Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

II. Cohésion sociale et citoyenneté

Quartiers sensibles, classes populaires et vide politique. La construction du ghetto dans la société française

Didier Lapeyronnie

Texte intégral

  • 1 Sociologue, professeur à l’Université Victor Segalen – Bordeaux II.

1Note portant sur l’auteur1

ÉVOLUTIONS DES BANLIEUES FRANÇAISES

2En vingt ans, les banlieues françaises ont profondément évolué, comme en témoignent sur un plan strictement statistique les recensements successifs. La situation sociale s’est dégradée mais surtout, le fait notable, est aujourd’hui la « fermeture » des quartiers sur eux-mêmes. De ce point de vue, nous pouvons distinguer trois âges de la banlieue.

3Les années quatre-vingt sont celles du « retour des classes dangereuses ». Elles sont marquées par la « galère », analysée comme la conséquence de la fin du monde ouvrier, de ses protections et formes d’organisations mais aussi de ses capacités politiques.

4La seconde période, au tournant des années quatre-vingt-dix est marquée par un accroissement sensible des « violences urbaines », c’est la période des « classes moyennes paupérisées ». La référence ouvrière à disparu et la croissance économique stimule une consommation qui devient omniprésente et engendre de fortes frustrations ainsi que la formation d’une sous-culture juvénile plus ou moins déviante. Le vide politique enferme les classes populaires dans la marginalité et la référence exclusive au privé et à la consommation.

5Enfin, depuis quelques années, nous sommes entrés dans une troisième période : les quartiers populaires se ferment et les « cités » deviennent auto-référentielles dans les discours et les propos des acteurs. Il se met en place un « ordre social segmenté » qui ne concerne plus seulement les jeunes mais l’ensemble du quartier et qui répond à l’accroissement important des phénomènes de ségrégation sociale et d’isolement des classes moyennes.

6Cette évolution impose un renouvellement des catégories d’analyse de la banlieue : les catégories « urbaines » ont retrouvé une pertinence certaine dans la compréhension que nous pouvons avoir des phénomènes contemporains. Ces vingt dernières années, les catégories sociales paraissaient plus utiles à l’explication des problèmes sociaux. Mais les évolutions récentes et l’émergence de phénomènes de ghetto ont mis en évidence l’importance de l’inscription des rapports de classes et des inégalités dans le fonctionnement des villes et dans l’expérience proprement urbaine des individus et des groupes sociaux.

7À partir de ce constat, notre étude s’est donnée comme objectif de comprendre les mécanismes sociaux, économiques, culturels et politiques qui participent de la formation du ghetto. Nous l’avons fait à partir d’une synthèse des travaux existants et des données disponibles et par une enquête par entretiens auprès d’habitants de quartiers difficiles à Paris et à sa périphérie et dans la périphérie bordelaise, (150 personnes ont été rencontrées).

ISOLEMENT ET TENSIONS SOCIALES

8Le mouvement général des catégories moyennes et supérieures ces dernières années est d’accroître leur isolement. Entre les groupes sociaux, la logique est à l’évitement, ce qui se traduit par une évolution vers l’homogénéisation et la hiérarchisation des espaces urbains. Cette logique entraîne une véritable rupture entre les groupes sociaux et cela même dans les zones de « mixité sociale » dans lesquelles les « vies urbaines se superposent mais ne se mêlent pas ».

9Inégalités, ségrégations et enclavement sont accentués par les tensions très fortement perceptibles dans tous les espaces autour des questions scolaires et des enfants, seuls thèmes que les différentes classes doivent affronter ensemble avec celui du partage de l’espace. De fait il semble bien que l’école accroisse la ségrégation par son fonctionnement même et par les effets de concurrence exacerbés par la densité urbaine. De ce point de vue, elle apparaît comme un monde contrôlé par les classes moyennes dont les classes populaires se sentent non seulement exclues mais surtout flouées et humiliées. Dans les entretiens, les jeunes montrent une profonde intériorisation de la sociologie de Bourdieu : l’école ne reproduit pas les inégalités sociales, elle transforme des destins sociaux en humiliation personnelle.

