Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Insécurité, habitat et risque de sécession sociale dans les villes européennes et nord-américaines

François Madoré

Texte intégral

  • 1 Professeur de géographie, directeur de l’Institut de Géographie de l’Université de Nantes (IGARUN) (...)

1Note portant sur l’auteur1

OBJET ET PROBLÉMATIQUE

2La réflexion a été inscrite dans trois principales dimensions. La première a porté sur l’auto-enfermement résidentiel et les registres qui sous-tendent ce phénomène, à savoir : une forme de régulation privative de l’insécurité ; un sentiment d’appartenance à un lieu et à un groupe, une vision partagée de la vie ensemble, des limites claires à une intimité choisie, limites permettant de préserver l’entre-soi ; enfin, un mode de gouvernance privée, répondant à une tentation de faire sécession.

3En second lieu, les modalités de la sécurisation de l’habitat ont été observées, car l’auto-enfermement ne constitue qu’une des formes de la sécurisation résidentielle. Certains aménagements (entrée monumentale, agencement de rue, réseau d’éclairage...), certains programmes (neighborhood watch, drug free zone, action anti-graffiti…) ou déploiements technologiques et humains participent aussi, de manière directe ou non, à la protection du bâti résidentiel.

4Enfin, une troisième interrogation a été centrée sur le contrôle de l’espace urbain. Les programmes de surveillance de l’espace public (protection immatérielle) renvoient en effet à une appropriation sociale des lieux en créant un espace de filtrage. Cela relève par ailleurs d’une des modalités de la privatisation d’une fonction de gouvernement, la police.

MÉTHODOLOGIE ET TERRAINS D’ÉTUDE

5Le primat a été accordé à une approche comparative entre la situation française et nord-américaine.

6En France, deux voies de recherche ont été explorées. D’une part, la diffusion des marqueurs de la fermeture/sécurisation des immeubles d’habitat collectif a été analysée, grâce à l’exploitation de la nouvelle question posée par l’INSEE lors du recensement de 1999, celle relative au nombre d’immeubles équipés d’un gardien et d’un interphone/ digicode.

7D’autre part, l’examen a porté sur l’observation des représentations de la fermeture dans la promotion des programmes immobiliers neufs. Un recensement des programmes ayant un affichage clair de l’existence d’une clôture avec contrôle des accès a d’abord été entrepris, en explorant les sites Internet des promoteurs constructeurs en France. Puis des entretiens ont été conduits auprès du directeur technique ou du responsable des programmes de dix groupes de promotion immobilière.

8Les travaux conduits en Amérique du Nord se sont appuyés sur des recherches empiriques réalisées dans divers contextes géographiques. Aux États- Unis, la méthodologie mise en œuvre a reposé sur un recensement empirique des formes et des modalités de l’auto-enfermement résidentiel, ainsi que sur les figures prises par la sécurisation de l’habitat. Ce travail a été accompagné de visites de quelques résidences fermées, de relevés des annonces immobilières, puis de la réalisation d’entretiens auprès d’acteurs immobiliers et de professionnels de l’aménagement œuvrant au sein de municipalités ou de comtés.

9Dans le sud-est, les travaux ont porté sur quatre terrains : un espace non métropolitain, avec le comté de Beaufort (Caroline du Sud) et trois espaces métropolitains situés en Géorgie (Atlanta) et en Floride (comté de Broward dans la partie septentrionale de l’aire métropolitaine de Miami – Fort Lauderdale ; partie centrale de l’agglomération d’Orlando dans le comté d’Orange). Dans le sud-ouest, les travaux ont porté principalement sur San Diego (Californie) et Phoenix (Arizona), puis secondairement sur Los Angeles (Californie) et Tucson (Arizona). Enfin, à Vancouver (Canada), l’approche a été fondée sur l’articulation entre sécurisation de l’espace et valorisation d’une image de ville « propre », dans un contexte de gentrification et de densification du centre-ville. Cette recherche s’est inscrite en continuité d’un travail mené depuis plusieurs années, par une méthodologie qui se rapproche de l’ethnographie, grâce à une entrée par le tissu des associations communautaires de la ville. Ce travail de terrain a permis d’assister à des réunions avec la ville de Vancouver et la police.

QUELQUES RÉSULTATS

10Depuis la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, le développement d’enclaves résidentielles fermées semble envahir le discours scientifique et médiatique. Ces enclaves se déploient selon une logique ubiquiste aussi bien à l’échelle de la France que des États-Unis, même si l’intensité du phénomène, au sein de ces deux pays, est très variable d’une zone géographique à l’autre.

11Par ailleurs, des deux côtés de l’Atlantique, certaines similitudes peuvent être relevées, tenant en particulier au rôle de l’offre immobilière dans la structuration de ce segment du marché, au spectre social relativement large auquel s’adresse ce type d’habitat et à la place déterminante du double processus corrélatif de sécurisation et de socialisation parmi les logiques à l’œuvre.

