classé en 1998. Il est vrai que, si certains habitants sont fiers d’habiter un chef d’œuvre architectural reconnu, d’autres s’inquiètent de l’impossibilité d’action sur une œuvre classée. L’ensemble doit, en effet, être réhabilité mais la réfection sera fidèle à l’œuvre. La communication s’envenime quand il devient question pour la ville de vendre des logements à de nouvelles franges de population plus aisées. La peur d’être chassés vient s’ajouter, pour certains, à la stupéfaction d’avoir appris la nouvelle par les journaux locaux : communication mal passée ou manque de transparence ? Malgré un mouvement habitant actif et organisé5, la plupart sont frustrés et s’estiment tenus en dehors des décisions. Un dialogue s’est engagé mais, pour beaucoup, les décisions importantes semblent déjà prises.

13Derrière cette situation difficile mais localisée, se profile la déliquescence de la pratique de consultation en Angleterre. Au-delà de la protection administrative de classement qui constitue en soi une limite, quelles autres raisons peut-il y avoir à ce déclin ?

MÉTHODOLOGIE

14Sur le plan méthodologique, nous approchons des opérations de renouvellement en devenir et une concertation dont on a posé les bases de fonctionnement, mais qui se met à peine en place. L’objectif est de voir ce qui peut d’emblée la favoriser ou bien l’empêcher dans sa forme la plus aboutie.

15Nous avons débuté notre recherche sur le territoire français. Des entretiens réguliers ont été menés pendant plusieurs mois avec un représentant de l’organisme gestionnaire ayant en charge le suivi du projet de l’organisation de la concertation. D’autres entretiens ont été dirigés auprès de représentants d’équipes de maîtrise d’œuvre en charge de la cité à différents moments. Des observations ont permis de voir comment étaient conduites les différentes présentations du projet et de la future cité et de mesurer le degré d’implication des habitants, lors d’expositions, de réunions ou d’événements plus informels.

16En Angleterre, la même méthode a été retenue. L’analyse de documents écrits, récoltés auprès des organismes gestionnaires, des associations, de services municipaux, etc., tient une place prépondérante, à côté de la lecture des textes de lois et des différents rapports que les grands ensembles, les initiatives prises à leur endroit et la participation citoyenne ont suscités.

VALORISATION

17Communications

18Mercier Sandrine, (2003), « Passer de la sociologie à l’urbanisme », séminaire autour de l’urbanisme et de la pluridisciplinarité, Aix-en-Provence, 7 mai 2003.

19Mercier Sandrine, (2003), « Requalification du logement social et concertation : étude d’un grand ensemble français », accueil d’une délégation écossaise, CRPV, Marseille, 24-27 novembre 2003.

20mailto:sandrine.mercier8@free.fr
Centre Interdisciplinaire de Recherche

sur les Territoires et leur Aménagement – CIRTA
Université de Droit, d’Économie et des Sciences d’Aix-Marseille III
Institut d’Aménagement Régional
2, rue Henri Poncet
13628 Aix-en-Provence Cedex 1

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bataille Philippe, Pinson Daniel, (1990), Rezé, évolution et réhabilitation, Maison Radieuse, Plan Construction et Architecture, Programme « Conception et usage de l’habitat », 139 p.

Callon Michel, Lascoumes Pierre, Barthe Yannick, (2001), Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil, 358 p.

Choay Françoise, (2001), L’urbanisme, utopies et réalités, une anthologie, Paris, Éditions du Seuil, (1965, première édition), 446 p.

Crozier Michel, Friedberg Erhard, (1977), L’acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil, 437 p.

Donzelot Jacques, Estèbe Philippe, (1994), L’État animateur. Essai sur la politique de la ville, Paris, Éditions Esprit, 229 p.

Goffman Erving, (1975), Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit.

Le Corbusier, (1994), Urbanisme, Paris, Champs Flammarion, 284 p.

Mollet Albert (dir.), (1981), Quand les habitants prennent la parole, Paris, Plan Construction, 273 p.

Peillon Pierre, (2002), Utopie et désordre urbains, essai sur les grands ensembles d’habitation, Gémenos, Éditions de l’Aube, 282 p.

Rosanvallon Pierre, (2002), Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Saint-Amand, Folio Histoire, 491 p.

Touraine Alain, (1984), Le retour de l’acteur, Paris, Livre de Poche Essais, 255 p.

Villechaise-Dupont Agnès, (2000), Amère banlieue, les gens des grands ensembles, Paris, Grasset/Le Monde, 329 p.

Notes

1 Thèse de doctorat sous la direction de Daniel Pinson, soutenance prévue pour l’automne 2005.

2 Doctorante (4ème année) en urbanisme à Aix-en-Provence, IAR, Centre Interdisciplinaire sur les Territoires et leur Aménagement (CIRTA).

3 Ces derniers étant traversés, par ailleurs, des mêmes clivages qui recoupent les autres échelons de décision et d’action.

4 En particulier dans les zones ciblées par la Politique de la Ville. Il est parfois difficile, entre vacance et difficultés de gestion, de résister à l’appel.

5 Les habitants de Park Hill ont ouvert plusieurs forums Internet.

Auteur

Allocataire de recherche

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540