10Cette expérience est fondamentale car elle sape profondément toute confiance dans le système scolaire mais plus encore dans l’ensemble des institutions. Les institutions ne sont plus perçues comme un vecteur d’intégration et de mobilité mais bien au contraire comme une barrière et des mécanismes qui travaillent à accroître les handicaps sociaux et à faire perdre le respect de soi-même. Les logiques policières renforcent encore ce sentiment général.

11L’image du monde social qui se dégage est projetée sur la ville, perçue comme un monde fortement clivé, juxtaposant les catégories sociales et fonctionnant pour en reléguer certaines à l’écart, dans des quartiers spécifiques et pour les réduire au silence.

RÉPONSES JUVÉNILES

12Cette relation à la ville et au monde social est particulièrement difficile à vivre chez les jeunes enfants de migrants qui constituent la part la plus visible des jeunes dans les quartiers populaires. Pour eux, désir de réussite et maintien d’une continuité familiale entrent en contradiction et font que la réussite des enfants se paie d’un coût psychologique important fait de tensions entre respect pour soi-même et liberté, entre identification et réussite.

13Entre l’intériorisation d’un destin social négatif et l’expérience d’une société et d’institutions fermées et humiliantes d’un côté et l’intensification paradoxale de la charge familiale de l’autre, nombre de jeunes, et notamment les jeunes garçons, sont menacés dans leur dignité même. Dans ces conditions, le choix de l’échec peut être parfaitement rationnel. Les réponses apportées à cette situation sont contrastées en fonction du capital social et scolaire des individus. Deux logiques type se dégagent.

14La première, souvent portée par des filles, est celle de la réussite. Les jeunes dans cette situation développent une sorte de « sur-conformité » familiale et évitent le quartier. Chez eux la dissociation entre l’espace familial, la vie juvénile et le quartier est maximum. Par le rejet du quartier, ils parviennent à maintenir une certaine intégration de leur vie. Cette logique se manifeste aussi dans la « circulation » urbaine, le rapport à la ville et le choix des lieux de fréquentation.

15La seconde logique, plus souvent portée par les garçons, consiste à réduire la circulation dans l’espace urbain et à transformer l’immobilité sociale en immobilité urbaine. Les jeunes privilégient alors la rue ou le quartier ainsi que le groupe de pairs. Cette logique peut être parfois celle du territoire et de la victimisation ainsi que celle de la formation d’une sous-culture délinquante. Elle peut être aussi, de façon plus fréquente, une pure logique du repli et de l’autolimitation dans laquelle la religion joue un rôle central.

INSCRIPTION URBAINE DES TENSIONS SOCIALES

16Les tensions sociales entre groupes sociaux s’inscrivent aussi dans la ville et les problèmes d’utilisation ou d’occupation de l’espace. On observe la confrontation fréquente de deux conceptions de la vie urbaine.

17La première est celle des classes moyennes. Elle repose sur l’anonymat et la circulation dans l’espace urbain. La ville est un monde d’étrangers, elle ne peut être viable que si les interactions sont fortement codifiées. Politesse et civilité permettent d’éviter les conflits et de réguler les rapports sociaux.

18La seconde est celle des classes populaires et notamment des jeunes. Elle repose sur l’interconnaissance et le territoire. La ville est aussi un monde d’étrangers. Mais une certaine sécurité peut être obtenue par l’interconnaissance à l’intérieur d’un territoire bien délimité. On se méfie donc de tout intrus. Le territoire ainsi défini n’est ni public ni privé, il appartient aux habitants du lieu, à la communauté constituée par l’ensemble des gens « qui se connaissent ».

19À l’intérieur des territoires un « ordre social segmenté » s’impose. Il repose sur la séparation stricte entre sexes et groupes d’âges, la mise en place d’un univers de l’interconnaissance, un fonctionnement en « groupes » identifiables, mais aussi une forte réduction de la participation sociale et urbaine. Il s’ensuit une importance croissante du racisme qui permet de « réguler » les relations sociales à l’intérieur du territoire et peut-être, surtout, de l’antisémitisme qui s’est généralisé et ne concerne pas que les populations d’origine maghrébine.