12Toutefois, la similitude entre les deux situations est peut-être plus apparente que réelle, en termes à la fois d’amplitude du phénomène, de développement d’une sociabilité forte de voisinage et de significations sociopolitiques. D’une part, les ensembles résidentiels clos commercialisés par les promoteurs en France, pour les deux tiers en habitat collectif exclusivement, sont de taille fort modeste comparés aux gated communities développées aux États-Unis, pour l’essentiel dans le pavillonnaire. D’autre part, pour que des formes micro-localisées de socialisation puissent véritablement prendre leur essor à l’échelle de la communauté résidentielle, elles nécessitent la présence de catalyseurs susceptibles de générer du lien social. Or, si la généralisation, ou peu s’en faut, des aménités collectives dans les gated communities des États-Unis peut remplir ce rôle de catalyseurs, leur présence beaucoup plus limitée en France, du fait en particulier de la modestie des opérations réalisées, limite la formation de liens sociaux à l’échelle de l’ensemble résidentiel. Enfin, dans l’hexagone, les associations résidentielles (y compris les syndicats de copropriétaires) n’ont aucunement le poids, le rôle et les pouvoirs de leurs homologues étatsuniennes auxquelles la loi, et les modes de gouvernance locale, délèguent des parts importantes des régulations collectives.

13Le discours scientifique et médiatique s’est également approprié la seconde composante qui redéfinit la question de la sécurisation en milieu urbain, à savoir la montée en puissance d’un contrôle ou d’une surveillance de l’espace urbain sans fermeture ou cloisonnement. Cette logique n’est pas nouvelle, mais la nouveauté tient au renouvellement des formes de contrôle mises en œuvre, avec à la fois le développement d’une technologie sécuritaire et l’activation d’autres modes de surveillance des espaces, sans recours à l’arsenal technologique ou à l’imposition d’un contrôle des accès.

14Ces modes sont de trois types. Le premier relève de l’aménagement urbain et présente plusieurs déclinaisons, depuis l’urbanisme sécurisant également dénommé urbanisme de prévention situationnelle jusqu’à la résidentialisation. Le second est articulé autour d’une réactivation d’une solidarité de proximité, afin de replacer les relations sociales de proximité au cœur du dispositif de sécurisation résidentielle. Enfin, le troisième tient à une transformation du rôle et des missions assignés à la police, sous l’effet conjoint de l’essor de la police de proximité et/ou communautaire, du marché de la sécurité privée de la protection des biens et des polices municipales. Cependant, cette protection immatérielle du territoire n’est pas neutre en termes de fonctionnement social, car elle génère des modalités d’appropriation ou de non appropriation territoriale variable selon les groupes d’individus.

VALORISATION

15Billard G., (2003), « Les municipalités américaines face à la délinquance », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 95.

16Billard G., Chevalier J., Madoré F., (2005), Ville fermée, ville surveillée. La sécurisation des espaces résidentiels en France et en Amérique du Nord, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

17BillarD G., Raoulx B., (2002), « Foundations, Production and Consequences of Community policing in North America », International Conference on Private Urban Governance, Mayence, http://www.gated-communities.de.

18Chevalier J., Carballo C., (2004), « Enfermement résidentiel et construction de l’entre-soi : entre Nord et Sud des Amériques », L’Espace géographique, n° 2.

19ChevalieR J., Madoré F., (2002), « The Words of Residential Closing in France and the United States », International Conference on Private Urban Governance, Mayence, http://www.gated-communities.de.

20Chevalier J., (2002), « Entre dystopie et utopie : pourquoi et comment construire des communautés résidentielles, aujourd’hui, aux États-Unis », Travaux et documents de ESO, n° 17.

21Chevalier J., (2003), « L’“urbanisation” dispersée polycentrique » hors des aires métropolitaines aux États-Unis : le comté de Beaufort, Caroline du Sud », Cahiers Nantais, n° 57.

22Madoré F. (avec Glasze G.), (2003), « L’essor des ensembles résidentiels clos en France : un phénomène en expansion et aux ressorts multiples », Geographica Helvetica, n° 4.

23Madoré F., (2002), Géographie socio-résidentielle des villes françaises : division sociale, politiques d’habitat et auto-enfermement résidentiel, Habilitation à diriger des recherches, Université du Maine.

24Madoré F., (2003), « Les ensembles résidentiels fermés en France : réponse des habitants à la montée des risque ? », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 95.

25Madoré F., (2003), « Logiques géographiques et sociales de l’enclosure des espaces résidentiels en France », Belgeo, n° 1.

26Madoré F., (2004), « Fragmentation urbaine et développement de l’auto-enfermement résidentiel dans le monde », L’Information géographique, n° 2.

27Madoré F., (2004), « Géographie et modalités de la fermeture des espaces résidentiels en France », L’Information géographique, n° 2.

28Madoré F., (2004), « Le développement des complexes résidentiels clos en France », Urbanisme, n° 337.

29Raoulx B., (2001), « Entre deux portes », film co-produit par Ateliers Varan/ SFRS/MRSH Caen et diffusé par le Service du Film de Recherche Scientifique, mailto:info@sfrs.fr.

30Raoulx B., (2002), « De l’alcoolisme à la polytoxicomanie : santé publique, espace urbain, ordre public à Vancouver », dans Fleuret S., Séchet R. (dir.), La santé, les soins, les territoires ; penser le bien-être, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

31mailto:francois.madore@humana.univ-nantes.fr
Université de Nantes

UMR 6590 – ESO
(Espaces géographiques et sociétés)
rue de la Sensive du Tertre
44312 Nantes Cedex 3
Tél. : 02 40 14 11 56

Notes

1 Professeur de géographie, directeur de l’Institut de Géographie de l’Université de Nantes (IGARUN), chercheur au laboratoire Espaces Géographiques et Sociétés (ESO – UMR 6590).

Auteur

Responsable scientifique

Membres de l’équipe : Gérald Billard (Université de Rouen, UMR CNRS 6063 IDEES, équipe MTG) ; Jacques Chevalier (Université du Maine, UMR CNRS 6590-ESO) ; Benoît RAOULX (Université de Caen, UMR CNRS 6590-ESO).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540