20Enfin, il faut noter le fonctionnement très particulier des groupes : ceux-ci n’ont pas de fonction coopérative. Ils sont des lieux d’affirmation de la personnalité pour des individus qui se sentent humiliés en dehors, et des instruments de contrôle social pour le quartier ou la communauté.

FORMATION D’ENCLAVES ET POLITIQUES SOCIALES

21La conséquence de ces mécanismes est la formation du « ghetto », (le mot est peut-être excessif et risque de choquer), ou de véritables « enclaves », c’est-à-dire des lieux ou des territoires où un certain nombre d’habitants cherchent à circonscrire leurs relations.

22Ces enclaves permettent à leurs habitants, en limitant leurs relations sociales, de ne pas affronter l’espace urbain, de ne pas s’intégrer à une ville qu’ils perçoivent comme une entité menaçante et sur laquelle ils ont peu de contrôle en raison de leur peu de ressources sociales et culturelles. Elles permettent une certaine préservation de la dignité personnelle.

23Il ne s’agit pas d’une simple transcription de la « tradition » mais bien d’une construction particulière à la situation vécue. C’est pour cette raison que les individus et les familles entretiennent, pour des raisons symétriques, des relations très ambivalentes avec elles. L’enclave protège mais les individus, quand ils en ont les ressources, sont amenés à chercher des modes d’intégration et de participation au-delà de l’enclave, de façon à échapper à la fois à la stigmatisation qu’elle porte et à l’emprise qu’elle impose. De ce point de vue, et de manière très paradoxale, la tradition familiale est souvent une ressource.

24Toute la difficulté à laquelle se heurtent les politiques sociales et les interventions des travailleurs sociaux est qu’ils doivent essayer de concilier deux modes d’actions à la fois profondément complémentaires et contradictoires.

25D’un côté, il leur faut, de façon traditionnelle, continuer à intervenir selon une logique assez classique, de prise en charge individuelle, de façon à aider les « jeunes » qui le peuvent à « s’en sortir ». Mais en même temps, ce type d’intervention alimente aussi, par les ruptures qu’il provoque, la cristallisation de l’enclave et l’hostilité à leur égard. Il leur faut donc, de façon différente, essayer de « comprendre » des mécanismes urbains et pas simplement « sociaux » (au sens de difficultés sociales ou psychologiques) et intervenir pour modifier le fonctionnement même du quartier, pour essayer de favoriser des modes d’intégration urbaines plus ouverts. Ce qui impose d’une manière ou d’une autre des modes d’interventions plus collectifs, avec les autres acteurs du quartier et certainement plus politiques. En d’autres termes, il leur faut travailler d’autant plus à l’intégration urbaine et politique que son absence handicape sérieusement leur capacité de travailler à l’intégration sociale des individus.

VALORISATION

26Lapeyronnie Didier, (2001), « La banlieue comme ville », VEI enjeux, n° 124.

27Lapeyronnie Didier, (2003), « Domination de classe dans les petites villes américaines », Recherches sociologiques, n° 2.

28Lapeyronnie Didier, (2004), « Racisme et intégration sociale dans les cités populaires françaises », dans Renaud Jean, Germain Annick, Leloup Xavier (dir.), Racisme et discrimination, Montréal, Presses de l’Université de Laval.

29Zaffran Joël, (2003), « Les manières d’investir l’espace », Agora, n° 32.

30mailto:didier_lapeyronnie@yahoo.com
Laboratoire d’Analyse des Politiques Sociales

et de l’Action Collective (EA 495)
Département de sociologie – Université de Bordeaux II
3, place de la Victoire
33000 Bordeaux
Tél. : 05 57 57 18 57

Notes

1 Sociologue, professeur à l’Université Victor Segalen – Bordeaux II.

Auteur

Responsable scientifique

Cette recherche a été menée par Cyprien Avenel (CNAM), Didier Lapeyronnie, Agnès Villechaise-Dupont et Joël Zaffran (Université de Bordeaux II).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540